05 novembre 2017

Camille Claudel en son musée

Rodin Faune et nymphe ou le Minotaure 1885

Elle est rigolote Camille Claudel (1864-1943) en demandant à ce vieux taureau de Rodin (1840-1917) de ne plus la tromper, c'est comme pour Picasso, une seconde nature chez eux, une énergie sexuelle de minotaure.

Claudel à Rodin

Bien sûr elle a 18 ans Camille au début de leur passion, et lui a déjà les traits d'un homme mûr de 42 ans, bien sûr elle a du talent Camille et lui bien connu déjà reconnaît en elle une possible égale, elle devient donc son élève parmi d'autres et contribue aux oeuvres du maître, on dit qu'elle avait l'art de sculpter les mains et les pieds, elle peaufine auprès de lui son talent

Rodin Femme accroupie 1881-1882

Claudel Femme accroupie 1884-1885

 difficile de dissocier qui s'inspire de l'autre, on veut que ce soit Rodin mais c'est à double sens parfois, car la Demoiselle Claudel a déjà sa singularité, une finesse, un langage du corps  qui n'appartient qu'à elle. Bien sûr il lui faut à Camille supporter la compagne âgée de Rodin : Rose Beuret, Rodin promet, dans sa passion bien réelle, le mariage à Camille, un moment il y songe et puis le caractère ombrageux de Camille qui rue trop souvent dans les brancards pour voler de ses propres ailes

Claudel La vieille Hélène 1881-1882

 

Claudel Giganti ou tête de brigand

Claudel Tête de JF au chignon ou tête rieuse 1886

lui fait préférer la présence de sa vieille Rose plus docile qu'il finira par épouser juste l'année de leur mort à tous les deux en 1917 quand Camille partie depuis longtemps,( il y a 19 ans déjà au cours de l'année 1898-1899) sera internée depuis déjà 3 ans. Et pourtant c'est dans sa solitude que son art s'affirme, ses sculptures les plus belles datent de cette époque, elle ose beaucoup Camille, elle dérange dans son art comme dans son isolement,

Claudel La Valse

Claudel L'aurore 1900

Claudel Les bavardes ou les causeuses 1896

une femme ne se comporte pas ainsi, et inexorablement à cette époque où la psychiatrie est débutante, malhabile et traumatisante, Camille se dirige droit vers l'asile de fous. La gorgone, ce sont ses traits représentés en 1897, une commande pour l'une de ses protectrices.

Claudel Persée et la gorgone détail

En 1913, internement de Camille Claudel, il lui reste 30 années à vivre.   

Un musée à Nogent sur Seine où les Claudel résideront un temps fort bref. Alfred Boucher sculpteur sera à l'origine du musée municipal ouvert en en 1902.

Musée Camille Claudel

Le musée Camille Claudel en est la suite inaugurée dernièrement, avec l'inclusion de la maison occupée par les Claudel. Beaucoup d'oeuvres de Camille, mais aussi de sculpteurs français sur lesquels je reviendrai. 

Posté par maison43 à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 mars 2017

Diane Arbus 1923-1971

arbus5

Diane ma belle, vous aviez la photographie somptueuse mais triste, celle qui ne voit que le tragique, le différent, le hors normes. Vous accentuez le réalisme en toute chose, avec une opiniâtreté dérangeante, celle qui fait de nous des voyeurs, celle qui désespère. Certes, vos photographies ne sont pas communes et témoignent d'une originale intention, celle de faire autrement. A moins que ce ne soit là votre propre vision du monde, celle où n'apparaissent que le pire, la noirceur d'un monde où la différence tue. Elles ne manquent pas de tendresse pourtant, parfois, souvent. Et puis un jour plus insupportable qu'un autre, vous vous êtes donnée la mort, le noir, la paix.  

 

Posté par maison43 à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2017

Nahui Olin née Maria del Carmen Mondragón

Carmen

Nahui Olin

Née en 1893 à Mexico, cette femme contemporaine de Frida Khalo ne se contenta pas d'être très belle, elle peignit, composa des poèmes, mena une vie scandaleuse, pour l'époque, de grande séductrice. Sa beauté attira bien évidemment des peintres ou photographes dont elle fut la muse. En elle, passion, révolte et sens du tragique à une époque difficile et douloureuse avec un père militaire qui créa le premier fusil automatique et fut très controversé pour ses actions sous la présidence dictatoriale de Porfirio Diaz. Il emmena lors d'une mission à Paris sa famille dont bien sûr sa fille qui, outre le français qu'elle apprit à parler couramment, s'initia à la peinture, la poésie et à la vie parisienne.Nahui Olin autoportrait en étudiante 1914

'Soy un ser incomprendido que se ahoga por el volcán de pasiones, de ideas, de sensaciones, de pensamientos, de creaciones que no pueden contenerse en mi seno y por eso estoy destinada a morir de amor' écrira 'elle De retour au Mexique elle épousa en 1913 un fils de bonne famille Manuel Rodriguez Lozano 1896-1971 aussi peu conformiste qu'elle qui avait choisi la peinture pour se démarquer lui aussi. Ils suivirent le père de Carmen en exil à Paris, où elle fréquenta entre autres Picasso et Diego Rivera. De retour à nouveau au Mexique, elle se coupa les cheveux, rétrécit ses jupes et revendiqua le droit à une sexualité libre et riche.  Son mariage déjà peu réussi fut anéanti par la mort d'un jeune enfant; elle posera plus tard nue nue pour les photographes Edward Weston et Antonio Garduna. Il y a  sans doute de la provocation chez elle, une revendication qui ne trouve pas satisfaction,  elle semble n'exister que par et pour l'amour d'un homme, mais à cette époque, ce n'était pas si facile d'être femme, artiste peintre, poétesse et musicienne tout en se voulant muse, même si un relatif vent de liberté autorisait la femme artiste à sortir de sa simple condition de femme, une liberté avec des limites frustrantes certainement. Sa relation amoureuse en 1921 avec le peintre Geraldo Murillo 1875-1964 connu sous le nom de Doctor ATL, lui fit écrire des poèmes, poemas dinámicos (1922) et Calinement je suis dedans 1923, lui, fit d'elle deux tableaux dont l'un assez tragique, ses grands yeux expriment un désarroi certain . Pas très heureuse Carmen.  Doctor ATL portrait de Nahui Olin

Doctor Atl Portrait de Nahui Olin 1922

il la baptisa Nahui Olin (en référence à un mythe aztèque que je vous laisse explorer sur internet, nahui signifiant quatre et ollin mouvement ou tremblement de terre). Elle se mit à peindre davantage stimulée par cet artiste, mais son caractère trop tumulteux les amena à se séparer. Après plusieurs autres aventures

nahui et lizardo face à la vue d'Acapulco Nahui Olin

 à l'âge de 40 ans elle rencontra son dernier amour Eugenio Agacino, leur relation écourtée par la mort brutale d'Agacino la désespéra, et sans doute dépressive, lassée d'une vie où elle n'avait pas réussi à s'imposer vraiment sur le plan artistique, elle choisit de se retirer en 1934 de la vie publique, et mena une vie solitaire et difficile. Elle ne mourut qu'a l'âge de 85 ans en 1978. Deux tableaux vus au Grand Palais, lors de l'exposition consacrée au Mexique cet hiver.Nahui Olin

Nahui

 Un livre a été écrit sur cette femme si particulière par Pino Cacucci..

Posté par maison43 à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2016

Suzanne Valadon 1865-1938

Suzanne Valadon

Et bien justement suite au personnage du livre de Kristin Marja Baldursdottir, en voilà une autre femme assez remarquable aussi, une peintre dans un genre moins conformiste cependant que la Karitas du livre, nettement plus délurée mais ivre de son art et fort talentueuseLa boîte à violon Valadon

 

Suzanne, ainsi prénommée par Toulouse-Lautrec (qui savait de quoi il parlait sans doute) car fort désirée par les messieurs, se nommait Marie-Clémentine Valade, puis elle prit le prénom de Maria en tant que modèle et enfin elle émergea dans la Peinture en tant que Suzanne Valadon.Valadon 5

Modèle pour Puvis de Chavanne, Renoir, Toulouse-Lautrec, elle fut aussi forcément aussi parfois leur maîtresse, il lui fallait bien vivre, à cette belle jeune femme qui tentée par le cirque dut interrompre prématurément une carrière suite à un accident. Mais intuitive, douée, elle apprit d'eux ce que d'autres apprennent dans les académies ou dans les ateliers.Valadon 7

 Elle eut aussi une aventure houleuse de 5 mois avec Erik SatieValadon 3

 fut  Mère célibataire d'un enfant qui fut reconnu par son présumé père : Maurice Utrillo

Valadon 9fut le peintre très productif de Montmartre. On s'y intéressera un autre jour à ce tourmenté qui choisit d'ailleurs une peinture plutôt apaisante .. Elle se maria 2 fois Suzanne avec un banquier qui lui apporta le confort, puis avec André Utter peintre lui aussi rencontré en 1909.Suzanne Valadon Utter

Le musée de Montmartre présente jusqu'au 16 Mars leurs oeuvres à ces trois là.

