08 mars 2012

Le fils - Michel Rostain

Le fils

Michel Rostain 1942 Maîtrise de philosophie, DEA d'histoire de la musique, metteur en scène de théâtre lyrique et musical, directeur de la Scène nationale de Quimper. Écrit son premier livre en 2011 : Le Fils

Bien sûr, je fus attirée, d'abord par le titre, forcément.

Lion, Le fils raconte le chagrin des ses parents lors de sa mort brutale due à une méningite foudroyante.

Quand vous avez de l'humour, l'humour reste, quand vous aimez la vie, l'amour de la vie demeure ...  Cela prend du temps, des larmes, des nuits sans sommeils, des regrets, des remords. Et au final, comme avec tout ou presque, on arrive aussi à trouver un petit arrangement avec ses morts. On oublie rien, on souffre toujours, mais on apprend à vivre sans.   

C'est bien écrit, cela se lit aisément, rapidement, les mots plaisent, les images qui découlent de ces mots aussi.

Mais je reste sur ma faim, un peu !

Forcément, madame Freud, forcément.

Posté par maison43 à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


16 février 2012

Les Morues - Titou Lecoq

Titiou Lecoq née en 1980, est journaliste indépendante et blogueuse (girlsandgeeks.com).

Les MoruesPremier livre : Les Morues en 2011.

'... une bande de trentenaires parvenus ...' (extrait), ... 'd'un espace entièrement virtuel' (extrait).

Voilà donc le sujet du livre, des trentenaires  dans un monde où la technologie a bouleversé le relationnel, le ressenti, l'image qu'on a des autres, l'image qu'on a de soi. Bienvenue dans le monde du virtuel qui est au final une autre forme de réalité.  

Et puis il y a les choses de la vie, intemporelles, l'amour que l'on recherche ou pas, le travail que l'on garde ou pas, les amis. Il y a une mort qui intrigue, et une enquête menée par Ema. C'est peut être en cette intrigue qui s'égare un peu que réside le point faible de ce roman.  

Ema est une Morue, Alice et Gabrielle itou, avec une idéologie :-' Pour les Morues, il paraissait évident que les réflexes sexistes dont on accusait les hommes, c'était d'abord chez les femmes qu'il fallait les traquer'-. extrait

Des hommes autour bien sûr : 

Fred, délicieusement trop, en tout, trop intelligent, trop sensible, trop en tout qui finalement a choisi d'être rien en tout, rien de ce qui pourrait le distinguer du commun de ses contemporains. Et c'est ainsi qu'il est devenu, lui le génie, un marginal.

Tout-Mou, le fiancé veuf, mais ce qui est recherché dans un marshmallow est carrément rédhibitoire chez un homme.

Blester, l'amoureux d'Ema, bien sous tous rapport, un peu trop normal peut être.

Antoine frère de Fred, le con de service, mais pas que cela non plus.

et d'autres .....

 L'écriture du livre est résolument humoristique, ce qui permet à l'auteure d'énoncer légèrement des vérités profondes, de nous amener incidieusement à un travail d'introspection. C'est assez fort, au final, ce livre qui est un témoignage intéressant sur notre époque, une réflexion plus profonde qu'elle en a l'air sur la vie.

-' Peut être que ça servait à ça, le travail ? Se donner l'illusion que les choses avaient un sens'.- extrait

 Notes pour ide :  

climax : point culminant

aporie : se dit d'une question logiquement insoluble

Posté par maison43 à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,