13 septembre 2015

Pont d'Alleyras dit Pont de Vabres ou pont du Mas de Gourlong

Ancien pont et gué Alleyras

Les historiens se chipotent le passage de l'Allier, le fameux passage de la voie romaine dite la Bolène pour aller du Vélay en Gévaudan. Il s'inscrit entre 2 points extrêmes, soit, de Chapeauroux à Monistrol d'Allier, sur une distance de 18km à vol d'oiseau : Condate était il  soit à Monistrol (rejeté car trop sujet aux caprices de l'Allier et ascension difficile), soit à Chapeauroux, soit à Pont de Vabres. Le plus ancien ouvrage dont l'existence est prouvée par des documents sûrs a été construit au 13è siècle, un texte des Archives de la Lozère cite en 1302  le locus de ponte de Vabres. L'appellation Pont de Vabres est restée en usage jusqu'en 1888. A cette date, on l'a nommé sobrement et judicieusement Le Pont, puis de 1890 à 1893, on l'appela Mas de Gourlong. Petite querelle de clocher ... Ce n'est qu'en 1893 que le conseil général le nomma Pont d'Alleyras. Le pont médiéval était à péage : les gens du Bouchet St Nicolas en 1345 y sont notés comme exempts de péage. La crue de 1559 le ruine. On en revient aux bacs. Il en existait à Vabres, à Pont de Vabres et à Poutès. Celui de Vabres appartenait à l'état, celui de Pont de Vabres fut attribué au sieur Mathieu Dupin, batelier qui résidait à Pont de Vabres/Alleyras en janvier 1841. Vers 1880, on envisagea la construction d'un nouveau pont, une petite guerre de 8 ans entre ceux qui le voulaient à Pont de Vabres/d'Alleyras et ceux qui le voulaient à la barque de Romagnaguet, bac qui faisait passer l'Allier de Vabres à Alleyras là où il y avait un gué, là où il eut aussi une passerelle, vers 1888 le conseil général fixa le lieu du pont au lieu Pont de Vabres/d'Alleyras. Le pont fut terminé en 1894. En février 1989, un nouveau pont plus conforme aux règles de sécurité fut reconstruit, une déviation temporaire par un gué submersible assurait le passage.

Alleyras pont

Sources : Ponts de Haute Loire de Jean Chervalier

source internet :  Condate allier : Mémoire de Haute Loire

 

 

 

 

 

 

Posté par maison43 à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 août 2015

Marie Jeanne Valet

La BelleLa BêteEn l'an 1765

 

 

Une belle rencontre une bête

Philippe Kaeppelin en l'an 1995 en fit une sculpture, en Gévaudan là où l'histoire de la Bête court encore ...

kaeppelin

 

 

Posté par maison43 à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2015

Le maar du Péchay en Haute-Loire

Juin 2015 2

Soyons bien clairs, le maar du Péchay se la joue modeste, question superficie et majesté du site. Mais il a un charme paisible où vaches dans les près, canards et autres volatiles, pêcheurs, contribuent à faire de cette balade une promenade étrangement attachante semblable à un tableau de peintre amateur 

juin 2015 3on en a tous un père ou grand père qui peignit quelques toiles sans grand talent mais que l'on conserve quand même farouchement.  Bien sûr enfants et vieillards pourront se joindre à vous pour compléter le tableau familial idyllique, les fleurs abondent pour les herbiers, les oiseaux migrateurs sont présents surtout sur les panneaux élaborés par les écoliers locaux, la promenade est douce au pas, on peut se tromper sans problème de chemin, les chemins mènent tous ou presque à un ou deux petits hameaux qui jouxtent le site et pour les plus sportifs, un circuit VTT. Le chemin part de Costaros, place du marché aux veaux, suivre le panneau qui indique le stade, pour le retour, vous emprunterez l'ancienne voie de chemin de fer, un petit bémol au charme ambiant est la nationale fort encombrée qui la suit jusqu'au retour à Costaros.Juin 2015

Posté par maison43 à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2015

Hier et aujourd'hui Le Puy en Velay presque pareil ...

Le Puy vers 1830

vu de Saint Joseph, peu de changement, à peine quelques immeubles de plus. L'arrivée par le train de St Etienne produit la même impression.

