13 octobre 2018

Joan Miró 1893-1983

Miró Autoportrait 1919

Farouche catalan, Miró aime aussi la France. Pas incompatible me direz vous, il y en a d'autres. Mystérieux il se livre peu et ses toiles révèlent de lui peu de choses d'emblée. Touche à tout mais inclassable ce peintre s'inspire des divers mouvements picturaux de son époque mais y met sa patte particulière originale

Miró Nu debout 1918

stylisant déjà les formes avec un sens inné du détail, une harmonie très recherchée dans la composition très sophistiquée de ses tableauxMiró La Ferme 1921-1922

Miró La Fermière 1922-193

Miró Le Cheval La pipe et la Fleur rouge 1920

Un père orfèvre, un beau père ébéniste, voilà d'où viennent peut être son opiniâtreté à trouver un style où une certaine technicité toujours à approfondir fut un but constant à surpasser toujours.Miró Le lièvre 1927

Miró Le cheval de cirque 1928

Son père fut hostile un bref temps à son désir de peindre. sa convalescence (suite à une dépression) à Montroig dans une ferme achetée par son père lui inspirera quelques années plus tard le tableau La Ferme, c'est un inventaire des choses qu'il aime traiter encore sous une forme figurative comme l'oiseau, l'échelle, la femme, les lettres, le soleil, ces thèmes là il les re-visitera plus tard à sa manière entre un surréalisme et une abstraction très personnels parfois simplifiés à l'extrême non sans une certaine ironieMiiró Carnaval d'Arlequin 1924-1925

Miró Intérieur hollansais 1928

En 1920 il viendra travailler à Paris tous les hivers. Il y rencontre les peintres et poètes André Masson, André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, Michel Leiris, Robert Desnos, Antonin Artaud, Max Ernst, Arp cette période enflamma son imagination où il prit grand plaisir à orchestrer, avec beaucoup de poésie et de fantasque dans certaines de ses oeuvres, une sorte de rébus en dessins qu'il nous faut détailler. Les êtres, les bêtes, les astres, le mouvement même sont symbolisé par des signes, le tout toujours dans une vision rythmée de l'ensemble qu'il faut prendre le temps de regarder pour bien déchiffrer-Miró Femmes encerclées par le vol d'un oiseau 1941

Miró Peinrure Escargot femme fleur étoile 1934

Miró peinture Oiseaux et insectes 1938

Seins, soleils, yeux, poissons spermatozoïdes, animaux minuscules plus ou moins monstrueux, petites flammèches parfois auréolées de poils ou suivis de pointillés, petites formes indéfinies, petits sexes féminins rouges signes de fécondité ou noirs qui deviennent alors méchantes araignées, échelles à emprunter pour nous éloigner du monde matériel et rejoindre le spirituel, tout se mêle sans s'emmêler 

Miró Sans titre Soirée snob chez la princesse 1946

Miró Personnages et oiseaux en fête pour la nuit qui approche 1968

 Dans les 20 dernières années de sa vie, Miro ira vers une peinture plus minimalisteMiró Femme devant le soleil 1974

Miró Bleu 1961

tout en trouvant une autre forme d'expression dans la sculpture où il prendra un malin plaisirMiró Femme 1969

Ses toiles brûlées s'opposent à ses grands triptyques quasi monochromes, et prouvent que jusqu'au bout de sa vie, il aura joué aussi avec le regardeur en le surprenant toujours. Dense cette exposition au Grand Palais jusqu'au 4 Février 2019. Miró Toile brûlée 1973

 

Posté par maison43 à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


30 septembre 2018

Elise Rieuf 1897-1990 - Musée à Massiac

Elise Rieuf autoportrait huile

Native de Massiac dans le Cantal, Elise Rieuf née en 1897 a eu une vie peu commune, peintre, voyageuse, femme émancipée et libre de mener sa vie comme elle le souhaitait.

