23 juillet 2017

Notre Dame de Monton

Vierge de Monton

On ne peut pas la rater cette blanche statue lorsque l'on se rend, sur l'A75, d'Issoire à Clermont-Ferrand. Située sur le puy de Monton (584m) qui est une coulée issue de la destruction d'une partie des monts Dore situés à 24 km de là, lors d'une éruption volcanique. Cette coulée a comblé la vallée avant d'être mise en relief par l'érosion. La falaise est constituée de basalte, ponce, trachyte. Une soixantaine de cavités ont été creusées constituant un habitat troglodyte utilisé dés la fin du moyen âge jusqu'au début du XXè siècle. Certaines ont été complétées par des façades bétonnées, d'autres utilisées comme caves. Un message leur sera consacré. 

La statue fut érigée lors du mouvement de piété suscité par la proclamation  du dogme de l'Immaculée Conception de Marie en 1854 par le pape Pie IX, dogme qui fait référence à sa conception exempte du péché originel.

Vierge de Monton 2

Ce qui eut pour effet de voir fleurir diverses statues dont celles de Monton. Les moines capucins Flavien et Théodore en furent les initiateurs à l'origine. Financée par les habitants, elle est restée propriété des résidents du village attenant Veyres-Monton. Aristide Belloc, nantais, 1827-vers 1913 est son sculpteur. Sa pierre blanche vient des carrières de Beaucaire, les habitants du village décidément fort motivés creusèrent un chemin jusqu'au sommet du Puy pour acheminer la statue sculptée à Beaucaire et qui arriva en pièces détachées par chemin de fer d'abord puis par chars tirés par des boeufs.

Monton paysage

Vierge de Monton bras

 Elle mesure 21 mètres, et son bras droit qui pèse 4 tonnes s'ouvre largement sur un paysage qu'elle nous invite à contempler. Son piédestal abrite une petite chapelle.

Posté par maison43 à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


19 juillet 2017

Alice

received_1080454282055567

Posté par maison43 à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2017

Au Masculin - Exposition Château-Musée de Nemours

Gustave Dore détail

Dans cette exposition au Château-Musée de Nemours, des peintures et sculptures datant de 1850 à 1914, ayant pour thème l'Homme, dans tous ses États. Quelle meilleure représentation que cette assemblée de moines séniles ou carrément abrutis, où le regard surpris d'un jeune fort beau semble déplorer douloureusement son choix. Nous la devons à Gustave Doré. Toujours dans la verve religieuse, une représentation du Christ au linceul de Jean Jacques Henner 1829-1905 où plus que le divin J-J Henner Le Christ au linceul 1896

 l'humanité de Jésus est mise en valeur par l'absence d'attributs le caractérisant habituellement (croix, couronne d'épines, auréole), il est un mort quasi anonyme. Amusant de constater qu'au contraire le peintre Paul Leroy 1860-1942 élève un simple mendiant aveugle au rang d'un implorant mystiquePaul Leroy Le Mendiant aveugle de l'oasis d'El-Bordj 1890

 tableau qui était d'ailleurs un sujet imposé lors d'un concours. Bien sûr la mythologie reste reine en cette période, toutefois moins idéalisée que le classique habituel qui se réfère à l'antique grec comme le Prométhée enchaîné d'Eugène Brunet 1828-1921, son visage représente plus un homme de la terre, un ouvrier q'un classique visage grecEugène Brunet Prométhée enchaîné

 Il y a du farouche dans le visage de cet homme, je trouve, le poing fermé et sa main levée, on voit qu'il défendra âprement sa vie. Cet homme nu nous amène à la représentation fort répandue du nu masculin, plus réaliste sans doute, moins controversée que la nudité féminine toujours trop érotisable ou au contraire complètement asexuée. Le nu masculin ne prétend à rien d'autre qu'à valoriser une certaine idée de la virilité héroïque, ou simplement réaliste mais toujours sans équivoque possible.Jean Benner

Jean Benner représente le nu classique, héros, mort, représentation peu originale commune à beaucoup de peintures académiques. Ernest Marché lui représente un homme de tous les jours, non idéalisé, bien réel.

