14 mars 2014

L'obélisque de Louxor

Je suis une longue flèche de granite offerte par Méhémet-Ali vice-roi d'Egypte, j'ai 3000 ans, je pèse plus de 220 tonnes, mes compagnes se trouvent à Rome, Istambul, Londres et New York  J'ai donné du fil à retordre à ceux qui me désiraient, qui suis-je ? L'Obélisque de la Concorde25 Octobre 1836

Place de la Concorde, 30 siècles nous contemplent donc depuis le 25 Octobre 1836, où elle fut érigée grâce aux efforts de 350 artilleurs qui peinèrent sur les 10 cabestans de l'appareil de levage mis au point par Jean-Baptiste Apollinaire Lebas 1797-1873 polytechnicien et ingénieur du Génie maritime. Il sera nommé un mois après l'érection de l'obélisque conservateur du musée de la Marine.

1830 : Environ 5 mois de construction à l'arsenal de Toulon du navire Le Luxor qui transportera l'obélisque.

1831 : 4 mois de voyage entre Toulon et Louxor (attente dûe à crue du Nil) avec remontée du Nil durant 700 km. 120 hommes à bord dont un médecin Justin Pascal Angevin.

1832 : Départ de Louxor fin Août 1832, passage de l'hiver à Rosette, puis arrivé à Alexandrie, attente du printemps pour prendre la mer.

1833 : Arrivé à Toulon puis un mois plus tard départ des 2 bateaux pour Cherbourg. Le Havre, puis départ de Rouen halé par 14, puis 28 chevaux où il mettra 13 jours à atteindre ParisJolly

Atelier du musée de la Marine

 Côté hommes de main, peu de chiffres, des centaines de travailleurs du côté égyptien. 

L'obélisque attendra donc qu'on lui confectionne une nouveau piédestal qui nécessitera finances, extraction, transport et montage, soit 230 tonnes de granite du Finistère, transportés par le Luxor avec l'appareil de levage de A. Lebas.vers 1850

Ce n'est qu'en Octobre 1836 qu'il sera érigé sous les yeux des parisiens et de leur roi Louis-Philippe.Temple de Louxor

Du temple de Louxor, deux grands obélisques furent édifiés par Ramsès II en hommage aux Dieux et retraçant les faits marquants de son règne.

De la place de la Concorde, l'Obélisque est devenu un symbole incontournable de Paris.Place de la Concorde

Exposition qui se tient au Musée de la Marine à Paris jusqu'au 6 Juillet 2014. 

 

 

Posté par maison43 à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 juin 2013

Keith Haring

Keith Haring autoportrait

Courte vie de 58 à 90. Bien remplie pour un seul homme, bon dessinateur, fan de Dubuffet, Pollock, Paul Klee, Pierre Alechinsky, Warhol, Basquiat, suivra une école de dessin publicitaire, pas longtemps, puis l'école of Visual Arts à New York qu'il quittera avant d'avoir son diplôme, il s'en moque un peu de tout cela Haring, la rue est son atelier, le métro et les murs Keith Haring 2ses toiles ... il y rencontre là un publicKeith Haring 3

K Haring

et ses petits bonshommes dessinés à la craie deviennent célèbres. Ses nuits, il les passe dans les clubs où artistes en tous genres se croisent, musiciens, comédiens, écrivains et peintres. Provocateur, il utilise son talent  et ses dessins pour se faire messager en faveur de la discrimination raciale, religieuse, sociale. Il défend toutes les causes Haring, c'est de son âge.

K Haring 3

Il critique également le capitalisme, les technologies nouvelles que sont l'ordinateur et la télévision qui détruisent le cerveau, Keith Haring 4

Keith Haring 6la peopolisation dont il est pourtant un grand bénéficiaire. Son homosexualité qu'il revendique en permanence dans ses dessins fera de lui une des nombreuses victimes duKeith Haring 14

SIDA. il utilisera son énergie à se battre pour lui et pour les autres envers ce fléau. Le petit diable cornu, à gauche représente le virus du sida,Keith Haring 1988

l'énorme virus phagocyte le petit homme .. Haring pense qu'il survivra à son oeuvre, la mort éjacule sur les fleurs qui ne meurent pasKeith Haring 1989. L'art survit.

