26 décembre 2014

Gourlong en Haute Loire

 

Gourlong 2

Gourlond  à 500 m de Pont d'Alleyras en Haute-Loire, devient commanderie des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (Ordre de Malte) en 1163 sur la paroisse d'Alleyras grâce à Pierre de Mirmande qui fait don de son manse à Etienne Isnel Maître de l'Hôpital du Puy. Pierre de Mirmande entre dans l'Ordre en tant que Chevalier-Religieux avec l'assentiment de son épouse Guillaumette et de ses deux fils Odon et Etienne. Pierre de Mirmande s'illustrera en l'actuelle Syrie où il commandera le château du Krak des Chevaliers de 1193 à 1199. Bon revenons à Gourlong.

Gourlong 1

cette commanderie était constituée d'une chapelle dédiée à St Jean Baptiste, une maison dite du Commandeur, un enclos et un cimetière. Entre 1291 et 1304 Pons Baudasse est commandeur de Gourlong, en 1307 une reconnaissance est faite au profit de la commanderie par G. Chauchat d'une maison, d'un jardin et d'un pré avec pacte pour le dit Sieur de construire un moulin et de moudre au Commandeur et familiers de la maison de Gourlong sans aucun droit de moulure. La voie du Puy à Toulouse  passait à Montbonnet et à St Jean Lachalm, puis descendait vers Vabrettes pour arriver à Gourlong en traversant le bois de la Bourelle pour franchir l'Allier à l'actuel Pont d'Alleyras, et longer l'Allier jusqu'à Vabres pour se rendre ensuite à Sanis, Chambonnet et Croisances. D'autres passages de l'Allier sont mentionnés pour ce chemin à Rochefort et à St-Haon.

'Il existait en outre, en 1302, à "Pont de Vabres", un pont appelé, "Pont du mas de Gourlong" , dont l’origine passe pour être plus ancienne. Il fut détruit en 1589 par une crue mémorable et sera sans doute reconstruit, mais bien plus tard, puisqu’en 1642 l’abbé Aulagnier curé du Brignon, se rendant à Toulouse, empruntait un "bateau" pour traverser l’Allier.'  extrait du site www.memoiredehauteloire.com

 

Croix

Ce lieu de passage et la proximité du prieuré clunisien d'Alleyras justifiaient sans doute une commanderie qui hébergeait et soignait ceux qui empruntaient ce chemin. Au fil des années la situation de Gourlong dans une vallée peu accessible la fit peu à peu moins fréquentée. En 1723 on signale les ruines de la chapelle écroulée. A ce jour, subsiste une ruine délaissée, vestige de la Commanderie de Gourlong qui fut une étape importante entre 1160 et la fin de l'ancien régime, en bordure de route, édifice dont le lierre envahissant cache une croix de Malte.

Croix de Gourlong

 

 

Posté par maison43 à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 décembre 2014

Jeff Koons

Jeff Koons

Il y a un côté farceur chez Jeff Koons en mal d'enfance habitée par des personnages de bandes dessinées, des couleurs clinquantes,

Tulipes 1995-1998

des petites porcelaines-cadeaux croquignolesques d'un goût discutableUshering in Banality 1988

mais pas que ... Il y a aussi un narcissisme puissant, une certitude d'être une valeur sûre commerciale, un immense plaisir d'être exposé dans les plus grands musées du monde, lui, issu d'une classe moyenne américaine et un désir immodéré de provoquer.

Junkyard 2002

Alors bien sûr, Jeff Koons suscite l'envie, la jalousie, le désespoir de certains critiques, Jeff Koons dérange un peu;  il ne produit rien lui même, il se contente de bien orchestrer sa petite centaine d'assistants, sa petite entreprise d'objets décoratifs. Car c''est assez étonnant à découvrir, cet univers rutilant, miroitant, exclusivement ornemental, un peu comme les illuminations de Noël peuvent enchanter le temps d'une balade. Plaisir des yeux inhabituel, instantané et vite oublié. Un bémol pour la flopée des aspirateurs qui n'amène rien de plus que l'urinoir de Marcel baptisé pudiquement Fontaine, le ready-made de Duchamp se suffit à lui même, a marqué son temps et n'a plus besoin de réplique, c'est un peu lassant à la longue ce rappel ! L'atelier de Jeff Koons travaille le verre, le marbre, la porcelaine, l'acier, le bois.Bear and policeman- Bois

Il fait réaliser les peintures selon des modèles de coloriage numéroté, où chaque assistant peint sa partie, il a fallu pour Balloon Dog 3 ans de travail, une tonne d'acier inoxydable au poli miroir verni qui comporte 60 pièces.Balloon Dog 1994-2000

 Ses peintures veulent s'adresser à tous les publics, les enfants, les adultes en recherche de pornographie discrète ou décoiffante, les amateurs d'art classique pas trop puristes quand même, il utilise des fragments d'emballage, publicités ou photographies de magazines q'il découpe ou fait découper, ils sont ensuite scannés, assemblés les uns aux autres sur ordinateur, puis peints selon le procédé indiqué plus haut.Pompidou 2

Bel artisanat en somme. Un magasin de décorations  diverses où chacun peut trouver, peut être, un article à son goût, à condition d'en avoir les moyens. 

Posté par maison43 à 17:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2014

L'ordre de Malte

C'est avant la première croisade (1096), aux environs de 1048, que des marchands du royaume de Naples obtinrent du calife d'Egypte Romensor de Moustesaph la permission de construire à Jérusalem un monastère desservi par des religieux de l'ordre de St Benoit venus d'Italie pour recevoir les pèlerins, puis les croisés. Ils créèrent un hôpital Le mystérieux Frère Gérard

Gérard de Martigues dit aussi Tenque ou Tunc nommé aussi Frère Gérard d'origine contreversée (amalfienne, provencale ou autre) en fut le premier chef. Après la prise de Jérusalem en 1099, Godefroy de Bouillon leur donna ainsi que d'autres seigneurs des terres en France. Gérard avec ses frères se sépara du monastère et créa une congrégation particulière sous la protection de St Jean Baptiste, ses membres prirent le nom d'Hospitaliers ou Frères de l'hôpital de St Jean Baptiste de Jérusalem. Son successeur Raymond du Puy Raymond du Puyfut le premier à prendre le titre de Grand Maître de l'Ordre à qui il donna une règle inspirée de celle de St Augustin. (pauvreté, chasteté, obéissance). Il proposa au roi de Jérusalem de s'unir à lui pour combattre les infidèles avec ses Hospitaliers. Ordre composé de 3 classes : Les nobles qui firent profession d'armes, les prêtres et chapelains qui s'occupèrent du service divin, et enfin les frères servants non nobles chargés de soigner et de combattre. Cet ordre reçut l'approbation du pape Innocent II en 1113. Du fait de l'avancée des Turcs en méditerranée, ils se retireront progressivement à Chypres, à Rhodes, enfin à Malte, ils ouvriront des établissements dans l'Europe entière. En 1834 l'Ordre de Malte s'installe à Rome toujours sous l'autorité du St Siège, ordre militaire et hospitalier, il prendra alors le nom d' Ordre souverain de St Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte. Sa vocation militaire se termine en 1798. A la base de la hiérarchie se trouvaient les commanderies rattachées aux grands prieurés qui eux relevaient des 8 langues (représentant les différentes nations qui composaient l'Ordre), langues définies en 1327 au chapître de Montpellier.

Croix_de_Malte

Le royaume de France se composait de 3 langues :  

La langue de Provence, la plus ancienne dans le prieuré de St Gilles le premier constitué en Occident dés le début du XII siècle (port d'embarquement des croisés pour la terre sainte), elle regroupe le prieuré de St Gilles, Toulouse, la Provence, le Comté de Nice, le bas Dauphiné, le Languedoc, le Roussillon, le Comté de Foix, la Gascogne, le Haut Béarn. 

La langue d'Auvergne recouvrait l'Auvergne, le Limousin, Les Marches, le Bourbonnais, le Lyonnais, la Basse Bourgogne, la Franche-Comté, la Savoie, le Haut Dauphiné, le Haut Languedoc dont le Vélay. Elle comprenait 56 commanderies.

La langue de France avec 3 grands prieurés, Paris, Poitiers, Voulaines à la tête de la Bretagne, Anjou, Saumurois, Poitou, Saintonge, Bas Berry, Tourraine, Maine, Normandie, Orléanais, Ile de France, Artois, Picardie, Flandre, Champagne, Sedan, Lorraine, Haute Bourgogne et Nivernais.

 En Vélay une première mention de l'Ordre Hospitalier est faite en 1153 où ils s'installèrent à l'Hôpital St Jean du Puy. Pour rappel, l'ordre des Templiers s'installa lui en 1170 à la maison templière St Barthélémy. Je dois avouer une certaine confusion dans mon esprit entre les localisations de la maison templière Saint Barthélémy et celles de la maison St Jean de la Chevalerie appartenant aux Hospitaliers, certes les biens des Templiers passèrent aux Hospitaliers en 1312, et l'église St Barthélemy devint possession des hospitaliers, mais je ne trouve aucune trace de l'Hôpital St Jean, à re-vérifier donc à la bibliothèque du Puy.

Sources Auguste Chassaing 1882

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 décembre 2014

Le procès des Templiers

miniature du Maître de Virgile

Dans la nuit du 12 au 13 Octobre 1307, des hommes d'armes déboulèrent dans toutes les commanderies de France, pour arrêter sans résistance les Templiers surpris, beaucoup furent soumis à la torture et avouèrent tout ce que l'on voulut d'eux. A Paris, 25 chevaliers moururent lors des interrogations. 54 d'entre eux furent brûlés en Mai 1310 à Paris, 9 à Senlis. Le roi Philippe Le Bel obtint du pape Clément V qui résidait en Avignon la dissolution de l'ordre qui fut décidée au concile de Vienne en 1311. Le 18 Mars 1314, le grand maître des Templiers Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay maître de Normandie montaient sur le bûcher.

Les Templiers du Puy en Vélay plus chanceux réussirent à s'enfuir, on ne sait pas trop où. On pense que certains se réfugièrent dans des grottes, comme celles du Mont Jonas. Lieu qu'il me faudra découvrir.

Site_de_Jonas

Seuls 5 frères servants furent arrêtés, ils furent internés à Nîmes. 2 frères du Vélay furent emprisonnés à Aigues-Mortes, Bertand de la Seauve et Bernard de Siaugues (commandeur à St Gilles). Tous furent interrogés par Oudard de Maubuisson commissaire du Roi. Des 7, 5 eurent la vie sauve, et restèrent emprisonnés 5 ans. Bertrand de la Seauve et Marc Bonneteau seraient morts en captivité. Les trésors du prieuré du Puy furent confisqués, les bâtiments donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean. 

 

Posté par maison43 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sculpture modulable de Jean Paul Boyer

Boyer 2

Sculpteur né en 1942, Jean Paul Boyer travaille le verre, le bois, le marbre, le fer, le bronze, la pierre. Il crée des sculptures qui tournent autour d'un axe,Boyer

il incite ceux qui le désirent à les déstructurer et à créer ainsi des formes nouvelles. On peut ôter un ou plusieurs élément, on peut les faire tourner comme bon nous semblent.

Boyer marbre

Moi, je préfère les laisser telles qu'elles, pas sûre de pouvoir reconstituer ces oeuvres (qui pourraient virer vite fait pour moi en casse-têtes).  Pour ceux intéressés, le site de Jean-Paul Boyer : http://www.boyer-sculpture.com/site/

 

Posté par maison43 à 14:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


16 décembre 2014

Famille Carrier-Belleuse - Père et fils

Louis Carrier-Belleuse

Famille d'artistes y compris chez les femmes,(épouse et filles) où sont passés à la postérité d'abord le père, Albert-Ernest  Carrier-Belleuse 1824-1887, sculpteur fort renommé sous Napoléon III maître de Rodin qui eut entre autres 2 fils : l'un rencontré au Petit Palais Louis-Robert Carrier-Belleuse 1848-1913 peintre, sculpteur, céramiste et directeur artistique de la manufacture de Choisy Le Roi qui avait une prédilection pour les petits métiers et les rues de PariLouis Carrier-Belleuse 1882s. En clin d'oeil aux petites plaques Défense d'Afficher, mon encyclopédie préférée m'indique que cette défense d'afficher sur les bâtiments publiques est issue de la loi sur la liberté de la presse du 29 Juillet 1881. Un tableau de Louis Carrier-Belleuse illustre bien cet affichage envahissant qui eut besoin d'être légiféré. L'autre fils d'Albert-Ernest s'illustra en tant que peintre pastelliste, répondant au nom de Pierre Carrier-Belleuse 1851-1932Pierre Carrier-Belleuse Belle rencontre dernière  dans un petit quartier de Paris (ancien Charonne dans le 20e), sur une place ronde, Place de la Réunion, (réunion du petit et grand Charonne) une curieuse statue plutôt arabisante, par sa forme et sa couleur, bon je suis très myope ! et puis en cherchant le nom de cette statue, je m'aperçois, ravie, que nous la devons à Albert Ernest Carrier-Belleuse en personne ! Celle-ci initiale patinée bronzeFontaine

 puis devenue jaune vers 2010 et qui revêt à ce jour une apparence-mosaïque de toutes les couleurs. FONTAINE JAUNE

Fontaine Place de la Réunion

  

 

Posté par maison43 à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 décembre 2014

Les Templiers en Vélay

 Monastère des Templiers

Rive gauche du Dolaizon, à l'extérieur de la porte d'Avignon, une forteresse monastère, un pont-levis  sur un large fossé, une chapelle romane construite en pierres de Blavosy, un cimetière. Cette construction commandait une des plus importantes voies du midi jusqu'à Avignon. Ses habitants étaient chevaliers, au manteau blanc orné d'une croix rougeCroix des Templiers

 ils appartenaient à l'ordre du Temple. L'ordre fut fondé à la première croisade (1096-1099) à l'initiative d'Hugues de Payns, nommé milita christi dans un premier temps, milice du christ à la fonction militaire de protection des pèlerins, installée sur un emplacement de l'ancien temple de Salomon, ils prirent un peu plus tard le nom de Templiers. Cet ordre fut reconnu au concile de Troyes en 1128 et reçut une règle dictée par St Bernard. Milieu XII une partie de cet ordre s'installa en Occident, constituée de grands propriétaires terriens, comportant 15 000 chevaliers avec une multitudes de frères servants, ils possédaient des manoirs, forteresses dont celle de la Maison du Temple à Paris où le roi Philippe le Bel se réfugia lors d'une émeute. Le trésor royal fut conservé en cette maison de 1146 au début du règne de Philippe le Bel. Les templiers du Puy s'installèrent en leur forteresse-monastère Saint Barthélemy en 1170 avec une église du même nom.Monastère des Hospitaliers

Au bas de la hiérarchie, il y avait de simples commanderies, comme Chantoin, Gourlong, La Glutonie. Au dessus un prieuré dont dépendaient plusieurs commanderies. Plusieurs prieurés constituaient une province. Les provinces formaient une nation et l'ensemble des nations était placé sous le commandement du grand-maître des Templiers. Le monastère du Puy était un prieuré avec à sa tête un maître précepteur. Toutes les commanderies du Vélay relevaient de ce prieuré du Puy qui à son tour relevait du grand prieuré de Provence siégeant à Montpellier. Ils demeurèrent au Puy de 1170 à 1311. Ils étaient fort riches, beaucoup de seigneurs leur faisaient des donations, Pons de Polignac leur fit don du mas de Chantoin ( 4km de Bains), Armand Portefaix donna sa part de la forêt de Mirmande, Jacques Chazeaux ses droits sur le mas de Chazeaux ... certains seigneurs qui désiraient se faire enterrer dans leur cimetière firent des dons d'argent, d'autres itou pour racheter leuTempliers du Puyr faute, les biens des templiers devinrent si considérables qu'on les évalua 3 fois plus importants que ceux des Chevaliers hospitaliers de St Jean de Jérusalem, autre ordre né à peu près à la même époque plus connu sous le nom d'Ordre de Malte. Entre Saint Jean Lachalm et au delà de Bains, beaucoup de terres leur appartenaient et l'on trouve plusieurs commanderies à Seneujols, Chantoin, Belvezet, La Glutonie, Rossignol. L'immense richesse des templiers, leur pouvoir grandissant suscita l'envie de certains, le vif agacement royal, leur principale raison d'être, défense des lieux saints tomba avec la chute de St Jean d'Acre dernière forteresse de la Chrétienté en 1291. En Septembre 1307 un guet-apens fut fomenté par Guillaume de Nogaret, garde du sceau, sous Philippe Le Bel pour aboutir à la dissolution (après arrestations et procès des Templiers) de l'ordre en 1311. La couronne se servit largement, le reste des biens, notamment les commanderies et prieuré furent donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean 

Sources : Les Carmes et les Templiers du Puy - Albert Chaurand 1944 --Cartulaire des Templiers du Puy en Velay - Augustin Chassaing 1882 

Posté par maison43 à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 décembre 2014

Mr Turner

Mr Turner

Film britannique de Mike Leigh qui a pris le parti pris de la laideur en ce qui concerne les acteurs, et le parti de la beauté en ce qui concerne les paysages. Paysages ou tableaux ? l'effet est saisissant, il s'agit d'une immersion totale dans la peinture, où l'on re-naît au sein d'un tableau de Turner, oui les grincheux estiment que c'est facile, ces cartes postales, peut être mais moi cela m'enchante. Et puis il est tellement rigolo ce Monsieur Turner, gros et grotesque, animalesque entre goret et ours; bien sûr c'est outrancier à la limite de la caricature, mais opposer la rusticité de l'homme à sa peinture si romantique, si poétique, c'est fort, osé et moi qui aime les contrastes cela me va bien. Sans doute, vous fûtes monsieur Turner moins bourru que cela, sans doute vous témoignâtes d'un humour, inexistant dans le film, et sans doute vous aimâtes plus câlin. Mais vous peignîtes si bien qu'au final on pardonne volontiers à Mike Leigh d'avoir privilégié à toute chose la beauté de cette nature peinte par vos soins, car plus que tout, vous vous passionnâtes pour la peinture et à votre pauvre vie (mère démente, soeur morte prématurément, difficulté d'aimer ...) vous préférâtes consacrer votre indiscutable sensibilité à vos toiles.

Posté par maison43 à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 décembre 2014

Château de Mercoeur commune de St Privat d'Allier 43

Château de Mercoeur St P d'Allier

A 1000 m d'altitude, au nord de Saint Privat d'Allier, un château fort qui appartenait à une branche de la puissante famille des Mercoeur, lignage qui apparaît comme les Bourbon à la même époque, lignage plus riche que les dits Bourbon mais qui sera moins prestigieux dans son devenir. La famille de Mercoeur originelle s'éteindra en 1321 avec la mort du dernier héritier sans descendance Beraud X. Les biens des Mercoeur passeront au petit fils d'Alixent de Mercoeur sa tante et de son troisième époux Robert III de Clermont. Cette Alixent même, Dame de St Privat d'Allier  qui se fera construire le château de Mercoeur par son père Béraud VII de Mercoeur sur les ruines d'un château construit au XI siècle.Château de Mercoeur

L'héritier prendra le nom de Beraud Ier dauphin d'Auvergne, Comte de Clermont, sire de Mercoeur. Le nom de Mercoeur apparaît pour la première fois en 911 dans une donation faite au chapitre de Brioude émanant d'Ithier II de Mercoeur, nom que l'on peut rapprocher d'un Itier (sans h) installé par Charlemagne en Auvergne en 778, mais aucun document ne le confirme. Bon je reconnais que cela donne un peu mal à la tête, ces histoires de famille; selon les auteurs, il peut y avoir des différences. Le fils d'Ithier II,  Béraud I dit Le Grand (939-980, mais les dates divergent) eut ribambelle d'enfants dont Saint Odilon abbé de Cluny né vers 962 à Saint Cirgues en Haute Loire; on retrouve en ce lieu un premier château à un Mercoeur situé à 14 km de Brioude en Haute Loire, ainsi qu'un second château construit dans le puy de Dôme en Ardes à 30 km de Brioude, démoli sous le règne de Louis XIII dont il ne reste qu'un pan de mur nommé le doigt de Mercoeur. Les terres des Mercoeur étaient alors entre Brivadois et Cantal.Mercoeur 3

Revenons au château du Mercoeur près de Saint Privat d'Allier, qui était alors possession comme les châteaux de Saint Didier d'Allier et de Rochegude d'une branche de la famille de Mercoeur : Alixent de Mercoeur 1245-1286 qui épousa en premières noces Pons de Montlaur en 1257 fit construire cette forteresse, qui permettait d'avoir vue sur Saint Privat et sur St Didier. Lorsque la branche Mercoeur s'éteignit en 1321, les Montlaur en devinrent les seigneurs puis cédèrent en 1390  le château de Mercoeur aux Du Saunier qui conservèrent le château jusqu'en 1764 où par alliance, le propriétaire fut Jean Martin de Matussières. Le château brûla lors de la guerre de Cent Ans, fut fortifié en 1439, puis en 1764, un petit corps de logis de style Louis XVI fut construit, arrêté par la révolution. En 1846 une descendante épousa le comte de Miramon Fargues.

Mercoeur

Depuis 1914, le château n'est plus habité, le logement ancien s'effondre, restent les tours en ruine et le bâtiment du XVIII.

Sources : Châteaux de Haute-Loire - Edition Watel, Histoire de l'Auvergne des origines à nos jours - Pierre Charbonnier, Internet.

 

Posté par maison43 à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 décembre 2014

Les Eternelles - Yves Simon

Y- Simon

Déclinaison du verbe aimer sous toutes ses formes, très bienséantes cependant, avec des mots un peu crus pour la femme-sexe Irène, des mots de reconnaissance pour la femme-Eve Leïla, des mots d'apaisement pour Céleste la femme-consolatrice, des mots-requiem pour Lola la femme-Perséphone qui sera celle qui l'attend à jamais.

Le narrateur à défaut de savoir aimer vraiment, est un beau parleur qui écrit l'amour avec talent et fort joliment. La seule femme qu'il aime totalement est celle qui l'aime aussi le plus, sa mère. 

Éternelles ces femmes, chacune à leur façon, comme le narrateur les a aimées, mais le souvenir que je préfère est celui que lui laissera Irène, confinée  dans une  bulle de sablier ' Ainsi je pense à elle les jours d'oeufs à la coque. Trois minutes d'Irène, sans parler des mouillettes.'  Ça fait rêver, non ?

Premier roman que je lis d'Yves Simon. Plusieurs niveaux de lecture en ce qui concerne ce livre, que je trouve au final, pour ma part, fort caustique dans cet hymne à l'amour qui révèle surtout qu'il est difficile d'aimer (comme le chante Gilles Vigneault).

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]