Ernest Marché 2

Ernest Marché

 le 19è siècle voit émerger des peintres qui représentent la vie dure des humbles, paysans ou ouvriers, tels Léon Lhermitte 1844-1925

Léon Lhermitte

 avec la Paie des Moissonneurs 1882 qui contraste avec le dessin idyllique et mièvre du retour des champs d'Augustin Mongin 1843-1911

Augustin Mongin Retour des champs

tandis que le faucheur de Léon Chevreuil 1852-1939 rend hommage à la population rurale mais aussi au produit de son travail, ici un champ de blé doré qui tient la vedette autant que le faucheur.

Léon Chevreuil Le faucheur

Charmant musée château de Nemours qui ne déçoit jamais.

Posté par maison43 à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juillet 2017

Hendrik Beikirch- Evry

Elle se nomme Darya, elle a 83 ans, elle vit en Sibérie où l'artiste  allemand de Street-art Hendrik Beikirch dit ECB né en 1974 la rencontre. Elle a trouvé sa place dans le quartier des Pyramides à Evry en Essonnes.Vieille Femme sibérienne

Posté par maison43 à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2017

Château de Nemours

Château vue sur le Loing

Construit sur la rive gauche du Loing, au milieu du XIIè siècle par Gauthier 1er de Villebéon, grand chambellan des rois Louis VII et Philippe Auguste. Le château de Nemours en Seine et Marne était situé près d'un gué et constituait une place forte entre les châteaux royaux de Moret, Grez, Château-Landon.Château de Nemours au 12è dessin de 1910

Lithographie de Nemours Paul Mérar 1620

Anciennement entouré de remparts, il protégeait la ville de Nemours.Château de Nemours

Devenu propriété de la ville de Nemours, il est transformé en musée depuis 1903.

Château de Nemours 2

Château de Nemours 5

Château de Nemours 3

Riche de plus de vingt mille oeuvres à dominante beaux-arts du 19è et du début du 20è. Les trois fondateurs du musée sont le sculpteur Justin-Chrysostome Sanson 1833-1910, l'imprimeur taille-doucier Adolphe Ardail 1835-1911 et le peintre Ernest Marché 1864-1932. Pour plus de renseignements sur l'Historique du château voir le site : http://www.richesheures.net/epoque-6-15/chateau/77nemours-historique.htm et celui de la ville : http://www.nemours.fr/chateau-de-nemours

Posté par maison43 à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


11 juillet 2017

Jardins- Exposition- Grand Palais

Fresque de PompeïQuelques pépites dans cette exposition, pour une non-fan de jardinage. Accueillie par une fresque de Pompeï, bon présage pour une fan de ce lieu. Et juste en face Giuseppe PenoneGiuseppe Penone

P7060146

(dont l'arbre à voyelles en bronze du jardin des Tuileries fait la nique aux arbres qui l'entourent) avec, ici, une toile en frottis de feuilles : des couleurs végétales et une chemise en tissu; vingt deux siècles séparent ces deux représentations de la nature, assez bouleversante cette étonnante promixité de l'art antique et de l'art contemporain sous la vigilance amusée d'une petite tulipe en bois créée par l'artiste japonais Yoshihiro Suda né en 1969.Soil library Loire 2017 Koîchi Kurita

Et puis le rappel de notre humaine condition ' tu es poussière et tu retourneras poussière', rappel qui se concrétise par 400 prélèvements de terre effectués le long de la Loire de sa source à l'estuaire, soit du Mont Gerbier de Jonc à la région de Nantes jusqu'à l'Océan Atlantique, prodigieuse diversité des sols qui nourrissent la nature dont nos humaines poussières. Amusant ce besoin de l'Homme de s'approprier cette nature si indépendante, par différents procédés, pour les plus scolaires ce seront des herbiers, pour les plus scientifiques, ce seront des planches de reproduction, pour les artistes des peintures, des papiers découpés, ou des représentations

Louis Marc Antoine de Robillard d'Argentelle 1777-1828

papier

Girolamo Pini 1615 Etude de botanique

en verre, en cire, en porcelaine et pour les riches amateurs en diamant. Qui dit jardin, dit jardinier, en voilà un superbe, réaliste et romantique à la foisEmile Claus Le vieux jardinier 1885

riche des couleurs empruntées à ses fleurs, nous le devons au peintre belge Emile Claus 1849-1924 qui appartiendra au luminisme, mais qui dévoile ici une peinture sociale où l'humble jardinier au regard vifle vieux jardinieraux traits usés de fatigue tranche avec cette probable demeure bourgeoise où il entre les pieds nus. Des photographies bien sûr, belles forcément de la luxuriante beauté des fleurs et des plantesFranz Gertsch Gräser I 1995-1996

et non, ce n'est pas une photographie, mais une peinture d'un peintre suisse Franz Gertsch né en 1930 qui méritera un approfondissement ultérieur de ma part; une petite pépite couleur coquelicot n'est pas inintéressante non plus d'un artiste contemporain né en 1949 Bertrand LavierBertrand Lavier Rouge géranium par Duco&Valentine

qui joue avec nos idées sur l'art, ludique, provocateur, facétieux, diffèrent, j'aime forcément. Et puis papillonner lentement de fleurs en fleursEmil Nolde 1934

Berthe Morisot

Koloman Moser Soucis 1909

Gustave Caillebotte 1893

 se rafraîchir à la source de Jean Michel OthonielGrotta Azzura J-M Othoniel 2017

se poser sur un banc, croiser un Bonnard, un Picasso, un Monet, un Watteau, des peintres qui me sont familiers et dans un dernier élan, s'arrêter une dernière fois devant Lionel Esteve qui nous offre un bouquetPapiers de provence 2016 Lionel Estève

.

Posté par maison43 à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juillet 2017

Expositions Haute Loire été 2017

Jacqueline Etaix au Conservatoire National de Botanique du Massif Central à Chavaniac Lafayette ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h. 

Picasso : La Maternité Hôtel Dieu Le Puy en Vélay

Sculptures de Jaume Plensa MAM St Etienne 

Sol Art Parc à Riotord

Land Art au lac Pavin

Oeuvres de Flaye du 1er Juillet au 31 Août au Brignon

38e Salon artistique de Haute Loire Commanderie St Jean et Centre Pierre Cardinal Le Puy du 6 Août au 18 Août

8e Biennale Aquarelle à Brioude du 13 au 25 Juillet 

Serge Labegorre Centre culturel Nicolas Pomel à Issoire du 3 Juin au 24 Septembre.

 

Posté par maison43 à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2017

David Walker

David Walker - Lieusaint

Artiste anglais né en 1976, il réalise des portraits à la bombe aérosol. Oeuvres réalisées sur des murs ou sur des toiles qu'il expose en galerie. La communauté d'Agglomération Grand Paris Sud a mis en place un festival Street Art depuis 2015. Des artistes locaux et mondiaux peignent les murs d'immeubles dans plusieurs communes du Grand Paris Sud durant tout l'été 2017. Ce portrait féminin de David Walker se situe à Lieusaint en Seine et Marne dans la rue de Paris.

Posté par maison43 à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juillet 2017

Chloé Delaume - Certainement pas.

chloé delaume

 La vie de cette auteure est un labyrinthe où le père-Minautore a tué sa mère; son fil D'Ariane à Chloé c'est l'écriture; de son nom d'origine Nathalie Dalain, elle choisit de renaître sous le nom de Chloé Delaume, le prénom de l'heroïne de l'Ecume des jours, et le nom tiré de L'Arve et L'aume d'Antonin Artaud. Son écriture très singulière s'inspire en partie de l'Oulipo (http://oulipo.net/fr/oulipiens/o), et de sa personnalité singulière et fort étonnante (http://www.chloedelaume.net/

Le livre est un roman, prétexte pour mettre en évidence nos humaines défaillances, nos lâches compromis, nos modes de fonctionnement les plus commodes à défaut d'être les plus nobles. Elle met en scène 6 personnages, internés à l'Hôpital St Anne, dans un pseudo jeu de Cuedo :

' Vous voilà inutiles, des rebuts de carnage, druides grotesques bâillonnés en marge du festin où en bons citoyens vous devriez trôner une pomme blette dans la glotte, du persil en bouquet boule-quiessant vos conduits. Vous n'êtes plus consommables mais restez toujours pleutres, recroquevillés hirsutes la crainte bleutée au ventre, incapables d'affronter le pourquoi salvateur, le pourquoi du vicié, le pourquoi de l'erreur. Vous redoutez sans cesse qu'en scannant la question vous restiez filles de Loth, statufiés et salins lorsqu'en l'horloge interne résonnera l'heure des comptes.'  extrait.

 Ces six personnages vivent leur déchéance sous l'autorité fantomatique d'un Docteur Lenoir avec en marge une narratrice omnisciente qui nous maintient gràce à ses messages personnels dans une certaine réalité qui pourrait nous échapper parfois vue la richesse abyssale de l'écriture. Et puis il y a l'auteure qui n'en peut plus de ses personnages : Non seulement ils sont lamentables, vils et accablants de médiocrité, mais leur lâcheté est irrecevable. extrait.

Laissons et c'est bien normal le mot de la fin à Chloé Delaume :

C'est moi qui réside au fumoir. C'est moi et je vous ai vus tuer. Comprenez qu'au plateau je saupoudre granules, je suis du Cuedo place de Grève, je vous promets ainsi un supplice bouclé. Je remets dans la boîte cartes, armes miniatures et feuillets à cocher. Quant à mon dépôt de strychnine, je n'ai pas le choix vous savez. Si je ne tue pas ce rat, il va mourir.

Voilà, c'est fait, les personnages sont tués, le Docteur Lenoir qui n'a jamais existé disparu, quant à la narratrice omnisciente, elle est remerciée pour son incompétence à gérer ces ingérables internés. L'auteure met le mot fin à son roman, après une dernière pirouette que je vous livre :

Fin de partie

Chloé

Ça y est, vous avez fini de lire ?

Le docteur Lagarigue 

Oui

Chloé

Alors je peux sortir mardi ?

Le docteur Lagarigue

Ma réponse est dans votre titre.

Bien aimé ce roman plus essayiste que romanesque, à l'écriture peu banale dont l'humour n'est pas exclu.

 

Posté par maison43 à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2017

Giuseppe Pellizza da Volpedo 1868-1907

Le Miroir de la Vie Giuseppe Pellizza 1895-1898

Peintre italien né à Volpedo en 1868. Giuseppe Pelliza peint de 1895 à 1898 Le Miroir de la Vie (et ce que fait l'une, les autres le font aussi). Tableau exposé lors de l'exposition 'Au delà des étoiles' à Orsay. Pellizza est l'un des représentants du groupe divisionniste italien ( Néo-impressionnisme  mot apparu en 1886 pour désigner un style qui persiste jusqu'au début du XXe : procédé pictural appelé restrictivement divisionnisme ou pointillisme mis au point par Seurat)  Définition tirée du livre : Les Mouvements dans la Peinture de Patricia Fride-Carrassat et d'Isabelle Marcadé. Vers 1892, Giuseppe retourne dans son village et épouse une fille du pays Théresa, il magnifie alors avec un certain réalisme la nature et les animaux.

Un lien sur Youtube pour le connaître davantage :   https://youtu.be/mMvMNlVP6yw

 

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :