21 février 2014

Château de Siaugues Saint Romain - Haute Loire

St Romain

Nulle trace d'écrit en ce qui concerne ce château avant le 13ème siècle.

Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis était suzerain de moults fiefs du Vélay, Entre 1250 et 1263 le recensement de ses vassaux auvergnats fit apparaître la seigneurie de Saint Romain. 

Du corps de garde, s'entendent encore les bruits de guerre, les pavois des Arbalétriers, le sifflement des flèches d'archers, les fléaux qui frappent les armures, les masses qui s'abattent sur les têtes, les miséricordes, les javelots, les cliquetis en tous genre mêlés aux cris de terreur et de souffrance, une odeur de sang où se mêle l'acide aigreur de la peur se mélange à celle du feu  ..

Nous sommes en 1361, autour du château, sur la butte, une église, des maisons et des humains, un seigneur voisin Etienne de Vissac voulant s'emparer du château, ses gens d'armes brûlent les maisons et l'église qui seront reconstruites à Siaugues.

Nous sommes en 1372, durant la guerre de 100 ans, Armand de la Roue en conflit avec le Seigneur de Polignac, en compagnie de Robert Dauphin seigneur de St Ilpize  donne l'assaut au château de Siaugues Saint Romain, ils ont d'abord tenté sans succès l'escalade des forteresses de Polignac et de Solignac et se sont donc rabattus sur ce château dont les Seigneurs seraient les Beaufort-Canillac et les Bertrand vassaux des puissants seigneurs de Polignac.détail

Ils occupèrent un temps le château et furent ensuites vaincus, les sources à ce sujet restent malheureusement fort rares et assez évasives.  

En 1415 Gilbert III Motier de Lafayette 1380-1464, Maréchal de France, acquiert le château et le restaure, on peut supposer qu'il ne l'occupa que par intermittence, ses états d'armes glorieux et nombreux le prouvent, il légua à l'un de ses fils Gilbert IV ( mort en 1527) ce châteauSt Romain2

celui ci se lia aux Polignac en épousant Isabeau de Polignac. Un des derniers descendants de la branche qui hérita du château fut le père Joseph conseiller de Richelieu, il ne dut pas l'occuper beaucoup non plus, une duchesse d'Uzès l'acheta mais il n'abrita que des gardes. Le château fut pillé à la Révolution et alla à l'abandon.

Très proche de nous, une bande de jeunes américains vint le délivrer de sa prison de ronces, et l'une d'entre eux épousa l'actuel propriétaire des ruines. 

Les fresques murales du château furent détaillées par Léon Giron (1839-1914) peintre : article à lire sur le site Mémoires d'Auvergne.   

 

Posté par maison43 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 février 2014

Archives des anges - Alix de Saint-André

Archives des anges

Une Histoire des anges, contée avec sérieux quant aux références, avec humour quant au fond, ce qui me convient parfaitement. Drôle cette Alix de Saint-André, un parcours atypique pour une catholique qui suit classiquement des études de lettres à la Sorbonne, puis un passage à Canal Plus, journaliste à Elle, elle écrit depuis romans ou essai comme celui des anges. Irrévérencieuse cette Alix de quoi me réconcilier, presque, avec la religion; bon en attendant l'impossible, penchons nous sur ces anges !   

Trois religions, juive, chrétienne et musulmane avec un premier point commun, Yahvé, Dieu le père ou Allah, le second point commun est la reconnaissance de l'existence des Anges, les petits messagers de Dieu. Beaux, les anges en général, le plus beau était parait-il Lucifer, le premier qui apparaît dans la bible et pas sous la forme d'un serpent initialement car c'est Dieu qui le condamne à ramper sur la terre après avoir perverti Eve ... donc c'était un bel ange qui séduisit Eve, ouf nous voilà rassurés sur la saine sexualité d'Eve, bon d'accord elle incite Adam à manger un fruit du seul arbre interdit de l'Eden, celui de la connaissance du Bien et du Mal, Adam et Eve purs produits de Dieu ne pensaient pas par eux même, éternels, ils s'emmerdaient au paradis !!! ouf le Malin les a rendus mortels, (punition de Dieu), mais capables de faire le bien et hélas le mal ... la pomme en fait était une figue, ou un autre fruit, et est devenue symbole du fruit défendu, symbolique du péché de chair ... interprétation purement humaine ... comme l'interprétation de tous les textes anciens d'ailleurs ...  pour les musulmans les démons sont en fait des djinns, intermédiaires entre les anges et les hommes, ils peuvent être d'ailleurs bons ou mauvais. Satan a emmené avec lui une partie des anges, dits anges déchus. Les Démons ont longtemps terrorisé les masses, de nos jours on ne parle plus de Malin, mais du Mal. Nuance légère où le Malin disparu n'a pas supprimé pour autant le Mal toujours bien présent chez les humains, misérables humains qui se tuent au nom d'un Dieu, misérables humains chassés du paradis.