 La vie de Haring se raconte dans ses

Keith Haring 7Keith Haring 10

   

 

 

 

  Keith Haring 9

   

Keith Haring 12

 dessins ...  Sa production est remarquable, il a eu une petite dizaine d'années pour être omniprésent, avec le potentiel qu'il avait, il aurait forcément évolué. Il a le sens du commerce, Haring, il vend de l'art à petits prix, ce qui se défend ! 

Jusqu'au 18 Août 2013 au Musée d'Art moderne. 

Posté par maison43 à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2013

Ron Mueck

Mask Ron Mueck

Né en 1958, australien, il commence par faire des marionnettes pour la télévision (le Muppet Show) et le cinéma.  Il travaille avec sa belle mère Paula Rego, plasticienne portugaise et réalise pour l'une de ses compositions en 96 un Pinocchio.   

Silicone, résine, peinture à l'huile ...

Les personnages de Ron Mueck, ce sont les autres, notre voisin, nos vieux parents, le vieux couple Femme Ron Mueck détailRon Mueck détail couple

d'à côté, on remarque les rides, les veines, les expressions, leur lassitude ... on n'est pas très gai chez Ron Mueck, les gens heureux, c'est pas son truc;  on critique un peu, mais c'est comme un miroir, ce n'est pas vraiment nous ...c'est nous sans l'être vraiment ... et qu'ils soient géants ou nains, ne change rien à l'affaire. Il nous apprend l'indulgence Ron Mueck pour les autres, pour lui, pour elle, pour toi ... pour nous même. 

Les personnages de Ron Mueck, c'est nous, aussi. Mais c'est aussi  des histoires à écrire ...

Qui  est cette drôle de petite bonne femme ? on la croirait sortie de sa Cromagnie .. malicieusement,

Ron mueck

Ron Mueck détail

elle nous regarde et se moque de nous .. au diable les diktats, au feu vos croyances,  moi je suis heureuse, ce soir, j'aurai du bois pour entretenir le feu, car oui, je suis Vesta ...déesse éternelle ...et je ris de vous pauvres humains emprisonnés dans vos vies. 

Lui, c'est Thomas l'incrédule, celui qui ne croit que ce qu'il voit, à moins que le gang adverse ne l'ai blessé, lui le Crip invincible, et il n'en revient pas .. tout est permis avec Ron Mueck, l'histoire de ces personnages, c'est vous qui l'imaginez ...Youth

 Young Couple détailQuant à toi, tu me lâches, tu me fais mal,

young couple face

inutile de me retenir ...

Celui là, je l'aime bien cet homme, nu dans un bateau .. son air indifférent, l'air de rien, m'amuse, on dirait un tableau de Hopper en chair et en os ... ne fais pas ton fier, va, je t'aime bien, ne fais pas la tête, ni l'indifférent, man, prends la couverture, my dear et suis moi !Man in a boat

A la Fondation Cartier jusqu'au 29 Septembre 2013.

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2013

Simon Hantaï

Pas aisé à suivre le Simon Hantaï un vrai labyrinthe. Faut dire qu'il a laissé peu d'indices, secret, pas très bavard, un peu sauvage, pas franchement préoccupé par son image, il se retirera de la vie sociale : il y a 15 ans, je me suis placé en dehors. Je me suis retiré du centre, parce que vouloir se placer au centre n’a aucun sens, interdit d’avoir une vision critique. Il ne reste qu’une fonction sociale. Alors, je suis rentré dans l’atelier, sans considération du marché, librement. C’était la seule solution. Sinon la peinture devenait de la chose, du produit. C'était en 1982 à l'âge de 60 ans.

Peut être était il au bout de ce qu'il désirait exprimer en peinture, peut être désirait il vivre autre chose.

Né en Hongrie en 1922, il suivra après des études pour être ingénieur, les Beaux Arts à Budapest, il y rencontrera en 1945 sa femme Zsuzsa Biro. En 1948, après un passage en Italie, ils viennent s'installer à Paris.Les Baigneuses

 Les Baigneuses sont un tableau particulier, je trouve, une sorte d'exercice, une inspiration venue des musées, un essai pictural, rapidement Simon Hantaï s'intéresse aux mouvements en vogue, le surréalisme alors en déclin, lui convient par les expériences apportées : collages, découpages, pochoirs, raclages, inclusion de végétaux, d'os, plumesL'arbre des Lettrés

Femelle-Miroir II 1953

Regarde dans mes yeux

 

... et il produira plusieurs tableaux avec une touche assez personnelle, très anatomique, disséquée ...en 55, il abandonne ce style et s'intéresse à Pollock et à Georges Mathieu, et Simon Hantaï s'éclate en même temps que

Peinture 1954

Peinture 1956

Peinture 1959

sa peinture : il éclabousse sa toile de couleurs vives, recouvre le tout de peinture sombre, puis racle, d'un rythme quasi musical  à l'aide d'un cercle métallique de réveil-matin; une calligraphie étrange, joyeuse, harmonieuse et finement travaillée.  Simon est un grand lecteur de textes philosophiques, de textes religieux, il y a chez cet homme un côté maniaque, obsessionnel et sublimé, intelligemment utilisé, durant une année il recopie sur une toile recouverte de peinture blanche une partie de la liturgie catholique à la plume et à l'encre, une forme de méditation initiée par la monotonie de la copie écrite à l'encre rouge, verte, violette, noire. Et puis il recouvre ces textes d'autres écrits de SaintPeinture 1958-1959 Ignace de Loyola, Hegel, Heidegger ... bientôt aucun texte ne sera plus lisible .. de visible il y aura une croix, une étoile de David, des rectangles, un peu d'or et émerge une couleur pourtant inutilisée le rose : Peinture écriture rose 1958-1959. Les premiers à plier furent Matisse et Cezanne, Simon Hantai s'y mettra à partir de 1960, il froisse la toile, la plie, le recouvre de peinture, puis la déplie. J'ai été pris par le pli, j'ai pris le pli, le pli m'a repris Le blanc, le non peint devient primordial, Hantai parle de peinture trouée.Simon HantaïMariale Détail

Les Mariales sont les manteaux des Vierges de son enfance catholique ou d'Italie; il est slave, Simon, un peu excessif donc, alors il lui en fait des mètres à Marie, de toutes les couleurs ....et puis il revient un peu dans l'idée de ses premières peintures viscéralement peintes, en 'abstractant' un maximum, alors des panses  où la toile est nouée aux 4 Panse 1964

angles, peinte, dépliée, repeinte, redéployée etc ... des sacs-ventres où chacun y voit ce qu'il veut ...et puis il déménage, va s'installer à la campagne, à Meun un village près de Fontainebleau pour voir pousser dit-il l'herbe et ses enfants, on est en 1966, il peint alors plus épuré encore, plus abstrait, plus ...., moins, il s'essouffle un peu, et intitule ses oeuvres de lassitude, les Meuns.Meun 1968 Et puis un regain, il terminera les années suivantes par les Tabulas où le pliage différent quadrille la toile, crée des fentes partoutTabula 1975

Il les dédie à Piero della Francesca et à sa Madonna del Parto. Retour à la Vierge parturiente, retour à la Mère. Fin du voyage pictural. Simon Hantaï garde une partie de son mystère.

De 82 à sa mort en 2008, il ne peindra presque plus et se consacrera à ce qu'il voudra, aimera ... il vivra.

La musique l'a accompagné, tout au long de sa vie, ses 3 fils sont musiciens, Pour Pierre, le clavecin, pour Jérome, la viole et la flûte pour Marc, ils forment le trio Hantaï. L'exposition dure, à Beaubourg jusqu'au 2 septembre 2013.

Simon Hantaï 1974

Mère de Simon Hantaï

 

 

Posté par maison43 à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2013

Julio Le Parc

Bois métal lumière

Voyage initiatique dans un domaine qui m'est étranger, un peu entrevu Musée de T 11avec les Néons de François Morellet rencontrés au hasard de mes balades muséales.

