28 novembre 2013

Frida Kahlo

Imogen Cunningham

Tu sais, ma belle cela fait un peu plus de 2 ans que j'attends de voir tes toiles, en même temps il y a 2 ans j'étais occupée ailleurs avec mes mourantes ... alors au final c'est bien tombé ce retard. J'ai eu le temps de t'apprendre un peu.

L'Orangerie, c'est un joli nom pour te recevoir, c'est cependant bien occupé déjà avec Monet et la collection de Paul Guillaume, alors forcément dans cet endroit trop exigu pour toi, tu es un peu à l'étroit, d'autant plus que ton Diego prend, aussi, beaucoup de place. Bon en même temps, tes toiles ne sont pas si grandes, mais j'aurais aimé en trouver un peu plus. Parlons en donc un peu de ce Diego, il fut l'un des hommes de ta vie, il y en eut d'autres qui comptèrent mais le talent de peintre, la présence rassurante et confortable de Diego Rivera, son engagement politique en firent ton préféré, celui qui s'occupa de toi jusqu'au bout, celui qui ferma tes beaux yeux. Tu étais belle Frida et multiple, tu cultivas toujours une ambiguïté avec ton imageFrida Khalo 1926 2

 ton double était un beau jeune homme te ressemblant comme le frère que tu n'eus pas, ton double était aussi une Frida narcissique en bonne santé qui devait le montrer au monde épaté ! Tes tableaux Frida sont parfois des planches anatomiques surréalistes, une sorte d'éducation sexuelle cauchemardesque pour adolescents curieux ou amateurs de petites horreurs :

Frida Khalo 1932

 un réel exutoire pour toi,  la peinture, toi qui vécus toujours avec l'intolérable souffrance :  La polyomélite à 6 ans qui te laisse infirme de ta jambe gauche et puis ce terrible accident d'autobus en 1925 à 18 ans où une rampe de bus te transperce : fractures de la colonne vertébrale, du col du fémur, des côtes, de la jambe gauche, du pied droit, de l'os pelvien, rein endommagé, abdomen transpercé jusqu'au vagin ... inventaire fou et dantesque de tes blessures ! et pourtant tu eus le courage de tout surmonter avec un humour que l'on disait noir; alitée le corps emprisonné, ton ciel de lit-miroir, tu commenças à te peindre, 56 fois, ton premier autoportrait est idyllique, romantique, la Frida qui est morte à jamais disparue.

Frida Khalo 1926

La réalité est plus dure, l'image plus dure, virile pour oublier la blessure faite à ta féminité.. Cette photo prise par son photographe de père date de 1926. Bien sûr tu connais de réputation Diego, bien sûr cet homme étonnant de vie, cet artiste célèbre, te plaît, bien sûr ta causticité spontanée et fraîche lui plaît aussi, vos deux talents pour la peinture, votre goût pour la révolution et votre pays feront le reste. Il y aura par la suite tes amours avec d'autres hommes brillants, Trotski, Breton,  et d'autres que l'on te prête à tort ou à raison, et peu importe, il y aura tes désirs avortés d'enfant,

Frida 1945

il y aura des chiens, des singes, des perroquets, des chats, petits compagnons qui rempliront ta solitude, il y aura des tromperies plus cruelles de ton Diego que d'autres et seule tu le fus souvent comme le sont les êtres qui souffrent physiquement et moralement.Frida Khalo

Tu seras opérée moults fois, tu porteras un corset, tu te déplaceras en fauteuil roulant, et même en lit, tu meurs jeune à l'âge de 47 ans en 1954. Les douleurs à manier le pinceau te restreignent le geste, te broient le dos et expliquent sans doute que tu ne te sois pas lancée dans de grandes toiles. 

Et puis il y a les petites surprises où tu es différente, ce Masque où tu pleuresLe masque

 toi qui d'habitude te peins droite, fière et impassible, ce petit poussin délicat et sobre si solitaire dans ta peinture extravertie et colorée.

