04 avril 2013

Saint Privat d'Allier vers 1914

st3

Posté par maison43 à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 mars 2013

Mémoire

En 1838, un certain Chabrier créa au Puy la société des Messageries et roulage du Puy. Les Malles-Postes assuraient le transport du courrier, de colis et de voyageurs. Les Diligences plus grosses et moins rapides transportaient plus de passagers, et le terme 'patache' à l'origine un petit bateau puis une charrette de transport fut utilisé péjorativement ensuite pour désigner une vieille diligence, à noter que les conducteurs étaient des 'patachons', ils avaient la réputation d'avoir une femme à chaque étape et un verre à chaque bar de là vient l'expression ' mener une vie de patachon'.

Halte à Saint Privat d'Allier vers 1890

Le courrier de Saugues, une patache mettait 7 heures pour aller du Puy à Saugues  avec, entre autres, une halte à Saint Privat d'Allier. Il fallait compter 1 heure de moins pour le retour. Le service était assuré quotidiennement.

Guiard vers 1906

La première voiture en Haute Loire est signalée en 1895.

Voiture de mes ancêtres vers 1906 à Saint Privat d'Allier.

 

Saint Privat d'Allier

Vers 1908 les premiers autobus apparaissent. Deux services de bus par jour, l'un partant de Saugues, l'autre du Puy. La vitesse était de 30km à l'heure. 

Halte devant l'hôtel Barry devenu beaucoup plus tard Chambon.   

Et justement l'hôtel Chambon vers 1950

LA VIEILLE AUBERGE EN 1950Sources :

La Haute Loire - Marius Gibelin

Au temps des cochers - Joseph Jobé

Posté par maison43 à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2013

Là Bas

 

LàBas

Ces âmes que tu rappelles, 
Mon coeur, ne reviennent pas.
Pourquoi donc s'obstinent-elles,
Hélas ! à rester là-bas ?

Extrait d'un poème de Victor Hugo

 

Je crois en connaître la raison, Victor.

Là bas, ces âmes nous attendent. Le plus tard possible, certes, mais là bas, nous y serons aussi.  

Posté par maison43 à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 novembre 2012

Dame de La Chomette

Avant restauration

Cette Dame là a acquis, bien malgré elle, une notoriété certaine, même Martin Quenehen en parle, sur France Culture, c'est dire ! bon, Martin ne connaît pas grand chose des Vierges en Majesté, c'est certain ! Mais il met en valeur deux élèves de l'Institut National du Patrimoine qui se sont chargées de la restauration de Dame Chomette, bien abîmée par les restaurations successives, dont la dernière daterait des années 1920-26.

Sa tunique aux plis ovales, peu nombreux, symétriquement placés autour d'un pallium (ornement liturgique placé autour du cou) la rapproche des Dames de Monistrol d'Allier, Saugues et Vernols. A l'origine, sa tunique bleue était en lapis-lazuli broyé, ce qui constitue un fait assez rare. Les 2 restauratrices ont gratté jusqu'à 6 couches de peintures successives, gratté aussi le mastic qui couvrait une fissure au visage.

Après restauration

Dame Chomette est en bois de peuplier et date du XII ème siècle. 

Le 23 Octobre dernier, elle a retrouvé sa place dans l'église de  La Chomette qui est la plus part du temps fermée.

Même si la qualité de la photographie est différente, il faut reconnaître que Dame Chomette a gagné à être restaurée bien qu'elle soit austère, sévère, solennelle.

 

 

Posté par maison43 à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juillet 2012

Casse-gueule

Saint Privat d'Allier

Posté par maison43 à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


02 juin 2012

Dame du Villeret-d'Apchier

En pleine Margeride, Chanaleilles, un peu austère sous la pluie, le clocher-Peigne indique la voie, les ancVierge du Villeret d'Apchieriennes tombes emmurées gardent l'enclos. Je me méfie, la bête roda aux alentours et s'attaqua à sept enfants du village qui réussirent à la mettre en fuite. (Soit ils étaient très forts, ces petits gnomes, soit la bête avait déjà la panse bien remplie). L'église est sombre, et la Dame bien à l'abri dans sa cage ne risque rien. 

Pas bien grande 67 cm, plus très colorée, elle est bien sûr en bois, un peu vermoulu ..

