15 novembre 2013

Mal de pierres- Milena Agus

Mal de pierres

 Née en 1959.

Petit livre pour les paresseux, mais dont l'écriture sobre, concise et précise séduit agréablement. Milena Agus ne perd pas son temps, non plus, dans les descriptions où nous risquerions de nous perdre, rêveusement. La narratrice est là pour raconter sa grand-mère et lui redonner vie. Belle femme minée par des coliques néphrétiques dans une Sardaigne sauvage. Grande amoureuse initiée par un mari habitué des maisons closes, elle trouvera l'extase amoureuse avec un amant 'Le Rescapé'.

Mythomane la grand-mère, ou prenant ses rêves pour la réalité ? qui est le plus dérangé dans cette histoire, le grand-père, la grand-mère, le rescapé ? Il y a au final qu'une seule leçon à retirer de ce livre, n'arrêtons pas d'imaginer, et si nos vies nous déplaisent, inventons les. Écrivons.

'N'arrêtez pas d'imaginer. Vous n'êtes pas dérangée. Ne croyez plus jamais ceux qui disent cette chose injuste et méchante. Écrivez.' Extrait.   

Posté par maison43 à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 octobre 2013

Les marais- Dominique Rolin

rolin

Dominique Rolin (1913-2012) est née en Belgique. Une femme belle jusque dans sa vieillesse, un talent littéraire sûr, plusieurs hommes dans sa vie dont Philippe Sollers. Les marais achevés en 1940 seront publiés en feuilleton dans Cassandre, une revue contreversée dans cette période de guerre tenue par Paul Colin accusé de collaboration et qui sera assassiné en 43. Dominique Rolin s'est mariée en 37 pour fuir une vie familiale tumulteuse dont elle s'inspirera dans son roman. Pas simple la vie de famille chez les Rolin, comme chez tout le monde ou presque. Pas simple non plus la vie conjugale de Dominique Rolin qui quittera mari et fille pour aller à Paris. Pas simple non plus sa vie amoureuse.

Monsieur Tord est un drôle de père,qui aime déplaire à ses enfants, un peu tortionnaire par conviction, Madame Tord une femme qui appartient à la race des victimes et qui a fait des enfants froids et forts : Polenka qui va se marier, Alban et Ludegarde, Alexis et Barbe la petite qui ne va pas encore à l'école, la seule qui regarde son père avec amour et innocence. En dehors de Barbe qui aime son père et Alban, il n'y a pas d'amour dans cette famille ni de communication : chacun vit dans son monde, craintif de l'autorité paternelle et se libérant dans ses rêves. Alban a des visions d'apocalypse hallucinatoires et vit dans un monde onirique où les prés incurvés avaient la mollesse et le velouté des étoffes précieuses ruisselant aux creux des hanches d'une dormeuse, monde qu'il rejoindra un temps pour fuir l'atmosphère familiale pesante. Un cousin Ur débarque dans la famille, un qui est de la lignée des mâles de la famille, pâle, blond, sans relief qui prendra de l'assurance au fur et à mesure qu'il prendra l'autorité du père abattu par la mort de Barbe. Il choisira Ludegarde future victime consentante à l'image de sa mère. Pourtant Ludegarde fera une fugue, pas loin, chez le vieux Ramage et reviendra elle aussi dans la prison familiale dont Ur est devenu le geolier. Et l'histoire du début recommencera ou presque.

Livre écrit sous l'influence d'une vie familiale encore marquante, où les hommes éprouvent une certaine pitié empreinte de mépris envers les femmes, qui appartiennent à la race impure des esclaves. La petite enfance symbolisée par Barbe est curieusement épargnée, mais ne survit pas, l'innocence meurt, et la jeune fille devient femme que l'on soumet en alternant violence et tendresse. 

 Une lègère tendance préraphaélite dans le style de Dominique Rolin assez baroque dans ses expressions littéraires, ses descriptions enflammées 'ses cheveux frémissaient comme les buissons qu'il avait traversés. Il avait essayé de découvrir et de recueillir, ne fût-ce que l'espace d'un éclair, la parole qu'il savait enclose au fond des ravins, à l'endroit où les ruisseaux trébuchent'.  extrait. Ce premier livre est assez étrange, on hésite entre renoncer à le lire ou au contraire s'acharner à le lire, pour connaître la fin.

