30 mai 2013

Tamara de Lempicka

T de Lempicka

T de Lemp

Amusant de voir en ce moment à Paris, deux femmes peintres qui connurent un succès franc durant leur époque, l'une et l'autre reines du tout Paris, ayant une vie mondaine active, 2 femmes, particulières, extrêmement différentes dans leur peinture et dans leur vie. Née 15 ans après Marie Laurencin, en Pologne en 1898, cette femme là se révèle aussi singulière que Marie, avec un style bien à elle que l'on reconnaît, comme celui de Marie, mais mieux née que Marie, elle fut beaucoup beaucoup plus riche par son second mariage, beaucoup plus mondaine aussi, elle fit partie aussi de l'élite sociale tendance aristocratique, fut une femme moderne libre et libérée. Marie a vécu une vie riche en rencontres, fit partie de l'élite intellectuelle nouvelle mais sa discretion la démarque de Tamara qui fut toujours en représentation, qui exulta, comme ses nus où une chair ferme mais rebondie puissante et charnelle attire ... loin des formes éthérées de Marie. Tamara posait en robe de soirée quand on la photographiait dans son atelier, Marie, elle posait en tablier de cuisine ... cette distinction loin d'être anodine reflète leur personnalité si différente, et pourtant d'elles restent la même marque dans l'histoire, la peinture féminine des années 20/29. 

En 1920 Tamara est à Paris, sa fille Kizette vient de naître, Tamara qui a 22 ans suit les cours de Maurice Denis et d'André Lhote, en 22 elle expose au salon d'automne. En 1920 Marie âgée de 37 ans a suivi son mari en Allemagne, divorce et revient à Paris au printemps 21. Sa première exposition personnelle a lieu à la galerie de Paul Rosenberg. C'est le début du succès  pour Marie, portraitiste demandée, c'est l'époque des décors et costumes de ballets. Elles auraient pu se rencontrer à ce moment là, mais cela ne se fit pas, en 1937 Tamara  a 39 ans elle expose au Salon des femmes artistes modernes dans le cadre de l'Exposition universelle à Paris, Marie, qui a 54 ans, aussi. On ne sait si elles se rencontrèrent, on peut le penser mais cela ne marqua ni l'une, ni l'autre !  On les vénère aujourd'hui comme des représentantes de l'Art de cette époque particulière que fut l'entre deux guerres, cette période qui s'étendit de 1919 à 1929 dite Années folles. Ces deux femmes là si peu ressemblantes se caractérisent toutefois par leur singulière liberté à faire une peinture reconnaissable entre toutes, l'une optant pour la douceur de longues femmes éthérées aux couleurs délavées, l'autre pour la puissance charnelle, la sensualité de corps de femmes épanouis, se pâmant. Les 2 appartiennent à cette courte époque où l'homosexualité féminine fut bien tolérée dans leur milieu, et chacune en profita grandement. Femme de profil vêtue d'un châle

La Diseuse de bonne aventure

Au début de son activité de peintre, les femmes de Tamara de Lempicka sont massives, les visages frustres ou bizarrement masculins, Tamara ne cherche pas vraiment de style  ... elle peint alors plus par plaisir que par ambition réelle qui viendra plus tard, lors de son premier divorce où elle aura des besoins financiers

Nu assis de profil

Nu assis

Puis un voyage à Rome en 1925 l'initie à la Renaissance italienne, les femmes restent rondes mais deviennent belles, Tamara créera un type de femme, une garçonne, athlétique, voluptueuse etLa Dormeuse

Le Rythme

correspondant à une beauté convenue, avec souvent un regard très spécial, à la fois indifférent mais exprimant une certaine sensualité aguicheuse ... Nu à la colombe

La Tunique roseElle fera bien sûr des portraits de femmes du monde, qu'elle mettra en

Jeune femme à la colonne carrée

Arlette Boucard aux arums 1931

scène avec des robes de grands couturiers qu'elle portera elle même avec élégance, son second mariage lui apportera la fortune, même si elle vit de sa peinture fort confortablement. 

 A partir de 1933, elle se lance dans une série de vieillards, mendiants, saintes,  et reviendra aux portraits un peu plus tardLempicka

 je m'en tiendrai là pour cette fois ci, en ce qui concerne la peinture de Tamara de Lempicka; tout comme celle de Marie Laurencin, il faut éviter le piège de ces 2 expositions, fort belles l'une et l'autre, mais trop orientées à mon avis .... on est un peu trop dirigé. Ces peintures ne me touchent pas vraiment, je reconnais le travail d'artiste que je trouve toujours extraordinaire, moi qui n'ai aucun talent artistique, mais pas d'émotion particulière pour les peintures de Marie Laurencin, je suis sensible par contre à la sensualité puissante et animale qui se dégage de certains nus féminins de Tamara Lempicka.

La Belle Raphaëla

Nu aux voiliers

  

 

 

A vous revoir, donc, vous regarder autrement, vous connaître un peu mieux.

Posté par maison43 à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 mai 2013

Marie Laurencin

Marie Laurencin 1883-1956 commence comme Renoir à peindre des porcelaines à la manufacture de Sèvres  de 1901 à 1903, elle se diversifie dans son style, se cherche, mais a trouvé son thème favori ' les jeunes filles'. Elle aime déjà les chats et les visages féminins. Elle peaufine son dessin en suivant l'Ecole de Dessins de la ville de Paris, puis suivra les cours de l'Académie Humbert. M-Laurencin AutoportraitElle commence son apprentissage de peinture à l'huile, classiquement au début, puis tour à tour, cubiste mais du bout des ongles,Le Pont de Passy 1912l

 à la manière d'un Rousseau mais laurenciséApollinaire et ses amis

un peu orientalisée en autoportraitM-Laurencin détail puis avec une prédilection pour les teintes doucesMédaillon pour la Maison Cubiste. Du fauvisme elle retiendra la liberté d'appliquer ses propres couleurs qui seront toujours son style même si sa palette s'élargira au cours de sa vie, couleurs un peu délavées à la térébenthine. Elle qui a trouvé un style reconnaissable à la manière des grands qu'on reconnaît sans se tromper, elle fera du Laurencin jusqu'au bout : Des yeux noirs, impénétrables, des nez à peine esquissés ou carrément absents et des bouches petites charnues et rosesCollection Combe... elles ressemblent souvent à Marie, ces jeunes femmes, petites soeurs fidèles, éthérées aux visages lisses, blancs et assez inexpressifs de geishas qui l'accompagneront tout au long de sa vie.La Danse - détail

  Marie Laurencin aura beaucoup d'amis, d'amants, d'amantes, des célèbres un peu pygmalions mais surtout tremplins comme Henri-Pierre Roché, Guillaume Apollinaire, des amantes comme Nicole Groult ou Yvonne Crotti, 1 mari allemand qui la contraindra à s'exiler durant la guerre de 14-18 en Espagne, mari dont elle divorcera en 21, en Espagne elle rencontre Rivera, les Delaunay, Kisling, Picabia qui la distrairont de ce triste exil. Braque lui a donné confiance en elle, Apollinaire l'introduira au Bateau Lavoir, elle y rencontrera Picasso, Max Jacob, le douanier Rousseau, Gertrude Stein, Villon, Derain, Matisse, Blaise Cendrars, Reverdy, André Salmon, Francis Carco etc ...  Après son divorce elle deviendra  une portraitiste fort demandée par les gens du Monde, hommes et femmesMadame André Groult née Nicole Poiret - détailCocteau 1921

La baronne Napoléon Gourgaud au manteau rose 1923

ce sont les années folles y compris pour Marie adulée qui dessinera des costumes de scènes, des décors  de ballets;  ses biches, ses fleurs, ses chiens, ses longues femmes trouveront leur place, opportuniste Marie ? sans aucun doute, elle devait avoir un sacré charme persuasif : Elle restera libre de toutes influences, prenant ce qu'elle veut, et laissant le reste. Elle fera du Laurencin, un point c'est tout. De tempérament mélancolique qu'elle cachera sous une espièglerie mutine, elle peindra son idéal féminin qu'elle choisira commeFemme à la guitare - détail

modèle, presque toujours, fin, aérien, de couleur tendre, les yeux souvent noirs où une légère mélancolie régnera aérienne elle aussi !! Les années de crise de 30  jusqu'à l'apojée de la seconde guerre mondiale feront paraître la peinture de Marie d'abord démodée et surtout en décalage avec l'actualité, elle se révélera un brin pro allemande et antisémite, vouera un culte au maréchal Pétain et continuera d'être mondaine durant l'occupation allemande, où elle peindra portraits et fleurs, optant pour son monde à elle idéalisé, celui qui lui permettra de supporter les années de la guerre. En 1943 son appartement est réquisitionné pour loger un pro du marché noir, elle commence alors à réaliser que la guerre n'est pas si jolie ! et quand Max Jacob  est emprisonné et meurt d'une pneumonie, elle est atterrée et tombe loudement dans la réalité des horreurs de la guerre, rejetée, alors, son indifférente bienveillance vis à vis des allemands; un peu inconséquente, Marie, parfois ou bien trop dans sa tour d'ivoire où tout n'est que rose, gris ou bleu.La Répétition 1936

Le Cheval noir ou la Promenade

Trois jeunes femmes - détail

A la fin de la guerre, Marie n'échappe pas à l'épuration, et séjournera au camp de Drancy une semaine, elle n'oubliera pas bien sûr cette semaine, et sa souffrance ancienne longtemps maintenue en laisse, va désormais prendre le dessus, elle va devenir sauvage, s'isoler un peu du monde, peindra encore, mais peu, 70 toiles durant les 11 dernières années de sa vie, du Laurencin un peu édulcoré. Sa peinture est fort appréciée des japonais un musée entier lui est consacré au Japon.  Peu d'aquarelles dans cette exposition, des huiles sur panneau, toile, bois, carton, environ 1400 qu'elle peignit  contre environ 1800 huiles. La peinture de Marie Laurencin, femme particulière, est entrée dans l'Histoire, une époque, une atmosphère. Marie, tu as résisté au temps, que l'on n'aime ou pas, tes tableaux font partie de l'Histoire.La Femme-Cheval

M-Laurencin Détail

laurencin_1916_nu_au_miroir

Mon portrait 1924

Collection Combe 2Sources :

Marie Laurencin de Flora Groult

Marie Laurencin de Bertrand Meyer-Stabley 

Commentaires Musée Marmottan où exposition jusqu'au 30 Juin 2013.

Posté par maison43 à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mai 2013

Philippe Kaeppelin

Philippe Kaeppelin

Ponot réputé,  son art s'est spécialisé dans l'art religieux, mais il était multiple, Philippe Kaeppelin 1919-2011 et avait un humour fou, une liesse particulière à animaliser les hommes, à humaniser les bêtes.

En 1945 il  rencontre Alexandre Vialatte 1901-1971 écrivain, chroniqueur; Kaeppelin hérite du dictionnaire Dupiney de Vorepierre fort documenté sur la zoologie avec dessins à l'appui, Vialatte y puisera l'idée de son bestiaire. Philippe Kaeppelin lui, sera inspiré par la vision de la hyène empaillée

P

Kaeppelinune des nombreuses bêtes mythiques supposées être bêtes du Gévaudan rencontrée au musée du Puy. En 1960 il réalisera son premier animal sculpté un coq que Vialatte nommera Le Poulet métaphysique, il en représentera plusieurs de ces volatiles ...

bestiaire4

Kaeppelin donnera avec Vialatte des drôles de noms à ces drôles de bêtes ....   La punaise capillairebestiaire2 qui se blottit dans les perruques et les postiches où elle se dessèche et y joue alors un décor discret ...

Le Sergent bestiaire 6

les oiseaux qui sont cruels et rêvassiers, parfois même diaboliques ..

 

 

 

 

 

 

bestiaire3

Le Taureau à vapeur : une locomotive à tête de boeuf, à cuisses de poulet, aux bras frêles de faucheux ..

 Ces commentaires précédents sont de Philippe Kaeppelin, extraits du livret ' Oeuvres profanesPhilippe Kaeppelin'.  Monsieur GryphusBestiaire1

à tête d'oiseau, à corps de serpent, à pattes de volatile, pour rêver, monstre rigolo et sympathique.

bestiaire7

La reine de Saba, une fière  Dame un peu poulette quand même ...

Un rhinocéros,

PK

Kaeppelin 2

un Roi des mouches,

bestiaire8

un polyglotte bossu, un coq perché,bestiaire9 une horloge,

ph K

un Christ Ph kaeppelin

Phil Kaeppelin

 un autre ... l'art sacré qui a fait le succès de Philippe Kaeppelin; manquent les autels, les ambons ...une autre rencontre à faire au gré des balades ...

Pour ceux que cela intéresse un site où se procurer un petit livret sur les oeuvres profanes de Philippe Kaeppelin, un site pour le rencontrer un peu plus. http://amispkaeppelin.blogspot.fr/

 

Posté par maison43 à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2013

Charles Maurin- La Sérothérapie

Maurin

Peintre, graveur, né en 1856 au Puy en Vélay mort en 1914 à Grasse, on le disait sympathisant des anarchistes, engagé, on dit qu'il mit ses idées dans ses thèmes ...  Ce tableau est à la gloire d'Emile Roux (1853-1933)La Sérothérapie

 

 

 

 

Sérothérapie bis

médecin, bactériologiste, qui découvrit le sérum antidiphtérique et qui le testa avec succès sur des enfants malades à Trousseau et aux enfants malades. Il suivit, enfant une partie de ses études au Puy en Vélay.

A vous revoir monsieur Maurin, au musée Crozatier quand il ouvrira ses portes d'ici un peu plus de 2 ans ou ailleurs ...

Posté par maison43 à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mai 2013

L'écume des jours

L'écume des jours

Film de Michel Gondry avec Audrey Tatou, Romain Duris, Gad Elmaleh, Omar Sy, Aissa Maiga

Film en 2 parties, l'une gaie, l'autre pas, l'une riche en couleurs, l'autre en noir et gris, l'une bonheur et l'autre malheur, l'une richesse et joyeuse oisiveté, l'autre pauvreté et labeur épuisant ... des trouvailles amusantes, abracadabrantes, féeriques, délicieusement décalées pour la première partie avec une musique jazz à la Vian, un rêve drôle et délicieux, et puis avec la fleur qui envahit les poumons de Chloé, le rêve se transforme en cauchemar, le monde enchanté de Colin et de Chloé se désagrège, se rapetisse jusqu'à devenir un sombre et infâme taudis, la folie guette les uns, la misère les autres, une drôle d'atmosphère où tout est noirceur, dévastation, presque un état de guerre ... et l'amour dans tout ça, et bien il est là du début jusqu'à la fin, il colore la vie quand tout est bonheur, et il se met en deuil au fur et à mesure de la dégradation de la santé de Chloé, l'humour se fait plus grinçant et plus rare, mais le fantastique se porte bien du début à la fin, et moi j'aime bien ...  J'avoue que j'ai oublié le roman de Boris Vian, alors cela évite les comparaisons, et c'est tant mieux ! ce film m'a donné envie de relire le roman.  

Posté par maison43 à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2013

Le Passé

Le Passé

Film de Asghar Farhadi avec Bérénice Bejo, Tahar Rahim, Ali Mosaffa.

C'est l'histoire d'un adultère, où le suicide manqué d'un protagoniste du trio transforme le drame en thriller psychologique assez bien mené avec moults rebondissements, le 4ème membre, mari (séparé)de l'amante vient d'Iran pour divorcer, c'est lui qui aide à démêler les noeuds de l'intrigue en intervenant auprès de sa future ex-femme, de la fille aînée de celle ci, et du jeune fils de l'amant ...Bérénice Bejo joue cette femme, qui a 2 enfants d'un précédent mariage, Ali Mosaffa en joue le mari, séparé d'elle depuis 4 ans, Tahar Rahim joue l'amant dont l'épouse est en coma dépassé suite à un suicide manqué ... oui, c'est compliqué, forcément comme dans la vie. Il n'y a pas de fin, ni heureuse, ni malheureuse, même pas de question franchement posée, en tous cas le film ne donne aucune réponse, c'est à chacun de choisir la fin qu'il préfère, mais on peut supposer qu'il n'y aura pas de fin, et que cahin-caha le trio perdurera, et le 4ème ? lui, il retourne dans son pays, n'ayant au final pas d'autre choix, contre, peut être, son coeur défendant.

Pas de parti pris chez Farhadi, il se contente de mettre en scène un scénario habilement monté, où les pièces de ce puzzle se mettent en place lentement, il n'y a rien d'affirmatif chez lui, des vérités suggérées, et une fin qui n'en n'est pas une, laissant toutes les portes ouvertes. Personne n'est coupable, personne n'est innocent, comme dans la vie en somme !

Posté par maison43 à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2013

Tender

Tender

A t'il fait partie de ces aventuriers du rail, vers 1857, de ceux qui ont construit 98 tunnels, 46 viaducs, qui constituent 154 km en terre sauvage difficile d'accès qui longe durant 60 km les gorges de l'Allier, qui va de Prades à La Bastide et qui appartient à la ligne des Cevennes, ou  plutôt était-il chauffeur ou mécanicien de locomotive à vapeur comme pourrait l'indiquer sa tombe  ... Il habitait près de Chapeauroux, dans la commune de Saint-Haon, de lui reste sa tombe qui évoque un tender de locomotive à vapeur. 

Locomotive à tender séparé

Un tender est un wagon placé immédiatement après une locomotive à vapeur pour assurer son approvisionnement en eau et en charbon.

Saint-Haon

 

Émouvant témoignage d'une épopée, d'une vie. Entre Margeride et Haut Allier.

Repose dans cette tombe également un résistant Paul Menut, résistant du groupe du Haut Allier.

 

Posté par maison43 à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2013

Julio Le Parc

Bois métal lumière

Voyage initiatique dans un domaine qui m'est étranger, un peu entrevu Musée de T 11avec les Néons de François Morellet rencontrés au hasard de mes balades muséales.

L'exposition actuelle au Palais de Tokyo me permet d'entrer dans un monde inconnu, l'art visuel,

Déplacements

Musée de T

l'art cinétique (parties de l'oeuvre en mouvement) l'art optique ou l'Op Art (illusion optique du mouvement). Julio Le Parc est né en Argentine en 1928.

Membre fondateur du G.R.A.V. (Groupe de recherche d'art visuel). Défenseur des droits de l'homme, il s'est souvent opposé aux institutions, au pouvoir politique, aux dictatures d'Amérique latine. Il travaille sur le champ visuel, la lumière, le mouvement.

Modulations (noir et blanc)

Palais de T 2

L'exposition du Palais de Tokyo est une rétrospective de ses oeuvres, et est particulièrement attrayante.                     

Musée de T8

Modulations couleur

 

Musée de T 3

Musée de T 7

Musée de T 6

Musée de T5

Alors en vrac, je n'ai pas et de loin la

Mobiles

Musée de T 13

Sphère rouge Julio Le Parc

maîtrise de son oeuvre, ni son évolution ...  Mais ce labyrinthe un peu obscur au début, ombre et lumière, s'est ouvert sur un espace coloré, toujours aussi énigmatique pour moi dans le fond, mais ce fut un laisser-passer dans un monde différent où un ravissement certain se suffit à lui même. 

Surfaces

Musée de T9

Palais de T9

 

 

 

 

 

http://www.julioleparc.org/

   

Posté par maison43 à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :