11 mars 2017

De plus belle - Film de Anne-Gaëlle Daval

Foresti

Un fort joli film où l'image de la Femme est valorisée, la maigre, la ronde, la moins belle, la plus vieille, à travers une histoire assez classique par ailleurs. Une Florence Foresti joue avec finesse une femme atteinte d'un cancer du sein, une Nicole Garcia joue un professeur de danse d'une rare humanité, rôle qui doit tout à cette actrice si juste et si belle à 70 ans; oui, les rôles masculins comptent bien sûr, mais rarement un film ne met autant en valeur les Femmes, même la mère hargneuse a du charme, c'est dire ! jusqu'aux vieilles Dames d'une maison de retraite dont la toujours pétillante Perrette Souplex connue seule des jeunes vieilles Dames comme moi. Parti pris certain pour la Femme, il véhicule un autre regard sur le corps des femmes, sur l'apparence, sur la vieillesse. Mieux qu'un élixir de jeunesse, une crème de beauté, une séance de psychothérapie, je le conseille à toutes. Nous sommes toutes, belles. Et c'est pas faux.

Posté par maison43 à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 avril 2015

Les châteaux de sable

Les Châteaux de sable

Film d'Olivier Jahan avec Emma De Caunes, Yannick Renier, Jeanne Rosa, Alain Chanfort. Film-friandise à voir pour ses paysages beaux; ses acteurs sensuels et charmeurs, ses portraits de femme attachants. Un peu lent au début, et puis on se laisse prendre par le charme nostalgique d'un film à la Sautet, où il ne se passe pas grand chose, un peu comme dans nos vies si privilégiées, un père qui meurt, un amour qui renaît, une maison familiale à vendre, une mer qui se retire en emportant les châteaux de sable de nos vies  tra la la la .. un bref moment de vie assez doux au final et plus profond qu'il n'y paraît. Cela ne fait pas de mal de temps en temps un peu de douceur nostalgique dans ce monde en folie meurtrière.

Posté par maison43 à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2015

Les nouveaux sauvages

affiche

Film de Damian Szifron cinéaste argentin.  Film composé de 6 sketches qui commence par une petite intrigue policière gentillette façon Agatha Christie où les dix petits nègres sont conviés à un voyage en avion avec une chute assez savoureuse, cela pour nous mettre en appétit. Le film se termine par une grosse farce déjantée et réjouissante qui non seulement comporte une morale finale rassurante, mais nous réconcilie aussi avec le genre humain, tant les 4 autres sketches montrent une certaine noirceur de l'espèce humaine ce dont on ne doute pas d'ailleurs. Bien sûr il faut prendre ces faits divers qui dérapent plus ou moins méchamment au second degré mais le rire provoqué peut faire parfois grincer des dents. Ce film est diablement réalisé, une vie peut basculer dans l'horreur fort banalement certes la façon de vous en sortir peut modifier la donne mais Damian Szifron choisit, lui, à chaque fois la plus outrancière pour dénoncer nos pires travers. Cela fera pleurer certains et rire les autres.

Posté par maison43 à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2015

Chic - Film de Jérome Cornuau

chic

Dans cette période particulièrement sombre d'un début d'année meurtrier, un petit film sans aucune autre prétention que celle de divertir, quelques petites bulles de champagne, rosé pour moi, à déguster sans modération dans un milieu connu pour sa cruauté, celui de la Haute Couture. Les personnages plus méchants les uns que les autres, une Fanny Ardant délicieusement odieuse d'un chic certain, un Laurent Stocker dans une version caricaturale et hystérique, une Marina Hands à la méchanceté cinglante, bref des acteurs plus déjantés que jamais s'affrontent à un Candide paysagiste passionné joué par un charmant Eric Elmosnino, ajoutons à cela une petite bluette, et cela donne une comédie légère pas inoubliable certes mais bienfaisante en ce moment, alors ne pas s'en priver. Pour ceux qui n'aiment pas Fanny Ardant s'abstenir.

Posté par maison43 à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2014

Mr Turner

Mr Turner

Film britannique de Mike Leigh qui a pris le parti pris de la laideur en ce qui concerne les acteurs, et le parti de la beauté en ce qui concerne les paysages. Paysages ou tableaux ? l'effet est saisissant, il s'agit d'une immersion totale dans la peinture, où l'on re-naît au sein d'un tableau de Turner, oui les grincheux estiment que c'est facile, ces cartes postales, peut être mais moi cela m'enchante. Et puis il est tellement rigolo ce Monsieur Turner, gros et grotesque, animalesque entre goret et ours; bien sûr c'est outrancier à la limite de la caricature, mais opposer la rusticité de l'homme à sa peinture si romantique, si poétique, c'est fort, osé et moi qui aime les contrastes cela me va bien. Sans doute, vous fûtes monsieur Turner moins bourru que cela, sans doute vous témoignâtes d'un humour, inexistant dans le film, et sans doute vous aimâtes plus câlin. Mais vous peignîtes si bien qu'au final on pardonne volontiers à Mike Leigh d'avoir privilégié à toute chose la beauté de cette nature peinte par vos soins, car plus que tout, vous vous passionnâtes pour la peinture et à votre pauvre vie (mère démente, soeur morte prématurément, difficulté d'aimer ...) vous préférâtes consacrer votre indiscutable sensibilité à vos toiles.

Posté par maison43 à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 novembre 2014

Respire, Samba, 3 coeurs etc ...

En vrac quelques films vus dernièrement

Respire

Respire de Mélanie Laurent avec Josephine Japy, Lou de Laâge, Isabelle Carre

Deux jolies adolescentes, l'une perverse, l'autre victime. Deux mères l'une alcoolique, l'autre en crise conjugale. De jolies cartes postales, un début un peu lent, et puis enfin un film qui démarre. Très bons acteurs.

Samba

Samba comédie réalisée par Olivier Nakache et Eric Toledano avec Charlotte Gainsbourg, Omar Sy, Tahar Rahim et Izia Higelin

Deux thèmes mènent la danse, la galère des sans papiers et le Burn Out, le second propos n'est que prétexte, à mon avis, qu'à mettre en valeur Charlotte Gainsbourg délicieuse dans ce rôle de Candide. Un bon moment de cinéma à l'humour léger qui traite d'un sujet grave : le travail clandestin.

3 coeurs

3 Coeurs réalisé par Benoit Jacquot avec Charlotte Gainsbourg, Benoit Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve

Un coup de foudre  entre Benoit et Charlotte avec un rendez vous raté (occasion manquée), un mariage avec Chiara soeur de Charlotte (coïncidence fort romanesque), une deuxième rencontre qui concrétise la passion de Benoit pour Charlotte qui entament une liaison malgré une culpabilité certaine, un téléphone bavard et indiscret (destin favorable aux amoureux) qui avertit Chiara, et une fin heureuse pour Benoit et Charlotte.  Film esthétique avec des acteurs qui jouent avec finesse dans une province un peu désuète et charmante.

Une nouvelle amie

Une nouvelle amie réalisé par François Ozon avec Romain Duris, Anaïs Demoustier et Raphaël Personnaz

Encore un trio, une femme pour deux hommes. Un Romain veuf de fraîche date se lie d'amitié avec la meilleure amie de sa femme; que ce Romain la séduise par son côté féminin n'est pas la seule ambiguïté du film. Il y a de l'Almodovar chez François Ozon qui réussit à éviter les pièges de la caricature pourtant jamais loin dans ce thème qui traite de l'identité sexuelle. Les acteurs sont brillants.

Magic in the Moonlight

Magic in the moonlight film réalisé par Woody Allen avec Colin Firth et Emma Stone

Le grand thème de ce film est l'amour impossible entre un magicien raisonneur et scientifique (oui, oui !!) et une piquante médium. La suite est prévisible certes, mais il faut compter sur l'humour cynique de Woody Allen qui ravira tous les fans dont je suis.

interstellar

Interstellar film réalisé par Christopher Nolan avec Matthew Mc Conaughey, Anne Hathaway, Michael Caine, Jessica Mackenzie, Jessica Chastain ...

Embarcation pour un voyage dans l'espace, dans une autre galaxie que la nôtre, avec effets spéciaux garantis. Il s'agit de trouver une autre lieu pour les terriens voués à une mort certaine. Bon on parle de trou noir, de cinquième dimension, de dimension temporelle bref de choses qui me sont fort lointaines, je n'ai pas tout compris, et je ne suis pas la seule, mais j'ai adoré voyager à moindre risque par une après midi grise et humide.

Posté par maison43 à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2014

Mommy de Xavier Dolan

 

Mommy

Film canadien mettant en scène un jeune atteint de troubles du comportement qui peuvent aisément le faire basculer dans le crime et une mère qui le sort d'un établissement psychiatrique dont il a été exclu. Evidemment on n'entre pas dans la légèreté avec ce thème, mais Xavier Dolan choisit de nous montrer surtout l'amour maternel et l'amour filial qui sont assez fusionnels souvent dans ce contexte particulier. Il y a de grands moments de joie dans ce film, mais toujours  sur le fil du rasoir, on sent que cela peut vite dégénérer; la sensibilité très vive du fils est confrontée en permanence à la volonté maternelle de ramener à l'ordre ce fils dangereux. Xavier Dolan nous dépeint fort bien ce rapport mère-fils pas ordinaire lorsque la psychiatrie s'en mêle. L'amour ne peut rien guérir même avec la meilleure volonté possible. Et l'on peut par amour céder à la facilité en s'aveuglant d'espoir. Mais où est la facilité ?

Cela pourrait être insupportable ce film, mais grâce au diable le réalisateur est canadien et utilise un petit dialecte québécois savoureux (avec des sous titres fort bienvenus) il manie avec une certaine jouissance très contaminante des termes vulgaires, il met en scène un troisième personnage féminin Kyla à la pathologie imprécise, mais bègue, paumée et enseignante en sabbatique, alors ce petit trio réussit sans problème à nous faire rire, à nous attendrir, à se rendre attachant même Steve qui devient fou à lier quand il est en crise .. Mais voilà, il a raison Xavier Dolan, la vie c'est comme ça, le drôlatique se mêle au drame, le pathétique à l'absurde, la tendresse à la peur, l'espoir à la mort.

Très bon film servi par d'excellents comédiens Anne Dorval, Suzanne Clément et Antoine Pilon.

 

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mai 2014

La chambre bleue

Amalrix

Court roman de Simenon, d'ambiance, d'intrigue policière, d'analyse très particulière comme toujours chez Simenon, où tout est un peu feutré, suggéré dans une neutralité de ton : une passion amoureuse chez un homme sans passion, qui a choisi sa femme pour vivre tranquillement, doucement, gentiment; une passion amoureuse chez une femme ambitieuse, volontaire et manipulatrice mariée par intérêt. Un peu trop forte cette passion pour l'homme marié qui souhaite revenir en arrière, annuler cette rencontre vénéneuse pour sa tranquillité. Pas assez forte pour la femme qui bascule lentement dans une folie meurtrière et qui choisit d'emprisonner son amant dans une toile inextricable, une vraie mante religieuse cette femme là.

Mathieu Amalric qui adapte le roman à l'écran est l'amant, son épouse effacée Léa Drucker, son amante Stéphanie Cleau ... la compagne d'Amalric; elle est plus psychopathe que violente cette amante là, emprisonnée elle aussi dans sa passion en proie à une folie apparemment douce, mais effrayante par sa pugnace et aveugle obstination. Amalric déroule le scénario, lentement, avec une certaine ambiguïté qui entretient le suspens jusqu'au bout. L'amant ne se décide pas, attiré par son amante, mais un peu craintif, attiré par son épouse mais un peu lassé. Dans le roman, l'amant a fait son choix rapidement, il stoppe sa liaison, ne la désirant plus, dans l'adaptation au cinéma, Amalric, lui, choisit de révéler un homme plus troublé, hésitant, presque passif et finalement acceptant sans se défendre la duplicité de son amante toujours souriante qui le mène à sa perte.

Un peu désuet, un peu nostalgique d'une époque, ce film fera plus tard la joie des cinéphiles.

 

 

Posté par maison43 à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2014

Salaud on t'aime

Lelouch

Le Lelouch  cru 2014 est celui des grandes épopées familiales où l'on se déchire, s'embrasse, se déteste, s'aime .... Lelouch n'a pas hésité à nous surprendre avec une flopée de rebondissements pas toujours vraisemblables qui alourdissent le scénario sans au fond y apporter grand chose de plus.  Un globe trotter photographe septuagénaire grand amateur de femmes, père de 5 filles de mère différente (ce qui ne facilite pas l'harmonie familiale) rêve de réunir le temps d'un été ses filles dans un chalet récemment acquis  avec le Mont Blanc pour décor, des champs de fleurs, des ciels orageux, un chien, un chat, un aigle royal. Voilà le cadre est fixé, les personnages ne déparent pas : de belles jeunes actrices montantes, le sourire de Sandrine Bonnaire, le charme d'Agnès Soral et de Valérie Kaprisky, les yeux rieurs et fatigués de Johnny Hallyday, la bonhomie de son compère Eddie Mitchell, le duo de ces  deux derniers accompagnant Dean Martin est un grand moment Carpentier, bref, tout cela suffit à nous rendre ce film sympathique, un bon rassemblement pour seniors nostalgiques et heureux de l'être ! Ce n'est déjà pas si mal. 

 

Posté par maison43 à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2014

Le dernier Resnais

Resnais

Aimer, boire et chanter est le legs que nous fait Alain Resnais en compagnie des siens acteurs comme Sabine Azéma et André Dussollier. Tel un Hopper saluant la dernière scène de sa vie, avec un minimalisme bien travaillé, des toiles-rideaux de théâtre comme décor, et la vie en petites saynètes. L'amour et la mort sont les grands thèmes, une bonne vision de ce qu'est la vie au fond ! L'amour sous toutes ses formes, conjugal, extra conjugal, paternel, maternel et l'amitié autre forme de l'amour. Le mort à venir c'est Georges qui a un rapport privilégié avec chaque femme du film, ex mari de l'une, ex petit ami de l'autre et jouant à l'amour avec la troisième, petits quiproquos entre 3 couples un peu en crise, l'ultime plaisir de Georges est de les réconcilier sur sa tombe.

Ce n'est pas un des meilleurs Resnais quant à l'intrigue qui est tirée d'un texte d'Alan Ayckbourn, mais c'est une belle idée d'avoir mêler, dessins de Blutch, plans fixes sur paysages et petites scènes de théâtre, le tout en leitmotiv faisant du film une sorte de roman-photos un peu désuet, nostalgique et plein de charme.

Alain Resnais s'est déguisé en charmante taupe pour l'occasion. 

Posté par maison43 à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]