Pas décue cependant, je suis attirée par d'autres lectures de cette auteure qui suivront, j'en suis sûre.

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2013

Délirium Tremens Une enquête de Jack Taylor

Ken Bruen

Ken Bruen écrivain de romans policiers, irlandais né en 1951.

Ce qu'il y a de remarquable dans ce livre, ce n'est pas l'intrigue policière assez banale qu'on finirait presque par oublier, mais le réalisme sobre, efficace utilisé par Ken Bruen  dans des scènes non dénuées d'humour, noir évidemment, où le privé se vautre dans l'alcool, puis essaie de s'en sortir avant d'y replonger à nouveau, le tout rédigé d'une écriture particulière. Ken Bruen essaime son histoire de nombreuses références littéraires, cinématographiques, musicales qui ont marqué son époque. Son héros est aussi cultivé qu'addict à l'alcool, c'est dire ! Il y a un peu de tout dans ce roman :

                                                                        de la poésie

                                                                        de la philosophie

                                                                        et la drogue

                                                                        les polars américains (extrait)

Ne cherchez pas la poésie dans ce livre, Jack Taylor ne l'a pas trouvé dans sa vie, mais elle était toujours à portée de main sous la forme d'un livre de poésies de Francis Thompson poète anglais dont la poésie la plus célèbre s'intitule 'Le Lévrier du ciel'.

Un mépris désinvolte vis à vis des sentiments des autres. Oh oui ! J'avais une sacrée dose de culpabilité. Ajoutez-y une pincée de remords et des litres d'apitoiement sur soi, et vous aviez le parfait alcoolique dans toute sa gloire. Dehors, j'arrivais à supporter ce fardeau en buvant. Je faisais disparaître tous ces problèmes. J'anesthésiais la douleur. extrait.

Les personnages rencontrés dans ce livre sont très typiques eux aussi et contribuent à donner une certaine atmosphère toute irlandaise bien sûr ! La fin de ce polar est assez réjouissante, Jack Taylor, sorte de cow boy justicier (dont le refrain préféré pourrait être Im' a poor lonesome cowboy) peut reprendre sa course alcoolisée, solitaire et désespérée.  

Posté par maison43 à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 septembre 2013

Sabina Berman - Moi

Moi

Née en 1956 à Mexico, a suivi des études de psychologie, écrit des pièces de théâtre, des poèmes, des romans, réalisatrice de longs métrages.

Moi, la fille qui plongeait dans le coeur du monde.

Karen petite mexicaine a la chance de naître une seconde fois en 1978, elle a quelques années déjà .. un passé obscur d'enfant mal aimé, laissé à l'abandon, on dirait que c'est une autiste, Sabina Berman a étudié l'autisme durant ses études, alors, allons-y pour une petite autiste. Donc à la mort de sa soeur, Isabelle recueille sa nièce Karen petite sauvage et décide de la faire rentrer dans les normes. Elle sait plus de choses que les humains, cette Karen, ces drôles d'humains qui ne connaissent les choses que par leur nom, et qui méconnaissent l'existence des choses sans les inutiles mots qui les qualifient. Karen est différente, de cette différence que l'on ne peut normaliser. 'Je serai près des humains, mais loin' extrait. Belle définition des différents en tous genres, je trouve. Tout ce qui concerne Karen et sa difficulté de vivre son anormalité dans un monde normal me plaît, cela se gâte avec les thons !

Outre les êtres différents, Sabina Berman connaît aussi les thons, du moins l'exploitation industrielle des dits thons .... elle évoque donc le massacre des thons (ce qui évoque pour moi celui des baleines, le massacre des éléphants,l' exploitation des fourrures de tous poils etc ), en bref elle évoque la disparition des espèces animales engendrée par les humains, avec pour question majeure : quel est le plus bête des deux ? le roman s'égare un peu dans tous les sens, je trouve, et patauge un peu, comme moi d'ailleurs dans la suite de la lecture de ce roman; j'ai du mal à comprendre où Sabrina Berman cherche à nous emmener. Je suis comme Karen je crois, je ne comprends pas tout, je suis d'une intelligence sélective !!!! 

J'attends cependant avec impatience de pouvoir lire un autre livre de cette auteure pour confirmer ou infirmer cette drôle d'impression que me laisse le livre.