Elise Rieuf Marie Malaval pastel

Issue d'une famille aisée, père ingénieur des Travaux publics, oncles maternels, l'un ingénieur des Ports et Phares d'Egypte, l'autre agrégé de Mathématiques

Elise Rieuf La femme au châle 1983 lavis

Élise montre un don pour dessiner de bonne heure. Après l'Ecole des Beaux Arts de Clermont Ferrand elle part à Paris préparer le professorat de dessin. Elle rencontre Marguerite Jeanne Carpentier dont elle devient une habituée de son atelier, elle côtoie alors les modèles Isadora Ducan, Loïe Fuller, les sculpteurs Albert Bartholomé, François Pompon, Jean Escoula et des jeunes femmes peintres avec lesquelles elle forme le Groupe d'Auteuil, on note aussi quelques jeunes gens d'après les écrits d'Élise Rieuf. En 1923 son diplôme obtenu, Élise part 1 an au lycée français de Dusseldorf puis à Agen. Lors de ses séjours en Auvergne, elle rencontre Paul Veysseyre un architecte qui s'est fait un nom en Chine, elle l'épouse et part en Chine avec lui en 1927

Elise Rieuf La petite chinoise huile

Elise Rieuf Mère et enfant pastel

De cette union assez courte, elle en fera un roman 'Sur les eaux chinoises' paru en 1957. Élise n'est pas faite pour s'occuper d'un intérieur fut il pourvu de domestiques, elle préfère dessiner et peindre encore et toujours.Elle aime enseigner son art, elle crée un cours de dessin, elle se fait un nom en tant que portraitiste, mais son mari s'y oppose un peu, beaucoup. Élise retourne seule en France en 1930. Elle mettra 3 ans pour se séparer définitivement de ce mari aimé mais trop conformiste pour elle, elle choisira la liberté, son professorat pour la faire vivre, ses voyages à l'étranger  en Norvège, Hollande, Angleterre, Italie, Espagne

Elise Rieuf conversation dans la neige huile

Elise Rieuf Venise et Saint Marc huile

Elise Rieuf Arbres aux troncs jumeaux

et par dessus tout sa passion de la peinture et sa région natale où elle voit sa proche famille. Elle écrit aussi, un ouvrage sur son art 'La leçon des Maîtres'. Elle se retire à Aix-en-Provence, elle passe ses dernières années à Massiac en maison de retraite où jusqu'au bout, elle se voue à ses passions, écriture, lecture, dessin et peinture.

Elise Rieuf Tanie tricotant

Elle lègue à son neveu son oeuvre, qui fait don à la ville de Massiac de 178 de ses toiles.

Posté par maison43 à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2018

L'Atelier des Lumières - rue Saint Maur - Paris

Les Baux de Provence ont leurs Carrières de lumière, espace vaste où l'on peut se promener immergés dans des tableaux projetés numériquement sur les murs sous fond sonore de musique, espace géré par un organisme culturel privé Culturespaces qui assure aussi la gestion du musée Jacquemard André et du musée Maillol entre autres lieux situés en province.Atelier

Paris a depuis peu son Atelier de Lumières qui offre les mêmes prestations, en plus réduit, que les carrières de lumières. Il serait vain de vouloir comparer cet espace à un musée traditionnel, les 2 formules ont chacune leur intérêt propre, l'une plus contemporaine grâce à l'image mais plus superficielle sans doute, l'autre muséale moins festive, moins ludique, mais qui apporte forcément plus de connaissance sur le peintre.Atelier des Lumières aujourd'hui

L'une ne dispense pas de l'autre, chacun fait ce qu'il veut. Cet atelier est une ancienne fonderiefonderie

dite du Chemin Vert créée en 1835 par la famille Plichon, elle fabriquait des pièces en fonte pour la Marine et les Chemins de fer, en 1933 la fonderie ferme et est vendue à la famille Martin qui loue ses locaux à une entreprise spécialisée dans la fabrication et la vente de machines-outils, cette entreprise déménage en 2000. Le président de Culturespaces découvre le lieu et a l'idée de louer ces locaux pour créer l'Atelier des Lumières.Atelier 2

Klimt, Schiele, Hundertwasseur 1928-2000 Atelier - Hundertwasser

peintre et architecte viennois inaugurent ce nouveau lieu d'expositions.

Posté par maison43 à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 juillet 2018

Foujita 1886-1968

Foujita Auto portrait 1910

Rare, une exposition des toiles de Foujita, il y a ainsi une multitude de peintres qu'on voit peu, même à Paris, le musée Maillol répare un peu cet oubli en mettant en valeur uniquement le peintre des années folles, les années Montparnasse qui débutèrent vers 1900 avec un Pic après guerre où la Ruche abrita Chagall, Soutine, Laurencin, Brancusi, Léger, quand d'autres artistes comme Modigliani (dont il s'inspirera un bref temps)

Foujita Le baiser de l'oiseau 1917

  Utrillo ( qu'il copiera aussi un peu)

Foujita Montmartre Place du tertre sous la neige 1913

et  Picasso se retrouvaient dans les cafés à la mode comme la Coupole, le Dôme ou le Select où brillaient aussi les intellectuels fêtards comme Apollinaire, Hemingway, Desnos, Prévert, Artaud etc ... Oublier les femmes serait une erreur, des modèles célèbres comme Kiki de Montparnasse

Foujita Nu allongé 1922

 Youki, Fernande passaient à tour de rôle dans leur vie. Foujita arrivé en 1913 de son Japon se mêla rapidement à cette communauté artistique dont il fut un ardent adepte. Fils d'un général, médecin de l'armée impériale, il est plutôt nanti, Foujita, et connaît assez rapidement le succès avec ses toiles dont le style franco-japonais plaît bien

Foujitas Panneaux 1927-1929

Foujita Grande composition et comats 1928

Foujita détail

une première épouse Fernande Barrey peintre modèle qui liera amitié avec Jeanne Hébuterne , une nouvelle épouse Lucie Badoud dite Youki tout aussi belle que la précédente qui le quittera pour Robert Desnos, Youki qu'il peindra ou dessinera nue, délicate dans un style épuré et précieux à la fois

Foujita Nu YOUKI 1927

Foujita Portrait de Youki assoupie 1926

il mène alors une vie débridée entre amours diverses, dépenses luxueuses et moults fêtes où il s'encanaille un brin

Foujita Le salon à Montparnasse 1930

Foujita Trois femmes 1930

 un redressement fiscal en 1928 l'amène à changer de vie. On le retrouve en 1931 en Amérique du Sud avec une nouvelle compagne Madeleine Lequeux plus fragile que les précédentes

Foujita Le Mexique détail

Foujita Le Mexique 1933

de retour en 1933 à Tokyo où il se renfloue, ses toiles ayant toujours autant d'amateurs. Madeleine meurt 3 ans plus tard, il rencontre celle qui sera sa dernière épouse Kimiyo Horiuchi. En 1938, il se rend en Chine et commence une carrière de peintre de guerre qu'il poursuivra de 39 à 45 pour le compte de l'armée impériale japonaise. En 1949, il partira pour New York assurer la promotion de son art qui se vend toujours aussi bien. En 1950, Foujita retourne à Paris, le succès toujours là, le peintre âgé de 64 ans a besoin de trouver la sérénité, il devient français en 1955 puis se fait baptiser ainsi que sa femme en 1959. En 1960 il achète une maison à Villiers-Le-Bâcle en Essonne que l'on peut visiter aujourd'hui, son dernier grand chantier de 65 à 66 sera la décoration de la Chapelle Notre Dame de la Paix à Reims. Il meurt d'un cancer en 1968. La dernière toile de Foujita de cette exposition consacrée à ses folles années date de 1940, il se représente enfant habillé en soldat, teintes brunes pour une période où il peindra la guerre. Si une autre rencontre avec Foujita a lieu, j'y reviendrai. En attendant voici un site pour se renseigner sur la riche vie et l'oeuvre de ce peintre. Ce peintre eut plusieurs vies, chacune bien remplié d'évènements, de femmes, de peintures et de costumes différents.

Foujita Foujita 7 ans 1940

Foujita Auto portrait 1921

 

 ttp://www.fondation-foujita.org/wp-content/uploads/sites/8/2016/06/Foujita-Monumental-Enfer-et-Paradis-MARS-2010-DP.pdf

Posté par maison43 à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juin 2018

Armand Point 1861-1932

Armand Point Halte de chameliers au point d'eau 1890

Ce peintre peu connu, rencontré au musée de Murol est né à Alger en 1861 qu'il quitte à l'âge de 9 ans, il connaîtra après de courtes études en France, un franc succès, de retour en Algerie, où il peindra un grand nombre de peintures orientalistesArmand Point Campagne de Tunisie

Il se partagera ensuite entre son atelier parisien et Samois où il s'orientera vers le symbolisme

Armand Point Légende dorée 1897

pour ensuite vivre 40 ans de sa vie à Bourron Marlotte en Seine et Marne où il créera une colonie d'artistes travaillant dans un atelier nommé Haute Claire où une multitude d'artistes français et étrangers se mêleront dans divers arts comme émaux, sculptures, poteries, joailleries, broderies etc ... activité qui ne l'empêchera ni de peindre, ni de voyager souvent en Italie dont il admire les peintres de la Renaissance.Armand Point 2Ami du peintre Mario Perouse, ce dernier lui fera connaître Murol et son école de peintres dont bien sûr l'abbé Boudal. Il y séjournera  les hivers de 1919, 1921, 1923 et 1924 et produira alors quelques paysages qui dénotent drôlement de ses peintures précédentes. L'une est fort traditionnelle et l'autre m'évoque le style du groupe des 7 peintres canadiens, peintres qui peignaient des paysages magnifiés en opposition aux paysages plus classiques. 

Armand Point Le Château de Murol en hiver 1924

Armand Point Vallée de CHAUDEFOUR 1923

Une sacrée personnalité cet homme, qui s'entoura toujours de fort jolies femmes qui lui servirent de modèles entre autres Hélène Lindet Berthelot.

Armand Point Portrait d'Hélène Lindet

Borghild Arnesen 1872-1950 artiste norvégienne, Helga Weeke Obsfelder veuve d'un poète danois qui était chanteuse, qu'il l'épousera en 1899

Armand Point 3

 elle le quittera quelques années plus tard. Un autre modèle Gisèle Gouverneur

Armand Point Gisèle Gouverneur vers 1929

autre jeune femme en fleurs l'accompagnera ses dernières années notamment dans ses séjours en Auvergne, elle mourra prématurément et sera enterrée à Bourron Marlotte dans un caveau où il la rejoindra en 1932.

Ce peintre peu connu dans l'ensemble marqua certainement son époque sans réussir peut être à trouver un style qui le distingue vraiment des autres, ce qui n'enlève rien à son talent de dessinateur et de peintre.  Deux sites où puiser d'autres renseignements si le coeur vous en dit. 

http://www.memoireafriquedunord.net/biog/biog11

http://www.apophtegme.com/ALBUM/artistes-hauteclaire.htm_Point.htm

 

Posté par maison43 à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 juin 2018

Frantisek Kupka 1871-1957

Kupka Autoportrait 1910

Bien que je le connaissais fort peu, j'ai été fortement attirée par ce peintre tchèque qui a vécu en France de 1896 à sa mort. Un réel talent aussi bien dans le dessinKupka L'argent 1899

que dans les couleurs

Kupka La forme du jaune (Notre Dame) 1911

un  certain mystère chez cet homme qui me permet de mener une enquête sur sa vie, ses goûts, ses dégoûts. Je ne dissocie jamais l'homme du peintre, et ce que l'homme tait, le peintre le dévoile un peu. Né en Tchécoslovaquie en 1871, il suit de fort loin ses études et travaille adolescent comme apprenti sellier. On le dit déjà doué pour le dessin, à 16 ans il est broyeur de couleurs dans un atelier de peinture, il suit l'académie des Beaux Arts de Prague puis celle de Vienne, il est médium à ses heures, autodidacte, il se passionne pour la littérature, la philosophie et les Sciences

Kupka Traits, plans et profondeur 1920-22

 A cette époque il concourt pour l'inévitable prix de Rome qu'il rate mais il commence ainsi à se faire connaître. En 1894, il rencontre une blonde danoise Maria Bruhn qui le suivra à Paris et qui styliste dans des magasins lui apportera du travail de dessin. En 1896 ils habitent Boulevard Rochechouard

Kupka Io La vache 1910

Kupka Le gout de Gallien ou La chanteuse de cabaret 1909

Kupka Période des gigolettes vers 1909-1910

 

 il fréquente les cabarets et leurs artistes  il rencontre Aristide Bruant qui le logera un temps d'ailleurs. Marie meurt en 1898, une nouvelle compagne Gabrielle apparaît. Il représente en 1901 ses deux premiers amours dans un tableau qu'il nomme La Ballade puis les Joies pour prendre en 1946 le nom d'Epona-Ballade. Les joiesKupka Epona-Ballade

Plusieurs interprétations de ce tableau, Hymne au soleil, référence à Epona déesse protectrice des chevaux, utilisation du symbole du désir que peut représenter le cheval, en tous cas, un humour assez décapant je trouve pour cette toile au dessin caricatural. Nous sommes en 1902, il travaille dans le journal satirique L'assiette au beurre. Ses illustrations nombreuses lui permettent de bien gagner sa vie. Il rencontre Jacques Villon, frère de Marcel Duchamps.Kupka Portrait du musicien G Follot 1910-1911

Kupka La Foire (Contredanse) 1921-1922

 Assez renfermé et silencieux il est en proie parfois à une profonde inquiétude métaphysiqueKupka Le trait obsédant 1913-23

il est très soucieux de sa santé physique, plus tard, il aimera faire sa gymnastique nu dans son jardin savourant les impressions sensorielles que lui procure la nature, il se dit lui même' le corps pénétré de lumières et de parfums. Il aime la musique classique qu'il écoutera toujours quand il peindra.

Kupka Les touches de piano Lelac 1909

 La peinture de Kupka sera toujours empreinte d'une sensualité certaine même dans son abstraction où la géométrie sera dansante, les formes rondes et pleines s'entremêleront, où le mouvement se fera voluptueuxKupka Conte de pistils et d'étamines 1919-1920

 mais j'anticipe. En 1904, il rencontre sa future épouse Eugénie StraubKupka Portrait de madame Kupka 1905-1909

Kupka Plans par couleurs, Grand Nu 1909-1910

Kupka Madame Kupka dans les verticales 1910-1911

qui a une fille Andrée qu'il peindra aussi

Kupka La petite fille au ballon 1908

Kupka L'eau et la baigneuse 1906-1909

 En 1906, il s'installe à Puteaux et a pour voisin encore Jacques Villon. Toujours en recherche d'experiences, il peint comme un musicien compose, il calcule, mesure, géométrise, verticalise, produit plusieurs études de ses tableaux, il étudie le mouvement, musicalise sa peinture, parallèlement il analyse les couleurs pures avec sa série Disques  à la manière d'un Delaunay.

Kupka Disques de Newton 1912

 Dans ses abstractions, il y aura toujours de l'émotion, rares sont ses toiles qui restent muettes. Il sera ami avec les 3 frères Villon, Alfons Mucha, il fréquenta de très loin Delaunay, rencontrera le peintre Théo van Doesburg il sera pianiste modérément à ses heures. Et puis chez ce sensuel introverti, des pauses notamment dans ses plans verticaux, il se promène alors dans les bois où il voit mieux la sérénité des verticales

Kupka Ordonnance sur verticales

recherche de la lumière, besoin de simplicité qui mènent à la lumière contrastée des cathédrales gothiques apaisantes

Kupka La Cathédrale 1912-1913

 une dualité récurrente chez Kupka qui semble osciller en permanence entre une coexistence de la figuration et de l'abstraction et une abstraction totale que l'on retrouve dans ses peintures après un passage dans une série que l'on peut qualifier de machinisme de 1925 à 1935 à la manière d'un Léger ou des constructivistes russes. Il se dit alors inspiré par les machines et le jazz

Kupka Machinisme 1927-1929

sans oublier la peinture conventionnelle de ses débuts (selon sa propre expression) mais malicieuse.

Kupka Le B libliomane 1897

 il peut tout faire Kupka. Longtemps solitaire il collaborera à la naissance du groupe Abstraction Création.

Kupka Peinture abstraite 1930

Kupka Trois bleus et trois rouges 1957

 En 1914 il s'engage dans la légion, en 1915 il est évacué pour raisons de santé. il est nommé président de la colonie tchèque de Paris, il devient en 1922 professeur à Paris chargé des étudiants boursiers tchèques, il n'oublie jamais son origine. En 1930 il détruit lors d'une période de dépression certaines de ses oeuvres, durant la seconde guerre mondiale, il se réfugie à Beaugency dans la maison paternelle de son épouse. Il meurt en 1957. L'un de ses derniers tableaux où couleur chaude et couleur froide se rencontrent, le dernier trait vertical bleu solitaire, équilibre et harmonie sereine d'une vie accomplie qui s'achève.    

Posté par maison43 à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2018

André Hebuterne 1894-1992

André Hebuterne La cathédrale de Meaux

Ce peintre meldois (natif de Meaux) est le frère de Jeanne Hebuterne, la dernière compagne de Modigliani. Peintre paysagiste dont le maître fut Paul Serusier, il aura un atelier à Paris. il se fera spécialiste des vues algériennes où il résidera de longs moments, il vivra aussi quelques années en Corse. Peintre aux couleurs acidulées, il laissera des oeuvres fort honnêtes qu'il vendit semble t'il tout au long de sa vie sans soucis.André Hebuterne La Marne vue du quai Jacques Prévert 1946

Il épousa une fille du peintre Georges Dorignac (1879-1925) qu'il suivra dans quelques uns de ses voyages. Il se retirera dans sa ville natale et mourra à Paris âgé de 98 ans, le musée Bossuet de Meaux détient quelques unes de ses toiles.André Hebuterne Le marché de Meaux

 

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2018

Paul Joseph Barian peintre 1875-1942

Barian Le Manchot

Au musée Bossuet situé dans le palais épiscopal de Meaux, une exposition sur un peintre né à la Ferté Gaucher à la fin du 19è siècle. Paul Barian est né en 1875, après des études secondaires au collège de Meaux, boursier, il suit les Beaux Arts à Paris et a pour maîtres Jean-Léon Gérôme et Alexandre Leleu.Paul Barian L'homme à la pelisse

Parallèlement à une carrière de professeur de dessin, il peindra des tableaux dans un style naturaliste qu'il exposera régulièrement au salon des artistes français. Peintre de scènes de genre, de paysages et de scènes animalières, il se spécialisera dans des portraits de gens humblesBarian La vieille femme au marché

il terminera sa carrière comme Directeur de l'école des arts décoratifs de Roubaix. A la fin de sa vie, il retournera sur sa terre natale et habitera à Meaux, où il lèguera au musée Bossuet une petite partie de ses oeuvresBarian Le vieux briard assis

 Ces toiles sont peintes durant l'occupation.

Barian Le vieux peintre

Barian Le gavage des oies

Il meurt à Meaux en 1942. Cette exposition est visible durant tout le mois d'Avril.

je reviendrai sur ce musée Bossuet fort agréable.

Posté par maison43 à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mars 2018

Le MoMa à Paris

A défaut donc d'aller à New York, on a pu avoir une pâle idée de ce que ce musée newyorkais possède. La fondation Vuitton en fut l'écrin jusqu'au 5 Mars dernier. Des peintres, comme Picasso, Matisse, Cezanne, Picabia, Magritte, je n'en mentionnerai aucun, traitant ces sujets assez souvent au gré de mes balades muséales nombreuses, je vais plutôt évoquer ceux qui me sont inconnus. Max Beckmann 1884-1950 peintre allemand associé au mouvement 'Neue Sachlichkeit' en français 'Nouvelle objectivité'(1918-1933), mouvement qui suit celui de l'expressionnisme (1900-1925), c'est dire qu'il n'a rien de serein et d'optimiste, faut dire que l'époque fort cruelle ne s'y prête pas non plus, l'un des plus connus du dit mouvement étant Otto Dix 1891-1969).  Le passé d'infirmier de Max Beckmann durant la première guerre mondiale ne lui a rien épargné des atrocités de la guerre, loin de se limiter à ne dépeindre que la douleur et la mort, il dit préférer, les années qui suivent cette guerre, trouver les traces de beauté qui résident dans la souffrance qui amène l'homme à résister et à supporter son destin. A partir de 1930, il abandonne l'utopie d'un monde où l'homme arrive à vaincre toujours du mal et il lui refuse le pouvoir de diriger sa destinée.Max Beckmann Le Départ 1932-1935

L'oeuvre présentée est un triptyque 'Le Départ' peint de 1932 à 1935, le peintre fait réference dans les deux panneaux latéraux au climat de violence extrême dans son pays lié à l'ascencion du nazisme et d'Hitler qui sera nommé chancelier en 1933, le panneau central lui représente l'avenir possible avec un nouveau départ. Le premier panneau montre donc un bourreau, homme ordinaire, qui torture un autre homme, en attendant de violer une femme, reflet exact de toute guerre en somme, mais Beckmann dénonce aussi la passivité du peuple allemand face au nazisme. Dans le panneau du milieu qui correspond à l'exil du peintre, un enfant roi peut à nouveau croire en l'avenir sous la protection de ses parents, mais dans le dernier panneau cet exil prometteur est un leurre où l'exilé a perdu dans ce pays qui n'est pas le sien toute possibilité de liberté. Pour se changer les idées passons à  Willem de Kooning 1904-1997Willem de Kooning Femme I 1950-1952

peintre néerlandais naturalisé américain avec son' Woman I', bien qu'il refuse toute tentative d'être catalogué, il est rattaché à l'expressionnisme abstrait.Jackson Pollock La Louve 1943

Un Jackson Pollock 1912-1956 avant la technique du dripping avec La Louve peinte en 1943Andy Warhol Boîtes de soupe Campbell 1962

 Les boîtes de soupes Campbell de Wandy Wahrol 1928-1987 peintes manuellement et pour finir un Jasper Johns 1930Jasper Johns Carte 1961

à l'origine du Pop Art extremement ludique et personnel dans ses oeuvres. Ah et puis une artiste originale que j'aime bien déjà citée plusieurs fois dans mon blog Yayoi Kusama 1929Yayoi Kusama Accumulation No 1 1962

qui prouve une fois de plus son humour un peu caustique qui m'amuse beaucoup, ici un fauteuil où prolifèrent en pagaille des phallus, représentation d'un monde où le machisme a encore de beaux jours devant lui.          

Posté par maison43 à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2018

André Derain au musée d'Art moderne 1880-1954 et aussi au Centre Pompidou

Ils sont peintres, contemporains et se rencontrent en 1930. André Derain 1880-1954 a 44 ans, Balthus 1908-2001 a 22 ans, Alberto Giacometti 1901-1966 a 29 ans.  Une amitié les liera, et semble justifier l'exposition consacrée à ces trois peintres au musée d'Art Moderne. Je préfère les dissocier et me contenter de leur seule production sans songer à leur trouver d'enventuels points communs en dehors de l'amitié qui les réunit.

En premier, ce sera donc l'ainé des trois, André DerainDerain Autoportrait à la pipe 1913-1914

né en 1880 à Chatou où l'ombre de Renoir entre autres impressionnistes rode encore pour les plus âgés dont je commence à êtreDerain 1899 Bords de Seine à Chatou

Ce n'est pas un heureux de vivre Derain, plutôt un cafardeux avec une vie où il sembla souvent être dans l'insatisfaction notamment dans son désir de renouveler la Peinture, et pourtant on lui reconnaît une grande culture, un vif intérêt pour ce monde en métamorphose technologique et scientifique constante, mais il se veut novateur Derain, il y arrive d'ailleurs et puis abandonne au profit d'une autre aventure. Inconstant ou trop perfectionniste ? Léger parfois dans ses actes comme ce voyage en Allemagne en 1941; si il est aisé de comprendre les motivations du Reich avec cette invitation d'artistes français (car il était accompagné de Vlaminck, Van Dongen, Dunoyer de Segonzac, Belmondo et d'autres encore) qui relevait d'une politique de propagande, il est plus litigieux d'interpréter les raisons de ce voyage chez ces artistes, Derain avait un mobile pour l'accepter, il espérait ainsi récupérer sa maison de Chambourcy réquisitionnée par les allemands, bien sûr ce voyage lui portera préjudice, et il en sera affecté d'autant plus qu'il connaitra alors aussi quelques désordres familiaux (en 1939 naissance d'un fils né d'une liaison  avec l'un de ses modèles Raymonde KnaublicheDerain Grand Nu 1935

on peut présumer de la mauvaise réception d'Alice son épouse (rencontrée en 1907) de cet évènement, même si elle finira par l'accepter, Alice, qui parait-il fera payer cher à Derain ses écarts en le tourmentant une fois leur vieillesse venue, elle fera saisir entre autres les comptes de son mari ). Du point de vue pictural, Derain suit sa propre route, on le dit découvreur et dans le fauvismeDerain Le séchage des voiles 1905

et dans le cubisme, mais à sa manière bien à lui quand même.

Derain Les Hauts de Cagnes 1910

Derain Paysage aux environs de Cassis 1907

avec Matisse et Vlaminck pour le fauvisme en premier lieu, puis avec Braque et Picasso il développe un style cubiste qu'il délaissera peu à peu assez rapidement.  Derain Mdame Derain en vert 1907

Derain Fenêtre à Vers 1912

Derain Les deux soeurs détail 1914

Derain Samedi 1913

Derain Portrait de jeune fille 1914

au profit d'une phase réaliste dite gothique ou byzantine  influencée par Ingres, les peintres de la renaissance italienne et l'art africain, où il utilise une palette de couleurs sombres. Et puis la mobilisation de 1914 à 1918 le privera de son art; au retour de cette guerre, il vit socialement une période riche en rencontres, André Breton, Kisling, Utrillo, Braque, il achète un château en 1929 Derain Vue de St Maximin 1930

Derain Aline Derain 1921

Derain Nu devant un rideau vert 1923

et se fait construire un hôtel particulier à Paris, il achète des bugattis et des motos, il est célèbre et riche, il dessine fort bien, sculpte, illustre des livres, réalise des décors de théâtre, croque des costumes, il sait tout faire Derain, hyperactif et partout à la fois et puis en 1935, il se sépare de ses propriétés et se retire à Chambourcy délaissant la vie parisienne, on le boude un peu alors, son voyage en Allemagne le démarque un peu, Derain peint des nus appréciés, des natures mortes noiresDerain Nature morte sur fond noir 1945

où les objets prennent singulièrement vie, tout en légèreté. De 1945 à sa mort en 1954, il passe du sombre avec ses paysages sinistres de 1950 à des natures mortes sobres et colorées. Derain eut un itinéraire atypique, déroutant pour certains, on dira de lui qu'il fut un inventeur qui ne sut pas tirer parti de ses inventions. Je crois simplement que Derain suivit toujours son chemin, loin des routes habituelles, aventurier à sa façon, il se démarqua ainsi de tous.Derain Baigneuses 1908

Derain Cadaquès 1910

Derain La Danse

Derain Vue sur la Tamise 1906-1907

 

 

Posté par maison43 à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :