ernani  Giuseppe Verdi 1813-1901

S'est inspiré de Victor Hugo, le présente en 1844 à Venise

L'histoire

Espagne 1519, une femme Elvira : la soprano Angela Meade, 3 hommes amoureux d'elle. 

Don Carlo, roi d'Espagne : Dmitri Hvorostovsky baryton russe

Don Ruy Gomez de Silva vieil oncle d'Elvira qui veut épouser Elvira: Ferruccio Furlanetto, voix basse, italien 

Et celui qu'elle aime Ernani : Marcello Giordani ténor italien.

Bon, 3 hommes pour une femme, ce n'est pas aisé, surtout pour l'époque où la femme c'est rien ou presque. Par chance, Elvira n'en aime qu'un, par malchance, c'est celui qui complote, celui qui se cache, celui qui n'a plus rien, celui qu'on veut tuer à tout bout de champ. Le roi lui aspire à être empereur, ce qui tempère son ardeur amoureuse et il cède volontiers Elvira à Ernani. Mais le vieux Silva qui n'espère plus rien ne peut supporter de perdre la jeunesse d'Elvira, alors il rappelle à Ernani, le serment de se tuer si lui en décidait ainsi, et il le décide ainsi, ce vieux gredin crétin ... Et les 2 tourtereaux se font hara-kiri 

Les costumes sont beaux, Le décor très flonflon s'accordant parfaitement avec l'intrigue, les choeurs parfaits et les chanteurs pas si mal, le ténor manque un peu de conviction, le baryton est puissant et beau (ce qui ne gâche rien!), la basse s'en tire fort bien et la soprano réussit un beau parcours. Ernani n'est pas l'opéra le plus facile à écouter chez Verdi, je trouve, un peu ingrat si j'ose dire, et j'ose sans sourciller, mais l'ensemble se tient pour qui aime ... l'opéra.