09 octobre 2012

Théodore Géricault

Pas aisé de voyager quand on est un tableau, fragile, qui mesure  7 mètres de largeur, pour une hauteur de 4m91, alors on ne voyage pas ! Le Radeau de la Méduse est donc resté au Louvre, seules les études préparatoires nombreuses ont fait le voyage, de Lille, de Paris, d'Angers, de Montauban , de Montpellier....

Tête d'étude d'après le modèle Gerfant

Pourquoi Géricault à Clermont ? Fin 1860, le duc de Morny donne à la ville de Clermont une étude de tête de Géricault pour le tableau de la méduse. Ce tableau connaîtra l'oubli jusqu'à même faire douter de son authenticité. Je passe les batailles d'experts .... Restauré, à nouveau attribué à Géricault, cette tête d'étude sert de prétexte à nous faire découvrir la démarche d'un peintre qui décida d'immortaliser un drame maritime scandaleux.

 

Géricault a longtemps travaillé à son tableau par une production de croquis, esquisses, tableaux réalistes de membres amputés provenant des cadavres de l'hôpital,

Fragments Anatomiques Etude musée Fabre

 

il a utilisé comme modèles, outre les cadavres, des rescapés du nauffrage comme Corréard et Savigny, des amis malades, des rapins et enfin des modèles professionnels . Son tableau final sera plus idéalisé, plus classique, mais les couleurs cadavériques, les expressions de Etude du pèreEtude du père tenant son fils sur les genoux mine de plomb et crayon noir

 

Tête d'étude pour le père du Radeau de la Méduse

Père du radeau de la Méduse

souffrance le distinguent d'un tableau néoclassique.     

 

Le drame maritime : En 1816, Louis XVIII est roi, les ultra-royalistes s'imposent et s'opposent aux libéraux. Le 17  juin 1816, La Méduse embarque  pour le Sénégal avec 396 personnes parmi lesquels, Savigny chirurgien, Corréard ingénieur géographe, 2 compagnies du bataillon d'Afrique où se mêlent Hommes de toutes les couleurs, cette frégate est sous les ordres d' Hugues Duroy de Chaumareys, ancien émigré officier de la vieille marine royale qui n'a pas vu un bateau depuis 25 ans. La Méduse est accompagnée de 3 autres bateaux L'Echo, l'Argus et la Loire.

Etude pour Corréard et Savigny

A la suite d'une erreur de navigation, La Méduse s'échoue sur du sable sur le littoral mauritanien, précisément sur le banc d'Arguin le 2 juillet.   Le 3 juillet pour suppléer au nombre insuffisant de canots, un grand radeau est construit, la Méduse le remorquera. Ordre est donné de couper les amarres et le radeau sur lequel 147 passagers se sont installés est laissé à la dérive. Dans la nuit du 6 au 7 Juillet, imbibés d'alcool, les nauffragés se battent, soldats contre notables dontEtude pour Savigny et Corréard

 Corréard et Savigny font partie. 45 passagers sont tués. Quelques naufragés affamés consomment des lanières de peau séchées des trépassés. Dans la nuit du 8 au 9 une nouvelle tuerie élimine une bonne soixantaine des sinistrés. Le cannibalisme se généralise et le 13 juillet, les valides jettent à la mer les blessés : la cantinière Marie Zaide seule femme à bord du radeau en fait partie. Le 17 juillet, l'Argus sauve les 15 survivants, 5 mourront peu après. Savigny fait un rapport du naufrage.  Chaumareys est mis aux arrêts en Octobre, il sera condamné à 3 ans de prison. Savigny et Correard publient un récit qui fera sensation en Novembre 1817.

La Mutinerie sur le radeau

Géricault le lit, rencontre les 2 rescapés. En 1818 il louera un atelier près de l'hôpital Beaujon, et commencera à faire plusieurs études,  il reconstituera une maquette du tableau. Fin août 1819, il expose son tableau au Salon, sous le nom de 'Scène de naufrage'. 

Scène de cannibalisme étude détail

Théodore Géricault est né en 1791. Père avocat. En1808, il hérite de sa mère. Il fréquente en secret l'atelier de Carle Vernet 1758-1836, peintre d'histoire et de chevaux durant 2 ans, puis celui de Pierre Guérin 1774-1833 autre peintre d'histoire néo classique, il rencontre dans son atelier Eugène Delacroix en 1815-16. En 1812, il hérite de sa grand mère ce qui lui assure son indépendance financière. De caractère ombrageux, il se fait exclure des Beaux Arts. 1814 c 'est sa période équestre, engagé dans la garde nationale à cheval de Paris, il peint en même temps plusieurs équidés. Puis balade à Florence, Rome, Naples. En 1817, il s'intéresse au naufrage de la Méduse.

