11 septembre 2013

Michel Puyraymond peintre Haute-Loire

Cheminements

Peintre résidant au Puy en Vélay, il expose ses toiles dés l'âge de 14 ans, spécialiste de la fresque, il travaille aussi pour l'UNESCO. Première rencontre avec ce peintre à Craponne sur Arzon dans une galerie d'art ...

Cheminements où se mêlent 3 religions qui se rejoignent pour toucher ensemble le ciel. 

Et pour un peintre vellave, normal d'y trouver St Michel d'Aiguilhe. je sais que votre talent est multiple, à vous revoir donc Monsieur en d'autres lieux.St Michel d'Aiguilhe

Posté par maison43 à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


10 septembre 2013

Clèves - Marie Darrieussecq

Clèves

Difficile de classer ce livre, pornographique, pédagogique, initiatique ? en tout cas ni poétique ni classique. Il y a des vies qui sont dures et sombres et celle de Solange l'est partiellement.

Tout tourne autour de la sexualité, frustre, primitive, machiste. A croire que la puberté n'est que cela. A croire que pour une adolescente des années 80,  le désir sexuel n'est qu'histoire de bite, à sucer de préférence, la description assez savoureuse de la première fellation de Solange vaut le détour, on sent un certain vécu mais pas celui de tout le monde toutefois, une soumission à l'homme bien ancrée ... on sent que Marie Darrieussecq a entendu des confessions troubles, pas faciles d'enfances malmenées.

En fait, je suis très fleur bleue, toujours ! et je ne souhaite à personne un tel éveil à la sexualité; pour Solange la petite héroïne il y a d'abord la bite à son père entrevue (?) çà et là, puis celle de Monsieur Bihotz qui lui sert de nounou, après il y a celle des garçons de son âge ... ses désirs à elle, ses rêves ne comptent pas. D'ailleurs toute petite, elle comprend le mot pute : 'Elle comprend le mot, elle le comprend définitivement, pour la vie. Un avant et un après de la compréhension du mot pute; A l'intérieur d'une petite fille, il y a une pute.' extrait. Pute et soumise, tout un programme.

Voilà à la page 17, tout est dit, tout est décidé, programmé sans que Solange ne songe à se rebeller ni à chercher autre chose, même si Marie Darrieussecq lui permet une sensualité débridée à la fin du livre : ses expériences navrantes ne l'ont pas dégoûtée, ni de la vie, ni des hommes !!! ouf, belle nature que cette Solange là. 

Bon, Marie Darrieussecq se contente de narrer à mots grossiers la vie de Solange, qui n'est pas née dans le 16ème, même si dans le 16ème tout est loin d'être rose, mais c'est exprimé dans un langage plus châtié ! elle ne prend pas partie, n'explique pas, reste neutre, elle réagit en psychanalyste quoi ! C'est sans doute ce qui énerve un peu !!! C'est sans doute aussi le but recherché, éveiller les consciences, interpeller, amener à la reflexion.

Solange va s'en sortir; une suite lui est donnée dans le Darrieussecq de la cuvée 2013 'Il faut beaucoup aimer les hommes'.

A suivre donc.  

Posté par maison43 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2013

Ravin de Corboeuf, La Galoche, Champs Clos à Rosières

ravin 6

Situé à 20km du Puy en Vélay, Rosières petit bourg de l'Emblavez, où la Loire étale ses gorges nous offre un site particulier : Le ravin de Corboeuf est à proximité de l'ancienne voie ferrée dite réseau du Vivarais de la Compagnie de chemins de fer Départementaux (CFD) nommée aussi La Galoche  qui reliait  Lavoûte sur Loire à Lavoûte sur Rhône en Ardèche sur 201 km de voies. Ouverte en 1890, elle fut fermée en 1952. Trafic de voyageurs, de bois pour les mines, de vin, de grains, de dentelles... A Lavoûte sur Loire, elle était reliée à la ligne PLM Saint-Etienne - Le Puy-en-Velay. Deux tronçons furent épargnés lors de son démantèlement, dont la ligne Dunières à Saint-Agrève. Cette dernière est maintenant la propriété d'un Syndicat Intercommunal, regroupant toutes les communes traversées. Elle est désormais à vocation purement touristique. http://www.asso-vfv.net/horair_tarf.htm

 Aujourd'hui à partir de Rosières, la Galoche est devenue une voie verte de 22kms jusqu'à Yssingeaux. Une locations de vélos est possible à Rosières au point de départ de la voie. Les ouvriers chargés de construire les voies portaient des galoches en remplacement des sabots vite remplis de terre d'ou le surnom de la voie ferrée.

Nous, on se contentera pour cette balade, du ravin de Corboeuf dont le départ se situe au départ de la Galoche, avec Parking devant la Gendarmerie, puis et direction vers l'ancienne voie ferrée jusqu'au viaduc où l'on pourra suivre le panneau 'Ravin du Corboeuf', le chemin est tracé en jaune et donne quelques beaux points de vues sur le canyon. Il y a  40 millions d'années, un immense lac recouvrait le bassin du Puy et l'Emblavez.

Ravin 1

ravin 2

Entre 25 et 30 millions d'années, des sédiments arrachés au socle granitique  se sont déposés et ont formé des argiles marneuses. il en subsiste quelques étendues de peu d'envergure sur la route du Puy-St Etienne, mais celle qui constitue le ravin de Corboeuf vaut vraiment le détour, aux couleurs bleu gris, rouge ou vert, elles sont très attirantes et en même temps

ravin 3

ravin 5

inquiétantes ; une certaine instabilité peut provoquer des glissements de terrains, notamment dans les zones citadines où l'on a construit imprudemment.  Balade facile nécessitant toutefois des tennis.Champs Clos 2

On ne peut quitter Rosières sans aller au  calvaire. Dominant le bourg, le Champs clos ou Calvaire, fut édifié sur l'initiative de l'abbé Chanal en 1820. Un mur en forme de fer à cheval, des niches et des croix de pierre en Arkose de Blavosy : lors des enterrements, le cercueil était déposé sur l'autel de pierre situé au milieu de l'enclos et les fidèles faisaient le tour des 14 stations de croix.

Champs Clos 1

 A Pâques, lors du jeudi saint, les Pénitents processionnaient, les pieds nus, dans ce particulier chemin de croix. le premier Novembre, on allumait la lanterne des morts.

 

Et pour finir une échelle de descente de croix, un crâne d'Adam, avec un christ assez primitif. 

calvaire détail

 

Posté par maison43 à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 août 2013

Dis moi

mon bel ange brun, raconte moi le ciel ....et je te donnerai des nouvelles de la terre.

Posté par maison43 à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2013

L'arbre bleu - Pierre Alechinsky 1927

arbre3

Posté par maison43 à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 juin 2013

Keith Haring

Keith Haring autoportrait

Courte vie de 58 à 90. Bien remplie pour un seul homme, bon dessinateur, fan de Dubuffet, Pollock, Paul Klee, Pierre Alechinsky, Warhol, Basquiat, suivra une école de dessin publicitaire, pas longtemps, puis l'école of Visual Arts à New York qu'il quittera avant d'avoir son diplôme, il s'en moque un peu de tout cela Haring, la rue est son atelier, le métro et les murs Keith Haring 2ses toiles ... il y rencontre là un publicKeith Haring 3

K Haring

et ses petits bonshommes dessinés à la craie deviennent célèbres. Ses nuits, il les passe dans les clubs où artistes en tous genres se croisent, musiciens, comédiens, écrivains et peintres. Provocateur, il utilise son talent  et ses dessins pour se faire messager en faveur de la discrimination raciale, religieuse, sociale. Il défend toutes les causes Haring, c'est de son âge.

K Haring 3

Il critique également le capitalisme, les technologies nouvelles que sont l'ordinateur et la télévision qui détruisent le cerveau, Keith Haring 4

Keith Haring 6la peopolisation dont il est pourtant un grand bénéficiaire. Son homosexualité qu'il revendique en permanence dans ses dessins fera de lui une des nombreuses victimes duKeith Haring 14

SIDA. il utilisera son énergie à se battre pour lui et pour les autres envers ce fléau. Le petit diable cornu, à gauche représente le virus du sida,Keith Haring 1988

l'énorme virus phagocyte le petit homme .. Haring pense qu'il survivra à son oeuvre, la mort éjacule sur les fleurs qui ne meurent pasKeith Haring 1989. L'art survit.

 La vie de Haring se raconte dans ses

Keith Haring 7Keith Haring 10

   

 

 

 

  Keith Haring 9

   

Keith Haring 12

 dessins ...  Sa production est remarquable, il a eu une petite dizaine d'années pour être omniprésent, avec le potentiel qu'il avait, il aurait forcément évolué. Il a le sens du commerce, Haring, il vend de l'art à petits prix, ce qui se défend ! 

Jusqu'au 18 Août 2013 au Musée d'Art moderne. 

Posté par maison43 à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2013

Ron Mueck

Mask Ron Mueck

Né en 1958, australien, il commence par faire des marionnettes pour la télévision (le Muppet Show) et le cinéma.  Il travaille avec sa belle mère Paula Rego, plasticienne portugaise et réalise pour l'une de ses compositions en 96 un Pinocchio.   

Silicone, résine, peinture à l'huile ...

Les personnages de Ron Mueck, ce sont les autres, notre voisin, nos vieux parents, le vieux couple Femme Ron Mueck détailRon Mueck détail couple

d'à côté, on remarque les rides, les veines, les expressions, leur lassitude ... on n'est pas très gai chez Ron Mueck, les gens heureux, c'est pas son truc;  on critique un peu, mais c'est comme un miroir, ce n'est pas vraiment nous ...c'est nous sans l'être vraiment ... et qu'ils soient géants ou nains, ne change rien à l'affaire. Il nous apprend l'indulgence Ron Mueck pour les autres, pour lui, pour elle, pour toi ... pour nous même. 

Les personnages de Ron Mueck, c'est nous, aussi. Mais c'est aussi  des histoires à écrire ...

Qui  est cette drôle de petite bonne femme ? on la croirait sortie de sa Cromagnie .. malicieusement,

Ron mueck

Ron Mueck détail

elle nous regarde et se moque de nous .. au diable les diktats, au feu vos croyances,  moi je suis heureuse, ce soir, j'aurai du bois pour entretenir le feu, car oui, je suis Vesta ...déesse éternelle ...et je ris de vous pauvres humains emprisonnés dans vos vies. 

Lui, c'est Thomas l'incrédule, celui qui ne croit que ce qu'il voit, à moins que le gang adverse ne l'ai blessé, lui le Crip invincible, et il n'en revient pas .. tout est permis avec Ron Mueck, l'histoire de ces personnages, c'est vous qui l'imaginez ...Youth

 Young Couple détailQuant à toi, tu me lâches, tu me fais mal,

young couple face

inutile de me retenir ...

Celui là, je l'aime bien cet homme, nu dans un bateau .. son air indifférent, l'air de rien, m'amuse, on dirait un tableau de Hopper en chair et en os ... ne fais pas ton fier, va, je t'aime bien, ne fais pas la tête, ni l'indifférent, man, prends la couverture, my dear et suis moi !Man in a boat

A la Fondation Cartier jusqu'au 29 Septembre 2013.

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2013

Simon Hantaï

Pas aisé à suivre le Simon Hantaï un vrai labyrinthe. Faut dire qu'il a laissé peu d'indices, secret, pas très bavard, un peu sauvage, pas franchement préoccupé par son image, il se retirera de la vie sociale : il y a 15 ans, je me suis placé en dehors. Je me suis retiré du centre, parce que vouloir se placer au centre n’a aucun sens, interdit d’avoir une vision critique. Il ne reste qu’une fonction sociale. Alors, je suis rentré dans l’atelier, sans considération du marché, librement. C’était la seule solution. Sinon la peinture devenait de la chose, du produit. C'était en 1982 à l'âge de 60 ans.

Peut être était il au bout de ce qu'il désirait exprimer en peinture, peut être désirait il vivre autre chose.

Né en Hongrie en 1922, il suivra après des études pour être ingénieur, les Beaux Arts à Budapest, il y rencontrera en 1945 sa femme Zsuzsa Biro. En 1948, après un passage en Italie, ils viennent s'installer à Paris.Les Baigneuses

 Les Baigneuses sont un tableau particulier, je trouve, une sorte d'exercice, une inspiration venue des musées, un essai pictural, rapidement Simon Hantaï s'intéresse aux mouvements en vogue, le surréalisme alors en déclin, lui convient par les expériences apportées : collages, découpages, pochoirs, raclages, inclusion de végétaux, d'os, plumesL'arbre des Lettrés

Femelle-Miroir II 1953

Regarde dans mes yeux

 

... et il produira plusieurs tableaux avec une touche assez personnelle, très anatomique, disséquée ...en 55, il abandonne ce style et s'intéresse à Pollock et à Georges Mathieu, et Simon Hantaï s'éclate en même temps que

Peinture 1954

Peinture 1956

Peinture 1959

sa peinture : il éclabousse sa toile de couleurs vives, recouvre le tout de peinture sombre, puis racle, d'un rythme quasi musical  à l'aide d'un cercle métallique de réveil-matin; une calligraphie étrange, joyeuse, harmonieuse et finement travaillée.  Simon est un grand lecteur de textes philosophiques, de textes religieux, il y a chez cet homme un côté maniaque, obsessionnel et sublimé, intelligemment utilisé, durant une année il recopie sur une toile recouverte de peinture blanche une partie de la liturgie catholique à la plume et à l'encre, une forme de méditation initiée par la monotonie de la copie écrite à l'encre rouge, verte, violette, noire. Et puis il recouvre ces textes d'autres écrits de SaintPeinture 1958-1959 Ignace de Loyola, Hegel, Heidegger ... bientôt aucun texte ne sera plus lisible .. de visible il y aura une croix, une étoile de David, des rectangles, un peu d'or et émerge une couleur pourtant inutilisée le rose : Peinture écriture rose 1958-1959. Les premiers à plier furent Matisse et Cezanne, Simon Hantai s'y mettra à partir de 1960, il froisse la toile, la plie, le recouvre de peinture, puis la déplie. J'ai été pris par le pli, j'ai pris le pli, le pli m'a repris Le blanc, le non peint devient primordial, Hantai parle de peinture trouée.Simon HantaïMariale Détail

Les Mariales sont les manteaux des Vierges de son enfance catholique ou d'Italie; il est slave, Simon, un peu excessif donc, alors il lui en fait des mètres à Marie, de toutes les couleurs ....et puis il revient un peu dans l'idée de ses premières peintures viscéralement peintes, en 'abstractant' un maximum, alors des panses  où la toile est nouée aux 4 Panse 1964

angles, peinte, dépliée, repeinte, redéployée etc ... des sacs-ventres où chacun y voit ce qu'il veut ...et puis il déménage, va s'installer à la campagne, à Meun un village près de Fontainebleau pour voir pousser dit-il l'herbe et ses enfants, on est en 1966, il peint alors plus épuré encore, plus abstrait, plus ...., moins, il s'essouffle un peu, et intitule ses oeuvres de lassitude, les Meuns.Meun 1968 Et puis un regain, il terminera les années suivantes par les Tabulas où le pliage différent quadrille la toile, crée des fentes partoutTabula 1975

Il les dédie à Piero della Francesca et à sa Madonna del Parto. Retour à la Vierge parturiente, retour à la Mère. Fin du voyage pictural. Simon Hantaï garde une partie de son mystère.

De 82 à sa mort en 2008, il ne peindra presque plus et se consacrera à ce qu'il voudra, aimera ... il vivra.

La musique l'a accompagné, tout au long de sa vie, ses 3 fils sont musiciens, Pour Pierre, le clavecin, pour Jérome, la viole et la flûte pour Marc, ils forment le trio Hantaï. L'exposition dure, à Beaubourg jusqu'au 2 septembre 2013.

Simon Hantaï 1974

Mère de Simon Hantaï

 

 

Posté par maison43 à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2013

Tout s'est bien passé - Emmanuèle Bernheim

tout s'est bien passé

Le début de 'Tout s'est bien passé' est laborieux, indéniablement un bon narratif, descriptif, d'un voyage en métro à prendre dans le sens de la marche quand on est stressé, on sent presque l'odeur du métro, puis re-belote avec l'hôpital, aux Urgences où l'on ne fait qu'attendre, odeur d'hôpital, les examens, puis les résultats, ensuite téléphoner à ses proches, avertir la mère qui erre entre dépression et parkinson, régler les formalités bancaires pour qu'une procuration soit faite aux filles, on n'y pense toujours trop tard à cela ...c'est bien écrit, mais au final un peu monotone à lire; un récit de fin de vie à lire, un de plus .. quand soudain à la page 50, un 'je veux que tu m'aides à en finir' est accrocheur ... on y est enfin dans le sujet du livre, le suicide assisté du père d'Emmanuelle Bernheim, André. Certes, c'est un sujet à la mode, traité avec efficacité dans le bon film de Stéphane Brizé 'Quelques heures de printemps', mais la gravité du sujet  peut justifier l'abondance de livres, essais, films, la rendre même nécessaire. Cela peut se passer en Suisse, à Berne, il faut être conscient, incurable, et capable de boire un verre seul, boire d'abord un anti-vomitif, puis boire la potion mortelle qui est amère et l'on s'endort tranquillement en écoutant de la musique. Emmanuelle Bernheim évoque le film 'Soleil vert' film que j'ai également vu, où les candidats à l'euthanasie meurent en regardant des paysages magnifiques à jamais disparus. André Bernheim ne pourrait arriver à anticiper sa fin, il a besoin de l'aide de ses filles, trop fatigué pour le faire seul .. Emmanuèle Bernheim écrit donc les étapes semées d'embûches de cette péripétie ... elle écrit bien, les moments d'angoisse, les moments cocasses qui provoquent des fous rires, la vie quoi qui prédomine chez les survivants ... Gonflé le père, collectionneur d'art, esthète, aimant la gente masculine, très égoïste, caustique avec ses filles, même sa mort est une manière d'emmerder encore, une dernière fois ses filles ... bon ce père, unique on l'aime bien quoiqu'il fasse, surtout que c'est un gentil monstre-apprenti, juste un homme égoïste, charmeur et attachant. On dit souvent que les enfants sont maintenant durs à élever, on ne dira jamais assez que c'est la même chose pour les parents en fin de vie, durs à mourir !!!!

Posté par maison43 à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 juin 2013

Le Démon d' Hubert Selby Jr

Le démon

'Ses amis l'appelaient Harry. Mais Harry n'enculait pas n'importe qui. Uniquement des femmes... des femmes mariées.' extrait

Hubert Selby Jr 1928-2004 adore accrocher le chaland avec des mots grossiers dans des phrases banales. Le problème majeur d'Harry au début du livre, c'est le sexe, sans sentiment, et uniquement les femmes mariées, pas d'emmerdements ainsi .... Harry est un drogué de la baise, il est intelligent, brillant, a une gentille petite famille un peu débordante de bons sentiments, un patron qui l'apprécie, mais son addiction le prive de tout sens commun, le fait arriver en retard au travail, l'empêche de travailler, le rend petit à petit agressif  ... bon à la longue, cela finit par lasser, le problème de cet homme et l'on s'ennuie ferme; son mariage avec Linda l'apaise un court moment, et puis l'envie d'autres femmes reprend, mais le plaisir vient de l'avilissement ressenti avec une culpabilité envahissante qui le rend nerveux, malade, sujet au début à des troubles du comportement qui le mènent petit à petit à des troubles psychiatriques majeurs qui l'emmènent au meurtre .. cette seconde partie est nettement plus intéressante, Selby amène son héros à la folie, dans un crescendo de troubles de la personnalité passionnant. Je ne sais trop à quoi cela tient d'ailleurs, l'écriture répétitive jusqu'au lancinant ? le vocabulaire reste assez commun, peu recherché mais Selby a l'art du sens rythmique des phrases, prenant et efficace. Il a l'art de la transe Selby dans la description de ses meurtres, dans la narration des conséquences pour son héros. 

  

Posté par maison43 à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :