02 octobre 2015

Le château d'Arlempdes en haute-loire

Arlempdes 10

Un des sites les plus beaux de la région qui n'en manque pourtant pas, du côté de la Loire qui joue à l'Allier avant de faire sa paresseuse et qui a creusé son lit comme elle a pu dans ce socle basaltique qui s'est incrusté dans du granite, faut dire que la nature n'a pas mégoté et qu'en matière de dyke elle a  fait fort avec ce superbe filon de laveChapelle XI XII brèche rouge   futée, la Loire a contourné l'obstacle en tricotant une belle boucle.Arlempdes 8  Ce site appartenait au Vivarais (province du Languedoc) jusqu'en 1789 où il intégra alors le Vélay. Alors bien évidemment ce lieu défensif naturel attira les humains depuis l'antiquité, l'on pense qu'au moyen âge, avant l'an mil, une construction existait déjà et les heureux propriétaires du lieu donnèrent leur nom, bien évidemment aussi ce lieu attira la puissante famille de Montlaur qui s'assura ainsi une voie de circulation de plus. La forteresse daterait, elle, du XI siècle, construite sous la baronnie des Montlaur, elle fut d'abord uniquement défensive.

Arlemdes 7

En 1269 Héracle de Montlaur rend hommage à l'évèque du Puy. Les Poitiers-Valentinois en 1429 l'aménagent résidentiellement.Arlempdes Diane de Poitiers  fut Dame d'Arlempdes et s'y rendit dit-on, mais rien n'est prouvé ! Vinrent les Brézé, La Marck, La Tour d'Auvergne, Fléhard et Vignon. Durant les guerres de religion, la famille des Poitiers-Valentinois comme c'était l'usage dans ces grandes familles ne résidait pas en son châteauArlempdes 2la famille de Goys y habite, en 1585  le protestant Antoine de la Garde dit le cadet de Chambonas, seigneur du Bouchet s'empare du château (il s'était emparé aussi du château d'Agrain) par l'intermédiaire dit on d'un portier vénal. Il y demeura 3 ans et fut assassiné soit par un homme de son armée, soit par les villageois ulcérés par les exactions.Arlempdes 3

Vendu à Pierre de Serres, il servit de résidence à son frère Just de Serres évèque du Puy de 1621 à 1641. Le château passa à Scipion de Beauvoir, puis en 1720 à la famille Laval qui le déserta. Légué à la communauté du Prado de Lyon en 1936, il est géré maintenant par une association de sauvegarde et restauration qui comporte des descendants de la famille De Goys. 

La chapelle est en brêche volcanique rouge, le porche aurait été construit en 1529, le château était divisé en deux parties séparées par un mur, avec d'un côté le corps résidentiel avec la chapelle et de l'autre la cour d'armes. 

Un souterrain aurait existé pour relier Arlempdes au château de Goudet, creusé par les catholiques pour reprendre le chateau. Légende ou réalité ?  Tout est un peu au conditionnel comme d'habitude avec cette Histoire au final si peu connue.

Seule la beauté du site reste incontestable.

Source : Châteaux de haute-loire Editions Watel

Arlempdes 9

  

Posté par maison43 à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 juillet 2015

Le Pont-aux-Moulins de Melun

Pont aux moulins Melun

La Seine fut longtemps le seul chemin praticable pour transporter les marchandises et denrées. Les ponts étaient alors occupés par des moulins un peu construits ' à-la-va-comme-je-te-pousse' sur les arches non utilisées par les bateaux, on les nommait moulins-pendants bâtis sur pilotis et accrochés au pont. Melun était une plaque tournante de la farine alors.

Pont aux moulins

Melun avait son pont-aux-moulins bâti au XII siècle sur le grand bras de la Seine, 4 moulins-pendants bâtis des le XIII faisaient de la farine de blé, fort bruyamment les meules écrasaient le grain en une farine grossière et animaient le quartier. A noter selon une tradition populaire que les anguilles fort réputées alors de Melun raffolaient de la dite farine qui pouvait tomber des moulins.

