30 avril 2015

O.N.G - Iegor Gran

Gran

Iegor Andreïevitch Siniavski dit Iegor Gran est né en 1964, École Centrale de Paris, il commence en même temps à écrire. En 2003 il obtient avec O.N.G le grand prix de l'Humour Noir.

Pamphlet contre ceux qui lisent Le Monde (de merde), les détenteurs de volvo (de merde), les mini-bourgeois nombriliques aux aspirations médiocres (pas précisé mais sans doute de merde, aussi), les amateurs du Nouvel échiquier ou du catalogue Cezanne, (oui tous de merde bien entendu) et bien sûr pamphlet contre les O.N.G : deux qui s'affrontent pour notre plus grand plaisir, les écologistes contre les humanitaires, La Foulée verte contre Enfance et vaccins, les pingouins de l'Arctique à sauver contre les enfants du tiers monde qui meurent de faim. Pour une simple affiche d'un enfant décharné qui couvre un peu trop celle d'un pingouin de l'Arctique, une guerre sans merci sera déclenchée entre les deux O.N.G, et comme dans tout conflit digne de ce nom, il y aura aussi bien sûr des viols. Les bons sentiments, le civisme sont mis à mal par des expressions fort réjouissantes, Iegor Gran utilise les mots comme armes; il n'y a aucune moralité à retenir juste le triste constat d'une humanité qui ne sera pas sauvée même si elle se voulait au départ altruiste.

Détonant ce mélange de cruauté intolérante et d'ironie politiquement très incorrecte où l'humour noir domine. Cela ne plaira pas à tout le monde.  

Posté par maison43 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 avril 2015

Château d'Agrain en Haute-Loire

Agrain 8

Les premiers possesseurs du château d'Agrain, petit village alors avec sa chapelle étaient les Barons de Cayres (vassaux des seigneurs de Montlaur bien sûr) dont un Godefroy de Cayres (il y en a un à chaque génération depuis le 11e siècle). Famille puissante qui détenait aussi les maisons fortes de Prunet et de Séjallières qui avec le château d'Agrain constituaient une défense sur le plateau dominant l'Allier via Vabres Alleyras. Les d'Agrain, branche cadette issue des puissants Agrain sont eux même des vassaux de la famille de Cayres fixée à Ouïdes à quelques 3 ou 4 kms d'Agrain ( d'Ouïdes suivre la petite route où indiquée Alleyras, route vite impraticable en voiture). A la fin du 15e Guillaume Maurel qui a épousé Louise de Cayres est qualifié par alliance donc de Seigneur d'Agrain. En 1510 il vend la baronnie d'Agrain qui comprenait aussi Ribains, Le Villard, Le Moulard et Ouïdes à un bourgeois du Puy Pierre Farnier. Son fils Gautier la cédera par acte d'échange en 1533 à Antoine Orvy, autre bourgeois du Puy son beau frère. Mais les Orvy préfèrent résider au Puy, le château est fort isolé

Agrain 12

 dans une belle nature volontiers hostile , surtout quand les guerres civiles s'en mêlent. En 1588 le seigneur du Bouchet Antoine de la Garde dit le cadet de Chambonas s'en empare pour les protestants et le sénéchal du Puy Chaste doit payer rançon pour le récupérer après l'avoir vainement assiégé. En 1594 Durand Ranquet commandant des Ligueurs l'occupe et c'est seulement sous Henri IV (règne de 1589 à 1610) que les Orvy récupèrent leur bien. Mais ce château fut au final peu occupé par cette famille qui préféra sa demeure plus confortable du Puy. Une alliance le passe aux mains de Claude de Laguiolle, des querelles familiales le font mettre sous séquestre puis aux enchères. En 1643 il est adjugé à Hugues Pradier conseiller de la sénéchaussée du Puy. Mais ce n'est déjà plus qu'une ferme, qu'un fermier occupe.AGRAIN

Le dernier fermier, un habitant du Moulard l'occupe jusqu'en 1945.Agrain 2

 

Au XVIIe siècle, un corps de logis doté de pièces à cheminées sur 2 niveaux, une tour, une chapelle, des communs avec étable, fournil, colombier, jardin.

Agrain 5

 

Ce château est un peu isolé, mais des chemins fort accessibles permettent toujours d'aller soit à Alleyras, soit au Moulard dont l'accès est le plus rapide et le plus aisé, soit de rejoindre le village d'Ouïdes et d'accéder ainsi par un autre chemin aux maisons fortes de Prunet et un peu plus loin à celle de Séjallières. De bonnes chaussures ne nuisent pas.

Site sur la famille d'Agrain :

Agrain cheminée

Agrain 6Agrain jardin

http://fr.calameo.com/books/000357550927ba85179ce

Sources : Châteaux de haute-loire Edition Watel

En bibliothèque du Puy consultation possible des deux tomes de Gaston Jourda de Vaux consacré aux châteaux de la Haute-Loire 1911

Agrain4

Agrain 11

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 avril 2015

Paul Rebeyrolle 1926-2005

Paul Rebeyrolle

Moi, j'aime à dire de ma peinture qu'elle est naturaliste. Le naturalisme, c'est une immersion dans la nature. Et je crois avoir réussi à marier naturalisme et politique, ce qui pour moi est essentiel : si tu peins un corps de femme ou d'homme, peu importe, ou de supplicié, c'est en fonction d'une conception politique, mais si ce corps n'est pas plein de sang, si on ne sent pas que ce sang circule sous la peau, que la chair est tendre, que le sol est vraiment un sol fait de terre et de pierre, et si le ciel qui est derrière est en carton, alors on ne fait strictement rien qu'exprimer une théorie.»

Paul Rebeyrolle

Rebeyrolle 5

Rencontre fortuite avec ce peintre que je ne connaissais pas par le biais d'un roman policier de Sylvie Granotier actrice, scénariste et romancière.

Il me faudra un jour y aller : visiter Paul Rebeyrolle sur ses terres, près de Limoges.

Un aperçu rapide de son art très particulier.

Site

 http://www.espace-rebeyrolle.com/ 

Homme tirant sur ses liens 1979 Paul Rebeyrolle

Posté par maison43 à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 avril 2015

Château de Rentilly en Seine et Marne

Ce château fut construit  au XVI siècle pour un avocat du parlement Jean Boudereul, puis il connut Jean de Ligny secrétaire d'Henri IV. Fin XVIIIè  la princesse de Furstenberg petite fille de Jean de Ligny en hérite. Il appartient ensuite au marquis de Thomé. En 1820 le nouveau propriétaire Isaac Thuret consul des Pays Bas l'occupe. Vendu en viager à Ernest André en 1851 qui lui ajoute des ailes et des clochetons.Château de RentillyEn 1863 Edouard son fils en hérite, celui marié à Nelie Jacquemard (musée André Jaquemard à Paris). En 1890 Gaston Menier chocolatier l'achète. Occupé pendant la seconde guerre mondiale par des gardes mobiles qui entreront dans la résistance, il sera brûlé en représailles par les allemands en Août 1944. En 1954 le fils Jacques Menier le fait reconstruire dans un style directoire.Château de Rentilly 2

 En 1987 il est racheté par l'EPAMarne avec un projet qui échoua, passa alors en 2003 à la Communauté d’agglomération de Marne-et-Gondoire qui en fit un parc culturel, partenariat avec le frac.Travaux Rentilly

Le château  qui inoccupé fut pillé et délabré, attendit 2014 pour être inauguré sous sa nouvelle forme en inox poli miroir.

Château de Rentilly 5

 Le projet de Xavier Veilhan a été retenu en collaboration avec les architectes Bona-Lemercier et le scénographe Alexis Bertrand. L'intérieur du château est composé de deux grands espaces d'exposition avec des cimaises blanches mobiles.Château de Rentilly 4

Une exposition Explore qui se termine bientôt permet le temps que vous voulez de franchir l'espace du réel et d'accéder à un monde quasi parallèle filmé, en boucle, un peu obscur ce qui constitue une pause dans le temps, un arrêt sur image de votre propre vie, une sorte d'absence de vous même. Intérieur Rentilly explore

Pour vous réveiller doucement un bel espace bibliothèque sur l'art contemporain et moderne dans l'ancienne orangerie. D'autres petits trésors comme les Bains turcs fermés ce jour restent à découvrir, et pour les amateurs d'arbres, quelques belles espèces dans un parc à l'anglaise. 

 

Posté par maison43 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 avril 2015

Robert Jahns

Robert JahnsPhotographe allemand.

Posté par maison43 à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2015

Egon Schiele 1890-1918

Egon Schiele

Bien sûr, il y a du clown triste chez Egon Schiele, né à une époque de fin de siècle toujours un peu décadente, né dans une famille où un père dépressif puis carrément dément meurt à l'adolescence d'Egon ce qui peut contribuer à exacerber un sens déjà aigu du mal de vivre chez ce tout jeune homme qui fut un admirateur de Klimt, qui s'en inspira mollementAutoportrait demi-nu 1909 Schiele

et qui réussit pourtant en une courte carrière à se donner un style bien à lui.Autoportrait tirant sur sa joue 1910 détail Schiele

Gustav Klimt 1912

Voilà Klimt en photographie, voilà la vision toute Schielienne qu'en a son jeune confrère.Gustav Klimt par Schiele

Voilà il faut le savoir, Egon Schiele n'est pas là pour faire du beau comme Klimt, lui est là pour déformer la réalité et au contraire de Klimt qui idéalise, lui Schiele a choisi presque systématiquement de diaboliser tout, une façon de se démarquer, une tendance à voir tout en noir, un penchant pour le morbide ou le glauque, ou tout simplement une façon d'être dans un monde où l'on se sent un peu étranger. Le dessin est primordial chez Schiele et le rouge est là pour mettre en valeur ce que les autres cachent : les bouches, les seins, le sexe. 

Agonie 1912 Schiele Il y a du souffre chez Schiele : ses dessins érotiques font jaser, de jeunes enfants, de jeunes modèles tous très sexués. Il dénonce aussi l'église et ses pratiques parfois fort contestables. Il se glisse assez facilement dans la peau du provocateur.Jeune fille nue assise 1910 Schiele Il met en scène la masturbation fort combattue en ce début de siècle tout comme  Klimt d'ailleurs, mais là où les formes sont pleines, les visages apaisés chez Klimt, chez Schiele les corps sont suppliciés, les regards interpellants : invites déguisées des modèles ou addiction du peintre aux dits modèles, ou bien les deux peut être. Les défenseurs de Schiele analysent la similitude des jeunes corps représentés de façon androgyne avec ses auto-portraits nus où un narcissisme complaisant ou moqueur aguiche les regardeurs, signifiant ainsi que ses nus féminins seraient les doubles d'un Schiele fort attiré par le sexe. Possible et qu'importe maintenant. Se démarqueront de ses modèles d'abord sa soeur bien aimée Gerti, puis Wally Neuzil 17 ans jeune modèle qui vivra avec lui 3 ans, une belle fille qui lui fera aimer l'amour, il la représente fort esthétiquement Femme blonde couchée 1914 Schiele et puis celle qu'il épousera une jeEdith Harms 1915 Schieleune vierge avec laquelle il voulait faire un mariage avantageux socialement Edith qui lui fera peindre des tableaux à la Carl Larsson. Il retrouve son style un peu caustique avec ce couple assis où Edith s'accroche comme elle peut à son mari un peu grimaçant.

Couple assis 1915 détail Schiele

 

 A noter que le dernier tableau de Schiele, intitulé La Famille devait se nommer Couple accroupi et ne comportait pas d'enfant, la femme n'est pas Edith et l'enfant fut rajouté lorsque Schiele apprit la grossesse de son épouse.

La Famille détail 1918 Schiele

A noter aussi les formes pleines de la femme, Schiele a abandonné son style émacié et sans doute plus serein porte un  autre regard sur les femmes, la tristesse est toujours au rendez vous mais apaisée ou résignée. Une grippe espagnole emportera d'abord Edith enceinte et quelques jours plus tard Egon Schiele, il avait 28 ans. Pas vraiment de chance ce Schiele au fond, mais restent ses peintures qui sont de celles qu'on ne confond pas, qu'on n'oublie pas.

Posté par maison43 à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2015

Maison forte de Séjallières Haute-Loire

Séjallières

Toujours sur la D33, route qui va de Cayres à Alleyras à gauche ou St Jean Lachalm à droite, quelques kilomètres après Ouïdes et Prunet, voici le troisième site défensif lié aux seigneurs d'Agrain, Séjallières  plus importante que Prunet du point de vue stratégique et hôtelier, car pourvue d'un corps de logement conséquent et ce site dispose d'une vue imprenable sur la Margeride et au delà.

Séjallières 2Alors re-belote avec ces seigneurs qui se marient pour agrandir leurs terres, Séjallière forme avec Prunet  une co-seigneurie, les Prunet ont une part, les Villaret qui dépendent des seigneurs de Montlaur une autre, les Agrain en possèdent une part également puis l'abandonnent puis la récupèrent au XV è avec les Maurel alors seigneurs d'Agrain qui opposent leur blason et la détiennent toujours par mariage à la branche intitulée Agrain de Séjallière.

Séjallières 3

Entre temps, Louis de Goys réunira pour une part Prunet et Séjallière par son mariage, qui appartiendra par héritage à la famille Combres de Bressoles, puis à celle de Montchal et de La Mothe. Qui habitait vraiment le château ? à vous de voir !! En 1772 le seigneur de la Sauvetat Jean- Guillaume Sauzet rachète les seigneuries de Prunet et de Séjallières. Séjallières appartient aujourd'hui à un privé. 

Posté par maison43 à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 avril 2015

Les châteaux de sable

Les Châteaux de sable

Film d'Olivier Jahan avec Emma De Caunes, Yannick Renier, Jeanne Rosa, Alain Chanfort. Film-friandise à voir pour ses paysages beaux; ses acteurs sensuels et charmeurs, ses portraits de femme attachants. Un peu lent au début, et puis on se laisse prendre par le charme nostalgique d'un film à la Sautet, où il ne se passe pas grand chose, un peu comme dans nos vies si privilégiées, un père qui meurt, un amour qui renaît, une maison familiale à vendre, une mer qui se retire en emportant les châteaux de sable de nos vies  tra la la la .. un bref moment de vie assez doux au final et plus profond qu'il n'y paraît. Cela ne fait pas de mal de temps en temps un peu de douceur nostalgique dans ce monde en folie meurtrière.

Posté par maison43 à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2015

Maison forte de Prunet en Haute Loire

Prunet 2

Sur la D 33 qui va de Cayres à Pont d'Alleyras, à 1 km en direction de Prunet, une haute bâtisse austère attire le regard. Il s'agit d'une tour de garde qui contrôlait un des accès à la vallée de l'Allier et qui forme avec la maison forte de Séjallières et le château d'Agrain  situé à 1 bon kilomètre d'Ouides un triangle dit défensif, encore qu'Agrain du fond de sa vallée ne semble pas bien défendable, ce qui fut d'ailleurs, on le verra plusieurs fois prouvé. Prunet presque en face pouvait peut être au moins l'avertir. Gilbert Castanet évoque un château fort  réduit aujourd'hui au tiers de ce qu'il était dans sa série sur le Devès. La Burle souffle joyeusement sur ce haut plateau basaltique et la neige soufflée et re-soufflée forme des congères impropres à toute circulation aisée. Les Seigneurs d'Agrain ont longtemps détenu cette maison forte ou château ainsi que celle de Séjallières, mais comme rien n'est simple avec les seigneurs et leurs alliances, ce fief fut avec celui de Séjallières une co-seigneurie vassale des Agrain, une part fut détenue par la famille habitant Séjallières où plusieurs noms se suivent comme Villaret, Maurel, Rochefort, une autre part fut maintenue par la famille de Prunet

Prunet 1

 

(http://fr.calameo.com/read/00035755078d713afceb4) Etienne de Prunet au XIV, dont une arrière petite fille épousa en 1457 Louis de Beauzac dont une arrière petite fille épousa en 1588 Louis de Goys. En 1585 lors des guerres de religion, Prunet est attaqué au canon, pillé et partiellement détruit tandis que Louis de Goys alors en garde du château d'Arlempdes est fait prisonnier et rançonné par le cadet de Chambonas Antoine de la Garde. Vraisemblablement cette maison forte était occupée par des capitaines et non par les familles propriétaires. Restauré en 1605. Au 18è le domaine passe à la famille Combres de  Bressoles et aux Barentin de Montchal pour être vendu en 1772 à Jean Guillaume Sauzet seigneur de la Sauvetat. Laissé à l'abandon il a été dernièrement restauré et appartient à un privé.

Source :Châteaux de Haute Loire - Edition Watel

   

Posté par maison43 à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,