14 septembre 2017

Château de Séneujols en Haute Loire

Séneujols vu de la route

Nous sommes accueillis par le propriétaire des lieux dont la famille est en possession de ce château depuis la seconde moitié du XIX è siècle. Ce charmant monsieur évoque la destinée agricole de ces lieux où ses vaches avaient pour grange une pièce voûtée qui servait anciennement de dépendance, d'écurie peut être.Séneujols ancienne dépendance

Il évoque avec nostalgie l'époque où sa mère puis son épouse tenaient alors une auberge qui avait sa petite réputation, vogue de ces fermes-auberges des années 70, qui me semble être en perte de vitesse aujourd'hui d'ailleurs.A ce jour, la tour haute de plusieurs mètres qui fut tronquée est vendue à un particulierSéneujols 2

et le charmant monsieur fait rénover l'intérieur du château qu'il n'occupe pas sans nous préciser la teneur des travauxSéneujols 1

se contentant d'un logis attenant l'ancienne chapelle transformée en débarras.Séneujols ancienne chapelle

Ce château a beaucoup perdu de son envergure première à la révolution où plusieurs corps de bâtiments ont soit servis de carrière, soit furent intégrés dans les maisons qui l'entourent; de nombreux murs extérieurs persistent ça et là témoignant de la grandeur ancienne du site.

Séneujols murs

Terre des Templiers, on retrouve mention de ce château au tout début du 13è siècle, des témoignages écrits de conflits de voisinage entre les dits templiers et les Seigneurs de Séneujols. Suite à une alliance avec une fille de la maison de Séneujols, la famille de la Rodde dont le château premier était situé près de Saugues prend possession de Séneujols. Ils rendaient hommage en ce qui concerne Séneujols aux inévitables Montlaur, ils avaient aussi les Seigneuries en partie ou en totalité je ne sais, car ils avaient le chic de se partager à plusieurs les possessions, les seigneuries de Bonnefont, Mirmande, Saint Haon, Montbonnet, Le Bouchet St Nicolas.Séneujols cannonière

On retrouve mention en 1589 d'un Pierre de la Rodde dit le cadet de Séneujols né vers 1554, capitaine du château de Montbonnet garnison royale en Vélay, baron de Séneujols, de Chateauneuf (près du Monastier) et du Bouchet St Nicolas, il se distingua par son esprit guerrier et ses rapines aurès des voyageurs et marchands sur la route du Puy. Il réclamera 2000 écus pour cesser ses méfaits, le refus de la ville du Puy le fâchera avec le gouverneur du Vélay, son parrain Antoine de Saint Vidal qu'il tuera en Janvier 1591 au pont d'Estroulhas près du Puy. Il combattra dans la garnison royaliste puis ira chez les ligueurs où sous le nom de Sieur de Châteauneuf il continuera de guerroyer dans les montagnes, en 1598 il déposera au roi une requête où il exposera qu'il a toujours combattu pour lui. Il sera blanchi par ce dernier et il continuera allègrement ses rapines jusqu'au 14 Décembre 1602 où Gaspard Armand de Polignac fait le siège de son château du Bouchet St Nicolas. Pierre de la Rodde s'enfuit chez son cousin à Bains où il mourut en Septembre 1603, le château du Bouchet rasé Séneujols entrée

Je ne suis pas sûre qu'il occupa lui même le château de Séneujols, ce sera à vérifier dans un fascicule édité sur le château qu'il faut aller se procurer à la mairie fermée lors de notre passage, quoiqu'il en soit, les de la Rodde restèrent au chateau de Séneujols jusqu'au 17è où la seigneurie passa à la famille de Genestet dont le premier possesseur fut Jacques de Genestet, écuyer, seigneur de Séneujols, Montbonnet, consul du Puy, son fils Claude Dominique nomma son unique descendance pour faciliter les choses Jacques 1687-1754. Ce dernier acquit aussi le marquisat de Nérestang dont le dernier descendant mourut sans postérité. De ses nombreux enfants, un seul, Claude Jacques Vincent survécut et hérita de tous ses biens à sa mort en 1754. Ce dernier eut 4 enfants dont 2 fils qui moururent guillotinés en 1793 et 1794. Le château de Séneujols fut décrété Bien National et vendu. 

Sources : Portrait d'une ville assiégée Le Puy en Vélay pendant les guerres de la Ligue 1589-1596

Châteaux de Haute-Loire Editions Watel.

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 août 2017

Château du Villard en Haute-Loire

Château du Villard

Situé à 6 km de Saint-Germain-Laprade en Haute-Loire au fond d’un vallon où coule la Gagne, sur une petite route de traverse, le château du Villard fit partie des possessions de la famille des Barons de Goudet de la fin du XI siècle à la fin du XIV siècle. La famille de Goudet s'éteignit avec Catherine de Goudet qui épousa Hugon de La Tour-Saint Vidal qui récupéra cette seigneurie en dot. A la mort d’Antoine II de Saint-Vidal (1591), Le Villard fut attribué à son frère Henri, seigneur de Montvert en 1595. Ses descendants gardèrent le château en leur possession jusqu’à la Révolution. Le domaine fut saisi sur la famille de Montaigu de Beaune et vendu comme bien d’émigré pendant la Révolution. Plusieurs propriétaires se succédèrent alors qui délaissèrent un peu le château.Le Villard

En 1860 le Docteur Claude Auguste Reynaud (chirurgien en chef de l'Hôpital du Puy et maire du Puy de 1846 à 1848) achète le château. Ses descendants en sont les actuels propriétaires. Propriété privée. Ce château  semble offrir trois époques, la fin du moyen âge avec cette austère bâtisse féodale que l'on voit de la route (sur la première photo) puis une époque style renaissance avec en 1533 Antoine I de La Tour qui ré-organise le château, inspiré par les constructions du Val de Loire, cette photo appartient au livre Châteaux de Haute Loire et n'est pas visible de la route.

 

Puis l'époque du XIX avec le  Docteur Reynaud qui restaurera ce château un peu délabré dont les murs le protègent des regards curieux et me laissent (complètement) sur ma faim. Beaucoup de discrétion autour de ce château un peu mis en secret par ses actuels propriétaires et c'est bien leur droit.

Sources : Châteaux de Haute-Loire Editions Watel

Château du Villard 2

.

Posté par maison43 à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2016

Château de Vissac-Auteyrac

Vissac 6

Après Siaugues St Romain, sur la route qui mène à Langeac, une ruine entrevue au détour d'un virage excite ma curiosité, bifurcation à droite dès le premier croisement et découverte enthousiaste de ce château ruiné qui occupe la pointe d'un éperon barré qui surplombe des gorges.Vissac 2

La famille de Vissac est à l'origine du premier château de Vissac dont on ne sait rien si ce n'est qu'il devait occuper le même emplacement. Cette famille s'éteignit en 1497 lors du mariage de Jeanne de Vissac dernière à porter le nom avec un de Tournon. Par alliance il passe aux Gibertès qui s'éteindront à la fin du 18è. Nouveaux acquéreurs les Motier de Lafayette. Après la révolution, il se délabre lentement. Les Puzy Lafayette sont les actuels propriétaires de ce château ruiné. A l'angle est du château, côté village une tour circulaire plongeait sur plusieurs mètres en contrebas Vissac 3

elle s'est effondrée vers 1988. Ne subsiste maintenant que le mur du logis qui pourrait dater de la deuxième moitié du XIVè. Pas d'accès libre à ce château. Vissac 7

Je remercie un charmant habitant du village qui m'a autorisée à photographier ses cartes postales. 