Melun pont

Les moulins étaient bâtis en pans de bois parfois emportés par les crues. Les 4 moulins se nommaient moulin de Loiselet, celui du milieu dit de Saint Père puis St Nicolas, le moulin de Notre-Dame appartenait aux chanoines de la collégiale et fut emporté lors de l'hiver 1788-1789 et enfin le dernier celui de l'abbeye de Barbeau qui positionné sur la grande arche gênera la circulation des bateaux et sera détruit en 1587.Fréchon

En aval du moulin de Loiselet il y avait le moulin St Sauveur qui sera le dernier à disparaître en 1838, et un moulin construit sur un bateau le moulin Landry construit lui en 1800.En aval du pont aux moulins

Deux autres moulins-bateaux existaient en aval du pont aux fruits sur le petit bras de la Seine.

Le pont médiéval s'écroula plusieurs fois, on utilisa des pierres du château pour le reconstruire, puis en 1814 le Génie fit sauter une pile pour protéger la retraite de l'armée française. En 1821 la brèche est comblée et les arches renforcéesPont aux moulins 6  en 1830 les glaces détruisent le pont qui sera remplacé par un pont suspendu en bois en 1837. Un pont en fer lui succède en 1871Pont de Fer ancien pont des moulins

Melun 1939

 qui sera détruit en 1940 pour retarder les allemands. En 1944 les américains jettent un pont Bailey (pont métallique préfabriqué)Pont de Bayle et la passerelle pour piétons

 En 1950 sera mis en service l'actuel pont nommé Pont Maréchal Leclerc.

Melun 2

  

Sources : Le Vieux Melun Gabriel Leroy, livret Melun ville d'histoire, Mémoires en Images Melun - Université Inter-Ages 

 

Posté par maison43 à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2015

Château d'Agrain en Haute-Loire

Agrain 8

Les premiers possesseurs du château d'Agrain, petit village alors avec sa chapelle étaient les Barons de Cayres (vassaux des seigneurs de Montlaur bien sûr) dont un Godefroy de Cayres (il y en a un à chaque génération depuis le 11e siècle). Famille puissante qui détenait aussi les maisons fortes de Prunet et de Séjallières qui avec le château d'Agrain constituaient une défense sur le plateau dominant l'Allier via Vabres Alleyras. Les d'Agrain, branche cadette issue des puissants Agrain sont eux même des vassaux de la famille de Cayres fixée à Ouïdes à quelques 3 ou 4 kms d'Agrain ( d'Ouïdes suivre la petite route où indiquée Alleyras, route vite impraticable en voiture). A la fin du 15e Guillaume Maurel qui a épousé Louise de Cayres est qualifié par alliance donc de Seigneur d'Agrain. En 1510 il vend la baronnie d'Agrain qui comprenait aussi Ribains, Le Villard, Le Moulard et Ouïdes à un bourgeois du Puy Pierre Farnier. Son fils Gautier la cédera par acte d'échange en 1533 à Antoine Orvy, autre bourgeois du Puy son beau frère. Mais les Orvy préfèrent résider au Puy, le château est fort isolé

Agrain 12

 dans une belle nature volontiers hostile , surtout quand les guerres civiles s'en mêlent. En 1588 le seigneur du Bouchet Antoine de la Garde dit le cadet de Chambonas s'en empare pour les protestants et le sénéchal du Puy Chaste doit payer rançon pour le récupérer après l'avoir vainement assiégé. En 1594 Durand Ranquet commandant des Ligueurs l'occupe et c'est seulement sous Henri IV (règne de 1589 à 1610) que les Orvy récupèrent leur bien. Mais ce château fut au final peu occupé par cette famille qui préféra sa demeure plus confortable du Puy. Une alliance le passe aux mains de Claude de Laguiolle, des querelles familiales le font mettre sous séquestre puis aux enchères. En 1643 il est adjugé à Hugues Pradier conseiller de la sénéchaussée du Puy. Mais ce n'est déjà plus qu'une ferme, qu'un fermier occupe.AGRAIN

Le dernier fermier, un habitant du Moulard l'occupe jusqu'en 1945.Agrain 2

 

Au XVIIe siècle, un corps de logis doté de pièces à cheminées sur 2 niveaux, une tour, une chapelle, des communs avec étable, fournil, colombier, jardin.

Agrain 5

 

Ce château est un peu isolé, mais des chemins fort accessibles permettent toujours d'aller soit à Alleyras, soit au Moulard dont l'accès est le plus rapide et le plus aisé, soit de rejoindre le village d'Ouïdes et d'accéder ainsi par un autre chemin aux maisons fortes de Prunet et un peu plus loin à celle de Séjallières. De bonnes chaussures ne nuisent pas.

