04 juillet 2019

Freycenet La Cuche Haute Loire Maison forte

Maison forte - Freycenet La Cuche

On situe cette construction au 17è siècle peut être sur une base plus ancienne. Cette maison forte servait probablement d'habitation au prieur de Saint Martial en Boutières (situé en Ardèche au pied du Mézenc) qui résida à Freycenet de 1653 à 1671 et y créa la paroisse qui dépendait de la Chartreuse de Bonnefoy. La chartreuse était un couvent d'ordre cartusien fondé au 12è siècle dans le Haut Vivarais près du mont Mézenc. La guerre de cent ans, les guerres de religion puis un incendie firent délaisser ce lieu par les chartreux dont une partie s'installa à Brives Charensac jusqu'en 1789. A partir de 1840 cette chartreuse fut démantelée par son acheteur. Ne subsiste que la maison du prieur et des ruines en cours de restauration. Celle de Freycenet La Cuche a résisté au temps, à la révolution et appartient à un particulier.  

Posté par maison43 à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 juin 2019

L'étang des Barthes - Freycenet-La-Tour Haute-Loire

étang 9

Une jolie balade pour de jeunes demoiselles qui n'aiment pas trop marcher nous amène à Freycenet-La-Tour située à 7km de Monastier sur Gazeille, petite ville qui détient, soit dit en passant, 3 musées dont le musée de l'école  http://ecolemusee.free.fr/ et le musée des croyances populaires  http://www.le-monastier-sur-gazeille.net/a-voir-a-faire/musee-des-croyances-populaires/ qui sont susceptibles de plaire à la jeunesse. Mais un soleil fort plaisant nous incita, surtout moi d'ailleurs, à nous oxygéner un max. Situé à la sortie du village, l'étang des Barthes est une belle surprise, quelques jeux pour dégourdir les demoisellesétang 6

un petit chemin court qui donne sur l'étang, qui au printemps est un petit lac que l'on peut arpenter sur des pontons en bois.étang 3

En 1677, on le signale comme propriété du seigneur abbé des environs. Théophile Chanal 1862-1937, instituteur qui fit un herbier, soit 4 volumes constitués des planches de feuilles et fleurs classées par famille de la région, évoque ce lieu où broutaient alors des troupeaux de mézines,où l'on cultivait du seigle, où les jeunes du village pouvaient s'isoler, loin des regards des parents. Il est aussi l'auteur d'une monographie de la commune de Freycenet. Des frênes d'où l'origine du nom de Freycenet, des épicéas replantés fin 19è, un site plusieurs fois réaménagé mais sur une étendue d'eau qui si l'on ne peut expliquer son origine persiste, entouré par une zone marécageuse dont on peut faire le petit tour par un chemin forestier. étang 5

où des petits pontons permettent le passage de réseaux d'évacuation d'eauétang 7

un peu humide donc, on constate des petits trous d'eau que l'on nomme pouzes, lieux bénis pour les grenouilles rousses qui autrefois pullulaient et étaient appréciées par les habitants de Freycenet. Au mois de Juin, des renoncules aquatiquesétang 4

se mêlent à d'autres plantes filamenteusesétang 2

les menthes aquatiques, les saules marsaults, et d'autres plantes inconnues de moi s'éclatent en ce début d'été. Petite balade donc fort sympathique et courte à faire avec jeunes enfants à surveiller en cette zone humide. Un vent toujours présent explique la présence d'un parc éolien à proximité, vent glacial l'hiver.         

Posté par maison43 à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mai 2019

Château de Rilhac et son enceinte villageoise

Rilhac 2

Sur la commune de Vergongheon (en Haute Loire) et ses alentours des tours abandonnées témoignent d'un riche passé féodal. Celle de Rilhac se dote d'une autre bâtisse intrigante qui nous font quitter la petite départementale pour voir de plus près ce petit village plus réputé pour son restaurant que pour ses ruines.Rihlac 9

Rilhac 4

Rilhac 8

Rilhac 7

Rilhac 9

Il faut dire que délaissé par ses occupants depuis un temps incertain, puis saisi à la Révolution, ce site perdit je suppose tout intérêt patrimonial suite à la suppression des droits féodaux qui s'ensuivit. Il fut voué comme beaucoup d'autres châteaux ou maisons forte de la région à servir de carrière pour les habitants, mais pas que, pourtant à Rilhac où des habitations se mêlent aux ruines, réalisant un assez curieux patchwork de matériaux divers. On perçoit toujours bien l'enceinte villageoise entre médiéval et contemporain plus ou moins rustiqueRilhac enceinte et château dessin livre Watel