Sources : Châteaux de Haute Loire Editions Watel

Posté par maison43 à 19:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2016

Le château de Causans en Haute Loire à Coubon

Château de Causans

On ne peut que le remarquer ce petit château au style gothique troubadour, détonnant dans ce pays de châteaux forts plus ou moins ruinés

Château de Causans 2

il fut aménagé au 19è siècle et était à l'origine un manoir dont l'usage était de surveiller le gué. Il appartenait à la famille Le Maistre. 

Bac Coubon

sources : Coubon autrefois - Fernand Monatte

Posté par maison43 à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2016

Château de Bouzols en Haute-Loire

Bouzols 1

Bouzols 2

Sur la Loire en Arsac en Vélay, en face de Coubon, le plus grand, le plus impressionnant  le château de Bouzols à 10 km du Puy en Vélay sur la route du Puy au Monastier, au détour d'un virage, cette somptueuse forteresse domine la vallée. Bouzols 7 Site défensif de la ville du Puy, elle vécut des heures glorieuses jusqu'à la révolution bien sûr, ce château fut vendu comme Bien national en 1796 et laissé à l'abandon.Bouzols 6

Bouzols actuel

En 1808 il fut racheté par la famille Beaud de Brive qui le restaura et l'occupe encore actuellement. Ouvert à la visite l'été, il révèle des petits trésors. Sur son rocher basaltique, se perche le château féodal classique,

austère en pierres volcaniques, sonBouzols féodal donjon et ses 3 tours, donjon séparé par un fossé creusé dans le roc du reste de la construction, fossé donnant alors sur le vide pour les assaillants.Bouzol FosséSes habitations troglodytes sont assez curieuses sans que l'on sache vraiment qui les occupa, mais ce type d'habitations existe en plusieurs lieux rocheux.IMG_7069

Ce château est double, constitué d'une partie féodale, doublé d'un vaste logis  datant du XVI siècle et séparé du bâtiment féodal par un profond fossé creusé dans la roche véritable coupe-gorge pour les possibles assaillants.

IMG_7112

L'histoire de ce château est dense, je vais me contenter de résumer en 2 lignes, beaucoup de sites internet pourront satisfaire les plus curieux dont celui ci : http://bibnum.enc.sorbonne.fr/omeka/files/original/101e782e4ae998e91238d86b27a2e446.pdf et plus récemment à consulter en bibliothèque 'Bouzols huit siècles d'Histoire sous l'ancien régime : 3 périodes de l'an mil à la révolution. Document écrit par l'actuel propriétaire Jean Louis de Brive et paru dans le Bulletin historique de la Société Académique du Puy en Vélay et de la Haute Loire Année 2015.

En 1046, l'incontournable famille de Mercoeur avec un Ithier possède le château, par mariage il passe à la famille de Saint Romain qui le fait reconstruire en 1223. Voilà pour le début. En 1808 il est vendu à la famille Beaud de Brive installée dans la vallée de Coubon qui restaure le corps de logis, les terrasses et le parc entre 1878 et 1905. Voilà pour la fin. Entre, c'est à vous de jouer les détectives, pour vous aider : Site du château :http://bouzols.fr/index.html

 

Posté par maison43 à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 février 2016

Le château disparu de Queyrières en Haute Loire

Queyrières 4

Situé dans le Vélay oriental, le rocher de Queyrières (près de St Julien Chapteuil) est un neck, une ancienne cheminée volcanique, un roc de basalte mis en place dans le granit avec un rayonnement d'orgues phonolitiquesQueyrières 1

 la roche caractéristique du rocher est le trachyte.  Un château était situé sur cette butte, le lieu étant un point stratégique de la route qui reliait les deux parties du Vélay par le col de Raffy.Queyrières 2

