16 novembre 2016

Château de Domeyrat en Haute Loire

Domeyrat 2

Château fort encore impressionnant que celui de Domeyrat qui a curieusement échappé au pillage de ses pierres. C'est une ruine qui se porte plutôt bien.Domeyrat 5

Reconstruit au XVe siècle pour défendre Marguerite Gouge épouse de Jean de Langeac des attaques des écorcheurs qui sévissaient sous Charles VII, ce château passa aux La Rochefoucauld Langeac dont une partie aux Beaune de Montagu. La famille de Fargès l'acheta en 1773. Et les premiers acquéreurs furent les Pataboeuf. Pour plus de détails cliquer sur ce site : http://tcfontannes.free.fr/tourisme/domeyrat.htm

Acheté par le Conseil Général tout comme son voisin le château de Chavaniac Lafayette, et géré par une association qui organisait visites et spectacles, le château de Domeyrat a fermé ses portes depuis Juillet 2015, suite à une décision du tribunal de commerce. Domeyrat1

Aux dernières nouvelles, les fées, les fantômes et les lutins ont repris possession du château.

Vieux pont Domeyrat

La Senouire, indifférente, continue seule son show automnal pour notre plus grand plaisir.

 

 

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 septembre 2016

Le musée des croyances populaires à Monastier sur Gazeille en Haute Loire

Les veillées anciennes avaient triple emploi, en premier la necéssité d'accomplir les petits travaux impossibles à faire dans la journée déjà bien remplie, en second, la diffusion des potins du village, et enfin, il n'était pas rare qu'un conteur ou une conteuse ne s'en mêle pour apporter un peu de fantastique grâce aux légendes, contes, récits effroyables ou narrations descriptives, proverbes ou chansons populaires, car la transmission aux générations se faisait alors par l'oralité avec je suppose des apports personnels des conteurs. Henri Pourrat en fit d'ailleurs de ces contes un monument  qui parut sous le nom de Trésor des Contes. Une note d'Henri Pourrat à propos des contes et légendes populaires :

Mais la France n'a pas su se préférer elle-même en ses contes à Cicéron et à Boileau. Pour elle, depuis la Renaissance, il n'y a lettres que de lettrés. Elle a salué l'imagination populaire d'un peu loin, avec un certain sourire. Et elle a passé. La grande fée verte lui a semblé avoir une odeur un peu sauvage ou un peu fade, de fagot de pin ou de petit-lait. Ne restait à la fée que de se cacher sous la chaise des nourrices et sous le tabouret des bergères.Château du Monastier sur Gazeille

C'est à Monastier sur Gazeille, petite ville aux trois musées que le plasticien et peintre Patrice Rey a sculpté une multitude de petits personnages issus de contes et légendes de nos ancêtres qu'il nous présente dans un château typique de la région, ce musée des croyances populaires a été créé par l'association L'oeil de la Salamandre. Le château abbatial qui appartient à la mairie leur sert d'écrin. Patrice Rey est lui aussi un conteur mais je ne vous dirais rien à ce sujet car ma première visite en ce lieu ne fut que pour ses petits personnages fort caricaturaux et drolatiques. Ce musée là et Patrice Rey méritent plusieurs visites. Et j'y reviendrai.Patrice Rey

Pour l'heure, retenues les légendes que je connais autour de Saint Privat d'Allier, la légende de la pucelle injustement condamnée d'avoir fauté qui se jeta du rocher d'Aiguilhe pour prouver sa pureté et se releva indemne. Dieu y consentit encore pour le second saut, mais au troisième  laissa la vierge s'écraser, car péché d'orgueil mérite aussi d'être puni !Légende de la pucelle d'Aiguilhe

 Au lac du Boucher, la vieille et sa chèvre furent sauvées des eaux (qui engloutirent le village) pour avoir nourri et logé Jésus déguisé en mendiant, mais las, la vieille qui ne devait pas se retourner, pécha par désobéissance et fut pétrifiée avec sa chèvre, seule reste la tête de chèvre au bas d'une croix de Philippe Kaeppelin. Légende du lac du Bouchet

Un arrêt à Montbonnet où tremper sa main dans une source guérit des verruesSource guerissante

et puis un peu plus loin à Saugues, on peut certains soirs voir le Draye, cheval dont la croupe s'allongeait pour accueillir les petits enfants qu'il précipitait dans la Seuge ou l'Allier.Légende du draye de Saugues

Le musée est ouvert du 1er Mai au 30 Septembre de 14h30 à 19h.

Un hommage à nos grand-mères dentellieres.Les dentellières

 

Posté par maison43 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2016

Le village de Saint-Quentin près de Chassaure en Haute Loire

St Quentin vu du chemin croix des Las

Petite balade tranquille qui offre un panorama inhabituel sur la Loire; se rendre à Chaspinhac en Haute Loire à 13km du Puy, puis se diriger vers un petit hameau Chassaure. Deux accès possibles à cet ancien petit village médiéval, celui par la croix des Las est le plus facile et rapide. Nous avons pris le second, soit une boucle de 6 kms qui nous a fait passer par le Pouzat petit lieu dit avec une croix qui fait face au lointain mont Bar.croix du PouzatPassage dans un bois moussu fort agréable par grosse chaleur mais chemin assez pentu, pierreux et raviné. Un arrêt sur un paysage de Loire et sur la gauche un petit éperon rocheux domine la Loire où une ruine et un toit neuf attirent notre regard, serait-ce St Quentin que l'on reconstruit fort lentement ? La suite nous prouva que oui !Vue sur la Loire

Du vieux village qui comptait une église, un cimetière et un château, ne restent que quelques pans de murs. Le château était fief des Polignac qui en firent hommage aus évêques du Puy. Des familles qui l'occupèrent, (à l'origine avant 1200, un Guillaume de St Quentin) suivirent des familles illustres comme les seigneurs de Fay, de Vedeyres, de Mons, de La Tour Vidal, des Rochefort d'Ailly et pour terminer la famille de Gerentes qui céda la seigneurie aux chartreux de Brives qui furent les derniers seigneurs jusqu'à la révolution. Le château fut abandonné au XVII siècle, sans doute l'isolement et la pénurie d'eau en furent les premières causes.Citerne

Puit

 Petite forteresse sur la Loire, les seigneurs de St Quentin avaient seuls droit de pêche mais délivraient des autorisations monnayées bien sûr.Ruine du châteauVendus en l'an 13 comme bien national, les édifices servirent de carrière aux villages voisins. En 1808, on comptait encore une douzaine de maisons, mais en 1891 on note une construction nouvelle au milieu du village ruiné, quelques maisons la rejoignirent.

Maison de Séraphie

Séraphie

En 1866, Saint Quentin fut rattaché à la commune de Chaspinhac, en 1955 la dernière habitante Séraphie quitta la dernière maison habitée, et le village se ruina à nouveau. Depuis 2012 une association aidée par la municipalité de Chaspinhac reconstruit le village, un café associatif est ouvert au public chaque dimanche d'été de 14h à 18h.St Quentin

Pour en savoir plus sur l'histoire de St Quentin : http://www.saintquentinchaspinhac.fr/histoire/historique/

Vue de St Quentin sur la Loire

Posté par maison43 à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mai 2016

Château de Vissac-Auteyrac

Vissac 6

Après Siaugues St Romain, sur la route qui mène à Langeac, une ruine entrevue au détour d'un virage excite ma curiosité, bifurcation à droite dès le premier croisement et découverte enthousiaste de ce château ruiné qui occupe la pointe d'un éperon barré qui surplombe des gorges.Vissac 2

La famille de Vissac est à l'origine du premier château de Vissac dont on ne sait rien si ce n'est qu'il devait occuper le même emplacement. Cette famille s'éteignit en 1497 lors du mariage de Jeanne de Vissac dernière à porter le nom avec un de Tournon. Par alliance il passe aux Gibertès qui s'éteindront à la fin du 18è. Nouveaux acquéreurs les Motier de Lafayette. Après la révolution, il se délabre lentement. Les Puzy Lafayette sont les actuels propriétaires de ce château ruiné. A l'angle est du château, côté village une tour circulaire plongeait sur plusieurs mètres en contrebas Vissac 3

elle s'est effondrée vers 1988. Ne subsiste maintenant que le mur du logis qui pourrait dater de la deuxième moitié du XIVè. Pas d'accès libre à ce château. Vissac 7

Je remercie un charmant habitant du village qui m'a autorisée à photographier ses cartes postales. 

Sources : Châteaux de Haute Loire Editions Watel

Posté par maison43 à 19:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2016

Le château disparu de Queyrières en Haute Loire

Queyrières 4

Situé dans le Vélay oriental, le rocher de Queyrières (près de St Julien Chapteuil) est un neck, une ancienne cheminée volcanique, un roc de basalte mis en place dans le granit avec un rayonnement d'orgues phonolitiquesQueyrières 1

 la roche caractéristique du rocher est le trachyte.  Un château était situé sur cette butte, le lieu étant un point stratégique de la route qui reliait les deux parties du Vélay par le col de Raffy.Queyrières 2

On le mentionne dés 1021. Il a pour seigneurs des membres de la famille de Faÿ, Philippa de Faÿ fin 12e début 13e le fait entrer par son mariage dans la famille des Poitiers qui se reconnaissent vassaux de l'évêque du Puy, et suzerains des seigneurs comme les Bouzols ou les Montlaur. En 1343 Pons de Montlaur vend le château de Queyrières à deux bourgeois du Puy les frères Rocel. L'acte de vente mentionne une forteresse avec une tour, des bâtiments dans l'enclos et une chapelle dédiée à Saint Dompnin. En 1384 Queyrières est pillée, en 1419 Pierre Rocel se distingue au siège du Puy.Queyrieres 5

Puis vinrent les Bastet, les Sagnard qui avaient d'autres possessions et qui délaissèrent un peu le château. Queyrières était une baronnie diocésaine ce qui signifie que les seigneurs siégeaient aux États du Vélay. Le château sera assiégé pendant les guerres de la Ligue en 1590 par les troupes du baron de Chaste (D'après les Mémoires de Jean Burel). Le XVIIe siècle verra le déclin du château, en 1762, il ne reste que la chapelle. Les pierres du château serviront sans doute aux constructions environnantes. 

Sources : Châteaux de Haute Loire Edition Watel  

Posté par maison43 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 novembre 2015

Château des Tours ou d'Estours - Haute Loire

 

Notre Dame d'Estours

Pour ce château disparu, on va se contenter pour le moment des Notes Historiques sur Saugues de l'Abbé Fabre. La Seuge, petit affluent de l'Allier prend sa source au Truc de la Garde à 1486 m dans la commune de Chanaleilles. Elle passe donc par Saugues avec un barrage à 5 km de la ville qui alimente l'usine électrique du Luchadou, puis par Notre Dame d'Estours (à son sommet en face Cubelles)  pour se jeter dans l'Allier à Prades.Notre Dame d'Estours

Au moulin de Bournette, la Seuge plonge dans un ravin que dominent les rochers d'Estours où vraisemblablement un château montait la garde.Notre Dame d'Estours

Ce site se nomme vialle des Tours.En 1259, selon les Notes Historiques sur Saugues de l'Abbé Fabre la fille de feu Bertrand Des Tours fait hommage à Pons de Douchanes pour son château des Tours. En cette même année Pons de Douchanes ( qui n'aura pas de descendance) fait donation à Astorge et Aldebert de Peyre de son château et terres de Thoras et de tout ce qu'il possède dans les chatellenies de Chazes, 2\3 à Astorge et 1\3 à Aldebert.  Les Seigneurs de Peyre sont une des plus puissantes des 8 baronnies du Gévaudan. En 1294, Noble Roget rend hommage aus Seigneurs des Peyre pour le mandement des Tours. En 1302 Astorge de Peyre frère de l'évêque de Viviers fait son testament et laisse à son petit fils ses châteaux de Thoras, de Prades et des Tours. 

Notre Dame d'Estours

En 1109 un acte rédigé par maître Guillaume de Mercoeur indique la chapelle du château des Tours paroisse de Monistrol d'Allier;  L'Abbé Fabre dans ses Notes Historiques sur Saugues cite l'attribution de la construction de Notre Dame des Tours à un seigneur revenant de croisade, un nom cité sans certitude Pons de Douchanès; une légende sur une apparition de la Vierge à des petits vachers de Cubelles court encore, leurs vaches signalant par leurs meuglements la présence d'uneNotre Dame d'Estours statue de la Vierge dans un rocher, cette statue aurait été transportée, à Cubelles, Monistrol et Saugues mais revenait mystérieusement toujours sur le site, alors on lui construisit un sanctuaire. Un pèlerinage a lieu chaque année, et Notre Dame d'Estours abritée à Monistrol semble s'y trouver maintenant bien.

Dame d'Estours

Message sur ce blog intitulé Dame d'Estours. Mais depuis son couronnement un dimanche 7 Septembre en 1913 par l'évèque du Puy, une autre Dame veille sur le site, une réplique de la statue de la Vierge de Fourvières, évènement immortalisé par une photographie (floue) de l'Abbé Fabre.

Notre Dame d'Estours

Notre Dame d'Estours

Abbé Fabre 1913

Posté par maison43 à 12:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2015

Château de Saint Ilpize en Haute Loire

 St Ilpize

Ilpidus ou Ilpize, ermite venu se retirer dans la vallée de l'Allier donna son nom au village de St Ilpize. Perché sur une prodigieuse cheminée volcanique qualifiée de neck, les ruines du château d'Ilpize continuent à veiller sur l'Allier où les enceintes du château s'étendaient, gardées par des petites toursTour St Ilpize Bien que l'on ne retrouve aucune trace à ce sujet, on peut penser que le site incita les peuplades à utiliser ce guet naturel pour surveiller toute approche ennemie. Sans que l'on sache vraiment où, on retrouve la mention d'une construction fortifiée en 1030, puis suit la charte où Noble Aymon III de Brossadol seigneur de St Ilpize échange sa seigneurie en 1201 (Tablettes historiques d'Auvergne tome 2 p 28 : traduction d'une charte en patois ou Aymon est écrit Emo, paru en 1841)  à un  dauphin d'Auvergne,(le premier à porter le surnom de dauphin dans cette lignée fut le fils de Guillaume VII, Robert, puis ses successeurs se nommèrent dauphins d'Auvergne, l'échange eut lieu avec un Robert Dauphin mais je ne sais pas trop lequel, car il y a discordance dans les dates. En 1262, un fils Dauphin d'auvergne hérita en apanage du château; St Ilpize devint une puissante ville de 5000 habitants jusqu'au XVII siècle. On peut penser que ce château fut réellement occupé par ses possesseurs, vue l'importance que prit la ville.St Ilpize 6

Les Dauphins d'Auvergne étaient également seigneurs de la forteresse de Léotoing. Durant la guerre de 100 ans Thomas de La Marche capitaine de routiers s'allia avec Seguin de Badefol pour s'emparer du château en 1361. Ils pillèrent et incendièrent la ville. En 1425 Blanche Dauphine de Saint Ilpize épousa Jean de L'Espinasse seigneur de Changy. Puis toujours par les femmes, le château passa à Guy d'Amboise, aux Luxembourg de Roussy, au XVI siècle, aux La Rochefoucauld, aux marquis de Langeac, aux Lespinasse. Saint Ilpize devint le siège d'une prévôté royale en 1781. Vendu à la Révolution, il se ruina lentement ou pas d'ailleurs car nombre de pierres ont servi à la construction de maisons comme ce fut l'usage un peu partout d'ailleurs. Restent du site une tour carrée et une chapelle protégées par des murailles à meurtrières et créneaux, une fortification classique du XIIIè siècle. Source : Châteaux de Haute Loire Edition WatelSt Ilpize 3

St Ilpize 4

St Ilpize 5

  

Posté par maison43 à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 octobre 2015

Le château d'Arlempdes en haute-loire

Arlempdes 10

Un des sites les plus beaux de la région qui n'en manque pourtant pas, du côté de la Loire qui joue à l'Allier avant de faire sa paresseuse et qui a creusé son lit comme elle a pu dans ce socle basaltique qui s'est incrusté dans du granite, faut dire que la nature n'a pas mégoté et qu'en matière de dyke elle a  fait fort avec ce superbe filon de laveChapelle XI XII brèche rouge   futée, la Loire a contourné l'obstacle en tricotant une belle boucle.Arlempdes 8  Ce site appartenait au Vivarais (province du Languedoc) jusqu'en 1789 où il intégra alors le Vélay. Alors bien évidemment ce lieu défensif naturel attira les humains depuis l'antiquité, l'on pense qu'au moyen âge, avant l'an mil, une construction existait déjà et les heureux propriétaires du lieu donnèrent leur nom, bien évidemment aussi ce lieu attira la puissante famille de Montlaur qui s'assura ainsi une voie de circulation de plus. La forteresse daterait, elle, du XI siècle, construite sous la baronnie des Montlaur, elle fut d'abord uniquement défensive.

Arlemdes 7

En 1269 Héracle de Montlaur rend hommage à l'évèque du Puy. Les Poitiers-Valentinois en 1429 l'aménagent résidentiellement.Arlempdes Diane de Poitiers  fut Dame d'Arlempdes et s'y rendit dit-on, mais rien n'est prouvé ! Vinrent les Brézé, La Marck, La Tour d'Auvergne, Fléhard et Vignon. Durant les guerres de religion, la famille des Poitiers-Valentinois comme c'était l'usage dans ces grandes familles ne résidait pas en son châteauArlempdes 2la famille de Goys y habite, en 1585  le protestant Antoine de la Garde dit le cadet de Chambonas, seigneur du Bouchet s'empare du château (il s'était emparé aussi du château d'Agrain) par l'intermédiaire dit on d'un portier vénal. Il y demeura 3 ans et fut assassiné soit par un homme de son armée, soit par les villageois ulcérés par les exactions.Arlempdes 3

Vendu à Pierre de Serres, il servit de résidence à son frère Just de Serres évèque du Puy de 1621 à 1641. Le château passa à Scipion de Beauvoir, puis en 1720 à la famille Laval qui le déserta. Légué à la communauté du Prado de Lyon en 1936, il est géré maintenant par une association de sauvegarde et restauration qui comporte des descendants de la famille De Goys. 

La chapelle est en brêche volcanique rouge, le porche aurait été construit en 1529, le château était divisé en deux parties séparées par un mur, avec d'un côté le corps résidentiel avec la chapelle et de l'autre la cour d'armes. 

Un souterrain aurait existé pour relier Arlempdes au château de Goudet, creusé par les catholiques pour reprendre le chateau. Légende ou réalité ?  Tout est un peu au conditionnel comme d'habitude avec cette Histoire au final si peu connue.

Seule la beauté du site reste incontestable.

Source : Châteaux de haute-loire Editions Watel

Arlempdes 9

  

Posté par maison43 à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juillet 2015

Le Pont-aux-Moulins de Melun

Pont aux moulins Melun

La Seine fut longtemps le seul chemin praticable pour transporter les marchandises et denrées. Les ponts étaient alors occupés par des moulins un peu construits ' à-la-va-comme-je-te-pousse' sur les arches non utilisées par les bateaux, on les nommait moulins-pendants bâtis sur pilotis et accrochés au pont. Melun était une plaque tournante de la farine alors.

Pont aux moulins

Melun avait son pont-aux-moulins bâti au XII siècle sur le grand bras de la Seine, 4 moulins-pendants bâtis des le XIII faisaient de la farine de blé, fort bruyamment les meules écrasaient le grain en une farine grossière et animaient le quartier. A noter selon une tradition populaire que les anguilles fort réputées alors de Melun raffolaient de la dite farine qui pouvait tomber des moulins.

Melun pont

Les moulins étaient bâtis en pans de bois parfois emportés par les crues. Les 4 moulins se nommaient moulin de Loiselet, celui du milieu dit de Saint Père puis St Nicolas, le moulin de Notre-Dame appartenait aux chanoines de la collégiale et fut emporté lors de l'hiver 1788-1789 et enfin le dernier celui de l'abbeye de Barbeau qui positionné sur la grande arche gênera la circulation des bateaux et sera détruit en 1587.Fréchon

En aval du moulin de Loiselet il y avait le moulin St Sauveur qui sera le dernier à disparaître en 1838, et un moulin construit sur un bateau le moulin Landry construit lui en 1800.En aval du pont aux moulins

Deux autres moulins-bateaux existaient en aval du pont aux fruits sur le petit bras de la Seine.

Le pont médiéval s'écroula plusieurs fois, on utilisa des pierres du château pour le reconstruire, puis en 1814 le Génie fit sauter une pile pour protéger la retraite de l'armée française. En 1821 la brèche est comblée et les arches renforcéesPont aux moulins 6  en 1830 les glaces détruisent le pont qui sera remplacé par un pont suspendu en bois en 1837. Un pont en fer lui succède en 1871Pont de Fer ancien pont des moulins

Melun 1939

 qui sera détruit en 1940 pour retarder les allemands. En 1944 les américains jettent un pont Bailey (pont métallique préfabriqué)Pont de Bayle et la passerelle pour piétons

 En 1950 sera mis en service l'actuel pont nommé Pont Maréchal Leclerc.

Melun 2

  

Sources : Le Vieux Melun Gabriel Leroy, livret Melun ville d'histoire, Mémoires en Images Melun - Université Inter-Ages 

 

Posté par maison43 à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2015

Château d'Agrain en Haute-Loire

Agrain 8

Les premiers possesseurs du château d'Agrain, petit village alors avec sa chapelle étaient les Barons de Cayres (vassaux des seigneurs de Montlaur bien sûr) dont un Godefroy de Cayres (il y en a un à chaque génération depuis le 11e siècle). Famille puissante qui détenait aussi les maisons fortes de Prunet et de Séjallières qui avec le château d'Agrain constituaient une défense sur le plateau dominant l'Allier via Vabres Alleyras. Les d'Agrain, branche cadette issue des puissants Agrain sont eux même des vassaux de la famille de Cayres fixée à Ouïdes à quelques 3 ou 4 kms d'Agrain ( d'Ouïdes suivre la petite route où indiquée Alleyras, route vite impraticable en voiture). A la fin du 15e Guillaume Maurel qui a épousé Louise de Cayres est qualifié par alliance donc de Seigneur d'Agrain. En 1510 il vend la baronnie d'Agrain qui comprenait aussi Ribains, Le Villard, Le Moulard et Ouïdes à un bourgeois du Puy Pierre Farnier. Son fils Gautier la cédera par acte d'échange en 1533 à Antoine Orvy, autre bourgeois du Puy son beau frère. Mais les Orvy préfèrent résider au Puy, le château est fort isolé

Agrain 12

 dans une belle nature volontiers hostile , surtout quand les guerres civiles s'en mêlent. En 1588 le seigneur du Bouchet Antoine de la Garde dit le cadet de Chambonas s'en empare pour les protestants et le sénéchal du Puy Chaste doit payer rançon pour le récupérer après l'avoir vainement assiégé. En 1594 Durand Ranquet commandant des Ligueurs l'occupe et c'est seulement sous Henri IV (règne de 1589 à 1610) que les Orvy récupèrent leur bien. Mais ce château fut au final peu occupé par cette famille qui préféra sa demeure plus confortable du Puy. Une alliance le passe aux mains de Claude de Laguiolle, des querelles familiales le font mettre sous séquestre puis aux enchères. En 1643 il est adjugé à Hugues Pradier conseiller de la sénéchaussée du Puy. Mais ce n'est déjà plus qu'une ferme, qu'un fermier occupe.AGRAIN

Le dernier fermier, un habitant du Moulard l'occupe jusqu'en 1945.Agrain 2

 

Au XVIIe siècle, un corps de logis doté de pièces à cheminées sur 2 niveaux, une tour, une chapelle, des communs avec étable, fournil, colombier, jardin.

Agrain 5

 

Ce château est un peu isolé, mais des chemins fort accessibles permettent toujours d'aller soit à Alleyras, soit au Moulard dont l'accès est le plus rapide et le plus aisé, soit de rejoindre le village d'Ouïdes et d'accéder ainsi par un autre chemin aux maisons fortes de Prunet et un peu plus loin à celle de Séjallières. De bonnes chaussures ne nuisent pas.

Site sur la famille d'Agrain :

Agrain cheminée

Agrain 6Agrain jardin

http://fr.calameo.com/books/000357550927ba85179ce

Sources : Châteaux de haute-loire Edition Watel

En bibliothèque du Puy consultation possible des deux tomes de Gaston Jourda de Vaux consacré aux châteaux de la Haute-Loire 1911

Agrain4

Agrain 11

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,