20 septembre 2017

Flaye artiste peintre

Flaye 4

L'art peut il être un langage universel, accessible à tous, perceptible différemment selon sa culture, sa personnalité,  L'art peut il véhiculer un rapprochement des peuples ? utopie ou réalité possible ? Flaye artiste peintre et plasticien y contribue à sa manière. Le monde, il l'a arpenté, exposant ça et là ses réalisations. Il fait de nous des témoinsFlaye 9

nous raconte son monde à lui où chacun trouve une place. Pour Flaye, les  3 composants de l'être humain : le corps, l'esprit et l'âme se lient en quête d'harmonie épurée de toute entrave, une sorte de voyage initiatique à la recherche de soi, valable aussi bien pour le peintre que pour le regardeur. A nous d'y trouver ce que l'on souhaite rechercher, à moins qu'une image ne s'impose à nous spontanément. Flaye a peint cette toile à la mort de David Bowie.Flaye 10

En ce qui me concerne, elle m'évoque la mort en plein vol de mon petit fils. Ces toiles là sont représentatives de ce qu'il nomme sa troisième époque, celle des 60 ans venus. Quatre thèmes récurrents, l'astre, l'oiseau, la fleur, et le témoin, le monde quoi ! et forcément aussi, l'envers du décor, le chaos ou la lumière qui se mêlent plus ou moins à chaque thème. Moi, je choisis la lumière et le bleu (traquenard) des yeux de ma soeur.Flaye 7

Flaye 8

Je vous conseille d'aller sur le site de Flaye qui expose, soit à Lyon l'hiver dans sa galerie, soit dans un hameau Les Salles situé près de Brignon en Haute-Loire, l'été, dans sa maison qu'il a restaurée. Et puis il y a le Toumis à étudier plus tard pour moi.Flaye Le Toumis

Flaye, c'est comme un livre, dense et un peu mystérieux, un voyage intérieur à faire, on y revient plusieurs fois. Là c'était la première fois en ce qui nous concerne. Site internet : http://flayeart.free.fr/

Posté par maison43 à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09 septembre 2017

Le Mas de Chantoin en Haute Loire

Proche  d'un coquet village fleuri Augeac, située à proximité de Bains et de Séneujols en Haute-Loire  une petite route serpente une vaste plaine surprenanteTerres près de Chantoin

par son étendue (terres qui étaient utilisées pour l'élévage des bestiaux) que surmonte le proche Dévès,  Un énorme quadrilatère de basalte se dresse au bout de cette route où un chemin fait suite. Une grand porte cochère surmontée des armes du commandeur Jacques de la Rochefoucauld dit le Chevalier de Langeac est aujourd'hui presque effacée.Mas de Chantoin 2

Ce mas appartenait à Pons Vicomte de Polignac qui en fit don vers 1170 aux Templiers installés à la forteresse-monastère St Barthélémy du Puy en Vélay, initialement il y avait 3 mas, Chantoin, Chazaux et Collanges, le mas de Chantoin  les absorba et eut lui même par des donations successives des fermes-dépendances situées sur le plateau entre autres la Glutonie et Rossignol avec les terres de Belvezet.Mas de Chantoin

Ce mas était donc une commanderie de l'Ordre des Templiers (ordre fondé lors de la première croisade 1096-1099) qui s'installa en Occident au milieu du 12è siècle; en 1170, en ce qui concerne la forteresse-monastère St Barthélémy du Puy en Vélay aujourd'hui disparue. Parallèlement, un autre ordre s'installa celui des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (devenu plus tard Ordre de Malte) en la commanderie de St Jean du Puy en Vélay dont il ne reste que la chapelle devenue aujourd'hui salle polyvalente. A la dissolution de l'ordre du Temple, ce mas passa aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem en 1313.  http://templier.weebly.com/la-chute-de-lordre.html .

Après 1789 le domaine fut vendu à des particuliers, la chapelle ruinée puis disparue. Lors de notre visite, ce mas était fermé. Lieu chargé d'Histoire, Il garde tout son mystère.Mas de Chantoin de dos

 

Posté par maison43 à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 août 2017

Jacqueline Etaix au Conservatoire botanique national du Massif Central

affiche4

Donnez lui un lieu, à cette artiste (talentueuse et fort créative), même le plus austère comme le très discret Centre Botanique du Massif Central situé en Haute-Loire à Chavagnac Lafayette qui n'attire que les férus de botanique ou de sciences et elle vous en fait, pour un temps, un lieu magique où elle règne en fée des bois. Elle nous avait déjà charmés avec ses mastodontes à Chilhac, ses orgues humanisés si drôlement, elle nous envoûte à Chavaniac Lafayette avec ses ronces, ses feuilles et ses bois où l'humain n'est jamais loin. Elle joue avec ses peurs qui réveillent les nôtres, elle fait renaître des souvenirs d'enfance courant dans les bois, elle met les arbres nus sens dessus dessous.Jacqueline Etaix 2017 1

C'est une fort jolie rencontre, Jacqueline Etaix qui parle de son art avec passion et beaucoup de modestie. Cet été, des dessins à l'encre de chine où les ronces enfièvrent ses peurs mais ces baies nous rassurent.Jacqueline Etaix 10

des peintures où les bois noirs perdent de leur pouvoir inquiétant. Elle poétise cette si puissante nature qui, si l'on y prend garde, plus forte que nous, ré-investit les lieux que l'homme a désertés, elle nous révèle aussi que cette Nature nous survivra sans état d'âme. Elle modifie notre rapport à la Nature.Jacqueline Etaix 2

Jacqueline Etaix parle du Chou comme personne. Son passé de professeur de Sciences, son imagination donnent une image de ce légume fort proche de nous, méandres cérébraux ou plus prosaïquement intestinaux, les deux cerveaux de l'homme dit-on aujourd'hui ! Je ne verrai plus jamais un chou comme avant maintenant, va t'il crier à la découpe, va t'il frémir, gémir, que va t'il révéler de nous ?Jacqueline Etaix 2017 3

A vous revoir encore Jacqueline Etaix avec un réel et grand plaisir. 

Site internet : http://jaetaix.e-monsite.com/

Posté par maison43 à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2017

Abbaye de Pébrac en Haute Loire

Pébrac

Proche du prieuré de Chanteuges, se trouve cette abbaye laissée un peu à l'abandon malgré l'Association des amis de Pébrac qui fait ce qu'elle peut. Coule la Desges qui se jette dans l'Allier à Chanteuges. Ce petit village charmant se compose de l'ancien bourg où quelques maisons vides, et du nouveau bourg fort coquet en contrebas sur une calade.Pébrac 7

L'abbaye de Pébrac doit sa fondation à Pierre de Chavanon né vers 1007, en 1062 il se rendit à Pébrac pour restaurer son église; des nobles de la région dont Dalmas de Pébrac abandonnèrent leurs droits sur l'église, des dons en prieurés et en terres permirent à Pierre d'agrandir les bâtiments et d'y accueillir des religieux, sous la règle de St Augustin. Pierre de Chavanon meurt en 1080. En 1097, le pape Urbain II érige l'église de Pébrac en abbaye dont les prieurés qui s'étendent sur les diocèses de Saint Flour, Viviers et de Rodez assurent la fortune de cette abbaye.Pébrac 3

 Au début du XVè siècle, la pratique du népotisme (vient du latin nepos qui signifie neveu, mot qui vient de la tendance de certains papes qui favorisèrent leur famille dont leurs neveux). A Astorg de Torsiac en 1412 succéda son neveu, puis Armand de Flaghac fit de même avec les siens Guillaume et Jean ce qui nous mène à 1525 où l'application de la réforme du Concordat de Bologne de 1516 change considérablement la donne.  Voir la conclusion sur les effets de ce concordat :  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2016/39504 .Pébrac 4

En 1626 la vie spirituelle de l'abbaye est au plus bas, son abbé Jean-Jacques Olier échoue à la réformer, en 1649 l'abbaye est unie à la Congrégation de France dont le siège est situé dans l'abbaye de St Geneviève, d'où le nom de génovéfains pour les religieux qui suivent strictement la règle de St Augustin. Les bâtiments et les revenus sont alors partagés entre les deux communautés.Pebrac 1062

 L'abbaye perd alors de son aura, les Génovéfains réaménagent les bâtiments, reclassent les archives et c'est à eux que l''on doit ces renseignements par l'entremise cependant, entre autres, peut être, d'Yves Soulingeas 1948-2004  qui a rédigé un petit livret (à se procurer pour 5 euros à l'église) dont vous trouverez la biographie sur le site suivant : http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2004_num_162_2_463474

Il y a 7 ans, je découvrais cette abbaye et son jardin entretenu par l'association des amis de Pébrac. Revenue cette année, je constate hélàs son délabrement, notamment au niveau de sa tour qui se lézarde profondément.Pébrac 5

Attenante à cette abbaye, l'église de PébracPébrac 8

et son joli petit jardin où l'on cultive les simples.Jardin Pebrac 2

Jardin Pebrac

  

Posté par maison43 à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 août 2017

Château du Villard en Haute-Loire

Château du Villard

Situé à 6 km de Saint-Germain-Laprade en Haute-Loire au fond d’un vallon où coule la Gagne, sur une petite route de traverse, le château du Villard fit partie des possessions de la famille des Barons de Goudet de la fin du XI siècle à la fin du XIV siècle. La famille de Goudet s'éteignit avec Catherine de Goudet qui épousa Hugon de La Tour-Saint Vidal qui récupéra cette seigneurie en dot. A la mort d’Antoine II de Saint-Vidal (1591), Le Villard fut attribué à son frère Henri, seigneur de Montvert en 1595. Ses descendants gardèrent le château en leur possession jusqu’à la Révolution. Le domaine fut saisi sur la famille de Montaigu de Beaune et vendu comme bien d’émigré pendant la Révolution. Plusieurs propriétaires se succédèrent alors qui délaissèrent un peu le château.Le Villard

En 1860 le Docteur Claude Auguste Reynaud (chirurgien en chef de l'Hôpital du Puy et maire du Puy de 1846 à 1848) achète le château. Ses descendants en sont les actuels propriétaires. Propriété privée. Ce château  semble offrir trois époques, la fin du moyen âge avec cette austère bâtisse féodale que l'on voit de la route (sur la première photo) puis une époque style renaissance avec en 1533 Antoine I de La Tour qui ré-organise le château, inspiré par les constructions du Val de Loire, cette photo appartient au livre Châteaux de Haute Loire et n'est pas visible de la route.

 

Puis l'époque du XIX avec le  Docteur Reynaud qui restaurera ce château un peu délabré dont les murs le protègent des regards curieux et me laissent (complètement) sur ma faim. Beaucoup de discrétion autour de ce château un peu mis en secret par ses actuels propriétaires et c'est bien leur droit.

Sources : Châteaux de Haute-Loire Editions Watel

Château du Villard 2

.

Posté par maison43 à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 avril 2017

Antoine Martin 1837-1915 Architecte du Puy en Vélay

Antoine Martin

Architecte de la ville du Puy en Vélay en Haute Loire de 1863 à 1895, date à laquelle, Achille Proy autre architecte réputé du Puy cité dans ce blog le remplacera. Antoine Martin est un ponot, qui fera l'école des Beaux Arts et aura pour professeur l'architecte Constant-Dufeux 1801-1870. En 1858, il est le premier lauréat du concours Crozatier financé par le legs du sculpteur fondeur mécène Charles Crozatier 1795-1855.Musée Crozatier Le Puy en Vélay

 

On le décrit rationaliste et fonctionnel, ce qui correspond parfaitement à la révolution industrielle menée par une bourgeoisie souveraine, républicaine et bien pensante. Il agrandit le musée Crozatier, réalise le théâtre, la maison d'arrêt, la malterie d'Ernest Rogue

Distillerie Maurin-Vey Le Puy

qui deviendra la distillerie Maurin-Vey, assure la restauration de l'église des CarmesEglise des Carmes Le Puy

la banque de France, certains immeubles du Puy. 

Une exposition actuelle USINES IN/USINES OUT : CONVERS(at)IONS ? à l'Hôtel Dieu du Puy en Vélay, fort intéressante le sort d'un certain oubli. 

Posté par maison43 à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 novembre 2016

Annie Bascoul à Retournac en Haute Loire

Au musée des Manufactures de Dentelles à Retournac jusqu'au 16 Décembre 2016.

Annie Bascoul Rêves en Dentelles

C'est auprès de Brigitte Dépalle déjà citée dans ce blog qu'Annie Bascoul née en 1958 et diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure d'arts décoratifs de Paris a appris l'art de la dentelle à l'aiguille. Elle travaille le fer forgé, le crin, la fourrure, la dentelle, le fil de laiton, la résille tubulaire, la plume, le coton et crée un univers fragile et éphémère de contes de fées où l'on pénètre avec une crainte joyeuse, de peur de réveiller le loup. Un lit de plumes pour la délicate princesse au petit pois d'Anderson.

Annie Bascoul 1

Annie Bascoul détail

Un Moucharabieh pour protéger ShéhérazadeAnnie Bascoul 2

une robe d'or pour Cendrillon ou Peau d'Ane.Annie Bascoul robe

Annie Bascoul petite fille à la rose et dentelle

une petite fille à la rose et dentelle au jardin inspirée par un tableau du musée La petite fille à la rose.La petite fille à la rose musée dentelles Retournac

Pour la connaître un peu plus :   http://bascoul.wixsite.com/anniebascoul

 

Posté par maison43 à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2016

Château de Domeyrat en Haute Loire

Domeyrat 2

Château fort encore impressionnant que celui de Domeyrat qui a curieusement échappé au pillage de ses pierres. C'est une ruine qui se porte plutôt bien.Domeyrat 5

Reconstruit au XVe siècle pour défendre Marguerite Gouge épouse de Jean de Langeac des attaques des écorcheurs qui sévissaient sous Charles VII, ce château passa aux La Rochefoucauld Langeac dont une partie aux Beaune de Montagu. La famille de Fargès l'acheta en 1773. Et les premiers acquéreurs furent les Pataboeuf. Pour plus de détails cliquer sur ce site : http://tcfontannes.free.fr/tourisme/domeyrat.htm

Acheté par le Conseil Général tout comme son voisin le château de Chavaniac Lafayette, et géré par une association qui organisait visites et spectacles, le château de Domeyrat a fermé ses portes depuis Juillet 2015, suite à une décision du tribunal de commerce. Domeyrat1

Aux dernières nouvelles, les fées, les fantômes et les lutins ont repris possession du château.

Vieux pont Domeyrat

La Senouire, indifférente, continue seule son show automnal pour notre plus grand plaisir.

 

 

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 novembre 2016

Vitraux de l'église romane de Retournac en Haute Loire

Henri Guerin Les Roches Volcaniques

Ce n'est pas la plus jolie des églises romanes( de mon point de vue) mais elle réunit deux artistes de l'art sacré, le sculpteur Philippe Kaeppelin et le maître verrier Henri Guérin. Créés entre 1966 et 2006, les vitraux en dalle de verre illuminent cette église assez sombre et montrent l'évolution de l'oeuvre. Les églises, je n'aime pas trop, mis à part celles qui sont des puits de lumière comme la basilique St Julien ou l'église St Joseph du Havre quand le soleil donne. J'ai par contre un gros faible pour les vitraux qui racontent une histoire, un pays, une religion ou tout simplement comme ici la beauté du monde.

Henri Guerin 5

Quant à Philippe Kaeppelin, c'est l'un de mes chouchous, j'aime son style épuré et joyeux qui toujours rend plus chaleureux l'ambiance tristounette de nos églises dont l'austérité n'est, en général, franchement pas attirante.Retournac

Au delà de la signification religieuse dont je vous laisse libre, car elle m'importe peu, les vitraux de Retournac témoignent de l'environnement géographique de la Haute-Loire que les artistes en tous genres mettent en valeur à leur manière. Site : http://www.henri-guerin.com/articles.asp?idpage=37&idrubrique=5 et le site de son petit fils Pierre Guerin : http://pjsguerin.wixsite.com/vitrailHenri Guerin 2

Henri Guerin

 

Posté par maison43 à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 octobre 2016

Véronique Béné peintre Haute- Loire

Vérobéné Arbre en marche

Cette artiste est peintre, illustratrice, graphiste  née en 1961 elle vit depuis 2007 à Chanteuges en Haute Loire. Elle s'est exposée cet été à Saugues à la Croisée des Arts où je l'ai découverte. On peut la connaître davantage à travers deux blogs http://www.vivadesign.fr/ et http://verobene.blogspot.fr/.

Nul besoin de savoir lire avec elle, elle nous dessine les histoires, les mythes appris dans notre enfance. Ainsi les filles de Minyas métamorphosées en chauves souris

Vérobéné

pour avoir déplu au dieu Dionysos pas cool du tout ou les Héliades, soeurs de Phaéthon (fils du Soleil Hélios foudroyé par Zeus)  transformées en peupliers, toujours d'après Ovide (poète latin qui fit des légendes grecques un long poème : Les métamorphoses). Elle sait aussi dessiner les arbres, l'Allier, les animaux, elle participe aussi à de nombreuses expositions, notamment au festival de Création Contemporaine Les Arts Foreztiers dont je vous donne le site :  http://lesartsforeztiers.eu/. Produit par l'Institut Charles Cros dont je donne pour ceux intéressés le site http://www.institut-charles-cros.eu/ où chercheurs, artistes (dont Véronique Béné), partenaires divers travaillent ensemble. 

Vérobéné Métamorphose des Héliades

Posté par maison43 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,