Suzanne Valadon Portrait de famille

Posté par maison43 à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 février 2015

Niki de Saint Phalle au Grand Palais

IMG_4918

C'est d'abord un visage, beau. C'est aussi un corps, de rêve. Un don certain d'utiliser ces atouts là. Y ajouter une bonne dose de talent, un inconscient au bord de la crise de nerfs, une colère folle, secouez joyeusement et vous obtenez une Niki de Saint Phalle. Pas franchement concernée par ses études, Niki coIMG_4900mmence à 16 ans par vivre de sa beauté en tout bien tout honneur dans le mannequinat, manière de signaler à son père que son corps n'appartient qu'à elle. Niki a de la classe, une élégance d'aristocrate qui lui donnera toujours une certaine assurance auprès des hommes qu'elle côtoiera, aussi bien dans le domaine privé que professionnel. Les hommes fort nombreux dans le domaine de l'art l'accueilleront un peu comme une mascotte, amusés, séduits et bienveillants.

Il arrivera un jour où l'art de Niki s'imposera seul, grâce à des peintres naïfs et célèbres comme Hugh Weiss,  les artistes américains de l'impasse Ronsin Carry Rivers, Robert Rauschenberg, Joan Mitchell et bien sûr Jean Tinguely qui lui donneront confiance en son talent. Jean Tinguely et Niki se stimuleront l'un et l'autre, Elle, ayant toujours une longueur d'avance. Niki est une combattante assurément, contre le machisme ambiant, la sainte autorité parentale et maritale, elle rejoint le féminisme sans en partager les idées castratrices.Autoportrait 1958-1959 N de St PhalleElle revendique une féminité victorieuse où la Femme au pouvoir ferait de la terre un monde meilleur. Elle revendique le jeu féminin européen du flirt. Elle découvre le monumental avec ces êtres à part que constituent Le Facteur Cheval ou Antoni Gaudi. Niki réalisera des sculptures monumentales  comme le Golem à Jérusalem, le Dragon de Knokke à Knokke Le Zoute ou le Jardin des Tarots en Toscane ( voir message sur ce site), de nombreuses fontaines comme la fontaine Stravinsky près de Beaubourg ou celle de Château Chinon.La fête vers 1953-1955

Dans les années 1950 après son mariage, Niki peint des huiles et des gouaches, des toiles naïves qui affichent un bonheur déjà perdu ou jamais acquis, car la jeune femme cherche à s'évader du tableau, de sa vie, de sa famille; après sa dépression traitée par électrochocs,  Elle peint, colle, accumule des cailloux, clous, grains de café, riz, boutons, morceaux de céramique,  vieux jouets; ses thèmes sont femmes et monstres, araignées-mères créant des toiles à confidences ou messages.Niki

Les cauchemars de Niki prennent vie. Lorsqu'elle se sépare de son mari et de ses enfants en 1960 elle commence à régler ses problèmes, elle entre en guerre contre la violence, elle flingue à tout va d'abord sur des toiles abstraites pour se défouler et puis les tirs deviennent ciblés.

Tir Niki de Saint Phalle

 1961 Niki de Saint Phalle

ses séances de tirs restent branchés, le beau monde artistique de l'époque est convié, elle se fait plaisir Niki, elle exulte, là voilà consacrée artiste engagée, elle tire sur les autels, les hommes politiques Niki de Saint Phalle 1962

son père au phallus-avion : La fumée dégagée évoquait la guerre. La peinture était la victime. Qui était la peinture ? Papa ? Tous les hommes ? ... Ou bien la peinture était elle MOI ? Oui ça saigne fort chez Niki !Niki de Saint Phalle 13

Fin 1960, Jean Tinguely et Niki de St Phalle achètent une ancienne auberge en Essonne, Niki peut entamerNiki 2Détail mariéeNiki de Saint Phalle 2

 

sa joyeuse collection de mariées dévorées par des poupons.

et de la mariée elle passe inévitablement à l'accouchement. Ah ce mariage qui emprisonne la femme soumise à son mari et que dire des entraves que sont les enfants ? Puis Niki s'adouçit et va magnifier la féminité triomphante : les nanas arrivent avec la Hon, (elle en suédois) Jean s'occupe de la carcasse en fer qui sera grillagée, du tissu collé sur plusieurs plans, le tout peint en blanc.Niki de Saint Phalle 6 Hon, femme en position gynécologique qui accueille ses visiteurs par son vagin, sorte de Déesse Femme est un symbole fort et caustique pour l'époque.Niki de Saint Phalle 7

En 1967, chic son père meurt, les nanas se font maison, fontaine, ou simplement nanas ' Une femme dans la civilisation des hommes, c'est comme un nègre dans la civilisation des blancs.' Bonnes et mauvaises mères nous le sommes toutes dés que nous enfantons, la société le veut ainsi. L'oeuvre de Niki de Saint Phalle est si vaste que je consacrerai un message pour les Nanas.  En 1969 construction toujours avec la bande de Tinguely du Cyclope à Milly La Forêt (voir message à ce sujet) 1971 naissance de sa petite fille Bloum Cardenas. Niki sera une bonne grand-mère, elle se réconciliera ainsi avec la maternité. 1972 sort son livre intitulé 'Mon secret' où elle révèle l'inceste dont elle fut victime. Niki de Saint Phalle se consacrera au jardin des Tarots de 1978 à 1998.  Inauguration du musée Tinguely à Bâle en 1998 à la mémoire de l'oeuvre de Jean Tinguely ( message sur ce site). Donation d'oeuvres au MAMAC de Nice ( voir message sur ce site) En 2002 mort de Niki de Saint Phalle. Une vie bien remplie, une vie certainement réussie.  

