31 janvier 2014

Le Lac du Bouchet 43

volcanisme

Géologiquement il s'agit d'une rencontre violente entre le feu  à plus de 1000 degrés sous la forme d'une roche en fusion (dit magma) et l'eau au plus profond d'un plateau volcanique, une rencontre explosive de vapeurs d'eau et de roches pulvérisées, le tout à plus de 10 km de hauteur, creusant ainsi un immense cratère, une cuvette de forme ovale.

Historiquement un tertre funéraire ( terre recouvrant une sépulture) à l'âge de fer, puis plus tard un établissement gallo-romain dont on a retrouvé quelques vestiges.

Socialement un site utilisé par les bergers qui viennent faire paître leurs moutons, et un immense lavoir pour les femmes des alentours. Devenu depuis le début du XX siècle un site touristique fort apprécié. Lac du Bouchet

Lac du Bouchet 1953

Sentimentalement un lieu familial où nous allions nous promener en famille.  

Et pour tous une balade tranquille à faire, ce lac situé en Haute Loire, en Vélay, dans le Devès près du village le Bouchet Saint Nicolas.

Court une légende qui dit qu'un village était bâti en ce lieu, l'abondance y régnait. Un mendiant se voit refuser l'aumône, seule une vieille femme n'ayant pour seul bien qu'une chèvre lui fait la charité, selon une autre version ce sont 2 saints qui se virent refuser un asile pour la nuit. Le lendemain, le mendiant se transforma en Fils de Dieu et oui, pas moins, mais il fut chassé par les Druides qui le traitèrent d'imposteur. Jésus  revint le lendemain pour mander la vieille de rejoindre le coteau sans se retourner, et il déclencha un orage (ou un incendie selon d'autres sources) qui dévasta le bourg, las, la vieille curieuse ne put s'empêcher de regarder le village s'engloutir dans les eaux et fut transformée en pierre, illico, sa chèvre itou. Pas si cool, le fils de Dieu !

Alors en hommage à la Vieille Dame dont la générosité fut bien mal récompensée, on érigea à cet endroit une croix.

La croix de la chèvre

La croix actuelle est moderne, son socle est dû à Philippe Kaeppelin. Elle est située à 1242 m.

La chèvre

Par temps clair, on peut distinguer les ruines du village, et même entendre le son d'une cloche, et malheur à celui qui veut aller voir de plus près, un tourbillon l'emportera sûrement au fond du lac. D'ailleurs un villageois voulant mesurer la profondeur des eaux avec un seau et une corde en retira un seau rempli de sang, il ne dut son salut qu'à Saint Nicolas qui pour une raison connue de lui seul lui assura sa protection contre la colère du divin. Décidément, pas commode le divin.

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 janvier 2014

L'arrière-saison Philippe Besson

Philippe Besson

Inspiré d'un tableau de Hopper 'Nighthawks' Noctambules peint en 1942.

Hopper a acheté un terrain à Cap Code en 1933 et y construit une maison atelier à South Truro où lui et sa femme Jo passeront les étés.

Philippe Besson reprend les personnages du tableau et raconte un moment de leur vie. Il s'agit d'un huit clos entre 4 personnages, l'un fantomatique qui ne sera jamais présent. Une femme Louise Cooper qui écrit des pièces de théâtre (souvent chez Philippe Besson une Louise écrivain, non ?). Ben le serveur, entre eux, une affection distanciée les lie ou une habitude de 10 ans ou encore une sorte de fraternité. Et puis un homme, Stéphen, forcément, celui du tableau, un revenant, premier amour de Louise mais qui préféra un confortable mariage aujourd'hui terminé, dans l'ombre, l'amant actuel de Louise marié qui ne viendra pas ce soir, ni les autres soirs d'ailleurs ... Alors face à face entre les 2 ex-amoureux, ce qu'ils se disent, ce qu'ils taisent, ce qu'ils souhaitent, ce qu'ils espèrent ...

