Fournier

Ca y est, il est sorti le dernier petit livre de ce chouchou qui m'agace un brin. Un livre-testament où nous héritons du résumé de sa riche vie narrée avec une distance innée, un humour toujours présent, un brin noir, juste ce qu'il faut pour évoquer une autopsie. Nous avons en commun l'amour pour Desproges, et quelques citations comme 'Mon bonheur aura toujours été de succomber à la tentation', la même pratique de l'humour 'Pour moi l'humour était un dérapage contrôlé, un antalgique, une parade à l'insupportable, une écriture au second degré, une arme à double tranchant, un détergent. Il nettoie, comme la pyrolyse, brûle les saletés, efface les taches, les préjugés, les rancoeurs et les rancunes.' extrait. Il se raconte avec toujours le même minimalisme, une certaine indulgence envers lui même et les autres qui fait du bien, il assume sa personnalité sans fanfaronnade, avec même un zeste d'humilité et de doutes. il évoque ses blessures, ses défaites, ses succès avec une élégance certaine. Et au final, je vous aime bien, Monsieur.