25 avril 2017

Antoine Martin 1837-1915 Architecte du Puy en Vélay

Antoine Martin

Architecte de la ville du Puy en Vélay en Haute Loire de 1863 à 1895, date à laquelle, Achille Proy autre architecte réputé du Puy cité dans ce blog le remplacera. Antoine Martin est un ponot, qui fera l'école des Beaux Arts et aura pour professeur l'architecte Constant-Dufeux 1801-1870. En 1858, il est le premier lauréat du concours Crozatier financé par le legs du sculpteur fondeur mécène Charles Crozatier 1795-1855.Musée Crozatier Le Puy en Vélay

 

On le décrit rationaliste et fonctionnel, ce qui correspond parfaitement à la révolution industrielle menée par une bourgeoisie souveraine, républicaine et bien pensante. Il agrandit le musée Crozatier, réalise le théâtre, la maison d'arrêt, la malterie d'Ernest Rogue

Distillerie Maurin-Vey Le Puy

qui deviendra la distillerie Maurin-Vey, assure la restauration de l'église des CarmesEglise des Carmes Le Puy

la banque de France, certains immeubles du Puy. 

Une exposition actuelle USINES IN/USINES OUT : CONVERS(at)IONS ? à l'Hôtel Dieu du Puy en Vélay, fort intéressante le sort d'un certain oubli. 

Posté par maison43 à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


19 novembre 2016

Annie Bascoul à Retournac en Haute Loire

Au musée des Manufactures de Dentelles à Retournac jusqu'au 16 Décembre 2016.

Annie Bascoul Rêves en Dentelles

C'est auprès de Brigitte Dépalle déjà citée dans ce blog qu'Annie Bascoul née en 1958 et diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure d'arts décoratifs de Paris a appris l'art de la dentelle à l'aiguille. Elle travaille le fer forgé, le crin, la fourrure, la dentelle, le fil de laiton, la résille tubulaire, la plume, le coton et crée un univers fragile et éphémère de contes de fées où l'on pénètre avec une crainte joyeuse, de peur de réveiller le loup. Un lit de plumes pour la délicate princesse au petit pois d'Anderson.

Annie Bascoul 1

Annie Bascoul détail

Un Moucharabieh pour protéger ShéhérazadeAnnie Bascoul 2

une robe d'or pour Cendrillon ou Peau d'Ane.Annie Bascoul robe

Annie Bascoul petite fille à la rose et dentelle

une petite fille à la rose et dentelle au jardin inspirée par un tableau du musée La petite fille à la rose.La petite fille à la rose musée dentelles Retournac

Pour la connaître un peu plus :   http://bascoul.wixsite.com/anniebascoul

 

Posté par maison43 à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2016

Château de Domeyrat en Haute Loire

Domeyrat 2

Château fort encore impressionnant que celui de Domeyrat qui a curieusement échappé au pillage de ses pierres. C'est une ruine qui se porte plutôt bien.Domeyrat 5

Reconstruit au XVe siècle pour défendre Marguerite Gouge épouse de Jean de Langeac des attaques des écorcheurs qui sévissaient sous Charles VII, ce château passa aux La Rochefoucauld Langeac dont une partie aux Beaune de Montagu. La famille de Fargès l'acheta en 1773. Et les premiers acquéreurs furent les Pataboeuf. Pour plus de détails cliquer sur ce site : http://tcfontannes.free.fr/tourisme/domeyrat.htm

Acheté par le Conseil Général tout comme son voisin le château de Chavaniac Lafayette, et géré par une association qui organisait visites et spectacles, le château de Domeyrat a fermé ses portes depuis Juillet 2015, suite à une décision du tribunal de commerce. Domeyrat1

Aux dernières nouvelles, les fées, les fantômes et les lutins ont repris possession du château.

Vieux pont Domeyrat

La Senouire, indifférente, continue seule son show automnal pour notre plus grand plaisir.

 

 

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 novembre 2016

Vitraux de l'église romane de Retournac en Haute Loire

Henri Guerin Les Roches Volcaniques

Ce n'est pas la plus jolie des églises romanes( de mon point de vue) mais elle réunit deux artistes de l'art sacré, le sculpteur Philippe Kaeppelin et le maître verrier Henri Guérin. Créés entre 1966 et 2006, les vitraux en dalle de verre illuminent cette église assez sombre et montrent l'évolution de l'oeuvre. Les églises, je n'aime pas trop, mis à part celles qui sont des puits de lumière comme la basilique St Julien ou l'église St Joseph du Havre quand le soleil donne. J'ai par contre un gros faible pour les vitraux qui racontent une histoire, un pays, une religion ou tout simplement comme ici la beauté du monde.

Henri Guerin 5

Quant à Philippe Kaeppelin, c'est l'un de mes chouchous, j'aime son style épuré et joyeux qui toujours rend plus chaleureux l'ambiance tristounette de nos églises dont l'austérité n'est, en général, franchement pas attirante.Retournac

Au delà de la signification religieuse dont je vous laisse libre, car elle m'importe peu, les vitraux de Retournac témoignent de l'environnement géographique de la Haute-Loire que les artistes en tous genres mettent en valeur à leur manière. Site : http://www.henri-guerin.com/articles.asp?idpage=37&idrubrique=5 et le site de son petit fils Pierre Guerin : http://pjsguerin.wixsite.com/vitrailHenri Guerin 2

Henri Guerin

 

Posté par maison43 à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 octobre 2016

Véronique Béné peintre Haute- Loire

Vérobéné Arbre en marche

Cette artiste est peintre, illustratrice, graphiste  née en 1961 elle vit depuis 2007 à Chanteuges en Haute Loire. Elle s'est exposée cet été à Saugues à la Croisée des Arts où je l'ai découverte. On peut la connaître davantage à travers deux blogs http://www.vivadesign.fr/ et http://verobene.blogspot.fr/.

Nul besoin de savoir lire avec elle, elle nous dessine les histoires, les mythes appris dans notre enfance. Ainsi les filles de Minyas métamorphosées en chauves souris

Vérobéné

pour avoir déplu au dieu Dionysos pas cool du tout ou les Héliades, soeurs de Phaéthon (fils du Soleil Hélios foudroyé par Zeus)  transformées en peupliers, toujours d'après Ovide (poète latin qui fit des légendes grecques un long poème : Les métamorphoses). Elle sait aussi dessiner les arbres, l'Allier, les animaux, elle participe aussi à de nombreuses expositions, notamment au festival de Création Contemporaine Les Arts Foreztiers dont je vous donne le site :  http://lesartsforeztiers.eu/. Produit par l'Institut Charles Cros dont je donne pour ceux intéressés le site http://www.institut-charles-cros.eu/ où chercheurs, artistes (dont Véronique Béné), partenaires divers travaillent ensemble. 

Vérobéné Métamorphose des Héliades

Posté par maison43 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 octobre 2016

Exposition sur les perles à Douchanez en Haute-Loire

PERLE 7

Brigitte Dépalle expose chaque année pour notre plus grand plaisir à Douchanez situé près de Monistrol d'Allier avec divers artistes locaux et toujours grand talent. Cette année, ce fut au royaume des perles qu'elle nous invita et plus que cela elle nous fit revenir au temps de nos grand-mères dont les perles de jais nous fascinaient

perle 2

dans ces cimetières où couronnes mortuaires prétendaient défier le temps, dans les coffres ou malles des greniers où l'on dénichait voiles de veuves, petits renards cache-cous, faux cols en sequins ou dentelles, châles emperlés, petits mouchoirs brodés.perle 4

 

Nos arrières grand-mères étaient généralement dentellières, plus rares étaient les souffleuses de perles autour de la Lozère, le Cantal ou la Haute Loire comme à Langeac.

Perle

 En 1850 dans cette ville, une activité de perles soufflées fut introduite avec l'entreprise de Claude Faury. Les souffleuses de perles à domicile soufflaient entre 350 grosses perles ou 1000 plus petites à l'heure. Ces perles servaient localement ou étaient exportées en Orient.

perle 3

En 1920, la mort du propriétaire fit cesser l'activité. Ces perles étaient utilisées pour des bijoux, vêtements, couronnes mortuaires.

perle 6

Douchanez, c'est aussi la balade vers le rocher de St Etienne, sa chapelle, sa vue sur le barrage, sa promenade avec pour vision les villages de St Didier, St Privat, Rochegude, ses chèvres qui produisent un délicieux fromage

Douchanez 2

 les productions artisanales et artistiques de Brigitte Dépalle : confitures, sacs, étoles, robes .. A noter un machaon zèbre qui accompagna notre balade.Machaon Zèbre

C'est un réel plaisir à ne pas bouder, un rendez-vous à ne pas manquer. 

Un nouveau site pour Brigitte Dépalle pour ceux intéressés.

http://brigitte-depalle.eklablog.com/

 

Posté par maison43 à 17:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 septembre 2016

Le musée des croyances populaires à Monastier sur Gazeille en Haute Loire

Les veillées anciennes avaient triple emploi, en premier la necéssité d'accomplir les petits travaux impossibles à faire dans la journée déjà bien remplie, en second, la diffusion des potins du village, et enfin, il n'était pas rare qu'un conteur ou une conteuse ne s'en mêle pour apporter un peu de fantastique grâce aux légendes, contes, récits effroyables ou narrations descriptives, proverbes ou chansons populaires, car la transmission aux générations se faisait alors par l'oralité avec je suppose des apports personnels des conteurs. Henri Pourrat en fit d'ailleurs de ces contes un monument  qui parut sous le nom de Trésor des Contes. Une note d'Henri Pourrat à propos des contes et légendes populaires :

Mais la France n'a pas su se préférer elle-même en ses contes à Cicéron et à Boileau. Pour elle, depuis la Renaissance, il n'y a lettres que de lettrés. Elle a salué l'imagination populaire d'un peu loin, avec un certain sourire. Et elle a passé. La grande fée verte lui a semblé avoir une odeur un peu sauvage ou un peu fade, de fagot de pin ou de petit-lait. Ne restait à la fée que de se cacher sous la chaise des nourrices et sous le tabouret des bergères.Château du Monastier sur Gazeille

C'est à Monastier sur Gazeille, petite ville aux trois musées que le plasticien et peintre Patrice Rey a sculpté une multitude de petits personnages issus de contes et légendes de nos ancêtres qu'il nous présente dans un château typique de la région, ce musée des croyances populaires a été créé par l'association L'oeil de la Salamandre. Le château abbatial qui appartient à la mairie leur sert d'écrin. Patrice Rey est lui aussi un conteur mais je ne vous dirais rien à ce sujet car ma première visite en ce lieu ne fut que pour ses petits personnages fort caricaturaux et drolatiques. Ce musée là et Patrice Rey méritent plusieurs visites. Et j'y reviendrai.Patrice Rey

Pour l'heure, retenues les légendes que je connais autour de Saint Privat d'Allier, la légende de la pucelle injustement condamnée d'avoir fauté qui se jeta du rocher d'Aiguilhe pour prouver sa pureté et se releva indemne. Dieu y consentit encore pour le second saut, mais au troisième  laissa la vierge s'écraser, car péché d'orgueil mérite aussi d'être puni !Légende de la pucelle d'Aiguilhe

 Au lac du Boucher, la vieille et sa chèvre furent sauvées des eaux (qui engloutirent le village) pour avoir nourri et logé Jésus déguisé en mendiant, mais las, la vieille qui ne devait pas se retourner, pécha par désobéissance et fut pétrifiée avec sa chèvre, seule reste la tête de chèvre au bas d'une croix de Philippe Kaeppelin. Légende du lac du Bouchet

Un arrêt à Montbonnet où tremper sa main dans une source guérit des verruesSource guerissante

et puis un peu plus loin à Saugues, on peut certains soirs voir le Draye, cheval dont la croupe s'allongeait pour accueillir les petits enfants qu'il précipitait dans la Seuge ou l'Allier.Légende du draye de Saugues

Le musée est ouvert du 1er Mai au 30 Septembre de 14h30 à 19h.

Un hommage à nos grand-mères dentellieres.Les dentellières

 

Posté par maison43 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2016

Le village de Saint-Quentin près de Chassaure en Haute Loire

St Quentin vu du chemin croix des Las

Petite balade tranquille qui offre un panorama inhabituel sur la Loire; se rendre à Chaspinhac en Haute Loire à 13km du Puy, puis se diriger vers un petit hameau Chassaure. Deux accès possibles à cet ancien petit village médiéval, celui par la croix des Las est le plus facile et rapide. Nous avons pris le second, soit une boucle de 6 kms qui nous a fait passer par le Pouzat petit lieu dit avec une croix qui fait face au lointain mont Bar.croix du PouzatPassage dans un bois moussu fort agréable par grosse chaleur mais chemin assez pentu, pierreux et raviné. Un arrêt sur un paysage de Loire et sur la gauche un petit éperon rocheux domine la Loire où une ruine et un toit neuf attirent notre regard, serait-ce St Quentin que l'on reconstruit fort lentement ? La suite nous prouva que oui !Vue sur la Loire

Du vieux village qui comptait une église, un cimetière et un château, ne restent que quelques pans de murs. Le château était fief des Polignac qui en firent hommage aus évêques du Puy. Des familles qui l'occupèrent, (à l'origine avant 1200, un Guillaume de St Quentin) suivirent des familles illustres comme les seigneurs de Fay, de Vedeyres, de Mons, de La Tour Vidal, des Rochefort d'Ailly et pour terminer la famille de Gerentes qui céda la seigneurie aux chartreux de Brives qui furent les derniers seigneurs jusqu'à la révolution. Le château fut abandonné au XVII siècle, sans doute l'isolement et la pénurie d'eau en furent les premières causes.Citerne

Puit

 Petite forteresse sur la Loire, les seigneurs de St Quentin avaient seuls droit de pêche mais délivraient des autorisations monnayées bien sûr.Ruine du châteauVendus en l'an 13 comme bien national, les édifices servirent de carrière aux villages voisins. En 1808, on comptait encore une douzaine de maisons, mais en 1891 on note une construction nouvelle au milieu du village ruiné, quelques maisons la rejoignirent.

Maison de Séraphie

Séraphie

En 1866, Saint Quentin fut rattaché à la commune de Chaspinhac, en 1955 la dernière habitante Séraphie quitta la dernière maison habitée, et le village se ruina à nouveau. Depuis 2012 une association aidée par la municipalité de Chaspinhac reconstruit le village, un café associatif est ouvert au public chaque dimanche d'été de 14h à 18h.St Quentin

Pour en savoir plus sur l'histoire de St Quentin : http://www.saintquentinchaspinhac.fr/histoire/historique/

Vue de St Quentin sur la Loire

Posté par maison43 à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 septembre 2016

Armel Jullien peintre Haute-Loire à Ouïdes

Autoportrait A-Jullien

Il vit en Haute Loire, il est né en 1971 et il peint. Il a son style bien à lui Armel Jullien, réalisme et humour, avec une tendresse particulière pour les humains, à la manière d'un Lucian Freud qu'il apprécie, je crois d'ailleurs. Il a un sacré coup de pinceau assez rare finalement.

Au musée A-Jullien

Il donne une certaine beauté aux gens ordinaires, il les aime bien je pense. Il révèle leur âme, on sent une connivence entre le peintre et ses modèles, et si il peint sans modèle, je ne sais pas trop, il choisit délibérément de mettre en valeur ce que l'humain a de positif. Il met en relief nos travers avec impertinence et joue avec les mots et avec les images.

L'homme des tas - A Jullien

Quant à ses vaches, elles ont un je ne sais quoi qui me plaît bien.

Armel Jullien

Pour le connaître davantage, aller sur son site :  http://www.armeljullien.fr/

Posté par maison43 à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2016

Mario Prassinos à la Chaise-Dieu

Mario Prassinos

Il va falloir attendre 2018 pour découvrir tous les bâtiments que comporte La Chaise-Dieu (Haute Loire) depuis l'Aile de l'Echo en cours de restauration jusqu'à une salle qui sera réservée à une copie de la Danse Macabre dont l'original reste dans l'abbatiale, en passant aussi par des espaces d'exposition. Mario Prassinos et Louise Delorme sont les peintres invités cet été 2016 jusqu'au 18 Septembre. Grec naturalisé français, Mario Prassinos est né en 1916 et mort en 1985. Curieusement, les livres d'art le boudent un peu, voire l'oublient complètement. On le définit comme appartenant à la Nouvelle ou Seconde école de Paris, qui regroupe les artistes abstraits et figuratifs qui séjournaient à Paris entre 1945 et 1960. La Chaise-Dieu nous présente ses 11 derniers tableaux réalisés pour une chapelle à St Rémy de Provence. Arbres de vie, arbres de mort, en relation indirecte avec la tapisserie de la crucifixionLa Crucifixionsituée dans le choeur de l'abbaye. Arbres de supplice pour les larrons, arbre d'or et de pierreries pour le Christ. Mario Prassinos condamne la pratique de la torture, et ne s'intéresse pas au symbole religieux. Il utilise pour ses peintures à l'huile la méthode de Pollock mais ses gouttes sont orchestrées pour créer une peinture figurative à la limite du surréalisme.

A noter que ces peintures font partie d'une donation faite par l'artiste qui comporte 108 oeuvres; la chapelle fermée depuis 2012, les oeuvres de Mario Prassinos ne sont plus exposées. Catherine Prassinos fille du peintre recherche un lieu, une collectivité qui pourrait les accueillir de manière pérenne.Mario Prassinos 2

Posté par maison43 à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,