26 septembre 2014

Alexis Tricoire aux Serres - Jardin des plantes

Serre Jardin des Plantes

Ainsi donc, une fois n'est pas coutume, je me suis gavée de plantes en serres, dans ce riche Jardins des Plantes sous l'oeil de Buffon et sous un ciel azur d'automne bienvenu. Il me faut noter une petite déception initialement provoquée par un manque d'information de ma part au sujet de la dite exposition Hybridations d'Alexis Tricoire  dans le cadre de la Paris Design Week. Quoi, que des brosses dans ce Land Art un peu particulier où au final Dame Nature a été domptée par l'homme ? Et puis avec le dépliant j'apprends que c'est un trio qui fait la réussite de cette exposition, la Fédération Française de la Brosserie, l'entreprise IGUZZINI pour les effets de lumières et le savoir faire du designer Alexis Tricoire. Alors, à fond les brosses forcément !

détail

Goupillons de maternité au temps antique où jeune stagiaire je procédais au lavage des biberons (un jour j'évoquerai  les pots à lavements, ah inoubliable apprentissage si inutile quant à la technologie, mais si fort à vous donner un caractère bien trempé pour la vie !) dans une école d'infirmières provinciale ... mais je m'égare, revenons donc aux goupillons et aux brosses  fournis par la FFB au créateur Alexis Tricoire designer inspiré par Dame Nature qui a beaucoup d'imagination elle aussi et qui fait aussi de belles réalisations un peu aidée par les jardiniers.Serre j des plantes

 Qui dit de nos jours Nature pense politico-correctement écologie, biodiversité, protection de l'environnement, recyclage des déchets ..On ne manque pas de rappels à l'ordre dans notre société et cette exposition n'y échappe pas, notamment par des panneaux explicatifs. Toutefois, je fus attirée par la poésie loufoque du monde d'Alexis Tricoiretricoire 4

qui en mêlant l'art à la nature arrive  au même message que nos laborieux politiques écologistes, mais d'une façon nettement plus rigolote.

Tricoire 3

Amusant en outre d'observer les réactions humaines, que ce soit celle de botanistes étrangers absorbés qui vous piétinent allègrement sans vous voir,

Tricoire 2

Tricoire 9

Rose d'or

ou celle du spécialiste averti qui n'adhère pas du tout, mais alors pas du tout chère amie, au mélange des genres .. et moi, moi qui suis folle des mots, je me découvre au milieu de ces herbes géantes cannibales et menaçantes comme un petit poucet qui recherche ses cailloux, heu non ses brosses disséminées selon les caprices pleins d'humour d'Alexis Tricoire.

Tricoire 6

Tricoire 10

 

A voir donc au jardin des plantes dans les serres jusqu'au 24 Novembre 2014.

Châblis : Arbre déraciné par éléments naturels (vent, orage)

Epiphytes : Plantes qui vivent sur d'autres plantes.

 

Posté par maison43 à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 septembre 2014

Les grottes de Couteaux en Haute Loire

Couteaux 7

Une balade au Moyen Age, loin des fêtes médiévales que la région nous offre généreusement, une balade qui fait appel à notre imagination. Près de Lantriac dans le massif du Meygal, toujours en Vélay a 20 km du Puy. Un ancien village troglodyte creusé au Moyen Age. Balade de 6km sans difficulté qui nous fait passer par l'ancienne ligne ferrovière inachevée qui devait relier Clermont à Nîmes  et nous donne une vue sur les monts du Meygal.

Cette époque fut une période faste pour ce type d'habitat, pour divers raisons :

- économie évidente de matériaux de construction

- protection naturelle envers des assaillants possibles

- lieu abrité des vents et du froid, exposition au sud.

Le site de Couteaux fut choisi en fonction de la roche tendre déposée lors d'une première éruption de type maar, une seconde explosion de type strombolien a fait couler de la lave basaltique beaucoup plus dure que la roche tendre et qui constitue le plateau de la champ haute.Couteaux 2

Voilà pour la construction, il suffira de creuser à l'aide de pics en pierre ou métalliques. Le village est linéaire mais comporte des étages.Couteaux 1

La première partie se constitue de petits habitats qui avaient une petite cour, la seconde partie concerne le collectif : une forgecouteaux 4

une ferme et un lieu de culte

Couteaux 3

La troisième partie est interdite au public par risque d'effondrement, on suppose qu'elle aurait servi de logements pour les desservants.

