29 juillet 2011

Jacques Villon à Metz

L'ai rencontré celui là au cours d'une lecture sur la fratrie Duchamp, et cela m'avait amusée de constater qu'un Marcel 1887-1968 au talent si surprenant ait eu un frère peintre de style cubiste plutôt soft, tranquille, un frère sculpteur Raymond Duchamp-Villon 1876-1918 et une soeur Suzanne 1889-1963 peintre elle aussi, que l'on a dit plus proche de Marcel mais que je n'ai pas eu le plaisir encore de découvrir, pas plus que Raymond d'ailleurs !   

Gaston Duchamp dit Jacques Villon 1875-1963 eut une certaine notoriété, notamment aux USA. Dessinateur, affichiste, graveur, peintre .... un bon palmarès pour ce peintre moins créateur que son frère, moins marquant. Avec ses frères, il eut un rôle important dans le groupe de Puteaux, nommés cubistes de Salons ou Section d'or.

J'allais à Metz pour voir entre autres les vitraux de Chagall à la cathédrale St Etienne, et j'y ai rencontré aussi les vitraJux de Jacques Villon.

Chagall (2)

Moins joyeux, moins délirants, plus classiques que ceux de Chagall, moins remarquables donc, mais qu'importe, cette rencontre inattendue me plut, assez enfantine je suis à m'amuser de ces petits riens, de ces petites rencontres dues au hasard, un peu comme lorsque vous rencontrez quelqu'un qui vous est cher dans un lieu où vous ne l'attendiez pas.  

   

Posté par maison43 à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 juillet 2011

Sarah encore

Louise Abbema par Sara Bernhardt 1878

 

 

Une autre sculpture de Sarah Bernhardt

 au musée d'Orsay.

Celle de Louise Abbéma, avec laquelle elle eut une liaison. Louise était peintre, née à Etampes en 1853, elle mourut en 1927. 

J'y reviendrai sur cette Louise. 

  

Posté par maison43 à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 juillet 2011

Buren à Metz

Buren s'en mêle

Posté par maison43 à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juillet 2011

Centre Pompidou-Metz

Shigeru Ban, Jean de Gastines, Philip Gumuchdjian, 3 architectes.

Lumière, espace, volume, 3 galeries parallélépipédiques aux extrémités vitrées ouvertes sur la ville forment une architecture contemporaine et humaine, ce qui n'est pas si fréquent.

Le Marcheur de Rodin et la villeVue sur la ville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une charpente façon cannage chapeau chinois recouverte de fibre de verre et de téflon. Cannage

Des espaces modulables, un pilier central qui abrite l'ascenceur et l'escalier. 

espacePompidou-Metz 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pilier central

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Et en prime des peintures, des sculptures, des expositions temporaires, comme celle de Daniel Buren qui en utilisant les structures existantes, s'amuse à leur donner une autre dimension, nous donne le privilège de nous en amuser et plus encore réussit à nous intégrer à des oeuvres d'art, magique, je trouve! Par un jeu de miroir, il nous fait entrer dans la vue sur la ville .. Cette exposition in situ ( oeuvre liée aux spécificités architecturales du lieu, travail in situ qui sera détruit sans possibilité d'être montré ailleurs) durera le temps de l'été.

Buren s'en mêle

Et puis se balader d'une vue à l'autre dans une autre galerie en compagnie de Picasso, Léger, Braque, Gonzalès, Bellmer, Dubuffet ... c'est pas mal non ?

La Poupée - Hans BellmerPhilippe Starck

 Le chameau de Marcel

    

Le cours des Choses - Jean Dubuffet

Posté par maison43 à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juillet 2011

Manet

Peintures d'après nature ou d'après photographie. Rapports de couleurs précis, touches de peintures accentuées pour mettre en relief les formes, en évidence les volumes. Manet peignait, puis repeignait plusieurs fois par petites touches des détails qu'il mettait ainsi en évidence. Peintre de portraits, peintre de son époque, il oscille entre le réalisme et l'impressionisme sans rallier véritablement un courant.  

on dit cela de Manet. On dit aussi qu'en lui l'art de la dissimulation était énorme. Sa paternité jamais reconnue en témoigne; la double personnalité d'un bourgeois dandy, et d'un artiste souffrant de ne pas être reconnu.

On dit aussi cela de Manet. Mais au final, on ne fait que supputer. Il eut une brève vie, mais bien remplie, il finit par connaître le succès, et il mourut de syphilis comme beaucoup de ses contemporains.

on ne saura jamais vraiment qui fut vraiment Edouard Manet, inclassable dans sa vie familiale, dans ses amours, dans sa peinture.  

Manet aima beaucoup les femmes et elles lui rendirent bien. Ses amours passagères lui restèrent fidèles en amitié, ce qui n'est pas si fréquent.

D'abord, la première qui compta beaucoup, au propre comme au figuré. La mère, Eugénie Fournier née en 1811, qui a pour parrain Bernadotte qui la dotera à son mariage, dot qui sera enrichie par l'héritage de Joseph Fournier, son père mort en 1824. Elle se marie en 1831 avec Auguste Manet de 14 ans son aîné, d'un caractère austère, d'un conformisme respectable et franchement pas plaisant à vivre. On comprend qu'Eugénie ait pris du plaisir à élever ses fils, notamment le fantasque Edouard né en 1832. Elle gardera toujours auprès de son fils, le rôle de maîtresse de maison jusqu'à la fin de sa vie, Manet recevra ses amis chez sa mère. Elle financera souvent et écrira 'Je me suis assez ruinée pour mes 2 fils'. Femme emprisonnée, ce qui explique son air austère, un peu égaré pour le premier portrait : normal elle pose à côté de son mari(malade, paralysé par la syphilis, il mourra 2 ans plus tard), un peu désabusé mais regardant droit dans les yeux, pour le second (enfin libre, mais l'est on jamais vraiment ...) née un peu trop tôt madame Manet ... bonne musicienne, chanteuse, cultivée, elle avait sûrement des dons à exploiter ... elle se contenta de soutenir, toujours ses fils, ce qui n'est pas si mal.        E

 E Manet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Manet a 17 ans quand il rencontre Suzanne Leenhoff, celle qui deviendra beaucoup plus tard, madame Manet. Le père de Suzanne est organiste en Hollande. Franz Liszt, aurait encouragé Suzanne à poursuivre ses études. Est ce une des raisons pour laquelle, âgée de 19 ans, elle émigra à Paris ? pianiste émérite, elle fut facile à vivre, ferma souvent les yeux et ne sembla pas en vouloir à son mari de lui donner une place fort réduite. Son ambition d'être une femme respectable fut atteinte. Elle reconnut fort tard son fils Léon qu'elle persista longtemps à faire passer pour son frère. Manet, lui ne le reconnut jamais. Manet la peignit au début de leur vie commune appétissante,Suzanne 1859-1861

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  une gourmandise autorisée sucrée  molle et sans risque, confortable quoi.

 Puis gentleman il la peignit respectable et discrète épouse, établissant avec elle une affectueuse relation, encore belle à ses yeux.

La Lecture 1865 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Et pour finir

il la peignit, vénérable, indéboulonnable, matrone, épouse-mère.

Mme Manet dans la serre 1879

 Suzanne Manet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Victorine Meurent née en 1844 est la scandaleuse, la première dont il fut amoureux, . Modèle au charme certain, elle était sans doute piquante, intelligente et sensible. Manet avec elle peindra la femme réelle, pas celle idéalisée par les peintres académiques, une femme dont le regard dirigé sur vous établit d'emblée une relation, ce qui gênera tous les bourgeois qui se frottaient clandestinement à de semblables regards; cette femme ainsi que les autres sujets de Manet ne sont que des humains, loin des héros des peintres en vogue.  Victorine eut un petit talent en temps que peintre, et amusant ... sera exposée au Salon en 1876 avec son autoportrait et récidivera en 79 avec une Bourgeoise de Nuremberg au XVI siècle, itou en 85 avec Le Jour des Rameaux. Elle sera alors modèle et compagne présumée de Norbert Goeneutte 1854-1894 (ami de Guérard et de Renoir enterré à Auvers sur Oise) jusqu'en 94. Elle finira en étant ouvreuse dans un théâtre, tout en continuant à peindre et dessiner. Elle mourra en 1927 aidée dans sa vieillesse par Robert-Fleury et Toulouse-Lautrec. Étonnante, cette femme.  Victorine 1863

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le déjeuner sur l'herbe 1863 Détail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Berthe Morisot, l'amour impossible rencontré en 1868, Manet a 36 ans, il a épousé Suzanne 5 ans plus tôt, Berthe a 28 ans, a été élève de CorotBerthe Morisot et possède un véritable talent créateur. Il la peindra 11 fois, bien sûr, Berthe fut son plus beau modèle, car peut être le plus aimé, il ne fut pas difficile à Manet de la rendre belle, mais il donna vie à ses yeux noirs, rose à sa bouche boudeuse. Berthe fut sans doute très amoureuse de Manet, lui aussi,un temps; en épousant Eugène, Berthe deviendra une Manet, et finira par légitimer ainsi une tendre relation entre son beau frère et elle. Ils pourront continuer à se voir dans leur atelier respectif sans nuire à la bienséance. Je reviendrai souvent sur la peinture de Berthe Morisot dans d'autres messages.

