22 octobre 2017

Bruno Pezon - nom d'artiste - ALKAPLAN

ALKAPLAN La place Caledade

On ne dira jamais assez que la Haute Loire est une région riche en Histoire, géologie, gastronomie et depuis de nombreuses années, prolifique en métiers d'art, notamment en sculpture et peinture. De nombreux artistes résident soit à demeure, soit en villégiature l'été, et la ville du Puy en Vélay expose volontiers les artistes en tous genres, ce qui compense l'ouverture toujours retardée fort mystérieusement du musée Crozatier.ALKAPLAN La place du Plot Le Puy

Cet été, à l'Hôtel du Département le peintre Bruno Pezon au nom d'artiste ALKAPLAN  né en 1967 nous a re-visité à sa manière les lieux connus du Puy en Vélay et de la région.

ALKAPLAN La Chaise Dieu

 

Consulter son site si vous êtes intéressés : http://www.brunopezon.com/website2.1/index.php#mw999

Posté par maison43 à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 octobre 2017

Peter Martensen au Musée d'Art Moderne St Etienne en Loire

Martensen

Ce joyeux drille est né en 1953 au Danemark. Peter Martenson peint l'humanité, celle de masse, celle des moutons de Panurge, celle qui devient irresponsable, celle qui peut tuer, un sourire sur les lèvres.P M

 Alors évidemment ce n'est pas joyeux. Mais pourtant, peu d'émotion ressentie par ces êtres, une indifférence commune à ce qui les entoure. Déjà annihilés, robotisés après un lavage de cerveau ? Mais pas que, d'autres expriment une solitude effrayante, où l'individu est isolé, emmuré dans son isolement.Martensen Peter

 La couleur amène à ces échappés d'asile, patients ou thérapeutes ? une forme d'ironie sur notre situation d'êtres conditionnés par nos vies, oui, on va le dire ainsi.

P Martensen

 Allez, ce n'est pas si grave, nous sommes tous embarqués sur un même bateau, certains arrivent, ouf, à en ébaucher un vague sourire. C'était à St Etienne, et cela se nommait RAVAGE.Martensen P

  

Posté par maison43 à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2017

Flaye artiste peintre

Flaye 4

L'art peut il être un langage universel, accessible à tous, perceptible différemment selon sa culture, sa personnalité,  L'art peut il véhiculer un rapprochement des peuples ? utopie ou réalité possible ? Flaye artiste peintre et plasticien y contribue à sa manière. Le monde, il l'a arpenté, exposant ça et là ses réalisations. Il fait de nous des témoinsFlaye 9

nous raconte son monde à lui où chacun trouve une place. Pour Flaye, les  3 composants de l'être humain : le corps, l'esprit et l'âme se lient en quête d'harmonie épurée de toute entrave, une sorte de voyage initiatique à la recherche de soi, valable aussi bien pour le peintre que pour le regardeur. A nous d'y trouver ce que l'on souhaite rechercher, à moins qu'une image ne s'impose à nous spontanément. Flaye a peint cette toile à la mort de David Bowie.Flaye 10

En ce qui me concerne, elle m'évoque la mort en plein vol de mon petit fils. Ces toiles là sont représentatives de ce qu'il nomme sa troisième époque, celle des 60 ans venus. Quatre thèmes récurrents, l'astre, l'oiseau, la fleur, et le témoin, le monde quoi ! et forcément aussi, l'envers du décor, le chaos ou la lumière qui se mêlent plus ou moins à chaque thème. Moi, je choisis la lumière et le bleu (traquenard) des yeux de ma soeur.Flaye 7

Flaye 8

Je vous conseille d'aller sur le site de Flaye qui expose, soit à Lyon l'hiver dans sa galerie, soit dans un hameau Les Salles situé près de Brignon en Haute-Loire, l'été, dans sa maison qu'il a restaurée. Et puis il y a le Toumis à étudier plus tard pour moi.Flaye Le Toumis