Le Radeau de la Méduse L'Argus en vue (2ème esquisse)

 Fin août 1819, exposition du tableau au salon.  Côté politique, Géricault est tendance ultra-libérale, son tableau est une sorte de manifeste politique et social. Il est plus qu'un peintre d'histoire, il prend position pour les exclus, les indigents.  Après le Radeau, il envisageait une composition représentant la traite des noirs, mais l'état de santé de Géricault va se dégrader progressivement à partir de la fin de 1819, dépressif, atteint d'une tuberculose osseuse,  chutes de cheval qui entraineront des opérations mal supportées, Théodore Géricault connaîtra une fin de vie  longue et source de souffrances. Il meurt à 32 ans en Janvier 1824.

Etudes de Noir pour le Radeau de la Méduse (détail)

Posté par maison43 à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 octobre 2012

Fleurs sur les Champs

 Fleurs - Jardin des Tuileries

Détail

 

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 octobre 2012

Qui ?

Dame

Posté par maison43 à 17:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 octobre 2012

Land Art

 

Longs Legs Poppies

Jean Claude Borowiak est un artiste land-art plasticien sculpteur et musicien installé en Haute Loire.

Ses araignées coquelicots nous amènent à découvrir le monde particulier des dites araignées avec l'exposition de l'été à l'Hôtel Dieu 'Au fil des araignées'.

 Pour nous réconcilier avec les araignées.

 

Posté par maison43 à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2012

Dame de Vernols

 

Marq Clermont

A Vernols, dans le Cantal, vaste étendue de basalte à 1150 m d'altitude, fin XII siècle, les hospitaliers de Saint Antoine s'installent au lieu-dit La Feuillade, et Dame de Vernols siège en l'église de Vernols à la même époque jusqu'à la Révolution où elle disparait pour ré-apparaitre quelques années plus tard. Elle retente une fugue vers1905, en 1913 elle est en possession d'Henri du Ranquet qui a hérité des terres de la Feuillade.  Plus tard, Dame rejoindra les collections du Musée Roger-Quilliot à Clermont Ferrand. Une copie est exposée dans l'église de Vernols. 

ND DE VERNOLS

Dame au joli visage, impénétrable quand même, de la série de Saugues, avec son voile qui dissimule ses cheveux, son pallium, sa tunique aux plis ovales, et l'enfant légèrement de biais.

 

 

Posté par maison43 à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


01 octobre 2012

Home

home

Tony Morrison 1931

La critique est élogieuse, unanimement ... 'Si vous devez ne lire qu'un livre de la cuvée 2012, lisez celui ci', m'a dit une accorte libraire langeadoise.

La première lecture ne m'a pas enthousiasmée, à la fois trop et pas assez pour moi :

Trop de faits :

une enfance malheureuse, celle d'Ycidra dite Cee, la soeur du narrateur

une guerre en Corée 'Vous ne pouvez pas l'imaginer parce que vous n'y étiez pas'

un racisme exarcerbé celui d'une Amérique ségrégationiste des années 50

un médecin maniaque des utérus en général, et en particulier de celui de Cee qui ne pourra plus enfanter.

le meurtre d'une petite coréenne 'Comment pouvais-je la laisser vivre une fois qu'elle m'avait emmené dans un lieu dont je ne savais pas qu'il était en moi'.     

en vrac : une grand-mère méchante, des injections paralysantes, un salaud qui épouse Cee pour la laisser tomber, seule à Atlanta, une Lily couturière dont l'amour pour Frank ne durera qu'un temps, des combats organisés d'hommes

une ville natale en Géorgie 'Lotus'  dont  Frank Money  s'est échappé, où il reviendra pour sauver Cee. Il exorcisera ainsi ses démons, sa violence, Cee trouvera en elle la force de devenir une femme libre.

Pas  assez :

d'arrêt sur les personnages, pas assez de lyrisme qui vous prépare à l'action : on subit les faits dans leur violence crue, immédiate, un peu comme quand on écoute les info qui vous annoncent des centaines de morts, lors d'une catastrophe ...

Bien sûr, Toni Morrisson a recherché cet effet, alors à la seconde lecture, je me dis que c'est réussi, il y a une action  dramatique qui monte en puissance tout au long du récit avec une première chute qui transforme le héros en salaud et une seconde qui annonce une rédemption possible ...

'Sa vie avait peut être été préservée pour Cee, ce qui n'était que justice puisqu'elle avait été le tout premier objet de ses soins'

 J'ai un handicap en fait sur les autres lecteurs, c'est le premier livre de cette auteure que je lis ! on dit que Home contient tous les grands thèmes chers à Toni Morrisson ...  Pour une première lecture, un livre si condensé c'était beaucoup !!

Et si le thème essentiel de ce livre était que tout homme peut être un salaud, avec circonstances atténuantes ou pas ? Ce thème là est le plus angoissant, à mon avis.

Et je ne sais pas si j'ai aimé.

Posté par maison43 à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2012

Dame de-la-Bonne-Mort

Cathédrale de Clermont-Ferrand

Drôle de nom pour une drôle de Dame. La bonne mort pour nos anciens, c'était soit mourir en héros, pour sa patrie, soit mourir entouré des siens, de préférence âgé, et tous les cas c'était mourir absout de ses péchés, dans la foi de Dieu. S'abandonner dans les mains de Notre Dame sous sa protection devait être une Bonne Mort... cette explication en vaut une autre !! On ne connaît pas l'histoire de cette Dame de la Bonne Mort. Vierge d'or de Clermont an mil

Elle fut à l'origine Dame  polychrome au teint clair semblable aux Vierges du groupe de Moussages comme Dame d'Heume l'église ou celle d'Usson  issues sans doute d'un même atelier que l'on situe vers Clermont, mais le relooking des années 1830 l'a rendue noire et dorée, Vierge noire dorée ... dorée comme l'était la Vierge d'or commandée par l'évêque de Clermont vers 946, Vierge d'or qui était une des plus anciennes statues de Vierges en majesté connues en Occident,  Vierge dont on n'a plus que l'image tracée vers l'an mil dans un manuscrit,

 

Vierge d'or  qui servit dit on de modèle aux Vierges romanes auvergnates, Sainte Foy de Conques appartient à la même tradition, Vierge d'or enfin qui fut détruite comme bon nombre de ses consoeurs en 1792.N

Fut donc remplacée par Notre Dame de la Bonne Mort, d'origine inconnue, qui se  cache dans une des chapelles absidiales de la cathédrale de Clermont Ferrand, sombre, la seule qui ne soit pas éclairée !! Les mains de l'enfant ont été refaites plus petites que celles de l'original.

 

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 septembre 2012

Lucien Gires

Son père était sabotier à Saugues, sa mère qui venait d'une famille de tailleurs de pierre sut cultiver les talents artistiques La Tour des Anglais Huile sur toile

de ses enfants, Joseph, Louis et enfin Lucien le dernier né en 1937 à Saugues.  Zélina Gires aida souvent son fils, à tirer des affiches, à coudre des vêtements pour les personnages du diorama de Saint Bénilde. Lucien Gires se disait artisan.

Lui qui savait tailler le bois, la pierre, lui qui savait peindre, dessiner,  commença à faire des affiches pour les bals, les fêtes votives, son premier vrai travail fut de participer à la réalisation du Diorama St Joseph à Espaly avant l'armée où il apprit la technique de la sérigraphie. Le maire de Saugues lui loua la Tour des Anglais La forêt nourricière

La Forêt nourricière détail

Les saisons

à charge pour lui de la rénover. Il en fit son atelier. 

Il peint les paysages saugains, il peint les anciens métiers. Il peint sur toile, sur jute pour l'église de Saugues, il sculpte des Christs. Il peint des portraits de saugains. Lucien Gires est avant tout un peintre de la mémoire de Saugues et de ses habitants. 

L Gires

En  1989, il s'attaque à son ultime projet :

 Le musée de la bête du Gévaudan qui lui demandera 5 ans de démarches diverses avant de commencer à le concrétiser  en 1995. Sa fille Blandine lui sera d'une aide précieuse. Le musée ouvrira en 1999.

A l'office du Tourisme de Saugues, cet été ont été exposés une dizaine de ses tableaux. Lucien Gires artiste altiligérien est mort en 2002.

Posté par maison43 à 17:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 septembre 2012

Dame Romane contemporaine

Cathédrale du Puy en Velay

Posté par maison43 à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 septembre 2012

Festival Singulièrement Vôtre Mai 2013

art singulierSi d'aventure vous êtes doué en Art Singulier, Brut, Modeste ...

Posté par maison43 à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]