Posté par maison43 à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 novembre 2013

Frida Kahlo

Imogen Cunningham

Tu sais, ma belle cela fait un peu plus de 2 ans que j'attends de voir tes toiles, en même temps il y a 2 ans j'étais occupée ailleurs avec mes mourantes ... alors au final c'est bien tombé ce retard. J'ai eu le temps de t'apprendre un peu.

L'Orangerie, c'est un joli nom pour te recevoir, c'est cependant bien occupé déjà avec Monet et la collection de Paul Guillaume, alors forcément dans cet endroit trop exigu pour toi, tu es un peu à l'étroit, d'autant plus que ton Diego prend, aussi, beaucoup de place. Bon en même temps, tes toiles ne sont pas si grandes, mais j'aurais aimé en trouver un peu plus. Parlons en donc un peu de ce Diego, il fut l'un des hommes de ta vie, il y en eut d'autres qui comptèrent mais le talent de peintre, la présence rassurante et confortable de Diego Rivera, son engagement politique en firent ton préféré, celui qui s'occupa de toi jusqu'au bout, celui qui ferma tes beaux yeux. Tu étais belle Frida et multiple, tu cultivas toujours une ambiguïté avec ton imageFrida Khalo 1926 2

 ton double était un beau jeune homme te ressemblant comme le frère que tu n'eus pas, ton double était aussi une Frida narcissique en bonne santé qui devait le montrer au monde épaté ! Tes tableaux Frida sont parfois des planches anatomiques surréalistes, une sorte d'éducation sexuelle cauchemardesque pour adolescents curieux ou amateurs de petites horreurs :

Frida Khalo 1932

 un réel exutoire pour toi,  la peinture, toi qui vécus toujours avec l'intolérable souffrance :  La polyomélite à 6 ans qui te laisse infirme de ta jambe gauche et puis ce terrible accident d'autobus en 1925 à 18 ans où une rampe de bus te transperce : fractures de la colonne vertébrale, du col du fémur, des côtes, de la jambe gauche, du pied droit, de l'os pelvien, rein endommagé, abdomen transpercé jusqu'au vagin ... inventaire fou et dantesque de tes blessures ! et pourtant tu eus le courage de tout surmonter avec un humour que l'on disait noir; alitée le corps emprisonné, ton ciel de lit-miroir, tu commenças à te peindre, 56 fois, ton premier autoportrait est idyllique, romantique, la Frida qui est morte à jamais disparue.

Frida Khalo 1926

La réalité est plus dure, l'image plus dure, virile pour oublier la blessure faite à ta féminité.. Cette photo prise par son photographe de père date de 1926. Bien sûr tu connais de réputation Diego, bien sûr cet homme étonnant de vie, cet artiste célèbre, te plaît, bien sûr ta causticité spontanée et fraîche lui plaît aussi, vos deux talents pour la peinture, votre goût pour la révolution et votre pays feront le reste. Il y aura par la suite tes amours avec d'autres hommes brillants, Trotski, Breton,  et d'autres que l'on te prête à tort ou à raison, et peu importe, il y aura tes désirs avortés d'enfant,

Frida 1945

il y aura des chiens, des singes, des perroquets, des chats, petits compagnons qui rempliront ta solitude, il y aura des tromperies plus cruelles de ton Diego que d'autres et seule tu le fus souvent comme le sont les êtres qui souffrent physiquement et moralement.Frida Khalo

Tu seras opérée moults fois, tu porteras un corset, tu te déplaceras en fauteuil roulant, et même en lit, tu meurs jeune à l'âge de 47 ans en 1954. Les douleurs à manier le pinceau te restreignent le geste, te broient le dos et expliquent sans doute que tu ne te sois pas lancée dans de grandes toiles. 

Et puis il y a les petites surprises où tu es différente, ce Masque où tu pleuresLe masque

 toi qui d'habitude te peins droite, fière et impassible, ce petit poussin délicat et sobre si solitaire dans ta peinture extravertie et colorée.

Fr Kahlo

ce cercle de 1950, où tu n'es qu'un corps de femme, aux seins, au sexe offert, amputé et sans tête, libre de ne plus souffrir ni dans ton corps ni dans ta tête, une femme tronc belle, une gourmandise offerte, quelle femme-volcan tu aurais été sans tes blessures !! (oui c'est mon interprétation très personnelle), petite

Le cercle

peinture sombre, peinte sur aluminium. Nul doute que ton dramatique destin a déterminé ta peinture, limité ta vie, nul doute que tu aurais évolué autrement si seulement si ...