Flaye, c'est comme un livre, dense et un peu mystérieux, un voyage intérieur à faire, on y revient plusieurs fois. Là c'était la première fois en ce qui nous concerne. Site internet : http://flayeart.free.fr/

Posté par maison43 à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 août 2017

Picasso à l'Hôtel-Dieu Le Puy en Velay

Picasso Claude dessinant Françoise et Paloma 1954

Une exposition sur Picasso et la Maternité, avec entre autres la période qui se situe durant son union avec Françoise Gilot 1921

Picasso Les jeux et le lecture 1953

elle sera sa compagne de 1944 à 1953 et la mère de ses deux derniers enfants, Claude né en 1947 et Paloma née en 1949. Sacrée femme d'ailleurs cette Françoise Gilot qui le quittera en l'égratignant un peu dans un livre où elle racontera sa version de l'homme-peintre. Elle refera sa vie, et poursuivra sa carrière de peintre à New York où elle y vit encore.

Françoise Gilot Liberté 1952

 Ce fut certainement la femme la plus indépendante et la plus solaire qu'il rencontra. Les peintures ou dessins de Picasso témoignent d'une maternité heureuse.

A noter une version contemporaine de Guernica, avec une oeuvre où dessin et numérique se mêlent, d'un dessinateur portugais Vasco Gargalo né en 1977.

Vasco Gargalo Alepponica 2016

 Dessinateur, illustrateur, caricaturiste, Gargalo dénonce la guerre civile actuelle en Syrie avec trois personnages publics Barack Obama, Vladimir Poutine et Bashar-el-Assad.  

Exposition en cours à l'Hôtel-Dieu du Puy en Velay jusqu'au 11 Octobre 2017.

Des documents spécifiques pour les enfants rendent cette sortie ludique. 

Posté par maison43 à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 juillet 2017

Au Masculin - Exposition Château-Musée de Nemours

Gustave Dore détail

Dans cette exposition au Château-Musée de Nemours, des peintures et sculptures datant de 1850 à 1914, ayant pour thème l'Homme, dans tous ses États. Quelle meilleure représentation que cette assemblée de moines séniles ou carrément abrutis, où le regard surpris d'un jeune fort beau semble déplorer douloureusement son choix. Nous la devons à Gustave Doré. Toujours dans la verve religieuse, une représentation du Christ au linceul de Jean Jacques Henner 1829-1905 où plus que le divin J-J Henner Le Christ au linceul 1896

 l'humanité de Jésus est mise en valeur par l'absence d'attributs le caractérisant habituellement (croix, couronne d'épines, auréole), il est un mort quasi anonyme. Amusant de constater qu'au contraire le peintre Paul Leroy 1860-1942 élève un simple mendiant aveugle au rang d'un implorant mystiquePaul Leroy Le Mendiant aveugle de l'oasis d'El-Bordj 1890

 tableau qui était d'ailleurs un sujet imposé lors d'un concours. Bien sûr la mythologie reste reine en cette période, toutefois moins idéalisée que le classique habituel qui se réfère à l'antique grec comme le Prométhée enchaîné d'Eugène Brunet 1828-1921, son visage représente plus un homme de la terre, un ouvrier q'un classique visage grecEugène Brunet Prométhée enchaîné

 Il y a du farouche dans le visage de cet homme, je trouve, le poing fermé et sa main levée, on voit qu'il défendra âprement sa vie. Cet homme nu nous amène à la représentation fort répandue du nu masculin, plus réaliste sans doute, moins controversée que la nudité féminine toujours trop érotisable ou au contraire complètement asexuée. Le nu masculin ne prétend à rien d'autre qu'à valoriser une certaine idée de la virilité héroïque, ou simplement réaliste mais toujours sans équivoque possible.Jean Benner

Jean Benner représente le nu classique, héros, mort, représentation peu originale commune à beaucoup de peintures académiques. Ernest Marché lui représente un homme de tous les jours, non idéalisé, bien réel.

