09 novembre 2014

Le marché aux chevaux - Rosa Bonheur

Le marché aux chevauxAu musée du cheval à Chantilly qui a ouvert après restauration en Juin 2013, une rencontre avec une Dame dont la personnalité me séduit : l'artiste peintre Rosa Bonheur. Ce n'est pas un original, c'est juste une lithographie d'après une étude d'un tableau célèbre Le marché aux chevaux peint en 1853 qui appartient au Musée Métropolitan de New York. Rosa Bonheur réalisa plusieurs études de ce tableau durant 1 an et demi, effectuées dans les écuries ou marchés de la région parisienne. Cette toile connut un grand succès et fut largement diffusé grâce à la gravure. Elle connaîtra avec ce tableau une renommée internationale. Cette lithographie fut gravée en 1857 par Thomas Landseer à Londres.

Posté par maison43 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 octobre 2014

Sonia Delaunay au Musée d'Art moderne

Dit Petit Flamenco détail 1915 Sonia Delaunay

De la couleur, du mouvement, du paraître, un goût certain pour les objets du quotidien, les marquer de son empreinte, décorer couverture, coffrets, abat jour, livres, vêtements et murs, une vitalité à toute épreuve.  Il y a un vide chez Sonia une rupture d'enfance qu'elle comblera par de la couleur, par une hyperactivité artistique et sociale.Sonia Terk 1901

Elle ne mentira jamais, elle éludera toujours, elle dissimulera ce qui l'ennuie. C'est une force de vie qui l'aidera tout au long de sa vie : éluder ce qui fâche et sourire toujours. Née en Russie en 1885 dans une modeste famille, Sarah Stern devient à l'âge de 5 ans Sofia ou Sonia Terk, du nom de son oncle maternel avocat à St Pétersbourg qui l'éduquera. Elle ne reverra jamais ses parents. Elle bénéficiera ainsi d'une éducation bourgeoise. Son oncle Henri Terk est un érudit féru d'art. Sonia dira de rares fois qu'elle n'aimait pas sa mère, ni sa tante non plus. Elle comblera ce manque d'amour donné, ce manque d'amour reçu, en se concentrant sur son devenir : émerger du lot et briller.  Sonia entre dans l'atelier de Schmidt-Reutter, en Allemagne en 1903 et y apprend les bases.Autoportrait 1904 Sonia Terk

Bord de l'eau 1906 Sonia Terk

En 1905, Paris où elle s'inscrit à l'Académie de la Palette, elle sera adoptée par la colonie russe. Elle se passionne pour les fauves,Deux fillettes finlandaises 1907 Sonia Terk

Cezanne, la gravure et se lie à Wilhelm Uhde collectionneur et marchand d'art. Philomène 1907 Sonia Terk détailElle commence à broder en 1908

Broderie

Objets réalisésCouverture

elle épouse Uhde en décembre, un arrangement confortable, elle y gagne le droit de rester à Paris et de connaitre ainsi tous les peintres qui percent : Braque, Derain, Dufy, Vlamink, Picasso, Robert Delaunay. Elle appréciait l'amour de l'art d'Uhde, elle découvre l'amour avec le peintre Robert Delaunay exalté, imprévisible, talentueux, fou de couleurs comme elle. Il y a chez Sonia une soif d'absolu, une exigence extrême où l'art est omnipotent. Robert Delaunay incarne cette particularité dont a besoin Sonia pour pouvoir aimer; il la stimule, comble son besoin d'énergie.Les Delaunay

 Qui est le maître dans ce couple ? Difficile à dire. Elle, est l'organisatrice, la gérante, la garantie de leur union. La peinture est leur façon de s'aimer jusqu'à la jouissance, lui se laisse guider par son besoin de peindre, elle, assure le tout. En 1910 elle l'épouse. En 1911 naissance d'un fils. Elle commence ses premiers abat-jour simultanés appliquant la théorie de Chevreuil sur le contraste simultané (contraste constitué par des couleurs perçues simultanément).Recherches pour PublicitésElle réalise ses premiers collages, des reliures en papiers appliqués et en déchets de tissu, elle fait des coussins, des gilets. 'La couleur l'excite' dit elle. Séductrice, Sonia Delaunay s'entourera toujours d'hommes talentueux et fragiles, Apollinaire, Blaise Cendrars, André Breton Louis Aragon, Philippe Soupault, Tristan Tzara, René Crevel, Joseph Delteil, Vladimir Maïakovski. Ces poètes seront un temps ses amis, mettront son art du costume en poèmes, beaucoup auront une destinée tragique, mais un temps ils auront traversé le ciel de Sonia, l'illuminant d'étoiles ... simultanées. Sonia aime s'amuser, le balBal Bullier 1913

Bullier est aussi un prétexte pour exposer ses robes qui bougent au rythme du tango ... simultanées bien sûr.Le bal Bullier détail 1913 Sonia Delaunay

1914 Robert réformé, ils partent en Espagne, puis au Portugal où les marchés de pastèques, melons, les costumes, la musique inspirent Sonia.PortugalMarché au Minho 1915 S DelaunayLes mouvements des corps et des couleurs  se contrarient et donnent un rythme.Chanteurs de flamenco 1915 S- Delaunay

 Cette guerre amènera pour Sonia la fin de sa rente provenant de biens immobiliers de Russie, en 1917 les bolcheviks nationalisent, Sonia est ruinée. Mais la rencontre avec Serge Diaghilev la sauve en lui proposant de créer les décors et costumes d'un ballet Cléopâtre.CostumeSonia décide alors d'arrêter de peindre pour gagner sa vie. Décor de théâtre, ouverture d'une casa Sonia en Espagne où elle vend ses objets, robes, chapeaux, meubles, tissus.Scène d'intérieur 1922 Sonia Delaunay gouache

La vente d'un tableau les aide à se ré-installer à Paris vers 1921. Sonia s'attèle aux costumes d'une pièce 'Coeur à gaz', d'une fête de charité. Sonia Delaunay crée sans arrêt tissus, robes et manteaux.Manteau

 L'exposition internationale des Arts décoratifs de 1925 la consacre avec sa boutique simultanée.S Delaunay

Atelier simultané

Robe du soir 1926 Delaunay

Elle créera même l'habillage d'une voiture. Financièrement cela dérape un peu, Sonia continue cependant ses travaux alimentaires. Lors de l'exposition Internationale de 1937 les Delaunay décorent 2 pavillons dont le Pavillon de l'Air.Décoration 1937Elle expose au salon des Tuileries, au salon des Réalités nouvelles des Rythmes qui rappellent un peu certaines toiles de Robert Delaunay . Et puis c'est la guerre et l'exode.Rythme couleur 1939

 La mort de Robert en 1941 la laisse désemparée. Elle se consacre à l'exposition rétrospective de son mari en 1946 et à son oeuvre. Elle renaîtra en 1953 à la peinture, la sienne. En 1960 elle peint un jeu de cartes esquissé lors de sa jeunesse.Composition

En 1966, elle rencontre son dernier poète Jacques Damase, elle réalisera autour de ses poèmes 11 pochoirs. Elle recrée des tapis, des lithographies, des décors, des costumes, des toiles

Rythme couleur 1965 Elle meurt en 1979.  

Sources : Sonia Delaunay de Dominique Desanti

Sonia Delaunay rythmes et couleurs

Posté par maison43 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 octobre 2014

Thomas Couture à Senlis

Les romains de la décadence 1847

Rencontré par hasard à Senlis dont Thomas Couture 1815-1879 est originaire. Son tableau le plus célèbre est au musée d'Orsay ' Les Romains de la décadence' grand succès au salon de 1847. Couture a voulu critiquer ainsi la décadence de la monarchie de Juillet 1830-1848 sous Louis-Philippe. Si sa peinture est relativement oubliée à ce jour, il reste aussi célèbre pour son atelier ouvert de 1847 à 1862 qui verra défiler des peintres français et étrangers, Edouard ManetPuvis de Chavannes, Charles-Edouard Armand DumaresqCharles Monginot en sont les plus marquants. Il publia en 1867 un livre 'Méthode et entretiens d'atelier'. Il n'avait pas très bon caractère Couture, il affronta en Juin 1853 au café Divan Le Peletier le peintre Courbet, l'invectivant sur le réalisme de sa peinture, l'affaire fut calmée par la police. Mais ses élèves lui reconnaissent des qualités techniques particulières.  Il fut en son temps un portraitiste fort apprécié. Académique ou déjà moderne.Mme de Brunecke Thomas Couture

Baronne d'Astier de la Vigerie 1847 Thomas Couture détail

Sa renommée fut étendue aux Etats Unis notamment au Walters Art Muséum à Baltimore où il y a plusieurs toiles de lui. Souper à la maison d'or Thomas Couture 1855

Au canada, le Vancouver Art Gallery achète en 1931 la toile ' Souper à la maison d'or' où le modèle du jeune homme habillé de rouge fut un de ses élèves allemand le peintre ' Anselm Fenerbach 1829-1880. Cette toile récemment restaurée est en prêt à long terme au musée des Beaux Arts du Canada à Ottawa. Voilà qui réjouirait Thomas Couture un peu chagriné de ne pas avoir eu une notoriété durable, il quitta Paris un peu fâché vers 1860 pour résider en son pays de Senlis où le musée d'art et d'archéologie conserve plusieurs toiles de lui. Etude pour la Noblesse Thomas Couture

Thomas Couture 2

Il y installa son atelier dans la chapelle du palais épiscopal devenu musée. Il s'installa 10 ans plus tard à Villiers Le Bel où il continua à enseigner à des artistes américains jusqu'à sa mort. 

La Commandite entre 1860 et 1869

Posté par maison43 à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 octobre 2014

La Thébaïde de Fra Angelico à Chantilly

 Une thébaïde est, entre autres définitions, un ensemble de scènes de la vie monastique, en référence au lieu où se seraient retrouvés les premiers ermites chrétiens à Thèbes en Egypte.La Thébaïde reconstituée

L'italie du  XIII siècle est prospère grâce à l'essor de son commerce maritime, les villes s'agrandissent et induisent la construction de couvents et d'églises. Une seigneurie urbaine apparait, de riches commerçants essentiellement. Les peintres de l'époque sont sollicités pour décorer ces églises. On les désigne sous le terme de peintres primitifs (précurseurs de la Renaissance italienne). Parmi les grands on cite Cimabue 1240-1302, ses élèves Duccio vers 1260-1318/19 et Giotto 1266-1337, Simone Martini 1284-1344. Les sujets sont presque exclusivement religieux. Succèdera à cette période l'art gothique international entre 1380 et 1430 environ, aux scènes religieuses se mêlent des portraits, des enluminures, des décors profanes d'édifices publics ou villas de particuliers, on cite Pisanello 1394-1455, Gentile 1385 ?-1427, les frères Limbourg. La première Renaissance italienne commence vers 1420 et s'achève en 1500, c'est le quattrocento. Fra Angelico fait partie de ce mouvement.Thébaïde panneau indicatif

Guido di Pietro (né vers 1395-1455) en entrant chez les dominicains prend le nom de Fra Giovanni. Ses contemporains transformeront son nom en Fra Angelico. Religieux inspiré et fervent, il confère à ses peintures un rôle de prédication. La Thébaïde en question fut peinte vers 1430 pour le couvent de Santa Maria Degli Angeli, siège florentin d'un ordre religieux les camaldules qui était sous le patronnat de la famille Filicaia. Cette thébaïde sera morcelée (usage courant à l'époque) en 6 petits tableaux, fin XVIII début du XIX siècle.  La reconstitution se déroulera en 3 étapes. En 1974, un historien d'art anglais identifie comme Ensemble les 3 tableaux conservés à 

St Romuald Anvers

Anvers, CherbourgFra Angelicoet ChantillySt Benoit - Chantilly

En 1993 un américain rajoute au polyptique un tableau de Philadelphie.St Grégoire refusant la tiare pontificale

En 2005 Michel Laclotte (commissaire de l'exposition à Chantilly) identifie dans une collection privée française le 5 ème tableauScènes de la Thébaïde collection particulière

Manque le 6ème. Pour info le tableau central dit scènes de la Thébaïde- collection privée qui appartenait à une famille depuis le 19e a été vendu en 2012 à un collectionneur privé français 552 000 euros. Il en dirait quoi Fra-Angelico ?

Posté par maison43 à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2014

lucien jonas 1880-1947

Douaumont 1916 Lucien Jonas

 J'ai découvert cet été, lors d'une exposition, ce peintre des Armées, à la Maison du Jacquemart à Langeac en Haute Loire où fusains et lithographies sur la guerre de 14-18 ont été exposés. Diffusés notamment ces dessins et affiches dans la revue L'illustration magazine hebdomadaire édité de 1843 à 1944.Lucien Jonas L'illustration

Mais il serait réducteur de ne limiter qu'à cette qualification, ce peintre prolifique au final peu connu. Il a peint beaucoup, Lucien Jonas, de croquignolets petits tableaux où familles modèles profitent de Dinard,

Lucien Jonas (Dinard)

1920 La récitation Lucien Jonas

des fresques religieuses dans les églises du nord, des fresques plus coquines notamment pour le casino ancien de Pougues Les EauxLucien Jonas Casino

Lucien Jonas 2

 il réalisa pour le restaurant et la salle des fêtes de la maison des centraux, rue Jean Goujon à Paris, des fresques proches de la caricature disparues vers 1949. Son fils a fait don au musée Carnavalet  de ses dessins préparatoires. des croquis diablement bien dessinés 

le jeune mineur

Né à Anzin près de Valenciennes en 1880, il fait les Beaux Arts de Paris. Second prix de Rome en 1905, il peint des tableaux réalistes sur les mineurs. En 1915 il est agrée peintre militaire attaché au musée de l'armée, en 16 attaché à la Marine, il croquera soldats et chefs, portraits célèbres comme Foch, d'autres inconnus.Lucien Jonas Portraits

Il effectuera toute sa vie des portraits, des paysages et des petites scènes de vie.Lucien Jonas Le rush final

 Il sera l'un des dessinateurs de billets de banque et sa collaboration avec la Banque de France durera plusieurs années, Sully, DescartesLucien Jonas Billet Descartes

 En 1937 il réalise des fresques pour l'exposition universelle pour le pavillon de l'aéronautique, mais il est un peu évincé par le couple Delaunay plus au goût du jour. Il parcourra la ligne Maginot en crayonnant toujours les soldats de la seconde guerre mondiale. Beaucoup de ses oeuvres ont été détruites et Lucien Jonas peintre d'histoire et de genre, paysagiste, portraitiste, décorateur- ici une pharmacie dans le nord-Lucien Jonas livre pharmacie

illustrateur, est un peu tombé dans l'oubli. Plusieurs sites sur ce peintre, l'un centré sur le peintre des armées.

Posté par maison43 à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 octobre 2014

Street Art à l'espace Dali

Dali

 22 artistes donnent un coup de jeune aux oeuvres de Dali ... Les oeuvres d'art peuvent elles vieillir elles aussi ? pas toujours, mais toutes sont marquées par le temps qui passe et qui amène son lot d'artistes qui revisitent l'art des aînés .. C'est une bonne idée d'avoir demandé à des artistes Street Art de s'inspirer de Dali de près ou de très loin; L'art est aussi une Histoire en marche, et certains d'entre eux laisseront leur empreinte dans cette histoire là. C'est réjouissant et porteur d'espoir. En tout cas, moi j'aime bien cette idée, une sorte de transmission que Dali assure encore et toujours avec la jeune peinture. Son imagination créatrice puissante est relayée et motive la jeune génération, notamment celle qui a choisi de mettre l'art à portée de tous, car quoiqu'en disent certains critiques épris surtout d'eux même, l'art doit être accessible à tous et peu importe le chemin emprunté, celui de la rue vaut celui des musées.

Commissaire de l'exposition : Véronique Mesnager, Exposition jusqu'au 15 Mars 2015 à l'espace Dali.

Arnaud Rabier "Nowart" . Artiste plasticien vidéaste né en 1968. Site : http://www.rabiernowart.com/presentation.html Dali fait le mur Arnaud Rabier Nowart

Profil du temps

Dali avait un rapport particulier au temps qui passe et désirait y laisser son empreinte à jamais, une larme de Dali sur ce chemin obligé qu'est la vie.

L'homme en blanc est né il y a 30 ans créé par Jérôme Mesnager

Jérome Mesnagerné en 1961, l'un des premiers peintres de rue. St Antoine en son désert combat à coup de crucifix le pouvoir et la luxure, Mesnager le revisite à sa façon : http://jeromemesnager.com/?cat=3

La tentation de St Antoine par Dalila tentation de St Antoine Dali

Artiste Ouvrier

Artiste Ouvrier de son vrai nom Pierre-Benoit Dumont est un pochoiriste inspiré par les tableaux du XIXè siècle (Caillebotte, Klimt, Rosseti) et par la culture indoue. Il s'inspire de 2 tableaux de Dali. 

Les cygnes reflétant les éléphants 1937

Les éléphants 1948

Selfie

Codex Urbanus a utilisé le revêtement mural anti-graffiti qu'utilise la ville de Paris pour recouvrir les tags. La bête chimérique, c'est lui, le téléphone est un homard-scorpion, référence à Dali. Un selfie est un autoportrait photographique pris par un smartphone et posté sur les réseaux sociaux, mais quel est le selfie ici, la bête ou l'astre Dali ?

Sack est un artiste graffeur chinois qui étudie aux Beaux Arts à Aix en Provence.L'oeil du coeurAKIZA est un couple, lui Robinson artiste plasticien, une école d'arts appliqués à Toulouse, un prix spécial du jury à un concours de typographie international, elle c'est YoSHii sa muse, eux deux c'est AKIZA à l'origine un nom de poupée qui évolue en permanence, d'influence europééenne, japonisante un peu, d'art nouveau, de futurisme et de calligraphie, puis  devenue un nom d'artiste où il associe YoSHii. Une galerie des oeuvres et des produits dérivés : http://www.akiza.net/AKIZA

Rencontre entre AKISA et Dali où l'hermaphrodite escargot fait des siennes, référence à Freud pour la moustache dalinienne.                                                                                              

Kouka

Kouka est franco-africain, né en 1981 d'une mère comédienne, d'un père musicien et petit fils du peintre expressionniste Francis Gruber (1912-1948) diplômé des Beaux Arts d'Avignon il peint traditionnellement, en 1995 il adhère au street art. http://kouka.me/

 

Thomas Mainardi

Thomas Mainardi http://www.thomasmainardi.com/ né en 1983 à Lille. Vanité inspirée des thèmes daliniens.

L'homme mouton

Fred Calmets né en 1976 est peintre graviste et dessinateur a commencé par le street art. Son homme mouton créature chimérique inspirée d'un personnage crée par l'auteur japonais Murakami ne parle pas de Dali. 

Speedy Graffito, Olivier Rizzo peintre français né en 1961, école Estienne, travaille peinture, sculpture, installation, photos, vidéo. Wonder Woman se la joue éléphante dalinienne dans un décor fétiche de Dali (rochers du cap de Creus), dans l'univers de Speedy Graphito.Dans l'oeil de Dali

Nikodem de 1993 à 1996 étudie le dessin à l'école Emile Cohl à Lyon. A fait partie de plusieurs collectifs de graffeurs. Vit à Grenoble où il a son atelier.http://www.nkdm.com/bio/ infusion vidéoprojetée anamorphique

Rencontre au sommet du crâne de l'Infante

Paella, Michel Palacios est un artiste français d'origine espagnole né en 1962 http://www.paellachimicos.com/ en 1985 licencié d'Arts Plastiques il intègre le collectif des Frigos, lieu de création  (journées portes ouvertes au Printemps) .http://www.les-frigos.com/  Il revisite avec un humour décapant les classiques.

Kool Koor né en 1963 à New York, Charles Hargrove figure dans les musées et dans la rue http://koolkoor.wix.com/koolkoor. D'après Santiago del Grande de Dali Santiago el grande Dali

 Thunder, matez donc le crucifix ...pour le reste, c'est du Kool Koor, et c'est bien.

Kool Koor Thunder

Manser http://manser-fluxser.tumblr.com/ artiste plasticien qui privilégie la calligraphie et la photographie pour la sauvegarder.

 

Et à arpenter l'exposition, je me dis que ces artistes là n'ont pas besoin de Dali, ils sont tous déjà bien installés, ils sont preuves que la création est infinie, sans doute Dali est un grand, provocateur à l'extrême à une époque censurée, mais nul doute non plus que ceux là, catalogués artistes urbains ont déjà fait éclater les murs et que leur talent n'a plus rien à prouver.

Manser

 

Posté par maison43 à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 septembre 2014

Emile Bernard à l'Orangerie

Madeleine au bois d'amour 1888

Encore un fils à maman, Émile Bernard que la mère initiera à l'art et à la musique; doué d'un vif caractère, cela le rendra capricieux cet amour maternel. Un père classiquement hostile à ses projets artistiques qui finira pourtant par l'aider, une soeur Madeleine qui l'accompagnera un temps, laissée fort libre ce qui est assez étonnant pour l'époque, et voilà Émile Bernard né en 1868 lancé avec des noms que la postérité encensera comme Gauguin son aîné de 20 ans, Cezanne son aîné de 29 ans Van Gogh aîné de 15 ans, Toulouse Lautrec né 4 ans plus tôt que lui, et enfin Louis Anquetin qui lui a 7 ans de plus que lui. Bref c'est le plus jeune, Émile de tous ceux cités, il s'inspirera d'eux, des maîtres classiques aussi. A qui attribuer la paternité du cloisonnisme ?La Marchande de rubans 1888

Inspirée de la technique du vitrail avec aplats de couleurs, on parle aussi de synthétisme. Anquetin, Bernard, Gauguin ? C'est à Pont Aven résidence d'artistes américains, danois et français que Bernard âgé de 18 ans rencontre Gauguin âgé lui de 38 ans ... qui a créé le premier cette nouvelle tendance picturale ?

Le Pardon Emile Bernard

les historiens d'art ne sont pas d'accord sur le sujet, alors que dire de moi !!! en tous cas Émile Bernard, fougueux comme on peut l'être à cet âge en voudra toute sa vie à ce traître de Gauguin qui restera vague à ce sujet et ce fier ombrageux de Bernard en cultivera fort bêtement une amertume qui le distinguera toute sa vie de ses contemporains peintres. Ainsi est sa nature à ce Bernard qui fuira toujours ce qui le dérange. C'est un touche à tout qui testera tous les genres, qui sera critique d'art, poète. Amateur de femmes, il en aura plusieurs parfois deux en même temps, car à sa manière c'est un fidèle. Durant 10 ans il s'exile en Orient, il prouve

Les trois races 1898

indéniablement qu'il sait peindre il excelle dans les drapésEtude de mulâtresse 1895

1900 Woman Smoking Hashish oil on canvas mais il hésite entre les riches couleurs d'un orientalisme et les peintures plus douces aux formes élancées d'un Puvis de Chavannes avec plus d'élégance d'ailleurs.Femmes au bord du Nil 1900 détail

pour trouver au final les classiques Titien, Véronèse, Raphael et s'éclater dans les nusLes Nues (baigneuses) 1926 détail

où il balancera entre le vice et la vertu, l'amour sacré vertueux et l'amour profane charnelNu à la coupe de cerises 1933

 L'âge ne l'assagira pas, ni en ce qui concerne sa passion pour les femmes, ni son caractère toujours opposé aux autres, il dénigrera sans indulgence la nouvelle génération de peintres. Difficile pour lui de se trouver une place; un peu versatile, n'ayant au final pas trouvé véritablement son styleNature morte aux pommes et compotiers 1906

c'est cela sans doute qui lui donnera une petite notoriété mais ne le fera jamais sortir du peloton des bons peintres, car il y en a une flopée quand même. C'est dommage, il avait un potentiel mais ne cultiva peut être pas assez son imagination créative par peur, qui sait, de sortir des sentiers battus, par esprit peut être un peu borné parfois un peu trop sûr de ses idées. Pourtant il douta cet homme, parfois et pas longtemps. Preuve en est avec cet auto-portrait qui date de 1892 assez moderne je trouve, un peu tourmenté à la manière d'un Munch. Replié dit-on dans un sombre mysticisme, il ne suivra pas cette voie et préférera rester dans un classicisme confortable. C'était son droit. Au musée de l'Orangerie jusqu'au 5 Janvier 2015.Portrait de Mme B 1938 détail E

Autoportrait avec allégorie sur le siècle, dit aussi Vision 1891

Posté par maison43 à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juin 2014

Antoine Watteau 1684-1721

Watteau détail

Homme du nord, né à Valenciennes sous le règne de Louis XIV. Son père charpentier-couvreur le met en apprentissage chez un peintre Jacques Albert Guérin à l'âge de 11 ans. Antoine Watteau montre déjà une grande habileté à crayonner gens d'armées ou de foires. A 18 ans, soit aurait suivi à Paris un  peintre-décorateur de théâtre à l'opéra de Paris, soit aurait travaillé chez un peintre Abraham Métayer puis chez un peintre marchand Etienne Derais pour faire des petits tableaux en série pour survivre. Il rencontre en 1704 Claude Gillot 1673-1722 dont il sera le collaborateur-élève jusqu'en 1708. L'élève surpasse le maître et entre chez Claude Audran III 1657-1734 décorateur attitré des maisons royales et princières peintre spécialisé dans les décors d'arabesque. Antoine Watteau les surpassera tous. On connaît peu de choses sur sa courte vie. On le dit de caractère ombrageux et instable, on dit qu'il change aussi souvent de logements que de toiles qu''il aurait tendance à vouloir terminer au plus vite  en mettant trop d'huile sur son pinceau afin d'étendre plus aisément sa couleur. On le dit un peu souillon ne nettoyant pas sa palette, et changeant rarement son huile d'un pot qui se remplissait de poussière, on en déduit aujourd'hui que Watteau devait utiliser un vernis à base de copal et non d'ambre, moins onéreux, et que pour cette même pingrerie, il utilisait de l'huile de noix moins chère et de moindre qualité. Ce mauvais usage explique que l'assombrissement de ses peintures ait nécessité de nombreux nettoyages pratiqués à l'alcool qui ont terni, craquelé, abîmé les peintures de Watteau. De sa vie intime, on ne connaît pas grand chose non plus, de bons amis, de bonnes brouilles, un relatif attachement à sa région d'origine, une santé chancelante assombrie par une tuberculose qui le tuera à l'âge de 37 ans.Watteau

Mais indéniablement, il existe un style Watteau, qualifié de Fête Galante (terme qui qualifie un style pictural utilisé par les successeurs  de Watteau)  où une multitude de petits personnages habillés somptueusement à la mode du siècle précédent, constituent des petites scènes de théâtre où l'on joue à la carte du tendre, un jeu d'amour superficiel, une sorte d'illustration d'un roman du XVIIè L'Astrée expliquent certains auteurs, une continuité plus raffinée des pastorales pour d'autres. D'inspiration vénitienne et hollandaise, cet art séduira immédiatement les collectionneurs ce qui contribuera à faire de Watteau un homme nanti à défaut d'un homme heureux. Il meurt prématurément en 1721 laissant la place aux autres peintres qui reprennent à leur façon ces fêtes galantes ... 

Watteau 2

Bien sûr, il faut remarquer la finesse du trait, la virtuosité des couleurs, un véritable catalogue de soieries, bien sûr il faut noter le côté théâtral de ces personnages, où Watteau peut être manifestait ainsi qu'il n'était pas dupe de cette douceur de vivre qu'il représentait, peintre académique, en vogue chez la noblesse, il s'est sans doute soumis à ce que l'on attendait de lui, mais laissant sa marque,

Statue détail Watteau

assez facétieux en ce qui concerne ses statues, plus charnelles et vivantes que ses personnages en représentation, Monsieur Watteau qu'auriez vous produit si la mort ne vous avait pas fauché prématurément ? Vous seriez vous un peu plus libéré encore ?

Le délicieux musée Jacquemard-André propose un parcours de Watteau à Fragonard jusqu'au 21 juillet 2014.      

Posté par maison43 à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mai 2014

Martial Raysse

Portrait à géométrie convexe

De lui, on connaît le portrait de son épouse, fort belle d'ailleurs et sa Grande Odalisque verte et borgneMade in Japan - La Grande Odalisque 1964

 si kitsch;  en recherchant un peu on connaît aussi ces mises en scène très artificielles :Martial Raysse Portrait of an ancient friend 1963

les belles années 60-70, deux décades prodigieuses d'une jeunesse prometteuse qui se perdra dans le superficiel, les années pop ... Il y a du Pop'Art chez Martial Raysse, mais il fait partie de la bande à Yves Klein, celle du nouveau réalisme qui fait de l'art un manifeste sociologique, protestataire, contestataire. Il fait partie aussi de ceux qui ont un humour tendre, mêlant le classique des grands maîtres comme Ingres, Cranach l'Ancien, Tintoret, à l'hétérogéneité des peintres modernes connus et inconnus.

Martial Raysse Made in Japan

Martial Raysse

Raisse Beach détail Martial Raysse 1962

  Ce peintre en vogue dans les galeries d'art, rompra pourtant avec le monde de l'art officiel et suivra sa propre route, en continuant à mélanger les genres, en se révélant un grand dessinateur, un coloriste talentueux, un peintre au final assez surprenant.

mouche détail

La mouche évoque bien sûr les mouches des belles Dames du XVIII utilisées pour faire ressortir leur teint de neige, ici elle rappelle que nous sommes périssables, un petit clin d'oeil au monde moderne qui impose une apparence de jeunesse et de beauté éternelles. Martial Raysse aime reproduire les visages féminins : portraits quasi académiques, mais d'un vert si vert qu'il ferait vomir les anti-Renoir qui qualifiaient alors les carnations du vieux Maître cadavériques, d'un goût douteux et déplorable; portraits plus modernes, malicieux, pleins de vitalité, racontant une petite histoire, mais toujours beaux; il les maquille de néon, petit symbole clinquant de la vie moderne. Peinture à haute tension 1965

  La laideur existe chez lui, mais re-visitée, carnavalesque, hors du temps, fantastique, belle au final. C'est un peintre du beau, presque tout le temps, il joue jusqu'en 70 avec le chic et le choc, est dans l'air du temps, est très à la mode.Life is so complex

Raysse 1976

Après les années 70, Martial Raysse se détache des galeries d'art et réalise des images au pastel et à la détrempe sur papier, assez proches de la bande dessinée, et précurseurs des grandes fresques qu'il aimera produire vers 90. Puis, Martial Raysse retourne à l'antique et nous livre quelques tableaux aux tons bronze et vert assez surprenants dans leur réalisation, atypiques en somme.Série Spelunca 1977

 entremêlés toutefois de tableaux variés qui n'ont plus rien à voir avec rien, mais qui témoignent d'un autre savoir faire.L'ami des nuages 1982

Le coeur quotidien 1978

Montsalvatché 1984

Le pain et le vinUn Bacchus contemporain joue avec une Diane-Barbie sculptée très dévergondée.Le Bacchus de Sainte Terre

Sculptures

Dans les années 90, Martial Raysse retourne encore au classique qu'il n'abandonne au fond jamais, au traditionnel, au paysage

Ceux du maquis 1992 M- Raysse

La Source M-Raysse détail 1990

 puis il nous étonne à nouveau avec ses fresques où l'on retrouve des femmes sexy, des animaux mythiques, des personnages de théâtre grimaçants

Le carnaval à Périgueux Martial Raysse

et parallèlement il produit des petits visages de femmes mutins, petites histoires drôlatiques

Martial Raysse 2007

Martial Raysse 2008

Martial Raysse Séraphine

 et poursuit en 2000 les peintures murales aux couleurs vives, aux personnages burlesques, sexy ...Ici plage 2012

Riche, divertissante, colorée, époustouflante, cette exposition. Martial Raysse né en 1936 n'a pas fini d'étonner, et cet article n'est qu'une facette de son talent. Très diversifié ce peintre, sculpteur; les fils conducteurs de cette oeuvre polymorphe, car il y en a malgré les apparences, sont le rappel continu des maîtres de la peinture, l'humour toujours présent, les couleurs. Allez une petite dernière pour le plaisir ...

Re mon cher maîtreOne more timeRaysse 2007

Martial Raysse 3

Posté par maison43 à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 avril 2014

Simon artiste peintre

Arthur Rimbaud Simon

Rimbaud

Découvert à Evry au musée Paul Déroulède, un Têtes à Têtes que j'aimerais partager avec qui le voudra.  Simon se dit peintre écrivain et voyageur ... Né en Bretagne il vit actuellement à Pékin.

Je l'ai rencontré au musée Paul Déroulède où pour un mois ses toiles têtes à têtes ont été exposées. 

Bach Simon

Bach Simon

Simon aime communiquer et accompagne chaque toile d'une explication. En voici quelques unes. Le peintre nous fait partager ses pensées, le temps d'une exposition.  

J'aime sa façon de peindre, les mots qui me viennent sont joie, ludique, échevelé, coloré. J'aime ce coup de crayon, particulier, ne semblant pas être structuré ce qui est faux, anarchique, ce qui est faux aussi.

NIETZSCHE SIMON

Schubert Simon

J'aime ses coups de pinceaux qui semblent en pagaille mais ce n'est encore qu'apparence ..

Simon ou le désordre ordonné .... Simon ou l'ordre désordonné

J'aime bien.

Simon

Pour ceux qui aiment aussi, le site internet de cet artiste :

http://www.simon-artiste-peintre.com/fr/simon-peintre-ecrivain-voyageur.php

Posté par maison43 à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,