Celui là, je l'aime bien aussi, un petit foetus, quelques larmes et le soleil quand même.

Le soleil et la vie 1947

.

 

  

Posté par maison43 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mai 2013

Tamara de Lempicka

T de Lempicka

T de Lemp

Amusant de voir en ce moment à Paris, deux femmes peintres qui connurent un succès franc durant leur époque, l'une et l'autre reines du tout Paris, ayant une vie mondaine active, 2 femmes, particulières, extrêmement différentes dans leur peinture et dans leur vie. Née 15 ans après Marie Laurencin, en Pologne en 1898, cette femme là se révèle aussi singulière que Marie, avec un style bien à elle que l'on reconnaît, comme celui de Marie, mais mieux née que Marie, elle fut beaucoup beaucoup plus riche par son second mariage, beaucoup plus mondaine aussi, elle fit partie aussi de l'élite sociale tendance aristocratique, fut une femme moderne libre et libérée. Marie a vécu une vie riche en rencontres, fit partie de l'élite intellectuelle nouvelle mais sa discretion la démarque de Tamara qui fut toujours en représentation, qui exulta, comme ses nus où une chair ferme mais rebondie puissante et charnelle attire ... loin des formes éthérées de Marie. Tamara posait en robe de soirée quand on la photographiait dans son atelier, Marie, elle posait en tablier de cuisine ... cette distinction loin d'être anodine reflète leur personnalité si différente, et pourtant d'elles restent la même marque dans l'histoire, la peinture féminine des années 20/29. 

En 1920 Tamara est à Paris, sa fille Kizette vient de naître, Tamara qui a 22 ans suit les cours de Maurice Denis et d'André Lhote, en 22 elle expose au salon d'automne. En 1920 Marie âgée de 37 ans a suivi son mari en Allemagne, divorce et revient à Paris au printemps 21. Sa première exposition personnelle a lieu à la galerie de Paul Rosenberg. C'est le début du succès  pour Marie, portraitiste demandée, c'est l'époque des décors et costumes de ballets. Elles auraient pu se rencontrer à ce moment là, mais cela ne se fit pas, en 1937 Tamara  a 39 ans elle expose au Salon des femmes artistes modernes dans le cadre de l'Exposition universelle à Paris, Marie, qui a 54 ans, aussi. On ne sait si elles se rencontrèrent, on peut le penser mais cela ne marqua ni l'une, ni l'autre !  On les vénère aujourd'hui comme des représentantes de l'Art de cette époque particulière que fut l'entre deux guerres, cette période qui s'étendit de 1919 à 1929 dite Années folles. Ces deux femmes là si peu ressemblantes se caractérisent toutefois par leur singulière liberté à faire une peinture reconnaissable entre toutes, l'une optant pour la douceur de longues femmes éthérées aux couleurs délavées, l'autre pour la puissance charnelle, la sensualité de corps de femmes épanouis, se pâmant. Les 2 appartiennent à cette courte époque où l'homosexualité féminine fut bien tolérée dans leur milieu, et chacune en profita grandement. Femme de profil vêtue d'un châle

La Diseuse de bonne aventure

Au début de son activité de peintre, les femmes de Tamara de Lempicka sont massives, les visages frustres ou bizarrement masculins, Tamara ne cherche pas vraiment de style  ... elle peint alors plus par plaisir que par ambition réelle qui viendra plus tard, lors de son premier divorce où elle aura des besoins financiers

Nu assis de profil

Nu assis

Puis un voyage à Rome en 1925 l'initie à la Renaissance italienne, les femmes restent rondes mais deviennent belles, Tamara créera un type de femme, une garçonne, athlétique, voluptueuse etLa Dormeuse

Le Rythme

correspondant à une beauté convenue, avec souvent un regard très spécial, à la fois indifférent mais exprimant une certaine sensualité aguicheuse ... Nu à la colombe

La Tunique roseElle fera bien sûr des portraits de femmes du monde, qu'elle mettra en

Jeune femme à la colonne carrée

Arlette Boucard aux arums 1931

scène avec des robes de grands couturiers qu'elle portera elle même avec élégance, son second mariage lui apportera la fortune, même si elle vit de sa peinture fort confortablement. 

 A partir de 1933, elle se lance dans une série de vieillards, mendiants, saintes,  et reviendra aux portraits un peu plus tardLempicka

 je m'en tiendrai là pour cette fois ci, en ce qui concerne la peinture de Tamara de Lempicka; tout comme celle de Marie Laurencin, il faut éviter le piège de ces 2 expositions, fort belles l'une et l'autre, mais trop orientées à mon avis .... on est un peu trop dirigé. Ces peintures ne me touchent pas vraiment, je reconnais le travail d'artiste que je trouve toujours extraordinaire, moi qui n'ai aucun talent artistique, mais pas d'émotion particulière pour les peintures de Marie Laurencin, je suis sensible par contre à la sensualité puissante et animale qui se dégage de certains nus féminins de Tamara Lempicka.