Posté par maison43 à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2013

Truismes - Marie Darrieussecq

Truismes

Cet été, dans ma campagne montagneuse, j'ai donné dans la lecture animaliste, après les thons de Sabina Berman, la truie de Marie Darrieussecq, animal renommé pour sa saleté, mais pas que, et qui métaphoriquement tient une grande place dans le coeur de l'humanité : un homme peu raffiné est vite traité de sale porc, pour une femme on optera pour une sale truie, par contre quand il s'agira de définir le côté salace, sexe confondu, on parlera de vieux cochon, ou de grosse cochonne ... Vous noterez  au passage que les adjectifs donnés à l'animal renforcent surtout le caractère de l'humain que l'on veut ainsi déprécier ou insulter, car un vieux cochon si il n'est qu'animal, n'est qu'un animal vieilli, de même qu'une grosse cochonne n'est qu'une truie grasse, par contre associé à l'humain le vieux cochon est un homme lubrique, quant à la grosse cochonne, c'est une nymphomane, une femme qui aime la baise plus que la bienséance ne le tolère ...et la bienséance est par essence intolérante. Bref c'est l'humain qui apporte à l'animal les défauts humains et pas le contraire ... Alors, c'est donc l'histoire d'une femme, grosse cochonne qui peu à peu se transforme en truie qui comme chacun sait a tous les défauts du monde y compris celui de tuer sa propre mère, une truie matricide donc, mais sentimentale puisqu'amoureuse d'un magnifique loup garrou ... Dommage pour la suite du roman, la truie est stérile, faute d'avortements en série, alors pas de métis loup garou-truie en vue pour la suite des aventures. Notre petite truie, oui notez l'adjectif qui prend là une connotation bien humaine d'affection ... car on s'y attache à cette femme cochonne qui pourrait être vous, qui pourrait être moi, les humains apportent le mal, la pourriture, la mort ... les animaux eux ne sont que pauvres animaux sans autre défense que celles que la nature a bien voulu leur donner, et chez le cochon, si tout est bon, question défense, il est plutôt mal pourvu !!

Bon, c'est rigolo, ce roman à tous les points de vue, et très bien écrit pour une truie, il y a bien sûr côté humain, plein de moralités à tirer ... à vous de choisir la vôtre: côté truie ? on ne sait pas trop  : Rien n'est meilleur que la terre chaude autour de soi quand on s'éveille le matin, l'odeur de son propre corps mélangée à l'odeur de l'humus .... extrait. Oui, vous avez raison, il y a encore de l'humain chez cette truie là !   

 En tout homme il y a un cochon qui sommeille dit-on, c'est ça qui est dérangeant dans ce roman, il peut éveiller le côté bestial de l'humain, (point de vue d'ailleurs strictement humain !!! on n'en sort pas).  Il faudrait interviewer une truie, une vraie, bon j'en parlerai à ... mon cheval, il en connait peut être.

Salut les bêtes.

Posté par maison43 à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 septembre 2013

Clèves - Marie Darrieussecq

Clèves

Difficile de classer ce livre, pornographique, pédagogique, initiatique ? en tout cas ni poétique ni classique. Il y a des vies qui sont dures et sombres et celle de Solange l'est partiellement.

Tout tourne autour de la sexualité, frustre, primitive, machiste. A croire que la puberté n'est que cela. A croire que pour une adolescente des années 80,  le désir sexuel n'est qu'histoire de bite, à sucer de préférence, la description assez savoureuse de la première fellation de Solange vaut le détour, on sent un certain vécu mais pas celui de tout le monde toutefois, une soumission à l'homme bien ancrée ... on sent que Marie Darrieussecq a entendu des confessions troubles, pas faciles d'enfances malmenées.

En fait, je suis très fleur bleue, toujours ! et je ne souhaite à personne un tel éveil à la sexualité; pour Solange la petite héroïne il y a d'abord la bite à son père entrevue (?) çà et là, puis celle de Monsieur Bihotz qui lui sert de nounou, après il y a celle des garçons de son âge ... ses désirs à elle, ses rêves ne comptent pas. D'ailleurs toute petite, elle comprend le mot pute : 'Elle comprend le mot, elle le comprend définitivement, pour la vie. Un avant et un après de la compréhension du mot pute; A l'intérieur d'une petite fille, il y a une pute.' extrait. Pute et soumise, tout un programme.

Voilà à la page 17, tout est dit, tout est décidé, programmé sans que Solange ne songe à se rebeller ni à chercher autre chose, même si Marie Darrieussecq lui permet une sensualité débridée à la fin du livre : ses expériences navrantes ne l'ont pas dégoûtée, ni de la vie, ni des hommes !!! ouf, belle nature que cette Solange là. 

Bon, Marie Darrieussecq se contente de narrer à mots grossiers la vie de Solange, qui n'est pas née dans le 16ème, même si dans le 16ème tout est loin d'être rose, mais c'est exprimé dans un langage plus châtié ! elle ne prend pas partie, n'explique pas, reste neutre, elle réagit en psychanalyste quoi ! C'est sans doute ce qui énerve un peu !!! C'est sans doute aussi le but recherché, éveiller les consciences, interpeller, amener à la reflexion.

Solange va s'en sortir; une suite lui est donnée dans le Darrieussecq de la cuvée 2013 'Il faut beaucoup aimer les hommes'.

A suivre donc.  

Posté par maison43 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2013

Tout s'est bien passé - Emmanuèle Bernheim

tout s'est bien passé

Le début de 'Tout s'est bien passé' est laborieux, indéniablement un bon narratif, descriptif, d'un voyage en métro à prendre dans le sens de la marche quand on est stressé, on sent presque l'odeur du métro, puis re-belote avec l'hôpital, aux Urgences où l'on ne fait qu'attendre, odeur d'hôpital, les examens, puis les résultats, ensuite téléphoner à ses proches, avertir la mère qui erre entre dépression et parkinson, régler les formalités bancaires pour qu'une procuration soit faite aux filles, on n'y pense toujours trop tard à cela ...c'est bien écrit, mais au final un peu monotone à lire; un récit de fin de vie à lire, un de plus .. quand soudain à la page 50, un 'je veux que tu m'aides à en finir' est accrocheur ... on y est enfin dans le sujet du livre, le suicide assisté du père d'Emmanuelle Bernheim, André. Certes, c'est un sujet à la mode, traité avec efficacité dans le bon film de Stéphane Brizé 'Quelques heures de printemps', mais la gravité du sujet  peut justifier l'abondance de livres, essais, films, la rendre même nécessaire. Cela peut se passer en Suisse, à Berne, il faut être conscient, incurable, et capable de boire un verre seul, boire d'abord un anti-vomitif, puis boire la potion mortelle qui est amère et l'on s'endort tranquillement en écoutant de la musique. Emmanuelle Bernheim évoque le film 'Soleil vert' film que j'ai également vu, où les candidats à l'euthanasie meurent en regardant des paysages magnifiques à jamais disparus. André Bernheim ne pourrait arriver à anticiper sa fin, il a besoin de l'aide de ses filles, trop fatigué pour le faire seul .. Emmanuèle Bernheim écrit donc les étapes semées d'embûches de cette péripétie ... elle écrit bien, les moments d'angoisse, les moments cocasses qui provoquent des fous rires, la vie quoi qui prédomine chez les survivants ... Gonflé le père, collectionneur d'art, esthète, aimant la gente masculine, très égoïste, caustique avec ses filles, même sa mort est une manière d'emmerder encore, une dernière fois ses filles ... bon ce père, unique on l'aime bien quoiqu'il fasse, surtout que c'est un gentil monstre-apprenti, juste un homme égoïste, charmeur et attachant. On dit souvent que les enfants sont maintenant durs à élever, on ne dira jamais assez que c'est la même chose pour les parents en fin de vie, durs à mourir !!!!

Posté par maison43 à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 juin 2013

Le Démon d' Hubert Selby Jr

Le démon

'Ses amis l'appelaient Harry. Mais Harry n'enculait pas n'importe qui. Uniquement des femmes... des femmes mariées.' extrait

