A Ernaux

Livre court, 66 pages d'écriture pour l'édition Gallimard, la police est idéale pour les presbytes. Un thème : La passion amoureuse, soit une dissection anatomique et sèche des affects ressentis par Annie Ernaux lors de sa passion brève avec un homme marié, monsieur A, en déplacement en France pour son travail. Une addiction impérative plus que de l'amour-passion je trouve, car il n'y a pas de place pour les sentiments amoureux, domine seul dans ce couple un attrait irresistible et violent pour le sexe où tout tourne autour de cet homme 'Les seules actions où j'engageais ma volonté, mon désir et quelque chose qui dit être l'intelligence humaine (prévoir, évaluer le pour et le contre, les conséquences) avaient toutes un lien avec cet homme.' extrait. Lire est devenu pour elle 'un moyen d'user le temps entre deux rencontres'. Cette incorrigible preneuse de mots écrit avant la rencontre et après la rencontre pour en fixer les paroles et les gestes échangés.

Témoignage, confidence, procès verbal, commentaire de texte, quel est le mode d'écriture choisi par Annie Ernaux ? un peu de tout sans valeur morale, sans émotion débordante. Pas de fusion entre eux, pas d'harmonieuse communication, aucune illusion sur un amour partagé et durable, une passion sexuelle et cérébrale  car Annie Ernaux s'adonne sans limites aux sensations ressenties où son imagination débordante l'emmène, elle est son propre cobaye et note ses impressions à la manière d'une scientifique. Elle aime mettre en scène les rapports sexuels, de la même façon impersonnelle qu'elle traite sa passion, elle les visualise et nous les met en image, il y a un côté militant tenace chez Annie Ernaux un peu surrané je trouve.

 Monsieur A repartant dans son pays, le sevrage brutal sera évidemment douloureux, le corps entier me faisait mal et puis le chemin de la guérison qui passe par l'écriture pour rester, d'abord, dans le temps passé de la passion, ensuite, pour sauver cette passion du temps qui passe, la garder dans la mémoire et au final la rendre d'utilité publique pour ceux qui la liront, et la rendre ainsi universelle, faisant partie de la mémoire des autres. Mais en même temps cette passion lui aura apporté un regard différent sur ses semblables. Cette passion l'a reliée au monde des autres, dans ce que chacun peut éprouver lorqu'il est addict à un être, il n'y a plus de limite qui la sépare de ses semblables puisqu'elle a agi comme les autres qu'elle trouvait insensés. Cet homme par ce qu'elle a vécu d'outrancier dans sa passion lui a apporté un peu plus d'humanité, un regard différent et compréhensif sur les autres . 'Une sorte de don reversé'.

Une passion éphémère de 2 ans qui vous ouvre aux autres et vous rend meilleure.

Un luxe conclut Annie Ernaux.

Pas faux, je trouve, mais cette conclusion est significative, et  je pense  et cela n'engage que moi qu'Annie Ernaux manifeste ainsi un besoin de se protéger de l'amour en le limitant dans l'écrit au sexe seul, en en niant l'impact amoureux. Annie Ernaux en parle trop de cette passion pour la restreindre à une Passion simple. Mais rien n'est simple, là non non plus.