Selon mon bréviaire Châteaux de Haute-Loire Editions Watel, Rilhac relevait de la Châtellenie d'Auzon. En Octobre 1206, Algarde Papaboeuf veuve de Bompard d'Auzon rend hommage pour cet édifice alors qualifié de maison forte au comte d'Auvergne. Puis on retrouve une Bompare d'Auzon qui vers 1280 apporte ce domaine à son mari Hugues V de Montmorin. Les Montmorin qui ont probablement construit les fortification dont il reste les vestiges en font hommage en 1354 au Chapitre de Brioude. En 1580 Catherine de Montmaurin épouse vers 1580 Gilbert de Saint Aignan un Tourangeau. En 1729, il est en possession d'Isabelle Françoise de Charville qui en 1729 le vend aux Chalvet de Rochemonteix marquis de Vernassal qui le transmettent à une dernière famille semble t'il  les Domangeville qui délaissent complètement le château qui se détériore peu à peu jusqu'à la Révolution. Saisi puis recouvré en partie sous la restauration.

Je vous retranscris également en copié-collé ce que la ville de Vergonghon écrit sur l'histoire du château,  site internet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vergongheon        

   'Les ruines du château prennent place sur une vaste terrasse alluviale, qui se développe sous la forme d’un large plateau surplombant le lit de l'Allier. Le site offre une véritable position stratégique permettant de contrôler les passage sur la rivière ainsi que le tout proche Chemin Français (voie royale) traversant la plaine de Brioude. Rilhac fait aujourd'hui partie de la commune de Vergongheon.

Les origines du fief de Rilhac demeurent assez obscures avant le XIIIe. La villa sûrement antique, doit être rapprochée d'une ancienne dépendance du domaine fiscale de Lubières-Brassac. Le nom de Rilhac est connu depuis le IXe siècle[9], avant que la maison forte féodale soit édifiée en marge de la cour. Au Xe siècle, le vicomte du Vellay Armand de Polignac et sa femme Berthilde (de Chanteuge?), également maître de la cour de Fontannes, profitent des revenues de cette terre pour l’exercice de leur charge vicomtale[10]. cependant, sans que cela ne soit prouvé par l'archéologie, quelques vestiges du donjon pourrait faire remonter sa construction aux Xe-XIe siècle et peuvent se rattacher à un premier état de construction. Il faut attendre Le XIIIe siècle pour que le château et sa forteresse apparaissent clairement dans les textes comme un fief comtal. Il est dépendant du chapitre de Brioude et fut "concédé" aux d'Auzon. Il en est fait mention pour la première fois en 1206 par le comte de Clermont[11]. Son histoire accompagne cette famille féodale qui tiendra le gros bourg et son château jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Viendra la puissante famille de Montmorrin qui avec les Polignac ensuite, hériteront de la châtellenie alzonienne et des hautes murailles de Rilhac Les vestiges de l'enceinte actuelle datent du XIIe - XIIIe siècle. Les fortifications et la basse-cour sont renforcées à la fin du Moyen Âge. Les matériaux de construction sont en partie composés de galets de l'Allier ainsi que de basalte. L'évolution des bouches à feu est typique de l'époque des guerres de religion.

Les riches terriers du domaine regroupaient Lubière, Bergoide, Ouillandre, Le Monteil, Pont-Servier. En 1729, les Chalvet de Rochemonteix achètent Rilhac et le transmettent aux Domangeville. Cette dernière acquisition amènera le château à la ruine.

Fin 2016, une partie du bâtiment, en cours de restauration est mise en vente pour 96.000 euros[12]'Rilhac photo Châteaux en Haute Loire Watel

Rilhac 6

Au final, une visite intéressante à tous points de vue qui pourra être agrémentée pour les gourmands pas trop désargentés quand même par un déjeuner au restaurant La Petite école

Posté par maison43 à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2018

Château SAINT-VIDAL version 2018

Château de Saint Vidal

Nous connûmes ce château situé en Haute Loire, il y a moults années, prétexte régulier à un pique-nique qui réunissait notre nombreuse famille d'alors, l'on pouvait en ces temps visiter le château fort succinctement si mes vieux souvenirs sont bons. Il appartenait alors à la famille Sahy depuis 1930  il devint aussi lieu de concerts et de stages musicaux puis fut fermé ces 15 dernières années. Un nouveau propriétaire, chef d'entreprises Vianney d'Alençon dont le père est originaire de la région a procédé à la restauration de ce château, fort contemporainement, avec la participation pour le jardin du prince François d'Orléans, jardin qui ne correspond pas du tout aux promesses du prospectus qui annonce un jardin exceptionnel avec de nombreuses attractions dans les bosquets, le jardin fort champêtre est charmant mais n'a rien d'exceptionnel, peut être l'été prochain qui sait ! Autant le dire tout de suite, les enfants adorent cette visite, ce qui est déjà un bon point, pas sûr que ce soit par intérêt historique, ce qui tombe bien, car l'Histoire est survolée mais les moyens techniques utilisés (rétro-projecteurs, projections vidéo) leur parlent bien.

Château intérieur 4

Château 3 intérieur

Château 2

Le Sieur du château pourrait prévoir une petite salle où serait narrée plus en détail l'Histoire du dit château, ce qui contenterait aussi un public plus large. Mais ne mégotons pas, ce château renaît après un long sommeil et c'est plutôt bien.   D'ailleurs, laissons parler un peu l'Histoire justement pour évoquer ses propriétaires, à travers ma bible 'Châteaux de Haute-Loire' inspiré par l'ouvrage de Jourda de Vaux publié en 1916 et documenté par plusieurs historiens, fort accessible qui ne prétend pas être la stricte réalité, mais une interprétation possible de l'histoire de ces châteaux dont on connaît certains faits historiques certes mais dont les réalités humaines nous échappent souvent. En 1230 Pierre de la Tour acquiert Saint Vidal qui appartenait au vicomte de Polignac, En 1288 le vicomte de Polignac abandonne au fils de Pierre Hugues de La Tour la haute justice du lieu, qui en fait une baronnie diocésaine. Enrichie par des mariages qui augmentent leurs terres les La Tour deviennent une des familles les plus puissantes du Vélay qui trouvera son apogée avec Antoine II de La Tour qui sera sénéchal et gouverneur du Vélay, en 1562 il prend la tête du parti catholique et combat contre les protestants puis en 1589 il jure sur les évangiles de restér attaché jusqu'à la mort à la réussite de la Ligue. En 1591 il est tué dans un duel par le cadet de Séneujols, personnage évoqué dans le message Château de Séneujols. A sa mort, les troupes royalistes tentent en vain de prendre son château. Ses héritiers les Rochefort d'Ally préfèrent leurs demeures d'Ally et du Thiolent. Guillaume de Rochefort de La Tour de Saint Vidal le lègue en 1742 à Pierre de Dienne de Chavagnac. Racheté par Pierre-Joseph de Rochefort d'Ally en 1748 il est revendu en 1765 à un bourgeois du Puy Louis Augustin Porral. Cette famille y résidera un siècle et demi jusqu'à le vendre en 1930 à la famille Sahy. Puis Vianney d'Alançon arriva ...

Château

Château de Saint Vidal 2

Château intérieur 5

Posté par maison43 à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 octobre 2017

Bruno Pezon - nom d'artiste - ALKAPLAN

ALKAPLAN La place Caledade

On ne dira jamais assez que la Haute Loire est une région riche en Histoire, géologie, gastronomie et depuis de nombreuses années, prolifique en métiers d'art, notamment en sculpture et peinture. De nombreux artistes résident soit à demeure, soit en villégiature l'été, et la ville du Puy en Vélay expose volontiers les artistes en tous genres, ce qui compense l'ouverture toujours retardée fort mystérieusement du musée Crozatier.ALKAPLAN La place du Plot Le Puy

Cet été, à l'Hôtel du Département le peintre Bruno Pezon au nom d'artiste ALKAPLAN  né en 1967 nous a re-visité à sa manière les lieux connus du Puy en Vélay et de la région.

ALKAPLAN La Chaise Dieu

 

Consulter son site si vous êtes intéressés : http://www.brunopezon.com/website2.1/index.php#mw999

Posté par maison43 à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 septembre 2017

Brigitte Depalle - cru 2017

Brigitte Depalle

Retrouvé avec grand plaisir Brigitte Depalle à Saugues en Haute-Loire à la galerie La Croisée des Arts. Toujours aussi accueillante, elle raconte son art avec une gourmandise contagieuse; de son voyage au Sénégal, elle a ramené des petis bouts de tissu et tricoté à la laine de la Noire du Vélay une ronde colorée et joyeuse à qui ne manque que la musique 'La famille de Casamance', et cette Maternité si dévorante; pour la mère ou pour les enfants ?Brigitte Depalle - Emancipation

 

je vous recommande son blog,  http://brigitte-depalle.eklablog.com/recent/2

Posté par maison43 à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2017

Flaye artiste peintre

Flaye 4

L'art peut il être un langage universel, accessible à tous, perceptible différemment selon sa culture, sa personnalité,  L'art peut il véhiculer un rapprochement des peuples ? utopie ou réalité possible ? Flaye artiste peintre et plasticien y contribue à sa manière. Le monde, il l'a arpenté, exposant ça et là ses réalisations. Il fait de nous des témoinsFlaye 9

nous raconte son monde à lui où chacun trouve une place. Pour Flaye, les  3 composants de l'être humain : le corps, l'esprit et l'âme se lient en quête d'harmonie épurée de toute entrave, une sorte de voyage initiatique à la recherche de soi, valable aussi bien pour le peintre que pour le regardeur. A nous d'y trouver ce que l'on souhaite rechercher, à moins qu'une image ne s'impose à nous spontanément. Flaye a peint cette toile à la mort de David Bowie.Flaye 10

En ce qui me concerne, elle m'évoque la mort en plein vol de mon petit fils. Ces toiles là sont représentatives de ce qu'il nomme sa troisième époque, celle des 60 ans venus. Quatre thèmes récurrents, l'astre, l'oiseau, la fleur, et le témoin, le monde quoi ! et forcément aussi, l'envers du décor, le chaos ou la lumière qui se mêlent plus ou moins à chaque thème. Moi, je choisis la lumière et le bleu (traquenard) des yeux de ma soeur.Flaye 7

Flaye 8

Je vous conseille d'aller sur le site de Flaye qui expose, soit à Lyon l'hiver dans sa galerie, soit dans un hameau Les Salles situé près de Brignon en Haute-Loire, l'été, dans sa maison qu'il a restaurée. Et puis il y a le Toumis à étudier plus tard pour moi.Flaye Le Toumis

Flaye, c'est comme un livre, dense et un peu mystérieux, un voyage intérieur à faire, on y revient plusieurs fois. Là c'était la première fois en ce qui nous concerne. Site internet : http://flayeart.free.fr/

Posté par maison43 à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 septembre 2017

Le Mas de Chantoin en Haute Loire

Proche  d'un coquet village fleuri Augeac, située à proximité de Bains et de Séneujols en Haute-Loire  une petite route serpente une vaste plaine surprenanteTerres près de Chantoin

par son étendue (terres qui étaient utilisées pour l'élévage des bestiaux) que surmonte le proche Dévès,  Un énorme quadrilatère de basalte se dresse au bout de cette route où un chemin fait suite. Une grand porte cochère surmontée des armes du commandeur Jacques de la Rochefoucauld dit le Chevalier de Langeac est aujourd'hui presque effacée.Mas de Chantoin 2

Ce mas appartenait à Pons Vicomte de Polignac qui en fit don vers 1170 aux Templiers installés à la forteresse-monastère St Barthélémy du Puy en Vélay, initialement il y avait 3 mas, Chantoin, Chazaux et Collanges, le mas de Chantoin  les absorba et eut lui même par des donations successives des fermes-dépendances situées sur le plateau entre autres la Glutonie et Rossignol avec les terres de Belvezet.Mas de Chantoin

Ce mas était donc une commanderie de l'Ordre des Templiers (ordre fondé lors de la première croisade 1096-1099) qui s'installa en Occident au milieu du 12è siècle; en 1170, en ce qui concerne la forteresse-monastère St Barthélémy du Puy en Vélay aujourd'hui disparue. Parallèlement, un autre ordre s'installa celui des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (devenu plus tard Ordre de Malte) en la commanderie de St Jean du Puy en Vélay dont il ne reste que la chapelle devenue aujourd'hui salle polyvalente. A la dissolution de l'ordre du Temple, ce mas passa aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem en 1313.  http://templier.weebly.com/la-chute-de-lordre.html .

Après 1789 le domaine fut vendu à des particuliers, la chapelle ruinée puis disparue. Lors de notre visite, ce mas était fermé. Lieu chargé d'Histoire, Il garde tout son mystère.Mas de Chantoin de dos

 

Posté par maison43 à 17:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

22 août 2017

Jacqueline Etaix au Conservatoire botanique national du Massif Central

affiche4

Donnez lui un lieu, à cette artiste (talentueuse et fort créative), même le plus austère comme le très discret Centre Botanique du Massif Central situé en Haute-Loire à Chavagnac Lafayette qui n'attire que les férus de botanique ou de sciences et elle vous en fait, pour un temps, un lieu magique où elle règne en fée des bois. Elle nous avait déjà charmés avec ses mastodontes à Chilhac, ses orgues humanisés si drôlement, elle nous envoûte à Chavaniac Lafayette avec ses ronces, ses feuilles et ses bois où l'humain n'est jamais loin. Elle joue avec ses peurs qui réveillent les nôtres, elle fait renaître des souvenirs d'enfance courant dans les bois, elle met les arbres nus sens dessus dessous.Jacqueline Etaix 2017 1

