16 février 2011

Tony Cragg, Messerschmidt

Tony Cragg sculpteur anglais né en 1949 expose 8 de ses oeuvres au Louvre. Il travaille le louvrebois, le bronze, le carbone. Semblable à la nature qui façonne au fil des ans ses rochers, il montre selon le point de vue que vous avez, soit un rocher sculpté par l'érosion, soit un visage de profil (semblable à l'indien sur la route de St Didier; certains y voient un animal, moi c'est un indien) Ce sculpteur joue aussi avec la matière et vous invite ainsi au toucher de l'oeuvre : Pierre ou bois ?

 

 

  

 

 

 

 

Une pieuvre vous attend dans la cour Marly, et quand vous vous approchez ce sont 2 mains qui menacent de vous emprisonner ... un peu tentaculaires !

IMG_0020

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Pour continuer la balade, les têtes de Franz Messerschmidt (Sculpteur autrichien  1736-1783) jouent aux moaï, aussi mystérieuses quant à leur signification originelle, mais plus amusantes à interpréter. Messerschmidt prend sa revanche sur ses détracteurs contemporains, et un peu retiré des oubliettes, 

vient nous faire un coucou de l'éternité.

franz

 

 

 

En histoire de l'art, rien ne se perd, jamais.

 

Posté par maison43 à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 février 2011

La Pietragalla, Eve et nous

Il y a indéniablement une histoire, celle de la Femme, à laquelle on n'est pas insensible, il y a la grâce, la légèreté, la fougue de cette danseuse étoile, mais il manque ce petit je ne sais quoi qui fait la réussite d'un spectacle. Cela tient à quoi ? non pas aux musiques choisies, non pas à la perception différente qu'offre la danse de la Pietragalla, et qui est une ouverture intéressante, mais peut être à l'insuffisance de technicité qui engendre une frustration. La danseuse étoile ne va pas jusqu'au bout, elle semble dans certaines scènes s'économiser, se reposer presque, mais peut être est ce là, le noeud du problème. La danseuse est rattrapée par le temps qui passe, sa beauté va s'adapter, évoluer, là n'est pas le problème, par contre peut être que la danseuse est limitée maintenant dans son art, et arrivée à son sommet amorce l'inexorable descente.

Et finalement, à la réflexion, on l'accepte, cette histoire là est l'histoire de toutes les femmes qui naissent, vieillissent et meurent. La danseuse est humaine, comme nous. 

La tentation d'Eve devient le destin de chaque femme. La Pietragalla nous le fait vivre en dansant, en souffrant, en étant.

Alors, on découvre au final, que le spectacle est réussi.

Posté par maison43 à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2011

Ernest Pignon-Ernest

Mouvement : Graffiti Art, Street Art, Art Urbain

 

Ernest Pignon-Ernest est un niçois né en 1942. Dessinateur inspiré entextase2re autres par le Caravage, Le Bernin, il réalise depuis quelques années un travail sur le corps féminin, d'une maigreur ascétique, ses sujets ont néanmoins gardé des seins pleins et des cuisses rondes qui témoignent de l'ambiguïté controversée de l'exaltation religieuse de ces femmes qui ont choisi comme époux le fils d'un Dieu.

Thérèse d'Avila inspirée de la Thérèse de Rome du Bernin, est figurée dans ce premier dessin préparatoire, de manière traditionnelle, genre mater dolorosa romantique.

 

  

extase6

   

La voilà revisitée, si je puis me permettre, plus féminine, moins religieuse. Femme particulière, Thérèse marqua son époque par son mysticisme exalté. Elle peut faire partie de la lignée des Grandes Amoureuses :

Vivo sin vivir en mi

Y tan alta viva espero

Que muero porque no muero!

Et voilà le dessin final qui figure dans la chapelle des Carmélites, au musée d'Art et d 'Histoire de St Denis.

extase13

Entre les dessins préparatoires et les oeuvres finales, Ernest P-E donne à ses femmes une poitrine encore charnue, étonnante sur un torse tout en côtes : le rêve de toutes les femmes ! et de beaucoup d'hommes aussi. Les cuisses, autre symbole de féminité restent musclées et belles. Les visages que l'on voit peu ne respirent ni la paix ni la joie, mais c'est l'effet recherché, le corps parle à lui tout seul, et selon son auditoire, ce qu'il nous dit est personnel et intime.

        extase20extase19Ernest Pignon-Ernest nous invite à un voyage avec Marie Madeleine, Hildegarde de Bingen, Angèle de Foligno, Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila, Marie de l'Incarnation, Madame Guyon. Ce voyage éveille en chacun des réactions, dérange, inquiète, ravit ou provoque le tout à la fois.

Posté par maison43 à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,