03 septembre 2011

Capalbio et Niki

Une petite mise en bouche avant l'essentiel ...

Capalbio c'est dans le sud est de la Toscane, dans une région que l'on nomme la Maremme, un peu sauvage, où les Etrusques ont laissé des sites, où Niki de Saint Phalle a trouvé son lieu pour son jardin extraordinaire, à 6 km de ce petit village médiéval sur colline.

Une Nana vous accueille; de face, de dos, elle est superbe. La Nana c'est un hymne à la féminité positive, c'est un hymne à la déesse mère Gaïa, c'est une Vénus pseudo paléolithique aux formes certes rebondies, mais harmonieuses chez Niki. La Nana, c'est un hymne à la vie, joyeux et libéré enfin.

Elle est noire, elle est ronde, elle est libre.

NanaFontaine

Posté par maison43 à 14:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


01 août 2011

Louise Abbéma

Louise AbbémaDescendante de Louis XV par relation illégitime, Louise est née à Étampes en 1853 où son père le vicomte Abbéma était chef de gare. Elle s'oriente rapidement vers une carrière d'artiste. Elle fut l'élève de  Charles Chaplin 1825-1891, artiste officiel du second empire, en compagnie de  Mary Cassatt 1844-1926 et de Madeleine Lemaire 1845-1928. Elle fréquenta aussi l'atelier de Dames de Jean Jacques Henner 1829-1905 et de Carolus-Duran 1837-1917.    

Louise fut l'une des portraitistes principales de Sarah Bernhardt 1844-1923. Leur relation amicalo-amoureuse dura jusqu'à la mort de Sarah qui se maria 2 fois et eut 1923de nombreux amants.

Voici une des dernières photos de Sarah avec pour dédicace :

A Louise Abbéma son amie d'hier et d'aujourd'hui et bientôt de l'au delà.

Sarah devait mourir quelques semaines plus tard.

 

Le petit musée d'Etampes, un peu étriqué dans ses locaux, nous présente quelques oeuvres de Louise qui outre des portraits se distinguera dans des illustrations, des panneaux décoratifs, des dessins publicitaires. Elle participera aussi à des magazines d'art.

portrait de Mme B -1911-

Sarah Bernhardt dans le rôle d'Adrienne Lecouvreur vers 1884-1887    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une promesse d'un musée dans d'autres locaux pour les années à venir, est envisagée. 

Louise Abbéma, est restée classique dans sa peinture, sans esprit créatif, mais elle mérite, comme ses rares consoeurs de l'époque un coup de chapeau. Elles ont ouvert la porte des Arts aux femmes. 

 

Posté par maison43 à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 juin 2011

Niki

Cimetière de Montparnasse

Rencontre avec un drôle d'oiseau,IMG_0693

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            IMG_0698                                                                                    avec des pattes à la Tinguely,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et une tête et des ailes à la Saint Phalle

 

IMG_0704

pour un ami Jean Jacques en 1998.

Chat, sur son séant, bien à l'aise, sur la tombe de Ricardo Menon, assistant de Niki. 1952-1989

 

IMG_0687IMG_0683

 

Posté par maison43 à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 mai 2011

Berthe Morisot

Fascinante cette femme.

Elle sert de modèle au sculpteur Aimé Millet ami de la famille Morisot.

Elle offre au passant qui ne la remarque pas au 14 quai de la Mégisserie son beau visage de profil.

Bien sûr on y reviendra.IMG_0285

 

Posté par maison43 à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 janvier 2011

Andrée Putman

Un peu décevante cette exposition sponsorisée entre autres par nespresso, c'est comme Georges, beau et chic, Klasse et sobre, en damier noir et blanc, mais cela manque de peps, de gouaille, d'humanité, de vie quoi !

Tout est lisse et froid et aussi glaçant que du marbre. Cette exposition ressemble à une pierre tombale chic, klasse, sobre, mais cela reste quand même une pierre tombale.

Il me semble que l'on a voulu habiller la Dame chic, klasse, et raffinée en dame chic, klasse et raffinée. Il y avait autre chose en dessous. Son regard tour à tour hautain, pétillant, glacial, malicieux, nous laisse sur notre faim.

Mais c'était peut être le but !

Posté par maison43 à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2010

Louise Bourgeois

lbÉtonnante cette femme là, par sa juvénile longévité déjà, et surtout par sa propension tenace et durable de donner une dimension à ses souffrances, dimension extra ordinaire, dimension qui fait sortir du monde familial et personnel cette souffrance pour atteindre l'universelle et originelle souffrance féminine.

Alors pour connaître cette femme là, il faut y aller modérément, à petites doses pour que rien ne puisse vous échapper.

L'aborder par le biais de Balzac, dans sa maison musée, par l'intermédiaire de l'une de ses héroïnes Eugénie Grandet est un bon départ. Les oeuvres peu nombreuses sont comme Eugénie, modestes, non tapageuses, un brin décevantes, voire fades comme le fut son inféconde vie et finalement assez éloignées de l'art imaginatif de Louise : Quelques gouaches, des tableaux broderies, perlées, cloutées, boutonnées, fleuries ... Louise Bourgeois trouva un très, très léger écho à ses souffrances dans la vie d'Eugénie avec comme point commun la figure paternelle qui fut anéantissement de vie  chez Eugénie et déclenchement d'une vie artistique chez Louise. N'oublions pas que rien n'étant ni simple  ni acquis, se cache derrière Eugénie un homme, son créateur Balzac et que la souffrance n'a pas de .... sexe. Ouf, je m'en sors bien !

Eugénie, gouache de Louise Bourgeoislouise_B

 

En ce qui concerne Louise Bourgeois, j'y reviendrai quand il y aura matière.   

Posté par maison43 à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,