C'est une fort jolie rencontre, Jacqueline Etaix qui parle de son art avec passion et beaucoup de modestie. Cet été, des dessins à l'encre de chine où les ronces enfièvrent ses peurs mais ces baies nous rassurent.Jacqueline Etaix 10

des peintures où les bois noirs perdent de leur pouvoir inquiétant. Elle poétise cette si puissante nature qui, si l'on y prend garde, plus forte que nous, ré-investit les lieux que l'homme a désertés, elle nous révèle aussi que cette Nature nous survivra sans état d'âme. Elle modifie notre rapport à la Nature.Jacqueline Etaix 2

Jacqueline Etaix parle du Chou comme personne. Son passé de professeur de Sciences, son imagination donnent une image de ce légume fort proche de nous, méandres cérébraux ou plus prosaïquement intestinaux, les deux cerveaux de l'homme dit-on aujourd'hui ! Je ne verrai plus jamais un chou comme avant maintenant, va t'il crier à la découpe, va t'il frémir, gémir, que va t'il révéler de nous ?Jacqueline Etaix 2017 3

A vous revoir encore Jacqueline Etaix avec un réel et grand plaisir. 

Site internet : http://jaetaix.e-monsite.com/

Posté par maison43 à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2017

Abbaye de Pébrac en Haute Loire

Pébrac

Proche du prieuré de Chanteuges, se trouve cette abbaye laissée un peu à l'abandon malgré l'Association des amis de Pébrac qui fait ce qu'elle peut. Coule la Desges qui se jette dans l'Allier à Chanteuges. Ce petit village charmant se compose de l'ancien bourg où quelques maisons vides, et du nouveau bourg fort coquet en contrebas sur une calade.Pébrac 7

L'abbaye de Pébrac doit sa fondation à Pierre de Chavanon né vers 1007, en 1062 il se rendit à Pébrac pour restaurer son église; des nobles de la région dont Dalmas de Pébrac abandonnèrent leurs droits sur l'église, des dons en prieurés et en terres permirent à Pierre d'agrandir les bâtiments et d'y accueillir des religieux, sous la règle de St Augustin. Pierre de Chavanon meurt en 1080. En 1097, le pape Urbain II érige l'église de Pébrac en abbaye dont les prieurés qui s'étendent sur les diocèses de Saint Flour, Viviers et de Rodez assurent la fortune de cette abbaye.Pébrac 3

 Au début du XVè siècle, la pratique du népotisme (vient du latin nepos qui signifie neveu, mot qui vient de la tendance de certains papes qui favorisèrent leur famille dont leurs neveux). A Astorg de Torsiac en 1412 succéda son neveu, puis Armand de Flaghac fit de même avec les siens Guillaume et Jean ce qui nous mène à 1525 où l'application de la réforme du Concordat de Bologne de 1516 change considérablement la donne.  Voir la conclusion sur les effets de ce concordat :  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2016/39504 .Pébrac 4

En 1626 la vie spirituelle de l'abbaye est au plus bas, son abbé Jean-Jacques Olier échoue à la réformer, en 1649 l'abbaye est unie à la Congrégation de France dont le siège est situé dans l'abbaye de St Geneviève, d'où le nom de génovéfains pour les religieux qui suivent strictement la règle de St Augustin. Les bâtiments et les revenus sont alors partagés entre les deux communautés.Pebrac 1062

 L'abbaye perd alors de son aura, les Génovéfains réaménagent les bâtiments, reclassent les archives et c'est à eux que l''on doit ces renseignements par l'entremise cependant, entre autres, peut être, d'Yves Soulingeas 1948-2004  qui a rédigé un petit livret (à se procurer pour 5 euros à l'église) dont vous trouverez la biographie sur le site suivant : http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2004_num_162_2_463474

Il y a 7 ans, je découvrais cette abbaye et son jardin entretenu par l'association des amis de Pébrac. Revenue cette année, je constate hélàs son délabrement, notamment au niveau de sa tour qui se lézarde profondément.Pébrac 5

Attenante à cette abbaye, l'église de PébracPébrac 8

et son joli petit jardin où l'on cultive les simples.Jardin Pebrac 2

Jardin Pebrac

  

Posté par maison43 à 12:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,