Le Puy 2015

 

Posté par maison43 à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2014

Le rocher Corneille et sa Dame de fonte - Le Puy en Vélay

Gravure d'Etienne Martellange Le PUY 1607

On nommait alors le rocher Corneille le mont Anis, on nommait alors Le Puy en Vélay, Anicium. Le nom Podium est également mentionné. C'était au temps des romains qui envahirent la Gaule en 57 avant JC, les vellaves virent donc les romains construire un temple sur leur ancien lieu de culte druidique, les historiens ne sont pas d'accord sur le sujet, je ne transmets (mal) qu'une version et pas forcément la vraie ! donc un sanctuaire aurait célébré un culte impérial (Auguste mort en 14) associé à une divinité locale Adidon dérivée d'Apollon. Lire à ce sujet le site suivant : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rbph_0035-0818_1996_num_74_1_4100 

Au IIIè siècle, une matrone gallo romaine aurait été guérie des fièvres par la Vierge qui lui aurait demandé de s'allonger sur un ancien dolmen que l'on nomme depuis Pierre des fièvres. Je vous préviens, cela ne marche pas pour tout, cette histoire de guérison !!!été 2010

la Vierge exprima alors son souhait de voir ériger une église sur le mont Anis. Entre 415 et 430 ce sera fait. Le Puy devient évêché en 593. En 950 l'évêque Godescalc est le premier pèlerin du chemin de Saint Jacques, les pèlerins suivront en nombre, le Puy deviendra un lieu protégé par les papes et les rois. De nombreux conciles seront tenus. La cathédrale actuelle sera construite fin XI - XII siècle. Le culte marial prendra de plus en plus d'importance.

Le rocher Corneille qui est sur le mont Anis est un neck, une ancienne cheminée volcanique haute de 130 mètres. Il y aurait eu sur ce roc une petite tour de guet qui protégeait la ville, d'où l'on donnait l'alerte en sonnant du cor, Corneille serait dérivé du mot cornille (sonner du cor en vieux français).le puyLe Puy en Velay gravure de Meunier   C'est en 1850 que germa l'idée de rendre honneur à la Vierge en construisant une statue monumentale sur le roc Corneille.Virgin 10

En 1853 un concours réunit 53 artistes et c'est la maquette de Jean Marie Bonnassieux qui fut retenue. Une souscription nationale fut lancée, insuffisante, on y remédia en fondant les 213 canons russes que l'armée française sous les ordres du général Pelissier s'empara lors du siège de Sébastopol durant la guerre de Crimée sous Napoléon III.

vierge3

Elle mesure 16 mètres, 22 mètres avec le piédestal.

Belle plante, cette Dame là, une chevelure de 7 mètresVIRGIN2

 un pied d'un mètre 90, une main de 1 mètre 56

Vierge

 elle pèse 110 tonnes.

VIRGIN'Vierge belle, de soleil vêtue et couronnée d'étoiles'

Attribué à Pétrarque.

Les photos sont faites par Oriane L.

Je l'en remercie.

 

    

Posté par maison43 à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 octobre 2014

Peintures flamandes à Montfaucon-en-Vélay en Haute Loire

Décembre

Décembre 2

Contemporain de Jan Brueghel (1568-1625) Abel Grimmer 1570-1619 né et mort à Anvers n'est jamais venu en Vélay, mais les hasards rigolos de la vie ont fait échouer ces 12 tableaux dans un village au nom qui ne manque pas de panache : Montfaucon en Vélay situé en Haute Loire à 46 km du Puy en Vélay. L'histoire de ces tableaux est assez rocambolesque, ces tableaux appartenaient au Marquis Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649), seigneur de Saint Chamond dans la Loire, ambassadeur à Bruxelles qui reçut en cadeau ou acheta, on ne sait pas, cette collection. On ne sait trop non plus ce qu'il en fit, orna t'elle son château de Saint Chamond ou bien l'église nouvellement construite ? on les retrouva en tout cas à la révolution dans les dépendances de la dite église.

Janvier

janvier 2

Le curé de l'église Paul-François Régis Jamon natif de Montfaucon qui avait rejoint le club des jacobins à la révolution, chassé de l'église,  partit se réfugier en son pays natal avec la dite collection en 1794. Il confia ces tableaux à la chapelle de Notre Dame de Montfaucon en expiation, disent les bonnes âmes qui savent de quoi elles parlent, de ses péchés.

Grimmer 2

Grimmer détail

Ces tableaux furent volés en 1995 et retrouvés, ils ont ré-intégré la chapelle Notre Dame depuis 1999.

Juin

Détail Grimmer

Ces peintures sur bois abordent 2 thèmes, un religieux sur Jésus, et l'autre sur la vie flamande au XVI à travers les mois. Abel Grimmer les a peintes vers 1592. Les titres indiqués correspondent à des paraboles  dont la mention évangélique latine est signalée en bas à droite de chaque tableau.

Très belle balade à faire en voiture au pays des Sucs de la Haute Loire avec cette étape flamande à Montfaucon-en Vélay, un jour où le soleil est absent.

Grimmer Les vignerons meurtriers

Posté par maison43 à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 octobre 2014

Les falaises de BLOT en Haute Loire

Blot 2

Elle me ressemble un peu cette femme, brune, de type protomagdalénien ou gravettien final  une des phases du paléolithique supérieur,  vers 20 000 ans avant JC, le teint foncé, sensiblement de ma taille, musclée, surprise autant que moi, faut dire que sa robe en peau de bête (de loup et de renard) jure avec ma tenue de marcheuse, faut dire que son silex (pointe de la gravette)pointe-gravettien

jure aussi avec mon bâton de marche, faut dire aussi que son charabia un peu guttural (langue préhistorique) ne trouve pas d'écho en ma langue pourtant simplifiée 'vous d'ici ?' Cela a pour effet quand même de la faire rire, un rire particulier où elle se trémousse faisant cliqueter ses pendeloques en ivoire. Après un échange amical de nos armes respectives, elle m'emmène au pied de la falaise impressionnante (Falaise du Blot commune de Cerzat en Haute Loire) 30m de hauteur sur 300m de long, une vaste falaise basaltique qui domine l'BlotAllier à une centaine de mètres de là, où un abri sous roche fermé par des branchages offre un habitat inattendu. Plusieurs huttes d'où sortent des enfants, et des êtres vêtus comme ma brune préhistorique. Il fait nettement plus froid, tout à coup, et mon gilet semble bien ridicule face aux peaux de bêtes qui tapissent les huttes. Des burins, perçoirs, becs, racloirs jonchent le sol, des microgravettes sont nettoyées par des chasseurs. Les femmes font cuire du poisson et des légumineuses. Des chiens viennent me renifler. Je suis conviée à leur repas.

-José, tu rêves ?

Heu, oui, c'est bizarre, il y avait là du monde, un petit clan d'hommes et de femmes, et il n'y a plus rien, que des tôles ... qui protègent le site archéologique.Pressoir à raisin

Et venus à pied de Saint Ilpize à travers des sentiers mal entretenus ou disparus dans les champs, nous quittons le site pour retourner d'où nous venons, nous admirons au passage un pressoir dans un petit village Josan. 

 Balade de 9km non balisée à travers champs parfois, agréable nonobstant quelques montées difficiles au soleil brûlant ! 

Balade des Falaises du Blot

La culture protomagdalénienne est connue en France dans le Sud-Ouest. L'isolement géographique du site du Blot demeure une énigme. Ce site fut découvert par un agriculteur en 1934. 

Blot

  

Posté par maison43 à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 septembre 2014

Les grottes de Couteaux en Haute Loire

Couteaux 7

Une balade au Moyen Age, loin des fêtes médiévales que la région nous offre généreusement, une balade qui fait appel à notre imagination. Près de Lantriac dans le massif du Meygal, toujours en Vélay a 20 km du Puy. Un ancien village troglodyte creusé au Moyen Age. Balade de 6km sans difficulté qui nous fait passer par l'ancienne ligne ferrovière inachevée qui devait relier Clermont à Nîmes  et nous donne une vue sur les monts du Meygal.

Cette époque fut une période faste pour ce type d'habitat, pour divers raisons :

- économie évidente de matériaux de construction

- protection naturelle envers des assaillants possibles

- lieu abrité des vents et du froid, exposition au sud.

Le site de Couteaux fut choisi en fonction de la roche tendre déposée lors d'une première éruption de type maar, une seconde explosion de type strombolien a fait couler de la lave basaltique beaucoup plus dure que la roche tendre et qui constitue le plateau de la champ haute.Couteaux 2

Voilà pour la construction, il suffira de creuser à l'aide de pics en pierre ou métalliques. Le village est linéaire mais comporte des étages.Couteaux 1

La première partie se constitue de petits habitats qui avaient une petite cour, la seconde partie concerne le collectif : une forgecouteaux 4

une ferme et un lieu de culte

Couteaux 3

La troisième partie est interdite au public par risque d'effondrement, on suppose qu'elle aurait servi de logements pour les desservants.

Couteaux 5

Bien entendu, il faut imaginer des portes, des palissades en bois qui ferment ces cavités, des coffres, des lits garnis de paillasse, et des fourrures ou tentures si possible

Couteaux 8

A noter qu'une circulation d'air interne permettait aux humains de bénéficier de la chaleur des bêtes. Le soleil hivernal pénétrait dans la cavité, chauffait les roches qui diffusaient lentement de la chaleur la nuit. Et le soleil estival plus haut ne pénétrait pas dans les grottes où la fraicheur se préservait.

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2014

Les Chibottes de Vals le Puy

Chibotte

On ne va pas chipoter sur le terme de chibotte, encore que j'y prendrais un plaisir notable !! on va se limiter à ce que Dame Wikipédia indique, suivis ou précédés je n'en sais rien, des guides concernant la Haute Loire .. donc chibotte viendrait du terme vellave tsibota ou tsabota, ou même encore tsabana ou tsabone qui signifie en vellave cabane, et pour compliquer un peu plus, on ajoute que le terme chibotte viendrait de chabatta, terme médiéval qui signifierait une masure, terme employé par Albert Boudon-Lashermes 1882-1967 , poète, auteur de nombreux livres sur le Vélay qui donc aurait popularisé ces tsabones en chibottes. Bref ce sont des petites constructions en pierres sèches vraisemblablement utilisées dans les vignessommet

 comme petit abri fort rudimentaire et utilisé occasionnellement, d'autres attribuent l'origine de ces constructions aux Ligures qui se seraient aventurés jusque dans le massif central...

Quoiqu'il en soit, ces chibottes là sont situées dans le vallon du Crouzas à 3 km de la mairie de Vals le Puy sur un côteau de la vallée du Dolaison entre Vals Le Puy et St Christophe sur Dolaison.Chibotte 2

Vue sur Vals

Plusieurs départs soit de la mairie de Vals, soit du parking sur la route entre Vals et St Christophe signalé par un panneau, et selon l'endroit, selon les éventuelles méprises sur les directions, vous pourrez marcher de 2 à 8 km voire un peu plus ... une quinzaine de chibottes, dont certaines privées, ont été restaurées ou reconstruites et un sentier aménagé avec plusieurs directions possibles. 

Eboulis

Éviter les temps de pluie et les chaussures légères, une petite difficulté au niveau des somptueux éboulis qui nécessite de bonnes articulations même si  vous pouvez vous retenir à un câble.

Pour les curieux dont je suis, un site intéressant à consulter qui chipote sur les chibottes pour notre plus grand plaisir.

   http://www.pierreseche.com/mythe_chibottes.html

Posté par maison43 à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 septembre 2014

Poutès encore et toujours - Haute Loire

Maquette du barrage de Poutés

Un feuilleton très local dont je ne me lasse pas, pas loin de ma petite maison secondaire, pas loin des lieux que fréquentait mon jumeau avec les saumons qui ne craignaient rien de lui. Depuis les annonces de 2011, rien n'a bougé concrètement sauf qu'il semble que l'on ait trouvé un consensus qui unit EDF et les opposants au projet.

Les objectifs sont les mêmes :

1- conserver au moins 85% de la production électrique

2- assurer la libre circulation des saumons estimés à 150 : un passe à bassins permettra leur montaison ( de mi-juin à à mi-mars), un débit de 1 m3 d'eau par seconde les fera déplacer de bassin en bassin pour accéder aux zones de reproduction, puis  un débit de 3m3 d'eau feront dévaler les jeunes saumons qui parcourront 900 km pour rejoindre la mer avant de revenir à Poutès pour se reproduire.

3- Faire transiter les sédiments du fond de la rivière par 2 clapets qui pourront se lever lors des crues.

Petit barrage de 4m ou 5 m de hauteur avec une longueur de retenue de 350 m.

Une maquette du barrage conçue au laboratoire de Chatou représente le futur barrage de Poutès au 1/13e. La maquette a coûté 400 000 euros, le barrage lui est estimé à 20 millions d'euros.

Mais les travaux ne seront engagés que fin 2016, et terminés fin 2019, début 2020. 

Sources : L'éveil Hebdo juillet 2014 et Mon43 pour la photographie.

Sera, sera pas ? Wait and see.

Posté par maison43 à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,