29 avril 2016

La balade de St Roch à Langeac en Haute Loire

LangeacToute douce balade  qui part de l'île d'amour (accès par le quai Voltaire), refuge ancien des amoureux, actuel lieu où jeux et parcours de santé attirent les enfants, qui vous emmènera, en empruntant le petit pont situé à droite du mini golf et en passant sous la voie ferrée à la colline St Roch nantie de son calvaire. Remonter alors la route, et tourner à droite en contournant la colline jusqu'à rencontrer un petit sentier que des maisons récemment construites cachent un peuColline St Roch 2

 Un panneau vous accueille, ouf on y est ! Ensuite suivre le chemin jusqu'au calvaire.Colline St Roch

Calvaire Langeac

 Langeac est située dans la plaine, petit bassin d'effondrement entre Margeride et Deves qui abrita entre autres, charbon et pierres précieuses qui enrichirent un temps la région. Le modeste mont St Roch était un volcan de type surtseyen et fut une carrière qui alimenta la ville en matériaux de construction.Colline St Roch 3

Attention, des maisons se construisent, et gardent un peu jalousement le chemin qui mène au sommet où une table d'orientation vous indique les chaînes environnantes.Colline St Roch 4

St Roch Langeac

Redescendre de la colline du côté de cette table en direction d'un petit bassin de rétention d'eau par un chemin peu fréquenté donc peu délimité et revenir dans la ville où d'autres petits trésors vous attendent.  Circuit non balisé où il faut compter un peu plus d'une heure, éviter les sandales sauf si l'on aime se compliquer la marche. Pour le goûter, un petit arrêt à la pâtisserie sur la place où il y a l'Office du tourisme s'impose, douceur des papilles garantie.Langeac vue de St Roch

   

Posté par maison43 à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


16 avril 2016

Fanny Stevenson

Fanny

Nous devons à Alexandra Lapierre une intéressante biographie un peu romancée de cette femme Fanny Vandegrift 1840-1914, qui fut aussi Osbourne puis Stevenson par ses mariages. Femme qui ne fut jamais indépendante financièrement, mais qui lutta toute sa vie pour accomplir un incroyable destin où l'amour fut son moteur, aventurière, elle suivit son premier mari, chercheur d'or,dans les contrées inhospitalières du Nevada, fit de longs voyages tout aussi inconfortables, elle, qui souffrait du mal de mer, partit aux Marquises, Tahiti, Hawai, îles Gilbert, îles Samoa. Ce n'est pas une muse façon Misia Sert 1872-1950, ce n'est pas une femme de salon façon Apollonie Sabatier 1822-1890, ce n'est pas une séductrice façon Liane de Pougy 1869-1950, elle est en fait assez indéfinissable, avait un culot monstre, savait faire d'un taudis une douillette demeure, savait jardiner une terre aride, avait une imagination débridée mais n'écrivit jamais vraiment, même si elle collabora à certains récits de son second écrivain de mari Robert Louis Stevenson 1850-1894, celui que l'on connaît par L'île au trésor, L'étrange cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde, ou depuis quelques années par la mise en vedette de son chemin qu'il narra dans un assez fade récit sous le titre de Voyages avec un âne dans les Cévennes, tandis que Fanny revenue en Amérique travaillait durement à divorcer de son mari. Fanny se forma un temps en compagnie de sa fille Isobel dite Belle à l'academie Julian à Paris, elle rencontra Stevenson à Grez-sur-Loing, elle estima alors ne pas avoir grand talent et abandonna toute velleité de peindre ou de dessiner. En l'épousant, plus âgée que lui et divorcée, elle défia les conventions sociales, mais renonca aussi à ses propres aspirations. Elle entreprit alors de se mettre au service de son mari pour lequel elle éprouva une passion houleuse et partagée. Elle se dévoua à soigner ses problèmes de santé (maladie de la plèvre possible) et s'y épuisa autant que lui, bien qu'elle lui survécût de longues années. 

Alexandra Lapierre

Sources: Fanny Stevenson Entre passion et liberté - Alexandra Lapierre. 

Posté par maison43 à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2016

Jean Louis Aroldo - peintre

Jean Louis Aroldo Sommeillante

Artiste clermontois né en 1967, a fait les Beaux Arts de Clermont Ferrand. Il expose quelques toiles dans les salles Jean Hélion à Issoire dans le Puy-de-Dôme.

Jean Louis Aroldo trouve l'inspiration dans le cinéma, la photographie. Il nous propose un autre regard, il fragmente une image, la peint en gros plan et nous invite à une autre réalite, celle qu'on imagine.Jean Louis Aroldo Flotation

Assez atypique et diversifié ce peintre là, d'autres oeuvres, peintures et dessins, sur son site internet :

http://www.jeanlouisaroldo.com/

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,