On le mentionne dés 1021. Il a pour seigneurs des membres de la famille de Faÿ, Philippa de Faÿ fin 12e début 13e le fait entrer par son mariage dans la famille des Poitiers qui se reconnaissent vassaux de l'évêque du Puy, et suzerains des seigneurs comme les Bouzols ou les Montlaur. En 1343 Pons de Montlaur vend le château de Queyrières à deux bourgeois du Puy les frères Rocel. L'acte de vente mentionne une forteresse avec une tour, des bâtiments dans l'enclos et une chapelle dédiée à Saint Dompnin. En 1384 Queyrières est pillée, en 1419 Pierre Rocel se distingue au siège du Puy.Queyrieres 5

Puis vinrent les Bastet, les Sagnard qui avaient d'autres possessions et qui délaissèrent un peu le château. Queyrières était une baronnie diocésaine ce qui signifie que les seigneurs siégeaient aux États du Vélay. Le château sera assiégé pendant les guerres de la Ligue en 1590 par les troupes du baron de Chaste (D'après les Mémoires de Jean Burel). Le XVIIe siècle verra le déclin du château, en 1762, il ne reste que la chapelle. Les pierres du château serviront sans doute aux constructions environnantes. 

Sources : Châteaux de Haute Loire Edition Watel  

Posté par maison43 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2016

Château de Bains

Burel

Jean Burel tanneur du Puy en Vélay né vers 1540 et  mort en 1603 fut un des chroniqueurs de son époque, il réalisa un croquis à la plume en 1580 du château de Bains en Haute Loire avant sa destruction (sources Bibliothèque municipale du Puy en Vélay Mémoires de Jean Burel). Ce château est connu dès 1227 avec Pons de Bains qui reconnaît la suzeraineté de l'évèque du Puy. Pons de Bains est alors précepteur du Temple de Saint Barthélémy du Puy. il appartient à une famille de chevaliers dont une branche est établie à Bains, les De Saunier. Hector du lac de la Tour d'Aurec cite dans son Histoire du département de la Haute Loire un Pierre de Chambefort  futur seigneur de Bains qui loge en sa maison du Puy le roi Saint Louis en 1254. En 1258 vente par Héracle de Montlaur le jeune de la seigneurie de bains à Pierre Chambefort du Puy. En 1413 les De la Tour Choisinet ajoutent Bains à leurs possessions. Cette famille de la Tour est alliée aux de la Tour Saint Vidal, aux Talode et aux Du Saunier, toujours par le lien des mariages. En 1548 Louis I de la Tour rend hommage à Jean de Vesc seigneur de Grimaud et Florie de Montlaur pour sa tour et maison forte de Bains. En 1580 Louis, Antoine et Pons de la Tour de Bains  et le seigneur de Talode se vengent fort bassement du juge Bertrand en violant son épouse, manifestant ainsi assez perversement leur désaccord envers l'emprisonnement du seigneur de Truchet (un de leurs parents) décidé par le dit juge. La dame en mourut quelques temps après, le juge lui se remaria mais le château de Bains dessiné par Burel fut arasé. Il est extrêmement difficile comme d'habitude de suivre précisément là encore l'historique familial de ces châteaux. Seuls quelques actes notariés ou faits marquants sont répertoriés. 

IMG_6443

Reconstruit sous une forme plus simple il passa ensuite à la famille de Monteyremard en 1648, Gaspard de Monteyrémard est cité seigneur de Bains et 4ème consul du Puy,  il possède également un hôtel au Puy. En 1692 vente du château à Antoine de Bellidentis de Landes, famille qui gardera le château jusqu'à la révolution. Il passe ensuite aux Matussières puis aux Miramon-Pesteils qui le vendent en 1920.

