30 septembre 2016

Musée de Nemours - Au Féminin

Château-musée de Nemours

Le charmant musée de Nemours en Seine et Marne expose du 21 Mai 2016 au 19 Février 2017 ses collections autour du modèle féminin, toiles datant de 1850 à 1914. Oublions la femme multiple chantée des années 1980, à cette époque la femme des années 1850-1914 est étiquetée définitivement selon son rang social et sa place dans la société. Entre la femme du monde mariée

Portrait de Mme Desfini - Marie-Alexandre Alophe

et la demi mondaine

détail de l'indolente nue

entre la femme exotique

Négresse du Hedjar - Gérome

 et la prostituée

La Dèche Félicien Rops apres

entre la campagnarde et l'ouvrière

Jacques Brissaud 1911

 il y a fort rarement des passerelles. Mais le peintre du 19è commence à s'intéresser à toutes ces catégories de femmes en accentuant le trait marquant de leur spécificité, élégantes en représentation, femmes de mauvaise vie en perdition, femmes de bonne famille, travailleuses. Le nu les réconcilie toutes et mêle la vierge pureEmmanuel Benner

à l'apprentie sorcière perverse.La leçon avant le sabbat 1880 L-M Boutet de Mouvel

Ce très intime musée est riche d'oeuvres d'artistes talentueux moins célèbres que les grands mais apportant justement ainsi un regard neuf sur la peinture de cette époque.

Tête de femme 1908 Victor Prouvé

Deux jeunes filles au bord de la mer - Numa Gillet

Albert Ernest Miserey - Japonaise

 Quelques noms-stars cependant comme Gérôme, Felicien Rops. Jamais décevant ce musée Trois artistes féminines sont mises à l'honneur, Rosa Bonheur très connue mais assez rare à croiser, Fernande Sadler 1869-1949 élève de l'Académie Julian tout comme Emma Chadwick installées toutes les deux à Grezt sur Loing.

Posté par maison43 à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 octobre 2015

Collection Hahnloser-Bühler - Musée Marmottan - Paris

La partie de dames à Amfreville

L'artiste dans le couple, c'est elle Hedy Bühler (1873-1952), famille bourgeoise, elle étudie le dessin et la peinture, elle a un certain don pour la décoration, lui, Arthur Hahnloser est issu d'une famille d'industriels et sera ophtalmologiste. Hédy hérite de la villa Flore, Arthur y installe son cabinet. Ils commencent leur collection par des peintres compatriotes, Giovanni Giacometti 1868-1933 (père d'Alberto), Ferdinand Hodler (1853-1918) avec l'étonnant portrait de l'un de ses modèles et maîtresses Angela Giulia Leonardi rencontrée en 1910Portrait de l'italienne Giulia Leonardi Hodler

 ce portrait là est le moins flatteur de tous, car il la peignit plusieurs fois fort joliment, pour info un tableau hors collection de la fin de sa vie au style fort épuré.Holder

 Félix Valloton 1865-1925 fut un ami de la famille et leur fit connaître les peintres français d'alors, BonnardLe débarcadère de Cannes

 Vuillard avec aussi plus haut la partie de dames. Vuillard

Redon qui vous avez raison, cher Van Gogh, en fit plusieurs de ces pastels, toujours, fort colorés.

Odilon Redon

Matisse, Cezanne, Manguin et Van Gogh,  l'homme qui s'y connaît aussi en pastels.Le Semeur

 La villa Flore est devenue un musée qui abrite la collection de ce couple suisse.

Et salutations à l'occupant principal des lieux Monet dont j'aime particulièrement cette maison vue du jardin aux roses.Monet 

Jusqu'au 7 Février 2016.

 

Posté par maison43 à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2015

Légos et dessins animés

Aardman

Deux expositions, entre autres, pour les enfants à Paris cet été, l'une qui s'intitule 'Aardman L'art qui prend forme au musée de l'Art Ludique situé dans le pittoresque bâtiment Les Docks

Les Docks quai d'Austerlitz, l'autre consacrée à l'artiste Nathan Sawaya qui peut arriver à faire aimer les légos, même aux plus irréductibles dont je fais partie, le temps d'une exposition.

Aardman studio de films d'animation est célèbre par ses personnages en pate à modeler, dont le dernier est Shaun le mouton. Cette exposition fort complète plaira aux petits à condition de faire vite, et aux plus grands qui découvriront ainsi les différentes techniques artistiques nécessaires à la réalisation de ces films dont l'humour peut attirer moults personnes. Photos non permises.

Girafe zébrée

légo 3

légo 11

Légo 8

lego 6 Quant aux légos, nous rentrons dans l'univers d'un ex avocat qui a eu le talent de découvrir une façon ludique de détourner l'art, et de réaliser ainsi des oeuvres assez étonnantes au final.  Dommage que les entrées soient assez chères, et vive les CE qui prennent en charge une bonne partie de l'entrée. Cette deuxième exposition est située à la Porte de Versailles.

Posté par maison43 à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 juillet 2015

Jean-Paul Gaultier

jpg13

Certes on doit pouvoir trouver aussi inventif que ce couturier, mais il a indéniablement un goût pour l'humanité très prononcé et rareJPG9

jpg11JPG10Tout être humain peut être vêtu en Jean Paul Gauthier, pas de critère racial, sexuel ou morphologique. Certes encore, un petit critère de classe sociale peut être limitera vos achats ! Mais il est réjouissant de constater que c'est bien le seul ! Les mannequins sont animésJPG8

JPG6par un système vidéo dans une des salles, on est attiré d'abord par leur regard tourné vers vous, puis par leurs paroles et enfin on s'attache au reste !JPG2

JPG

Inspiré par les religions, la scène, les pays

jpg17

jpg18

jpg20

jpg23

jpg24

jpg12

il s'agit d'un beau voyage que l'on vous offre. Les détails sont innombrables, la provocation est omni-présente

jpg26

jpg28

jpg16

jpg32

jpg25

 le sexe, les nuits chaudes, les détails savoureuxjpg29

jpg30

poule2

jpg40

jpg43

 Bien entendu, la mariée clôture comme il se doit l'exposition.

jpg45

jpg44

Belle balade à vous, si le coeur vous en dit.

Posté par maison43 à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2015

Vélasquez 1599-1660

 

Innocent X Vélasquez

Ce que j'aime énormément en Vélasquez, c'est ce qu'ont en fait Picasso, Bacon et Dali, bon faut dire qu'il y avait au départ deux tableaux excellents, Les Ménines

Les Ménines

que le musée de Madrid a jalousement gardé, et puis cet Innocent X à l'expression fort bien croquée par Vélasquez assez mystérieuse et dérangeante d'ailleurs qui troubla aussi Innocent la trouvant trop proche de la réalité, quelle réalité monsieur Innocent ? oui Vélasquez fut un talentueux portraitiste, et si il aima un peu trop la vie de cour au point de la servir en tant que huissier puis maréchal de chambre, on ne peut l'accuser de flagornerie en ce qui concerne la fidèle reproduction de ces visages de rois tous plus laids les uns que les autres

Philippe IV en cuirasse

 il ne flatta pas davantage les Dames qui ne le méritaient d'ailleurs pas, mais sut donner aux regards une vie, une intensité qui fait oublier leur visage assez ingrat. C'est un des premiers peintres qui sait mettre autant de vie dans un visage, il peignit beaucoup le roi Philippe IV qui parait-il ne marqua pas son règne par de grands faits mais qui quand même enrichit fortement le patrimoine artistique de l'Espagne grâce aussi à Vélasquez. Le peintre et le roi s'entendirent à merveille, et cela dura 37 ans.Il s'inspira de Caravage sans en avoir la noirceurLa vieille faisant frire des oeufs

 il s'essaya aux paysages et aux scènes d'histoire avec Rubens, et seul il fit des portraits de la famille d'Espagne à sa façon bien à lui. Bien sûr, talentueux ce peintre là.

Carlos Balthasar sur son poney Vélasquez Vélasquez peut se goûter au Grand Palais jusqu'au 13 Juillet, ensuite, le déguster sur place au musée du Prado à Madrid sera à faire, Orsay est une sorte de mise en bouche, en somme.

