19 octobre 2014

Street Art à l'espace Dali

Dali

 22 artistes donnent un coup de jeune aux oeuvres de Dali ... Les oeuvres d'art peuvent elles vieillir elles aussi ? pas toujours, mais toutes sont marquées par le temps qui passe et qui amène son lot d'artistes qui revisitent l'art des aînés .. C'est une bonne idée d'avoir demandé à des artistes Street Art de s'inspirer de Dali de près ou de très loin; L'art est aussi une Histoire en marche, et certains d'entre eux laisseront leur empreinte dans cette histoire là. C'est réjouissant et porteur d'espoir. En tout cas, moi j'aime bien cette idée, une sorte de transmission que Dali assure encore et toujours avec la jeune peinture. Son imagination créatrice puissante est relayée et motive la jeune génération, notamment celle qui a choisi de mettre l'art à portée de tous, car quoiqu'en disent certains critiques épris surtout d'eux même, l'art doit être accessible à tous et peu importe le chemin emprunté, celui de la rue vaut celui des musées.

Commissaire de l'exposition : Véronique Mesnager, Exposition jusqu'au 15 Mars 2015 à l'espace Dali.

Arnaud Rabier "Nowart" . Artiste plasticien vidéaste né en 1968. Site : http://www.rabiernowart.com/presentation.html Dali fait le mur Arnaud Rabier Nowart

Profil du temps

Dali avait un rapport particulier au temps qui passe et désirait y laisser son empreinte à jamais, une larme de Dali sur ce chemin obligé qu'est la vie.

L'homme en blanc est né il y a 30 ans créé par Jérôme Mesnager

Jérome Mesnagerné en 1961, l'un des premiers peintres de rue. St Antoine en son désert combat à coup de crucifix le pouvoir et la luxure, Mesnager le revisite à sa façon : http://jeromemesnager.com/?cat=3

La tentation de St Antoine par Dalila tentation de St Antoine Dali

Artiste Ouvrier

Artiste Ouvrier de son vrai nom Pierre-Benoit Dumont est un pochoiriste inspiré par les tableaux du XIXè siècle (Caillebotte, Klimt, Rosseti) et par la culture indoue. Il s'inspire de 2 tableaux de Dali. 

Les cygnes reflétant les éléphants 1937

Les éléphants 1948

Selfie

Codex Urbanus a utilisé le revêtement mural anti-graffiti qu'utilise la ville de Paris pour recouvrir les tags. La bête chimérique, c'est lui, le téléphone est un homard-scorpion, référence à Dali. Un selfie est un autoportrait photographique pris par un smartphone et posté sur les réseaux sociaux, mais quel est le selfie ici, la bête ou l'astre Dali ?

Sack est un artiste graffeur chinois qui étudie aux Beaux Arts à Aix en Provence.L'oeil du coeurAKIZA est un couple, lui Robinson artiste plasticien, une école d'arts appliqués à Toulouse, un prix spécial du jury à un concours de typographie international, elle c'est YoSHii sa muse, eux deux c'est AKIZA à l'origine un nom de poupée qui évolue en permanence, d'influence europééenne, japonisante un peu, d'art nouveau, de futurisme et de calligraphie, puis  devenue un nom d'artiste où il associe YoSHii. Une galerie des oeuvres et des produits dérivés : http://www.akiza.net/AKIZA

Rencontre entre AKISA et Dali où l'hermaphrodite escargot fait des siennes, référence à Freud pour la moustache dalinienne.                                                                                              

Kouka

Kouka est franco-africain, né en 1981 d'une mère comédienne, d'un père musicien et petit fils du peintre expressionniste Francis Gruber (1912-1948) diplômé des Beaux Arts d'Avignon il peint traditionnellement, en 1995 il adhère au street art. http://kouka.me/

 

Thomas Mainardi

Thomas Mainardi http://www.thomasmainardi.com/ né en 1983 à Lille. Vanité inspirée des thèmes daliniens.

L'homme mouton

Fred Calmets né en 1976 est peintre graviste et dessinateur a commencé par le street art. Son homme mouton créature chimérique inspirée d'un personnage crée par l'auteur japonais Murakami ne parle pas de Dali. 

Speedy Graffito, Olivier Rizzo peintre français né en 1961, école Estienne, travaille peinture, sculpture, installation, photos, vidéo. Wonder Woman se la joue éléphante dalinienne dans un décor fétiche de Dali (rochers du cap de Creus), dans l'univers de Speedy Graphito.Dans l'oeil de Dali

Nikodem de 1993 à 1996 étudie le dessin à l'école Emile Cohl à Lyon. A fait partie de plusieurs collectifs de graffeurs. Vit à Grenoble où il a son atelier.http://www.nkdm.com/bio/ infusion vidéoprojetée anamorphique

Rencontre au sommet du crâne de l'Infante

Paella, Michel Palacios est un artiste français d'origine espagnole né en 1962 http://www.paellachimicos.com/ en 1985 licencié d'Arts Plastiques il intègre le collectif des Frigos, lieu de création  (journées portes ouvertes au Printemps) .http://www.les-frigos.com/  Il revisite avec un humour décapant les classiques.

Kool Koor né en 1963 à New York, Charles Hargrove figure dans les musées et dans la rue http://koolkoor.wix.com/koolkoor. D'après Santiago del Grande de Dali Santiago el grande Dali

 Thunder, matez donc le crucifix ...pour le reste, c'est du Kool Koor, et c'est bien.

Kool Koor Thunder

Manser http://manser-fluxser.tumblr.com/ artiste plasticien qui privilégie la calligraphie et la photographie pour la sauvegarder.

 

Et à arpenter l'exposition, je me dis que ces artistes là n'ont pas besoin de Dali, ils sont tous déjà bien installés, ils sont preuves que la création est infinie, sans doute Dali est un grand, provocateur à l'extrême à une époque censurée, mais nul doute non plus que ceux là, catalogués artistes urbains ont déjà fait éclater les murs et que leur talent n'a plus rien à prouver.

Manser

 

Posté par maison43 à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 octobre 2014

Peintures flamandes à Montfaucon-en-Vélay en Haute Loire

Décembre

Décembre 2

Contemporain de Jan Brueghel (1568-1625) Abel Grimmer 1570-1619 né et mort à Anvers n'est jamais venu en Vélay, mais les hasards rigolos de la vie ont fait échouer ces 12 tableaux dans un village au nom qui ne manque pas de panache : Montfaucon en Vélay situé en Haute Loire à 46 km du Puy en Vélay. L'histoire de ces tableaux est assez rocambolesque, ces tableaux appartenaient au Marquis Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649), seigneur de Saint Chamond dans la Loire, ambassadeur à Bruxelles qui reçut en cadeau ou acheta, on ne sait pas, cette collection. On ne sait trop non plus ce qu'il en fit, orna t'elle son château de Saint Chamond ou bien l'église nouvellement construite ? on les retrouva en tout cas à la révolution dans les dépendances de la dite église.

Janvier

janvier 2

Le curé de l'église Paul-François Régis Jamon natif de Montfaucon qui avait rejoint le club des jacobins à la révolution, chassé de l'église,  partit se réfugier en son pays natal avec la dite collection en 1794. Il confia ces tableaux à la chapelle de Notre Dame de Montfaucon en expiation, disent les bonnes âmes qui savent de quoi elles parlent, de ses péchés.

Grimmer 2

Grimmer détail

Ces tableaux furent volés en 1995 et retrouvés, ils ont ré-intégré la chapelle Notre Dame depuis 1999.

Juin

Détail Grimmer

Ces peintures sur bois abordent 2 thèmes, un religieux sur Jésus, et l'autre sur la vie flamande au XVI à travers les mois. Abel Grimmer les a peintes vers 1592. Les titres indiqués correspondent à des paraboles  dont la mention évangélique latine est signalée en bas à droite de chaque tableau.

Très belle balade à faire en voiture au pays des Sucs de la Haute Loire avec cette étape flamande à Montfaucon-en Vélay, un jour où le soleil est absent.

Grimmer Les vignerons meurtriers

Posté par maison43 à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 septembre 2014

Emile Bernard à l'Orangerie

Madeleine au bois d'amour 1888

Encore un fils à maman, Émile Bernard que la mère initiera à l'art et à la musique; doué d'un vif caractère, cela le rendra capricieux cet amour maternel. Un père classiquement hostile à ses projets artistiques qui finira pourtant par l'aider, une soeur Madeleine qui l'accompagnera un temps, laissée fort libre ce qui est assez étonnant pour l'époque, et voilà Émile Bernard né en 1868 lancé avec des noms que la postérité encensera comme Gauguin son aîné de 20 ans, Cezanne son aîné de 29 ans Van Gogh aîné de 15 ans, Toulouse Lautrec né 4 ans plus tôt que lui, et enfin Louis Anquetin qui lui a 7 ans de plus que lui. Bref c'est le plus jeune, Émile de tous ceux cités, il s'inspirera d'eux, des maîtres classiques aussi. A qui attribuer la paternité du cloisonnisme ?La Marchande de rubans 1888

Inspirée de la technique du vitrail avec aplats de couleurs, on parle aussi de synthétisme. Anquetin, Bernard, Gauguin ? C'est à Pont Aven résidence d'artistes américains, danois et français que Bernard âgé de 18 ans rencontre Gauguin âgé lui de 38 ans ... qui a créé le premier cette nouvelle tendance picturale ?

Le Pardon Emile Bernard

les historiens d'art ne sont pas d'accord sur le sujet, alors que dire de moi !!! en tous cas Émile Bernard, fougueux comme on peut l'être à cet âge en voudra toute sa vie à ce traître de Gauguin qui restera vague à ce sujet et ce fier ombrageux de Bernard en cultivera fort bêtement une amertume qui le distinguera toute sa vie de ses contemporains peintres. Ainsi est sa nature à ce Bernard qui fuira toujours ce qui le dérange. C'est un touche à tout qui testera tous les genres, qui sera critique d'art, poète. Amateur de femmes, il en aura plusieurs parfois deux en même temps, car à sa manière c'est un fidèle. Durant 10 ans il s'exile en Orient, il prouve

Les trois races 1898

indéniablement qu'il sait peindre il excelle dans les drapésEtude de mulâtresse 1895

1900 Woman Smoking Hashish oil on canvas mais il hésite entre les riches couleurs d'un orientalisme et les peintures plus douces aux formes élancées d'un Puvis de Chavannes avec plus d'élégance d'ailleurs.Femmes au bord du Nil 1900 détail

pour trouver au final les classiques Titien, Véronèse, Raphael et s'éclater dans les nusLes Nues (baigneuses) 1926 détail

où il balancera entre le vice et la vertu, l'amour sacré vertueux et l'amour profane charnelNu à la coupe de cerises 1933

 L'âge ne l'assagira pas, ni en ce qui concerne sa passion pour les femmes, ni son caractère toujours opposé aux autres, il dénigrera sans indulgence la nouvelle génération de peintres. Difficile pour lui de se trouver une place; un peu versatile, n'ayant au final pas trouvé véritablement son styleNature morte aux pommes et compotiers 1906

c'est cela sans doute qui lui donnera une petite notoriété mais ne le fera jamais sortir du peloton des bons peintres, car il y en a une flopée quand même. C'est dommage, il avait un potentiel mais ne cultiva peut être pas assez son imagination créative par peur, qui sait, de sortir des sentiers battus, par esprit peut être un peu borné parfois un peu trop sûr de ses idées. Pourtant il douta cet homme, parfois et pas longtemps. Preuve en est avec cet auto-portrait qui date de 1892 assez moderne je trouve, un peu tourmenté à la manière d'un Munch. Replié dit-on dans un sombre mysticisme, il ne suivra pas cette voie et préférera rester dans un classicisme confortable. C'était son droit. Au musée de l'Orangerie jusqu'au 5 Janvier 2015.Portrait de Mme B 1938 détail E

Autoportrait avec allégorie sur le siècle, dit aussi Vision 1891

Posté par maison43 à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 septembre 2014

Oscar Muñoz

Né en 1951 cet artiste colombien peintre, graveur, dessinateur, plasticien est obsédé par la mémoire et la trace que l'on laisse une fois effacés du monde des vivants. Ainsi les photos des disparus de morts violentes qui se succèdent comme faits divers anonymes dans la mémoire collective et que l'on oublie rapidement, Oscar Muñoz les fait revivre sous forme de mémorial : sur 5 écrans, une main dessine le visage de ces disparus qui disparaissent pour réapparaître sans fin sur un autre écran : Proyecto para un memorial .