Couteaux 5

Bien entendu, il faut imaginer des portes, des palissades en bois qui ferment ces cavités, des coffres, des lits garnis de paillasse, et des fourrures ou tentures si possible

Couteaux 8

A noter qu'une circulation d'air interne permettait aux humains de bénéficier de la chaleur des bêtes. Le soleil hivernal pénétrait dans la cavité, chauffait les roches qui diffusaient lentement de la chaleur la nuit. Et le soleil estival plus haut ne pénétrait pas dans les grottes où la fraicheur se préservait.

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2014

Les Chibottes de Vals le Puy

Chibotte

On ne va pas chipoter sur le terme de chibotte, encore que j'y prendrais un plaisir notable !! on va se limiter à ce que Dame Wikipédia indique, suivis ou précédés je n'en sais rien, des guides concernant la Haute Loire .. donc chibotte viendrait du terme vellave tsibota ou tsabota, ou même encore tsabana ou tsabone qui signifie en vellave cabane, et pour compliquer un peu plus, on ajoute que le terme chibotte viendrait de chabatta, terme médiéval qui signifierait une masure, terme employé par Albert Boudon-Lashermes 1882-1967 , poète, auteur de nombreux livres sur le Vélay qui donc aurait popularisé ces tsabones en chibottes. Bref ce sont des petites constructions en pierres sèches vraisemblablement utilisées dans les vignessommet

 comme petit abri fort rudimentaire et utilisé occasionnellement, d'autres attribuent l'origine de ces constructions aux Ligures qui se seraient aventurés jusque dans le massif central...

Quoiqu'il en soit, ces chibottes là sont situées dans le vallon du Crouzas à 3 km de la mairie de Vals le Puy sur un côteau de la vallée du Dolaison entre Vals Le Puy et St Christophe sur Dolaison.Chibotte 2

Vue sur Vals

Plusieurs départs soit de la mairie de Vals, soit du parking sur la route entre Vals et St Christophe signalé par un panneau, et selon l'endroit, selon les éventuelles méprises sur les directions, vous pourrez marcher de 2 à 8 km voire un peu plus ... une quinzaine de chibottes, dont certaines privées, ont été restaurées ou reconstruites et un sentier aménagé avec plusieurs directions possibles. 

Eboulis

Éviter les temps de pluie et les chaussures légères, une petite difficulté au niveau des somptueux éboulis qui nécessite de bonnes articulations même si  vous pouvez vous retenir à un câble.

Pour les curieux dont je suis, un site intéressant à consulter qui chipote sur les chibottes pour notre plus grand plaisir.

   http://www.pierreseche.com/mythe_chibottes.html

Posté par maison43 à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 septembre 2014

Poutès encore et toujours - Haute Loire

Maquette du barrage de Poutés

Un feuilleton très local dont je ne me lasse pas, pas loin de ma petite maison secondaire, pas loin des lieux que fréquentait mon jumeau avec les saumons qui ne craignaient rien de lui. Depuis les annonces de 2011, rien n'a bougé concrètement sauf qu'il semble que l'on ait trouvé un consensus qui unit EDF et les opposants au projet.

Les objectifs sont les mêmes :

1- conserver au moins 85% de la production électrique

2- assurer la libre circulation des saumons estimés à 150 : un passe à bassins permettra leur montaison ( de mi-juin à à mi-mars), un débit de 1 m3 d'eau par seconde les fera déplacer de bassin en bassin pour accéder aux zones de reproduction, puis  un débit de 3m3 d'eau feront dévaler les jeunes saumons qui parcourront 900 km pour rejoindre la mer avant de revenir à Poutès pour se reproduire.

3- Faire transiter les sédiments du fond de la rivière par 2 clapets qui pourront se lever lors des crues.

Petit barrage de 4m ou 5 m de hauteur avec une longueur de retenue de 350 m.

Une maquette du barrage conçue au laboratoire de Chatou représente le futur barrage de Poutès au 1/13e. La maquette a coûté 400 000 euros, le barrage lui est estimé à 20 millions d'euros.

Mais les travaux ne seront engagés que fin 2016, et terminés fin 2019, début 2020. 

Sources : L'éveil Hebdo juillet 2014 et Mon43 pour la photographie.

Sera, sera pas ? Wait and see.

