22 avril 2010

Douchanez au dessus de Monistrol

Une petite balade à faire avec les enfants, les chiens, jambes nues et tennis si cela vous chante, pas de ronces ni d'effort à fournir. Vous vous garez au niveau de la ferme ou un peu plus haut sur le chemin. Vous avez le plaisir, si si c'est un plaisir ! de voir au loin Rochegude, St Privat et St Didier .. vous apercevez un rocher P1040278

qui culmine à 948 m, suivez le des yeux en continuant le chemin qui s'en approche le plus ! oui c'est ludique et imprécis. Sachez que ce chemin monte sous les pins et les chênes. Au sommet une petite chapelle de St Etienne avec une vue assez restreinte sur les gorges, et bien sur le fameux rocher sans nom, (Nel, ce n'est pas le roc de la Beauche, quoique, peut être que si !), où une petite croix domine la vallée, que l'on voit de St Didier. Là, la photo est prise de Miramande à St Jean Lachalm. Laissez vos chers petits redescendre en grappillant des groseilles ...

 

 

 

 

une vue sur le barrage de Poutès, sur l'Allier,  juste avant de poursuivre vers la chapelle qui vous indique que vous êtes sur le bon sentier ! à moins que ce ne soit la vue de la chapelle et du rocher, je ne sais plus vraiment !

P1040333

 

Pour ceux qui trouvent que la balade est un peu courte et à condition de ne pas avoir de petits gnomes de - de 6 ans avec vous, prenez le chemin sur la droite assez pentu en redescendant du sentier de la chapelle, qui vous emmènera le long des gorges de l'Allier à une hauteur encore raisonnable, le point le plus bas étant à 600 m environ, et sans vous en apercevoir, vous passerez sur le roc de la Beauche, éperon rocheux le plus haut des gorges à 794 m. N'espérez pas de vue saisissante sur les gorges, il n'y en a pas ! Les gorges sont de vraies sauvages, qu'il est difficile de voir, réservées aux sportifs, genre rafting, canyoning et autres ing ... tout plaisir se mérite a t'on coutume de dire ... à songer à blablater là dessus un jour ...

 

P1040346

vous aurez par contre de brèves vues sur St Didier D'allier,

puis sur Rochegude et Monistrol... ce chemin de 6km environ vous emmène à Fontannes. Il ne vous reste plus qu'à remonter les 2 km qui vous séparent de Douchanez par la route ou de passer par un petit chemin, plus court, qui passe à côté de l'antenne que l'on a pas trouvé car on n'avait bêtement oublié la carte !!. Il y a un peu moins de 400m de dénivelé, fort pratiquable, de la chapelle à Fontannes. Si vous aimez les chèvres une petite halte à la ferme ... où une exposition se tient actuellement. Brigitte Dépalle vous reçoit fort agréablement. J'ai fait l'acquisition d'un sac en noire du Vélay, Brigitte D ayant plusieurs talents, non, cela ne bêle pas .... quoique, à l'heure du berger !

Du 6 Juillet au 22 Août : Exposition « Deux Mains » Brigitte Dépalle et Nick Cullingworth à Douchanez

Un peu tourmenté, ce Nick, dérangeant avec ces mains obsédantes.

je remets le lien du site pour celles qui souhaiteraient suivre un stage de dentelle à l'aiguille je précise, un stage d'aquarelle. Cela peut se faire à la journée.

http://www.domainededouxchene.comwww.domainededouxchene.com

 

Posté par maison43 à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 avril 2010

Centre National du Costume de Scène

Une petite halte de plaisir pour ceux qui sont attirés par la danse, les costumes, les décors de théâtre sur le chemin de l'Auvergne à Moulins dans l' Allier. 27738

Sur un site voué à la destruction, une ancienne caserne sauvée par un splendide escalier klassé monument historique par un ministre de la culture (ça sert aussi à cela, Alex), et pour justifier les dépenses énormes que cela impliquait, d'illustres individus ont eu l'idée de créer une structure vouée entièrement au patrimoine matériel des décors de théatre. 9000 costumes y dorment. Et chaque semestre, environ, un thème particulier nous en fait découvrir quelques uns. Du 9 mai au 11 novembre 2009, l'exposition est consacrée à Rudolp Noureev (1938-1993), et aux costumes, photos, maquettes de ses principaux ballets. Des extraits de films, un documentaire sur sa carrière vous sont proposés. Rudolf Noureev créa sa fondation en 1975. D'abord destinée à aider sa famille restée en URSS, la fondation devait également distribuer des aides à des danseurs, des compagnies. La Rudolf Nureyev Foundation a confié au CNCS la réalisation d'un lieu dédié au danseur. Son ouverture est prévue en 2011. Des salles permanentes lui seront consacrées.

Un bon petit moment, agrémenté d'une étape gourmande arrosée d'un pouilly fuissé pas mal du tout ....petit bourgogne de la région près de Macon, à ne pas confondre, bien sur, avec le pouilly fumé de Pouilly sur Loire, pas loin de Sancerre. J'ai tendance à confondre, encore, et pourtant je prends un soin particulier à m'éduquer ! à améliorer donc ...

site du CNCS http://www.cncs.fr/

Posté par maison43 à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2010

Devès ou Margeride

C'est du pareil au même ou presque, bon pas pour les puristes, les rigoureux dont je ne suis pas. De toutes façons, c'est encore une autre réponse ' Gorges du haut Allier'. Des contestations ? allez y, j'adore ça et ma mauvaise foi ne m'étouffe jamais, sachez le.

Le cours de l'Allier a été plusieurs fois envahi par des coulées de lave provenant des volcans du Vélay et plus particulièrement dans notre région du Haut Allier, des volcans de la chaîne volcanique du Devès. Ils prennent le nom de gardes. On compte plus de 150 cônes ou gardes sur le plateau du Devès. L'Allier a entaillé la carapace volcanique et constitué des falaises comme celle de Thor à Saint-Haon, ou bien encore les falaises de la Miramande à St Jean Lachalm. Elles sont constituées de prismes réguliers dits orgues volcaniques et ont été souvent exploitées en carrières par l'homme. Le site de St Didier correspond en partie à cette accumulation de lave venue du plateau.st_didier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'un côté à l'est de l'Allier, le Devès donc avec ses gardes et son plateau de près de 700km2 qui constitue le plus grand plateau volcanique de France entre l'Allier et la Loire et dont l'altitude moyenne est de 1000 m, de l'autre côté à l'ouest de l'Allier, la Margeride où dominent les roches granitiques. Le territoire de la communauté de communes du pays de Cayres-Pradelles couvre la moitié du plateau du Devès. St Didier se trouve sur ce territoire. St Privat, à 5 km, se trouve sur la communauté d'agglomération du Puy en Velay. mono

 Voici la première page du livre de l'abbé Jammes qui décrit l'arrivée sur Saint Privat d'Allier, sans doute, par le chemin de St Jacques si prisé aujourd'hui, la route n'existant pas encore. Du Chier, vous voyez St Didier. Jammes qualifie les gorges de belles horreurs, tant il est vrai que ces magnifiques paysages qui reposent les citadins fatigués que nous sommes devaient être pour leurs habitants, sauvages, difficilement explorables et praticables. La route qui part de Saint Privat en passant par St Didier et qui aboutit à Alleyras vous offre quelques belles vues sur les gorges. Des rochers de la Miramande, à St Jean Lachalm c'est encore mieux. Vous avez un beau panorama. Et pour les plus sportifs, une petite via ferrata .. on en reparlera de cette via.

 

Posté par maison43 à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 avril 2010

Arvernes et Vellaves

Un peu escagassée par notre charmant architecte dont l'origine auvergnate pure, historiquement parlant bien sur, constituait à ses yeux une franche supériorité sur le vellave (Vélay) qu'il était devenu par la nécessité de sa profession, je me suis intéressée à l'histoire de l'Auvergne en agrémentant cette lecture de petits carrés de chocolat, à défaut d'avoir les nougats de Noël de notre native du Teil qui, dans ce cas précis, me sembleraient bien appropriés.* A chaque fois que vous lisez Arverne, ingurgitez un carré de chocolat, et vous trouverez dans ce texte un intérêt historico-gourmand qui agrémentera cette chiante lecture.

Venus d'Europe centrale, les Celtes ou gaulois étaient divisés en peuplades, dont l'une était les Arvernes. De cette époque -500 avant JC environ, datent les limites de l'Auvergne historique. Posidonios (-133à-49 avant JC), grec que nous connaissons tous parfaitement, écrivit "Les Arvernes étendirent leur domination jusqu'à Narbonne et aux frontières de Marseille. Ils dominaient les peuples jusqu'aux Pyrénées, à l'océan et au Rhin". Vous comprenez mieux la légitime fierté de notre architecte d'appartenir à ce noble peuple. Les Vellaves étaient les vassaux des Arvernes. La conquête romaine mit fin à cette suprématie des Arvernes en -121 avec la défaite du roi arverne Bituit, toujours bien connu de nous tous, que l'on situe dans la vallée du Rhône aux environs de Bollène. Ajoutez à cela le nom d'un célèbre arverne Vercingétorix (-72 à -46)** et vous comprendrez qu'il y a de quoi s'enorgueillir d'être un auvergnat de pure souche. Quant à l'Auvergne historique elle correspondait au Puy de Dôme, au Cantal et au Brivadois ( bassin fluvial de l'Allier et le secteur de la Chaise- Dieu)..