Site sur la famille d'Agrain :

Agrain cheminée

Agrain 6Agrain jardin

http://fr.calameo.com/books/000357550927ba85179ce

Sources : Châteaux de haute-loire Edition Watel

En bibliothèque du Puy consultation possible des deux tomes de Gaston Jourda de Vaux consacré aux châteaux de la Haute-Loire 1911

Agrain4

Agrain 11

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 décembre 2014

Gourlong en Haute Loire

 

Gourlong 2

Gourlond  à 500 m de Pont d'Alleyras en Haute-Loire, devient commanderie des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (Ordre de Malte) en 1163 sur la paroisse d'Alleyras grâce à Pierre de Mirmande qui fait don de son manse à Etienne Isnel Maître de l'Hôpital du Puy. Pierre de Mirmande entre dans l'Ordre en tant que Chevalier-Religieux avec l'assentiment de son épouse Guillaumette et de ses deux fils Odon et Etienne. Pierre de Mirmande s'illustrera en l'actuelle Syrie où il commandera le château du Krak des Chevaliers de 1193 à 1199. Bon revenons à Gourlong.

Gourlong 1

cette commanderie était constituée d'une chapelle dédiée à St Jean Baptiste, une maison dite du Commandeur, un enclos et un cimetière. Entre 1291 et 1304 Pons Baudasse est commandeur de Gourlong, en 1307 une reconnaissance est faite au profit de la commanderie par G. Chauchat d'une maison, d'un jardin et d'un pré avec pacte pour le dit Sieur de construire un moulin et de moudre au Commandeur et familiers de la maison de Gourlong sans aucun droit de moulure. La voie du Puy à Toulouse  passait à Montbonnet et à St Jean Lachalm, puis descendait vers Vabrettes pour arriver à Gourlong en traversant le bois de la Bourelle pour franchir l'Allier à l'actuel Pont d'Alleyras, et longer l'Allier jusqu'à Vabres pour se rendre ensuite à Sanis, Chambonnet et Croisances. D'autres passages de l'Allier sont mentionnés pour ce chemin à Rochefort et à St-Haon.

'Il existait en outre, en 1302, à "Pont de Vabres", un pont appelé, "Pont du mas de Gourlong" , dont l’origine passe pour être plus ancienne. Il fut détruit en 1589 par une crue mémorable et sera sans doute reconstruit, mais bien plus tard, puisqu’en 1642 l’abbé Aulagnier curé du Brignon, se rendant à Toulouse, empruntait un "bateau" pour traverser l’Allier.'  extrait du site www.memoiredehauteloire.com

 

Croix

Ce lieu de passage et la proximité du prieuré clunisien d'Alleyras justifiaient sans doute une commanderie qui hébergeait et soignait ceux qui empruntaient ce chemin. Au fil des années la situation de Gourlong dans une vallée peu accessible la fit peu à peu moins fréquentée. En 1723 on signale les ruines de la chapelle écroulée. A ce jour, subsiste une ruine délaissée, vestige de la Commanderie de Gourlong qui fut une étape importante entre 1160 et la fin de l'ancien régime, en bordure de route, édifice dont le lierre envahissant cache une croix de Malte.

Croix de Gourlong

 

 

Posté par maison43 à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 décembre 2014

L'ordre de Malte

C'est avant la première croisade (1096), aux environs de 1048, que des marchands du royaume de Naples obtinrent du calife d'Egypte Romensor de Moustesaph la permission de construire à Jérusalem un monastère desservi par des religieux de l'ordre de St Benoit venus d'Italie pour recevoir les pèlerins, puis les croisés. Ils créèrent un hôpital Le mystérieux Frère Gérard

Gérard de Martigues dit aussi Tenque ou Tunc nommé aussi Frère Gérard d'origine contreversée (amalfienne, provencale ou autre) en fut le premier chef. Après la prise de Jérusalem en 1099, Godefroy de Bouillon leur donna ainsi que d'autres seigneurs des terres en France. Gérard avec ses frères se sépara du monastère et créa une congrégation particulière sous la protection de St Jean Baptiste, ses membres prirent le nom d'Hospitaliers ou Frères de l'hôpital de St Jean Baptiste de Jérusalem. Son successeur Raymond du Puy Raymond du Puyfut le premier à prendre le titre de Grand Maître de l'Ordre à qui il donna une règle inspirée de celle de St Augustin. (pauvreté, chasteté, obéissance). Il proposa au roi de Jérusalem de s'unir à lui pour combattre les infidèles avec ses Hospitaliers. Ordre composé de 3 classes : Les nobles qui firent profession d'armes, les prêtres et chapelains qui s'occupèrent du service divin, et enfin les frères servants non nobles chargés de soigner et de combattre. Cet ordre reçut l'approbation du pape Innocent II en 1113. Du fait de l'avancée des Turcs en méditerranée, ils se retireront progressivement à Chypres, à Rhodes, enfin à Malte, ils ouvriront des établissements dans l'Europe entière. En 1834 l'Ordre de Malte s'installe à Rome toujours sous l'autorité du St Siège, ordre militaire et hospitalier, il prendra alors le nom d' Ordre souverain de St Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte. Sa vocation militaire se termine en 1798. A la base de la hiérarchie se trouvaient les commanderies rattachées aux grands prieurés qui eux relevaient des 8 langues (représentant les différentes nations qui composaient l'Ordre), langues définies en 1327 au chapître de Montpellier.

Croix_de_Malte

Le royaume de France se composait de 3 langues :  

La langue de Provence, la plus ancienne dans le prieuré de St Gilles le premier constitué en Occident dés le début du XII siècle (port d'embarquement des croisés pour la terre sainte), elle regroupe le prieuré de St Gilles, Toulouse, la Provence, le Comté de Nice, le bas Dauphiné, le Languedoc, le Roussillon, le Comté de Foix, la Gascogne, le Haut Béarn. 

La langue d'Auvergne recouvrait l'Auvergne, le Limousin, Les Marches, le Bourbonnais, le Lyonnais, la Basse Bourgogne, la Franche-Comté, la Savoie, le Haut Dauphiné, le Haut Languedoc dont le Vélay. Elle comprenait 56 commanderies.

La langue de France avec 3 grands prieurés, Paris, Poitiers, Voulaines à la tête de la Bretagne, Anjou, Saumurois, Poitou, Saintonge, Bas Berry, Tourraine, Maine, Normandie, Orléanais, Ile de France, Artois, Picardie, Flandre, Champagne, Sedan, Lorraine, Haute Bourgogne et Nivernais.

 En Vélay une première mention de l'Ordre Hospitalier est faite en 1153 où ils s'installèrent à l'Hôpital St Jean du Puy. Pour rappel, l'ordre des Templiers s'installa lui en 1170 à la maison templière St Barthélémy. Je dois avouer une certaine confusion dans mon esprit entre les localisations de la maison templière Saint Barthélémy et celles de la maison St Jean de la Chevalerie appartenant aux Hospitaliers, certes les biens des Templiers passèrent aux Hospitaliers en 1312, et l'église St Barthélemy devint possession des hospitaliers, mais je ne trouve aucune trace de l'Hôpital St Jean, à re-vérifier donc à la bibliothèque du Puy.

Sources Auguste Chassaing 1882

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 décembre 2014

Le procès des Templiers

miniature du Maître de Virgile

Dans la nuit du 12 au 13 Octobre 1307, des hommes d'armes déboulèrent dans toutes les commanderies de France, pour arrêter sans résistance les Templiers surpris, beaucoup furent soumis à la torture et avouèrent tout ce que l'on voulut d'eux. A Paris, 25 chevaliers moururent lors des interrogations. 54 d'entre eux furent brûlés en Mai 1310 à Paris, 9 à Senlis. Le roi Philippe Le Bel obtint du pape Clément V qui résidait en Avignon la dissolution de l'ordre qui fut décidée au concile de Vienne en 1311. Le 18 Mars 1314, le grand maître des Templiers Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay maître de Normandie montaient sur le bûcher.

Les Templiers du Puy en Vélay plus chanceux réussirent à s'enfuir, on ne sait pas trop où. On pense que certains se réfugièrent dans des grottes, comme celles du Mont Jonas. Lieu qu'il me faudra découvrir.

Site_de_Jonas

Seuls 5 frères servants furent arrêtés, ils furent internés à Nîmes. 2 frères du Vélay furent emprisonnés à Aigues-Mortes, Bertand de la Seauve et Bernard de Siaugues (commandeur à St Gilles). Tous furent interrogés par Oudard de Maubuisson commissaire du Roi. Des 7, 5 eurent la vie sauve, et restèrent emprisonnés 5 ans. Bertrand de la Seauve et Marc Bonneteau seraient morts en captivité. Les trésors du prieuré du Puy furent confisqués, les bâtiments donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean. 

 

Posté par maison43 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 décembre 2014

Les Templiers en Vélay

 Monastère des Templiers

Rive gauche du Dolaizon, à l'extérieur de la porte d'Avignon, une forteresse monastère, un pont-levis  sur un large fossé, une chapelle romane construite en pierres de Blavosy, un cimetière. Cette construction commandait une des plus importantes voies du midi jusqu'à Avignon. Ses habitants étaient chevaliers, au manteau blanc orné d'une croix rougeCroix des Templiers

 ils appartenaient à l'ordre du Temple. L'ordre fut fondé à la première croisade (1096-1099) à l'initiative d'Hugues de Payns, nommé milita christi dans un premier temps, milice du christ à la fonction militaire de protection des pèlerins, installée sur un emplacement de l'ancien temple de Salomon, ils prirent un peu plus tard le nom de Templiers. Cet ordre fut reconnu au concile de Troyes en 1128 et reçut une règle dictée par St Bernard. Milieu XII une partie de cet ordre s'installa en Occident, constituée de grands propriétaires terriens, comportant 15 000 chevaliers avec une multitudes de frères servants, ils possédaient des manoirs, forteresses dont celle de la Maison du Temple à Paris où le roi Philippe le Bel se réfugia lors d'une émeute. Le trésor royal fut conservé en cette maison de 1146 au début du règne de Philippe le Bel. Les templiers du Puy s'installèrent en leur forteresse-monastère Saint Barthélemy en 1170 avec une église du même nom.Monastère des Hospitaliers

Au bas de la hiérarchie, il y avait de simples commanderies, comme Chantoin, Gourlong, La Glutonie. Au dessus un prieuré dont dépendaient plusieurs commanderies. Plusieurs prieurés constituaient une province. Les provinces formaient une nation et l'ensemble des nations était placé sous le commandement du grand-maître des Templiers. Le monastère du Puy était un prieuré avec à sa tête un maître précepteur. Toutes les commanderies du Vélay relevaient de ce prieuré du Puy qui à son tour relevait du grand prieuré de Provence siégeant à Montpellier. Ils demeurèrent au Puy de 1170 à 1311. Ils étaient fort riches, beaucoup de seigneurs leur faisaient des donations, Pons de Polignac leur fit don du mas de Chantoin ( 4km de Bains), Armand Portefaix donna sa part de la forêt de Mirmande, Jacques Chazeaux ses droits sur le mas de Chazeaux ... certains seigneurs qui désiraient se faire enterrer dans leur cimetière firent des dons d'argent, d'autres itou pour racheter leuTempliers du Puyr faute, les biens des templiers devinrent si considérables qu'on les évalua 3 fois plus importants que ceux des Chevaliers hospitaliers de St Jean de Jérusalem, autre ordre né à peu près à la même époque plus connu sous le nom d'Ordre de Malte. Entre Saint Jean Lachalm et au delà de Bains, beaucoup de terres leur appartenaient et l'on trouve plusieurs commanderies à Seneujols, Chantoin, Belvezet, La Glutonie, Rossignol. L'immense richesse des templiers, leur pouvoir grandissant suscita l'envie de certains, le vif agacement royal, leur principale raison d'être, défense des lieux saints tomba avec la chute de St Jean d'Acre dernière forteresse de la Chrétienté en 1291. En Septembre 1307 un guet-apens fut fomenté par Guillaume de Nogaret, garde du sceau, sous Philippe Le Bel pour aboutir à la dissolution (après arrestations et procès des Templiers) de l'ordre en 1311. La couronne se servit largement, le reste des biens, notamment les commanderies et prieuré furent donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean 

Sources : Les Carmes et les Templiers du Puy - Albert Chaurand 1944 --Cartulaire des Templiers du Puy en Velay - Augustin Chassaing 1882 

Posté par maison43 à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 décembre 2014

