Court

Au musée Fabre de Montpellier, un tableau épuré que l'on remarque 'Femme à mi-corps couchée sur un divan' dont le modèle serait Maria l'épouse du peintre Joseph Désiré Court, femme mi-lasse mi-triste aux yeux alanguis ou graves on ne sait pas trop, qui regarde son compagnon. Ce portrait là (où le rouge passion et le vert chance soulignent le visage sans fards, la chevelure lâchée et les épaules nues) nous raconte un intime petit instant de vie. L'abandon total de cette femme diffère de certains portraits de jeunes élégantes où le même modèle pose fardé et paré en représentation et se démarque bien sûr des portraits officiels conventionnels que Court peint en grand nombre. Le peintre aurait utilisé plusieurs fois son épouse italienne comme modèle, comme dans La Vénitienne au bal masqué, ou Rigolette au travail mais dans ce tableau là, le peintre si discret sur sa vie privée sort de sa réserve, et nous livre un peu de sa vie privée; cette femme là est plus qu'un modèle, cette femme lui tient à coeur et cette femme là le lui rend bien.