Peu de surprises dans ce livre par ailleurs fort bien écrit, chacun raconte sa vie qu'on voit défiler devant nous. Calme, lente et attendue l'intrigue dés le début, comme Louise qui avait annoncé à Stéphen son futur échec en faisant un mariage de raison, on connaît d'emblée la fin possible du livre. Il n'y a pas d'intrigue d'ailleurs, juste un couple, elle vêtue de rouge, lui oiseau de nuit en costume sombre, qui se retrouvent devant leur témoin Ben, chez Phillies, un café situé à Cape Cod, un soir de Septembre encore clair, une belle arrière saison.  Un peu ennuyeux ce livre comme une belle journée de septembre lumineuse et oisive où l'on ne fait pas grand chose si ce n'est précisément savourer cet ennui qui repose et vous laisse à demi somnolent.

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 janvier 2014

Raymond Depardon

Depardon 5

Drôle de nom, le titre de cette exposition 'un moment si doux', certes la visite est agréable, les photographies sont neutres, distanciées des évènements dramatiques comme la guerre civile du Liban en 1978, comme les revendications qui agitent les Mapuches lors de la réforme agraire au Chili en 1971, date du premier anniversaire de l'élection du président Allende, certes douces aussi les couleurs qui exultent en Afrique

Faya-Largeau

en Amérique du Sud,

Tarabuco

en France, de mêmeHarar et Paris

la noirceur de Glasgow s'efface doucement et devient secondaire avec les enfants qui jouent comme tous les enfants du monde, les êtres photographiés semblent être en attente, ni joie ni angoisse exprimée, juste la douceur d'un moment pausé.

Depardon 1

Oui, c'est en cette douceur d'un instant donné que réside la signification de ce moment si doux, il n'y a plus de passé, ni de devenir, juste l'instant présent de douceur échangé entre le photographe et le photographié, juste un moment de paix ressenti dans un lieu précis, capté à ce moment là par Raymond Depardon, moment si doux qu'il en conserve, lui aussi, le souvenir intact en visionnant ses photos.  

Alors, regarder autrement ces photos assez banales, saisir la douceur de l'instant dans ces destinées qui se sont terminées peut être dans l'horreur d'une explosion, d'une insurrection, ou tout simplement dans la banale continuité d'une vie sans surprise misérable ou luxueuse. S'approprier aussi pour les regardeurs que nous sommes cette douceur retransmise et se souvenir toujours de ce moment si doux partagé. Et se souvenir aussi que des doux moments donnés ou reçus.

Depardon 3

 

Chili 1971 premier anniversaire de l'élection du président Salvador Allende, à Parral le village natal de Pablo Neruda, 3 Mapuches , appareil Nikon 28mm 

depardon_2

Beyrouth 1978 en pleine guerre civile, du côté chrétien à Notre Dame-du-Liban, scène de mariage dans un pays en guerre à Harissa à 650 m d'altitude.

 

 

Posté par maison43 à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2014

Passion simple - Annie Ernaux

A Ernaux

Livre court, 66 pages d'écriture pour l'édition Gallimard, la police est idéale pour les presbytes. Un thème : La passion amoureuse, soit une dissection anatomique et sèche des affects ressentis par Annie Ernaux lors de sa passion brève avec un homme marié, monsieur A, en déplacement en France pour son travail. Une addiction impérative plus que de l'amour-passion je trouve, car il n'y a pas de place pour les sentiments amoureux, domine seul dans ce couple un attrait irresistible et violent pour le sexe où tout tourne autour de cet homme 'Les seules actions où j'engageais ma volonté, mon désir et quelque chose qui dit être l'intelligence humaine (prévoir, évaluer le pour et le contre, les conséquences) avaient toutes un lien avec cet homme.' extrait. Lire est devenu pour elle 'un moyen d'user le temps entre deux rencontres'. Cette incorrigible preneuse de mots écrit avant la rencontre et après la rencontre pour en fixer les paroles et les gestes échangés.

Témoignage, confidence, procès verbal, commentaire de texte, quel est le mode d'écriture choisi par Annie Ernaux ? un peu de tout sans valeur morale, sans émotion débordante. Pas de fusion entre eux, pas d'harmonieuse communication, aucune illusion sur un amour partagé et durable, une passion sexuelle et cérébrale  car Annie Ernaux s'adonne sans limites aux sensations ressenties où son imagination débordante l'emmène, elle est son propre cobaye et note ses impressions à la manière d'une scientifique. Elle aime mettre en scène les rapports sexuels, de la même façon impersonnelle qu'elle traite sa passion, elle les visualise et nous les met en image, il y a un côté militant tenace chez Annie Ernaux un peu surrané je trouve.

 Monsieur A repartant dans son pays, le sevrage brutal sera évidemment douloureux, le corps entier me faisait mal et puis le chemin de la guérison qui passe par l'écriture pour rester, d'abord, dans le temps passé de la passion, ensuite, pour sauver cette passion du temps qui passe, la garder dans la mémoire et au final la rendre d'utilité publique pour ceux qui la liront, et la rendre ainsi universelle, faisant partie de la mémoire des autres. Mais en même temps cette passion lui aura apporté un regard différent sur ses semblables. Cette passion l'a reliée au monde des autres, dans ce que chacun peut éprouver lorqu'il est addict à un être, il n'y a plus de limite qui la sépare de ses semblables puisqu'elle a agi comme les autres qu'elle trouvait insensés. Cet homme par ce qu'elle a vécu d'outrancier dans sa passion lui a apporté un peu plus d'humanité, un regard différent et compréhensif sur les autres . 'Une sorte de don reversé'.

Une passion éphémère de 2 ans qui vous ouvre aux autres et vous rend meilleure.

Un luxe conclut Annie Ernaux.

Pas faux, je trouve, mais cette conclusion est significative, et  je pense  et cela n'engage que moi qu'Annie Ernaux manifeste ainsi un besoin de se protéger de l'amour en le limitant dans l'écrit au sexe seul, en en niant l'impact amoureux. Annie Ernaux en parle trop de cette passion pour la restreindre à une Passion simple. Mais rien n'est simple, là non non plus.

 

 

Posté par maison43 à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2014

L'amour est un crime parfait

L'amour est un crime parfait

Film des frères Larrieu. Une bonne adaptation du roman de Philippe Djian 'Incidences' où Mathieu Amalric est excellent dans ce rôle de psychopathe normal, un homme singulier juste un peu trop amateur de jolies femmes et fou ... de littérature.  En prime une route de montagne sinueuse et enneigée à la lumière des phares comme si vous y étiez, une crevasse inquiétante sur le plateau des Grières en Savoie, un chalet sympathique situé à Chardonne dans le canton de Vaud, une université à l'architecture moderne (Rolex Learning Center de l'école Polytechnique de Lausanne), de la neige qui tombe à gros flocons sur Amalric, des corps superbes de jeunes femmes, des hommes charmeurs et les paysages grandioses de montagne qui tiennent le premier rôle. Un film très esthétique, une bonne distribution, une intrigue policière qui se tient, un peu d'humour noir, un bon moment à passer.       

Posté par maison43 à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 janvier 2014

De là on voit la mer - Philippe Besson

Philippe Besson

Philippe Besson nous offre là un beau type de femme, moderne, libre, égoïste, courageuse, ambitieuse et amoureuse. Louise est écrivain et ne tolère aucune entrave à ce besoin d'écrire vital pour elle. Alors, la solitude est bienvenue, la maternité refusée, l'amour modelé à sa manière. Un nouvel amour se présente, et peu importe qu'il soit de 20 ans moins âgé qu'elle, il prend une place que l'habitude a usé, celle du mari François. L'action principale se situe à Livourne, ville dont la beauté détruite suffit à ce que l'on accepte sa laideur actuelle, comme l'on peut continuer à aimer toujours une femme vieillie (oui, ça c'est une extrapolation personnelle). Et c'est vrai, le petit centre historique de Livourne avec ses canaux témoigne du charme passé, Livourne, justement l'héroïne l'aime pour cette singularité : 'C'est l'Italie malchanceuse, bancale, ratée où le passé ne gouverne pas.' extrait.

J'aime bien l'écriture précise et sobre de Philippe Besson, j'aime ce personnage de femme particulier, si peu conforme à l'image traditionnelle des femmes, et attachant quand même  car elle s'interroge sans cesse, se juge aussi, mais au final s'accepte telle qu'elle est en prenant le risque d'une possible solitude. Le besoin d'écrire est à ce prix.

La puissance de l'inspiration créatrice, la puissance d'une passion amoureuse sont fort bien décrites dans ce livre. Et il y a un entrelacement de ces 2 passions joliment dessiné, une tresse de vie où se mêlent l'exaltation d'écrire et l'exaltation amoureuse, l'une dominante et essentielle, l'autre un peu subie et plus mineure. Pour un écrivain, tout est prétexte à écrire, tout est théâtre, difficile au fond de dissocier pour eux dans leur vie, ce qui sera matière à écrire et ce qui est leur vie propre, cela se confond souvent, et seul prédomine l'art exigeant qu'est l'écriture, la littérature.   

Posté par maison43 à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2014

Serge Poliakoff

Orange et cyclamen 1949 détail

 Exposition, au musée d'art moderne, consacrée exclusivement à la peinture abstraite de Serge Poliakoff qui débute dans le genre dans les années 40; Serge Poliakoff est un coloriste talentueux qui aime superposer les couleurs, les travailler jusqu'à faire surgir une texture particulière, à couleurs tissées comme un tissu façon tweed.composition abstraite 1954

Il y a dans ses tableaux d'alors des formes sans forme, parfois cela tourne au niveau d'une couleur qu'il s'amuse à décliner comme ce rose à toutes les sauces,

Composition en rose 1954parfois c'est une juxtaposition criarde des couleurs quand elles sont vives, tiédasse quand elles sont ternes. Poliakoff ne mégote pas sur les couleurs.composition abstraite 1968

Composition rouge jaune blanc bleu aux traits 1952

Et puis il structure plus ses formes, les place en puzzle, les délimite par des traits noirs façon vitrail. Jolie idée de rassembler des petits tableaux aux couleurs différentes avec une bordure rouge qui en assure le lien, on dit que cela évoque cela lui évoquait les peintures assemblées ainsi dans les églises de son enfance où sa mère l'emmenait, on dit aussi qu'il superposait les couleurs comme les peintres d'icônes , c'est assurément très décoratif.

Composition murale 1965-1967

On parle de silence en ce qui concerne la peinture de Poliakoff, on peut le comprendre comme une invitation au silence comme le propose une église, où l'on s'assoit pour admirer longuement un vitrail dans une sorte de recueillement mais paradoxalement elles font aussi parler ses peintures, en mal, en bien, en incompréhension totale ou en acceptation entière sans rechercher d'interprétation particulière que la notion du beau qui comme chacun sait est une notion fort relative.. 

Les peintures de la dernière décennie s'épurent dans les formes et les couleurs.

Forme 1698

Pour ma part, je préfère cependant plus de débordement, pictural, thématique. Je n'aime pas trop les limites, y compris dans les formes. La peinture de Serge Poliakoff satisfait mon sens de l'esthétisme, mais ne provoque pas d'émotions en moi, et ne m'attire pas vraiment. Bizarrement, je reconnais que je pourrais vivre à côté d'un tableau de Poliakoff, dont la neutralité confortable me conviendrait alors. Une sorte d'apaisement se dégage de ces peintures.

Composition 1968

Serge Poliakoff est né à Moscou en 1900 dans une famille bourgeoise  où chevaux (père éleveur ce chevaux et propriétaire d'une écurie de course)), musique, littérature, peinture sont des passions familiales qui lui seront transmises. Poliakoff est un guitariste chevronné. Il fuit la révolution russe et trouve asile à Paris, ce Paris où exilés russes foisonnent. Il s'inscrit dans une académie de dessin, joue dans les cabarets russes. Il a 29 ans et décide de peindre. Il cessera de jouer de la guitare dans les cabarets en 1952 pouvant vivre alors entièrement de sa peinture. Il connaîtra alors un franc succès. Il meurt en 1969. 

 

 

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 janvier 2014

Yves Saint Laurent

ysl

film de Jalil Lespert

Film qui mise sur la Beauté, celle des acteurs, celles des robes sublimes d'Yves Saint Laurent notamment dans le dernier défilé, celle de la Musique avec la voix de la Callas, celle des appartements ou maisons habités par le couple.

 Il y a une volonté de Jalil Lespert de n'évoquer que la beauté, même dans les scènes les plus dures, une sorte de respect bienveillant pour ce styliste talentueux que fut Yves Saint Laurent et pour son mécène amoureux Pierre Berger. C'est appréciable et ne nuit pas au film, car le mal de vivre de Saint Laurent, la douleur de Pierre Berger sont évoqués puissamment sans réalisme outré ni pathos qui n'apporteraient rien à ce film dont l'élégance se fait assez rare en ce moment sur les écrans. 

Bien sûr il faut souligner aussi le talent des acteurs principaux Guillaume Gallienne qui peut décidément tout jouer, et Pierre Niney un Yves Saint Laurent très convainquant.

 C'est un hymne à l'amour que ce film, offert par Pierre Berger à Yves Saint Laurent, par l'intermédiaire de Jalil Lespert.

Un autre film sur Yves Saint Laurent réalisé par Bertrand Bonello doit sortir en Octobre et devrait d'après la rumeur être d'un autre acabit, raconter une autre histoire. Heureusement, car quel serait l'intérêt pour les spectateurs curieux que nous sommes de revoir le même film !        

 

Posté par maison43 à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2014

Dragons - Marie Desplechin

Dragons

VI siècle, Dragon dragonnant un max sévit sur Batz, petite île bretonne, il se nourrit d'hommes, de femmes, de bêtes et mets plus raffiné encore de tendres petits enfants. Pol Aurélien naît dans le pays de Galle en 490. Devenu prêtre Il débarque en 517 en Ouessan pour lutter contre le pélagianisme, puis se rend sur Batz où son cousin le comte Withur lui demande de supprimer Dragon. Pol lui met son étole au cou et le tue en le précipitant dans la mer, ce lieu se nomme depuis lors le trou du serpent.  Pol fonde un monastère, est nommé évêque, meurt en 567. Ses reliques sont sauvées des Barbares, mais pas des Huguenots en 1567, seul un os appartenant à son bras aurait résisté et conservé en la cathédrale Saint Paul à St Pol de Léon.     

Marie Desplechin (1959 écrivain, journaliste) reprend fort joliment cette légende et nous la narre de façon épique où le Saint Homme équipé de chiens et d'anges s'en va guerroyer l'immonde bestiole qui se défend comme un diable et entraîne dans sa chute Pol qui ne laisse de lui que son étole. Dragonne, car c'était une femelle, dort au fond de son trou d'océan, en son ventre un petit monstre conçu lors du combat entre le Saint et Dragonne.  Le moment semble venu pour la naissance, et les Éléments se mettent doucement à échapper au contrôle des hommes sur l'ile de Batz ... 

Ile de Batz toujours où 2 couples ( l'un nanti de 2 enfants) , une mère et sa fille vont mêler leur vie, le temps d'un WE sur cette île qui semble éveiller en chacun d'entre eux la partie la plus sombre d'eux, où terreurs, souvenirs contenus d'enfance, hallucinations, rêves et réalités se confondent. Au dessus de ces personnages plane un homme mort depuis 8 ans qui n'a pas trouvé le moyen de partir, qui a attrapé le goût de la mort, Emmanuel permet ainsi l'évocation d'un monde parallèle, de façon assez nébuleuse d'ailleurs, d'un monde où chaque personnage se perd un peu, livré à lui même dans un monde qu'il ne reconnaît plus, oui, je vous l'ai bien dit c'est nébuleux !!! Damien sera la première victime de cette catastrophe annoncée qui vient de la nuit des temps, celle où le dragon-chaos-Dieu nous détruira tous, la fin du monde quoi.  

Il y a une atmosphère particulière dans ce livre à l'écriture agréable, un suspens qui tient en haleine, une sorte de mystère qui tient à la fois d'un peu de mythologie, de science fiction, de croyances en tous genres de celles qui ont marqué l'imagination populaire et qui hantent nos mémoires. Si l'on accepte d'entrer dans ce monde là, on aimera le livre. 

Posté par maison43 à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 janvier 2014

Nymphomaniac

nymphomaniac

film de Lars Von Trier

 Petit moment de bonheur ce film dont l'humour, le second degré, sont, je trouve, plus présents que l'érotisme même si il y en a quand même un peu. Une jeune femme en détresse Charlotte Gainsbourg raconte à un  vieux sage les chapitres de sa vie de nymphomane; dans ce premier film, la jeunesse de Joe, jouée par Stacy Martin.

 Chapitre 1 - a) enfance où l'héroïne Joe s'initie au plaisir avec son amie, le carrelage mouillé servant de stimulant; oui Von Trier commence très fort  ; b) adolescence avec une étonnante scène de défloration relevant d'une parodie de mauvais porno  : bonjour Jérôme, et hop -3 verso 5 recto - au revoir Joe - c) mise en pratique de la pêche aux mâles que le vieux sage assimile à la pêche à la ligne.

 Chapitre 2 - Joe ne vit pas de sa nymphomanie et doit donc travailler, elle retrouve in fine Jérôme, mais lui refuse toute faveur (bien fait pour lui !) elle s'en donne à corps joie avec le tout venant. Jérôme s'en va in petto et se marie.

Chapitre 3 -  Joe a besoin d'une dizaine d'orgasmes par jour avec autant d'hommes, cela fait au bout du compte beaucoup d'orgasmes, beaucoup d'hommes  petit montage vidéo anatomique et multiracial de sexes mâles assez réjouissant dans un contexte très clinique. La jouissance est opposée à l'amour qu'il faut à tout prix éviter, et plus elle jouit, moins elle aime. Pourtant ses partenaires peuvent prendre cette jouissance pour de l'amour, Monsieur H s'y laisse prendre, ce qui nous vaut un joyeux quart d'heure avec son épouse jouée par une rugissante Uma Thurman  Madame H flanquée de ses 3 mômes qui vient chez Joe traumatiser à vie ses 3 blondinets à défaut de toucher Joe et monsieur H, imperturbables.

Chapitre 4 - Agonie du père de Joe devenu alcoolique et souffrance de sa fille.

Chapitre 5 - Leçon d'orgue sexuelle en 3 hommes, joli chapitre érotique et musical :

mon premier est un homme-pédalier qui fait vibrer Joe

mon second est un homme-guépard qui fait de Joe sa proie consentante

et mon troisième est in fine-bis Jérôme qui est .... l'amour.

Chaque chapitre est agrémenté de petites photographies illustrant de façon humoristique et jubilatoire le ou les thèmes du chapitre, et entre 2 confessions, Joe se voit réconfortée par la bienveillante sagesse du vieux sage qui l'abreuve de cups of tea tout au long du film. 

Ce premier volet est somme toute pas si sulfureux que cela, et Joe jeune nymphomane pas si tourmentée que cela non plus; elle assume plutôt bien son addiction; c'est Joe plus âgée jouée par Charlotte Gainsbourg, celle qui se confie au vieux sage, qui culpabilise et souffre ... annonce peut être d'un second volet moins léger. En tout cas attendu.  

 

          

Posté par maison43 à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]