Haruf

Livre vanté pour être une célébration de la joie, de la tendresse et de la liberté; je m'inscris en faux contre ce résumé écrit sur la quatrième de couverture du dernier livre de Kent Haruf né en 1943 et mort en 2014. On y trouve de la tendresse, un peu de joie et aucune liberté. Par contre, j'approuve pleinement la suite du résumé de cette couverture 4, qui évoque fort justement un des thèmes du livre intitulé Nos âmes la nuit, à savoir sous entendu toujours une célébration, de l'âge, aussi qui devrait permettre de s'affranchir des conventions, pour être heureux, tout simplement. Le conditionnel utilisé est bien employé, il devrait, mais n'y réussit pas. Kent Aruf nous conte donc la rencontre de deux septuagénaires, veufs, qui décident de réunir leur solitude, mais choisissent de ne se voir que la nuit, non par choix,mais par nécessité, pour couper court à toute rumeur possible. On croit rêver ! où se trouve la liberté de ces êtres qui se cachent pour goûter le plaisir d'être ensemble ? ils n'échapperont d'ailleurs pas au quand-dira-t'on, ni aux reproches de leurs enfants quadragénaires, et au final, ce seront ces gens là, (Monsieur !! ) qui gagneront.

A l'époque des septuagénaires baby-boomers, les esprits ont évolué, notre génération revendique sans souci sa liberté et vit sa vie comme elle l'entend; l'aide à domicile permet de garder nos aînés le plus longtemps possible chez eux, seuls ceux atteints de maladies dégénératives sont placés par obligation dans des maisons de retraite.

Non mais !