Hubert Selby Jr 1928-2004 adore accrocher le chaland avec des mots grossiers dans des phrases banales. Le problème majeur d'Harry au début du livre, c'est le sexe, sans sentiment, et uniquement les femmes mariées, pas d'emmerdements ainsi .... Harry est un drogué de la baise, il est intelligent, brillant, a une gentille petite famille un peu débordante de bons sentiments, un patron qui l'apprécie, mais son addiction le prive de tout sens commun, le fait arriver en retard au travail, l'empêche de travailler, le rend petit à petit agressif  ... bon à la longue, cela finit par lasser, le problème de cet homme et l'on s'ennuie ferme; son mariage avec Linda l'apaise un court moment, et puis l'envie d'autres femmes reprend, mais le plaisir vient de l'avilissement ressenti avec une culpabilité envahissante qui le rend nerveux, malade, sujet au début à des troubles du comportement qui le mènent petit à petit à des troubles psychiatriques majeurs qui l'emmènent au meurtre .. cette seconde partie est nettement plus intéressante, Selby amène son héros à la folie, dans un crescendo de troubles de la personnalité passionnant. Je ne sais trop à quoi cela tient d'ailleurs, l'écriture répétitive jusqu'au lancinant ? le vocabulaire reste assez commun, peu recherché mais Selby a l'art du sens rythmique des phrases, prenant et efficace. Il a l'art de la transe Selby dans la description de ses meurtres, dans la narration des conséquences pour son héros. 

  

Posté par maison43 à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 juin 2013

Bestiaire

textes  issus des chroniques oubliées dans le journal La Montagne et écrits par Alexandre Vialatte 1901-1971 , donc textes réunis en un abécédaire intitulé 'Bestiaire' édité chez arléa.

Vialatte terminait ses chroniques, dans la Montagne, par ces mots 'Et c'est ainsi que Allah est grand'. Vialatte était écrivain, traducteur d'allemand (traduira Kafka, Goethe, Brecht, Nietzsche, entre autres), chroniqueur dans de nombreux journaux et revues. Ami d'Henri Pourrat et de Philippe Kaeppelin, entre autres bien sûr. 

Bien sûr, quand on lit ce Bestiaire, on pourrait croire qu'on lit du Desproges, et ce dernier ne cachait pas avoir été inspiré par Vialatte; Pierre Dac n'est pas loin non plus, avec un humour peut être plus délirant encore inspiré par Alphonse Allais ...

Un échantillon ..

Trois ânes

Cheval II

Qu'est-ce que le cheval ? Tout le monde a la notion du cheval. Si on ne l'a pas, il suffit à l'esprit de se représenter un âne, mais un grand âne avec la queue moins étriquée. Ou alors un boeuf, en moins gros, sans cornes et avec une crinière. Ou à la rigueur un homard, mais sans pinces et sans carapace, monumental, avec le poil luisant et des sabots qui sonnent sur une route asphaltée. Ou alors un très grand lapin, un gros lapin de cinq cents kilos qu'on pourrait atteler à une voiture et qui ressemblerait à un cheval. Ou encore un paquet de lapins, de cinq cents lapins d'un kilo pièce, agglomérés pour faire un lapin synthétique qui aurait une crinière abondante, avec une selle et un jockey. Bref, tous les animaux sont propres à donner une idée du cheval à condition de les faire déformer par l'esprit dans le sens qui les rapproche réellement du modèle. 

Posté par maison43 à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2013

Les fruits du Congo 1951

Les Fruits du Congo

Alexandre Vialatte 1901-1971

Quels bonheurs on pouvait s'inventer dans les Îles. extrait  Les Îles : 'C'était le royaume du bonheur qu'on attend et qui ne viendra pas.' extrait

Voilà, c'est dit, c'est un livre sur les rêves, ceux présumés d'adolescents  nés il y a un peu plus de 100 ans déjà, c'est un livre sur le temps passé où l'imagination pouvait encore déborder, créer des aventures extraordinaires, des épopées fantastiques où il y a des élèves avec un principal particulier :  Monsieur Vantre Principal du collège buveur de chartreuse et autres liqueurs qui menait ses élèves  dans ses chasses d'une manière aussi lyrique qu'imaginaire, de telle sorte que les élèves virent au bout de la ville là où ce n'était que nu, plat et blanc, si désolé, une île d'abord celle de la mâchoire, à côté l'ile du moulin à vent avec une tour en ruine où un soir une lumière ... extrait

 élèves qui se transforment en petits chevaliers, elfes, héros, ce que vous voudrez, tous épris d'une princesse Dora.  

Dora, Reine des Îles, du Labyrinthe et du Moulin à vent : "peut être n'étais-tu, t'accrochant aux brins d'herbe et t'inventant des fétiches protecteurs, que le gibier traqué de M. Panado ? une enfant qui recule de cachette en cachette et qui jette du sable, affolée, pour aveugler celui qui vient " extrait C'était une grande fille souriante qui avait l'air tendre, intelligent, ironique et grave des Françaises. Elle sentait la pipe, la lavande, l'eau de javel et l'herbe mouillée.... et son rire, au milieu de cet océan vert, était comme une île de corail. extrait

Dora était Marthe Perrin-Darlin, Dora n'était qu'un rêve, une certaine idée de l'amour pour des jeunes gens imaginatifs et avides d'aimer comme on peut l'être à cet âge. Dora est morte, assassinée par le Temps qui tue presque tout. Dora d'or, Dora noire, Dora morte.

Le narrateur n'existe pour les 2/3 du livre que par sa narration, mais il se dévoile nostalgiquement de temps en temps en pleurant ces êtres disparus. Nous n'irons plus au Labyrinthe, aux Iles et au moulin à vent. Dans l'épilogue, il n'y a presque plus que lui qui fait le bilan, nous rapporte ce qu'ils sont tous devenus.   

Monsieur Panado n'est peut-être qu'un des visages du néant. Peut être n'existe-t-il que par sa propre absence ?  extrait. Monsieur Panado représente le Destin, la Mort, aucun nul n'échappera.

Les Vingtrinier, le père avocat, la mère morte, Marcel qui sera tué au front, un dont on ne sait rien, au début du livre et Joseph qui fut au collège. Habitent dans la rue Quattrebarbe. Joseph parti ' Loin de ce fils adroit et cynique, il (le père) tournait comme un homme sans âme, comme un escargot sans coquille ...il buvait de l'absinthe chez la veuve ... il se mit à tuer des mouches. Il les visait, les aplatissait d'un geste adroit, les attrapait délicatement par une patte. Monsieur Vingtrinier ne faisait donc rien, mais ce rien, il le faisait à l'heure. Il tenait un agenda serré de ce qu'il aurait fallu faire au moment où il écrivait. extrait Il s'occupait aussi de donner du mou à son chat Petit-Monsieur, il prenait le pernod du soir chez la mère de Marthe. Monsieur Vingtrinier est le fou assassin, il y a forcément de terrifiantes histoires d'assassins dans ces histoires. Monsieur Vingtrinié fut mis chez les fous.Et son cas servit à une thèse. extrait

La grande négresse : Ce fut au sein d'une grande mélancolie que la noire pharmacienne du boulevard Saint-Michel devint la dame plate, l'icône, la déesse en papier, de l'affiche des "Fruits du Congo". extrait. Cette affiche servait à attirer les jeunes Français à s'engager.

Fredéric Lamourette, orphelin, receuilli par son oncle le docteur Peyrolles, porte un melon, redouble ses math-élem, censé préparer Saint-Cyr, brillant mais son destin est d'être un héros tragique amoureux d'une fantomatique Dora. La Grande négresse le prendra dans ses bras,il mourra devant une ville défendue par les Turcs.

Théo Gardi le violon tzigane du café Russe. Forcefil atteint de diabète graisseux  qui mourut en 3ème, Potter et Pechmarty, le petit Bonheur dont le père tenait les 'plaisirs de Corée' ... un fourmillement de petits personnages, croqués avec humour et exactitude. Family, lampe Pigeon ... Livre à relire, tant il y a de détails qui peuvent un brin lasser si l'on veut tout saisir d'emblée, alors y revenir, car on devient curieusement dépendant de ce récit, parfois il agace, souvent il ravit, mais dans tous les cas il ne laisse pas indifférent.

Les choses périssables ont péri. Le monde s'est vidé des choses, il n'est resté que leur reflet. ... Et la lumière était si belle et si étrange qu'on aurait dit aussi la lumière du bonheur. Les années ne font rien aux choses. Dora a laissé dans nos coeurs le regret d'un bonheur que nous n'avons plus connu. Il y a peut-être un"bonheur des Îles" qui n'est pas fait comme les autres.

Je sais bien aujourd'hui que les pommes du voisin ne sont pas meilleures que celles du verger familial, et cependant toute notre vie est réglée sur cette illusion. Nous ne croyons qu'aux fruits de la négresse.

Et de quoi vous plaindriez vous ? Vous n'aurez "que le ciel et les sables" ? Le ciel et les sables sont grands.

Ce livre est un livre sur la maturité qui évoque un type d'adolescence, il s'en dégage une douce et tendre nostalgie, où l'espoir reste présent, oui, le ciel et les sables sont grands, encore.

Posté par maison43 à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :