06 octobre 2016

Les sculptures de la Dhuys à Chessy en Seine et Marne

Pont de la Dhuys

Restes d'un ancien pont-aqueduc bombardé lors de la seconde guerre mondiale, les pierres calcaires du pont connaissent une seconde vie grâce à un sculpteur de la région Jacques Servières. L'aqueduc est un ouvrage souterrain construit de 1863 à 1865 qui capte entre autres les eaux de la Dhuis ou Dhuys et alimente maintenant en eau potable le parc Disneyland et une petite partie de Paris. Il suit jusqu'à Chessy le cours de la Marne.

Détruits en 1939, les restes du pont ruiné attendirent jusqu'en 1987 la venue d'un sculpteur qui fit de ce lieu son atelier à ciel ouvert. On peut retrouver plusieurs influences et voyager ainsi fort modestement, un Moïa féminin vous accueilleJacques Servières 1

un éléphant échappé du temple d'Angkor s'est un peu trop gavéJacques Servières 5

et puis des couples qui dansent, un enfant collé aux basques

Jacques Servières 7

des Eve longilignes qui rappellent Bourdelle, des fesses charnues chères à Maillol

Jacques Servières 9

et des tas de petits personnages agglutinés

Jacques Servières 11

détail 3 J-Servières

détail 2 J-Servières

des petits temples que n'aurait pas renier le facteur Cheval.

Jacques Servières 2

De l'humour et un certain érotisme.Jacques Servières 3 

détail J-Servières

 Le terrain est entretenu par la mairie, les arbres exultent, les statues veillent sur les champs;  la balade peut se poursuivre le long de la Marne par le GR 14.

Se rendre à Chessy, vieux bourg, emprunter la rue de la Dhuis, puis celle de la Marne et descendre jusqu'à la rivière.

Posté par maison43 à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20 septembre 2016

Le village de Saint-Quentin près de Chassaure en Haute Loire

St Quentin vu du chemin croix des Las

Petite balade tranquille qui offre un panorama inhabituel sur la Loire; se rendre à Chaspinhac en Haute Loire à 13km du Puy, puis se diriger vers un petit hameau Chassaure. Deux accès possibles à cet ancien petit village médiéval, celui par la croix des Las est le plus facile et rapide. Nous avons pris le second, soit une boucle de 6 kms qui nous a fait passer par le Pouzat petit lieu dit avec une croix qui fait face au lointain mont Bar.croix du PouzatPassage dans un bois moussu fort agréable par grosse chaleur mais chemin assez pentu, pierreux et raviné. Un arrêt sur un paysage de Loire et sur la gauche un petit éperon rocheux domine la Loire où une ruine et un toit neuf attirent notre regard, serait-ce St Quentin que l'on reconstruit fort lentement ? La suite nous prouva que oui !Vue sur la Loire

Du vieux village qui comptait une église, un cimetière et un château, ne restent que quelques pans de murs. Le château était fief des Polignac qui en firent hommage aus évêques du Puy. Des familles qui l'occupèrent, (à l'origine avant 1200, un Guillaume de St Quentin) suivirent des familles illustres comme les seigneurs de Fay, de Vedeyres, de Mons, de La Tour Vidal, des Rochefort d'Ailly et pour terminer la famille de Gerentes qui céda la seigneurie aux chartreux de Brives qui furent les derniers seigneurs jusqu'à la révolution. Le château fut abandonné au XVII siècle, sans doute l'isolement et la pénurie d'eau en furent les premières causes.Citerne

Puit

 Petite forteresse sur la Loire, les seigneurs de St Quentin avaient seuls droit de pêche mais délivraient des autorisations monnayées bien sûr.Ruine du châteauVendus en l'an 13 comme bien national, les édifices servirent de carrière aux villages voisins. En 1808, on comptait encore une douzaine de maisons, mais en 1891 on note une construction nouvelle au milieu du village ruiné, quelques maisons la rejoignirent.