L'exposition actuelle au Palais de Tokyo me permet d'entrer dans un monde inconnu, l'art visuel,

Déplacements

Musée de T

l'art cinétique (parties de l'oeuvre en mouvement) l'art optique ou l'Op Art (illusion optique du mouvement). Julio Le Parc est né en Argentine en 1928.

Membre fondateur du G.R.A.V. (Groupe de recherche d'art visuel). Défenseur des droits de l'homme, il s'est souvent opposé aux institutions, au pouvoir politique, aux dictatures d'Amérique latine. Il travaille sur le champ visuel, la lumière, le mouvement.

Modulations (noir et blanc)

Palais de T 2

L'exposition du Palais de Tokyo est une rétrospective de ses oeuvres, et est particulièrement attrayante.                     

Musée de T8

Modulations couleur

 

Musée de T 3

Musée de T 7

Musée de T 6

Musée de T5

Alors en vrac, je n'ai pas et de loin la

Mobiles

Musée de T 13

Sphère rouge Julio Le Parc

maîtrise de son oeuvre, ni son évolution ...  Mais ce labyrinthe un peu obscur au début, ombre et lumière, s'est ouvert sur un espace coloré, toujours aussi énigmatique pour moi dans le fond, mais ce fut un laisser-passer dans un monde différent où un ravissement certain se suffit à lui même. 

Surfaces

Musée de T9

Palais de T9

 

 

 

 

 

http://www.julioleparc.org/

   

Posté par maison43 à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 avril 2013

François Curlet

Musée de Tokyo

Bunker

Difficile de classer François Curlet né en 1967. C'est un détourneur d'objets qui souhaite réveiller les consciences en nous incitant à réfléchir, consommateurs sans cerveau, nous ne nous étonnons plus de rien, soumis à des habitudes de vie qui nous emprisonnent autant qu'elles nous libèrent, François Curlet joue avec le paradoxe,

Musée Tokyo

Djellaba

l'ambiguïté, avec beaucoup d'humour et peu de moyens, grâce à son imagination, il invite à la réflexion et titille notre imagination ... un peu, parfois .....

Tout n'est pas convaincant pour moi, l'humour manque parfois et la composition devient alors art de patronage ou d'atelier ergonomique  .. mais encore 2 petites dernières qui m'ont séduite, l'une pour le jeu de

Tokyo 2013

mots, l'autre pour le paradoxe  un bolide-corbillard où la mort arrive par un plaisir, idée qui vient du film Harold et Maud (1971).

C'est quoi l'Art ?Corbillard

Un aller pour ailleurs ..

Oui, dans cet art là, on s'embarque pour nulle part, on sort des normes, et ça, j'aime bien.

A voir au Palais de Tokyo jusqu'en Mai.

Posté par maison43 à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2013

Les 1000 et une nuits

1001nuits

Shéhérazade, Ali Baba, Aladin et sa lampe merveilleuse, Sinbad le marin évoquent une petite partie des lectures de mon enfance, il était temps de les rencontrer. L'institut du monde arabe m'en a fourni l'occasion;  l'âge permet ce retour prodigieux aux sources de l'enfance qui nous ont construits tels que nous sommes devenus, et je ne rate jamais une occasion de relier le passé et le présent. Alors j'ai retrouvé mes yeux d'enfant pour regarder, écouter, rêver ... Des Mille et une Nuits Les mille et une nuits

originels, on ne sait rien, si ce n'est qu'ils étaient destinés aux rois; datent-ils d'avant Jésus Christ, rien n'est moins sûr, en 879, on trouve une première trace écrite des Nuits, auteurs inconnus, récits racontés, adaptés, remaniés, copiés, sont ils une traduction d'un ouvrage perse intitulé Mille Contes ou Mille récits extraordinaires, dont il ne reste rien, ou bien sont ils des écrits venus d'ailleurs pour une population ciblée, celle de sang royal, traduits par des savants, repris par des copistes, qui ont chacun re-travaillé le texte, apportant des personnages nouveaux, faisant des Mille et une Nuits un livre en perpétuelle évolution ?

Jacques Emile Blanche 1911

Shéhérazade est l'héroïne incontestable qui vient de l'origine, c'est évidemment celle qui m'a le plus marquée ! faut dire qu'une femme qui raconte des histoires pour ne pas mourir c'est pas banal, à cette époque, on leur demandait surtout de se taire, c'est plutôt réjouissant, caustique même ... nous sommes toutes des Shérérazades  qui racontons des histoires, souvent pour nous même d'ailleurs, n'a pas de Shâhriyâr qui veut, n'a pas de roi qui adore vous écouter qui veut ...Shahrâzâd ou Shéhérazade est la première auteure au final qui doit raconter au péril de sa vie, pas étonnant que les femmes se soient tues si longtemps, pas étonnant que les femmes soient contraintes à se taire encore si souvent ...

1000 et une Nuits

Shéhérazade est la première femme qui doit sa survie à son intelligence seule, à son érudition raffinée. Elle doit aussi cette promotion si je puis dire grâce à 2 autres femmes reines, adultères, tuées par leurs époux (qui étaient frères). Shâhriyâr, l'un des frères décide alors d'épouser chaque jour une vierge qu'il tuera après l'avoir déflorée; 3 ans plus tard, il n'y a plus de vierges vivantes, heureusement le vizir du roi a 2 filles dont l'une Shahrâzâd ou Shéhérazade a lu mille livres, elle propose à son père d'épouser le roi, elle apaise ses sens, tout en maintenant un suspens dans les contes qu'elle raconte, et ce durant mille et une nuits, le roi devenu amoureux décide d'arrêter sa vengeance et lui accorde, enfin, la vie sauve.Lucie Delarue-Mardrus 1906

   

Les manuscrits sont traduits en français pour la première fois en 1704-1717 par Antoine Galland, à partir d'un volume syrien du xv siècle contenant 35 contes, Galland modifie complète  épure. Succès et traduction en danois, allemand et anglais. En 1885-1888 un anglais Richard Burton fait une traduction plus complète, nouvelle traduction de Joseph-Charles Mardrus en 1899-1904 plus érotique, plus exotique, une photo de sa femme qui l'a sans doute inspiré.

 En 1986, traduction de René Kawam à partir de manuscrits originaux anciens. Les Mille et une nuits n'ont pas fini d'être traduits, corrigés, modifiés. Au début du 20ème siècle, l'orientalisme sévit dans tous les domaines artistiques, le cinéma s'en empare aussi, et fleurissent des Shéhérazades pour tous les goûts.Affiche de cinéma

Edmond Dulac 1907

 

Le voleur de Bagdad 1924

                                                 Les artistes illustrent les contes

 

Broche à cheveu René Lalique

L'exposition est hétéroclite et riche, manuscrits originaux, copies, films, musique, opéras, danses, objets orientaux, bijoux, costumes, points écoute de contes, gravures, tableaux ... un souk en somme, coloré, varié où l'on se perd avec délice.  

  

 Les génies exaucent les voeux, profitons en.Le songe de Cosrou 1875

détail Edmond Dulac illustration

 

 

 

Posté par maison43 à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 février 2012

Des Plans-reliefs et des dindes

Chefs d'oeuvre méconnus ...

de vous sûrement un peu, (oui quand je me parle parfois, je me dis vous, cela instaure une distance bienvenue et salutaire entre moi et moi) même si Vauban évoque bien évidemment ce qu'il a laissé à la postérité lambda, ses forteresses entre autres et surtout, cela, quand on y réfléchit bien !  il y a une forteresse Vauban presque partout non ? enfin ... chaque région frontalière a la sienne ... voyez la cartevauban_244 à gauche des 12 forteresses de Vauban classées.

Un peu austère cette exposition aux yeux de l'aimable petite dinde que vous êtes, un peu sèche pour vous qui aimez les anecdotes, la petite histoire de la grande Histoire,un peu trop carrée, un peu trop aseptisée, un peu trop ordonnée mathématiquement, dans cet immense et splendide espace qu'est la Nef du Grand Palais où toute exposition peut s'étaler en grand, en large, en circulaire, en escalier, en fantastiquement farfelu, en hauteur vertigineuse, mais ... sans doute difficile à réaliser, difficile à financer, difficile à ..