Fr Kahlo

ce cercle de 1950, où tu n'es qu'un corps de femme, aux seins, au sexe offert, amputé et sans tête, libre de ne plus souffrir ni dans ton corps ni dans ta tête, une femme tronc belle, une gourmandise offerte, quelle femme-volcan tu aurais été sans tes blessures !! (oui c'est mon interprétation très personnelle), petite

Le cercle

peinture sombre, peinte sur aluminium. Nul doute que ton dramatique destin a déterminé ta peinture, limité ta vie, nul doute que tu aurais évolué autrement si seulement si ...

Celui là, je l'aime bien aussi, un petit foetus, quelques larmes et le soleil quand même.

Le soleil et la vie 1947

.

 

  

Posté par maison43 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 novembre 2013

Le père éternel - Anne Goscinny

Anne Goscinny

Il y a indéniablement un rythme musical dans les romans d'Anne Goscinny; toujours aussi plaisante, l'écriture est simple et douce à lire. 

Une chanson de la vie joyeuse et tragique, une berceuse en yiddish 'A Yiddishe Mame' où l'on retrouve chaque année, au temps des chrysanthèmes, une petite fille et un gardien de cimetière dans la ville du mimosa, Nice, alors mimosa oblige !

Une strophe pour Sophie, une strophe pour Max et puis le refrain qu'entonne Max chaque année. 

Pour Sophie, l'absent est ce père peu connu dont l'enfant oubliera presque tout, sublimé et incarné en la personne de pères de substitution qui resteront le temps d'une strophe, le père devenant peu à peu éternel, hiératique image. 

Pour Max, l'absente est Hanna morte à 17 ans gazée dont il attend l'éternel retour.

Sophie laisse une lettre sur la tombe que Max lit et conserve précieusement.

Max a 3 amies, la fleuriste Marylin, Thérèse celle de Lisieux et Sophie. 

  Il faudra à ces deux là, 22 consonnes de l'alphabet hébraïque pour enterrer leurs morts.

 

Posté par maison43 à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 novembre 2013

Diego Rivera

Diego devant l'Histoire du monde - Mexico 1951

Né en 1886, au Mexique, Diego Rivera fait l'école des Beaux Arts à San Carlos.

Diego a très tôt connu le manque, celui d'abord de son jumeau mort à 1 an et demi, puis celui de la présence maternelle qui déprimée le confiera à une nourrice, une belle indienne sculpturale Antonia. D'elle il gardera un appétit boulimique des femmes qu'il collectionnera et dans sa vie, et dans ses toiles.

Femme assise avec des tresses 1941 Diego Rivera

Cet homme là est fascinant de laideur; fort étonnant est aussi l'attrait sexuel qu'il suscite chez les femmes. Il devait être diablement charmeur cet homme pour plaire à ce point avec le physique qu'il avait !

 Ce géant apprend l'art du dessin avec José Guadalupe Posada (1852-1913) illustrateur de l'art indien renouvelé et caricaturiste du régime de Porfirio Díaz. En 1907 Diego part en Europe 3 ans avant la révolution de 1910, il ira d'abord en Espagne au musée du Prado voir Goya et Velasquez puis en France à Montparnasse ou il admirera la peinture de Cezanne.  Un bref retour au Mexique où il ne se confrontera pas à la révolution, puis retour à la révolution artistique qui naît à Paris avec le mouvement Dada, le cubisme avec Picasso qu'il rencontre en 1914