Maison de Séraphie

Séraphie

En 1866, Saint Quentin fut rattaché à la commune de Chaspinhac, en 1955 la dernière habitante Séraphie quitta la dernière maison habitée, et le village se ruina à nouveau. Depuis 2012 une association aidée par la municipalité de Chaspinhac reconstruit le village, un café associatif est ouvert au public chaque dimanche d'été de 14h à 18h.St Quentin

Pour en savoir plus sur l'histoire de St Quentin : http://www.saintquentinchaspinhac.fr/histoire/historique/

Vue de St Quentin sur la Loire

Posté par maison43 à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juillet 2015

Cimetière du Père Lachaise

Père Lachaise 10

Haut lieu d'inhumations et ce depuis peu de temps au final (1804); les premiers heureux bénéficiaires célèbres furent Héloïse et Abélard, toujours eux ! H et Apour appâter si j'ose dire le client, l'illustre comme l'inconnuIMG_5989

 car ce cimetière hors de Paris appartenait à un quartier miséreux et impopulaire et il s'agissait de susciter l'envie de s'y faire enterrer.Balzac

Auguste Blanqui

L'objectif fut atteint sans souci, et il devint à la mode d'aller au père Lachaise.  

Bien sûr des noms glorieux pour les unsArman

Félix Faure

 provocateurs pour d'autres Hubertine Auclert

inconnus pour la plupartPère Lachaise

 un petit coucou à un chouchou Desproges Desproges

 un autre à Asturias, une pensée pour des proches chers éparpillés en d'autres lieux et puis balade agréable sous les tilleuls qui exhalent et statues à foison jusqu'à la lassitude, dérisoires vestiges d'êtres qui se voulaient éternels. 

Léon Béclard

IMG_5990

Paul Baudry

Père Lachaise 11

Thomas Couture

 Credo en la Libertad, Madre de América
creadora de mares dulces en la tierra,
y en Bolívar, su hijo, Señor Nuestro
que nació en Venezuela, padeció
bajo el poder español, fue combatido,
sintióse muerto sobre el Chimborazo,
resucitó a la voz de Colombia,
tocó al Eterno con sus manos
y está parado junto a Dios!
¡No nos juzgues, Bolívar, antes del día último,
porque creemos en la comunión de los hombres
que comulgan con el pueblo, sólo el pueblo
hace libres a los hombres, proclamamos
guerra a muerte y sin perdón a los tiranos
creemos en la resurrección de los héroes
y en la vida perdurable de los que como Tú,
Libertador, no mueren, cierran los ojos y se quedan velando.

Asturias



Auteur: Miguel Angel Asturias

Posté par maison43 à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 avril 2014

Cathédrale de la Résurrection d'Evry

Cathédrale de la Résurrection

Construite par Mario Botta, architecte suisse né en 1943 (qui a réalisé également le musée Tinguely de Bâle) la cathédrale d'Evry dédiée 

Cathédrale D'Evry 2

 à l'évèque Corbinien de Fresing né en VII siècle siège hiératique sur un environnement de briques. Mario Botta aime les formes géométriques simples, ici un cercle bordé de 24 tilleuls argentés (symbole de vie), 12 pour les apôtres, 12 pour les 12 tribus d'Israel. Mario Botta utilise la brique qui réunit les 4 éléments, eau, terre, air et feu.     

Un déambulatoire orné de 12 vitraux de Kim

En JoongDéambulatoire aux vitraux

 descend vers le choeur

vitraux de Kim En Joong

autel

où se trouve l'autel en marbre de carrare, le pied de l'autel descend jusqu'à la crypte des évèques, accessible par le musée où sont en prêt 2 toiles des Vasarély, celle de Victor le père et celle de son fils Yvaral.

Christ

St Pierre

Les sièges sont en chêne de Bourgogne. La statue en bronze de St Corbinien est une oeuvre de France et Hugues Siptrott (autre oeuvre Les Hommes de la cité parvis de la Défense). 

Saint Corbinien - F et H Siptrott

 

Dans la chapelle, ce sont 3 oeuvres du sculpteur et peintre Gérard Garouste qui gardent les lieux. Pour la petite histoire, Gérard Garouste est aussi le comédien qui joue aux côtés de Catherine Deneuve dans 'Elle s'en va'.

Gérard Garouste

Le musée Paul Delouvrier est au dessus du choeur.

Petit musée agréable dont je parlerai ultérieurement.

Posté par maison43 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 juin 2013

Monsieur Calvin

Calvin

et moi, on s'était rencontré déjà, il y a longtemps, du temps où j'avais déjà du temps, avec un livre offert en 1967 'Histoire du Protestantisme Français' de Raoul Stephan ... et puis plus rien entre lui et moi, plus le temps, jusqu'à cette entrevue en Suisse, à Genève, au musée international de la Réforme. Avec le temps d'ailleurs, ce sacré temps, je vous avais confondu avec monsieur Luther, plus jovial que vous, du moins dans l'apparence physique, imberbe, il parait d'ailleurs que pour définir Genève dans la langue des signes, on se frotte le menton entre le pouce et les doigts, preuve que votre barbe a marqué vos adeptes, plus que moi, adepte de rien, mais uniquement animée par la curiosité ... Musée fort agréablement conçu, ludique et esthétique, où l'on entend un Rousseau dans la salle à manger, Le Banquet théologiqueune charmante Directrice pour agrémenter le tout ... on y rencontre donc un Martin Luther Luther

1483-1546  peint par Lucas Cranach le vieux 1472-1553, un Jean Calvin 1509-1564 d'un peintre du xvi siècle. Pour Luther, La Bible est seule autorité, au dessus des traditions de l'Eglise et des hommes d'église.Bible

La Réforme est en marche, en 1517, il rédige ses 95 thèses qui dénoncent entre autres la vente publique des indulgences, cette Réforme va engendrer outre la réprobation du pouvoir religieux, une réaction violente du pouvoir royal qui va déclencher une contre-Réforme terrible qui se manifestera en France notamment par le massacre de la Saint-Barthélémy le 24 Août 1572Massacre de la St Barthélemy,  la dernière lettre de l'amiral de Coligny à son épouse.Lettre de Coligny 1572 L'édit de Nantes qui, signé en 1598 par Henri IV mettra un terme aux guerres des religions et donnera aux protestants la liberté de culte, sera révoqué en 1685 par l'édit de Fontainebleau signé par Louis XIV provoquant un exil des Réformés vers l'Angleterre, les Pays-Bas, l'Allemagne ou plus difficilement la Suisse réticente à les accueillir, mais ces réformés là créeront des dynasties de banquiers, horlogers, orfèvres, et pour ceux qui résistent  les galères pour les hommes, la prison pour les femmes ... Bon, catholiques, protestants se massacrèrent au nom d'une foi ... où les humains ont un peu oublié les règles de la Bible chacun à leur tour, selon leurs arrangements avec un Dieu si humain qu'il se prête à tout, au pire, le plus souvent. L'histoire ne s'arrête pas là, bien sûr et est plus complexe ... mais moi pour cette fois ci, je stoppe là ... si je retourne, un jour, à Genève, je complèterai cette visite. Et encore déguster les petits calvins, et encore écouter Dame Isabelle la protestante ....

A suivre peut être .... à l'Automne une exposition temporaire "Enfer ou paradis" : la satire en images (XVI-XVIII)caricature du pape Jules III - XVI siècle

La Balance Martinus van Beusecom XVII

Posté par maison43 à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12 mai 2012

Buren Excentrique sous la Nef

 De la nef du Grand Palais, Buren dit : c'est son volume, l'air qui y circule, sa lumière. C'est un endroit extraordinaire pour sculpter l'air et lui donner une forme, capter la lumière et lui donner une couleur.espacelumièrecoupolemiroirparapluiesparasolsrêveriepourêvervolume 390 cercles, 1500 pieds, sous le soleil, le ciel, la prairie, la vie ..... au jour, en pleine nuit, et au dessus la grande verrière ... jaune, verte, bleue ou rouge. Sais pas, vous, elles, eux, mais moi, j'en suis ressortie avec du rêve possible dans la tête, après coup, pas tout de suite, quelques heures après ... une rêverie à 5 euros, ou une déception à 5 euros ! c'est comme vous voulez, c'est comme vous percevez. C'est bof, au début, un peu comme un être aimé que vous voyez rarement, et puis cela devient au fur et à mesure que vous y pensez, un plaisir à rêver, à garder, à renouveler, quelque chose d'éphémère et léger qui vous obsédera, parfois, longtemps, toujours.

Moi, au bout du compte, j'aime.

Posté par maison43 à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 janvier 2012

La tenture de l'apocalypse

 Comment aborder la tenture de l'apocalypse, à Angers,  en son château d'une manière fantaisiste, rigolote et attrayante ? pas facile ! D'abord, elle n'a pas été faite pour ça : Louis Ier d'Anjou (1339-1384), son commanditaire aimait démesurément les tapisseries, certaines habillaient avantageusement les murs de son château, d'autres l'isolaient quand il avait besoin d'intimité, et d'autres encore rappelaient ses exploits guerriers aux visiteurs ébahis, ensuite, le thème choisi de l'La Jérusalem célesteapocalypse n'est pas particulièrement optimiste et réjouissant : si il faut attendre que le mal soit vaincu pour qu'enfin le bien prédomine, et que le Christ nous installe alors dans la félicité, la Jérusalem céleste, on risque d'attendre fort longtemps;

 

 

Louis Ier d'Anjou eut l'idée d'évoquer aussi ses ennemis jurés, les Anglais, et certaines scènes font office pour l'époque de BD, discriminant les dits anglais, les vouant aux enfers, semblables au diable et à ses démons, ce qui devait faire plaisir à tout le monde, les anglais ayant pris la fâcheuse habitude d'envahir la France.

sauterellesLes sauterelles sont assimilées aux anglais ...

 

 

 

 

Avec cette tenture immense, impossible à utiliser, pas facile à déplacer, 140 m de long quand même,Angers Louis d'Anjou se fit plaisir doublement : cette tenture prouvait sa riche puissance, et laisserait à la postérité une trace durable de son passage, et la suite prouva que malgré quelques vicissitudes, il avait raison : cette fameuse tenture est à nouveau admirée, dans un espace un peu sombre pour la protéger au mieux. Constituée de laine colorée avec de la gaude, de la garance et du pastel, elle fut dessinée sur carton par Hennequin de Bruges, peintre flamand, et réalisée dans les ateliers d'un célèbre lissier de Paris, Nicolas Bataille.  

Les créatures Satanmonstrueuses de la tenture de l'Apocalypse  valent bien celles de nos romans fantastiques contemporains, et devaient susciter à l'époque grand

Les grenouilles recrachéesLa bête de la terre et celle de la mer aux 7 têtes

 

 

 

 

 

 

effroi, elles représentent le diable et ses acolytes,

entendez aussi  les envahisseurs de l'époque. Les grenouilles crachées par les monstres représentent les rumeurs impies pour dresser les peuples, les uns contre les autres et contre Dieu. 

Ouf un peu de douceur dans ce monde de brutes, avec la figure charmante d'une jeune Prostituée,La prostituée et son reflet feo et son vilain reflet dans le miroir qui gâche un peu le tableau, c'est vrai , mais c'est Babylone en personne, symbole du pécher.

Quant aux justes, il s'en moquent bien ! ils dorment, bienheureux élus, attendant que le christ vienne les réveiller ...Le sommeil des justes

Je vous l'accorde, ce n'est ni très catholique, ni très orthodoxe, encore moins très historique, ce que j'écris là, mais c'est ma façon à moi de retenir, un peu ce qu'est la tenture de l'Apocalypse, un peu, peut être ...    

Posté par maison43 à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 novembre 2011

Musée Jean Tinguely Bâle

Musée Tinguely Bâle

Après la Fondation Beyeler et son exposition sur Louise Bourgeois, son exposition consacrée au surréalisme avec des oeuvres en pagaille de Dali, Tanguy, Picabia, Hans Bellmer, Max Ernst, Magritte, Picasso, Miro et d'autres encore, s'est imposée une visite au musée Tinguely de Bâle construit par Mario Botta. Les sculptures de Tinguely emmènent dans une atmosphère particulière, ludique, rigolote, où l'innocence facétieuse d'un enfant surdoué n'est pas loin. Tinguely cela ressemble à une fête foraine sans la foule, il y a des lumières, des bruits, des grincements, des cliquetis, des objets qui se mettent en marche quand on le désire, des machines qui ne servent qu'à nous faire plaisir, sans autre utilité que de nous amener au monde magique d'un1966e enfance sans douleur, sans souffrance, ce qui n'existe pas. 

Accueil de Niki Saint Phalle avec une nana. Gwendolyn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grosse Méta Maxi-maxi Utopia. Méta Harmonie 1987Tinguely 87

Gigantesque machine, avec des escaliers, des passerelles où l'on peut grimper et observer un joyeux foutras fait de rebuts qui trouvent là une seconde vie, un rouleau de lavage automatique, un cheval de carrousel, un rideau de théâtre, un bric-à-brac absurde qui met en joie le spectateur quand cette méga machine se met en branle, si elle le veut bien. Présentée en 1987 à Venise.

 

 

 

Le Safari de la mort moscovite 19891989 T

Voiture squelette où la grande faucheuse a sa place, Renault safari assemblée pour une exposition à Moscou avec pour intention de montrer aux Russes l'absurdité des produits de luxe, symbole d'une voiture objet de luxe et de désir qui au fil des ans deviendra carcasse rouillée, et qui peut vous conduire à la Mort, passagère toujours présente. 

 

 

 

Pit Stop 1984Musée Tinguely

Commande de la Régie Renault qui évoque l'arret de la voiture au stand. Composée de pièces de voitures conduites par Alain Prost et Eddie Cheever, projection de film sur écran inclus dans la composition.

Les cinq veuves et la Lotus 25/33 R6.

Eva Aeppli  artiste suisse née en 1925 : oeuvre constituée de peintures, dessins, sculptures textiles. Épouse divorcée de Jean Tinguely dont elle aura une fille Miriam. Initialement Eva Aeppli avait conçu séparément  les 5 veuves, Jean Tinguely l'utilisera pour créer un hommage à Jo Siffert mort accidentellement sur un circuit en 1971 en y ajoutant une Lotus qui fut conduite par Jim Clark mort lui en 68. 

Jean Tinguely fut un passionné de course automobile, il avait pour habitude d'allier voyages culturels et grands prix. Il aimait l'esthétique des courses, la rencontre, parfois terrifiante, de l'homme avec la machine. Il voyait un rapprochement entre l'Art et la course automobile, reliés par cette absurdité de tourner en rond, de répétition, sans utilité réelle. Lui même qu'il qualifiait parfois de détraqué, de cas pathologique, ne se prenait pas au sérieux, était toujours à la recherche d'une nouvelle expression pas forcément rationnelle. La différence avec la course automobile résidait dans la lenteur qui était pour lui nécessaire : pouvoir représenter le mouvement lentement pour communiquer avec le spectateur.

Pour lui, la mort est présente partout. Le mouvement est l'éphémère, la panne vite arrivée, comme la mort vite arrivée dans la vie.

jt1jt2Petits assemblages qui font partie des Débriscollages, qui résultent du détournement de la fonction de l'objet, inclus les moteurs qui dans les sculptures de Tinguely ne font que des blagues, des bêtises pour nous amuser et nous donner une idée de l'absurdité de notre société qui nous pousse à consommer. Jean Tinguely disait qu'il était un assembleur.

Là une machine à faire des gribouillages inutiles. C'est une machine artiste et absurde.jt  

Posté par maison43 à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 octobre 2011

Le Facteur Cheval

Drôle de bonhomme, un peu fou, têtu, ambitieux, volontTombeau du Facteur Chevalaire, et follement humain jusqu'à une sorte de mégalomanie à la mesure de son oeuvre de pierres.

On dit que l'idée imaginaire d'un palais s'insinua peu à peu dans ses pensées, lors de ses longues tournées de facteur rural. Ferdinand Cheval né en 1836 n'y était préparé ni par son éducation, ni par ses études. Après son certificat d'études, il devint apprenti boulanger puis ouvrier rural où sans doute il apprit là à observer la nature. En 1867, il rentre dans les Postes. Deux mariages, 3 enfants,  il connaîtra 3 deuils : 2 enfants et sa première épouse.  En 1879, année de la naissance de sa fille, il commence à concrétiser son rêve, amasse des pierres et s'attaque à la construction d'un bassin et d'une cascade. Cela durera 33 ans. Le palais est achevé en 1912. Deux ans plus tard, il construit son tombeau au cimetière de Hauterives, cela lui prendra encore  8 ans. Il meurt 2 ans après en 1924 à l'âge de 88 ans.

  Ce qui frappe chez cet homme pFerdinand Chevalauvre, peu cultivé, c'est précisément son inspiration, d'abord orientale, ce qui est à la mode dans les milieux culturels de l'époque, mais sûrement pas à Hauterives, mais aussi médiévale, religieuse, et enfin régionale;  on dit que Cheval était abonné, ou profitait d'un abonné, pour lire une revue 'Le Magasin pittoresque' , sorte de petite encyclopédie de vulgarisation.

 

 

 

 

 Palais Idéal 

 

 

 

 

 

 

 

  

La décoration abondante de cette architecture de style brut  est inspirée de la nature, animaux, feuillages, petites grottes, Cheval utilise, outre les pierres, des morceaux d'os, des coquillages, des fossiles. Il y a aussi toute une symbolique pour Cheval dans l'élaboration de ce palais , le rapport au Temps : Cheval résiste ainsi au temps qui passe, à toutes ces morts qui l'entourent, grâce à sa ténacité  'Ma volonté a été aussi forte que ce rocher'. Pas moins de 63 maximes moralisatrices à lire, ultimes messages gravés dans la pierre de Ferdinand Cheval. Arbre-ChevalFacteur Cheval Détail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facteur Cheval

 

 

 

 

Cheval s'est ainsi acquis l'éternité. 

 Palais de Cheval

IMG_2993PASSANTP

car c'est ta récompense

ô sculpteur gigantesque

d'avoir réalisé ton rêve surhumain

va, tu peux bien graver

ton nom à chaque fresque

hier c'était le labeur

c'est la gloire demain.

Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterives dans la Drôme.

 

 

Posté par maison43 à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 octobre 2011

Léger à Biot

Il y a du carré dans l'homme, du construit, du raisonné ... Léger

 Il y a  du théoricien chez Léger, une volonté de se démarquer des autres, et au final un style pictural très particulier qui interdit toute neutralité :

On aime ou pas, et moi je n'aime pas.

 

 

 

 

Les débuts de Léger furent comme pour beaucoup sans originalité, lui ne supporta pas et détruisit les premiers tableaux.    Léger 1907

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Paris, il rencontre entre autres Delaunay FLeger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a du cylindrique, du géométrique, une volonté de privilégier la forme. Tout autre expression pour Léger était romantisme et imitation. Fernand Léger 1881-1955 fait abstraction de l'humain et préfère l'objet qu'il reproduit de façon épurée, géométrique. Il ne déteste pas cependant lui fournir des bras, des jambes à cet objet. Et il le colorise un max.                                     Léger 1921

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léger disait que l'expression dans un visage était un élément trop sentimental pour lui.    

L'homme devait être un sacré bonhomme, c'est certain, mais je n'adhère vraiment pas à ses tableaux.Léger 1934

 

Il faut sans doute apprendre Léger si on en a

envie, et moi je n'en ai pas envie.

Blocage bizarre ....

 

 

 

 

 

 

 

Léger 1952

Heu, Léger, pour moi, c'est comme un devoir de Maths !!

Et je ne me suis jamais faite aux Maths ...

il me faudrait peut être un

 professeur qui m'enseigne Léger.

Tiens,

C'est rigolo une fleur qui marche !

 

 

Musée de Biot 

Posté par maison43 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,