Laurie

Elle vient de loin celle là, d'abord associée (comme beaucoup d'autres Dames d'ailleurs) à une source vénérée par les Gaulois, puis par les chrétiens qui placèrent là une vierge en majesté en bois polychrome fin 12ème début 13ème siècle. Elle fut dit on déplacée miraculeusement à la fontaine du Roulier, avant de trouver gîte plus abrité en l'église de Laurie au 14ème siècle. Elle aurait épargné la cité de Blesle de la peste, ce qui lui valut la reconnaissance des Bleslois qui se rendront à Laurie chaque lundi de Pentecôte. Ce pèlerinage sera suspendu un temps à la révolution puis reprendra jusqu'à nos jours.

 

Dame de Laurie blanche à l'origine, noire au XVIIe siècle, rosée en 1833, et restaurée à nouveau en 1952. L'abus de peintures a le même effet que les liftings, Dame de Laurie est aujourd'hui  un peu bouffie, plus laide que ses consoeurs; on lui accorde la douceur d'un

ND de Laurie détail

sourire qui fait souvent défaut aux autres, plus grossière que les autres, moins délicate, elle perd de la superbe hiératique des autres Dames mais gagne en  bienveillance et humanité. Son enfant n'a rien de roman, mais sa laideur nous le rend sympathique. La main, le cabochon, la tunique sans plis doivent sans doute plus à la dernière restauration qu'à l'artiste inconnu du XIIème siècle. 

Il existerait une réplique de cette statue à Clermont Ferrand et à Brioude , a voir donc.