* comment ça c'est qu'à Noël les nougats ?

** pour ceux que cela intéresse, suivez la bataille de Gergovie ok, il faut aimer !! http://www.gergovie.fr/htmfr/gergovie.html

1 minute pour lire ce message, si vous avez suivi mes conseils, cela vous fait 7 carrés de chocolat. Et 7 carrés de chocolat à la minute me parait être un bon score !

Voici la carte de l'Auvergne d'aujourd'hui

 

carte_auvergne

Posté par maison43 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 mars 2010

Le pont du diable

En carnaval, des jeunes gens et des jeunes filles masqués dansent vers ce lieu. Ils savent qu'ils sont tel nombre. Sans savoir comment il est venu, un nouveau personnage se trouve tout à coup au milieu du groupe. Personne ne peut le connaître. Voilà que ses yeux lancent des éclairs, de sa bouche sortent des flammes. - Débandade : car on dansait avec le diable.

Légende extraite de la Monographie de la Paroisse de St Privat d'Allier écrite par l'Abbé Adolphe Jammes.

Pour info, le pont du diable se trouve sur votre droite à la sortie de St Privat en direction du Puy, quand vous prenez la petite route qui va au Villard et au Chier. Il y a là le premier moulin de St Privat d'Allier.

Posté par maison43 à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2010

Dentellière

350 heures de travail pour un slip en dentelle ... cela laisse rêveur, non ... sur d'une part, le prix du dit slip, d'autre part, sur le salaire de la dentellière sûrement pas en rapport ... et je ne vous parle pas du maniement des fuseaux .... impressionnant pour une néophyte !! si, si je vais m'y mettre ...

En mémoire de Marie,marie_PB cette curieuse petite vieille bonne femme, arrière grand mère de Rose, je suis allée au centre d'enseignement de la dentelle au fuseau. C'est fort surprenant de ma part, je sais, mais j'étais attirée (très légèrement) par cet art de la dentelle si éloigné de moi mais surtout attirée (très fortement) par une exposition de dessous en dentelle qui portent des noms prestigieux comme Christian Dior, Chantal Thomas. Peu de pièces à voir, toutefois. Allez jeter un coup d'oeil sur le site si cela vous intéresse :

http://www.ladentelledupuy.com/

Après avoir visité, et vu un petit film de 10 minutes ce qui est fort rapide, et suffisant (point trop n'en faut) vous accédez à l'atelier où des cours sont donnés. Sept, huit femmes y travaillaient, 2 jeunes pour y devenir dentellières .. j'ai interrogé le professeur :

' et quel débouché se présente pour ces jeunes filles ?

l'enseignement

oui mais le débouché pour celle qui ne souhaite pas enseigner ?

il y en a peu, de grandes maisons, mais c'est rare, l'enseignement c'est un bon débouché oui.

Donc vous l'aurez compris, les jeunes dentellières se destinent à l'enseignement, seule une ou un, arrivera à se faire un nom en temps que créateur.

Et vous avez beaucoup de personnes en stage de broderie ? aïe, aïe ... de dentelle, je veux dire.

Il faut dire qu'une jolie brodeuse, faisait dans son coin un stage de broderie perlée et or ... d'où ma confusion incongrue dans un centre d'enseignement de la dentelle ... Je vous rassure les petites chéries, on peut aussi apprendre à broder. Je me gausse, moi qui ne sais rien faire de mes doigts, mais je sais qu'il y a plus d'une des filles de la famille qui a hérité du talent de Marie et qui n'est pas gauche de ses mains, et pourquoi pas, un jour si vous en avez l'envie, la possibilité de faire un stage ? Cela existe même par correspondance.

Un autre lieu où faire des stages :

http://www.domainededouxchene.com/

Pour celles qui ne sont pas douées pour la dentelle, il y a, si vous aimez, des chèvres à acheter, là où Rose et Maurice venaient déjà, il y a longtemps.

 

Posté par maison43 à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 août 2009

François Gagnaire - Le Puy en Velay

Ce jeune chef, natif de Chadrac, faubourg du Puy, né en 67 est installé depuis quelques années en face du parc. Le restaurant où l'homme qui partage ma vie et moi même nous nous sommes fiancés, il y a quelques 40 petites années, était à cet emplacement, précisement juste la maison d'à côté. Une étoile au Michelin, pas contestable.

Repas délicieux, dans une salle qui manque un peu de charme (je suis difficile !) mais largement compensée par la finesse, la saveur, et la présentation des mets.

Francois Gagnaire joue avec les saveurs, les productions régionales (lentilles, verveine, et les paysages ... agricoles ) . Ses gaufrettes fourrées d'une crème de banane au safran, couchées dans un champ de caramel à la fleur de sel éclatent dans votre bouche, d'abord croustillantes, puis rapidement fondantes d'une crème, à se damner ...

Et comme nous fêtions mes 60 ans, ce fut du Pouilly Fuissé, vieilles vignes 2006.

Les dites gaufrettes évoquent bien sur les meules de foins ....assorties, et quelle classe, à la couleur de mes mèches ! c'est du blond pétasse ou je ne m'y connais pas ! et cela tombe bien, j'ai un gros faible pour le style pétasse

 

 2014 Restaurant fermé. François Gagnaire a ouvert un restaurant Anicia à Paris. 

Posté par maison43 à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2009

Un ange m'a dit

Jeseph, jessef.

traduction : José, j'ai soif

C'est le langage des anges.

Bois, bois, mon ange jusqu'à plus soif.

On n'a jamais autant aimé que ceux que l'on a perdus.

Sont ils ballots, ces humains ! ricane la camarde

Hé, toi là haut, homme devenu ange, qu'en dis tu ?

salut.

salut à toi aussi.

Pas bavard, l'ange, mais pas oublieux des dates !

Depuis 13 étés, il revient toujours me saluer à cette date là, mais on n'en saura pas plus.

Mystérieux, l'ange.

Faut dire, faut dire qu'il a toujours été particulier cet ange là.

Posté par maison43 à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2009

Poupées Russes

Nous sommes des poupées russes ..

il y en a des cartonnées, des cotonnées, des ouatées, des bétonnées, des hérissées, des brûlantes, des glaciales, des sociales, des bien pensantes, des rigolotes, des chiantes, des désespérées, des désespérantes, des kaléidoscopiques, des àchier ...

Leur nombre peut être infini, leur forme multiple, leur couleur irisante, leur noirceur profonde ...

Sous quelle poupée russe se cache t'on ?

Où se trouve la toute minuscule première ?

Voici un extrait de Narrateurs sans âmes de Yoko Tawada

Le serveur posa mon bortsch sur la table et sourit à Sacha, qui jouait à côté de moi avec la poupée en bois, la matriochka. De son ventre, il sortit une ronde paysanne. La petite poupée fut à son tour aussitôt démontée, et de son ventre sortit – surprise prévisible – une autre encore plus petite. Le père de Sacha, qui pendant tout ce temps avait observé son fils en souriant, me regarda et me dit : « Quand vous serez à Moscou, achetez une matriochka en souvenir. C’est un jouet typiquement russe. »
Nombreux sont les Russes qui ignorent que ce jouet « typiquement russe » ne fut fabriqué en Russie qu’à partir de la fin du dix-neuvième siècle, d’après d’anciens objets japonais. J’ignore seulement quelle poupée japonaise peut bien avoir servi de modèle à la matriochka. Peut-être une kokeshi, cette poupée dont ma grand-mère m’a parlé un jour : il y a très longtemps, à l’époque où les habitants de son village vivaient dans une profonde misère, il arrivait que des femmes tuent leurs enfants aussitôt après la naissance pour éviter de devoir mourir de faim avec eux. Pour chaque enfant tué, on fabriquait une kokeshi, ce qui signifie « l’enfant-supprimé », pour qu’on n’oublie jamais qu’elles avaient survécu aux dépens des enfants.

À quelle histoire la matriochka pourra-t-elle être associée, plus tard ? Peut-être à l’histoire du souvenir de voyage, quand les humains ne sauront plus ce qu’est un souvenir.
« À Moscou, j’achèterai une matriochka », dis-je au père de Sacha. Sacha sortit la cinquième poupée et essaya de la démonter aussi. « Non, Sacha, c’est la plus petite, s’écria son père. Maintenant, il faut que tu les remettes l’une dans l’autre. »
Le jeu reprit alors en sens inverse. La plus petite poupée disparut dans celle de taille supérieure, cette dernière dans la suivante et ainsi de suite.
J’avais lu dans un livre sur les chamans que nos âmes peuvent nous apparaître en rêve sous forme d’animaux, d’ombres ou bien de poupées. La matriochka est sans doute l’âme des voyageurs de Russie qui, plongés dans le sommeil, rêvent de la capitale alors qu’ils traversent la Sibérie.

 

un lien, un autre pour aller plus loin, si le coeur vous en dit :

http://www.kokeshis.com/

Posté par maison43 à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]