Ernest Marché 2

Ernest Marché

 le 19è siècle voit émerger des peintres qui représentent la vie dure des humbles, paysans ou ouvriers, tels Léon Lhermitte 1844-1925

Léon Lhermitte

 avec la Paie des Moissonneurs 1882 qui contraste avec le dessin idyllique et mièvre du retour des champs d'Augustin Mongin 1843-1911

Augustin Mongin Retour des champs

tandis que le faucheur de Léon Chevreuil 1852-1939 rend hommage à la population rurale mais aussi au produit de son travail, ici un champ de blé doré qui tient la vedette autant que le faucheur.

Léon Chevreuil Le faucheur

Charmant musée château de Nemours qui ne déçoit jamais.

Posté par maison43 à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 juillet 2017

Jardins- Exposition- Grand Palais

Fresque de PompeïQuelques pépites dans cette exposition, pour une non-fan de jardinage. Accueillie par une fresque de Pompeï, bon présage pour une fan de ce lieu. Et juste en face Giuseppe PenoneGiuseppe Penone

P7060146

(dont l'arbre à voyelles en bronze du jardin des Tuileries fait la nique aux arbres qui l'entourent) avec, ici, une toile en frottis de feuilles : des couleurs végétales et une chemise en tissu; vingt deux siècles séparent ces deux représentations de la nature, assez bouleversante cette étonnante promixité de l'art antique et de l'art contemporain sous la vigilance amusée d'une petite tulipe en bois créée par l'artiste japonais Yoshihiro Suda né en 1969.Soil library Loire 2017 Koîchi Kurita

Et puis le rappel de notre humaine condition ' tu es poussière et tu retourneras poussière', rappel qui se concrétise par 400 prélèvements de terre effectués le long de la Loire de sa source à l'estuaire, soit du Mont Gerbier de Jonc à la région de Nantes jusqu'à l'Océan Atlantique, prodigieuse diversité des sols qui nourrissent la nature dont nos humaines poussières. Amusant ce besoin de l'Homme de s'approprier cette nature si indépendante, par différents procédés, pour les plus scolaires ce seront des herbiers, pour les plus scientifiques, ce seront des planches de reproduction, pour les artistes des peintures, des papiers découpés, ou des représentations

Louis Marc Antoine de Robillard d'Argentelle 1777-1828

papier

Girolamo Pini 1615 Etude de botanique

en verre, en cire, en porcelaine et pour les riches amateurs en diamant. Qui dit jardin, dit jardinier, en voilà un superbe, réaliste et romantique à la foisEmile Claus Le vieux jardinier 1885

riche des couleurs empruntées à ses fleurs, nous le devons au peintre belge Emile Claus 1849-1924 qui appartiendra au luminisme, mais qui dévoile ici une peinture sociale où l'humble jardinier au regard vifle vieux jardinieraux traits usés de fatigue tranche avec cette probable demeure bourgeoise où il entre les pieds nus. Des photographies bien sûr, belles forcément de la luxuriante beauté des fleurs et des plantesFranz Gertsch Gräser I 1995-1996

et non, ce n'est pas une photographie, mais une peinture d'un peintre suisse Franz Gertsch né en 1930 qui méritera un approfondissement ultérieur de ma part; une petite pépite couleur coquelicot n'est pas inintéressante non plus d'un artiste contemporain né en 1949 Bertrand LavierBertrand Lavier Rouge géranium par Duco&Valentine

qui joue avec nos idées sur l'art, ludique, provocateur, facétieux, diffèrent, j'aime forcément. Et puis papillonner lentement de fleurs en fleursEmil Nolde 1934

Berthe Morisot

Koloman Moser Soucis 1909

Gustave Caillebotte 1893

 se rafraîchir à la source de Jean Michel OthonielGrotta Azzura J-M Othoniel 2017

se poser sur un banc, croiser un Bonnard, un Picasso, un Monet, un Watteau, des peintres qui me sont familiers et dans un dernier élan, s'arrêter une dernière fois devant Lionel Esteve qui nous offre un bouquetPapiers de provence 2016 Lionel Estève

.

Posté par maison43 à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juin 2017

Giuseppe Pellizza da Volpedo 1868-1907

Le Miroir de la Vie Giuseppe Pellizza 1895-1898

Peintre italien né à Volpedo en 1868. Giuseppe Pelliza peint de 1895 à 1898 Le Miroir de la Vie (et ce que fait l'une, les autres le font aussi). Tableau exposé lors de l'exposition 'Au delà des étoiles' à Orsay. Pellizza est l'un des représentants du groupe divisionniste italien ( Néo-impressionnisme  mot apparu en 1886 pour désigner un style qui persiste jusqu'au début du XXe : procédé pictural appelé restrictivement divisionnisme ou pointillisme mis au point par Seurat)  Définition tirée du livre : Les Mouvements dans la Peinture de Patricia Fride-Carrassat et d'Isabelle Marcadé. Vers 1892, Giuseppe retourne dans son village et épouse une fille du pays Théresa, il magnifie alors avec un certain réalisme la nature et les animaux.

Un lien sur Youtube pour le connaître davantage :   https://youtu.be/mMvMNlVP6yw

 

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 juin 2017

Au delà des étoiles - Exposition Musée d'Orsay jusqu'au 25 Juin 1917

Gorges Lacombe La Forêt au sol rouge 1891

De la terre aux étoiles, de l'astre solaire à l'ombre de la nuit, de l'univers à l'humain, la part faite au spirituel est belle et infinie. Vaste exposition avec de nombreux peintres, certains fort connus de moi, d'autres, pas du tout. On est loin de la forêt dense des peintres de l'école de Barbizon qui peignait la nature sur le vif dans une ambiance bucolique, période qui se situe aux alentours de 1830 à 1860; les arbres, quelques années plus tard, servent de décors, à des scènes métaphysiques. Colonnes antiques, bois sacrés stylisés où Christ, bouddhaOdilon Redon Le Bouddah 1906-1907

Gauguin Le Christ au jardin des oliviers 1889

 Marthe Denis jeune épousée à la robe mariale, jeunes vestalesPaul Serusier L'incantation ou Le Bois Sacré 1891

font de ces forêts des nefs symboliques où mythes et religions se confrontent à la destinée humaineMaurice Denis

certains peintres comme Maurice Denis plus mystiques que d'autres. La guerre de 14 détruit les arbres à l'image des hommes et les réunit dans la même désolationA

Le peintre utilise la nature pour exprimer ses émotions les plus vives. Chez le groupe des sept, créé à Torento en 1920, la reproduction de la nature est à la mesure des vastes étendues de leur pays, le Canada. À l’origine, le Groupe des Sept est né de Lawren Stewart Harris 1885-1970Lawren S

 et de James Edward Hervey Mac Donald 1873-1932 il regroupe également Franklin Carmichael, A Y jackson, Frack Johnston, Arthur Lismer, F H Varley.Frédéric Varley Le nuage La montagne rouge 1927-1928

  Un autre peintre Tom Thomson 1877-1917 aurait pu se joindre à ce groupe mais meurt en 1917Tom Thomson Le Vent d'Ouest 1916-1917

 Emily Carr 1871-1945 leur sera associée sans faire partie du groupe officiellement. Ces peintres ont une représentation à la fois plus schématique mais aussi plus stylisée de la nature peinte en un mouvement puissant où l'humain a perdu sa place. Seule Emily CarrEmily Carr Eglise amérindienne 1929

s'inspire de la douceur des peintures primitives des premiers habitants de la Colombie Britannique dont elle est originaire.

Dans une seconde partie, j'évoquerai les Nuits étoilées de Van Gogh à Jansson, pour terminer par les voyages picturaux intersidéraux.

Posté par maison43 à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mai 2017

Olga Khokhlova épouse Picasso au musée Picasso

D'épousesPicasso Olga 1918, Pablo Picasso en eut deux, Olga et Jacqueline. Il se marie pour longtemps, Picasso. 37 ans avec Olga, 12 ans avec Jacqueline, ce n'est pas un homme qui divorce; c'est un homme qui accumule les liaisons, passagères, durables, nombreuses. Un florilège de femmes belles, souvent talentueuses, artistes souvent, autour de ce minotaure

Picasso Le minotaure 1933

qui aime la chair fraîche, dans un ordre chronologique, il y aura : Germaine, Madeleine, Fernande, Eva, Gaby, Marie, Irène, Emilienne, Olga la première épouse

Picasso Portrait d'Olga 1921

qui lui donnera un Paul, Marie Thérèse qui lui donnera une Maya, Dora, Nusch, Françoise qui lui donne un Claude et une Paloma, Geneviève, et la dernière Jacqueline qui ferme la ronde et qu'il épousera à la mort d'Olga en 1955. Voilà pour les officielles. Le musée Picasso, ré-ouvert depuis 2014 propose des expositions thématiques.

Picasso P d'Olga au col de fourrure 1922-1923

 De Mars à début Septembre 2017, le thème choisi est donc Olga, connue en 1917, danseuse étoile des Ballets Russes, épousée en 1918, il cessera de l'aimer passionnément vers 1920

Picasso Olga pensive 1923

 il aimera alors, déjà un peu éloigné, la mère qu'elle est devenue en 1921

Picasso Fragment Mère et enfant 1921

Picasso Mère et enfant 1921

il prendra des libertés à nouveau et dans sa vie, et dans sa peinture, Olga est pour un temps un symbole de maternité, mère aimante, enfant le retenant encore un peu

Picasso Famille au bord de la mer 1922

et puis à l'arrivée des 17 ans d'une Marie Thérèse, Olga devient sur les toiles de Picasso, une bouche qui hurle et crie

Picasso 1929

 Noire et grise face au rose de Marie Thérèse

Picasso Baigneuses à la cabine

Il se partagera un temps entre les deux, et puis choisira Marie-Thérèse pour un temps aussi, Olga en deviendra un peu mordante

Picasso Le Baiser 1931

lui s'acharnant un peu sur elle

Picasso Minotaure et jument morte devant une grotte face à une jeune fille au voile 1936

 Il n'abandonne pas vraiment ses femmes, pourtant; leur procure gîtes et couverts, mais les fait pleurer beaucoup. Cela se lie comme une BD cette exposition, nul besoin de paroles, beauté des femmes aimées peintes en rose et aux formes pleines, laideur des femmes délaissées peintes en gris, aux formes émaciées. Exposition au musée Picasso. 

Posté par maison43 à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 mai 2017

Camille Pissarro 1830-1903

Pissarro Bords de la Marne à Chennevières 1864-1865

De son enfance passée dans les Antilles, il reste peu de traces dans les peintures de Pissarro. Certes il suit cinq ans d'études à Paris, pensionnaire de 12 à 17 ans, où il apprend le dessin, d'où quelques cocotiers, certes il se rend au Louvre le jeudi et le dimanche, mais son retour à St Thomas où il restera jusqu'à l'âge de 22 ans, ne le marquera pas suffisamment pour en être plus tard inspiré à la manière d'un Gauguin. Il faut dire que le destin de commerçant même riche que lui propose son père ne lui laisse le temps que de croquer sur le vif des petites scénettes de la vie portuaire, jusqu'à ce qu'un jour, il s'enfuit avec un paysagiste danois pour Caracas où il restera de 1852 à 1854. Son dessin s'améliorera, jusqu'à 200 oeuvres sur papier, dont seul un petit nombre est parvenu. Il s'initiera modestement à la peinture, et sa prédilection pour les scènes de marché, les paysages, les villages au loin préfigurent la future production de Pissarro.Pissarro Dulwich College Londres 1871

En fait, Pissarro est un rebelle qui choisit toujours de se démarquer, de tout; d'abord de son milieu petit bourgeois, où l'avenir est décidé par son père, puis du mouvement pictural en cours, des techniques de peinture à suivre, et enfin des convenances à respecter. L'exotisme si à la mode alors, il l'a vécu lui, il ne le peindra que rarement après sa période vénézuélaine. ll quitte les Antilles en 1855, il n'y reviendra plus jamais. Il choisit de vivre en 1859 à l'instar de beaucoup de peintres d'ailleurs avec une femme en dehors de sa classe sociale une aide cuisinière Julie VellayMadame Pissarro

Il ne l'épousera qu'en'1871, car il est pratique Camille, il dépend financièrement de sa mère jusqu'à l'âge de 40 ans, mère qui bien sûr désapprouve sa belle fille. Il n'épousera Julie que lorsque les Durand-Ruel marchands d'art pourront le faire vivre. Ils auront 8 enfants ( une fille 1870 morte quelques semaines après sa naissance, une autre Jeanne-Rachel dite Minette 1865 qui mourra en en 1874,et une autre Jeanne dite Cocotte 1881-1948)Pissarro Jeanne lisant 1899

 et 5 garçons qui seront peintres.  Pissarro les peindra tous, à des âges différents. Pissarro sera leur maître. Julie apporte un temps sa contribution au ménage en se louant dans les fermes, puis se consacre à ses enfants et se montre une fervente groupie de son mari, mais assez indépendante au fond, courageuse et pas enquiquinante. Camille enseignera donc l'art de la peinture à ses 5 fils qui choisiront chacun un pseudonyme pour ne pas nuire à leur père de son vivant.Pissarro L'Hiver 1972

Pissarro Pontoise

 Camille est né d'un père juif d'origine portugaise né à Bordeaux, installé dans les Antilles sur l'île de St Thomas, une possession danoise dont il gardera la nationalité toute sa vie. Mais il choisira de s'installer en France, Il préfèrera par goût ou par necessité de vivre à la campagne où il puise son inspiration : travaux des champs, saisons, marchés constitueront le courant de son oeuvre, mais il ne détestera pas, plus âgé, effectuer des séjours à Paris, Rouen, Dieppe.Pissarro Place du Théatre Français effet de pluie 1898

Pissarro Soleil Couchant à Eragny 1894

 De 1870 à 1871, il s'installera à Londres avec sa famille. Il fréquentera à des degrés différents Monet, Cézanne, Zola, Gauguin, Degas, Guillaumin, Signac, Seurat, Van Gogh, Luce, Mary Cassatt, Mirbeau, Toulouse-Lautrec, Mallarmé. Une tendance extrême au paradoxe cet homme là qui reste assez inclassable, père tranquille mais anarchiste, paysagiste mais aussi peintre des villes, ayant eu une vie assez laborieuse, difficile parfois sans grande richesse mais apaisé toujours.

Pissarro La récolte des pois Gouache 1887

Pissarro La causette 1892

portraitiste à ses heures surtout de ses familiers, mais aussi peintre d'Histoire qui éternise les travaux agricoles, les marchés, le trafic urbain de son époque. Il est souvent radieux, Pissarro dans ses couleurs, excellent aussi dans son expression du mouvement. Ce tableau là, tronqué par moi, mérite vraiment d'être vu, si lumineusement acidulé, si propice à la contemplation.Camille Pissarro

Jolie rencontre que cette exposition de Pissarro, dont j'ai particulièrement aimé la paix imprégnée de beauté et de poésie qui se dégage de ses peintures.

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,