14 mai 2014

Cubelles en Haute Loire

Eglise de Cubelles

En  l'an 1735, un 3 Août naît à Cubelles en Haute Loire un Gabriel Barlier, un de mes ancêtres. Ce petit village situé en Margeride domine les gorges de la Seuge et a pour particularité d'être en face de la chapelle de Notre Dame d'Estours qui est située sur l'autre rive de la Seuge.

Notre Dame d'Estours vue de Cubelles

Un petit prieuré qui appartenait à l'abbaye des Chazes a laissé une église romane dont une restauration daterait du 16è, construite à l'écart du village; un chemin mène à Notre Dame d'Estours.

Un Jean Gabriel, petit fils du précédent Gabriel, scieur de long quittera ces terres sauvages pour Saint Privat d'Allier où il épousera une Rose Audiard ...   

Entre les 2 rives, en 1966 un certain funambule Henry's 1931-2013 s'installa au dessus de 350 m, sur un fil durant une dizaine de jours.

Henr

M'est souvenir de l'avoir vu.

 

 

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12 mars 2014

Château de Montbonnet 43

Montbonnet 3

Avec les manants, c'est simple aucune trace d'eux, avec les Seigneurs, ce n'est pas simple, on croit pourtant y arriver, mais les dates ne se recoupent pas toujours, les sources divergent, les dates différentes se succèdent selon les auteurs.

Le village de  Montbonnet situé en Haute Loire eut son heure de gloire, avec la puissante Baronnie de Montbonnet. Plusieurs familles seigneuriales se partageaient les terres, à force de mariages sans doute, les Mercoeur, les Polignac et les Montlaur. Montbonnet était alors un point stratégique, un col où devaient passer pélerins et marchands, les Montlaur originaires du Languedoc devinrent par des alliances de puissants seigneurs du Devès. Ils percevaient les péages des voies de circulation comme la Régordane, la via Podiensis, la Bolène. Bien sûr ils ne vivaient pas dans tous leurs châteaux mais y installaient des châtelains qui géraient leurs affaires. 

Avant l'an 1000, le château de Montbonnet était une sorte de tour de garde en boischâteau de l'an 1000comme celle ci en plus simple,peut être, vue l'exiguïté de la butteMontbonnet 43 elle appartenait probablement aux Mercoeur qui avaient déjà le château de Mirmande situé à quelques kms de Montbonnet, à moins que ce ne fut aux Polignac ou Solignac ou autres ! Les avis des historiens divergent à ce sujet. Le village se situait autour de la tour sur les flancs de la butte. Vers 1219, les Montlaur étaient en possession de Montbonnet, Cayres et Mariac, le château nommé dans les actes Castrum de Monte Boneti était alors re-construit en pierres, un nouveau village La Bonnette se créa en contrebas de la butte, puis un troisième auprès de la route qui fut construite. Depuis 1851 les 3 villages se sont regroupés au seul nom de Montbonnet.

En 1322 Saint Roch lors d'un pèlerinage au Puy aurait séjourné quelques jours au château de Montbonnet, une petite chapelle porte son nom. De 1359 à 1368, les troupes anglaises (guerre de 100 ans de 1337 à 1453) ravagent le Vélay, les châteaux dont Montbonnét assiégés. Les années suivantes ce furent les mercenaires de toutes nationalités dits les routiers et plus tard les Grandes Compagnies qui prirent le relais accomplissant vols, incendies, viols, tortures. Durant les rares trêves, les châteaux du Devès aux armes de Montlaur s'armèrent de créneaux, mâchicoulis, herses, fossés pour soutenir les attaques. En 1382, Montbonnet est si ravagé que les Etats du Vélay en réduisent les tailles. La branche des Montlaur faute de descendant mâle s'éteint à la mort d'Armand de Montlaur en 1439. Jeanne  sa soeur s'unit à la famille De Maubec qui prit la suite des Montlaur qui se maintiendra jusqu'en 1551 où un Raymond de Mourmoiron prendra la suite pour la laisser par sa fille à la maison d'Ornano. En 1589 Montbonnet un certain Pierre de la Rodde, capitaine-châtelain  ravagea toute la contrée et ce jusqu'en 1594 où il ira sévir un château plus loin. En 1631, le château hébergea contre son gré, comme bon nombre d'autres d'ailleurs, une compagnie royaliste lors d'un soulèvement du Languedoc contre Richelieu. Richelieu fera démanteler, par représailles, plusieurs châteaux du Vélay dont celui de Montbonnet en 1632 qui le sera partiellement. Richelieu sonnera ainsi le glas de l'aristocratie féodale. Laissés à l'abandon, ces châteaux serviront de carrière à diverses constructions (maisons, églises).      

Posté par maison43 à 18:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 mars 2014

Charles Maurin 1856-1914

Le crime au clair de lune - Charles Maurin

En 2006, je découvris ce peintre altiligérien lors d'une exposition au musée Crozatier, au Puy en Velay. Je l'ai rencontré à nouveau dans une librairie cet été à Toulon sous la forme du catalogue des oeuvres exposées au musée du Puy, catalogue que j'avais renoncé à trouver.

Charles Maurin est né en 1856 au Puy en Vélay en Haute Loire. Fut élève d'Emile Giraud (1825-1892), obtint le prix Crozatier qui lui permet 4 années d'études à Paris, Académie Julian puis école des Beaux Arts. Charles Maurin eut plusieurs amitiés durables, Félix Vallotton, Henri de Toulouse-Lautrec,François-Rupert Carabin 1892 - Charles Maurin

François-Rupert Carabin, le Docteur Régis Reynaud originaire du Puy. Charles Maurin est un contemporain de Jules Vallès, Louise Michel, individualiste il s'engagera cependant pour marquer son refus face à la société rigide de cette seconde moitié de XIX siècle bourgeois, convenu et si peu social. C'est un indépendant et un révolté, un anarchiste de coeur à défaut de l'être dans l'action, il illustrera durant 15 ans un journal anarchiste 'Les Temps nouveaux', il s'intéresse aux progrès scientifiques, son tableau 'La Sérothérapie' en témoigne, voir dans le blog . Dr Reynaud de profil 1877

C'est un excellent dessinateur au trait précis qui saisit le vif, l'âme de ceux qu'il croque, portraitiste talentueux, il peint avec empathie, générosité. 

Portrait de jeune femme rousse  En 1887, Charles Maurin rencontre Felix Valloton à l'atelier Julian. Une amitié chaleureuse unira le discipliné Félix au moins conformiste Charles Maurin. En portrait le modèle Hélène Chatenay qui fut un temps la compagne de Valloton.Les Pommes portrait d'Hélène Chatenay

Une amitié qui se terminera 20 ans plus tard. Valloton se marie à une Berheim qui lui ouvrira un monde mondain que Maurin apprécie peu. Ce sera alors la fin de leur relation. En revanche l'amitié qu'il entretiendra avec un autre ponot Régis Reynaud, médecin, durera jusqu'à sa mort.La Fillette à la poupée vers 1900

La fillette à la poupée musée d'Art moderne de St Etienne. Maurin dessinera beaucoup de fillettes avec leurs mères, rappelant les dessins de Mary Cassatt. Plutôt dans l'air du temps, en ces dessins là le Charles,  ce ne sont pas mes préférés, un peu mièvres, je trouve.. Fillette endormie mise au lit par sa mère

Maternité 1893Maternité 1893

C'est avec les petites filles, un des sujets souvent traités par Maurin. La mortalité reste importante, les avancées de la Médecine permettent l'espoir, mais la mort plane toujours sur la joie de la maternité. Maurin aborde aussi indirectement, le thème de la stérilité, avec le fort beau visage de cette femme le regard perdu dans le videDétail Maternité

c'est une femme sans enfant, stérile comme Charles Maurin l'est suite à une orchite. Le modèle est sa compagne Eugénie Debray  Sur la gauche, ce même visage souriant et tendre avec 2 visages de petites filles mis en lumière, c'est la petite fille d'Eugénie.détail 2 Maternité 

L'Aurore du Travail vers 1891

Maurin est un militant, un contestataire, un homme éclairé, mais ce n'est pas un homme d'action, il reste peintre, L'Aurore du travail symboliserait le chemin de la Liberté pour les mineurs qui s'extraient de leur crassier pour un avenir meilleur. Mais ce genre de tableau est à clés, que Maurin s'est amusé à ne pas laisser, les poings levés, le drapeau, c'est assez clair, d'autres sujets le sont moins : plaisir de Maurin de s'opposer aux critiques d'art qu'il n'aimait pas et qui lui rendaient bien.

Et Eugénie, souvent, d'autres de passage, parfois, mais Eugénie souvent quand même.La Vertu entre les deux vices

Posté par maison43 à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 février 2014

Château de Siaugues Saint Romain - Haute Loire

St Romain

Nulle trace d'écrit en ce qui concerne ce château avant le 13ème siècle.

Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis était suzerain de moults fiefs du Vélay, Entre 1250 et 1263 le recensement de ses vassaux auvergnats fit apparaître la seigneurie de Saint Romain. 

Du corps de garde, s'entendent encore les bruits de guerre, les pavois des Arbalétriers, le sifflement des flèches d'archers, les fléaux qui frappent les armures, les masses qui s'abattent sur les têtes, les miséricordes, les javelots, les cliquetis en tous genre mêlés aux cris de terreur et de souffrance, une odeur de sang où se mêle l'acide aigreur de la peur se mélange à celle du feu  ..

Nous sommes en 1361, autour du château, sur la butte, une église, des maisons et des humains, un seigneur voisin Etienne de Vissac voulant s'emparer du château, ses gens d'armes brûlent les maisons et l'église qui seront reconstruites à Siaugues.

Nous sommes en 1372, durant la guerre de 100 ans, Armand de la Roue en conflit avec le Seigneur de Polignac, en compagnie de Robert Dauphin seigneur de St Ilpize  donne l'assaut au château de Siaugues Saint Romain, ils ont d'abord tenté sans succès l'escalade des forteresses de Polignac et de Solignac et se sont donc rabattus sur ce château dont les Seigneurs seraient les Beaufort-Canillac et les Bertrand vassaux des puissants seigneurs de Polignac.détail

Ils occupèrent un temps le château et furent ensuites vaincus, les sources à ce sujet restent malheureusement fort rares et assez évasives.  

En 1415 Gilbert III Motier de Lafayette 1380-1464, Maréchal de France, acquiert le château et le restaure, on peut supposer qu'il ne l'occupa que par intermittence, ses états d'armes glorieux et nombreux le prouvent, il légua à l'un de ses fils Gilbert IV ( mort en 1527) ce châteauSt Romain2

celui ci se lia aux Polignac en épousant Isabeau de Polignac. Un des derniers descendants de la branche qui hérita du château fut le père Joseph conseiller de Richelieu, il ne dut pas l'occuper beaucoup non plus, une duchesse d'Uzès l'acheta mais il n'abrita que des gardes. Le château fut pillé à la Révolution et alla à l'abandon.

Très proche de nous, une bande de jeunes américains vint le délivrer de sa prison de ronces, et l'une d'entre eux épousa l'actuel propriétaire des ruines. 

Les fresques murales du château furent détaillées par Léon Giron (1839-1914) peintre : article à lire sur le site Mémoires d'Auvergne.   

 

Posté par maison43 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 décembre 2013

Cascade du Rouchoux

Cascade du Rouchoux

As tu froid ?

Je suis Cascade

Tu me racontes ?

Je suis Zéphir

Tu me manques

Je suis Pensée

On te manque ?

Je suis Amour

Il y a 3 ans tu te souviens de ce jour ?

Je suis Eternité.

 

 

Posté par maison43 à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 décembre 2013

Les croix de Saint Privat d'Allier

La difficulté de faire des recherches précises sur la vie de nos ancêtres est ardue dés lors que cela concerne les êtres d'origine fort modeste qui ont peu intéressé les chroniqueurs de l'époque, encore moins les historiens qui se sont plus attachés aux noms prestigieux des nombreux seigneurs de l'époque, Les Cahiers de la Haute-Loire (association de 1965)  contribuent néanmoins par leurs documents, à nous faire imaginer, un peu, quelques parcelles de la vie de ces indigents dont ma famille maternelle est issue.Les troix croix

Ainsi  je découvre, grâce à l'article de René Dupuy -  'Après la tourmente révolutionnaire, Saint Privat d'Allier rénove et embellit son église'-, que les habitants de la commune  furent sollicités et réalisèrent eux même certains travaux de rénovation. J'apprends également qu'en 1838, fut construit le calvaire qui veille sur Saint Privat, calvaire situé sur la route qui va à Nolhac. Ce calvaire est construit en pierres extraites des carrières de Beyssac.

En 1839, fut également érigée la grande croix de mission en fer forgé qui est sur le plain, face à l'église.

LA CROIX DE MISSION

Pour ceux que cela intéresse le site des Cahiers de la Haute-Loire :

 

   http://www.cahiersdelahauteloire.fr/?page=presentation

Posté par maison43 à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2013

Privat la Roche

Croix XVIII

Au dessus du porche qui mène au grand cimetière ancien de Saint Privat d'Allier une croix en fer forgé qui date du XVIII. C'est l'ancienne croix-girouette de l'église de Saint Privat d'Allier mise à terre à la Révolution par un arrêté du 26 mars 1793. Elle se dressait au faîte du clocher. Saint Privat devint alors Privat la Roche.

Quant au clocher, selon les écrits de l'abbé Adolphe Jammes, on lui abattra sa flèche et l'on confisquera ses cloches ...

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2013

Enfeus - Késaco ?

ENFEU

enfeu : déverbal du verbe enfouir qui vient du latin infodere ... heu déverbal ?

déverbal : substantif obtenu en retirant la désinence verbale d'un verbe à l'infinitif. vous avez dit désinence ?

Désinence : Elément grammatical qui se présente à la finale d'un mot, adapté au radical ou au thème de ce mot pour constituer chacune des formes d'un paradigme nominal ou verbal. heu là ça se complique un peu !

paradigme : en grammaire traditionnelle ensemble des formes fléchies d'un mot pris comme modèle. C'est par exemple la déclinaison d'un nom ou la conjugaison d'un verbe. Merci monsieur Larousse, ouf on s'en tire bien alors enfeu c'est quoi ....

enfeu : niche couverte d'une arcade et destinée à abriter un tombeau, réservé généralement aux nobles. Là c'est simple !

Maintenant que je suis un peu moins inculte, je peux m'émerveiller de ces enfeus datant de 1633 qui ont survécu au temps, à la révolution et à la ré-implantation du cimetière à l'extérieur du village. ils siègent dans l'ancien cimetière dit le grand cimetière de Saint Privat d'Allier. L'un serait le caveau de la famille Malaché-Courthaliac de Varennes, et ce d'après l'abbé Adolphe Jammes qui l'écrivit dans sa Monographie de la paroisse de Saint Privat d'Allier, consultable en bibliothèque du Puy. Toutefois Le conditionnel reste de mise !  Il existait un petit cimetière situé le long du mur nord de l'église, le passage pour se rendre à l'église était entre les 2 cimetières.

ENFEU 2je vous le concède, enfeu n'est pas d'usage aisé à placer dans la conversation, mais il n'y a pas d'âge pour s'enrichir de nouveaux mots. 

Quoi, vous en connaissiez la signification ? 

Alors, bravo !

PS

 Késaco : emprunt de l'occitan 'qu'es aquo'

-Maria José ?

-Hum ?

-Cierra el pico !

-Vale.

Posté par maison43 à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 novembre 2013

Pierre Favier bis

P Favier2

Quelques nouvelles de mon Auvergnat, celui qui vient, probablement, du côté Fournier Bastide et qui trouva sa place au Mas (disait ma grand mère) une belle ferme située à la croix d'Oura que mon grand père acheta pour sa famille devenue trop importante pour loger tout ce monde à la villa Rose dite villa Marguerite. Il s'agit donc d'une banale copie, sur papier, signée qui plus est par un faussaire !!!  il y en eut pléthore à l'époque, mais l'Auvergnat a maintenant un nom, une famille dont une descendante charmante m'a donné quelques informations. Claudius Badiou, paysan d'Alleyrac a posé pour Pierre Favier, le lieu exact est le calvaire d'Alleyrac, sur l'original l'on peut voir le mont Breysse situé en arrière fond, et le village d'Alleyrac en contrebas. L'original a été peint par Pierre Favier en 1932. Le vernissage eut lieu en 1933,  la distillerie Pagès utilisa ce portrait pour étiqueter quelques unes de ses liqueurs, l'office du tourisme de la Haute Loire s'en servit également comme affiche publicitaire, affiches que l'on trouve en cherchant bien dans les librairies de livres anciens du Puy. 

image011

Mon auvergnat, banale copie d'une peinture de Pierre Favier pas mal réalisée cependant, a son histoire aussi et son mystère quant à son auteur .. mais il a retrouvé sa place, en Haute Loire; dans ma maison.

Posté par maison43 à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2013

Château de Ceyssac - Haute Loire

CEYSSAC

En cherchant le golf du Puy en Vélay, nous avons découvert un site que nous ne connaissions pas, dans une petite vallée pas loin du Puy, un petit frère au rocher de Polignac.

Ceyssac La Roche
c3

Ce château appartenait aux barons de Ceyssac. Il entra dans la famille de Polignac en 1130 lors du mariage de Guillemette de Ceyssac (née vers 1110 morte vers 1142) avec Pons II vicomte de Polignac (dcd en 1173). Je ne sais rien de plus de ce château pour le moment. (se renseigner en bibliothèque du Puy si sont en possession du livre de Louis de Becourt 'Histoire de Ceyssac 1916).  

Le rocher de Ceyssac est creusé de grottes. Dans l'une d'entre elles au pied du rocher, une chapelle troglodyte  édifiée au XII e siècle, affectée au culte jusqu'en 1873.

Chapelle troglodyte de Ceyssac selon représentation panneau

Celle ci, ainsi que les ruines du château sont privées. Paraîtrait que l'on peut la visiter lorsque le propriétaire est présent.

ceyssac1

  

Posté par maison43 à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,