Bains

Sources Châteaux de Haute-Loire édition watel

Histoire du Vélay jusqu'à la fin du règne de Louis XV de J-A-M Arnaud 1816

Le Devès Gilbert Castanet

 

Posté par maison43 à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2015

Château des Tours ou d'Estours - Haute Loire

 

Notre Dame d'Estours

Pour ce château disparu, on va se contenter pour le moment des Notes Historiques sur Saugues de l'Abbé Fabre. La Seuge, petit affluent de l'Allier prend sa source au Truc de la Garde à 1486 m dans la commune de Chanaleilles. Elle passe donc par Saugues avec un barrage à 5 km de la ville qui alimente l'usine électrique du Luchadou, puis par Notre Dame d'Estours (à son sommet en face Cubelles)  pour se jeter dans l'Allier à Prades.Notre Dame d'Estours

Au moulin de Bournette, la Seuge plonge dans un ravin que dominent les rochers d'Estours où vraisemblablement un château montait la garde.Notre Dame d'Estours

Ce site se nomme vialle des Tours.En 1259, selon les Notes Historiques sur Saugues de l'Abbé Fabre la fille de feu Bertrand Des Tours fait hommage à Pons de Douchanes pour son château des Tours. En cette même année Pons de Douchanes ( qui n'aura pas de descendance) fait donation à Astorge et Aldebert de Peyre de son château et terres de Thoras et de tout ce qu'il possède dans les chatellenies de Chazes, 2\3 à Astorge et 1\3 à Aldebert.  Les Seigneurs de Peyre sont une des plus puissantes des 8 baronnies du Gévaudan. En 1294, Noble Roget rend hommage aus Seigneurs des Peyre pour le mandement des Tours. En 1302 Astorge de Peyre frère de l'évêque de Viviers fait son testament et laisse à son petit fils ses châteaux de Thoras, de Prades et des Tours. 

Notre Dame d'Estours

En 1109 un acte rédigé par maître Guillaume de Mercoeur indique la chapelle du château des Tours paroisse de Monistrol d'Allier;  L'Abbé Fabre dans ses Notes Historiques sur Saugues cite l'attribution de la construction de Notre Dame des Tours à un seigneur revenant de croisade, un nom cité sans certitude Pons de Douchanès; une légende sur une apparition de la Vierge à des petits vachers de Cubelles court encore, leurs vaches signalant par leurs meuglements la présence d'uneNotre Dame d'Estours statue de la Vierge dans un rocher, cette statue aurait été transportée, à Cubelles, Monistrol et Saugues mais revenait mystérieusement toujours sur le site, alors on lui construisit un sanctuaire. Un pèlerinage a lieu chaque année, et Notre Dame d'Estours abritée à Monistrol semble s'y trouver maintenant bien.

Dame d'Estours

Message sur ce blog intitulé Dame d'Estours. Mais depuis son couronnement un dimanche 7 Septembre en 1913 par l'évèque du Puy, une autre Dame veille sur le site, une réplique de la statue de la Vierge de Fourvières, évènement immortalisé par une photographie (floue) de l'Abbé Fabre.

Notre Dame d'Estours

Notre Dame d'Estours

Abbé Fabre 1913

Posté par maison43 à 12:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2015

Château de Lamothe - Haute Loire

Lamothe 9

Le mot gallo-romain 'motta' signifie hauteur, butte, colline. Le mot français est motte, soit une butte de terre naturelle où stratégiquement on construisait un donjon de bois, une tour de guet; on situe ce genre de construction vers la fin du Xè siècle. On évoque ensuite un petit château occupé par la famille de Mota sur la motte du village de Lamothe.  Ce château fut ensuite occupé par Pierre de Bulhon vers 1072 puis il passa à la famille dominante de la région (tout comme Saint Ilpize) : la famille des Dauphins d'Auvergne. On cite un Robert (encore) qui fit donation de ses droits à Pons IV de Polignac en 1248. Le château actuel fut reconstruit au XIII siècle derrière la motte (où vers 1900 l'église actuelle fut construite), sur le petit ravin Lamothe 10et il fut fortifié par Guillaume Roger frère de Clément IV qui acquit le château en 1344, pour faire face aux Anglais et aux Routiers. Le château fut restauré, agrandi à plusieurs reprises, ce qui lui donne ce petit côté disparate, un peu de médiévalLamothe

un peu de renaissance, un peu de classicisme 

Lamothe 6

selon les angles de vue. La famille Roger qui compte outre Clément IV un autre pape avec Grégoire XI resta propriétaire jusqu'en 1680, puis il passa par mariage à la famille de Barentin qui fit ouvrir une cour intérieure. Le dernier seigneur émigra en 1790. Un couvent occupa les lieux au XIXe, puis cédé en partie à la commune qui y installa une école et le presbytère. Racheté par un privé, il est peu à peu restauré. Amusant ces petites maisons collées aux muraillesLamothe 7

  et dans ce qui fut peut être les communs, quelques ruines encore.Lamothe 5

Lamothe situé près de Brioude fut un bourg important, la proximité de l'Allier au port fluvial de Cougeac qui acheminait bois, vin, charbon, céréales, papier, chanvre vers Nantes attirait les marchands, artisans, vignerons. Aujourd'hui, oubliée l'agitation d'antan, les rues sont désertes, le village joliment restauré semble sommeiller. Source : l'incontournable 'Châteaux de Haute Loire', Editions Watel.  Lamothe _8

Posté par maison43 à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2015

Château de Saint Ilpize en Haute Loire

 St Ilpize

Ilpidus ou Ilpize, ermite venu se retirer dans la vallée de l'Allier donna son nom au village de St Ilpize. Perché sur une prodigieuse cheminée volcanique qualifiée de neck, les ruines du château d'Ilpize continuent à veiller sur l'Allier où les enceintes du château s'étendaient, gardées par des petites toursTour St Ilpize Bien que l'on ne retrouve aucune trace à ce sujet, on peut penser que le site incita les peuplades à utiliser ce guet naturel pour surveiller toute approche ennemie. Sans que l'on sache vraiment où, on retrouve la mention d'une construction fortifiée en 1030, puis suit la charte où Noble Aymon III de Brossadol seigneur de St Ilpize échange sa seigneurie en 1201 (Tablettes historiques d'Auvergne tome 2 p 28 : traduction d'une charte en patois ou Aymon est écrit Emo, paru en 1841)  à un  dauphin d'Auvergne,(le premier à porter le surnom de dauphin dans cette lignée fut le fils de Guillaume VII, Robert, puis ses successeurs se nommèrent dauphins d'Auvergne, l'échange eut lieu avec un Robert Dauphin mais je ne sais pas trop lequel, car il y a discordance dans les dates. En 1262, un fils Dauphin d'auvergne hérita en apanage du château; St Ilpize devint une puissante ville de 5000 habitants jusqu'au XVII siècle. On peut penser que ce château fut réellement occupé par ses possesseurs, vue l'importance que prit la ville.St Ilpize 6

Les Dauphins d'Auvergne étaient également seigneurs de la forteresse de Léotoing. Durant la guerre de 100 ans Thomas de La Marche capitaine de routiers s'allia avec Seguin de Badefol pour s'emparer du château en 1361. Ils pillèrent et incendièrent la ville. En 1425 Blanche Dauphine de Saint Ilpize épousa Jean de L'Espinasse seigneur de Changy. Puis toujours par les femmes, le château passa à Guy d'Amboise, aux Luxembourg de Roussy, au XVI siècle, aux La Rochefoucauld, aux marquis de Langeac, aux Lespinasse. Saint Ilpize devint le siège d'une prévôté royale en 1781. Vendu à la Révolution, il se ruina lentement ou pas d'ailleurs car nombre de pierres ont servi à la construction de maisons comme ce fut l'usage un peu partout d'ailleurs. Restent du site une tour carrée et une chapelle protégées par des murailles à meurtrières et créneaux, une fortification classique du XIIIè siècle. Source : Châteaux de Haute Loire Edition WatelSt Ilpize 3

St Ilpize 4

St Ilpize 5

  

Posté par maison43 à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,