L'oeuvre d'Oscar Muñoz est le rapport de l'image au temps qui passe, image qui ne reste qu'un moment dans notre souvenir et qui  pourtant devient à notre insu témoignage d'une époque. Il utilise les éléments comme l'eau et le feu, il joue avec les supports : des carrés de sucre imbibés de café représentant des pixels défient le temps : PixelesPIXELES

Cortinas de baño - Muños

Des rideaux de douche  lui servent de toile où il peint des corps fantomatiques à la manière des négatifs photographiques : Cortinas de baño

 Muñoz a débuté en dessinant au fusain; Puis il a décortiqué le processus de la photographie et s'arrête juste avant qu'elle ne soit fixée, il utilise de vieilles photographies, anticipe leur probable destruction et leur donne ainsi paradoxalement une seconde vie, tels ces miroirs où le souffle des vivants révèle des portraits de disparus sérigraphiés, révélation fugace qui nous ramène à notre propre éphémérité.

Muñoz ne se définit pas en un seul regard, ni un seul message. Il nécessite qu'on y revienne plusieurs fois, mais il est étonnant et curieusement apaisant. Il met aussi en parallèle la fragilité de la photographie temps déjà passé et mort à celle de la fragilité de la mémoire de nos propres vies qui s'épuise à vouloir tout retenir et à arrêter vainement le temps, c'est assez fascinant je trouve. Y revenir donc.  

Un site internet pour ce faire qui a l'avantage aussi de faire travailler son espagnol !

http://www.banrepcultural.org/oscar-munoz/presentacion.html

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 mai 2014

Martial Raysse

Portrait à géométrie convexe

De lui, on connaît le portrait de son épouse, fort belle d'ailleurs et sa Grande Odalisque verte et borgneMade in Japan - La Grande Odalisque 1964

 si kitsch;  en recherchant un peu on connaît aussi ces mises en scène très artificielles :Martial Raysse Portrait of an ancient friend 1963

les belles années 60-70, deux décades prodigieuses d'une jeunesse prometteuse qui se perdra dans le superficiel, les années pop ... Il y a du Pop'Art chez Martial Raysse, mais il fait partie de la bande à Yves Klein, celle du nouveau réalisme qui fait de l'art un manifeste sociologique, protestataire, contestataire. Il fait partie aussi de ceux qui ont un humour tendre, mêlant le classique des grands maîtres comme Ingres, Cranach l'Ancien, Tintoret, à l'hétérogéneité des peintres modernes connus et inconnus.

Martial Raysse Made in Japan

Martial Raysse

Raisse Beach détail Martial Raysse 1962

  Ce peintre en vogue dans les galeries d'art, rompra pourtant avec le monde de l'art officiel et suivra sa propre route, en continuant à mélanger les genres, en se révélant un grand dessinateur, un coloriste talentueux, un peintre au final assez surprenant.

mouche détail

La mouche évoque bien sûr les mouches des belles Dames du XVIII utilisées pour faire ressortir leur teint de neige, ici elle rappelle que nous sommes périssables, un petit clin d'oeil au monde moderne qui impose une apparence de jeunesse et de beauté éternelles. Martial Raysse aime reproduire les visages féminins : portraits quasi académiques, mais d'un vert si vert qu'il ferait vomir les anti-Renoir qui qualifiaient alors les carnations du vieux Maître cadavériques, d'un goût douteux et déplorable; portraits plus modernes, malicieux, pleins de vitalité, racontant une petite histoire, mais toujours beaux; il les maquille de néon, petit symbole clinquant de la vie moderne. Peinture à haute tension 1965

  La laideur existe chez lui, mais re-visitée, carnavalesque, hors du temps, fantastique, belle au final. C'est un peintre du beau, presque tout le temps, il joue jusqu'en 70 avec le chic et le choc, est dans l'air du temps, est très à la mode.Life is so complex

Raysse 1976

Après les années 70, Martial Raysse se détache des galeries d'art et réalise des images au pastel et à la détrempe sur papier, assez proches de la bande dessinée, et précurseurs des grandes fresques qu'il aimera produire vers 90. Puis, Martial Raysse retourne à l'antique et nous livre quelques tableaux aux tons bronze et vert assez surprenants dans leur réalisation, atypiques en somme.Série Spelunca 1977

 entremêlés toutefois de tableaux variés qui n'ont plus rien à voir avec rien, mais qui témoignent d'un autre savoir faire.L'ami des nuages 1982

Le coeur quotidien 1978

Montsalvatché 1984

Le pain et le vinUn Bacchus contemporain joue avec une Diane-Barbie sculptée très dévergondée.Le Bacchus de Sainte Terre

Sculptures

Dans les années 90, Martial Raysse retourne encore au classique qu'il n'abandonne au fond jamais, au traditionnel, au paysage

Ceux du maquis 1992 M- Raysse

La Source M-Raysse détail 1990

 puis il nous étonne à nouveau avec ses fresques où l'on retrouve des femmes sexy, des animaux mythiques, des personnages de théâtre grimaçants

Le carnaval à Périgueux Martial Raysse

et parallèlement il produit des petits visages de femmes mutins, petites histoires drôlatiques

Martial Raysse 2007

Martial Raysse 2008

Martial Raysse Séraphine

 et poursuit en 2000 les peintures murales aux couleurs vives, aux personnages burlesques, sexy ...Ici plage 2012

Riche, divertissante, colorée, époustouflante, cette exposition. Martial Raysse né en 1936 n'a pas fini d'étonner, et cet article n'est qu'une facette de son talent. Très diversifié ce peintre, sculpteur; les fils conducteurs de cette oeuvre polymorphe, car il y en a malgré les apparences, sont le rappel continu des maîtres de la peinture, l'humour toujours présent, les couleurs. Allez une petite dernière pour le plaisir ...

Re mon cher maîtreOne more timeRaysse 2007

Martial Raysse 3

Posté par maison43 à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


16 avril 2014

Simon artiste peintre

Arthur Rimbaud Simon

Rimbaud

Découvert à Evry au musée Paul Déroulède, un Têtes à Têtes que j'aimerais partager avec qui le voudra.  Simon se dit peintre écrivain et voyageur ... Né en Bretagne il vit actuellement à Pékin.

Je l'ai rencontré au musée Paul Déroulède où pour un mois ses toiles têtes à têtes ont été exposées. 

Bach Simon

Bach Simon

Simon aime communiquer et accompagne chaque toile d'une explication. En voici quelques unes. Le peintre nous fait partager ses pensées, le temps d'une exposition.  

J'aime sa façon de peindre, les mots qui me viennent sont joie, ludique, échevelé, coloré. J'aime ce coup de crayon, particulier, ne semblant pas être structuré ce qui est faux, anarchique, ce qui est faux aussi.

NIETZSCHE SIMON

Schubert Simon

J'aime ses coups de pinceaux qui semblent en pagaille mais ce n'est encore qu'apparence ..

Simon ou le désordre ordonné .... Simon ou l'ordre désordonné

J'aime bien.

Simon

Pour ceux qui aiment aussi, le site internet de cet artiste :

http://www.simon-artiste-peintre.com/fr/simon-peintre-ecrivain-voyageur.php

Posté par maison43 à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2014

Saúl Kaminer

Saúl Kaminer

Las impermanencias son múltiples y son inherentes a la misma vida. Cada vida, es impermanencia.

En un artista, hay también une impermanencia de la obra, en función de sus maestros y tambièn  de su personal vida y de sus encuentros.

Forêt intérieure 1980 Kaminer

La Maison du souffle 2013 Kaminer

Saúl Kaminer nació, en une familia de origen ucraniana. Estudió architectura y se puso à pintar. Se relacionó con el grupo latinoamericano ' Magia-Imagen. Vivió en Paris durante 22 años. Ahora Viaja entre México y Francia.

Todo es impermanencia. Asi es la vida.

Galeria de arte Thessa Herold - Paris 3e - Impermanences Avril-Mai 2014

Espero que viva, otra vez este pintor, quizás, quizás, quizás. 

Dos otras pinturas que no son en la galeria.

Les trois nouvelles 2004Saúl Kaminer

 

Posté par maison43 à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 avril 2014

Jeanne Hébuterne 1898-1920

Jeanne Hébuterne

Jeanne avait beaucoup de chance, elle était née belle, ce qui avouons le est un bon atout, mais insuffisant pour prétendre à une vie heureuse. A ce propos d'ailleurs, la rigide éducation d'une famille catholique associée à un siècle somme toute assez terrible en ce qui concerne les femmes, n'était pas sans retentissement surJeanne qui n'était pas une de ces conquérantes qui se battraient pour une vie indépendante au mépris des qu'en-dira-t'on. Jeanne était un peu bridée comme toutes les jeunes filles d'alors, soumises sans en avoir même conscience.J André son frère, attiré par la peinture, plus âgé de 4 ans, plus libre forcément, se rendit à Paris, très jeune, pour suivre des cours d'art, en 1910 il étudia à la jeune académie Ranson fondée en 1908 par les Nabis. Jeanne qui a alors 12 ans y voit peut être une sorte d'issue possible pour échapper à à cette réclusion que la Société impose alors à toutes les filles. En attendant, elle dessine avec plaisir, elle joue du violon, elle aime la littérature, les beaux habits et les fêtes, assez joyeuse au final. La guerre de 14 interrompt dramatiquement leur vie, André part au front, les restrictions imposées par la guerre, l'inquiétude du sort d'André pèsent sur Jeanne. André, chanceux revient et fait venir sa soeur à Montparnasse, où elle sert de modèle à des peintres dont Foujita, elle commence à suivre des cours à l'académie Colarossi. Jeanne Hébuterne

 Et puis en Mars 1917 Jeanne fait la déterminante rencontre de sa vie, celle qui la perdra. Bien sûr elle est amoureuse de son Modigliani, mais elle le connaît au pire moment, celui où la maladie va gagner, celui où la boisson le calme et lui permet de peindre ses tableaux si tranquilles, celui où il n'est pas le plus facile à vivre. Jeanne devient son modèle, il la peindra plus de 25 fois. Elle, peindra quelques tableaux, très prometteurs.J Hébuterne

 Ils s'aiment durant les pauses d'abstinence et se querellent durant les crises, à moins que cela ne soit le contraire ! Modigliani est un homme usé, mais un peintre bien productif encore et talentueux.Jeanne Hébuterne autoportrait 1917

Un enfant n'arrangera rien, Jeanne a été rejetée par des parents peu bienveillants ou trop sectaires, on ne sait pas non plus. Jeanne est à la merci d'un Modigliani qui fait ce qu'il peut, la vie est ainsi faite, n'est ce pas, il y a des évènements qu'on ne peut arrêter, parce qu' il est déjà trop tard. Autoportrait J-HébuterneLa tuberculose de Modigliani en fait partie. Il en meurt le 24 janvier 1920. On ramène Jeanne à nouveau enceinte chez ses parents, un mauvais calcul. Jeanne se défenestre le 25 janvier, sans doute sur une pulsion, peut on savoir ? Elle avait 21 ans.

Leur fille Johanna sera élevée en Italie par une soeur de Modigliani. Elle écrira une biographie sur son père, publiée en 1958. Elle est morte en 1984.  André le peintre fera une fort honorable carrière et mourra en 1992. 

Posté par maison43 à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2014

Lettre à Gustave Doré

Monsieur

IMG_1149

Comme beaucoup de mes congénères j'ai eu maintes fois l'occasion de trembler sous vos illustrations assez effrayantes qui ornaient les non moins terrorisants contes de Perrault qui ont baigné mon enfance, c'est d'autant plus caustique qu'à l'époque nos lectures étaient fortement censurées; Bien entendu, votre nom ne m'évoquait alors rien, ce n'est que bien plus tard, que j'ai associé votre nom à vos dessins définitivement inoubliables.IMG_1148

Et puis la vie me fit oublier votre nom, d'autres lectures m'attendaient. Bien plus tard encore, j'avoue humblement, Gustave, que je vous confondis souvent avec deux de vos semblables fort célèbres, le Courbet 1819-1877 dont l'audacieux L'origine du monde et l'inquiétant autoportrait dit le désespéré ne justifient pas cette confusion je l'avoue,  et le Moreau 1826-1898 plus mystique et symbolique que vous que l'on peut visionner sur ce blog. J'ai vécu fort bien sans vous, jusqu'à ce que le musée d'Orsay ne nous propose une exposition de vos oeuvres, alors par curiosité, j'ai tenu à vous rencontrer et je n'ai pas été déçue.

Au cours de cette visite dense et peuplée m'ont frappé cette petite scène de garrotGustave Doré

 toujours votre désir de faire peur, ce goût pour le macabre, ah le visage du supplicié est fortement bien rendu juste avant ....Votre Parque, ombre menaçante vaut également le détour, oh ce visage à l'austérité implacableLa Parque et l'Amour détail

et l'amour qui l'ignore ce fat !La Parque et l'Amour

et puis les gracieux petits bouts de personnages gelés ne déparent pas dans le 9ème cercle de L'enfer de DanteEnfer de Dante G Doré détail

avec un Ugolin en grande forme qui dévore le cerveau de l'archevêque RuggiériDante et Virgile dans le neuvième cercle de l'enfer

 sous les yeux indifférents de Dante et de Virgile.Dante et Virgile

Dore

Dans vos immenses tableaux assez académiques fourmillent des personnages grimaçants, terrifiés .... Vous avez toujours eu peur Gustave, des autres que vous vouliez surpasser, de vous même que vous ne pouviez dépasser. Vous êtes ambigu, cher Gustave, d'un côté votre appartenance à un milieu bourgeois vous attache fortement quand de l'autre côté, bon acrobate et violoniste vous adorez jouer les saltimbanques; d'un côté romantique symbolique vous adorez le plus cruel réalisme, talentueux dessinateur reconnu par tous, vous voulez briller dans la peinture; enfin d'un humour féroce jusqu'à la caricature vous pouvez vous plonger dans la mélancolie la plus noire. 

Un point où vous me surprenez également sont vos paysages croquignolesques, oui pardonnez moi le mot, ces tableaux laborieux m'évoquent les peintres du dimanche qui veulent en faire trop, trop de couleurs, trop de courbes, trop de volutes, trop de nature en furie ou dépérissant et puis cette bizarre ligne horizontale lumineuse et artificielleSouvenir de Loch Lamond

 oui vos paysages sont un rien affectés, factices, faits de petites touches picturales intéressantes isolées mais qui réunies donnent un ensemble disparate et amateur appliqué. Pierrot grimaçant

Et puis des petits trésors qui montrent un talent plus rare, moins commun un Pierrot grimaçant, des chouettesLes Chouettes détail G Doré

Balzac, Byron, Cervantès, Dante, Hugo, La Fontaine, Perrault, Poe, Rabelais, Comtesse de Ségur, Shakespeare ont bénéficié de votre talent, vos sculptures, et oui même votre peinture ont contribué à faire de vous le Doré (1832-1883) l'un des trois Gustave que je ne confondrai plus.

  Au musée d'Orsay jusqu'au 11 Mai 2014, les enfants seront intéressés. 

 

 

Posté par maison43 à 19:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mars 2014

Vincent Van Gogh, Antonin Artaud à Orsay

Panier de pommes 1887

Van Gogh 1853-1890 a t'il vraiment besoin d'un défenseur, aujourd'hui ? Lorsque l'on regarde ses toiles, pense t'on à ses crises d'angoisse, ses débordements qui lui valurent quelques internements, volontaires le plus souvent ? Je n'en suis pas sûre. L'éclatante et vibrante peinture, les couleurs de Vincent, vous accrochent le regard et le captent, elles se suffisent à elles mêmes. Cohérentes, elles accompagnent avec une harmonie somme toute régulière la vie d'un peintre à l'humeur très irrégulière.sept 1889 Van Gogh

Ses autoportraits dont je ne mets que les détails, 43 au total ne nous expliquent rien, si ce n'est sa gravité lucide sur son personnage, son besoin de se peindre pour  se prouver qu'il existe, lui qui a des temps morts lors de ses crises, alors se regarder dans ses peintures le rassure sans doute, vérifier et garder en mémoire, lorsque le cerveau ne commande plus, que lui Vincent existe par, dans et pour sa peinture.1887 Van Gogh

1887-1888 Van GoghArtaud  1896-1948 est un tourmenté précoce, né, pourrait on dire, et peu importent les causes qui nous resteront dans l'ensemble inconnues.autoportrait

A l'âge de 18 ans, en 1915 ses premiers troubles psychiatriques le font hospitaliser, ses premiers dessins datent de cette époque, et l'écriture lui deviendra aussi indispensable que l'oxygène.  Contrairement à Van Gogh qui connut certains moments d'apaisement, Artaud mis sous laudanum en deviendra dépendant, ce qui fera de sa vie une cure de désintoxication permanente toujours commencée, jamais réussie. Un médecin pourtant l'aidera à s'échapper un peu en l'aidant à cultiver des dons artistiques réels, et il commencera une carrière de touche-à-tout dans le théâtre, puis il découvrira le surréalisme dont il se séparera. Il sera acteur, créera 4 spectacles, mais son phrasé, ses prestations ne plairont pas. Il continuera à écrire des poèmes, des articles dans des revues littéraires et il laisse une oeuvre assez hermétique, réservée à des initiés. Il sera bouleversé par une exposition Van Gogh en qui il se reconnaîtra et écrira 'Van Gogh, le suicidé de la société' un plaidoyer envers ceux qui pensent autrement, ceux qui sont différents comment peuvent l'être des esprits créatifs et talentueux mais hors des cadres fixés par notre Société.  La peinture de Van Gogh reste malgré tout aboutie, maitrisée, toujours dans une cohérente et constante évolution.Les Tounesols 1887

Vincent Van Gogh est un grand peintre et il n'a plus rien à prouver.  Artaud  restera un homme souffrant dont la maladie a bridé les talents, preuve cet excellent dessin, cet autoportrait qui signale que certains moments lui furent doux, que parfois aussi il fut libéré de ses angoisses, du moins en partie !Artaud

 mais dommage que la maladie ait été excessivement plus marquée chez Antonin et le traitement plus lourd donc plus nocif, ce fut un handicap à toute carrière chez lui. On évoque chez Vincent les hachures nerveuses, les couleurs terreuses de certains tableaux, comme signes d'un esprit malade, c'est une de ses marques, ces hachures, un signe de re-connaissancechamps de ble près d'AUVERS 1890

 Notre regard sur ces troubles du comportement a changé, nous sommes plus tolérants. La pharmacologie permet à beaucoup d'êtres hors normes de vivre tout à fait normalement. Cependant jumeler Vincent Van Gogh à la présence inquiétante d'Antonin Artaud est incontestablement une bonne idée marketing  preuve en est la foule qui s'y rend. L'accès aux toiles de Vincent est un pénible périple, Dieu merci, Vincent, tes toiles se voient même de loin !!!La nuit étoilée 1888

Antonin Artaud quand même attire moins, plus dérangeant, plus dérangé ou moins connu, on peut arpenter tranquillement ses dessins.détail Artaud

Et finalement, aujourd'hui, ce n'est pas Artaud qui vient au secours de Van Gogh mais le contraire. C'est Vincent qui nous permet ainsi d'accéder à l'artiste Antonin et de tenter de le comprendre, d'aller sur ses étranges rives; dure vie que celle de ce multitâche, poète, acteur incantatoire, pamphlétaire ou jeteur de sorts, dessinateur et malade souvent ce qui l'obligea très tôt à de lourds traitements, dont le plus doux fut peut être le laudanum qui le rendit dépendant, et le plus terrible, les électrochocs.

Les Souliers 1886 Van Gogh

Van Gogh perdure brillamment aujourd'hui, Artaud un peu moins, et c'est par Vincent aujourd'hui qu'il retrouve vie.     

.   

Posté par maison43 à 17:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,