09 septembre 2017

Le Mas de Chantoin en Haute Loire

Proche  d'un coquet village fleuri Augeac, située à proximité de Bains et de Séneujols en Haute-Loire  une petite route serpente une vaste plaine surprenanteTerres près de Chantoin

par son étendue (terres qui étaient utilisées pour l'élévage des bestiaux) que surmonte le proche Dévès,  Un énorme quadrilatère de basalte se dresse au bout de cette route où un chemin fait suite. Une grand porte cochère surmontée des armes du commandeur Jacques de la Rochefoucauld dit le Chevalier de Langeac est aujourd'hui presque effacée.Mas de Chantoin 2

Ce mas appartenait à Pons Vicomte de Polignac qui en fit don vers 1170 aux Templiers installés à la forteresse-monastère St Barthélémy du Puy en Vélay, initialement il y avait 3 mas, Chantoin, Chazaux et Collanges, le mas de Chantoin  les absorba et eut lui même par des donations successives des fermes-dépendances situées sur le plateau entre autres la Glutonie et Rossignol avec les terres de Belvezet.Mas de Chantoin

Ce mas était donc une commanderie de l'Ordre des Templiers (ordre fondé lors de la première croisade 1096-1099) qui s'installa en Occident au milieu du 12è siècle; en 1170, en ce qui concerne la forteresse-monastère St Barthélémy du Puy en Vélay aujourd'hui disparue. Parallèlement, un autre ordre s'installa celui des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (devenu plus tard Ordre de Malte) en la commanderie de St Jean du Puy en Vélay dont il ne reste que la chapelle devenue aujourd'hui salle polyvalente. A la dissolution de l'ordre du Temple, ce mas passa aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem en 1313.  http://templier.weebly.com/la-chute-de-lordre.html .

Après 1789 le domaine fut vendu à des particuliers, la chapelle ruinée puis disparue. Lors de notre visite, ce mas était fermé. Lieu chargé d'Histoire, Il garde tout son mystère.Mas de Chantoin de dos

 

Posté par maison43 à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


05 octobre 2015

Exposition Pierre de Mirmande du 16 Septembre au 31 Octobre 2015

Exposition

Exposition consacrée à Pierre de Mirmande capitaine châtelain du Krac des Chevaliers dans l'actuelle Syrie à la Médiathèque de Brives-Charensac

Posté par maison43 à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 décembre 2014

Gourlong en Haute Loire

 

Gourlong 2

Gourlond  à 500 m de Pont d'Alleyras en Haute-Loire, devient commanderie des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (Ordre de Malte) en 1163 sur la paroisse d'Alleyras grâce à Pierre de Mirmande qui fait don de son manse à Etienne Isnel Maître de l'Hôpital du Puy. Pierre de Mirmande entre dans l'Ordre en tant que Chevalier-Religieux avec l'assentiment de son épouse Guillaumette et de ses deux fils Odon et Etienne. Pierre de Mirmande s'illustrera en l'actuelle Syrie où il commandera le château du Krak des Chevaliers de 1193 à 1199. Bon revenons à Gourlong.

Gourlong 1

cette commanderie était constituée d'une chapelle dédiée à St Jean Baptiste, une maison dite du Commandeur, un enclos et un cimetière. Entre 1291 et 1304 Pons Baudasse est commandeur de Gourlong, en 1307 une reconnaissance est faite au profit de la commanderie par G. Chauchat d'une maison, d'un jardin et d'un pré avec pacte pour le dit Sieur de construire un moulin et de moudre au Commandeur et familiers de la maison de Gourlong sans aucun droit de moulure. La voie du Puy à Toulouse  passait à Montbonnet et à St Jean Lachalm, puis descendait vers Vabrettes pour arriver à Gourlong en traversant le bois de la Bourelle pour franchir l'Allier à l'actuel Pont d'Alleyras, et longer l'Allier jusqu'à Vabres pour se rendre ensuite à Sanis, Chambonnet et Croisances. D'autres passages de l'Allier sont mentionnés pour ce chemin à Rochefort et à St-Haon.

'Il existait en outre, en 1302, à "Pont de Vabres", un pont appelé, "Pont du mas de Gourlong" , dont l’origine passe pour être plus ancienne. Il fut détruit en 1589 par une crue mémorable et sera sans doute reconstruit, mais bien plus tard, puisqu’en 1642 l’abbé Aulagnier curé du Brignon, se rendant à Toulouse, empruntait un "bateau" pour traverser l’Allier.'  extrait du site www.memoiredehauteloire.com

 

Croix

Ce lieu de passage et la proximité du prieuré clunisien d'Alleyras justifiaient sans doute une commanderie qui hébergeait et soignait ceux qui empruntaient ce chemin. Au fil des années la situation de Gourlong dans une vallée peu accessible la fit peu à peu moins fréquentée. En 1723 on signale les ruines de la chapelle écroulée. A ce jour, subsiste une ruine délaissée, vestige de la Commanderie de Gourlong qui fut une étape importante entre 1160 et la fin de l'ancien régime, en bordure de route, édifice dont le lierre envahissant cache une croix de Malte.

Croix de Gourlong

 

 

Posté par maison43 à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 décembre 2014

L'ordre de Malte

C'est avant la première croisade (1096), aux environs de 1048, que des marchands du royaume de Naples obtinrent du calife d'Egypte Romensor de Moustesaph la permission de construire à Jérusalem un monastère desservi par des religieux de l'ordre de St Benoit venus d'Italie pour recevoir les pèlerins, puis les croisés. Ils créèrent un hôpital Le mystérieux Frère Gérard

Gérard de Martigues dit aussi Tenque ou Tunc nommé aussi Frère Gérard d'origine contreversée (amalfienne, provencale ou autre) en fut le premier chef. Après la prise de Jérusalem en 1099, Godefroy de Bouillon leur donna ainsi que d'autres seigneurs des terres en France. Gérard avec ses frères se sépara du monastère et créa une congrégation particulière sous la protection de St Jean Baptiste, ses membres prirent le nom d'Hospitaliers ou Frères de l'hôpital de St Jean Baptiste de Jérusalem. Son successeur Raymond du Puy Raymond du Puyfut le premier à prendre le titre de Grand Maître de l'Ordre à qui il donna une règle inspirée de celle de St Augustin. (pauvreté, chasteté, obéissance). Il proposa au roi de Jérusalem de s'unir à lui pour combattre les infidèles avec ses Hospitaliers. Ordre composé de 3 classes : Les nobles qui firent profession d'armes, les prêtres et chapelains qui s'occupèrent du service divin, et enfin les frères servants non nobles chargés de soigner et de combattre. Cet ordre reçut l'approbation du pape Innocent II en 1113. Du fait de l'avancée des Turcs en méditerranée, ils se retireront progressivement à Chypres, à Rhodes, enfin à Malte, ils ouvriront des établissements dans l'Europe entière. En 1834 l'Ordre de Malte s'installe à Rome toujours sous l'autorité du St Siège, ordre militaire et hospitalier, il prendra alors le nom d' Ordre souverain de St Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte. Sa vocation militaire se termine en 1798. A la base de la hiérarchie se trouvaient les commanderies rattachées aux grands prieurés qui eux relevaient des 8 langues (représentant les différentes nations qui composaient l'Ordre), langues définies en 1327 au chapître de Montpellier.

Croix_de_Malte

Le royaume de France se composait de 3 langues :  

La langue de Provence, la plus ancienne dans le prieuré de St Gilles le premier constitué en Occident dés le début du XII siècle (port d'embarquement des croisés pour la terre sainte), elle regroupe le prieuré de St Gilles, Toulouse, la Provence, le Comté de Nice, le bas Dauphiné, le Languedoc, le Roussillon, le Comté de Foix, la Gascogne, le Haut Béarn. 

La langue d'Auvergne recouvrait l'Auvergne, le Limousin, Les Marches, le Bourbonnais, le Lyonnais, la Basse Bourgogne, la Franche-Comté, la Savoie, le Haut Dauphiné, le Haut Languedoc dont le Vélay. Elle comprenait 56 commanderies.

La langue de France avec 3 grands prieurés, Paris, Poitiers, Voulaines à la tête de la Bretagne, Anjou, Saumurois, Poitou, Saintonge, Bas Berry, Tourraine, Maine, Normandie, Orléanais, Ile de France, Artois, Picardie, Flandre, Champagne, Sedan, Lorraine, Haute Bourgogne et Nivernais.

 En Vélay une première mention de l'Ordre Hospitalier est faite en 1153 où ils s'installèrent à l'Hôpital St Jean du Puy. Pour rappel, l'ordre des Templiers s'installa lui en 1170 à la maison templière St Barthélémy. Je dois avouer une certaine confusion dans mon esprit entre les localisations de la maison templière Saint Barthélémy et celles de la maison St Jean de la Chevalerie appartenant aux Hospitaliers, certes les biens des Templiers passèrent aux Hospitaliers en 1312, et l'église St Barthélemy devint possession des hospitaliers, mais je ne trouve aucune trace de l'Hôpital St Jean, à re-vérifier donc à la bibliothèque du Puy.

Sources Auguste Chassaing 1882

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 décembre 2014

Le procès des Templiers

miniature du Maître de Virgile

Dans la nuit du 12 au 13 Octobre 1307, des hommes d'armes déboulèrent dans toutes les commanderies de France, pour arrêter sans résistance les Templiers surpris, beaucoup furent soumis à la torture et avouèrent tout ce que l'on voulut d'eux. A Paris, 25 chevaliers moururent lors des interrogations. 54 d'entre eux furent brûlés en Mai 1310 à Paris, 9 à Senlis. Le roi Philippe Le Bel obtint du pape Clément V qui résidait en Avignon la dissolution de l'ordre qui fut décidée au concile de Vienne en 1311. Le 18 Mars 1314, le grand maître des Templiers Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay maître de Normandie montaient sur le bûcher.