La Belle Raphaëla

Nu aux voiliers

  

 

 

A vous revoir, donc, vous regarder autrement, vous connaître un peu mieux.

Posté par maison43 à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2013

Marie Laurencin

Marie Laurencin 1883-1956 commence comme Renoir à peindre des porcelaines à la manufacture de Sèvres  de 1901 à 1903, elle se diversifie dans son style, se cherche, mais a trouvé son thème favori ' les jeunes filles'. Elle aime déjà les chats et les visages féminins. Elle peaufine son dessin en suivant l'Ecole de Dessins de la ville de Paris, puis suivra les cours de l'Académie Humbert. M-Laurencin AutoportraitElle commence son apprentissage de peinture à l'huile, classiquement au début, puis tour à tour, cubiste mais du bout des ongles,Le Pont de Passy 1912l

 à la manière d'un Rousseau mais laurenciséApollinaire et ses amis

un peu orientalisée en autoportraitM-Laurencin détail puis avec une prédilection pour les teintes doucesMédaillon pour la Maison Cubiste. Du fauvisme elle retiendra la liberté d'appliquer ses propres couleurs qui seront toujours son style même si sa palette s'élargira au cours de sa vie, couleurs un peu délavées à la térébenthine. Elle qui a trouvé un style reconnaissable à la manière des grands qu'on reconnaît sans se tromper, elle fera du Laurencin jusqu'au bout : Des yeux noirs, impénétrables, des nez à peine esquissés ou carrément absents et des bouches petites charnues et rosesCollection Combe... elles ressemblent souvent à Marie, ces jeunes femmes, petites soeurs fidèles, éthérées aux visages lisses, blancs et assez inexpressifs de geishas qui l'accompagneront tout au long de sa vie.La Danse - détail

  Marie Laurencin aura beaucoup d'amis, d'amants, d'amantes, des célèbres un peu pygmalions mais surtout tremplins comme Henri-Pierre Roché, Guillaume Apollinaire, des amantes comme Nicole Groult ou Yvonne Crotti, 1 mari allemand qui la contraindra à s'exiler durant la guerre de 14-18 en Espagne, mari dont elle divorcera en 21, en Espagne elle rencontre Rivera, les Delaunay, Kisling, Picabia qui la distrairont de ce triste exil. Braque lui a donné confiance en elle, Apollinaire l'introduira au Bateau Lavoir, elle y rencontrera Picasso, Max Jacob, le douanier Rousseau, Gertrude Stein, Villon, Derain, Matisse, Blaise Cendrars, Reverdy, André Salmon, Francis Carco etc ...  Après son divorce elle deviendra  une portraitiste fort demandée par les gens du Monde, hommes et femmesMadame André Groult née Nicole Poiret - détailCocteau 1921

La baronne Napoléon Gourgaud au manteau rose 1923

ce sont les années folles y compris pour Marie adulée qui dessinera des costumes de scènes, des décors  de ballets;  ses biches, ses fleurs, ses chiens, ses longues femmes trouveront leur place, opportuniste Marie ? sans aucun doute, elle devait avoir un sacré charme persuasif : Elle restera libre de toutes influences, prenant ce qu'elle veut, et laissant le reste. Elle fera du Laurencin, un point c'est tout. De tempérament mélancolique qu'elle cachera sous une espièglerie mutine, elle peindra son idéal féminin qu'elle choisira commeFemme à la guitare - détail

modèle, presque toujours, fin, aérien, de couleur tendre, les yeux souvent noirs où une légère mélancolie régnera aérienne elle aussi !! Les années de crise de 30  jusqu'à l'apojée de la seconde guerre mondiale feront paraître la peinture de Marie d'abord démodée et surtout en décalage avec l'actualité, elle se révélera un brin pro allemande et antisémite, vouera un culte au maréchal Pétain et continuera d'être mondaine durant l'occupation allemande, où elle peindra portraits et fleurs, optant pour son monde à elle idéalisé, celui qui lui permettra de supporter les années de la guerre. En 1943 son appartement est réquisitionné pour loger un pro du marché noir, elle commence alors à réaliser que la guerre n'est pas si jolie ! et quand Max Jacob  est emprisonné et meurt d'une pneumonie, elle est atterrée et tombe loudement dans la réalité des horreurs de la guerre, rejetée, alors, son indifférente bienveillance vis à vis des allemands; un peu inconséquente, Marie, parfois ou bien trop dans sa tour d'ivoire où tout n'est que rose, gris ou bleu.La Répétition 1936

Le Cheval noir ou la Promenade

Trois jeunes femmes - détail

A la fin de la guerre, Marie n'échappe pas à l'épuration, et séjournera au camp de Drancy une semaine, elle n'oubliera pas bien sûr cette semaine, et sa souffrance ancienne longtemps maintenue en laisse, va désormais prendre le dessus, elle va devenir sauvage, s'isoler un peu du monde, peindra encore, mais peu, 70 toiles durant les 11 dernières années de sa vie, du Laurencin un peu édulcoré. Sa peinture est fort appréciée des japonais un musée entier lui est consacré au Japon.  Peu d'aquarelles dans cette exposition, des huiles sur panneau, toile, bois, carton, environ 1400 qu'elle peignit  contre environ 1800 huiles. La peinture de Marie Laurencin, femme particulière, est entrée dans l'Histoire, une époque, une atmosphère. Marie, tu as résisté au temps, que l'on n'aime ou pas, tes tableaux font partie de l'Histoire.La Femme-Cheval

M-Laurencin Détail

laurencin_1916_nu_au_miroir

Mon portrait 1924

Collection Combe 2Sources :

Marie Laurencin de Flora Groult

Marie Laurencin de Bertrand Meyer-Stabley 

Commentaires Musée Marmottan où exposition jusqu'au 30 Juin 2013.

Posté par maison43 à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 mars 2013

Rosa Bonheur

Cerf écoutant le vent 1867

La peinture animalière ne m'attire pas trop et ne fait pas partie des genres que j'aime; chez Rosa Bonheur, ce qui me plaît avant tout, tout en remarquant son talent indéniable de peintre et de dessinatrice, c'est sa personnalité si forte, si étrangère à son monde, si rare pour l'époque.

Oscar-Raymond Bonheur

Voilà Raymond Bonheur, beau chérubin inconséquent, peintre vivant à Bordeaux, vivotant de son art, amélioré par une charge de professeur de dessin, qui épousa une Sophie, fille naturelle (d'un Dublan de Lahet qui l'éleva comme sa pupille), qui emmena sa petite famille à Paris où devenu saint-simoniste, eut la riche idée de quitter femme et enfants pour rejoindre une communauté au service de l'humanité, les laissant ainsi sans ressource, Sophie y gagna la tuberculose et en mourut à l'âge de 36 ans dans le dénuement le plus complet. Le veuf récupéra alors ses 4 enfants, plaça 2 fils en pension, une fille dans une famille amie; Rosa Bonheur, frères et soeurvoilà Raymond et Rose en tête à tête, indomptable Rose  de 11 ans qui refusa tout placement, et qui bénéficia, alors des cours de dessin du dit père. Ce fut à la réflexion, une chance pour Rose petite sauvage, sans Dieu ni maître qui parcourt la campagne aux alentours de Paris, où elle cotoie forêts et animaux qui font partie de sa famille, la seule qui ne lui causera jamais de problème. Dure la misogynie de l'époque, difficile l'émancipation des femmes qui n'ont aucun droit, qui du joug d'un père passent à celui d'un mari. Alors les plus vaillantes, les plus talentueuses, préférèrent choisir le célibat. Rosa qui ne se remit jamais vraiment de la mort de sa mère refusa de se marier, refusa même toute aventure masculine. Rosa sera peintre donc, et en vivra. Une des rares femmes de l'époque  à se libérer de la tutelle des hommes, en douceur qui plus est. Rosa militera d'abord pour elle même, ne défendra aucune cause, restera très individualiste mais un courant est né, un exemple est . Elle coupe ses cheveux symboliquement (ni épouse, ni courtisane) et fréquente assidûment et solitairement le Louvre où elle copie, les femmes n'ayant pas accès aux Beaux Arts, Poussin, Rubens, Lesueur, Ruysdael. Le soir elle modèle des plâtres d'animaux du sculpteur Jules Mène. Elle puise aussi son inspiration au bois de Boulogne, forêt encore sauvage, elle croque sur le vif toutes les bêtes rencontrées. Un mouton, une chèvre, un écureuil, des cailles, des lapins logent dans son appartement.  Elle n'assure aucune intendance chez elle et laisse son père et ses 2 frères se gérer seuls. Rosa portera au salon de 1871 deux de ses oeuvres Chèvres et moutons et Deux Lapins.Les Lapins 1841