Diego Rivera 1915 Le marché aux puces

Diego Rivera Paysage zapatiste 1915

 en compagnie de Picabia, Juan Gris, Braque et Modigliani.  Il rencontre aussi, lui dont la grand mère est juive et portugaise, les artistes émigrés Soutine, Kisling, Max Jacob. Il aura un fils de sa première épouse Angélina Beloff qui mourra en 1918. Il aura une fille d'une Marievna dont il ne s'occupera pas, il aura plusieurs liaisons amoureuses dans cette vie de bohème et de misère où sa passion dominatrice pour l'art le domine et prédominera toujours. Avant de retourner au Mexique, il découvrira en Italie en 1921 les fresques de Michel Ange et il aimera ces fresques qui sortent des églises pour s'épanouir dans la rue et les demeures. En 1921 lors de son retour au Mexique Frida Khalo a 14 ans, Alvaro Obregón est au gouvernement et charge José Vasconcélos revenu d'Europe d'organiser la culture au Mexique. Vasconcelos demande à Diego Rivera  de mettre en images la révolution politique, Diego rentre d'un voyage aux Chiapas et au Yucatan, la tête pleine de l'art maya. Il devient ainsi le chef de file du muralisme. Il peindra, entre autres la 'Ballade de la Révolution prolétarienne ' au ministère de l'Education. Il faut comprendre alors que les mexicains vivent pour la plus part dans un monde d'ignorance totale, le muralisme se met au service de la révolution politique pour enseigner aux analphabètes l'histoire qui est en marche, dans une trompeuse apparence de liesse joyeuse et naïve où les artistes, les intellectuels se mêlent au peuple en leur faisant découvrir aussi leur passé indien. Les fresques fleurissent partout. Naturellement en compagnie des autres artistes comme David Alfaro Siqueiros, José Clemente Orozco et Xavier Guerrero Diego Rivéra est attiré par le communisme, Diego sera invité par le gouvernement soviétique, fera un portrait de Staline auquel il restera fidèle dans la pensée. 

 Et c'est à ce moment là qu'il rencontre une femme à sa mesure Frida Khalo, femme qu'il aimera plus que les autres. 

Frida est séduite par cet artiste d'action et de pouvoir et l'épouse en 1929. Diego peindra le ministère durant 4 ans et réalisera 124 fresques. Diego utilisera également plus personnellement ces fresques pour glorifier le

Portrait de Dolores Olmedo 1955corps féminin fécond et généreux. En 29 Diego quitte le parti communiste, en réalité il en est exclu, lui qui ne suit plus cet idéal communiste et tire de l'argent de sa peinture, peu regardant aux dires des communistes de la provenance de cet argent. En 1930 Diego va aux USA  à San Francisco. En 1931 au musée d'art moderne à New York a lieu une exposition de Diego Rivera : 143 toiles avec des fresques peintes sur des panneaux mobiles. Le rêve américain de Diego s'arrêtera, lorsqu'il peindra le visage de Lénine sur les murs du hall du centre Rockefeller (sacré Diego qui ne doute de rien !), on lui demandera de l'effacer, il refusera et les fresques seront alors détruites. D'autres aventures arriveront à Diego qui continuera à peindre, à idéaliser le communisme, à aimer Frida et d'autres femmes aussi, mais pour cette première fois en sa compagnie, je m'arrête là repue pour le moment sur le sujet. J'aimerais vous revoir Monsieur, vous aussi, je suis curieuse de vous toujours.

  Il meurt en 1957, 3 ans après Frida.

Renseignements tirés du livre de J.M.G Le Clézio - Diego et Frida

En ce moment, Diego Rivera est visible à l'Orangerie, en compagnie des toiles de Frida Khalo jusqu'au 13 Janvier 2013. Exposition un peu réduite qui m'a laissée sur ma faim.

Bien sûr, les fresques manquent à l'exposition, un jour peut être à Mexico, qui sait ?

 

Diego Rivera fresque murale détail

Posté par maison43 à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2013

Le voleur de mère - Anne Goscinny

Anne Goscinny

Petit livre vite lu à l'écriture agréable et simple, écrit à la manière d'un journal à 6 mains, celles de Fa, celles de Sol et celles de Si.

Une petite cantate du bout des doigts, obsédante et maladroite ....

Petite musique, ode à une mère aimée et aimante morte trop jeune laissant une fille trop jeune, mais voilà cette morte est morte d'un double cancer : cancer du sein et cancer à visage humain sous la forme d'un Fa voleur de biens, voleur de vie, voleur de mort, et voleur de mère. Mais ce voleur là paiera cher ses trahisons, et Sol retrouvera le goût de la vie, celui d'aimer et le droit à l'amour maternel toujours vivant celui qui dure l'éternité.    

Petit livre-musique plaisant. Une petite cantate ....

Posté par maison43 à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2013

Les Garçons et Guillaume, à table

Guillaume Gallienne

Film de Guillaume Gallienne

Film à l'humour parfois potache et volontiers burlesque dans des scènes qui deviendront, avec le temps, anthologiques, comme la scène avec le psychiatre du service militaire, les expressions maternelles 'tu sais quoi, y en a plein qui vivent très heureux ou encore ' tu as toujours eu un peu peur des chevaux, forcément cela ne peut pas marcher'. En même temps ce film est un hymne aux femmes, un hommage aux mères, attendrissant  et fin dans ses analyses.

Beau film sur les préjugés. On peut détester le sport, être plutôt chétif, avoir une sensibilité dite féminine, aimer Sissi, et être un homme. On peut être vulgaire, adorer s'asseoir virilement, avoir un humour de troupier et être une femme. Beau film sur le droit à la différence. 

Une mention spéciale pour l'échantillon de psychiatres offert par Guillaume Gallienne. Oui, Guillaume Gallienne est aussi bon dans le rôle du fils que celui de la mère.

Posté par maison43 à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 novembre 2013

Erin Lawlor

Erin lawlor 2010

Erin Lawlor 2012

Evoquée par Abdelwahab Meddeb sur France Culture, alors qu'il recevait Najia Mehadji, entendu le rapprochement fait entre la peinture de cette dernière citée avec Erin Lawlor. Et moi, superbe ignorante, ai voulu en savoir un peu plus sur cette peintre Erin Lawlor .. on ne peut tout connaître, hélàs, une vie même bien remplie n'y suffirait pas, alors chercher par tous les moyens des bribes de savoir entendues, vues ou lues, et surtout s'en souvenir ! Pas de tri intellectuel ou réfléchi chez moi, uniquement l'instinct que cela me plaît, alors le garder en mémoire. Ce blog m'y aide un peu.

Erin Lawlor est née en Angleterre en 1969. Vit et travaille en France depuis 1987.

Elle utilise des brosses larges, joue avec les ombres et les couleurs.

Son site : http://erinlawlor.com/

'Une ouverture vers les hasards/accidents qui s'opèrent sur la toile, l'instant qu'on laisse survivre'

Citation d'Erin Lawlor. 

L'instant qu'on laisse survivre, voilà qui me plaît bien.

Posté par maison43 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 novembre 2013

La Vénus à la fourrure

Polanski

Film de Roman Polanski

Huit clos théâtral entre un metteur en scène imbu de lui même et une comédienne venue auditionner pour une pièce de théâtre tirée d'un livre de Léopold Von Sacher-Masoch 'La Venus à la fourrure' (roman qui lui fut inspiré par des épisodes de sa vie, son modèle féminin est une femme dominatrice, qui  tyrannise l'homme qu'elle aime à sa demande d'ailleurs, tour à tour soumise ou autoritaire). Pour Sacher-Masoch le rapport amoureux entre un homme et une femme est forcément soumission ou domination, rien d'harmonieux en tout cas . Le terme masochisme fut employé à partir du nom de Sacher-Masoch par un psychiatre qui étudia les oeuvres de Sacher-Masoch et celles de Sade.

Roman Polanski met donc en scène une adaptation de ce roman à la sauce Polanski, Emmanuelle Seigner-Wanda joue aussi bien une bimbo inculte, qu'une femme cultivée et délicate, Mathieu Amalric-Thomas est aussi à l'aise pour jouer un amoureux transi, qu'un masochiste ambigu ... c'est le jeu du chat et de la souris; celui d'un Pygmalion et de sa Galatée, c'est la cruauté d'un jeu amoureux où l'élève dépasse le maître ou celui qui croyait l'être. Wanda est face à Thomas, et joue avec lui. Pour Sacher-Masoch la femme ne pouvait être une compagne pour l'homme car elle n'avait ni éducation, ni droit social. Pour Polanski, la femme est devenue la compagne égale de l'homme, et a dépassé l'homme dans le jeu pervers qu'elle a mis en scène pour ... pourquoi d'ailleurs ? le séduire, le punir, l'anéantir, le dépasser ou tout simplement s'en divertir ... Trouvez la réponse !

Posté par maison43 à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2013

Sebastiáo Salgado

salgado 2 colorado

Les photos de paysages classiques m'ennuient, les portraits me plaisent, les scènes de rues et de vie me passionnent et j'adore les prises de vues insolites, zoomées. A priori je n'aimais pas trop Sebastiáo Salgado, les photos étaient belles, mais les sujets trop réalistes sur les misères du monde me semblaient être d'un exhibitionnisme dérangeant profitant plus au photographe qu'aux êtres humains en détresse. Il semble cependant que ce témoignage d'une humanité en péril ait trouvé un écho, chez les dirigeants, et que Salgado soit ainsi devenu une sorte de porte-parole ... 

Avec l'exposition actuelle 'Genésis' à laPhoto Maison Européenne de la Photographie, ce baroudeur passionné nous présente une vision idyllique

Sebastiao Salgado 2009 Bresil les Zoé

 des peuples aux coutumes ancestrales qui vivent en harmonie avec la terre, une sorte d'Eden dont nous avons été chassés par notre mauvaise conduite envers la Terre. Les 245 photos exposées très sophistiquées sont des oeuvres d'art où les paysages semblent crayonnés au fusain, où les personnages sont mis en scène dans une nature grandiose qu'ils respectent toujours. Le but du photographe  Salgado est de nous faire aimer cette nature si somptueuse jusqu'à

Salgado3

susciter en nous les gestes bons pour la planète. 

Il y a pire comme propagande, non ?

Posté par maison43 à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 novembre 2013

Mal de pierres- Milena Agus

Mal de pierres

 Née en 1959.

Petit livre pour les paresseux, mais dont l'écriture sobre, concise et précise séduit agréablement. Milena Agus ne perd pas son temps, non plus, dans les descriptions où nous risquerions de nous perdre, rêveusement. La narratrice est là pour raconter sa grand-mère et lui redonner vie. Belle femme minée par des coliques néphrétiques dans une Sardaigne sauvage. Grande amoureuse initiée par un mari habitué des maisons closes, elle trouvera l'extase amoureuse avec un amant 'Le Rescapé'.

Mythomane la grand-mère, ou prenant ses rêves pour la réalité ? qui est le plus dérangé dans cette histoire, le grand-père, la grand-mère, le rescapé ? Il y a au final qu'une seule leçon à retirer de ce livre, n'arrêtons pas d'imaginer, et si nos vies nous déplaisent, inventons les. Écrivons.

'N'arrêtez pas d'imaginer. Vous n'êtes pas dérangée. Ne croyez plus jamais ceux qui disent cette chose injuste et méchante. Écrivez.' Extrait.   

Posté par maison43 à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2013

Les Montgolfières en Velay

Le puy en Velay 2
Le Puy en Velay

Depuis une vingtaine d'années, les Montgolfières se rassemblent chaque année autour du Puy en Velay dans des sites naturels grandioses. Le vent est le seul maître à bord qui décide, du lieu précis, de l'envol ou de son annulation. Le soleil et le ciel bleu n'y font rien, sans la direction du vent, sans la force du vent adéquate, l'envol ne peut avoir lieu; alors on attend les indications précieuses de la météorologie, tout en lançant des ballons qui indiqueront la direction du vent ...petite compensation !!!!

ballons1

et puis après une dernière palabre, l'attente est enfin récompensée, certains se retirent, d'autres ont choisi, une quarantaine environ,  pour notre plus grand plaisir, de s'envoler. 12 km séparent par la route, Saint Vidal, du lieu d'arrivée Saint

IMG_0293

Vincent;  le vol dure environ 45 minutes à 1 heure. 

3 cocci

Pas assez de place pour les gonfler toutes en même temps, cela se fait progressivement, et quand l'une décolle, l'autre prend ses aises et se déploie. De toutes les couleurs, de toutes les pubs, elles étalent leur robe, mettent leur panier et se pavanent majestueusement devant nos yeux emerveillés.

ballons15
ballons16

Il y a de la magie, de la poésie en l'air, légères et rapides elles se déplacent au dessus de nous, puis affleurent la colline et disparaissent de l'autre côté.  Nous suivons les intrépides voyageuses jusqu'au bout de leur voyage.

ballons7

A la nuit naissante, elles reprendront leur forme plate  et pliée soigneusement, et nous, satisfaits d'avoir fait un si beau voyage, même en rêve, nous garderons ces belles dames en tête dans nos souvenirs heureux.  

Le site pour visionner les voyages.

http://www.montgolfiere-en-velay.fr/index.php

Posté par maison43 à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,