Posté par maison43 à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 septembre 2014

Qu'as tu fait de tes frères ? Claude Arnaud

claude-arnaud

Une famille vraiment pas ordinaire des années 60, 2 frères brillants scolairement mais déjà révoltés, un avant petit dernier né en 1955 Claude serviable, spontané et déjà versatile. La mère est plus épouse et femme que mère, fine et intelligente et ... corse. Le père, par son autorité, correspond à l'époque, époque où les générations ne communiquaient pas. Cette famille fut un formidable terreau pour le bouleversement de Mai 68, ce qui est assez étonnant je trouve, et les 3 fils chacun à leur manière vont être des précurseurs en révolution politique, sociale, sexuelle ...  Des 3 aînés, seul Claude s'en sortira vivant, et destiné à écrire pour remplir le vide qu'a laissé ses frères qui lui faisaient de l'ombre.   

'Je n'aurais sans doute pas écrit ce livre s'ils étaient encore en vie.'   

Claude Arnaud ne se pose pas en historien, loin de là, c'est juste un témoignage singulier sur cette période de Mai 68 et de ses conséquences, et c'est aussi, peut être, une certaine forme de résilience que ce livre où il nous livre sa version des faits familiaux et sociaux et de ce point de vue là, il est fort intéressant. Quelle vie que la leur !

 

Posté par maison43 à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 septembre 2014

Château de Vabres - Haute Loire

Vabres 43

Comme toujours, il est extrêmement ardu d'avoir un historique des grandes maisons du Vélay, surtout quand paresseusement comme moi on se contente de lire les recherches d'aucuns. Quelques faits précis donnent des dates, pour le reste un grand flou règne en ce qui concerne l'histoire de ces familles connues qui se mêlent et se démêlent par le jeu des mariages, de plus il est parfois difficile de différencier les suzerains qui possèdent le château des vassaux qui les ont en fiefs. On compte en Vélay 18 Baronnies, familles les plus puissantes du Vélay.

Les dix-huit baronnies diocésaines du Velay donnaient à leurs possesseurs, le droit de siéger aux assemblées des Etats  du Velay, présidées par l'évêque du Puy, comte de Velay, et composées des trois  ordres : l'Eglise, la noblesse et le tiers-état.

Château de Vabres à 1 km de Vabres en Haute Loire, château situé en Gévaudan à la limite du Vélay.

Vabres 2

Les barons de Montlaur sont les premiers possesseurs connus de ce château, en 1173 on retrouve le nom de Pons de Montlaur.

En 1223 Pons III de Montlaur fait hommage à l'évèque de Mende Guillaume de Peyre comte de Gévaudan de ses châteaux du Gévaudan dont Vabres et Douchanès en remerciement de son intervention armée contre son vassal rebelle Pons des deux chiens.

En 1285 les Montlaur l'inféodent à la famille d'Apchier, en même temps que les châteaux du Chambon et de Douchanez qui posséderont alors Vabres sous la suzeraineté de Mende et des Montlaur, ils y résideront sans doute très peu. 

1369 Guerin IV d'Apchier est seigneur de Vabres, le 14 Octobre il rend hommage à son gendre Guy de Montlaur qui a épousé sa fille Jaucerande. Les mariages à cette époque entre seigneurs ne sont que prétextes à prendre de nouvelles terres, à s'assurer plus de puissance. Le château  de Vabres servait essentiellement à garder le passage de l'Allier d'Alleyras situé dans le Vélay à Vabres situé en Gévaudan.

Jacques d'Apchier Cathédrale du Puy

1513 Jacques d'Apchier est accidenté par la chute d'un arbre en son jardin de Vabres, il se voue à Dame du Puy et fut guéri de ses nombreuses blessures : il rendit hommage à la vierge par un tableau ex-voto conservé au musée religieux de la cathédrale du Puy.

1559 Jean d'Apchier délaisse le château de Vabres et devient seigneur de la Baume situé à quelques kilomètres de Vabres par son mariage, marié à Charlotte de Sinzelles Dame de la Baume en 1545. Il est fait mention de ce château dés 1301, il passa à la famille de Freycenet qui possédait également Sinzelles.

1579 Jacques II d'Apchier occupe Le château de la Baume. Le château est assiégé par le capitaine huguenot particulièrement sanguinaire Mathieu Merle qui brûle le château et fait prisonniers ses occupants. Il sera reconstruit. Par le jeu des alliances il passera au 19è aux Lusançay, puis à la famille de la Garanderie qui le possède encore aujourd'hui.Château de la Baume Alleyras

 

Quant au château de Vabres il sera d'abord délaissé peu à peu au profit du château de la Baume, puis rasé sous Louis XIV en 1667 par une sentence de la cour de justice extraordinaire dite grands jours de Languedoc  (commission qui succéda aux grands jours d'Auvergne) où plusieurs seigneurs du Vélay et du Gévaudan eurent des condamnations plus ou moins sévères (de la décapitation au bannissement en passant par biens confisqués) en représailles de faits qu'on leur attribua à tort ou à raison.  Ne reste de ce château que des ruines.    

Inféodation : Acte par lequel un suzerain cédait un château et ses terres à un vassal en échange de services (Aide militaire, financière). Par la cérémonie de l'Hommage, le vassal se met au service de son seigneur le suzerain. 

Sources : Châteaux de Haute-Loire Edition WATEL, Internet.

 

Posté par maison43 à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2014

Oscar Muñoz

Né en 1951 cet artiste colombien peintre, graveur, dessinateur, plasticien est obsédé par la mémoire et la trace que l'on laisse une fois effacés du monde des vivants. Ainsi les photos des disparus de morts violentes qui se succèdent comme faits divers anonymes dans la mémoire collective et que l'on oublie rapidement, Oscar Muñoz les fait revivre sous forme de mémorial : sur 5 écrans, une main dessine le visage de ces disparus qui disparaissent pour réapparaître sans fin sur un autre écran : Proyecto para un memorial .

L'oeuvre d'Oscar Muñoz est le rapport de l'image au temps qui passe, image qui ne reste qu'un moment dans notre souvenir et qui  pourtant devient à notre insu témoignage d'une époque. Il utilise les éléments comme l'eau et le feu, il joue avec les supports : des carrés de sucre imbibés de café représentant des pixels défient le temps : PixelesPIXELES

Cortinas de baño - Muños

Des rideaux de douche  lui servent de toile où il peint des corps fantomatiques à la manière des négatifs photographiques : Cortinas de baño

 Muñoz a débuté en dessinant au fusain; Puis il a décortiqué le processus de la photographie et s'arrête juste avant qu'elle ne soit fixée, il utilise de vieilles photographies, anticipe leur probable destruction et leur donne ainsi paradoxalement une seconde vie, tels ces miroirs où le souffle des vivants révèle des portraits de disparus sérigraphiés, révélation fugace qui nous ramène à notre propre éphémérité.

Muñoz ne se définit pas en un seul regard, ni un seul message. Il nécessite qu'on y revienne plusieurs fois, mais il est étonnant et curieusement apaisant. Il met aussi en parallèle la fragilité de la photographie temps déjà passé et mort à celle de la fragilité de la mémoire de nos propres vies qui s'épuise à vouloir tout retenir et à arrêter vainement le temps, c'est assez fascinant je trouve. Y revenir donc.  

Un site internet pour ce faire qui a l'avantage aussi de faire travailler son espagnol !

http://www.banrepcultural.org/oscar-munoz/presentacion.html

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 septembre 2014

Jean-Michel Othoniel à l'Hôtel-Dieu du Puy en Vélay

J-M Othoniel

Stéphanois né en 1964, Jean-Michel Othoniel est de plus en plus sollicité pour ses oeuvres monumentales que l'on retrouve entre autres à la station de métro Palais Royal, sur les rives de la Saône à Lyon, dans le parc du château de Versailles et depuis peu dans le jardin de l'Hôtel-Dieu au Puy en Vélay. Sculpture inspirée du point de dentelle traditionnelle du Puy sur ses 4 pieds fuseaux. 

L'Hôtel-Dieu en profite pour exposer une soixantaine d'oeuvres de cet artiste singulier et inspiré. Un autoportrait en robe de prêtre en 1986 donne le La; un attrait puissant pour une voie religieuse, un deuil marquant incitent Jean-Michel Othoniel à sublimer la perte et son rapport à la foi dans des oeuvres où une préciosité raffinée est toujours présente.Othoniel 7

 Son oeuvre est moins mutique qu'elle ne le semble à première vue, ses croix, ses perles, les couleurs choisies, l'or et le bleu, le clinquant un peu populaire des bannières-colifichets, invitent à une certaine joie apaisée où la mort n'est plus qu'un passage, l'absence une autre présence

Othoniel 6

et les blessures de la vie des cicatrices-bijoux comme le collier rouge en murano en souvenir de la décollation de Ste Cécile. Toute douleur doit se transcender pour que dure la vie de ceux qui ne sont plus . Un peu mystique, un peu sorcier, un peu cabotin, Jean-Michel Othoniel. Transparence des larmes lourdes de blessures, vierges de douleur revisitéesOthoniel 3

colliers-mandorles, colliers-chapelets, colliers-croix,  bannières-bijoux

Bannières

 Couleur noire de la lave, perle noire maléfique, tout est symbole chez lui. Couleur bleue de la Vierge, du roi, du veuvage en Chine.

Othoniel 5

Couleur or de l'orient.

Othoniel 4

Couleur clinquante des perles d'enfants. Et un herbier pour continuer

Herbier 2

une vierge de jardinier pour finir en religieuse beauté

Othoniel 8

Othoniel 2012

Un joyeux moment, apaisant dans un été un peu sombre.

Posté par maison43 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2014

65 ans

Roseline Granet

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le Sein de la Femme,
Ils sont dans l’Enfant qui vagit
Et dans le Tison qui s’enflamme.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans le Feu qui s’éteint,
Ils sont dans les Herbes qui pleurent,
Ils sont dans le Rocher qui geint,
Ils sont dans la Forêt, ils sont dans la Demeure,
Les Morts ne sont pas morts.

Extrait de Souffles, poème de Birago Diop 1906-1989

Je vous salue, mes chéris.

Posté par maison43 à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2014

Trente ans d'amour fou - Dominique Rolin

Dominique RolinDominique Rolin  1913-2012 mêle dans ses romans quelques parcelles autobiographiques à une fiction où se confrontent le Temps, la Mémoire et l'Amour. Confrontation entre le Dessus et le Dessous, soit l'Aujourd'hui et l'Autrefois. Jim est l'amoureux depuis 30 ans, elle, est plus âgée d'une beauté toujours bouleversante. Entre eux de l'amour et de l'écriture. Elle a un double, celui que le miroir lui donne, elle entretient avec cet autre ego un rapport particulier, basé sur une bienveillante sympathie. Celle du miroir vieillit, Celle du miroir détient les temps anciens tantôt unissants, tantôt hostiles, mais qui permettent à l'autre elle de rester en toute plénitude celle qu'elle veut être, donc ce qu'elle est. Elle doit à Jim de ne plus être soumise à ses souvenirs, mais de les dominer. Ainsi elle les transforme à sa guise, ces souvenirs qui correspondent à la réalité qu'elle a recréée, à sa vérité qu'elle a rêvée, mythe ou réalité qu'importe après tout, cela devient de la belle écriture. Le présent ce sont ces 30 ans passés dans la présence d'un être aimé, pas à elle, ni même toujours à ses côtés, mais toujours là à l'aimer( livre écrit en 1988).

Ce sont en fait 55 ans passés à s'aimer, quand même et toujours, jusqu'à la mort de Dominique Rolin en 2013. Le passé rejoint ainsi le présent. 23 ans d'écart entre Jim et la narratrice, et l'amour qui résiste à tout, au temps qui la vieillit si bien, à d'autres amours de l'homme aimé, discrétion sur ses possibles autres amours à elle, et par dessus tout l'écriture qui leur est indispensable à tous les deux et qui les fait vivre autant que l'amour qu'ils veulent bien se donner. Jim est Philippe Sollers. 

Il y a plusieurs lectures possibles du livre de Dominique Rolin, et l'on peut choisir celle qui nous convient le mieux.

C'est pour moi un hymne à la vie, un hymne à l'amour, c'est aussi un hymne à l'écriture, aux mots, à l'inspiration.

La vie est bonne avec ses courbures irrésistibles, ses capricieux détours qui n'en sont pas et ses feintes, merci, merci, Vie ! Je peux tout juste commencer à entrevoir ce que, dès le début, elle a voulu de moi. extrait

Je vis parce que j'écris. J'écris parce que Jim est là vivant. extrait.

'J'ai été la dactylo de mes rêves' 15 Décembre 2005 'Interlocution' Dominique Rolin- Philippe Sollers

Sacrée femme cette Dominique Rolin et restée belle jusquà la fin de sa vie.

Posté par maison43 à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,