Château de Mercoeur commune de St Privat d'Allier 43

Château de Mercoeur St P d'Allier

A 1000 m d'altitude, au nord de Saint Privat d'Allier, un château fort qui appartenait à une branche de la puissante famille des Mercoeur, lignage qui apparaît comme les Bourbon à la même époque, lignage plus riche que les dits Bourbon mais qui sera moins prestigieux dans son devenir. La famille de Mercoeur originelle s'éteindra en 1321 avec la mort du dernier héritier sans descendance Beraud X. Les biens des Mercoeur passeront au petit fils d'Alixent de Mercoeur sa tante et de son troisième époux Robert III de Clermont. Cette Alixent même, Dame de St Privat d'Allier  qui se fera construire le château de Mercoeur par son père Béraud VII de Mercoeur sur les ruines d'un château construit au XI siècle.Château de Mercoeur

L'héritier prendra le nom de Beraud Ier dauphin d'Auvergne, Comte de Clermont, sire de Mercoeur. Le nom de Mercoeur apparaît pour la première fois en 911 dans une donation faite au chapitre de Brioude émanant d'Ithier II de Mercoeur, nom que l'on peut rapprocher d'un Itier (sans h) installé par Charlemagne en Auvergne en 778, mais aucun document ne le confirme. Bon je reconnais que cela donne un peu mal à la tête, ces histoires de famille; selon les auteurs, il peut y avoir des différences. Le fils d'Ithier II,  Béraud I dit Le Grand (939-980, mais les dates divergent) eut ribambelle d'enfants dont Saint Odilon abbé de Cluny né vers 962 à Saint Cirgues en Haute Loire; on retrouve en ce lieu un premier château à un Mercoeur situé à 14 km de Brioude en Haute Loire, ainsi qu'un second château construit dans le puy de Dôme en Ardes à 30 km de Brioude, démoli sous le règne de Louis XIII dont il ne reste qu'un pan de mur nommé le doigt de Mercoeur. Les terres des Mercoeur étaient alors entre Brivadois et Cantal.Mercoeur 3

Revenons au château du Mercoeur près de Saint Privat d'Allier, qui était alors possession comme les châteaux de Saint Didier d'Allier et de Rochegude d'une branche de la famille de Mercoeur : Alixent de Mercoeur 1245-1286 qui épousa en premières noces Pons de Montlaur en 1257 fit construire cette forteresse, qui permettait d'avoir vue sur Saint Privat et sur St Didier. Lorsque la branche Mercoeur s'éteignit en 1321, les Montlaur en devinrent les seigneurs puis cédèrent en 1390  le château de Mercoeur aux Du Saunier qui conservèrent le château jusqu'en 1764 où par alliance, le propriétaire fut Jean Martin de Matussières. Le château brûla lors de la guerre de Cent Ans, fut fortifié en 1439, puis en 1764, un petit corps de logis de style Louis XVI fut construit, arrêté par la révolution. En 1846 une descendante épousa le comte de Miramon Fargues.

Mercoeur

Depuis 1914, le château n'est plus habité, le logement ancien s'effondre, restent les tours en ruine et le bâtiment du XVIII.

Sources : Châteaux de Haute-Loire - Edition Watel, Histoire de l'Auvergne des origines à nos jours - Pierre Charbonnier, Internet.

 

Posté par maison43 à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2014

Le rocher Corneille et sa Dame de fonte - Le Puy en Vélay

Gravure d'Etienne Martellange Le PUY 1607

On nommait alors le rocher Corneille le mont Anis, on nommait alors Le Puy en Vélay, Anicium. Le nom Podium est également mentionné. C'était au temps des romains qui envahirent la Gaule en 57 avant JC, les vellaves virent donc les romains construire un temple sur leur ancien lieu de culte druidique, les historiens ne sont pas d'accord sur le sujet, je ne transmets (mal) qu'une version et pas forcément la vraie ! donc un sanctuaire aurait célébré un culte impérial (Auguste mort en 14) associé à une divinité locale Adidon dérivée d'Apollon. Lire à ce sujet le site suivant : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rbph_0035-0818_1996_num_74_1_4100 

Au IIIè siècle, une matrone gallo romaine aurait été guérie des fièvres par la Vierge qui lui aurait demandé de s'allonger sur un ancien dolmen que l'on nomme depuis Pierre des fièvres. Je vous préviens, cela ne marche pas pour tout, cette histoire de guérison !!!été 2010

la Vierge exprima alors son souhait de voir ériger une église sur le mont Anis. Entre 415 et 430 ce sera fait. Le Puy devient évêché en 593. En 950 l'évêque Godescalc est le premier pèlerin du chemin de Saint Jacques, les pèlerins suivront en nombre, le Puy deviendra un lieu protégé par les papes et les rois. De nombreux conciles seront tenus. La cathédrale actuelle sera construite fin XI - XII siècle. Le culte marial prendra de plus en plus d'importance.

Le rocher Corneille qui est sur le mont Anis est un neck, une ancienne cheminée volcanique haute de 130 mètres. Il y aurait eu sur ce roc une petite tour de guet qui protégeait la ville, d'où l'on donnait l'alerte en sonnant du cor, Corneille serait dérivé du mot cornille (sonner du cor en vieux français).le puyLe Puy en Velay gravure de Meunier   C'est en 1850 que germa l'idée de rendre honneur à la Vierge en construisant une statue monumentale sur le roc Corneille.Virgin 10

En 1853 un concours réunit 53 artistes et c'est la maquette de Jean Marie Bonnassieux qui fut retenue. Une souscription nationale fut lancée, insuffisante, on y remédia en fondant les 213 canons russes que l'armée française sous les ordres du général Pelissier s'empara lors du siège de Sébastopol durant la guerre de Crimée sous Napoléon III.

vierge3

Elle mesure 16 mètres, 22 mètres avec le piédestal.

Belle plante, cette Dame là, une chevelure de 7 mètresVIRGIN2

 un pied d'un mètre 90, une main de 1 mètre 56

Vierge

 elle pèse 110 tonnes.

VIRGIN'Vierge belle, de soleil vêtue et couronnée d'étoiles'

Attribué à Pétrarque.

Les photos sont faites par Oriane L.

Je l'en remercie.

 

    

Posté par maison43 à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 octobre 2014

Les falaises de BLOT en Haute Loire

Blot 2

Elle me ressemble un peu cette femme, brune, de type protomagdalénien ou gravettien final  une des phases du paléolithique supérieur,  vers 20 000 ans avant JC, le teint foncé, sensiblement de ma taille, musclée, surprise autant que moi, faut dire que sa robe en peau de bête (de loup et de renard) jure avec ma tenue de marcheuse, faut dire que son silex (pointe de la gravette)pointe-gravettien

jure aussi avec mon bâton de marche, faut dire aussi que son charabia un peu guttural (langue préhistorique) ne trouve pas d'écho en ma langue pourtant simplifiée 'vous d'ici ?' Cela a pour effet quand même de la faire rire, un rire particulier où elle se trémousse faisant cliqueter ses pendeloques en ivoire. Après un échange amical de nos armes respectives, elle m'emmène au pied de la falaise impressionnante (Falaise du Blot commune de Cerzat en Haute Loire) 30m de hauteur sur 300m de long, une vaste falaise basaltique qui domine l'BlotAllier à une centaine de mètres de là, où un abri sous roche fermé par des branchages offre un habitat inattendu. Plusieurs huttes d'où sortent des enfants, et des êtres vêtus comme ma brune préhistorique. Il fait nettement plus froid, tout à coup, et mon gilet semble bien ridicule face aux peaux de bêtes qui tapissent les huttes. Des burins, perçoirs, becs, racloirs jonchent le sol, des microgravettes sont nettoyées par des chasseurs. Les femmes font cuire du poisson et des légumineuses. Des chiens viennent me renifler. Je suis conviée à leur repas.

-José, tu rêves ?

Heu, oui, c'est bizarre, il y avait là du monde, un petit clan d'hommes et de femmes, et il n'y a plus rien, que des tôles ... qui protègent le site archéologique.Pressoir à raisin

Et venus à pied de Saint Ilpize à travers des sentiers mal entretenus ou disparus dans les champs, nous quittons le site pour retourner d'où nous venons, nous admirons au passage un pressoir dans un petit village Josan. 

 Balade de 9km non balisée à travers champs parfois, agréable nonobstant quelques montées difficiles au soleil brûlant ! 

Balade des Falaises du Blot

La culture protomagdalénienne est connue en France dans le Sud-Ouest. L'isolement géographique du site du Blot demeure une énigme. Ce site fut découvert par un agriculteur en 1934. 

Blot

  

Posté par maison43 à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,