24 septembre 2011

Fondation Maeght

Aimé Maeght 1906-1981, s'installe en 1927 à Cannes, épouse Marguerite et ouvre une imprimerie (Arts et techniques graphiques) en 1932. Bonnard lui confie des lithographies à colorer, et une solide amitié les liera jusqu'en 1947 à la mort de Bonnard. La boutique se transforme en galerie de tableaux et réunit Matisse, Picasso, Geer Van Velde. En décembre 45, la galerie Maeght s'ouvre à Paris où Bonnard, Matisse, Braque soutiennent Maeght dans ses projets. Il rencontre Marcel Duchamp à New York, Giacometti, Calder, Miro, Chagall, Derain, Kandinsky, Léger viennent se rajouter. Marchand d'art, éditeur, leur fils aîné participe à leur réussite. En 1950, les Maeght retournent prés de St Paul de Vence, avec leur plus jeune fils malade qui meurt en 53. Braque et Malraux leur suggèrent de créer un lieu de rencontre d'artistes où ils pourraient exposer et c'est le début de la Fondation Maeght dont l'ouverture est en  1964 :

  C'est un jardin musée où l'on se sent bien, une fois l'affluence estivale évitée, calme, serein, riche en émotions et découvertes. Miro vous accueille, on reconnaît Zadkine,  Arp, Giacometti, Bonnard, Chagall, Braque, Léger comme des familiers que l'on retrouve avec plaisir. L'exposition Chillida occupe 2 grandes salles et limite la visite permanente : une bonne raison pour y revenir !  

En 1964, Chagall peint La vie où il s'éclate, tous ses thèmes favoris regroupésChagall

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bonnard commence à voir la vie en jaune,

L'été - Bonnard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 et Giacometti étrusque à tout va.

Giacometti et LégerDevant un Léger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une sculpture de Zadkine dans un coin, un Pol Bury dans un autre, un Léger sur un mur, un Braque en vitrail, et du Miro qui se fait son petit labyrinthe :

ZadkinePol Bury- Fontaine 

 Oiseau Blanc

Légeroiseau lunaire MiroLézardGargouille

La Fourche Miro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir mes chouchous, le yin et le yang, l'homme et la femme, le pour et le contre, le jour et la nuit :

 Personnage, mâle au plumage coloré, et phalliquement dressé vers le ciel et petite femelle-cloche noire, au sexe accueillant,  Déesse de la FéconditéPers

La Fécondité

Et le fruit de leur union ....

 

 

 

 leur petit têtard, sacré Miro, très traditionnel au final !

IMG_2664

Posté par maison43 à 19:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 septembre 2011

Pluie

Pluie

Posté par maison43 à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2011

Moya

Moya

 

Rencontre fortuite à Cannes, 

en promenade sur la Croisette ...

 une tête  nous invite ...

Et je ne résiste pas aux têtes !

Moya,  moïa  ...

Bon, le monde de Moya, ce n'est pas

l'île de Pâques, mais c'est un mystère

quand même !!!! 

 

 

 

  

Nous entrons dans la Civilisation de Moya, avec un petit contact virtuel  avec l'artiste.  

C'est étonnant, surprenant, mystérieux quant à la motivation,  cela s'adresse à un monde d'initiés, dont je ne fais pas partie.

Mais je ne demande que cela, m'initier, comprendre ... Moya, Patrick né en 1955, niçois depuis 1970, nous signale une manifestation dans une galerie à Fontainebleau, on ira donc.  A noter une chapelle à Clans repeinte par Moya inaugurée en  2007. 

ab

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dolly

c

Posté par maison43 à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 septembre 2011

Eduardo Chillida

Travail du fer à la masse sur une enclume.Besarkada III 1991 Chillida Sculpture où l'émotionnel ne semble pas avoir sa place. 

 

 Pour les grandes pièces, appel aux ouvriers qui manient le marteau pilon.  Du lourd, du massif, du mastoque. Pas franchement enthousiasmée, je suis !

Des formes géométriques qui s'emboîtent, qui ne me parlent pas, les petites pièces exposées me laissent froide, nul doute que je serais autrement impressionnée par les grandes oeuvres de Chillida, inquiétée même par le volume, mais là, en dehors d'une curiosité intellectuelle, rien d'autre ..   

La matière et la forme de l'oeuvre ne me touchent pas vraiment.

 

 

  Et puis mon regard se pose sur une autre pièce, et là, petite joie, rencontre émotionnelle avec l'albâtre, pierre aimée autant que l'ambre, le Lapis lazuli, pour leur côté précieux, féminin, magique, mythique, éternel. Là, Chillida commence à trouver le chemin de mon coeur,  je caresse l'objet, des yeux, du doigt, je me mets à rêver et j'aime. Je demande alors que l'on m'explique un peu comment l'on travaille le fer.

Hommage à Kandinsky 1965Hommage à la mer III 1984

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eduardo Chillida est né en 1924 au Pays basque espagnol, et débutera une formation d'architecte. Ses matériaux préférés seront le fer, l'albâtre, le bois,  la terre chamottée. Il sculptera des oeuvres urbaines, tels l'Elogio del horizonte à Gijon, El Peine del viento à Saint-Sébastien, la maison de Goethe à Francfort. A voir, tout ça, à voir ... si possible !!!

En fait, j'ai rencontré par hasard, Chillida, à la fondation Maeght qui le produit en temporaire et qui en a profité pour fermer 2 salles de son exposition permanente, et au final, cette rencontre là qui demeure uniquement intellectuelle,  je l'ai curieusement appréciée, cela me change cette approche ... je garde mes distances, je m'intéresse à la technique,  j'intellectualise !!!  on croirait un dialogue d'Audiard!

Arco de la libertad 

Posté par maison43 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 septembre 2011

Le jardin des Tarots - Toscane

Niki de Saint Phalle 1930-2002 en fit l'oeuvre magistrale de sa vie, elle s'y consacra 18 années durant de 1978 à 1998. Sur un terrain donné par des amis à 6 km de Capalbio. Pour financer ce projet, elle  réalisa des commandes dont la Fontaine Stravinsky, vendit des sérigraphies, et des produits dérivés, dessina un flacon de parfum, elle fut sa propre commanditaire et réalisa tout ce qu'elle désirait,  elle y résida en permanence 10 ans. Elle se logea au coeur de l'impératricel'impératrice.  

 

 

 

 

 

 

 

La voilà l'impératrice, avec ses gros seins, son sexe-entrée ouvert à tous, elle a un corps de sphinx,  l'impératrice et symbolise la Mère et son ambivalence, soit la mère protectrice, soit la mère dévoreuse, soit la putain. Niki dira qu'elle exerce sur tous une attraction ... fatale.   

 

 

 

 1

 

 

 

 

 

 

 

 l'entrée de l'impératrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la cheminée

 

Et dans son ventre, logis pour Niki, sans doute plus épuré qu'aujourd'hui ...Elle y logea une dizaine d'années, souvent malade, souffrant d'arthrite,soignée par Ricardo.

 

 la cuisine

la douche 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la table

 le lustre

 

Tinguely

est

passé

par

le

lustre.

 Eden avant que le diable ne s'en mêle, enfance innocente avant que le mal ne la saccage, lieu secret où se réfugier, jardin de sculptures gigantesques, colorées, chargées de symbolisme et d'onirisme, référence à la bible, références aux arcanes majeures du tarot, le jardin des Tarots est né de l'ambition de Niki de devenir la plus grande sculptrice. Niki ne peut se contenter d'être épouse, mère, fille, compagne, femme, Niki est avant tout Niki, artiste, libre.  

La nature pour Niki de Saint Phalle est le Féminin. Tout ce qui constitue l'architecture est masculin. Niki est devenue l'architecte de son jardin, non par féminisme agressif, mais pour se mesurer à l'Homme, d'égale à égal.

 Elle est inspirée par Gaudi, Cheval et Pirro Ligorio architecte du 16ème siècle ( jardins de Bomarzo et jardins de la villa d'Este) . L'eau, les grottes refuges, ventres maternels dont il faut  nécessairement sortir, grottes bijoux où il fait bon se reposer, dragons, serpents, insectes, monstres nous accompagnent et nous invitent à regarder au delà de l'apparence . La végétation est celle de la Toscane, pins, oliviers, lauriers. De Cheval elle retient les annotations qui guident le visiteur, de Gaudi, elle adopte la mosaïque, de Pirro Ligorio, elle adopte les jeux d'eau et les gLe Magicien repose sur la Papesserottes. 

 

Le Magicien est la première construction que l'on voit, normal, c'est la carte de Dieu écrit Niki, lui qui a créé la farce du monde paradoxal dans lequel nous vivons. Il est juché sur la Papesse, qui représente l'intuition féminine, l'une des clefs de la sagesse, écrit toujours Niki de Saint Phalle, et elle n'a pas tort, Niki ! et puis la roue de la Fortune faite par Jean Tinguely.

 

 

 

 

 

détail roue, papesse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Niki a voulu faire de son jardin une sorte de parcours initiatique personnel pour le visiteur.  Il me faudra y revenir ...

Là je me suis contentée de voir et de regarder.

Alors, en vrac ....La mort, qui peut signifier aussi le renouvellementLa Mort 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ermite et l'oracle sa version féminine

qui nous incitent à chercher en nous même

notre trésor spirituel, à travers notre coeur.

L'ermiteL'oracle 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 colonnes dans la cour du château de l'empereur ...

1 (2)7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

910

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ricardo

 

 

 Le jumeau du cimetière Montparnasse

pour Ricardo. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et une symphonie de couleurs éclatantes, miroitant au soleil ....

or

 argent

 

 

 

 

 

 

 

chair rose des femmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

émeraude

Bien sûr toute une équipe l'accompagna, tout d'abord Jean Tinguely qui soudera les structures de fer, aidé par Seppi Imhof et Rico Weber, rejoints un peu plus tard par Dok Van Winsen et Tonino Urtis. La céramiste Venera Finocchiaro les rejoindra aussi, Ricardo Menon, Marcello Zitteli et d'autres encore. 

 

 

 

 

 

 

Le Diable est mon petit chouchou, si humain, si paradoxal, il est la carte de la vitalité, mais aussi celle de la vanité .. Le Pendu suspendu par un pied, regarde le monde à l'envers, compatissantLe DiableLe Pendu

 

 

 

 

Encore une petite dernière et je m'arrache ! y revenir A l'intérieur d'une petite chapelle, les miroirs réflètent le cosmos, la réflexion de la réflexion.

Posté par maison43 à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07 septembre 2011

Mont Bar

Petit cratère de type strombolien, le mont Bar présente cette particularité d'aP1040374voir retenu les projections volcaniques qui ont colmaté le fond du cratère. Un lac s'est formé, puis s'est transformé en tourbière, profonde parfois jusqu'à 3 mètres.

S'abstenir d'y aller, donc même si cette tendre verdure est attirante et vous donne la curieuse envie de vous y vautrer. Dieu merci des pancartes vous en dissuadent, et l'armée des légionnaires mosquitos zaussi .. car ce lieu humide favorise le développement d'une riche biodiversité (oui oui, je me la joue un peu !) dont une puissante colonie de moustiques qui pullulent. Bravement nous avons fait le tour de ce lieu magique que George Sand fréquenta, mais nous sommes allés pique-niquer sur un autre mont, loin des assaillants. (Compter 4km, soit 1h30 avec le tour de la tourbière).

 

Pour accéder à cette tourbière :

Petite montée un peu raide, pas trop entretenue, des pancartes vous fournissent, à vous des explications au sujet de la tourbière, aux moustiques l'occasion de se nourrir !. Pour ceux qui préfèrent ne pas subir les moustiques, il existe un tour du Mont Bar (fiche 37 PR ref.P 431) 5km500 qui part de la route précédent le parking du collège , mais qui vous privera de l'atmosphère particulière qu'offre cette tourbière.

P1040382

Allez bien sur ensuite à la potence qui domine le bourg d'Allègre et qui est, en fait, un reste des 23 tours que le château comptait, château qui brûla en 1698, une table d'orientation vous commente le panorama, baladez vous ensuite dans la petite ville, où 2 circuits vous sont proposés. Passer ensuite pour les gourmands à la pâtisserie rue de Monsieur qui a une petite spécialité Mont Bar, fort appétissante. Passer ensuite à la pharmacie pour une crème qui apaisera vos nombreuses piqûres de moustiques. Non, je ne fais pas une fixette sur ces charmantes bestioles !!! quoique ...

P1040394

Posté par maison43 à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 septembre 2011

Emprisonné

Rabarama

Posté par maison43 à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2011

Maria ou Marthe Bonnard

Je suis née hors des liens sacrés du mariage, ma mère m'a nommée Marthe, et mon père, un vieil original, aristocrate italien, amoureux fou de ma mère se disait de la famille de Méligny. J'ai 16 ans et je suis orpheline.

Marthe, et fleNu 1930uriste, je suis.

Je n'en suis pas à mon premier mensonge, mais celui là, énorme, que je fais à Pierre sera le dernier, c'est promis. Nous sommes en 1893, il a 26 ans, il est peintre et de famille suffisamment honorable pour que je m'en contente toute une vie.

C'est mon choix, c'est ma vie.

Bien sûr, cela ne sera pas sans conséquence, ni dans notre couple, ni dans mes relations aux autres. Sauvage j'étais, sauvage je resterai. Mais Pierre se consacrera, à la maturité, presque exclusivement à son art. Il aura de rares mais fidèles amis, et ce ne sera pas grâce à moi. Le seul bonheur de Pierre passera par la couleur, bonheur inaccessible, qu'il cherchera toujours à approcher sans jamais l'atteindre. Il me représentera environ 350 fois, souvent nue, quelquefois bien présente, d'autres fois estompée dans la couleur, cachée dans le décor, souvent absente mais... toujours là.

 

Bien sûr, il aima d'autres femmes plus belles que moi, plus intelligentes que moi, mais voilà, telle que j'étais, femme enfant, femme peureuse, femme fragile, je lui plus quand même;  avec le temps, il n'aima plus la femme que je devins, mais il aima toujours le modèle. Il eut ses mensonges, et moi j'eus les miens.

  On m'a dit tuberculeuse, psychotique, dépressive ... je n'étais que solitaire, un peu fragile, un peu spasmophile, un peu hypocondriaque, un peu asthmatique, un peu maniaque, et terriblement inquiète, toujours.  Des Nus dans la baignoire, celui là est mon préféré, les lumières chaudes, joyeuses et changeantes sous la verrière du MAM mettent en valeur mon corps rose, le temps qui passe s'est arrêté,  au soleil et dans un bonheur sans fin.

Bonnard 

Maintenant je suis rassurée, et pour l'éternité,

La salle à manger au Cannet 1932

 

 

Marthe Bonnard.

    

Posté par maison43 à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2011

Capalbio et Niki

Une petite mise en bouche avant l'essentiel ...

Capalbio c'est dans le sud est de la Toscane, dans une région que l'on nomme la Maremme, un peu sauvage, où les Etrusques ont laissé des sites, où Niki de Saint Phalle a trouvé son lieu pour son jardin extraordinaire, à 6 km de ce petit village médiéval sur colline.

Une Nana vous accueille; de face, de dos, elle est superbe. La Nana c'est un hymne à la féminité positive, c'est un hymne à la déesse mère Gaïa, c'est une Vénus pseudo paléolithique aux formes certes rebondies, mais harmonieuses chez Niki. La Nana, c'est un hymne à la vie, joyeux et libéré enfin.

Elle est noire, elle est ronde, elle est libre.

NanaFontaine

Posté par maison43 à 14:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2011

Zadkine

Ossip Zadkine est né en 1890 en Biélorussie,  Auguste Rodin avait alors 50 ans,  Antoine  Bourdelle 29 , Hans Arp lui avait 4 ans, Umberto Boccioni 8 ans, Raymond Duchamp-Villon et Constantin Brancusi 14 ans, Henry  Moore avait 8 ans, Joan Miro est né 3 ans plus tard et Alberto Giacometti lui 11 ans après. Ils sont tellement nombreux qu'il me faut les situer un peu dans le temps ! 

Rodin fut un des premiers sculpteurs à ouvrir une brèche dans la sculpture académique et les natifs de la fin du siècle s'engouffrèrent avec allégresse dans cette voie. L'apprentissage passe d'abord par copier les maîtres; le réalisme l'anatomisme, le romantisme de Rodin sont copiés d'abord puis naturellement dépassés, Maillol et ses statues aux formes épurées et pleines dont on se raillera marque une évolution, supprimons les courbes, 'angulons', et défragmentons on obtient peu à peu une géométrisation des formes simplifiées pour arriver à ce que l'on nommera le cubisme.    

Et alors ? rien, basta sur le sujet pour le moment. Zadkine est passé par le cubisme, un temps. Puis il est passé à autre chose, que je verrai plus tard, à l'occasion.

 Zadkine c'est un slave, c'est tout dire !  a beaucoup à dire, ce qui donne beaucoup à lire,  j'y reviendrai;  un de plus à revisiter en un autre lieu, un autre jour ... Je ne retiendrai que le Van Gogh du jardin d' Anvers sur Oise pour cette fois, même si l'exposition anniversaire de l'inauguration de la statue (50 ans) autour de Zadkine était intéressante. Zadkine s'apprend petit à petit ! 

En 1929, âgé de 39 ans, Zadkine visita la maison de Van Gogh à Nuenen où ce dernier vécut de 1883 à 1885.  Son ami hollandais, peintre et médecin Henk Wiegersma l'accompagnait. Zadkine admire le peintre Van Gogh et se sent proche de l'homme Vincent. En 1956, il reçoit la commande d'un monument à Van Gogh à Auvers sur Oise où ce dernier vécut les 70 derniers jours de sa vie. Vincent y rencontra le docteur Gachet le 20 Mai, se tira une balle  le 27 juillet et mourut le 29 juillet 1890. Il aura eu le temps de peindre 70 tableaux durant cette courte période. Zadkine choisit de le représenter, arpentant la campagne, émacié, souffrant, mais heureux. Car il en eut du bonheur Van Gogh, même si ....

Zadkine va faire plusieurs statues de Van Gogh, il travaillera à partir des auto portraits du peintre et du tableau 'autoportrait sur la route de Tarascon'.Van Gogh

En 61 la statue est érigée à Auvers sur Oise,  deux autres exemplaires se trouvent au Japon.

12

Zadkine3                  

Posté par maison43 à 19:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :