Julia Jackson - J-Cameron

Une sacrée vie, une sacrée bonne femme cette Cameron, bien sûr, elle naît chanceuse, d'un père anglais haut fonctionnaire, d'une mère aristocrate française dans une famille aisée, éclairée où les filles reçoivent une éducation digne de ce nom. Elle épouse un anglais juriste qui travaille à Calcutta et qui achète des plantations de café. Ils auront 6 enfants,  retourneront en Angleterre, l'époux de Julia lui laisse une rare autonomie pour l'époque, elle gère le patrimoine familial. Elle animera un cercle mondain et intellectuel. En 1863 suite à une dépression, sa fille lui offre appareil de photographie et matériel pour chambre noire. Elle a 48 ans et va connaître une seconde naissance, une vie de photographe à la mode qui gagnera ainsi sa vie. Étonnant destin même dans un milieu culturel privilégié.Elle fera des portraits officiels de célébrités comme Charles DarwinCharles Darwinou le poète Robert Browning.Robert Browning

Mais elle se distinguera par ses mises en image où elle raconte des histoires. Elle aime la beauté, les effets de flou, et fait des photos qui évoquent l'art des Préraphaélites. Ses photos longuement préparées font d'elle une réalisatrice, avant l'heure, de films de chevaliers et de contes. 

cam1

 Ce sont des petites scènes de théâtre qu'elle met en scène longuement choisissant elle même décors, coiffures, costumes, entretenant une complicité avec ses modèles-comédiens, elle puise ses sujets dans les légendes, les mythes antiques, la Bible. Ses proches et sa famille lui servent de modèles. Julia Jackson en haut à gauche est l'une de ses nièces et sera la mère de Vanessa Bell (peintre) et de Virginia Woolf. Elle fera de la photographie

cam

un art, on est en 1863 ne l'oublions pas, les femmes photographes ne courent pas les rues, elle reste et ce n'est pas un hasard fort actuelle et l'une des pionnières dans cette spécialité nouvelle que les hommes se sont aussi octroyés.