06 octobre 2019

Georgette Agutte 1867-1922

Le très riche musée de Grenoble a hérité des toiles de cette peintre, sculptrice, céramiste que l'on associe à Marcel Sembat 1862-1922 (homme politique socialiste,journaliste collectionneur d'oeuvres d'art) qu'elle épousa en 1897. Georgette Agutte eut son petit succès en son temps. Elle n'a pas révolutionné la peinture, elle bénéficia sans doute de la notoriété de son mari, elle sut s'entourer de grands noms comme Matisse, Derain, Signac, elle témoignait dit-on d'une grande indépendance pour une femme de cette époque et au final elle laisse à la postérité des toiles aux belles et fortes couleurs d'une rare douceur fort apaisante. Il est vrai qu'à cette époque on ne concevait la peinture pour les femmes que sous cet angle.G Agutte Le jardin de Bonnières

G Agutte Marcel Sembat lisant

G Agutte Les femmes à la coupe d'orange

G Agutte Nature morte aux pastèques vases et tapis

G Agutte Le café dans le jardin

  

Posté par maison43 à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 juin 2019

Musée Jean Jacques Henner 17è Paris

Jean Jacques Henner autoportrait 1877

Jean Jacques Henner 1829-1905 est un peintre dont on connaît peu de choses intimes. Sa peinture révèle peu de lui non plus ou rarement. Né dans le Haut Rhin, dans une famille d'agriculteurs aisés qui s'intéressent à l'art, nanti de 5 frères et soeurs qui lui donneront des neveux et nièces dont il sera très proche. En témoignent les portraits familiaux. Ci dessous : Paul, son neveu, Eugénie une soeur et Séraphin, un frère. 

Jean Jacques Henner Paul Henner vers 1866Jean Jacques Henner Eugénie Wetzel-Henner 1900Jean Jacques Henner Séraphin Henner 1877 il obtient une bourse départementale à 18 ans (1847) qui lui ouvre l'école des Beaux Arts de Paris. Il acquiert le prix de Rome en 1858 grace à ce tableau 'Adam et Eve trouvant le corps d'Abel'.

Jean Jacques Henner A

 

prix qui lui permet de vivre 5 ans à la villa Médicis. Les paysages de Jean Jacques Henner ne m'enthousiasment pasJean Jacques Henner Vue du Vésuve 1862

 Il peindra souvent son AlsaceJean Jacques Henner

qu'il n'oubliera jamais. A Paris, il sort dîner tous les soirs, se crée ainsi un cercle d'amateurs qui lui commanderont leur portrait, fort sociable il fréquentera les hommes célèbres de son temps et sera fidèle aussi bien à sa famille qu'à ses amis.

Jean Jacques Henner L'architecte Georges Ernest Coquart 1860

 

Jean Jacques Henner Jules Janssen 1874

En 1871, son tableau L'Alsace, elle attend le rend célèbre. Il choisit la France et attend lui aussi. 

Jean Jacques Henner L'Alsace elle attend

 

 

On le désigne célibataire endurci, on ne lui connait pas d'enfant, il aura cependant beaucoup de femmes autour de lui, ses modèles fort nombreux, ses élèves, quand en 1874, il ouvrira avec Carolus-Duran peintre ami l'atelier des Dames qui durera 15 années. Certaines de ses élèves auront une petite notoriété comme Louise Abbema, Madeleine Smith et d'autres encore.  Les femmes, il les aime bien, Jean Jacques Henner, il les peint rousses, même si elles sont blondes, un peu d'incandescence dans sa vie, un peu de flamboyant, un peu de mystère

Jean Jacques Henner 3

 

Jean Jacques Henner 6

 

Jean Jacques Henner La Femme qui lit dit La Liseuse 1883

Au final c'est un homme de son temps ce peintre là.  Talentueux dans ce qu'il sait faire mais pas aventureux ni innovateur. Il est resté dans le rang, il a privilégié les apparences, est resté dans les normes. Même son goût pour la couleur rousse fort utilisée à cette époque ne le démarque pas. ll  peindra également des toiles religieuses, son Christ sera rouxJean Jacques Henner 10

Jean Jacques Henner tête de Christ 1883-1884

ou assez singulier dans cette étude plutôt osée pour l'époque assez irrévencieuseJean Jacques Henner Académie d'homme Christ en croix entre 1852 et 1858

je trouve. Henner désacralise le Christ, ce n'est qu'un homme souffrant, et sa rousseur le met au même rang que ses femmes sensuelles peintes. Singulières et communes à la fois. On sent que peut être Jean Jacques Henner n'a pas osé tout développer de sa secrète personnalité. On sent qu'il a préféré respecter les convenances. Mais pas toujours au final. Et ses peintures témoignent un peu de cette dualité. 

Posté par maison43 à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 avril 2019

Philippe Caspar peintre

Né en 1982 ce peintre s'expose pour un mois à l'Hôtel du département du Puy en Velay. Cette exposition met en valeur son talent de portraitiste, sa sensibilité singulière à nous faire partager une émotion. Tendresse amusée avec ces 2 toiles.

Philippe Caspar

Philippe Caspar Averse

Le dessin, c'est son truc, sans aucun doute, la couleur c'est pas mal non plus.Philippe Caspar Pacino

Pour ceux et celles dont je suis qui aiment les couleurs flamboyantes bien sûr. Philippe Caspar Backdraft

Et cette vanité qui a retenu l'attention de mes petites filles.Philippe Caspar Vanité

Exposition jusqu'au 22 Mai 2019. Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 17h.   

Posté par maison43 à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2018

Victor Brauner 1903-1966 au centre Pompidou

Victor Brauner La base et le sommet 1964

Victor Brauner Beaubourg

Il y a toujours une connivence qui s'établit entre un peintre et moi, parfois même un certain et très relatif attachement me lie à ceux que j'aime bien. Nulle recherche esthétique particulière chez moi, juste une attirance singulière liée à l'affect. Tout ce qui m'attire doit générer une émotion forte que ce soit en musique, peinture, lecture, cinéma; seul l'extra-ordinaire me plaît et quand l'humour s'en mêle c'est encore mieux.

Victor Brauner Force de concentration de Monsieur K 1934 t

Dans l'exposition permanente du centre Pompidou, j'ai donc rencontré à nouveau Victor Brauner (vu l'été dernier à St Étienne) avec une certaine petite joie, celle que l'on éprouve à retrouver une connaissance que l'on apprécie.  Comme je deviens de plus en plus paresseuse, je me contenterai pour ce message des commentaires joints aux tableaux.Victor Brauner L'expérience malheureuse 1951

Victor Brauner Endotête 1951

Victor Brauner commentaire

Une petite remarque pour l'autoportrait de Victor Brauner de 1931 qui anticipe fort curieusement l'accident de 1938 qui le priva de son oeil gauche blessé par des morceaux de verre lors d'une querelle entre les peintres Dominguez et Francès. Sur le tableau, c'est l'oeil droit qui est énucléé

Victor Brauner Autoportrait 1931

 Ce peintre a eu son lot de misères personnelles, ce qu'il a peint à sa façon avec un certain dandysme qui, à mes yeux le singularise. A vous revoir Monsieur en un autre lieu car je ne vous connais pas encore assez suffisamment pour bien parler de vous.

Victor Brauner Stable instable plaine de Théus 1942

Vous avez peint ce dernier tableau de mon message lorsque la guerre vous amena à vous réfugier à Théus. 

Posté par maison43 à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2018

Jacques Monory 1924-2018 Musée de St Etienne

Jacques Monory 1968

Jacques Monory appartient au mouvement Figuration narrative, réaction de certains artistes au pop art considéré comme un simple constat d'une société de consommation sans la critiquer, la Figuration narrative dénonce notre civilisation polluée par la surconsommation, la violence qui reste présente. Le peintre devient un militant contestataire, il privilégie le message social ou politique. Je ne peux évoquer que cette peinture vue à St Etienne qui représente une scène de rue banale où cependant se déroule un meurtre de façon anodine, à gauche une main qui tient un pistolet, à droite un homme atteint par le projectile dont on peut suivre la trace. La couleur bleue apaisante en petite quantité peut rapidement devenir oppressante en seule utilisation.

Pour en connaître davantage sur ce peintre aller sur son site : 

https://www.jacquesmonory.com/

Posté par maison43 à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 novembre 2018

Victor Brauner 1903-1966

Victor Brauner Fantomas

Au musée de St Etienne, trois peintures de ce peintre d'origine roumaine Victor Brauner qui sera naturalisé en 1963, il s'installera à Paris en 1932 où il intégrera la bande des surréalistes comme Breton, Tanguy, Ernst. La dernière exposition le concernant à Paris date de 1996. Ce peintre passera du mouvement Dada qui conteste la civilisation occidentale en maniant avec plus ou moins de talent l'humour, la provocation, la dérision et l'absurdité, au surréalisme qui prolonge Dada tout en l'enrichissant par le rêve ou le cauchemar avec une approche de l'inconscient freudien. Ces mouvements intègrent les poètes, les écrivains et même le cinéma. Dans Fantomas, Victor Brauner met en opposition le Minautore enfermé dans le labyrinthe de son esprit face à un Fantomas qui lui brise l'ordre avec une certaine liesse. Les surréalistes en feront un personnage révolutionnaire et poétique.Victor Brauner L'étrange cas de monsieur K

 L'Etrange cas de monsieur K se réfère à la figure satyrique Ubu K inventée par Alfred Jarry 1873-1907 qui se moque du grotesque humain qui semble infini et toujours d'actualité d'ailleurs.Victor Brauner Ville mediumnique 1930

La troisième toile Ville mediumnique est plus mystérieuse, se rèfère t'elle à une ville futuriste où l'humain n'a plus sa place, est elle un clin d'oeil à son père qui était médium ou a t'elle une autre signification, je ne sais pas.   

Posté par maison43 à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2018

Foujita 1886-1968

Foujita Auto portrait 1910

Rare, une exposition des toiles de Foujita, il y a ainsi une multitude de peintres qu'on voit peu, même à Paris, le musée Maillol répare un peu cet oubli en mettant en valeur uniquement le peintre des années folles, les années Montparnasse qui débutèrent vers 1900 avec un Pic après guerre où la Ruche abrita Chagall, Soutine, Laurencin, Brancusi, Léger, quand d'autres artistes comme Modigliani (dont il s'inspirera un bref temps)

Foujita Le baiser de l'oiseau 1917

  Utrillo ( qu'il copiera aussi un peu)

Foujita Montmartre Place du tertre sous la neige 1913

et  Picasso se retrouvaient dans les cafés à la mode comme la Coupole, le Dôme ou le Select où brillaient aussi les intellectuels fêtards comme Apollinaire, Hemingway, Desnos, Prévert, Artaud etc ... Oublier les femmes serait une erreur, des modèles célèbres comme Kiki de Montparnasse

Foujita Nu allongé 1922

 Youki, Fernande passaient à tour de rôle dans leur vie. Foujita arrivé en 1913 de son Japon se mêla rapidement à cette communauté artistique dont il fut un ardent adepte. Fils d'un général, médecin de l'armée impériale, il est plutôt nanti, Foujita, et connaît assez rapidement le succès avec ses toiles dont le style franco-japonais plaît bien

Foujitas Panneaux 1927-1929

Foujita Grande composition et comats 1928

Foujita détail

une première épouse Fernande Barrey peintre modèle qui liera amitié avec Jeanne Hébuterne , une nouvelle épouse Lucie Badoud dite Youki tout aussi belle que la précédente qui le quittera pour Robert Desnos, Youki qu'il peindra ou dessinera nue, délicate dans un style épuré et précieux à la fois

Foujita Nu YOUKI 1927

Foujita Portrait de Youki assoupie 1926

il mène alors une vie débridée entre amours diverses, dépenses luxueuses et moults fêtes où il s'encanaille un brin

Foujita Le salon à Montparnasse 1930

Foujita Trois femmes 1930

 un redressement fiscal en 1928 l'amène à changer de vie. On le retrouve en 1931 en Amérique du Sud avec une nouvelle compagne Madeleine Lequeux plus fragile que les précédentes

Foujita Le Mexique détail

Foujita Le Mexique 1933

de retour en 1933 à Tokyo où il se renfloue, ses toiles ayant toujours autant d'amateurs. Madeleine meurt 3 ans plus tard, il rencontre celle qui sera sa dernière épouse Kimiyo Horiuchi. En 1938, il se rend en Chine et commence une carrière de peintre de guerre qu'il poursuivra de 39 à 45 pour le compte de l'armée impériale japonaise. En 1949, il partira pour New York assurer la promotion de son art qui se vend toujours aussi bien. En 1950, Foujita retourne à Paris, le succès toujours là, le peintre âgé de 64 ans a besoin de trouver la sérénité, il devient français en 1955 puis se fait baptiser ainsi que sa femme en 1959. En 1960 il achète une maison à Villiers-Le-Bâcle en Essonne que l'on peut visiter aujourd'hui, son dernier grand chantier de 65 à 66 sera la décoration de la Chapelle Notre Dame de la Paix à Reims. Il meurt d'un cancer en 1968. La dernière toile de Foujita de cette exposition consacrée à ses folles années date de 1940, il se représente enfant habillé en soldat, teintes brunes pour une période où il peindra la guerre. Si une autre rencontre avec Foujita a lieu, j'y reviendrai. En attendant voici un site pour se renseigner sur la riche vie et l'oeuvre de ce peintre. Ce peintre eut plusieurs vies, chacune bien remplié d'évènements, de femmes, de peintures et de costumes différents.

Foujita Foujita 7 ans 1940

Foujita Auto portrait 1921

 

 ttp://www.fondation-foujita.org/wp-content/uploads/sites/8/2016/06/Foujita-Monumental-Enfer-et-Paradis-MARS-2010-DP.pdf

Posté par maison43 à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juin 2018

Armand Point 1861-1932

Armand Point Halte de chameliers au point d'eau 1890

Ce peintre peu connu, rencontré au musée de Murol est né à Alger en 1861 qu'il quitte à l'âge de 9 ans, il connaîtra après de courtes études en France, un franc succès, de retour en Algerie, où il peindra un grand nombre de peintures orientalistesArmand Point Campagne de Tunisie

Il se partagera ensuite entre son atelier parisien et Samois où il s'orientera vers le symbolisme

Armand Point Légende dorée 1897

pour ensuite vivre 40 ans de sa vie à Bourron Marlotte en Seine et Marne où il créera une colonie d'artistes travaillant dans un atelier nommé Haute Claire où une multitude d'artistes français et étrangers se mêleront dans divers arts comme émaux, sculptures, poteries, joailleries, broderies etc ... activité qui ne l'empêchera ni de peindre, ni de voyager souvent en Italie dont il admire les peintres de la Renaissance.Armand Point 2Ami du peintre Mario Perouse, ce dernier lui fera connaître Murol et son école de peintres dont bien sûr l'abbé Boudal. Il y séjournera  les hivers de 1919, 1921, 1923 et 1924 et produira alors quelques paysages qui dénotent drôlement de ses peintures précédentes. L'une est fort traditionnelle et l'autre m'évoque le style du groupe des 7 peintres canadiens, peintres qui peignaient des paysages magnifiés en opposition aux paysages plus classiques. 

Armand Point Le Château de Murol en hiver 1924

Armand Point Vallée de CHAUDEFOUR 1923

Une sacrée personnalité cet homme, qui s'entoura toujours de fort jolies femmes qui lui servirent de modèles entre autres Hélène Lindet Berthelot.

Armand Point Portrait d'Hélène Lindet

Borghild Arnesen 1872-1950 artiste norvégienne, Helga Weeke Obsfelder veuve d'un poète danois qui était chanteuse, qu'il l'épousera en 1899

Armand Point 3

 elle le quittera quelques années plus tard. Un autre modèle Gisèle Gouverneur

Armand Point Gisèle Gouverneur vers 1929

autre jeune femme en fleurs l'accompagnera ses dernières années notamment dans ses séjours en Auvergne, elle mourra prématurément et sera enterrée à Bourron Marlotte dans un caveau où il la rejoindra en 1932.

Ce peintre peu connu dans l'ensemble marqua certainement son époque sans réussir peut être à trouver un style qui le distingue vraiment des autres, ce qui n'enlève rien à son talent de dessinateur et de peintre.  Deux sites où puiser d'autres renseignements si le coeur vous en dit. 

http://www.memoireafriquedunord.net/biog/biog11

http://www.apophtegme.com/ALBUM/artistes-hauteclaire.htm_Point.htm

 

Posté par maison43 à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2018

Frantisek Kupka 1871-1957

Kupka Autoportrait 1910

Bien que je le connaissais fort peu, j'ai été fortement attirée par ce peintre tchèque qui a vécu en France de 1896 à sa mort. Un réel talent aussi bien dans le dessinKupka L'argent 1899

que dans les couleurs

Kupka La forme du jaune (Notre Dame) 1911

un  certain mystère chez cet homme qui me permet de mener une enquête sur sa vie, ses goûts, ses dégoûts. Je ne dissocie jamais l'homme du peintre, et ce que l'homme tait, le peintre le dévoile un peu. Né en Tchécoslovaquie en 1871, il suit de fort loin ses études et travaille adolescent comme apprenti sellier. On le dit déjà doué pour le dessin, à 16 ans il est broyeur de couleurs dans un atelier de peinture, il suit l'académie des Beaux Arts de Prague puis celle de Vienne, il est médium à ses heures, autodidacte, il se passionne pour la littérature, la philosophie et les Sciences

Kupka Traits, plans et profondeur 1920-22

 A cette époque il concourt pour l'inévitable prix de Rome qu'il rate mais il commence ainsi à se faire connaître. En 1894, il rencontre une blonde danoise Maria Bruhn qui le suivra à Paris et qui styliste dans des magasins lui apportera du travail de dessin. En 1896 ils habitent Boulevard Rochechouard

Kupka Io La vache 1910

Kupka Le gout de Gallien ou La chanteuse de cabaret 1909

Kupka Période des gigolettes vers 1909-1910

 

 il fréquente les cabarets et leurs artistes  il rencontre Aristide Bruant qui le logera un temps d'ailleurs. Marie meurt en 1898, une nouvelle compagne Gabrielle apparaît. Il représente en 1901 ses deux premiers amours dans un tableau qu'il nomme La Ballade puis les Joies pour prendre en 1946 le nom d'Epona-Ballade. Les joiesKupka Epona-Ballade

Plusieurs interprétations de ce tableau, Hymne au soleil, référence à Epona déesse protectrice des chevaux, utilisation du symbole du désir que peut représenter le cheval, en tous cas, un humour assez décapant je trouve pour cette toile au dessin caricatural. Nous sommes en 1902, il travaille dans le journal satirique L'assiette au beurre. Ses illustrations nombreuses lui permettent de bien gagner sa vie. Il rencontre Jacques Villon, frère de Marcel Duchamps.Kupka Portrait du musicien G Follot 1910-1911

Kupka La Foire (Contredanse) 1921-1922

 Assez renfermé et silencieux il est en proie parfois à une profonde inquiétude métaphysiqueKupka Le trait obsédant 1913-23

il est très soucieux de sa santé physique, plus tard, il aimera faire sa gymnastique nu dans son jardin savourant les impressions sensorielles que lui procure la nature, il se dit lui même' le corps pénétré de lumières et de parfums. Il aime la musique classique qu'il écoutera toujours quand il peindra.

Kupka Les touches de piano Lelac 1909

 La peinture de Kupka sera toujours empreinte d'une sensualité certaine même dans son abstraction où la géométrie sera dansante, les formes rondes et pleines s'entremêleront, où le mouvement se fera voluptueuxKupka Conte de pistils et d'étamines 1919-1920

 mais j'anticipe. En 1904, il rencontre sa future épouse Eugénie StraubKupka Portrait de madame Kupka 1905-1909

Kupka Plans par couleurs, Grand Nu 1909-1910

Kupka Madame Kupka dans les verticales 1910-1911

qui a une fille Andrée qu'il peindra aussi

Kupka La petite fille au ballon 1908

Kupka L'eau et la baigneuse 1906-1909

 En 1906, il s'installe à Puteaux et a pour voisin encore Jacques Villon. Toujours en recherche d'experiences, il peint comme un musicien compose, il calcule, mesure, géométrise, verticalise, produit plusieurs études de ses tableaux, il étudie le mouvement, musicalise sa peinture, parallèlement il analyse les couleurs pures avec sa série Disques  à la manière d'un Delaunay.

Kupka Disques de Newton 1912

 Dans ses abstractions, il y aura toujours de l'émotion, rares sont ses toiles qui restent muettes. Il sera ami avec les 3 frères Villon, Alfons Mucha, il fréquenta de très loin Delaunay, rencontrera le peintre Théo van Doesburg il sera pianiste modérément à ses heures. Et puis chez ce sensuel introverti, des pauses notamment dans ses plans verticaux, il se promène alors dans les bois où il voit mieux la sérénité des verticales

Kupka Ordonnance sur verticales

recherche de la lumière, besoin de simplicité qui mènent à la lumière contrastée des cathédrales gothiques apaisantes

Kupka La Cathédrale 1912-1913

 une dualité récurrente chez Kupka qui semble osciller en permanence entre une coexistence de la figuration et de l'abstraction et une abstraction totale que l'on retrouve dans ses peintures après un passage dans une série que l'on peut qualifier de machinisme de 1925 à 1935 à la manière d'un Léger ou des constructivistes russes. Il se dit alors inspiré par les machines et le jazz

Kupka Machinisme 1927-1929

sans oublier la peinture conventionnelle de ses débuts (selon sa propre expression) mais malicieuse.

Kupka Le B libliomane 1897

 il peut tout faire Kupka. Longtemps solitaire il collaborera à la naissance du groupe Abstraction Création.

Kupka Peinture abstraite 1930

Kupka Trois bleus et trois rouges 1957

 En 1914 il s'engage dans la légion, en 1915 il est évacué pour raisons de santé. il est nommé président de la colonie tchèque de Paris, il devient en 1922 professeur à Paris chargé des étudiants boursiers tchèques, il n'oublie jamais son origine. En 1930 il détruit lors d'une période de dépression certaines de ses oeuvres, durant la seconde guerre mondiale, il se réfugie à Beaugency dans la maison paternelle de son épouse. Il meurt en 1957. L'un de ses derniers tableaux où couleur chaude et couleur froide se rencontrent, le dernier trait vertical bleu solitaire, équilibre et harmonie sereine d'une vie accomplie qui s'achève.    

Posté par maison43 à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2018

André Hebuterne 1894-1992

André Hebuterne La cathédrale de Meaux

Ce peintre meldois (natif de Meaux) est le frère de Jeanne Hebuterne, la dernière compagne de Modigliani. Peintre paysagiste dont le maître fut Paul Serusier, il aura un atelier à Paris. il se fera spécialiste des vues algériennes où il résidera de longs moments, il vivra aussi quelques années en Corse. Peintre aux couleurs acidulées, il laissera des oeuvres fort honnêtes qu'il vendit semble t'il tout au long de sa vie sans soucis.André Hebuterne La Marne vue du quai Jacques Prévert 1946

Il épousa une fille du peintre Georges Dorignac (1879-1925) qu'il suivra dans quelques uns de ses voyages. Il se retirera dans sa ville natale et mourra à Paris âgé de 98 ans, le musée Bossuet de Meaux détient quelques unes de ses toiles.André Hebuterne Le marché de Meaux

 

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,