30 septembre 2016

Musée de Nemours - Au Féminin

Château-musée de Nemours

Le charmant musée de Nemours en Seine et Marne expose du 21 Mai 2016 au 19 Février 2017 ses collections autour du modèle féminin, toiles datant de 1850 à 1914. Oublions la femme multiple chantée des années 1980, à cette époque la femme des années 1850-1914 est étiquetée définitivement selon son rang social et sa place dans la société. Entre la femme du monde mariée

Portrait de Mme Desfini - Marie-Alexandre Alophe

et la demi mondaine

détail de l'indolente nue

entre la femme exotique

Négresse du Hedjar - Gérome

 et la prostituée

La Dèche Félicien Rops apres

entre la campagnarde et l'ouvrière

Jacques Brissaud 1911

 il y a fort rarement des passerelles. Mais le peintre du 19è commence à s'intéresser à toutes ces catégories de femmes en accentuant le trait marquant de leur spécificité, élégantes en représentation, femmes de mauvaise vie en perdition, femmes de bonne famille, travailleuses. Le nu les réconcilie toutes et mêle la vierge pureEmmanuel Benner

à l'apprentie sorcière perverse.La leçon avant le sabbat 1880 L-M Boutet de Mouvel

Ce très intime musée est riche d'oeuvres d'artistes talentueux moins célèbres que les grands mais apportant justement ainsi un regard neuf sur la peinture de cette époque.

Tête de femme 1908 Victor Prouvé

Deux jeunes filles au bord de la mer - Numa Gillet

Albert Ernest Miserey - Japonaise

 Quelques noms-stars cependant comme Gérôme, Felicien Rops. Jamais décevant ce musée Trois artistes féminines sont mises à l'honneur, Rosa Bonheur très connue mais assez rare à croiser, Fernande Sadler 1869-1949 élève de l'Académie Julian tout comme Emma Chadwick installées toutes les deux à Grezt sur Loing.

Posté par maison43 à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 septembre 2016

Le musée des croyances populaires à Monastier sur Gazeille en Haute Loire

Les veillées anciennes avaient triple emploi, en premier la necéssité d'accomplir les petits travaux impossibles à faire dans la journée déjà bien remplie, en second, la diffusion des potins du village, et enfin, il n'était pas rare qu'un conteur ou une conteuse ne s'en mêle pour apporter un peu de fantastique grâce aux légendes, contes, récits effroyables ou narrations descriptives, proverbes ou chansons populaires, car la transmission aux générations se faisait alors par l'oralité avec je suppose des apports personnels des conteurs. Henri Pourrat en fit d'ailleurs de ces contes un monument  qui parut sous le nom de Trésor des Contes. Une note d'Henri Pourrat à propos des contes et légendes populaires :

Mais la France n'a pas su se préférer elle-même en ses contes à Cicéron et à Boileau. Pour elle, depuis la Renaissance, il n'y a lettres que de lettrés. Elle a salué l'imagination populaire d'un peu loin, avec un certain sourire. Et elle a passé. La grande fée verte lui a semblé avoir une odeur un peu sauvage ou un peu fade, de fagot de pin ou de petit-lait. Ne restait à la fée que de se cacher sous la chaise des nourrices et sous le tabouret des bergères.Château du Monastier sur Gazeille

C'est à Monastier sur Gazeille, petite ville aux trois musées que le plasticien et peintre Patrice Rey a sculpté une multitude de petits personnages issus de contes et légendes de nos ancêtres qu'il nous présente dans un château typique de la région, ce musée des croyances populaires a été créé par l'association L'oeil de la Salamandre. Le château abbatial qui appartient à la mairie leur sert d'écrin. Patrice Rey est lui aussi un conteur mais je ne vous dirais rien à ce sujet car ma première visite en ce lieu ne fut que pour ses petits personnages fort caricaturaux et drolatiques. Ce musée là et Patrice Rey méritent plusieurs visites. Et j'y reviendrai.Patrice Rey

Pour l'heure, retenues les légendes que je connais autour de Saint Privat d'Allier, la légende de la pucelle injustement condamnée d'avoir fauté qui se jeta du rocher d'Aiguilhe pour prouver sa pureté et se releva indemne. Dieu y consentit encore pour le second saut, mais au troisième  laissa la vierge s'écraser, car péché d'orgueil mérite aussi d'être puni !Légende de la pucelle d'Aiguilhe

 Au lac du Boucher, la vieille et sa chèvre furent sauvées des eaux (qui engloutirent le village) pour avoir nourri et logé Jésus déguisé en mendiant, mais las, la vieille qui ne devait pas se retourner, pécha par désobéissance et fut pétrifiée avec sa chèvre, seule reste la tête de chèvre au bas d'une croix de Philippe Kaeppelin. Légende du lac du Bouchet

Un arrêt à Montbonnet où tremper sa main dans une source guérit des verruesSource guerissante

et puis un peu plus loin à Saugues, on peut certains soirs voir le Draye, cheval dont la croupe s'allongeait pour accueillir les petits enfants qu'il précipitait dans la Seuge ou l'Allier.Légende du draye de Saugues

Le musée est ouvert du 1er Mai au 30 Septembre de 14h30 à 19h.

Un hommage à nos grand-mères dentellieres.Les dentellières

 

Posté par maison43 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2016

Le village de Saint-Quentin près de Chassaure en Haute Loire

St Quentin vu du chemin croix des Las

Petite balade tranquille qui offre un panorama inhabituel sur la Loire; se rendre à Chaspinhac en Haute Loire à 13km du Puy, puis se diriger vers un petit hameau Chassaure. Deux accès possibles à cet ancien petit village médiéval, celui par la croix des Las est le plus facile et rapide. Nous avons pris le second, soit une boucle de 6 kms qui nous a fait passer par le Pouzat petit lieu dit avec une croix qui fait face au lointain mont Bar.croix du PouzatPassage dans un bois moussu fort agréable par grosse chaleur mais chemin assez pentu, pierreux et raviné. Un arrêt sur un paysage de Loire et sur la gauche un petit éperon rocheux domine la Loire où une ruine et un toit neuf attirent notre regard, serait-ce St Quentin que l'on reconstruit fort lentement ? La suite nous prouva que oui !Vue sur la Loire

Du vieux village qui comptait une église, un cimetière et un château, ne restent que quelques pans de murs. Le château était fief des Polignac qui en firent hommage aus évêques du Puy. Des familles qui l'occupèrent, (à l'origine avant 1200, un Guillaume de St Quentin) suivirent des familles illustres comme les seigneurs de Fay, de Vedeyres, de Mons, de La Tour Vidal, des Rochefort d'Ailly et pour terminer la famille de Gerentes qui céda la seigneurie aux chartreux de Brives qui furent les derniers seigneurs jusqu'à la révolution. Le château fut abandonné au XVII siècle, sans doute l'isolement et la pénurie d'eau en furent les premières causes.Citerne

Puit

 Petite forteresse sur la Loire, les seigneurs de St Quentin avaient seuls droit de pêche mais délivraient des autorisations monnayées bien sûr.Ruine du châteauVendus en l'an 13 comme bien national, les édifices servirent de carrière aux villages voisins. En 1808, on comptait encore une douzaine de maisons, mais en 1891 on note une construction nouvelle au milieu du village ruiné, quelques maisons la rejoignirent.

Maison de Séraphie

Séraphie

En 1866, Saint Quentin fut rattaché à la commune de Chaspinhac, en 1955 la dernière habitante Séraphie quitta la dernière maison habitée, et le village se ruina à nouveau. Depuis 2012 une association aidée par la municipalité de Chaspinhac reconstruit le village, un café associatif est ouvert au public chaque dimanche d'été de 14h à 18h.St Quentin

Pour en savoir plus sur l'histoire de St Quentin : http://www.saintquentinchaspinhac.fr/histoire/historique/

Vue de St Quentin sur la Loire

Posté par maison43 à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 septembre 2016

Armel Jullien peintre Haute-Loire à Ouïdes

Autoportrait A-Jullien

Il vit en Haute Loire, il est né en 1971 et il peint. Il a son style bien à lui Armel Jullien, réalisme et humour, avec une tendresse particulière pour les humains, à la manière d'un Lucian Freud qu'il apprécie, je crois d'ailleurs. Il a un sacré coup de pinceau assez rare finalement.

Au musée A-Jullien

Il donne une certaine beauté aux gens ordinaires, il les aime bien je pense. Il révèle leur âme, on sent une connivence entre le peintre et ses modèles, et si il peint sans modèle, je ne sais pas trop, il choisit délibérément de mettre en valeur ce que l'humain a de positif. Il met en relief nos travers avec impertinence et joue avec les mots et avec les images.

L'homme des tas - A Jullien

Quant à ses vaches, elles ont un je ne sais quoi qui me plaît bien.

Armel Jullien

Pour le connaître davantage, aller sur son site :  http://www.armeljullien.fr/

Posté par maison43 à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2016

Mario Prassinos à la Chaise-Dieu

Mario Prassinos

Il va falloir attendre 2018 pour découvrir tous les bâtiments que comporte La Chaise-Dieu (Haute Loire) depuis l'Aile de l'Echo en cours de restauration jusqu'à une salle qui sera réservée à une copie de la Danse Macabre dont l'original reste dans l'abbatiale, en passant aussi par des espaces d'exposition. Mario Prassinos et Louise Delorme sont les peintres invités cet été 2016 jusqu'au 18 Septembre. Grec naturalisé français, Mario Prassinos est né en 1916 et mort en 1985. Curieusement, les livres d'art le boudent un peu, voire l'oublient complètement. On le définit comme appartenant à la Nouvelle ou Seconde école de Paris, qui regroupe les artistes abstraits et figuratifs qui séjournaient à Paris entre 1945 et 1960. La Chaise-Dieu nous présente ses 11 derniers tableaux réalisés pour une chapelle à St Rémy de Provence. Arbres de vie, arbres de mort, en relation indirecte avec la tapisserie de la crucifixionLa Crucifixionsituée dans le choeur de l'abbaye. Arbres de supplice pour les larrons, arbre d'or et de pierreries pour le Christ. Mario Prassinos condamne la pratique de la torture, et ne s'intéresse pas au symbole religieux. Il utilise pour ses peintures à l'huile la méthode de Pollock mais ses gouttes sont orchestrées pour créer une peinture figurative à la limite du surréalisme.

A noter que ces peintures font partie d'une donation faite par l'artiste qui comporte 108 oeuvres; la chapelle fermée depuis 2012, les oeuvres de Mario Prassinos ne sont plus exposées. Catherine Prassinos fille du peintre recherche un lieu, une collectivité qui pourrait les accueillir de manière pérenne.Mario Prassinos 2

Posté par maison43 à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,