Alors ma minuscule cervelle de gallinacée s'est égarée à visionner les visiteurs : ribambelles d'écoliers avec leur professeur enthousiasmé à défaut d'être enthousiasmant ( oui c'est gratuit de votre part cette réflexion, pour le plaisir d'un mot qui n'est même pas bon),  personnes d'un certain âge (de votre âge donc), qui s'amusent à retrouver, sur une immense carte de France reproduite au sol, leur lieu d'habitation avec une émotion difficilement contenue attendrissante dans sa joie enfantine, savoyards un peu perdus sans leur beaufort mais avec leur chaud bonnet, provinciaux chapeautés et ventripotants échappés d'un roman balzacien, rares parisiens précieux gantés au charme suranné de la madeleine,  dindes donc dodues ou pas, piétinant symboliquement une rivale sous l'oeil vif et amusé d'un comptable  amoureux (de chiffres) qui gravement indique que  nous avons l'immense bonheur de fouler une carte de France de l'Etat-Major à 1/40000 collée au sol sur 650m2. Oui, oui, cher inconnu, j'en suis fort heureuse de la fouler, refouler jusqu'à m'y défouler, cette carte initiée Par Napoléon en 1802 et achevée en 1881. 

Mais vous auriez aimé, petite volaille curieuse, un peu plus de détails sur la logistique de ces plans-reliefs, savoir comment et qui travaillait sur le terrain, qui collait la soie, qui minutieusement fabriquait ces petites maisons, qui les peignait, qui composait ces pieds de vignes, ces arbres comptabilisés, d'ailleurs qui les a comptés, qui a dirigé le travail qui et qui et qui ?  Votre charmant suiveur vous rétorque fort à propos et un peu sévèrement que là n'est pas le sujet principal de l'exposition et pourtant si, un peu, quand même. Derrière ces plans où réside la grande Histoire se cachent des centaines de petites histoires qui influent la grande forcément. Alors il vous suggère d'aller visiter le site internet, de retour chez vous où vous trouverez tous les renseignements demandés.

Vous remerciez chaleureusement votre guide qui a agrémenté votre visite et filez vous réchauffer avec un lait vanille dans un café proche du lieu, dans une gracieuse envolée (espérez vous), de dinde requinquée. 

Posté par maison43 à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2012

Dévoration

 ou dévorement, rarement utilisé, plus communément cannibalisme, plus spécialisé anthropophagie.

Le sacrifice humain fut à la base de toute croyance antique, religieuse, il s'agissait d'apaiser les dieux ou de les célébrer tout simplement. Il s'agissait d'attirer la clémence des dieux, tenter de faire oublier notre humanitude. L'humanité est née coupable. Coupable de son humanité, par rapport au monde des dieux ? Coupable par la chair, par le sang, par tout ce qui est palpable, périssable, tout ce qui peut lui faire faire des erreurs, on pouvait donc sans état d'âme si j'ose dire meurtrir la chair, faire couler le sang.  L'esprit lui par opposition représentait, le bien, la raison qui rapproche l'homme d'un dieu, l'esprit est céleste et supérieur, le corps, lui est terrestre et inférieur. Pour les anciens, le sang était un fluide vivant, les dieux irrités contre la chair et le sang, ne pouvaient voir leur colère apaisée que par le sang, il y a dans le sang versé une vertu expiatoire. Il y avait des compromis, il était permis de substituer le sang des animaux.. une vie moins précieuse pouvait être acceptée pour une autre. Les premiers sacrifices humains furent d'abord des coupables condamnés par les lois, puis les ennemis jugés coupables prirent le relais, puis quand on en eut besoin, les étrangers furent aussi sacrifiés. Et quand ils venaient à manquer, on sacrifiait ses enfants, ses femmes, ses vierges. Les grecs, les romains, les gaulois pratiquaient des sacrifices humains. Au xvième siècle, les prêtres mexicains sacrifiaient jusqu'à 20000 humains par an. Les guerres les procuraient, en cas de manque, les enfants mexicains étaient sacrifiés. Le coeur était arraché vivant, et les prêtres mangeaient la chair de leurs victimes. En Inde, les vieillards étaient jetés dans le Gange, les femmes brûlées avec leur mari défunt, jusqu'en 1800 environ. 

Le cannibalisme existe depuis l'antiquité, les mythes grecs à ce sujet restent rarement expliqués, à moins que volontairement, personne n'ose trop parler de cette pratique qui révulse les êtres humains. Le cannibalisme n'est pas acceptable, jamais. Il constituait une réelle menace pour l'humanité, pour la survie même de cette humanité. Il était facile de tuer des êtres sans défense et de s'en nourrir. Il fut plus difficile de devenir chasseur et guerrier, mais c'est à ce prix que l'humanité survécut. L'humain ne pouvait faire partie de la chaîne alimentaire. Les mythes qui résultèrent des pratiques du cannibalisme furent des garde-fous.

 Dans la mythologie,Cronos, YMtitan fils d'Ouranos le ciel et de Gaia la terre, gobera ses enfants, sauf Zeus, mais il les régurgitera, premier ogre connu donc, mais non cannibale. Déméter, fille de Cronos mangera à son insu de la chair humaine servie par Tantale qui sacrifiera son fils Pélios.

 

Cronos moderne ...par le photographe Yasumasa Morimura japonais né en 1951.

 

 

 

ceci sert de préambule à l'exposition à La Maison Rouge intitulée 'Tous cannibales' ... qui date un peu, de l'année dernière, mais restée en plan .. en brouillon que j'avais oublié .. mémoire d'ide ! mais pas tout à fait, je voulais fuir la mort d'une soeur aimée en me plongeant dans une facette de notre terrifiante parfois humanité ... et à défaut d'oublier ma soeur, j'ai oublié de poster ce message, ou pas voulu, sais pas ... 

donc 45 artistes ont participé à l'exposition présentée à La Maison Rouge à Paris de Février à Mai 2011. J'ai préféré bien sûr les plus humoristiques, laissant de côté délibérément les plus scabreuses, les plus réalistes, les plus obscènes, les plus dérangeantes intellectuellement. En fait, j'ai oublié un peu les autres, comme quoi ce blog a sa raison d'être. 

Oda Jaune, peintre bulgare née en 1979 qui mêle humour, érotisme, chair, monstruosité et provoque perplexité chez les voyeurs que nous sommes.ojIMG_0479

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Melissa Ichiuji née aux US en 1968 qui fait de la tapisserie, ici une poupée qui ne déparerait pas cKissie Kissi 2008hez un Sade contemporain, en position suggestive, et qui révèle une fois qu'on approche d'elle, une multitude de larves qui l'ont dévorée de l'intérieur, ne laissant de presqu'intacte que sa gracieuse et provoquante enveloppe corporelle ...

 

 

 

 

 

 

Et Aida Makoto né en 1965 au Japon avec sa délicieuse Mimi-Chan devenue comestible en sushi ..

Une jambe, un sein, un ventre miamm ! il se moquerait ainsi de l'instrumentalisation du corps féminin, et de la voracité cannibale de l'occident en matière d'art.    Mimi-chan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

PS Petit lexique personnel à compléter un de ces jours ..... 

Mayas : peuple  vivant au sud du Mexique en Amérique du Nord, au Guatémala, Belize, petites minorités en Honduras et au Salvador. Sacrifices humains.

maya_et_azt_que

 

Aztèques : nomades du nord du Mexique, s'installent au centre de l'actuel Mexique pour se fixer ensuite dans la vallée de Mexico. Sacrifices humains importants. Notion d'antropophagie rituelle pratiquée par les élites.

 

Incas : origine Pérou, s'étend de l'équateur jusqu'au Chili. Sacrifices humains. Ont envahi une zone qui s'étend du Chili à l'équateur, en passant par le nord ouest de l'Argentine et une partie de la Bolivie. 

Inca_expansion

 Bon, je le reconnais, tout cela est bien fouillis, sans trame réelle, ni fait mais à faire et superbement incomplet. Il faut que j'y revienne. Au gré de mes rencontres, lecture, ou exposition ...

Posté par maison43 à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,