ChanaleillesDame a bien souffert.

 Une vierge noire aurait été ramenée d'Orient par Guillaume 1er de Chanaleilles, lors de la première croisade (1096-1099)   ... Celle ci date du XII ème siècle, elle avait pour habitation une chapelle St Pierre au  lieu dit du Villeret d'Apchier. Chapelle probablement détruite à la Révolution, La Vierge trouva refuge dans une famille jusqu'en 1957, où elle fut remise au curé de Chanaleilles.

 Restaurée en 1960, cette Dame fait partie de la série des Chanaleilles 2Vierges finement travaillées, notez les manches serrées par des brassards que l'on retrouve chez les Dames d'Entremont, de Moussages, de Saulzet et de Colamine. L'enfant a lui des plis lenticulaires sur le buste, on ne peut les voir, because l'obscurité et la grille, mais j'adore l'expression pli lenticulaire, en forme de lentille donc * .. cela me laisse rêveuse !

Quant au bas de la statue,Chanaleilles 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 il a disparu, l'enfant a perdu pieds et mains. Dame, pour ne pas attirer les voleurs, vous n'êtes pas mise en valeur, du tout, vraiment pas du tout. L'obscurité ne vous va pas, belle Dame, à vous non plus. 

Faudra vous voir au soleil, lors d'une de ces processions où vos admirateurs vous promènent.

* A moins que l'adjectif lenticulaire ne signifie là autre chose, que mon esprit d'ide ignare méconnaît.

Posté par maison43 à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2012

Dame de Saugues

Exposée à l'hôtel Dieu, elle avait fièreDame Saugues allure, un peu austère, sévère, antipathique même, et curieusement dans son églDameise Saint Médard, à Saugues, dans sa cage, à l'abri des regards, presque cachée, elle semble plus humble, plus douce, plus ronde, en même temps, elle a un peu perdu de sa morgue, de sa force, de son côté hiératique .. bon une question d'éclairage certainement, une question de perspective, une question d'appareil photo moins performant, sans doute, car elle est située en l'air cette Dame à Saugues, il faut grimper sur un banc pour la prendre en photo, mais n'empêche, le doute s'insinue ! il y a beaucoup de copies de ces statues, que l'on offre aux curieux à la place des originaux cachés en lieux sûrs ...

dam sdam sauPlis couchés des voiles-capuches à hauteur des oreilles, cheveux cachés, voiles porté bas sur le Dame Saugues détailfront, plis des tuniques repassés en vagues moulant le corps, enfants aux cheveux courts ramenés sur le front, jambes de biais, enfants identiques tenant un livre fermé, les pieds des Dames sont rognés, les mains sont longues. Mis à part la face, elles sont donc identiques, alors peut être que cette Dame a plusieurs visages à offrir, comme la vérité ! Cette Dame du XII ème siècle, sans doute du même atelier que sa consoeur Dame d'Estours résidant à Monistrol,  mesure 70 cm, est en bois polychrome; sur une photo prise en 1895, son visage etait noirci, elle a donc été restaurée mais a bien souffert des ans, quand même, cette Dame là.

 

Posté par maison43 à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mars 2012

Brioude Basilique St Julien

naissance

 

Rouge

comme la couleur de la naissance.

 

 

 

Espérance

                                  

                 Bleu

 c'est l'espérance.

 

 

Joie

 

 

Jaune

la couleur de la joie.

 

Plénitude du blanc

                Et le blanc

                qui accompagne les couleurs

                c'est la plénitude.

 

 

Kim en Joong

Artiste coréen, né en 1940, il suit les Beaux Arts de Séoul, puis après s'être converti au christianisme, il sera ordonné prêtre en 74. En 2000, il réalise la première exposition d'oeuvres monumentales depuis le 18ième siècle dans la Cathédrale de Notre Dame à Paris. Il crée des vitraux pour les cathédrales d'Evry, de Dax qui lui valent d'être choisi pour la basilique Saint Julien de Brioude.                                                                                                                                     

brioude6brioude9brioude8

 Il joue essentiellement sur les lumières naturelles qui en fonction des heures, en fonction des saisons, donnent à la basilique, à travers les vitraux une luminosité dominante et différente à chaque heure du jour.

 

 

 

Il est midi, un soleil de joie, un ciel d'espérance, la luminosité de Marefletrs réflète les couleurs de Kim en Joong sur les pierresoriginal,

                                                                            sous les orguesorgues 

          on s'affale un peu, la tête contre le dossier de la chaise, les yeux rivés sur les orgues, on se laisse aller, doucement vers une sérénité, douce, tranquille et reposante ...

 

 

  

Je ne vais jamais à St Privat sans passer par ce passage obligé qu'est la basilique, c'est un peu comme la cascade du Rouchoux, le plain, le vitrail de Sainte Geneviève que Joseph offrit à la mort de sa femme Geneviève. j'y suis un peu chez moi, avec les miens, ceux qui ne sont plus, et tous ceux qui restent ... encore.

Et juste pour le plaisir, encore un peuune vieune autre vie

Posté par maison43 à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2011

Dame des Chazes

Vers l'an 800 Engalmode épouse de Claude seigneur de Chanteuges fonde l'abbaye Saint Pierre des Chazes située dans l'actuel village St Julien des Chazes, maison qui accueille des filles nobles, mais aussi des roturières 'les soeurs blanches'. Soumise directement au pape, cette abbaye verra sa règle renforcée au XI ème siècle par Pierre de Chavanon, le fondateur de l'abbaye de Pébrac. En 1670, l'abbaye se soumet à la juridiction spirituelle de Cluny. Cette abbaye disparaît à la révolution. En face, le long de l'Allier une chapelle St Marie des Chazes se construit au XI, XII ème siècle. On dit que Chaze viendrait du nom chaza qui signifie maison : les Nobles Dames vivaient dans des petites maisons groupées autour du cloître et de l'église. Les roturières vêtues de robe d'étamine et portant voile se nommaient filles blanches ou soeurs servantes 

chazes2Dame des Chazes qui daterait du XII ème siècle est fort avenante et est en cheveux. On s'empresse de nous signaler qu'il devait y avoir un voile en tissu, et parfois une couronne. Pourtant, je l'aime bien nu-tête, jeune femme un peu songeuse, nostalgique presque, rose et bleue, enfantine, naïve ....

chazes3Et, si, pour la sacraliser plus, pour la 'notradamiser', on l'avait installée sur un fauteuil richement décoré, avec un coussin sous les pieds,

 

Chazes et si cela ne marchait pas, elle a l'air décidément d'être une jeune fille ! et son Jésus une petite copie presque conforme, ... à mon avis, l'artisan était amoureux et prit l'objet de sa flamme comme modèle !!!

Notre Dame des Chazes quitte l'église de Saint Julien des Chazes où elle demeure, maintenant, en permanence, chaque 15 Août, pour une petite balade dans sa chapelle

Posté par maison43 à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

19 décembre 2011

Dame d'Estours

La plus proche géographiquement, d'autant plus qu'elle loge maintenant à Monistrol d'Allier. Notre Dame d'Estours daterait de 1109. On la dit ramenée de terre sainte par le seigneur Pons de Douchanès. Plus vraisemblablement, on l'attribue à un atelier local, pas loin des Chazes, ou de Lavaudieu. Au château des Tours, devenu d'Estours, une chapelle abrita cette Dame. On dit aussi que la Vierge apparue à des bergers laissa pour trace une statue à D'NDestours. On l'emmena à Cubelles, puis à Monistrol, puis à Saugues, mais mystérieusement elle revenait toujours sur son rocher au dessus de la Seuge. Alors on lui construisit une chapelle. Lors de la peste en 1721, lors de la Bête du Gévaudan en 1764-1767, elle fut bien sûr sollicitée un peu plus, ce qui lui valut sans doute d'être couronnée au nom du pape Pie X en 1913. Chaque premier dimanche de Septembre a lieu un pèlerinage à d'Estours.

 

 

 

 

 

nd3Beau visage aux traits réguliers et délicats, une douce autorité un tantinet dédaigneuse se dégage de cette Dame là, une des plus belles Dames romanes.

Trois plis ovales descendent symétriquement d'un pallium doré qu'un bijou ferme en son centre.

 

 

 

 

 

nd5Jésus ressemble aux baigneurs des années 50, de ceux qui ont longtemps traîné dans la grange au mas d'Oura.

Posté par maison43 à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,