Renoir

Film de Gilles Bourdos avec Michel Bouquet, Christa Théret, Vincent Rottiers, Romane Borhinger (dans une trop courte apparition) sur la fin de vie d'un Renoir souffreteux, mais toujours sensible à la carnation délicate des belles jeunes filles, sur le début de vie fortement amoché par les horreurs de la guerre de son fils Jean qui se distinguera dans l'art cinématographique, grâce à une jeune femme délicieusement jouée par Christa Théret.

C'est un film sensuel à déguster dans un bon fauteuil, par un après midi d'hiver, c'est un film où l'on se plonge dans un univers de femmes belles virevoltant autour d'un Renoir à l'oeil parfois encore vif, où la lumière dorée lumineuse a le reflet des tableaux si colorés de Renoir renoirisant, celui un peu kitsch si décrié par les critiques, un paysage foisonnant de fleurs odorantes, de jeunes femmes pulpeuses à la chair dorée se lovant nues sur des canapés, les voilages des fenêtres ouvertes flottant sous une brise légère ... pas d'histoire précise, du flou, des petits messages glanés ça et là, un Coco Renoir qui pense être mal aimé, un Jean qui veut trouver sa place face à un père envahissant, un modèle qui doit se faire épouser, pour ne pas finir prostituée ou bonne à tout faire ...

Petit instant de vie à la Renoir ,dernier bel été, embelli, idéalisé, empaqueté à la façon d'un cadeau. La souffrance du Renoir rhumatisant n'y change rien, pas plus que la vision des gueules cassées, elles ne sont là finalement que pour rendre crédible cette jolie page, et l'on veut bien y croire, nous, oui, on veut bien y croire.