Elle a 19 ans, et ses 2 tableaux sont acceptés, seront exposés au Louvre. Côté famille, le remariage de son père avec une jeunesse de 23 ans provoque la séparation. Elle s'installe dans son propre atelier avec Nathalie Micas, elles vivront ensemble jusqu'à la mort de Nathalie en 1889. Relation platonique ou pas, on n'en saura rien, alors on n'en dira rien. Elles seront complémentaires, Rose peindra de 6h du matin à minuit, et ira toujours chercher son inspiration  dans les quartiers alentours et Nathalie veillera au bien être de Rose, calquera ses dessins sur les toiles, lui préparera ses tableaux. En 1846, voyage en Auvergne. Salons de 42, 43 , 44, où elle obtient une médaille de troisième classe, et surtout elle commence à bien vendre ses tableaux. Elle loue une maison à Gentilly.  Rivale involontaire d'un autre peintre animalier Jacques Brascassat. Elle obtient autorisation de s'habiller en homme, se met à fumer cigarettes et cigares. L'état lui commande un tableau de bovidés Labourage nivernais qui sera présenté au salon de 1849. Rosa plaît à ses contemporains, en France comme en Amérique, elle aura peint vaches, taureaux, béliers, cerfs, sangliers, ours, isards, lions, chiens, ânesAne 1873 Lithographie mulets bisons chèvres, oiseaux, elle les peint avec émotion leur reconnaissant une âme. En 1850 elle achète une ferme à Chevilly où elle installe ses animaux, change d'atelier et s'installe rue d'Assas. 1853 Le marché aux chevaux 5 m sur 2,5 m qu'elle prépare longuement par visites de haras, du marché d'Ivry, se plongeant dans livres d'anatomie. Elle a 31 ans. Napoléon lui commandeLa Fenaison en Auvergne La Fenaison en Auvergne achevée en 1855. Voyage en Angleterre où elle présente le Marché aux chevaux, elle en repart avec des esquisses, et des commandes de propriétaires anglais pour leurs châteaux. Passage en ÉcosseBerger écossais 1855-1856 détail

où même succès qu'elle cultive avec plaisir, elle est son meilleur agent publicitaire, les anglais adorent ce bout de femme habillé en homme au franc parler, mais revendiquant toujours sa féminité.Changement de pâturage détail Rosa Bonheur  Le marché aux chevaux refusé par sa ville natale Bordeaux sera acheté par un américain, et  sera offert au Métropolitain Museum de New York. En 1859 elle achète le château de By à Thomery. Nathalie femme plus discrète mais très intéressante elle aussi, met au point un frein à patin capable de stopper un train lancé à grande vitesse qu'elle tentera de vendre sans succès. Quelques critiques françaises la contrarient et Rose pas toujours facile décide de ne plus exposer à Paris. Séjour dans le midi avec la santé déclinante de Nathalie à Nice où elle rejoint Ernest Gambart, son marchand d'art, au début installée chez Gambart, elle achètera ensuite une villa au quartier de la Bornala.  Se lance dans le pastel . Y passe l'hiver. Fabrique elle même ses couleurs : terre de sienne, bleu de prusse = vert transparent. Terre de Sienne et vert cinabre foncé = tons transparents. Sculptrice d'animaux, lit beaucoup, écrit fort bien, chasseuse passionnée de lièvres ou de sangliers, a la faveur du couple impérial, reçoit la légion d'honneur. Rencontre Buffalo Bill,  Bill qui a fondé un cirque le Wild West Show se produit à Neuilly  à l'occasion de l'exposition universelle. Rosa décide de faire son portrait.Portrait du colonel William FLa chasse au bison 1889 R Bonheur détail

Elle se prend de passion pour les indiens qui font partie du show, elle les peindra  une petite vingtaine de fois devant des paysages américains nés de son imagination, avec la même précision que pour peindre ses animaux. Elle se sent proche de ce peuple décimé. La dernière rencontre importante de sa vie sera celle d'Anna Klumpke qui viendra vivre à By avec elle à qui elle lèguera By et son oeuvre. Dernier tableau en prévision de l'Exposition de 1900La foulaison du blé en Camargue 1899

'La Foulaison du blé en Camargue' qui restera inachevée, puisqu'elle meurt le 25 mai 1899. Anna le terminera. Ses neveux et nièces contestent le testament et Anna organise une vente où 2102 oeuvres de Rosa Bonheur sont dispersées. La moitié de la somme va aux neveux tandis qu'Anne consacrera l'autre moitié à l'entretien de By que les successeurs d'Anna ont conservé, jusqu'à ce jour, ouvrant l'atelier à la visite. Ont été exclues de la vente, 50 études léguées par Rosa au musée du Luxembourg , aujourd'hui au château de Fontainebleau. En 1908 Anna Klumpke publie une biographie de Rosa Bonheur.

 Première rencontre avec cette Dame qui s'achève. J'espère un jour la retrouver fortuitement pour approfondir cette prise de contact superficielle à ma façon cette fois ci, et pas uniquement selon les biographies lues.

Sources : 

Gonzagues St Bris

Marie Borin

   

Posté par maison43 à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 décembre 2012

Zaha Hadid

Zaha Hadid - table Liquid Glacial

Posté par maison43 à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,