Puissent les anges, infatigables tisserands d'invisibles liens, graver cette affectueuse ponctuation ailleurs que dans le marbre des pierres tombales , c'est leur rôle après tout. extrait.

Encore, faut il croire aux anges !

Et pour le reste, car ce message est un peu saboté et bien si cela vous dit, lisez le ce livre ! 

Posté par maison43 à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 février 2014

Berlinde De Bruyckere - Philippe Vandenberg

 La Maison Rouge accueille un couple insolite qui joue un pas de danse sur 2 temps, la vie et la mort.

D'après l'ennemi intérieur 2003 détail

La mort, Philippe Vandenberg 1952-2009 se l'est donnée, et ce n'est pas inattendu, il se dégage une souffrance extrême de ses peintures ou dessins, une vision apocalyptique d'un monde bien réel où se mêlent diverses inspirations, qui naviguent entre crimes de guerre (tortures, viols)dessin extrait du carnet Indonésie 1996et illustrations possibles pour livre sado-maso, une ambiguïté dérangeante non pas par le thème lui même mais par le caractère obsessionnel qu'elle révèle annoté d'écrits qui parlent de roi,extrait carnet sur la faculté d'être lièvre 1997

de pendus, princes, démons, d'entrailles ... il manque un peu d'explications au fascicule qu'heureusement on vous remet avant d'entrer.

Philippe Vandenberg né à Gand est peu connu en France, jusqu'en 1990, il était un artiste à succès avec des peintures abstraites où la recherche picturale primait. Les 19 dernières années de sa vie, il change de style, introduit des personnages qui sont en général torturés, saignants, violés, et qui révèlent les tourments d'une âme souffrante, d'un esprit en conflit avec le monde qui l'entoure, et plus grave semble t'il, avec lui même. J'aurais bien aimé connaître le peintre à ses débuts, une cohésion certaine doit relier les 2 reflets de sa personnalité, il aurait été intéressant de le constater par nous même. Il fera des études de lettres, de philosophie et suivra un cursus d'histoire de l'art, il entre en 1972 aux Beaux Arts de Gand, il est attiré par Le Greco, Goya, aime Le Titien, Ingres, Courbet, Ensor et Freud, qui sont des personnalités fortes et particulières.Philippe Vandenberg 1998

En 89 il peint des croix gammées, des crucifixions, des scènes de tortures,Tke Kiss 1989 P

la torture chez lui est toujours un peu suspecte dans ses tableaux où il nous transforme en voyeurs, il peint avec son sang, il répète inlassablement sur ses toiles ' kill them all and dance' et ' il me faut absolument tout oublier' (titre de cette exposition à Maison Rouge), tags ou slogans  expressions de sa révolte contre l'ordre établi, contre la violence du monde qu'il met en scène dans ses dessins, mais avec lucidité il écrira En fait l'horreur que je tente d'attraper dans certains de mes travaux, a plus à voir avec mes conflits internes, mes combats qu'avec une grande compassion ou générosité pour la condition humaine.  Et de ce conflit interne il n'en sortira pas vivant.  Les 3 tableaux qui précèdent l'exposition dans le couloir sont intéressants et donnent une autre image de Philippe Vandenberg. La photo n'est pas bonne, mais elle montre une facette moins obsessionnelle du peintre.Philippe Vandenberg

  

Berlinde de Bruyckere, née en 1964 à Gand, part de la mort pour arriver à une autre forme de vie. Elle ne s'attarde par sur les supplices endurés, les causes de la mort, elle passe immédiatement à la reconstruction, la restauration une métamorphose en somme !! Des membres humains transformés en bois, bon il y a souffrance quand même en écho à celle de Philippe Vandenberg, mais modérée, adoucie. De plus, se mêle pour nous une curiosité amusée de la technique suivie, des méthodes employées et aussi de l'admiration envers son esprit créatif. Elle utiliseCripplewood 2012-2013 B de Bruyckere

pour ses bois, des moulages, puis les remplit de cire, les colore en bleu pour les veines, en rosé pour le sang, En pensant à Philippe Vandenberg, elle imagine un dialogue entre les mantras répétitifs sur des carrés de papier collés l'un à l'autre du peintre et 3 sculptures d'arbres  en cire prisonniers de constructions métalliques ou de liens qui les soumettent, les torturent, les arbres en cire deviennent membres un peu saignants mais ces arbres-membres presque humains rappellent notre fragilité d'humains et notre devenir sans que cela soit morbide, bon un peu quand même ! Voilà, les oeuvres de Berlinde de Bruyckère nous laissent avoir notre propre interprétation, et donnent un sens plus élargi à l'oeuvre d'art. Et puis elle traite des mythes des contes et légendes lus et relus de mon enfance où les Dieux se montrent plus cruels et injustes que les humains, et les transforment en animal, en arbre au gré de leurs plaisirs, tiens un Actéon transformé en cerf et dévoré par ses chiens, ne reste de lui que des bois en cire, des os en cire,Actaeon III - B de Bruyckere

des coussins pour apporter un peu de douceur et de tendresse, je trouve cela assez caustique et drôle : Actéon s'est métamorphosé et est devenu Marsyas, un satyre qui fut lui écorché, quand je vous dis que c'est drôle !! je suis un brin de mauvaise foi. Pour arriver à son sujet cette sculpture nommée Actaeon  Berlinde de Bruyckere a fait des études à partir d'un corps de danseur RomeuDessin série Romeu'my deer' 2010-2011 - B de Bruyckerere

Runa, qui en a fait une performance où il dansait ses membres mêlés aux bois. Des couvertures, des coussins, des misérables petits choses humaines qui accompagnent ces métamorphoses, ces nouveaux organismes mutants qui au gré des expositions n'en finissent pas de renaître. Un érotisme toujours présent chez Berlinde de Bruyckère, un collier de cheval détourné, un sexe en cire qui évoque le féminin et le masculin le tout sous cloche comme la couronne de mariée de nos grand-mères. Cela me réjouit assez.

 Pour moi, il n'y a pas franchement de dialogue entre les oeuvres des 2 artistes, un clin d'oeil de temps en temps, peut être, mais je préfère penser que Berlinde de Bruyckere a choisi de donner à Philippe Vandenberg une seconde naissance, un devenir en somme, en nous le faisant découvrir un peu, sous son aspect le plus sombre. A quand l'autre Philippe Vandenberg  avec vos oeuvres précédentes Madame ?  

   

A voir jusqu'au 11 Mai 2014. 

Posté par maison43 à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 février 2014

Julia Margaret Cameron 1815-1879

Julia Jackson - J-Cameron

Une sacrée vie, une sacrée bonne femme cette Cameron, bien sûr, elle naît chanceuse, d'un père anglais haut fonctionnaire, d'une mère aristocrate française dans une famille aisée, éclairée où les filles reçoivent une éducation digne de ce nom. Elle épouse un anglais juriste qui travaille à Calcutta et qui achète des plantations de café. Ils auront 6 enfants,  retourneront en Angleterre, l'époux de Julia lui laisse une rare autonomie pour l'époque, elle gère le patrimoine familial. Elle animera un cercle mondain et intellectuel. En 1863 suite à une dépression, sa fille lui offre appareil de photographie et matériel pour chambre noire. Elle a 48 ans et va connaître une seconde naissance, une vie de photographe à la mode qui gagnera ainsi sa vie. Étonnant destin même dans un milieu culturel privilégié.Elle fera des portraits officiels de célébrités comme Charles DarwinCharles Darwinou le poète Robert Browning.Robert Browning

Mais elle se distinguera par ses mises en image où elle raconte des histoires. Elle aime la beauté, les effets de flou, et fait des photos qui évoquent l'art des Préraphaélites. Ses photos longuement préparées font d'elle une réalisatrice, avant l'heure, de films de chevaliers et de contes. 

cam1

 Ce sont des petites scènes de théâtre qu'elle met en scène longuement choisissant elle même décors, coiffures, costumes, entretenant une complicité avec ses modèles-comédiens, elle puise ses sujets dans les légendes, les mythes antiques, la Bible. Ses proches et sa famille lui servent de modèles. Julia Jackson en haut à gauche est l'une de ses nièces et sera la mère de Vanessa Bell (peintre) et de Virginia Woolf. Elle fera de la photographie

cam

un art, on est en 1863 ne l'oublions pas, les femmes photographes ne courent pas les rues, elle reste et ce n'est pas un hasard fort actuelle et l'une des pionnières dans cette spécialité nouvelle que les hommes se sont aussi octroyés.  

Posté par maison43 à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 février 2014

Un beau dimanche

Nicole Garcia

Film de Nicole Garcia

Un  seul dimanche au bord de l'eau

Au trémolo des p'tis oiseaux

Suffit pour que tous les jours soient beaux

Quand on s'promène au bord de l'eau

Voilà, il y a du populo dans ce film avec ceux d'en bas qui vivotent comme ils peuvent, qui courent après le fric, pas très cultivés, mais qui  savent courir aussi après leurs rêves ce qui n'est pas si mal. La très charmante Louise Bourgoin en fait partie et son charme fait oublier sa vie de paumée.

Et puis il y a les riches qui ont fait Centrale ou assimilé, qui jouent au tennis, qui sont cultivés, qui ont reçu une bonne éducation, la rare Dominique Sanda qui a bien vieilli a ce charme suranné et fragile de grande bourgeoise qui s'interroge mollement sur sa vie sans vouloir la changer.

Une rencontre improbable de ces 2 milieux un beau dimanche d'été ... 

Et puis il y a Pierre Rochefort, le fils de Nicole Garcia et de Jean Rochefort qui hésitait parait il à suivre le chemin familial, pas facile pour les enfants de ... quand les parents ont du talent !  Prometteur, cependant le jeune homme. Et beau cadeau d'une mère à son fils, ce film.

Rien de bien extraordinaire dans ce film, une histoire de famille pas très nouvelle et bien filmée, juste un beau dimanche.

Et c'est déjà bien.

Posté par maison43 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 février 2014

Pont de Monistrol d'Allier

Bac

Laissons de côté les polémiques des historiens, à savoir où était le lieu de franchissement de l'Allier pour la voie Bolène entre le Vélay et le Gévaudan. Plusieurs passages sur l'Allier existaient, par gué, bac ou pont, Sont alors évoqués pour ce lieu les alentours de Chomélix, de Chapeauroux et les villages de Pont d'Alleyras via Vabres et de Monistrol d'Allier. Tous sont également des voies possibles pour les pélerins de Saint Jacques. Le sentier de Monistrol d'Allier était utilisé par les marchands et les pèlerins au Moyen Âge, prieurés et monastères sur son tracé en témoignent. La trace d'un pont à Monistrol d'Allier serait retrouvée en 1467 dans un document, mais emporté par les crues, on abandonna l'idée d'un pont sur l'Allier trop dangereuse, et vers 1589 un bac fut installé. En 1715 Etienne Coudeire assurait le passage jusqu'en 1756, où il meurt avec un Jean Antoine, tous deux noyés dans l'Allier en furie sous les yeux de bon nombre d'habitants impuissants. Ce bac était payant, étaient exemptés les fonctionnaires, les gens d'église, les fidèles et les soldats. Vers 1830, un pont suspendu à péage est construit par un particulier. Un monsieur Paret l'achète en 1836. A son décès en 1840 il le légue à M. Borrel, membre de sa famille et maire de Monistrol. La crue du 27 Juin 1866 l'emporta, et M Borrel le fit reconstruire à ses frais. En 1877, le département racheta le pont à M Borrel. Il fallut 10 ans au Conseil général pour se décider à construire un pont plus solide et ce fut le projet de Gustave Eiffel qui avait construit en 1885 le viaduc de Garabit qui fut retenu.Monistrol d'Allier

Terminé en 1888 il supporta jusqu'en 1967 un passage moyen journalier évalué en 1960 de 343 voitures et de 52 poids lourds limités toutefois à 12 tonnes. On consolida fin 66 le tablier ce qui permit d'ouvrir la circulation sans limitation de poids.

Pont viaduc

Depuis 1998, le pont Eiffel se repose un peu, un viaduc a pris le relais, et seuls ceux qui se rendent au centre de Monistrol l'empruntent.   

Sources : Ponts de la Haute Loire de Jean Chervalier

site internet 'Mémoire de Haute Loire'. 

Posté par maison43 à 18:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2014

Anticorps - Fabienne Kanor

AnticorpsJacques 72 ans vit depuis 40 ans avec Louise 68 ans. Lui l'aime sans talent ni imagination, elle ne l'aime plus. Elle ne l'a d'ailleurs jamais aimé, une sorte de passage obligé ce mariage pour faire ce qu'on attendait d'elle : se marier, avoir des enfants, des dettes, un travail, une vie dans laquelle elle ne se reconnaît pas. Alors avec le temps, elle a ressassé une liste longue de reproches avec une rancoeur exacerbée. On découvre au fil des pages d'autres raisons à cette haine, Jacques n'est qu'un pis-aller, Louise a aimé un homme autrefois qui l'a quittée. Une nuit elle découvre Jacques nu, un soir avec son fils de 12 ans en situation équivoque, mais elle ferme les yeux, Louise, elle se soumet à l'homme, encore et toujours. C'est la vieillesse qu'elle ne supporte pas, Louise, c'est elle qui l'a fait craquer. Elle n'aime pas les vieux. Alors à 68 ans, Louise s'offre une crise de nerfs, on l'hospitalise, on lui découvre un cancer. Elle ne fléchit plus Louise, se montre odieuse envers les siens et continue à se remémorer sa triste vie. Jacques s'en va. Louise à la fin de sa vie vit dans un petit hôtel, et puis se dirige lentement vers sa mort, proche sans doute, solitaire, dans une chambre d'hôpital. Louise s'est révoltée au final au pire moment de sa vie. On ne la sent pas joyeuse d'avoir réglé ses comptes, elle croyait quoi Louise ?

Elle lasse un peu Louise et devient carrément insupportable à la fin du livre, rien ni personne ne trouvent grâce à ses yeux.

Vous savez quoi, on est heureux quand on tourne la dernière page, on est enfin débarrassé de Louise et elle va être bientôt elle débarrassée de sa vie.

La soumission, la haine, ce n'est vraiment pas une vie, Louise. La mort t'ira mieux.

Un peu énervante cette lecture !!! pas mal l'écriture, familière et  énervante  aussi, parfois.   

 

Posté par maison43 à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2014

Body Art

Body Art est un art de la modification corporelle, où l'artiste touche lui même à son image, adapte son corps à des pratiques extrêmes, dérangeantes, sources de souffrance pour l'acteur et pour les regardeurs. On parle alors de Performances pratiquées en public, filmées et photographiées en détail.

En 1960 avec la libération sexuelle, le corps se libère aussi  devient sujet et devient toile, à partir des années 1970, ces artistes souhaitent accéder au plus profond de l'humain. L'artiste souhaite provoquer une réflexion chez le regardeur, il n'est plus seulement artiste, mais éveilleur de conscience, l'oeuvre n'est plus une fin mais un passage qui amène le spectateur à un nouvel état de conscience. Le projet est ambitieux et permet toutes les dérives.  

Jana Sterbak née en 1955 à Prague émigre en 68 au Canada. Elle travaille avec des matériaux improbables comme le pain, le chocolat, la viande, plus classiques comme le bronze, la pierre, le métal ou les cheveux.Vanitas J

 Une robe de chairs crues Vanitas : Robe de chair pour Albinos anorexique en 1987 qui nécessite un travail de cousette, un atelier pourra sélectionner les pièces, les aplatir et enfin les coudre. Pas de provocation chez Jana Sterbak, uniquement définir par l'éphémère de cette oeuvre d'art, l'éphémère de la beauté et de la jeunesse : chair fraîche qui va vieillir se tanner et se dessécher.

Marina Abramovic est une artiste serbe née en 1946 qui va réaliser des performances sur plusieurs jours, filmée, photographiée, n'hésitant pas à se mettre en danger avec ces serpents venimeux qui évolueront autour de son cou, sur sa tête.Marina Abramovic

Elle se flagelle, se love nue contre un bloc de glace plusieurs heures, embrasse plusieurs heures jusqu'à l'étouffement son partenaire performeur lui aussi, brosse 4 jours durant des os de boeuf en chantant des comptines pour enfants. Son but est de perdre la conscience du moment pour toucher son inconscient, interroger les acquis et les valeurs qui nous ont formés et les remettre en cause si toutefois on en est capable, car ce n'est pas forcément évident ! Toujours en beauté Marina, elle veille sur son image.   

Daniel Buetti 1955 est un performeur plasticien qui se positionne en photographe, ses photographies fort belles d'ailleurs souvent remaniées, parties du corps dénudées, visages, où il critique, tout en en profitant aussi, l'univers des

Buetti

marques.

Gina Pane française née en 1939 morte en 1990

Gina Pane

va réaliser des transformations corporelles en public, elle marche dans les flammes se taillade la peau, les paupières, se pique des épines de rosier dans le bras; toutes ces mutilations sont rituelles, parfois mystiques et ont une signification forte pour l'artiste et un public averti dont je ne suis pas pour le moment ...il me faudra analyser plus.

Orlan artiste française née en 1947baiser orlan

C'est une rebelle Orlan qui semble l'être en permanence, jouant avec ses métamorphoses en les mettant constamment en scène, avec beaucoup d'humour dans une oeuvre comme le baiser de l'artiste, où contre 5 fr l'artiste donne un baiser, l'argent tombe dans son pubis tiroir-caisse, critique de la  société qui ne voit en la femme que la putain, ou la mère, avec une photo d'elle

Orlan 3

en madone où il était possible de mettre un cierge pour 5 fr, comme quoi, Orlan veille à tout et montre aux hommes qu'elle peut être contre et profiter de cette opposition pour en vivre. Puis elle s'amuse à modifier chirurgicalement son visage par des implants, elle souhaite créer une image qui lui soit propre, non stéréotypée, comme l'image d'une beauté classique, la beauté est avant tout culturelle, alors elle s'est construit une image qui lui correspond à elle, elle dit avoir voulu que son visage soit sa carte de visite. C'est réussi. Pas de plaisir de la souffrance chez Orlan, toute souffrance est évitée par l'anesthésie, juste revendiquer le droit à la différence en faisant de son visage une oeuvre d'art unique.

Orlan 4

 

    

Posté par maison43 à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2014

Jacky au Royaume des filles

Jacky au Royaume des filles

Fable satyrique de Ryad Satouff où les rôles sont inversés : Sexe fort les femmes, sexe faible les hommes. Alors ce n'est pas toujours drôle forcément, les viols, les coups, les injures, le mépris, ce n'est pas plus drôle au masculin qu'au féminin finalement. Dieu merci, Riad Sattouf habille les hommes de pimpantes voilures rouges agrémentées d'un troublant petit anneau où s'accroche une laisse évoquant l'attirail sado-maso des films pornographiques, il peaufine le burlesque notamment avec un langage assez divertissant. 

C'est diablement amusant, et très subversif, Riad Sattouf ne résout effectivement rien dans ces maltraitances inversées, son rôle ne se situe pas là, il se contente de dénoncer en créant un improbable monde au matriarcat implacable, dictatorial, criminel qui renforce d'autant plus l'inadmissible atteinte aux droits des femmes et ce d'autant plus qu'on ne croit pas un seul instant à ce monde où les forces sont inversées. Le final particulièrement réjouissant est un petit clin d'oeil à un sujet qui soulève les foules en ce moment. 

On y retrouve une ribambelle d'actrices qui ont du chien comme Charlotte Gainsbourg, Anémone, Valérie Bonneton, Noémie Lvovsky, Laure Marsac.

Petit moment de cinéma fort sympathique, avec parfois, peut être quelques longueurs, quoique ....

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2014

Mouvements contemporains

Il y va y avoir quelques mots indigestes à avaler, de ceux qui paraissent limpides dés que l'on vous les définit mais qui reprennent leur mystère une fois la définition échappée de votre cervelle, en tout cas, de la mienne !

Pop art est la forme abrégée de popular art et déjà c'est plus parlant, il s'agit donc d'une production artistique britannique et américaine inspirée par la culture populaire des années 1955 à 1970. Peinture acrylique, sérigraphie, inspiré par la publicité, les médias, la bande dessinée, il met en image la société de consommation, les couleurs sont vives et parfois dissonantes. Les représentants les plus célèbres sontlichtenstein

Roy Lichtenstein 1923-1997,

Andy Wharol

Andy Warhol 1928-1987, Tom Wesselmann 1931

Tom Wesselmann (2)

James Rosenquist

 James Albert Rosenquist 1933, Ronald Kitaj 1932Ronald Kitaj 1964

 Richard Hamilton 1922-2011

Richard Hamilton 1956

Peter Blake

Peter Blake 1931, Derek Boshier 1937Derek Boshier

En Europe  nous avons affaire au même moment  à un mouvement qui se nomme Nouveau Réalisme vers 1960. Pierre Restany critique d'art français exprime dans un manifeste que la peinture de chevalet a fait son temps. Le nouveau réalisme est une 'nouvelle approche perceptive du réel'. Ce texte porte la signature de 10 artistes sur les 13 du groupe Arman, Christo, César, Gérard Deschamps, François Dufrêne, Raymond Hains, Yves Klein, Marial Raysse, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle, Daniel Spoerri, Jean Tinguely, Jacques de La Villeglé. Ce mouvement mérite un message entier, plus tard.k

Ce mouvement sera dissous en 1970. Pour compliquer un peu plus de 66 à 67, Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier, Nieke Toroni s'associent sous le nom de B.M.P.T constitué de leurs initiales. Ce mouvement éphémère est une forme d'art minimal où l'absence de sujet rend la toile neutre et muette, les artistes poursuivent à ce jour chacun leur propre carrière affranchis aussi de ce pseudo mouvement.

Arte Povera se situe lui en Italie et est dans la continuité de tous ces mouvements tout en s'y opposant, ce qui nous brouille un peu plus les pistes, je trouve !  Trois critères se dégagent:

-1 La réduction des moyens (matériaux bruts comme la terre ou les végétaux, bois graines) qui peut passer par un simple recyclage des objets de consommation.

-2 La recherche de lisibilité (un peu paradoxale cependant car pour lire une oeuvre, il faut qu'on nous l'explique un minimum)

-3 Exposer ses propres méthodes.

En 1967 le critique d'art Germano Celant organise la première exposition d'Arté Povera à Gênes.

Giovanni Anselmo 1934

Giovanni Anselmo 1968 sans titre

Sans titre ou structure à manger 1968

Bloc de granit poli et entouré d'une laitue, fils de cuivre hachés  au sol : opposition des matériaux et notion d'assemblage lié à l'éphémère. A noter la dimension humoristique qui peut échapper toutefois : la salade peut représenter une bouche ouverte vorace ...

Giuseppe Penone 1947Souffle 6 Penone

Souffle 6 1978 terre cuite de 158 cm de haut, l'artiste s'est précipité sur la terre et y a laissé son empreinte alors esquissée. C'est un rêve de sculpture, une révélation de la matière.

Penone va travailler le bois, en amont il y a des études préliminaires, où il va analyser le jeu des veines de bois, les dessiner.dessin 1970 Penone

Il fait des pièces monumentales comme l'arbre des voyelles dans le jardin des Tuileries, moulage en bronze d'un arbre déraciné.PENONE CEDRE DE VERSAILLES 2003

Ou comme celui exposé un temps aux Beaux Arts de Paris      

Jannis Kounellis né en Grèce en 1936

Kounellis 1969 Senza Titolo Plaque d'acier et cheveux

Sans titre : plaque d'acier peinte et mèche de cheveux.

 

Alighiero e Boetti est un artiste plasticien, peintre et sculpteur italien né en 1940 et mort en 1994 qui aimait l'ambiguité associée à ce e qui laissait entendre qu'il était double, d'un côté l'homme, de l'autre l'artiste.

Caisson lumineux 1966Alighero e Boetti

Une lampe de métal, du verre, un circuit électrique, une ampoule qui ne s'allume que 11 secondes une seule fois par an. Hasard d'une rencontre, choc visuel pour la personne ou le groupe qui la voit s'allumer.

L'Arte Povera est un processus créateur re-visité pour donner à voir l'impalpable, l'indicible qui si nous le voulons bien nous ouvre un monde parallèle, étrange, hors normes.

Libre à nous d'y entrer ou pas, il y a une incontestable ironie, un autre regard exigé, une ouverture d'esprit supplémentaire à acquérir.  

Liste d'artistes évidemment minimaliste ...

D'autres suivront peut être au hasard de mes rencontres.

Sources : Les Mouvements dans la Peinture chez Larousse Auteures Patricia Fride-Carrassat et Isabelle Marcadé Majorel. 

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,