Posté par maison43 à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 janvier 2015

Sade 1740-1814

Portrait imaginaire de Sade - Man Ray 1938

Plusieurs démons au berceau de Donatien, son père d'abord Jean Baptiste de Sade, cultivé, libertin, ambitieux, intrigant, abonné à ce que l'on nomme le vice italien, le comte de Charolais tuteur du petit Condé connu pour sa férocité, l'abbé de Sade du château de Saumane fort libertin lui aussi qui le recueillit quelques années, les jésuites du collège Louis Le grand où il connut certains plaisirs entre flagellations et sodomie dit-on, et toute cette flopée de femmes qui tournent autour de lui, maîtresses du père, de l'abbé, grand-mère qui l'élèveront en petit despote fort imbu de lui même avec une grande absente, sa mère qui n'eut d'autre choix que de se retirer dans un couvent ... bref Donatien de Sade né en 1740 sera non-éduqué et livré au final à ses instincts narcissiques qui le mèneront à une certaine perversité sexuelle où sa jouissance passera par la souffrance des autres. Cependant on ne peut évidemment pas limiter Sade à n'être qu'un pervers sexuel, ses 27 ans de captivité feront de lui un écrivain talentueux, Sade 2à noter d'ailleurs que lorsque Sade écrira sur des thèmes classiques, notamment en écrivant des pièces de théâtre, il subira un flop total et n'intéressera pas le public. Ce sont ses écrits fantasmatiques où toutes les perversités seront permises qui le rendront célèbre. Sa philosophie de la vie est assez simple  'Ce n'est point ma façon de penser qui a fait mon malheur, c'est celle des autres'. Sade est un asocial, indifférent aux autres qui ne sont que des instruments de plaisir ou moyens de se procurer de l'argent. Sade utilisa la révolution qui le délivra de la prison d'abord, et lui donna une image de révolutionnaire victime d''une société qui se mourait. Ses actes pervers et cruels passèrent pour violence révolutionnaire pour certains intellectuels alors que d'autres l'accusèrent d'être à l'origine des horreurs du nazisme. Sade ne laisse pas indifférent. Des femmes, pourtant, aimèrent cet homme, qui fut exécré en son temps; on lui prête sans doute plus de faits horribles qu'il n'en fit. La pratique des fouets, martinets, et autres babioles du même genre était à l'époque courante dans les maisons de prostitution que Sade fréquentera toute sa vie, il molestera d'ailleurs plus volontiers les femmes de modeste condition, les considérant comme l'époque le voulait aussi avec une morgue méprisante. Il les flagellera, les incisera, les humiliera de toutes les façons possibles, mais ce sont surtout son usage du sacrilège, outrage au crucifix, blasphèmes

Man Ray

images de saints, reliques profanées, qui heurteront et le feront emprisonner au moins la première fois. Sa belle mère, femme intelligente et forte, la seule qui sera de taille à l'affronter fermera souvent les yeux sur ses débauches, du moins au début, mais quand il séduira sa seconde fille, il en sera autrement et ce sera sa deuxième incarcération. C'est un être complexe cet homme là qui n'en finit pas d'interroger. Sur ce, rétablissons les faits, la violence sexuelle, la torture, existent depuis toujours, l'Histoire est remplie de meurtres, viols, mutilations et perversions sexuelles et cela dure encore. Cette violence de l'homme ce n'est pas Sade qui l'a inventé, mais l'écrivain Sade est le seul à l'avoir retranscris sous une forme littéraire et philosophique dont on ne peut critiquer la forme, et c'est dans cette liberté d'écrire à tout prix des écrits sulfureux jusqu'à l'horreur notamment dans Cent Vingt Journées de Sodome que Sade accédera à la notoriété. le XIX siècle sera un bouleversement technologique, scientifique, social, politique, artistique sans précédent, et les artistes n'hésiteront pas à déborder des cadres que le classicisme imposait. Amusant de comparer les visages de Saint Sébastien du Pérugin 1446-1523 et d'Angélique d'Ingres 1780-1867, il y a la même extase si peu religieuse, la même offrande d'un corps lascif.Ingres Angélique 1819