Les Templiers du Puy en Vélay plus chanceux réussirent à s'enfuir, on ne sait pas trop où. On pense que certains se réfugièrent dans des grottes, comme celles du Mont Jonas. Lieu qu'il me faudra découvrir.

Site_de_Jonas

Seuls 5 frères servants furent arrêtés, ils furent internés à Nîmes. 2 frères du Vélay furent emprisonnés à Aigues-Mortes, Bertand de la Seauve et Bernard de Siaugues (commandeur à St Gilles). Tous furent interrogés par Oudard de Maubuisson commissaire du Roi. Des 7, 5 eurent la vie sauve, et restèrent emprisonnés 5 ans. Bertrand de la Seauve et Marc Bonneteau seraient morts en captivité. Les trésors du prieuré du Puy furent confisqués, les bâtiments donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean. 

 

Posté par maison43 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 décembre 2014

Les Templiers en Vélay

 Monastère des Templiers

Rive gauche du Dolaizon, à l'extérieur de la porte d'Avignon, une forteresse monastère, un pont-levis  sur un large fossé, une chapelle romane construite en pierres de Blavosy, un cimetière. Cette construction commandait une des plus importantes voies du midi jusqu'à Avignon. Ses habitants étaient chevaliers, au manteau blanc orné d'une croix rougeCroix des Templiers

 ils appartenaient à l'ordre du Temple. L'ordre fut fondé à la première croisade (1096-1099) à l'initiative d'Hugues de Payns, nommé milita christi dans un premier temps, milice du christ à la fonction militaire de protection des pèlerins, installée sur un emplacement de l'ancien temple de Salomon, ils prirent un peu plus tard le nom de Templiers. Cet ordre fut reconnu au concile de Troyes en 1128 et reçut une règle dictée par St Bernard. Milieu XII une partie de cet ordre s'installa en Occident, constituée de grands propriétaires terriens, comportant 15 000 chevaliers avec une multitudes de frères servants, ils possédaient des manoirs, forteresses dont celle de la Maison du Temple à Paris où le roi Philippe le Bel se réfugia lors d'une émeute. Le trésor royal fut conservé en cette maison de 1146 au début du règne de Philippe le Bel. Les templiers du Puy s'installèrent en leur forteresse-monastère Saint Barthélemy en 1170 avec une église du même nom.Monastère des Hospitaliers

Au bas de la hiérarchie, il y avait de simples commanderies, comme Chantoin, Gourlong, La Glutonie. Au dessus un prieuré dont dépendaient plusieurs commanderies. Plusieurs prieurés constituaient une province. Les provinces formaient une nation et l'ensemble des nations était placé sous le commandement du grand-maître des Templiers. Le monastère du Puy était un prieuré avec à sa tête un maître précepteur. Toutes les commanderies du Vélay relevaient de ce prieuré du Puy qui à son tour relevait du grand prieuré de Provence siégeant à Montpellier. Ils demeurèrent au Puy de 1170 à 1311. Ils étaient fort riches, beaucoup de seigneurs leur faisaient des donations, Pons de Polignac leur fit don du mas de Chantoin ( 4km de Bains), Armand Portefaix donna sa part de la forêt de Mirmande, Jacques Chazeaux ses droits sur le mas de Chazeaux ... certains seigneurs qui désiraient se faire enterrer dans leur cimetière firent des dons d'argent, d'autres itou pour racheter leuTempliers du Puyr faute, les biens des templiers devinrent si considérables qu'on les évalua 3 fois plus importants que ceux des Chevaliers hospitaliers de St Jean de Jérusalem, autre ordre né à peu près à la même époque plus connu sous le nom d'Ordre de Malte. Entre Saint Jean Lachalm et au delà de Bains, beaucoup de terres leur appartenaient et l'on trouve plusieurs commanderies à Seneujols, Chantoin, Belvezet, La Glutonie, Rossignol. L'immense richesse des templiers, leur pouvoir grandissant suscita l'envie de certains, le vif agacement royal, leur principale raison d'être, défense des lieux saints tomba avec la chute de St Jean d'Acre dernière forteresse de la Chrétienté en 1291. En Septembre 1307 un guet-apens fut fomenté par Guillaume de Nogaret, garde du sceau, sous Philippe Le Bel pour aboutir à la dissolution (après arrestations et procès des Templiers) de l'ordre en 1311. La couronne se servit largement, le reste des biens, notamment les commanderies et prieuré furent donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean 

Sources : Les Carmes et les Templiers du Puy - Albert Chaurand 1944 --Cartulaire des Templiers du Puy en Velay - Augustin Chassaing 1882 

Posté par maison43 à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,