24 février 2017

Bernard Buffet 1928-1999

Buffet autoportrait 1956

Buffet autoportrait 1977

Le musée d'art moderne expose en ce moment Bernard Buffet, ce qui constitue déjà un évènement particulier car rare. Ce golden boy de la Peinture fort populaire dans les années 50 et 60, suscita ensuite un vif mépris de la part de tous les conservateurs de musées, les critiques d'art, les commissaires d'exposition. Bien sûr, il persista dans son style, celui qui est la signature d'un peintre, style qui se modifia cependant durant les années et qui tout en gardant ses traits célèbres et décriés atteignit un sommet digne des autres peintres plus estimés que lui. Le musée d'art moderne nous fait cheminer chronologiquement

Buffet -Nature morte au révolver

Buffet les trois rigolos 1997

Buffet La ravaudeuse de filets 1948

Buffet 1963

des tableaux en teintes beige-gris-vert-bleutés

Buffet La cafetière bleue 1956

on passe à du rouge Soutine

Buffet série les Ecorchés 1964

Buffet Les Folles Femmes au salon 1970

des couleurs vives, criantes, gueulardes même qui me ravissent.

Buffet série Les Oiseaux 1960

 Buffet est né trop tôt, il aurait fait un tabac à notre époque actuelle. D'une beauté du diable, il séduit Pierre Bergé et la France d'alors.

Bernard Buffet

Quelques années plus tard il épouse une belle Annabelle, à la même fragilité que lui semble t'il.

Buffet 1960

De célèbre, il passe à maudit, seuls les médias avides s'intéressent à eux, leur couple fascine et la brune Annabelle a beaucoup de charme. Buffet se rebiffe, sa peinture exprime sa colère, et se révèle tourmentée, fiévreuse, le Christ c'est lui.

Buffet - La Crucifixion

  peinture hargneuse, rancunière même jusqu'à la caricature où l'artiste se moque de ses détracteurs en caricaturant son style

Buffet Les clowns musiciens

ce qui a donné les prémices de l'art graffiti. Et je préfère cette période où le peintre se démarque des autres, les peintres des rues lui doivent beaucoup. Il fait des Bandes dessinées géantes, avec des thèmes dont il fait plusieurs séries

Buffet Le combat avec le requin 1989

 Et puis l'artiste se moque de l'Homme, lui, nous, les autres, un humour corrosif et noir. Les harpies le cernent sans répit

Buffet L'enfer de Dante Les Harpies 1976

  D'un naturel dépressif, il accentue le trait et est sans doute dans un désespoir certain, une maladie de Parkinson n'arrangera rien  : Pitoyables humains, puissants ou misérables, la mort est au bout du chemin, ne l'oubliez pas.

Buffet Squelette en prière 1998

Il l'avancera à son heure, à sa façon, cette mort impitoyable et extrêmement dure pour ses proches dans une sorte de performance signée Buffet mais non dénuée de panache.

Buffet La Mort 5 1999

 Il est amusant de constater que 40 ans plus tard, Bernard Buffet attire toujours les mêmes critiques. L'art pictural existe dans toutes les époques, mineur, grandiose, brut, maniéré, académique, qu'importe, on n'aime, on n'aime pas, on critique, on loue, qu'importe, il contribue à l'Histoire humaine, et Buffet en est un acteur. Et puis quelques douceurs un peu suaves qui témoignent que Bernard Buffet connut aussi la joie, l'espoir, l'amour, un peu de paix parfois.

Buffet Kabuki

Buffet La mer 1960

Buffet Le rhinocéros

Buffet Le sommeil d'après Courbet

Né trop tôt dans un monde encore fort conformiste, il laisse ce message ambivalent, comme le fut sans doute sa vie.

Buffet

 

Posté par maison43 à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 février 2017

Alexis Chomel aquarelliste 1995

 

Alexis Chomel - La femme et la colline

Brioude en Haute Loire  offre outre sa basilique, ses rues chargées d'histoire, une galerie d'Arts ouverte depuis 1990 et installée dans un site remarquable La maison de Mandrin. L' Association Festival Aquarelles de Brioude qui organise, entre autres actions, en Juillet une biennale d'aquarelles qui regroupe des artistes de plusieurs pays proposait du 10 Décembre au 11 Février 2017 une exposition extra biennale sur quatre aquarellistes pour jeune public en partenariat avec l'Education Nationale. 

Une occasion de découvrir un jeune talent originaire de Firminy, soit un appelous (sur l'origine de ce nom consulter  le site   http://la-vallee-de-londaine-en-histoire.over-blog.com/2015/09/appelou-est-une-denomination-plutot-recente-pour-les-habitants-de-firminy-cette-appellation-a-des-origines-diverses-et-variees-mais.

Alexis Chomel est un jeune peintre aquarelliste, autodidacte, né en 1995, il a suivi quelques cours chez un peintre professionnel. Son style devrait avec l'âge se personnaliser un peu plus, et il semble extrêmement prometteur.Alexis Chomel - Dans le bleu de l'absinthe

Posté par maison43 à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2017

René Magritte

Quel drôle de personnage ce Magritte, dont l'existence tranquille en apparence semble être en désaccord complet avec ses tableaux. Certes la connaissance de l'incontournable Breton en fut sans doute, sinon l'origine, du moins un relatif catalyseur, mais rapidement il s'éloigna des prétentions psychanalysantes jusqu'au maniérisme parfois baroque de ce mouvement et créa un style Magritte, reconnaissable entre tous.  Méfions nous des apparences. Magritte ne dit pas tout dans ses toiles, et tout n'est pas dit sur Magritte. il est un de ceux qui sut le mieux jouer avec  les mots, les images, le mystère, il sut leur donner un non-sens où chacun peut y trouver ce qu'il veut voir, tant et si bien que tout peut être dit sur lui sans que personne ne s'approche de sa vérité. C'est un jeu, un mystère, un éclat de rire, un labyrinthe, un point d'interrogation, témoignant d'un imaginaire puissant, d'un humour assez corrosif parfois, d'une limpidité trompeuse, d'une volonté certaine de se cacher derrière des images et bonne chance à celui qui veut les traverser, sans omettre un désir puissant chez Magritte de poétiser la toile peinte et de nous y perdre dans un titre souvent mystérieux. 

Il y a plusieurs façons de lire les tableaux de Magritte, celles fort inspirées des critiques, d'autres plus simplistes et rigolotes, une manière de jouer avec les mots et les images, plus grossièrement certes .. ainsi les deux tableaux suivants que l'on peut rapprocher aisémentMagritte 1 en changeant les Titres à gauche  Ceci est une pipeMagritte 6

 et celui ci à droite La lampe Merveilleuse

 

 

 

Bon que les bien-pensants me pardonnent ou pas, d'ailleurs, je m'en moque bien, mais il y a aussi du facétieux chez Magritte avec toute liberté pour nous de l'interpréter.

Et cette délicieuse version de l'oeuf et du coquetier, nouveau paradoxe de la poule philosophe intitulée 'Variante de la Tristesse'.

Magritte4

Philosophe aussi Magritte,autant que la poule, mais plus moqueur, laissant à chacun sa liberté de pensée (oui cela me fait penser à quelqu'un !!) il y a des symboles récurrents chez ce peintre inclassable qui refuse d'ailleurs que l'on trouve chez lui des symboles, symboles dont on peut trouver plusieurs explications qui sont toutes fausses n'en doutons pas. Il y a aussi les mots dont la fonction est de désigner l'objet qu'ils représentent mais sont forcément arbitraires et discutables. Oui, Magritte n'a rien de simple dans son raisonnement, ni dans ses peintures.Magritte 11

Il fut un admirateur d'Edgard Poe, il aima ses Histoires extraordinaires où la mort, la folie, la perversion, le crime sont toujours présents. Cela fit certainement écho en lui dont la mère se suicida alors qu'il avait 14 ans. Quel drame pour un enfant, quelle explication lui fut elle donnée et quel mystère en fut la cause  ? et puis les gouvernantes qui se succédèrent avec les déménagements, rien de stable chez Magritte adolescent, cela peut expliquer aussi l'existence d'objets assez incongrus dans ces tableaux, fusil, linge blanc, pomme, pierre, grelots, objets qui souvent n'ont rien à faire ensemble mais dans une vie, l'absurde, l'incertitude, l'irrationnel, le dramatique trouvent toujours aussi leur place, contre notre propre volonté.

Magritte 10

Magritte 9

 Les corps des femmes sont représentés soit par une petite masse informe, une sorte de bulle, ou bien par un vêtement qui laisse place aux seins, au sexe selon les tableaux, son tableau Le Viol est particulièrement heurtant, un visage de femme où les yeux sont des seins et la bouche un pubis, cela est extrêmement figuratif et n'a rien d'érotique, la femme est un mystère, le viol en est la démystificationMagritte 7

 Entre ces objets sexuels sans visage qui peuvent évoquer vaguement un utérus et ses nus à la Grecque au visage de son épouseMagritte Le rêve

il pratique l'art de l'équivoque. Il aime l'ambiguité, ses portes fracassées qui donnent sur des maisons bourgeoises transforment les apparences et cachent de possibles mystères, telle sa porte qui dévoile un trou noir, le comble du mystère.Magritte 14

 Magritte s'amuse incontestablement et veut provoquer parfois par une certaine subversion des images qui amène chez le spectateur un plaisir, une réaction hostile, une incompréhension, une curiosité inassouvie.

Allez un dernier verre et au plaisir de vous revoir peut être une autre fois, qui sait !  Magritte Le bain de cristal

 

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,