Le Pérugin

 même si les dessins licencieux circulaient sous le manteau depuis toujours. L'exposition d'Orsay veut mettre en valeur le fait que le XIX s'est fait le conducteur de la pensée de Sade qu'il tenait pour maudite, Sade aurait libéré la parole  en ce qui concerne la perversion dont nous sommes tous susceptibles d'être atteints,Bosch L'Enfer

la peinture classique s'en était déjà emparée avec ses nombreuses scènes de martyrs, ou ses affreuses images d'enfer, mais la solennité des lieux religieux en faisait hypocritement un acte de dévotion dénué de toute violence. Jérome Bosch 1453-1516 est une exception. Sa vision de l'Enfer est assez orientée je trouve. Les peintres du XIX comme Degas, Moreau, Ingres, Cézanne, Courbet ont un peu levé le voile sans en avoir l'air dans un XIX siècle peu clément envers les femmes où l'on n'hésita pas à traiter le désir féminin comme une maladie psychiatrique, où la violence (chirurgicale ou médicamenteuse) faite aux femmes dépasse au final largement les écrits d'un Sade qui en écrivit plus qu'il n'en fit. Quant aux surréalistes, ils se déchaîneront avec un enthousiasme libérateur aussi bien dans les désirs inavouables que dans un anticléricalisme sans limite aucune non dénué d'humour mais contestable dans sa virulence provocante.  Et nous, les visiteurs à l'exposition à Orsay Attaquer le soleil, cela fait de nous, tous âges confondus des voyeurs, un peu dérangeant ?Les curieuses Fragonard détail

non, cela illustre assez bien bien l'ambiguité humaine qui peut aller jusqu'à l'horreur si bien écrite par Sade. Soyez tranquilles lecteurs, les photos incluses à ce message resteront vertueuses ou presque. 

 

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2014

Alexis Tricoire aux Serres - Jardin des plantes

Serre Jardin des Plantes

Ainsi donc, une fois n'est pas coutume, je me suis gavée de plantes en serres, dans ce riche Jardins des Plantes sous l'oeil de Buffon et sous un ciel azur d'automne bienvenu. Il me faut noter une petite déception initialement provoquée par un manque d'information de ma part au sujet de la dite exposition Hybridations d'Alexis Tricoire  dans le cadre de la Paris Design Week. Quoi, que des brosses dans ce Land Art un peu particulier où au final Dame Nature a été domptée par l'homme ? Et puis avec le dépliant j'apprends que c'est un trio qui fait la réussite de cette exposition, la Fédération Française de la Brosserie, l'entreprise IGUZZINI pour les effets de lumières et le savoir faire du designer Alexis Tricoire. Alors, à fond les brosses forcément !

détail

Goupillons de maternité au temps antique où jeune stagiaire je procédais au lavage des biberons (un jour j'évoquerai  les pots à lavements, ah inoubliable apprentissage si inutile quant à la technologie, mais si fort à vous donner un caractère bien trempé pour la vie !) dans une école d'infirmières provinciale ... mais je m'égare, revenons donc aux goupillons et aux brosses  fournis par la FFB au créateur Alexis Tricoire designer inspiré par Dame Nature qui a beaucoup d'imagination elle aussi et qui fait aussi de belles réalisations un peu aidée par les jardiniers.Serre j des plantes

 Qui dit de nos jours Nature pense politico-correctement écologie, biodiversité, protection de l'environnement, recyclage des déchets ..On ne manque pas de rappels à l'ordre dans notre société et cette exposition n'y échappe pas, notamment par des panneaux explicatifs. Toutefois, je fus attirée par la poésie loufoque du monde d'Alexis Tricoiretricoire 4

qui en mêlant l'art à la nature arrive  au même message que nos laborieux politiques écologistes, mais d'une façon nettement plus rigolote.

Tricoire 3

Amusant en outre d'observer les réactions humaines, que ce soit celle de botanistes étrangers absorbés qui vous piétinent allègrement sans vous voir,

Tricoire 2

Tricoire 9

Rose d'or

ou celle du spécialiste averti qui n'adhère pas du tout, mais alors pas du tout chère amie, au mélange des genres .. et moi, moi qui suis folle des mots, je me découvre au milieu de ces herbes géantes cannibales et menaçantes comme un petit poucet qui recherche ses cailloux, heu non ses brosses disséminées selon les caprices pleins d'humour d'Alexis Tricoire.

Tricoire 6

Tricoire 10

 

A voir donc au jardin des plantes dans les serres jusqu'au 24 Novembre 2014.

Châblis : Arbre déraciné par éléments naturels (vent, orage)

Epiphytes : Plantes qui vivent sur d'autres plantes.

 

Posté par maison43 à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2014

Oscar Muñoz

Né en 1951 cet artiste colombien peintre, graveur, dessinateur, plasticien est obsédé par la mémoire et la trace que l'on laisse une fois effacés du monde des vivants. Ainsi les photos des disparus de morts violentes qui se succèdent comme faits divers anonymes dans la mémoire collective et que l'on oublie rapidement, Oscar Muñoz les fait revivre sous forme de mémorial : sur 5 écrans, une main dessine le visage de ces disparus qui disparaissent pour réapparaître sans fin sur un autre écran : Proyecto para un memorial .

L'oeuvre d'Oscar Muñoz est le rapport de l'image au temps qui passe, image qui ne reste qu'un moment dans notre souvenir et qui  pourtant devient à notre insu témoignage d'une époque. Il utilise les éléments comme l'eau et le feu, il joue avec les supports : des carrés de sucre imbibés de café représentant des pixels défient le temps : PixelesPIXELES

Cortinas de baño - Muños

Des rideaux de douche  lui servent de toile où il peint des corps fantomatiques à la manière des négatifs photographiques : Cortinas de baño

 Muñoz a débuté en dessinant au fusain; Puis il a décortiqué le processus de la photographie et s'arrête juste avant qu'elle ne soit fixée, il utilise de vieilles photographies, anticipe leur probable destruction et leur donne ainsi paradoxalement une seconde vie, tels ces miroirs où le souffle des vivants révèle des portraits de disparus sérigraphiés, révélation fugace qui nous ramène à notre propre éphémérité.

Muñoz ne se définit pas en un seul regard, ni un seul message. Il nécessite qu'on y revienne plusieurs fois, mais il est étonnant et curieusement apaisant. Il met aussi en parallèle la fragilité de la photographie temps déjà passé et mort à celle de la fragilité de la mémoire de nos propres vies qui s'épuise à vouloir tout retenir et à arrêter vainement le temps, c'est assez fascinant je trouve. Y revenir donc.  

Un site internet pour ce faire qui a l'avantage aussi de faire travailler son espagnol !

http://www.banrepcultural.org/oscar-munoz/presentacion.html

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 mars 2014

Lettre à Gustave Doré

Monsieur

IMG_1149

Comme beaucoup de mes congénères j'ai eu maintes fois l'occasion de trembler sous vos illustrations assez effrayantes qui ornaient les non moins terrorisants contes de Perrault qui ont baigné mon enfance, c'est d'autant plus caustique qu'à l'époque nos lectures étaient fortement censurées; Bien entendu, votre nom ne m'évoquait alors rien, ce n'est que bien plus tard, que j'ai associé votre nom à vos dessins définitivement inoubliables.IMG_1148

Et puis la vie me fit oublier votre nom, d'autres lectures m'attendaient. Bien plus tard encore, j'avoue humblement, Gustave, que je vous confondis souvent avec deux de vos semblables fort célèbres, le Courbet 1819-1877 dont l'audacieux L'origine du monde et l'inquiétant autoportrait dit le désespéré ne justifient pas cette confusion je l'avoue,  et le Moreau 1826-1898 plus mystique et symbolique que vous que l'on peut visionner sur ce blog. J'ai vécu fort bien sans vous, jusqu'à ce que le musée d'Orsay ne nous propose une exposition de vos oeuvres, alors par curiosité, j'ai tenu à vous rencontrer et je n'ai pas été déçue.

Au cours de cette visite dense et peuplée m'ont frappé cette petite scène de garrotGustave Doré

 toujours votre désir de faire peur, ce goût pour le macabre, ah le visage du supplicié est fortement bien rendu juste avant ....Votre Parque, ombre menaçante vaut également le détour, oh ce visage à l'austérité implacableLa Parque et l'Amour détail

et l'amour qui l'ignore ce fat !La Parque et l'Amour

et puis les gracieux petits bouts de personnages gelés ne déparent pas dans le 9ème cercle de L'enfer de DanteEnfer de Dante G Doré détail

avec un Ugolin en grande forme qui dévore le cerveau de l'archevêque RuggiériDante et Virgile dans le neuvième cercle de l'enfer

 sous les yeux indifférents de Dante et de Virgile.Dante et Virgile

Dore

Dans vos immenses tableaux assez académiques fourmillent des personnages grimaçants, terrifiés .... Vous avez toujours eu peur Gustave, des autres que vous vouliez surpasser, de vous même que vous ne pouviez dépasser. Vous êtes ambigu, cher Gustave, d'un côté votre appartenance à un milieu bourgeois vous attache fortement quand de l'autre côté, bon acrobate et violoniste vous adorez jouer les saltimbanques; d'un côté romantique symbolique vous adorez le plus cruel réalisme, talentueux dessinateur reconnu par tous, vous voulez briller dans la peinture; enfin d'un humour féroce jusqu'à la caricature vous pouvez vous plonger dans la mélancolie la plus noire. 

Un point où vous me surprenez également sont vos paysages croquignolesques, oui pardonnez moi le mot, ces tableaux laborieux m'évoquent les peintres du dimanche qui veulent en faire trop, trop de couleurs, trop de courbes, trop de volutes, trop de nature en furie ou dépérissant et puis cette bizarre ligne horizontale lumineuse et artificielleSouvenir de Loch Lamond

 oui vos paysages sont un rien affectés, factices, faits de petites touches picturales intéressantes isolées mais qui réunies donnent un ensemble disparate et amateur appliqué. Pierrot grimaçant

Et puis des petits trésors qui montrent un talent plus rare, moins commun un Pierrot grimaçant, des chouettesLes Chouettes détail G Doré

Balzac, Byron, Cervantès, Dante, Hugo, La Fontaine, Perrault, Poe, Rabelais, Comtesse de Ségur, Shakespeare ont bénéficié de votre talent, vos sculptures, et oui même votre peinture ont contribué à faire de vous le Doré (1832-1883) l'un des trois Gustave que je ne confondrai plus.

  Au musée d'Orsay jusqu'au 11 Mai 2014, les enfants seront intéressés. 

 

 

Posté par maison43 à 19:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mars 2014

L'obélisque de Louxor

Je suis une longue flèche de granite offerte par Méhémet-Ali vice-roi d'Egypte, j'ai 3000 ans, je pèse plus de 220 tonnes, mes compagnes se trouvent à Rome, Istambul, Londres et New York  J'ai donné du fil à retordre à ceux qui me désiraient, qui suis-je ? L'Obélisque de la Concorde25 Octobre 1836

Place de la Concorde, 30 siècles nous contemplent donc depuis le 25 Octobre 1836, où elle fut érigée grâce aux efforts de 350 artilleurs qui peinèrent sur les 10 cabestans de l'appareil de levage mis au point par Jean-Baptiste Apollinaire Lebas 1797-1873 polytechnicien et ingénieur du Génie maritime. Il sera nommé un mois après l'érection de l'obélisque conservateur du musée de la Marine.

1830 : Environ 5 mois de construction à l'arsenal de Toulon du navire Le Luxor qui transportera l'obélisque.

1831 : 4 mois de voyage entre Toulon et Louxor (attente dûe à crue du Nil) avec remontée du Nil durant 700 km. 120 hommes à bord dont un médecin Justin Pascal Angevin.

1832 : Départ de Louxor fin Août 1832, passage de l'hiver à Rosette, puis arrivé à Alexandrie, attente du printemps pour prendre la mer.

1833 : Arrivé à Toulon puis un mois plus tard départ des 2 bateaux pour Cherbourg. Le Havre, puis départ de Rouen halé par 14, puis 28 chevaux où il mettra 13 jours à atteindre ParisJolly

Atelier du musée de la Marine

 Côté hommes de main, peu de chiffres, des centaines de travailleurs du côté égyptien. 

L'obélisque attendra donc qu'on lui confectionne une nouveau piédestal qui nécessitera finances, extraction, transport et montage, soit 230 tonnes de granite du Finistère, transportés par le Luxor avec l'appareil de levage de A. Lebas.vers 1850

Ce n'est qu'en Octobre 1836 qu'il sera érigé sous les yeux des parisiens et de leur roi Louis-Philippe.Temple de Louxor

Du temple de Louxor, deux grands obélisques furent édifiés par Ramsès II en hommage aux Dieux et retraçant les faits marquants de son règne.

De la place de la Concorde, l'Obélisque est devenu un symbole incontournable de Paris.Place de la Concorde

Exposition qui se tient au Musée de la Marine à Paris jusqu'au 6 Juillet 2014. 

 

 

Posté par maison43 à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :