26 janvier 2018

André Derain au musée d'Art moderne 1880-1954 et aussi au Centre Pompidou

Ils sont peintres, contemporains et se rencontrent en 1930. André Derain 1880-1954 a 44 ans, Balthus 1908-2001 a 22 ans, Alberto Giacometti 1901-1966 a 29 ans.  Une amitié les liera, et semble justifier l'exposition consacrée à ces trois peintres au musée d'Art Moderne. Je préfère les dissocier et me contenter de leur seule production sans songer à leur trouver d'enventuels points communs en dehors de l'amitié qui les réunit.

En premier, ce sera donc l'ainé des trois, André DerainDerain Autoportrait à la pipe 1913-1914

né en 1880 à Chatou où l'ombre de Renoir entre autres impressionnistes rode encore pour les plus âgés dont je commence à êtreDerain 1899 Bords de Seine à Chatou

Ce n'est pas un heureux de vivre Derain, plutôt un cafardeux avec une vie où il sembla souvent être dans l'insatisfaction notamment dans son désir de renouveler la Peinture, et pourtant on lui reconnaît une grande culture, un vif intérêt pour ce monde en métamorphose technologique et scientifique constante, mais il se veut novateur Derain, il y arrive d'ailleurs et puis abandonne au profit d'une autre aventure. Inconstant ou trop perfectionniste ? Léger parfois dans ses actes comme ce voyage en Allemagne en 1941; si il est aisé de comprendre les motivations du Reich avec cette invitation d'artistes français (car il était accompagné de Vlaminck, Van Dongen, Dunoyer de Segonzac, Belmondo et d'autres encore) qui relevait d'une politique de propagande, il est plus litigieux d'interpréter les raisons de ce voyage chez ces artistes, Derain avait un mobile pour l'accepter, il espérait ainsi récupérer sa maison de Chambourcy réquisitionnée par les allemands, bien sûr ce voyage lui portera préjudice, et il en sera affecté d'autant plus qu'il connaitra alors aussi quelques désordres familiaux (en 1939 naissance d'un fils né d'une liaison  avec l'un de ses modèles Raymonde KnaublicheDerain Grand Nu 1935

on peut présumer de la mauvaise réception d'Alice son épouse (rencontrée en 1907) de cet évènement, même si elle finira par l'accepter, Alice, qui parait-il fera payer cher à Derain ses écarts en le tourmentant une fois leur vieillesse venue, elle fera saisir entre autres les comptes de son mari ). Du point de vue pictural, Derain suit sa propre route, on le dit découvreur et dans le fauvismeDerain Le séchage des voiles 1905

et dans le cubisme, mais à sa manière bien à lui quand même.

Derain Les Hauts de Cagnes 1910

Derain Paysage aux environs de Cassis 1907

avec Matisse et Vlaminck pour le fauvisme en premier lieu, puis avec Braque et Picasso il développe un style cubiste qu'il délaissera peu à peu assez rapidement.  Derain Mdame Derain en vert 1907

Derain Fenêtre à Vers 1912

Derain Les deux soeurs détail 1914

Derain Samedi 1913

Derain Portrait de jeune fille 1914

au profit d'une phase réaliste dite gothique ou byzantine  influencée par Ingres, les peintres de la renaissance italienne et l'art africain, où il utilise une palette de couleurs sombres. Et puis la mobilisation de 1914 à 1918 le privera de son art; au retour de cette guerre, il vit socialement une période riche en rencontres, André Breton, Kisling, Utrillo, Braque, il achète un château en 1929 Derain Vue de St Maximin 1930

Derain Aline Derain 1921

Derain Nu devant un rideau vert 1923

et se fait construire un hôtel particulier à Paris, il achète des bugattis et des motos, il est célèbre et riche, il dessine fort bien, sculpte, illustre des livres, réalise des décors de théâtre, croque des costumes, il sait tout faire Derain, hyperactif et partout à la fois et puis en 1935, il se sépare de ses propriétés et se retire à Chambourcy délaissant la vie parisienne, on le boude un peu alors, son voyage en Allemagne le démarque un peu, Derain peint des nus appréciés, des natures mortes noiresDerain Nature morte sur fond noir 1945

où les objets prennent singulièrement vie, tout en légèreté. De 1945 à sa mort en 1954, il passe du sombre avec ses paysages sinistres de 1950 à des natures mortes sobres et colorées. Derain eut un itinéraire atypique, déroutant pour certains, on dira de lui qu'il fut un inventeur qui ne sut pas tirer parti de ses inventions. Je crois simplement que Derain suivit toujours son chemin, loin des routes habituelles, aventurier à sa façon, il se démarqua ainsi de tous.Derain Baigneuses 1908

Derain Cadaquès 1910

Derain La Danse

Derain Vue sur la Tamise 1906-1907

 

 

Posté par maison43 à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 janvier 2018

Paul Gauguin 1848-1903

 Gauguin Pot autoportrait

Sacré personnage ce Paul Gauguin, sacré parcours, ce qui ne peut rendre que grossière et erronée une interprétation de sa vie. Des dates bien sûr de départs et de retours incessants de la Bretagne à Paris de 1886 à 1890 en passant par la Martinique en 1887 avec un autre bref séjour fort célèbre en Arles en 1888. Suivra son premier départ à Tahiti en 1891 où il part, chargé à sa demande d'une mission (gratuite), afin d'étudier au moyen de l'art les coutumes et les paysages de ce pays, rapatrié sanitaire en 1893 il en écrira un livre 'Noa Noa', plus idéalisé que le réel vécu.

Gauguin Arii Matamoe La fin royale 1892

 

Gauguin I Raro te Oviri Sous les Pandanus 1891

Suivront 2 autres livres Cahier pour Aline et l'Ancien culte mahorie qui marqueront peu son époque. Et puis l'ultime départ en 1895 dont il ne reviendra plus, son état de santé est catastrophique (paludisme, dysenterie, syphilis) et sa misère financière bien grande dans l'ensemble. Mette sa femme lui écrira une dernière fois en 1897 (suite à une lettre de Gauguin pleine de reproches, et oui c'est lui qui reproche, elle stoppera toute correspondance avec lui). En Septembre 1901 il se rend aux Marquises. il reste très productif et construit sa Maison du Jouir, il trouvera toujours des petites vahinés très jeunes dont il aura quelques enfants naturels. Il meurt le 8 Mai 1903.

Gauguin Nature morte à l'éventail 1889

 Ses peintures, ses sculptures en bois, ses céramiques, ses gravures sur bois illustrent le déroulement de sa vie et montrent son évolution artistique depuis ses débuts d'agent de change aux revenus confortables où marié et père de famille il peint alors des scènes familiales puis confronté à ses amis peintres il s'essaie aux paysages

Gauguin Nature morte aux fruits 1888

natures mortes, compositions en forme d'éventails jusqu'à l'époque sombre où après l'effondrement de la Bourse, son niveau de vie périclite parallèlement à sa vie familiale, il tentera bien de suivre en son pays sa danoise d'épouse, mais voilà, le désir de peindre sera si vif, l'invitation aux voyages si alléchante et sa belle famille si peu accueillante qu'il quittera sans remords femme et enfants pour se rendre en Bretagne

Gauguin Paysannes bretonnes 1894

 

Gauguin Les Lavandières à Pont Aven 1886

pour raison économique d'abord et pour la région aussi qui a son petit succès auprès des peintres. De retour à Paris, il part pour Panama puis retourne à Pont-Aven, il a la bougeotte Gauguin, il file ensuite à Arles. Sa petite enfance passée au Pérou, son passage dans la marine, son goût pour l'exotisme, tout concorde pour le décider à toujours voyager. On ne peut réellement parler d'abandon total de sa famille, des lettres seront échangées régulièrement, il reviendra les voir deux ou trois fois, Mette son épouse viendra récupérer des toiles pour les vendre, il enverra parfois quelques petites sommes, mais sa famille sera sacrifiée entièrement au profit d'une carrière qui connut des moments fastes et des moments de noire misère. Le peintre en lui a triomphé de l'homme. Riche vie que la sienne, où malgré son caractère peu facile, il eut de nombreuses relations amicales, avec lesquelles il se brouilla souvent : Pissarro, les frères van Gogh, Bernard, Schuffenecker, Laval, Degas, de Haan, des contacts avec la romancière Rachilde, Mallarmé, Mirbeau  et beaucoup veillèrent sur lui jusqu'au bout. Ce n'était pas un sentimental Gauguin, plutôt sensuel le bougre mais égocentrique et voué à sa peinture, il collectionna maîtresses et enfants naturels. Il cauchemarda sa vie mais peignit ses rêves.

Gauguin Bé Bé dit aussi Nativité vers 1896

 

Gauguin Baigneuses à Tahiti 1897

 

Gauguin Nave Nave Moe eau délicieuse 1894

 

Gauguin L'invocation 1903

L'oeuvre de Gauguin est considérable et ce message ne peut que la survoler et de fort loin, y revenir peut être un jour si le hasard d'une rencontre s'y prête à nouveau. Peintures photographiées lors de l'exposition du Grand Palais qui se termine bientôt. 

Posté par maison43 à 18:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 novembre 2017

Anders Zorn 1860-1920 au Petit Palais

 

 

Zorn 1915 autoportrait huile sur toile

Allez hop, une petite virée parisienne avec l'une de mes préférées copines, au Petit Palais, qui entre nous n'a rien de petit, conçu pour l'Exposition Universelle de 1900; l'architecte Charles Girault 1851-1932 n'a pas mégoté, selon le goût pompeux et pompier cher à l'époque, belles bacchantes pour les messieurs, aigrettes et perles pour les Dames, et misère pour le peuple. Grandes fresques, guirlandes de métal doré, vitraux, mosaïques au sol, grands espaces qu'il est agréable d'arpenter en papotant joyeusement. Devenu musée des Beaux Arts en 1902, il nous propose des expositions temporaires éclectiques et nombreuses.Zorn et sa femme 1890

 Anders Zorn peintre suédois, né en 1860, trouve bien sa place en ces lieux, il eut son heure de gloire parisienne au temps de l'engouement des bourgeois et des gens bien nés pour les portraits.

Zorn Rosita

Zorn x

Destinée singulière de cet homme qui né d'une liaison passagère fut reconnu quand même par son père dont il hérita ce qui lui permit de s'offrir des études artistiques, et de parfaire un talent inné pour l'aquarelle entre autres, de forts jolis tableaux où il excelle dans la mise en lumière de peaux diaphanes

Zorn 1882 Les cousines

de jeunes filles en fleurs, de paysages idylliquesZorn

avec toujours une petite note réaliste ou rigolote. Célèbre dès ses 18, 20 ans, il en profite pour voyager, se rendre entre autres à Paris où il résida quelques années, devenant un portraitiste mondain fort recherché, un charme évident auprès des puissants de l'époque, il connut de loin sans doute les peintres Monet, Renoir, Van Gogh, Cezanne, leur préférant une société bourgeoise et banquière, il s'inspirera sans doute de diverses méthodes tout en gardant sa patte parfois chargée, parfois légère, et le plus souvent lumineuse

Zorn Omnibus détail

Zorn Reflets

avec parfois une modernité précurseuse, oui je vous le concède, ce féminin qui doit tout à l'écriture épicène (sujet brûlant pour certains) est assez laid. Une jolie balade suédoise qui sera vite oubliée (je pense) dans une ambiance 1900, voilà un bon moment de passé . Anders Zorn au Petit Palais jusqu'au 17 Décembre 2017. 

Posté par maison43 à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2017

Auguste Boudignon - peintre

Auguste Boudignon

déjà évoqué dans ce blog, ce peintre ponot livre un tableau du site d'Arlempdes différent de ce que je connais de lui, une touche impressionniste, un romantisme certain, un soupçon d'art abstrait, un mélange fort plaisant à mes yeux. 

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2017

Bruno Pezon - nom d'artiste - ALKAPLAN

ALKAPLAN La place Caledade

On ne dira jamais assez que la Haute Loire est une région riche en Histoire, géologie, gastronomie et depuis de nombreuses années, prolifique en métiers d'art, notamment en sculpture et peinture. De nombreux artistes résident soit à demeure, soit en villégiature l'été, et la ville du Puy en Vélay expose volontiers les artistes en tous genres, ce qui compense l'ouverture toujours retardée fort mystérieusement du musée Crozatier.ALKAPLAN La place du Plot Le Puy

Cet été, à l'Hôtel du Département le peintre Bruno Pezon au nom d'artiste ALKAPLAN  né en 1967 nous a re-visité à sa manière les lieux connus du Puy en Vélay et de la région.

ALKAPLAN La Chaise Dieu

 

Consulter son site si vous êtes intéressés : http://www.brunopezon.com/website2.1/index.php#mw999

Posté par maison43 à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 octobre 2017

Peter Martensen au Musée d'Art Moderne St Etienne en Loire

Martensen

Ce joyeux drille est né en 1953 au Danemark. Peter Martenson peint l'humanité, celle de masse, celle des moutons de Panurge, celle qui devient irresponsable, celle qui peut tuer, un sourire sur les lèvres.P M

 Alors évidemment ce n'est pas joyeux. Mais pourtant, peu d'émotion ressentie par ces êtres, une indifférence commune à ce qui les entoure. Déjà annihilés, robotisés après un lavage de cerveau ? Mais pas que, d'autres expriment une solitude effrayante, où l'individu est isolé, emmuré dans son isolement.Martensen Peter

 La couleur amène à ces échappés d'asile, patients ou thérapeutes ? une forme d'ironie sur notre situation d'êtres conditionnés par nos vies, oui, on va le dire ainsi.

P Martensen

 Allez, ce n'est pas si grave, nous sommes tous embarqués sur un même bateau, certains arrivent, ouf, à en ébaucher un vague sourire. C'était à St Etienne, et cela se nommait RAVAGE.Martensen P

  

Posté par maison43 à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2017

Flaye artiste peintre

Flaye 4

L'art peut il être un langage universel, accessible à tous, perceptible différemment selon sa culture, sa personnalité,  L'art peut il véhiculer un rapprochement des peuples ? utopie ou réalité possible ? Flaye artiste peintre et plasticien y contribue à sa manière. Le monde, il l'a arpenté, exposant ça et là ses réalisations. Il fait de nous des témoinsFlaye 9

nous raconte son monde à lui où chacun trouve une place. Pour Flaye, les  3 composants de l'être humain : le corps, l'esprit et l'âme se lient en quête d'harmonie épurée de toute entrave, une sorte de voyage initiatique à la recherche de soi, valable aussi bien pour le peintre que pour le regardeur. A nous d'y trouver ce que l'on souhaite rechercher, à moins qu'une image ne s'impose à nous spontanément. Flaye a peint cette toile à la mort de David Bowie.Flaye 10

En ce qui me concerne, elle m'évoque la mort en plein vol de mon petit fils. Ces toiles là sont représentatives de ce qu'il nomme sa troisième époque, celle des 60 ans venus. Quatre thèmes récurrents, l'astre, l'oiseau, la fleur, et le témoin, le monde quoi ! et forcément aussi, l'envers du décor, le chaos ou la lumière qui se mêlent plus ou moins à chaque thème. Moi, je choisis la lumière et le bleu (traquenard) des yeux de ma soeur.Flaye 7

Flaye 8

Je vous conseille d'aller sur le site de Flaye qui expose, soit à Lyon l'hiver dans sa galerie, soit dans un hameau Les Salles situé près de Brignon en Haute-Loire, l'été, dans sa maison qu'il a restaurée. Et puis il y a le Toumis à étudier plus tard pour moi.Flaye Le Toumis

Flaye, c'est comme un livre, dense et un peu mystérieux, un voyage intérieur à faire, on y revient plusieurs fois. Là c'était la première fois en ce qui nous concerne. Site internet : http://flayeart.free.fr/

Posté par maison43 à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2017

Michel Puyraymond peintre

Quand un peintre évoque la Musique ... On fait silence et l'on écoute.

Michel Puyraymond Bach Toccata et fugue en re mineur

Michel Puyraymond Igor Stravinsky L'oiseau de Feu

Posté par maison43 à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

Giuseppe Pellizza da Volpedo 1868-1907

Le Miroir de la Vie Giuseppe Pellizza 1895-1898

Peintre italien né à Volpedo en 1868. Giuseppe Pelliza peint de 1895 à 1898 Le Miroir de la Vie (et ce que fait l'une, les autres le font aussi). Tableau exposé lors de l'exposition 'Au delà des étoiles' à Orsay. Pellizza est l'un des représentants du groupe divisionniste italien ( Néo-impressionnisme  mot apparu en 1886 pour désigner un style qui persiste jusqu'au début du XXe : procédé pictural appelé restrictivement divisionnisme ou pointillisme mis au point par Seurat)  Définition tirée du livre : Les Mouvements dans la Peinture de Patricia Fride-Carrassat et d'Isabelle Marcadé. Vers 1892, Giuseppe retourne dans son village et épouse une fille du pays Théresa, il magnifie alors avec un certain réalisme la nature et les animaux.

Un lien sur Youtube pour le connaître davantage :   https://youtu.be/mMvMNlVP6yw

 

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2017

Camille Pissarro 1830-1903

Pissarro Bords de la Marne à Chennevières 1864-1865

De son enfance passée dans les Antilles, il reste peu de traces dans les peintures de Pissarro. Certes il suit cinq ans d'études à Paris, pensionnaire de 12 à 17 ans, où il apprend le dessin, d'où quelques cocotiers, certes il se rend au Louvre le jeudi et le dimanche, mais son retour à St Thomas où il restera jusqu'à l'âge de 22 ans, ne le marquera pas suffisamment pour en être plus tard inspiré à la manière d'un Gauguin. Il faut dire que le destin de commerçant même riche que lui propose son père ne lui laisse le temps que de croquer sur le vif des petites scénettes de la vie portuaire, jusqu'à ce qu'un jour, il s'enfuit avec un paysagiste danois pour Caracas où il restera de 1852 à 1854. Son dessin s'améliorera, jusqu'à 200 oeuvres sur papier, dont seul un petit nombre est parvenu. Il s'initiera modestement à la peinture, et sa prédilection pour les scènes de marché, les paysages, les villages au loin préfigurent la future production de Pissarro.Pissarro Dulwich College Londres 1871

En fait, Pissarro est un rebelle qui choisit toujours de se démarquer, de tout; d'abord de son milieu petit bourgeois, où l'avenir est décidé par son père, puis du mouvement pictural en cours, des techniques de peinture à suivre, et enfin des convenances à respecter. L'exotisme si à la mode alors, il l'a vécu lui, il ne le peindra que rarement après sa période vénézuélaine. ll quitte les Antilles en 1855, il n'y reviendra plus jamais. Il choisit de vivre en 1859 à l'instar de beaucoup de peintres d'ailleurs avec une femme en dehors de sa classe sociale une aide cuisinière Julie VellayMadame Pissarro

Il ne l'épousera qu'en'1871, car il est pratique Camille, il dépend financièrement de sa mère jusqu'à l'âge de 40 ans, mère qui bien sûr désapprouve sa belle fille. Il n'épousera Julie que lorsque les Durand-Ruel marchands d'art pourront le faire vivre. Ils auront 8 enfants ( une fille 1870 morte quelques semaines après sa naissance, une autre Jeanne-Rachel dite Minette 1865 qui mourra en en 1874,et une autre Jeanne dite Cocotte 1881-1948)Pissarro Jeanne lisant 1899

 et 5 garçons qui seront peintres.  Pissarro les peindra tous, à des âges différents. Pissarro sera leur maître. Julie apporte un temps sa contribution au ménage en se louant dans les fermes, puis se consacre à ses enfants et se montre une fervente groupie de son mari, mais assez indépendante au fond, courageuse et pas enquiquinante. Camille enseignera donc l'art de la peinture à ses 5 fils qui choisiront chacun un pseudonyme pour ne pas nuire à leur père de son vivant.Pissarro L'Hiver 1972

Pissarro Pontoise

 Camille est né d'un père juif d'origine portugaise né à Bordeaux, installé dans les Antilles sur l'île de St Thomas, une possession danoise dont il gardera la nationalité toute sa vie. Mais il choisira de s'installer en France, Il préfèrera par goût ou par necessité de vivre à la campagne où il puise son inspiration : travaux des champs, saisons, marchés constitueront le courant de son oeuvre, mais il ne détestera pas, plus âgé, effectuer des séjours à Paris, Rouen, Dieppe.Pissarro Place du Théatre Français effet de pluie 1898

Pissarro Soleil Couchant à Eragny 1894

 De 1870 à 1871, il s'installera à Londres avec sa famille. Il fréquentera à des degrés différents Monet, Cézanne, Zola, Gauguin, Degas, Guillaumin, Signac, Seurat, Van Gogh, Luce, Mary Cassatt, Mirbeau, Toulouse-Lautrec, Mallarmé. Une tendance extrême au paradoxe cet homme là qui reste assez inclassable, père tranquille mais anarchiste, paysagiste mais aussi peintre des villes, ayant eu une vie assez laborieuse, difficile parfois sans grande richesse mais apaisé toujours.

Pissarro La récolte des pois Gouache 1887

Pissarro La causette 1892

portraitiste à ses heures surtout de ses familiers, mais aussi peintre d'Histoire qui éternise les travaux agricoles, les marchés, le trafic urbain de son époque. Il est souvent radieux, Pissarro dans ses couleurs, excellent aussi dans son expression du mouvement. Ce tableau là, tronqué par moi, mérite vraiment d'être vu, si lumineusement acidulé, si propice à la contemplation.Camille Pissarro

Jolie rencontre que cette exposition de Pissarro, dont j'ai particulièrement aimé la paix imprégnée de beauté et de poésie qui se dégage de ses peintures.

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,