30 septembre 2012

Dame de-la-Bonne-Mort

Cathédrale de Clermont-Ferrand

Drôle de nom pour une drôle de Dame. La bonne mort pour nos anciens, c'était soit mourir en héros, pour sa patrie, soit mourir entouré des siens, de préférence âgé, et tous les cas c'était mourir absout de ses péchés, dans la foi de Dieu. S'abandonner dans les mains de Notre Dame sous sa protection devait être une Bonne Mort... cette explication en vaut une autre !! On ne connaît pas l'histoire de cette Dame de la Bonne Mort. Vierge d'or de Clermont an mil

Elle fut à l'origine Dame  polychrome au teint clair semblable aux Vierges du groupe de Moussages comme Dame d'Heume l'église ou celle d'Usson  issues sans doute d'un même atelier que l'on situe vers Clermont, mais le relooking des années 1830 l'a rendue noire et dorée, Vierge noire dorée ... dorée comme l'était la Vierge d'or commandée par l'évêque de Clermont vers 946, Vierge d'or qui était une des plus anciennes statues de Vierges en majesté connues en Occident,  Vierge dont on n'a plus que l'image tracée vers l'an mil dans un manuscrit,

 

Vierge d'or  qui servit dit on de modèle aux Vierges romanes auvergnates, Sainte Foy de Conques appartient à la même tradition, Vierge d'or enfin qui fut détruite comme bon nombre de ses consoeurs en 1792.N

Fut donc remplacée par Notre Dame de la Bonne Mort, d'origine inconnue, qui se  cache dans une des chapelles absidiales de la cathédrale de Clermont Ferrand, sombre, la seule qui ne soit pas éclairée !! Les mains de l'enfant ont été refaites plus petites que celles de l'original.

 

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


28 septembre 2012

Lucien Gires

Son père était sabotier à Saugues, sa mère qui venait d'une famille de tailleurs de pierre sut cultiver les talents artistiques La Tour des Anglais Huile sur toile

de ses enfants, Joseph, Louis et enfin Lucien le dernier né en 1937 à Saugues.  Zélina Gires aida souvent son fils, à tirer des affiches, à coudre des vêtements pour les personnages du diorama de Saint Bénilde. Lucien Gires se disait artisan.

Lui qui savait tailler le bois, la pierre, lui qui savait peindre, dessiner,  commença à faire des affiches pour les bals, les fêtes votives, son premier vrai travail fut de participer à la réalisation du Diorama St Joseph à Espaly avant l'armée où il apprit la technique de la sérigraphie. Le maire de Saugues lui loua la Tour des Anglais La forêt nourricière

La Forêt nourricière détail

Les saisons

à charge pour lui de la rénover. Il en fit son atelier. 

Il peint les paysages saugains, il peint les anciens métiers. Il peint sur toile, sur jute pour l'église de Saugues, il sculpte des Christs. Il peint des portraits de saugains. Lucien Gires est avant tout un peintre de la mémoire de Saugues et de ses habitants. 

L Gires

En  1989, il s'attaque à son ultime projet :

 Le musée de la bête du Gévaudan qui lui demandera 5 ans de démarches diverses avant de commencer à le concrétiser  en 1995. Sa fille Blandine lui sera d'une aide précieuse. Le musée ouvrira en 1999.

A l'office du Tourisme de Saugues, cet été ont été exposés une dizaine de ses tableaux. Lucien Gires artiste altiligérien est mort en 2002.

Posté par maison43 à 17:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 septembre 2012

Dame Romane contemporaine

Cathédrale du Puy en Velay

Posté par maison43 à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 septembre 2012

Festival Singulièrement Vôtre Mai 2013

art singulierSi d'aventure vous êtes doué en Art Singulier, Brut, Modeste ...

Posté par maison43 à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2012

Dame d'USSON

Musée d'Art Roger-Quilliot

Dites nous belle Dame, avez vous entendu les prières de Marguerite de Valois, lorsqu'exilée dans son château d'USSON, elle venait se ressourcer en votre chapelle où vous lui pardonniez alors, miséricordieuse, ses incartades diverses ?

Vous aussi fûtes exilée, au château de Parentignat par voie d'héritage jusqu'en 1972, puis on vous retrouve en Ardèche où votre propriétaire vous vendra en 2002. Le musée d'Art de Clermont Ferrand vous préemptera.  

Vous avez souffert de vos errances,ND D'USSON

on vous a repeinte moults fois, et vos traits épaissis,Notre Dame D'USSON moins beaux, témoignent cependant toujours de votre  bienveillance, même si votre regard est lourd  de ce que vous avez vu.

 

 

 

 

 

Un peu oriental, le pinceau non ?

Les yeux de Dame d'Usson

 Une copie réside dans votre ancienne chapelle , en l'église Saint Maurice à Usson.

Posté par maison43 à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


20 septembre 2012

Dame d'Orcival

Des Dames Romanes, Dame d'Orcival  est certainement l'une des plus rayonnantes. Déjà par sa tunique d'argent et de vermeil finement ciselée, puis par son aristocratique fauteuil aux colonnes cannelées, et enfin par la douce et sévère beauté de son visage.

Profil droit

profil gauche

Elle est l'objet d'un culte important le jeudi de l'Ascension pour ne pas porter préjudice à sa voisine Notre Dame du Puy dont la célébration a lieu le 15 Août,  jour de l'Assomption de la Vierge. 

Son parement en argent sera refait en 1631, ainsi que sa main droite féminisée par sa rondeur. Au XIXème siècle, on retouchera sa main gauche. En 1959 un orfèvre parisien fera une restauration générale, les visages noircis retrouveront leur teint clair d'origine. 

ND d'Orcival

Des Dames Romanes, Dame d'Orcival est la plus lointaine, elle n'est pas là pour nous, elle est en représentation, elle n'est plus humaineOrcival2

 

 mais déesse hiératique. Elle est belle, elle est parée richement, elle n'est pas émouvante, elle n'est pas empathique, elle n'est même pas sympathique, elle n'est pas là pour ça. Elle célèbre la puissance d'un Dieu.  Je lui préfère les Dames plus humbles, que nul parement n'enjolive.

 

 

 

Posté par maison43 à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2012

Un oiseau dans le blizzard - Laure Kasischke

Un oiseau blanc dans le blizzard

Laura Kasischke née en 1961, américaine, poétesse, professeur, romancière.

Bien sûr, lorsqu'il s'agit de lire un roman de Laura Kasischke, on sait que l'épilogue va surprendre, même si, l'auteure s'emploie, tout au long du livre à le sous entendre.  D'emblée, j'ai commencé par la fin. Puis je suis rentrée dans l'histoire, telle une policière, relevant les indices, découvrant le caractère des personnages, notant les détails ordinaires de  la vie banalement réglée d'une famille  moyenne dans les années 60-70. Laura Kasischke  nous évoque une Bovary américaine, mal mariée, mal baisée, malheureuse  qui n'aura jamais le courage de se prendre en main. Elle ne trouvera aucun dérivatif à son ennui, la maternité l'exaspèrera. Et pourtant ... elle était sexy, spirituelle, intelligente mais désespérée et sans volonté aucune. Son mari, homme simple,  mal assorti, amoureux jaloux ne fera rien pour l'aider. 

Une vie gâchée mais qui aura au moins l'avantage de bénéficier à la fille qui ne suivra, sans doute, pas le chemin de la mère.  

Au final, un livre agréable à lire, prenant mais sans excès, à l'écriture sobre et simple,  idéal pour une escapade en Haut Allier où un soleil d'automne naissante a permis des petites balades.

Un livre à donner à l'une de mes filles qui aime bien l'auteure.

Posté par maison43 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 septembre 2012

Evelyne Galinski

E

Née à Marseille en 1950. Elle vit en Haute Loire.

Venus d'Asie ? blancs ? morts ?  ces sculptures dérangent, réveillent, éveillent .... à ce que vous voulez. Evelyne Galinski vous laisse toute liberté ...

E Galinski

E

E Galinski

E

Posté par maison43 à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2012

Bernard Buffet

Bernard Buffet 19Tête de travesti28-1999 

aurait peint 8000 oeuvres, sans compter, ou en comptant, je ne sais trop, les faux ....

Trouver donc des peintures de Buffet devrait être aisé, mais non ! Elles ont été reléguées dans les archives ! ce peintre adulé alors qu'il avait 30 ans, a connu ensuite une vive Le Canal

désapprobation de la critique jusqu'à devenir honni par presque tous. On lui a reproché au final de ne pas évoluer dans son art, de buffetiser à tout va, en série, pour pouvoir vivre dans le luxe, en rolls, dans un château, être un des phares de la presse-people de l'époque .. 

Seulement, voilà, Buffet précisément à la une lors de mon enfance-ado est un des rares peintres de l'époque qui m'ait marquée ...     

 Bernard Buffet, fait partie de ces peintres maudits, comme Modigliani, Soutine qui eux ont eu la bonne idée de mourir tôt. Buffet mort à 30 ans en pleine gloire aurait sans doute encore un succès fou !

Nature morte dans l'atelier

 Bizarrerie  des humains !!! Faut dire que Buffet se la pétait beaucoup, et ça, cela ne passe jamais ! Faut dire qu'il a peint un peu toujours la même chose, toujours de la même façon. Et alors ? Buffet a eu très tôt un style personnel, bien à lui, il n'a pas l'étoffe d'un peintre-caméléon prolifiquement talentueux, genre Picasso ou  Dali, c'est vrai,  il n'avait pas le pouvoir ou le savoir d'évoluer alors il a continué à peindre ce qu'il savait faire. C'est pas un heureux, Buffet, c'est un triste, un désenchanté, son trait de crayon si caractéristique, noir, en dents de scie, minimaliste, ses couleurs ternies ...

Palmiers et voiliers 1958

tout cela n'incite pas à la joie ! Il a pourtant eu une vie bien remplie, des amours sincères, un certain talent, mais tout cela n'a pas suffi sans doute à ce qu'il puisse s'éclater.  

Voir un Buffet me ramène à mon enfance et c'est,  je crois, ce que j'aime en lui.  Portrait de Simone Combe

A Clermont, on peut le voir, Maurice et Simone Combe marchands et amateurs d'art ont légué au MARQ plus de 400 tableaux, dont pas mal de Buffet.

 

Posté par maison43 à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2012

Dame de Marsat

-Marie, ta ceinture choit.

-Et alors rétorque Marie, là où je vais, je n'en ai nul besoin.

Mystère de la mort de Marie, de son corps, point de traces juste quelques accessoires qui lui sont attribués, devenus précieuses reliques pour un peuple quiNotre-Dame de Marsat  a toujours besoin d'idoles. Une pantoufle qui se trouve au Trésor du Puy, un peu de lait et des vestiges de sa ceinture que plusieurs sanctuaires se partagent.

 Martial, en 250, évangélisateur de la Gaule aurait fondé un sanctuaire en l'honneur de Marie qui aurait abrité la dite ceinture à Marsat, près de Riom. Au VII ème siècle, Priest évêque de Clermont et le comte d'Auvergne fondent un monastère de femmes pour veiller sur la relique , on peut penser qu'une vierge de bois abrita alors la dite relique. On ne sait trop où se trouve la première Dame, ce qui est sûr, c'est qu'elle perdura, sous une forme ou une autre, peu importe.Marsat 63

Et celle là qui siège dorée et noire n'est évidemment pas celle d'origine, ni même du XII ème, je suppose que celle là polychromée fut brûlée par les révolutionnaires, en fait je n'en sais rien, l'histoire est muette à ce sujet. Toujours est il que Dame de Marsat revêtit cet habit de lumière en 1830 peinte par un restaurateur qui choisit aussi de la rendre noire. C'est beau une vierge noire et par dessus le marché dorée !! très décalé non ? il y eut un effet de mode, et d'autres Dames se couvrirent elles aussi de noir et d'or. 

Son visage est d'une beauté assez pure, mais dénuée de toute expression je trouve mis à part une indifférence totale au monde qui l'entoure.  

Posté par maison43 à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,