 

 

 

Berthe Manet

Eva Gonzales a 7 ans de moins que Berthe, fille d'Emmanuel Gonzales écrivain et journaliste, lorsque Manet la prend pour élève en 1869, ce qui déplaira fortement à Berthe, sacré Manet qui pourra ainsi mieux manipuler l'indomptable et tourmentée BerthEva Gonzalese à moins qu'il ne se lasse un peu de son caractère ombrageux, il mettra 2 ans pour faire le portrait d'Eva dans une pose un peu  mièvre, presque trop académique, mais peut être qu'Eva plus accessible que Berthe, moins compliquée, obtiendra de Manet un peu plus qu'il n'accorda à Berthe, elle épousera le peintre Henri Guérard et mourra 6 jours après Manet à 34 ans après avoir accouché d'un fils. Elle restera en contact avec lui jusqu'à leur mort.

IMG_1592

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  En 1873 Charles Cros peintre et Ninapoète invite Manet chez sa maîtresse Marie-Anne Gaillard plus connue sous le nom de Nina de Callias , elle porte le nom de son mari dont elle est séparée. Elle touche une rente de son père, ne dépend donc de personne et mène une vie amoureuse indépendante, elle a son jour où elle reçoit peintres, journalistes, politiques ..Il y rencontrera aussi Mallarmé dont il sera proche.

Elle a une bouche tendre et moqueuse, et des yeux qui questionnent. Quoi, qui ?

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 Au salon de 1876, l'autoporMéry Laurenttrait réalisé par Victorine Meurent est accepté, les 2 tableaux de Manet Le Linge et L'artiste sont refusés, il organise une exposition dans son atelier. Une femme apprécie vivement Le Linge, il s'agit de Méry Laurent née en 1849 à Nancy qui se nomme alors Rose Louviot qui commence une carrière de danseuse de cabaret avant de devenir chanteuse d'opérette, elle est l'interprète en 1867 Vénus dans La Belle Hélène. Elle aura, entre autres, une liaison avec Mallarmé, et avec Manet. Intelligente, drôle, belle, elle manifestera toujours une joie de vivre, un goût prononcé pour les arts, et restera fidèle amie avec Manet jusqu'à la mort de ce dernier qu'elle visitera souvent lors de sa fin de vie. Méry mourra en 1900 à l'âge de 50 ans.  

 

L'automne Méry Laurent 1881

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Isabelle Lemonnier sera la dernière lumière qui illuminera les moments Isabelle plongeant 1880difficiles de la fin de vie qui approche, trop rapidement venue. Elle ne sera pas toujours tendre avec lui, Manet dont la maladie émousse le charme se fera un peu plaintif avec elle .. Fille d'un joaillier, et belle soeur de Georges Charpentier un éditeur mécène. Renoir peindra sa soeur Madame Charpentier et ses enfants. Manet fera en 1879 six portraits d'elle, elle est jeune, elle est libre, elle sera le dernier modèle qui le stimulera. Cela ne sera ni un amour, ni une passion mais un dernier feu où Manet s'illusionnera une ultime fois, notamment sur sa maladie. Elle sans doute sera un moment flattée par cet hommage, un court moment.  Elle critiquera plus tard sa façon de dessiner. On comprend mieux quand on voit Isabelle plongeant, qui ne la flatte pas. Il se rachètera avec les portraits.

Isabelle Lemonnier 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Et puis il y aura des modèles pour le plaisir de séduire, d'être séduit, pour la joie que procure la compagnie des jolies femmes, quelques unes femmes du monde, d'autres dites demi-mondaines, en vrac Henriette Hauser, Madame Guillemet, Louise Valtesse, Ellen Andrée, Jeanne de Marsy et d'autres anonymes ... mais au final, aucune ne sera insignifiante.

Henriette Hauser posera pour Nana et le Skating.

Nana 1877

1877 Le Skating

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ellen Andrée, actrice posera entre autres pour La Serveuse de bocks

La Serveuse de bocks 1879

La jolie chanteuse d'opérette Louise Valtesse qui deviendra contesse de La Bigne.

Valtesse

 Le 25 Mars 1883, Elisa, la domestique de Méry Laurent apporte des friandises, Manet en profite pour la peindre, le portrait restera inachevé. Manet mourra le 30 Avril à 51 ans.

Un sacré charmeur, ce Manet, cela au moins est certain.

Sources :

La vie d'artiste au XIX ème siècle - Anne Martin-Fugier

Manet - Eric Darragon

Manet un rebelle en redingote Beth Archer Brombert 

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juillet 2011

Le Schweissdissi Mulhouse

Homme de fer

Posté par maison43 à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juillet 2011

MAMAC Nice

Yves Klein  (1928-1962)et Pierre Restany (1930-2003)k

critique d'art fondent en 1960 le groupe des nouveaux réalistes. Une déclaration sera signée  dans l'atelier de Klein par Arman, Yves Klein, nés à Nice, Martial Raysse, César, Christo, François Dufrêne, Raymond Hains, Mimmo Rotella, Jacques Villeglé, Daniel Spoerri, Gérard Deschamps, Jean Tinguely, et la seule femme du groupe Niki Saint Phalle. Yves Klein quittera le groupe dés 1961, et le groupe sera dissous en 1970.

 

 

En opposition à la peinture de chevalet qui a fait son temps, à la peinture abstraite jugée trop lyrique, le nouveau réalisme utilise des objets issus de notre réalité quotidienne, soit en les laissant purement dans leur forme première, et c'est alors qu'ils deviennent symboles de notre société, soit en les utilisant esthétiquement sous formes d'accumulations, d'assemblages hétéroclites, de peintures acryliques vives aux sujets en rapport avec notre société de consommation.   

Il va me falloir du temps pour savoir appréhender les empaquetages de Christo, alors je me laisse du temps. 

Bien sûr, Niki de Saint Phalle, plus accessible m'a attirée longuement. Une partie de la donation de 2001 qui comporte 190 oeuvres est exposée en permanence, ainsi qu'un dépôt d'oeuvres de Jean Tinguely.

Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely achètent une ancienne auberge à Soisy sur École en 1936. Elle créera là une série de sculptures de femmes vouées à des rôles conditionnés et subis, mariage, maternité, prostitution. Jean Tinguely Niki de Saint Phalle 

 La mariée sous l'arbre (1963-1964) en est un exemple.

IMG_1021

L'arbre c'est la vie, dans tout ce qu'il peut y avoir de délirant, hors du commun, délicieux, c'est la vie tout simplement avec ses surprises, ses inattendus, ses richesses, ses couleurs, ses rêves qui fantasmés uniquement restent toujours idylliques.

 La mariée, toute blanche, momifiée est déjà morte. Sa vie future va l'emprisonner, l'emmurer, la conditionner, tuer en elle la jeune fille qui avait d'autres aspirations que la maternité, le quotidien ménager .. alors cette jeune fille morte, cette femme qui assassine par le mariage celle qu'elle aurait pu être, rêve à la vie, l'arbre qui vivra sans elle. Niki de Saint Phalle dit que cette femme n'est même plus une femme, mais un être asexué c'est une pensée, un zombi, et si elle pense, elle pense à l'arbre. Pour Niki, cette femme sculptée est un archétype.

 

 

 

 Coeur de vieille bigote  réalisé en 1964IMG_1014

Couleur blanche de la mariée,

cette bigote n'a pas

choisi non plus.

 Un Christ au dessus de son lit

 un Christ au dessus de sa vie

 un Christ en ciel de lit.

 

Le café seul excitant autorisé.

IMG_1012IMG_1011

 

 

 

 

 Un curé, un évêque, un pape 

Les hommes de sa vie. 

Et la Sainte Vierge

pour confidente.

 

 IMG_1010

 

Un chien à sortir

Une langue de vipère

sagement

dans une cage.

                                                                IMG_1009                                 

 

Et puis enfermée dans son corps, la vieille Dame, emmurée dans son coeur.

 Déjà Morte.  

 

 

 

 

  Recette du bleu d'Yves Klein :

Mélange de pigment outremer, d'acétate de vinylique, de rhodopas et de savoir

 faire. 

Yves Klein, c'est autre chose que le bleu, c'est autre chose que ces femmes-pinceaux, faudra y revenir, mais je n'aurai pas assez d'une vie pour tout appréhender !!

 

 

 

      

 Peint avec l'aide de Christo, le jour du mariage de Klein.      

1962 Tableau de Mariage

Klein et Christo 1962

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis d'autres artistes en vrac qui méritent qu'on leur consacre une page, une autre fois, peut être ...

Ben, César, Arman, Spoerri ... et d'autres qui me sont jusque là inconnus.      

Arman

 

 Y revenir dans ce musée ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SpoerriRépondre sans parler Sacha Sosno

                                 

Posté par maison43 à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2011

Fruit défendu

lequelle pluste tente

Posté par maison43 à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,