Lyonnais, issu d'une riche famille dont le père et grand-père étaient préfets du prétoire. En 450 il épouse la fille d'Avitus aristocrate auvergnat. Il devient un court temps préfet de Rome en 468 grâce à ses panégyriques glorifiant les empereurs romains, mais revient s'installer en Auvergne. Opposé aux barbares, il encense avec opportunité la culture romaine. Pas toujours proche de la réalité, il apporte cependant un témoignage rare en écrits sur son époque, mais essentiellement sur sa classe sociale . On suppose qu'il habitait dans la villa de son beau-père ( préfet du prétoire de la Gaule, qui se fit proclamer empereur à Rome  pour finir par être vaincu par l'armée de l'aristocrarie italienne, et qui se retira alors en Auvergne) à Avitacum que les historiens situent au lac d'Aydat. La villa était en pierres du pays, avec des thermes et une piscine. Sidoine faisait partie de l'aristocratie auvergnate, se rendait souvent dans le midi plus ouvert à la vie mondaine. Sidoine s'impliquera lui aussi fortement dans la vie politique, par le biais d'une vie plus religieuse, qui le fera élire évêque de Clermont vers 470 ou 471, séparé de son épouse et renonçant à sa poésie. En fait  il semble que Sidoine Apollinaire fut un opportuniste éclairé, il participera à la défense de Clermont assiégée par les Wisigoths, mais quand leur roi Euric s'allie à l'empire romain pour conclure une alliance ( l'Auvergne est cédée à Euric contre la restitution de la Provence pour Rome) il finira après un petit exil par retrouver son évêché en louant la cour du roi Euric, tout en luttant toujours pour la culture romaine. Sa mort en 486 ne lui permettra pas de voir les Francs vaincre les Wisigoths en 507, avec un Clovis 466-511 païen qui s'était converti au catholicisme. 

Source : Histoire de l'Auvergne des origines à nos jours - Pierre Charbonnier