31 janvier 2017

Auberge Chambon

Conscrits classe 39

Il adorait écouter Ramona, ce Paul de l'âge de ma mère, charmeur sans être vraiment beau, il nous le faisait écouter sur son jukebox. Sa spécialité pâtissière était l'omelette norvégienne. Il courtisa ma mère en son jeune temps, de même qu'un Roger R ou un autre Paul C, tous natifs de St Privat d'Allier. Ce Paul Chambon à droite du porte drapeau, conscrit de la classe 1939 est issu d'une aïeule fort lointaine commune à notre famille, cette aïeule Magdeleine Blanc épousa en premières noces Jacques Jamme dont elle eut une fille Marie. Puis en secondes noces, Magdeleine veuve épousa Etienne Martin dont elle eut une ribambelle d'enfants demi-frères et soeurs de notre aïeule Marie. Jean Martin retient notre attention, il eut lui même plusieurs enfants dont un Joseph Martin qui épousa une Marie-Anne Pailhère, plusieurs enfants dont un Jean Pierre Martin qui épousa une certaine Victoire Dupin. Ces derniers eurent entre autres une fille Marie Martin qui épousa Eugène Barry. Ils eurent 2 enfants, Pierre qu'on laisse de côté et une fille Eugénie 1890-1976 qui épousa Auguste Chambon 1883-1939. Eugénie apporta en dot l'hôtel Barry.

hotel chambon 1920 st privat

  Ce couple eut 3 enfants dont 2 morts prématurément avec Augusta à l'âge de 21 ans et Pierre mort à 13 ans. Seul Paul né en 1919 survécut et fit de l'hôtel Barry-Chambon, l'hôtel Chambon connu sous le nom de La Vieille Auberge, il en fit une pension de famille qui recevait l'été des pensionnaires des Bouches du Rhône, de Moselle, de la région parisienne. Les soirs d'été de ma jeunesse se passèrent souvent au bar Chambon où une Marthe qui aimait les beaux jeunes hommes nous servait pour les plus sages une limonade. Nous étions alors une sacrée bande de jeunes gens qui nous réunissions chaque soir. Dire que Paul fût notre cousin même éloigné serait bien sûr fort exagéré, mais nous eûmes quand même une aïeule commune à la 7ième génération. Et je me souviens d'Eugénie Chambon qui surveillait assise dans sa cuisine son petit monde d'une main de fer.

LA VIEILLE AUBERGE EN 1950

Paul Chambon se maria avec une jeune Yvette et resta sans descendance.

La Vieille Auberge a été reprise depuis déjà pas mal de temps par un jeune couple qui travaille beaucoup avec les marcheurs de Compostelle et assure la continuité de l'Auberge Chambon. 

Merci à Viviane d'avoir pensé à me faire ajouter le site internet :  http://www.lavieilleauberge.fr/

 et https://www.youtube.com/watch?v=7fMbnh1g3bc7    Pour rester encore un peu dans l'ambiance, Viviane.

Posté par maison43 à 20:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


20 mars 2016

Les vaches de Marcellou

Guiard vers 1906

C'était il y a longtemps, au milieu du siècle dernier, robe auburn, yeux en amande rehaussés de khôl, têtes fines, les vaches de retour à l'étable nous attiraient quand, au soir, Marcellou les ramenait à l'étable. Etaient elles des Mézines ou des Gévaudannes ? je n'en sais rien, en tous cas cette race bonne laitière disparut au cours des années 60 au profit de croisements entre aubracs et salers.

Disparus aussi les rires de Marguerite, de Rose et de Violette

Fleurs

Non ce n'étaient pas des vaches, bien qu'à la réflexion, il y en eut des nommées Marguerite, ou Rosette et peut être même Violette, c'est la première fois d'ailleurs que j'évoque un tel rapprochement entre ces prénoms qui furent ceux de ma mère et de ses soeurs. Leur mère Geneviève, grande Dame issue pourtant d'une très modeste famille de St Privat d'Allier ne songea, n'en doutons point qu'aux fleurs. Mais ce parallèle un peu osé, convenons en m'amuse beaucoup.

Aïe, j'ai l'âge d'évoquer ces années-bonheur avec une tendre nostalgie, Dames ne sont plus, et tant d'autres avec elles, mais le bonheur est resté, et moi encore. 

 

Posté par maison43 à 15:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2015

André Besqueut sculpteur

Jeanne d'Arc André Besqueut

Je l'ai côtoyée sans vraiment la voir cette Jeanne qui veille sur les noms des morts de 1914-1918, sur le plain à St Privat d'Allier, face à la villa Marguerite et au mas d'Oura, je la découvre tardivement avec satisfaction, au hasard d'une rencontre. Elle est dûe à un sculpteur, jésuite, André Besqueut, celui là même qui dessina le Saint Joseph d'Espaly. Un petit cousin de ma grand mère écrivit un article sur ce sculpteur régional.

Jeanne d'Arc 2

André Besqueut est né en 1850 un 15 Juillet à Chamard commune de St Christophe sur Dolaizon en Haute Loire, sa famille serait originaire du Chier;  Le père sabotier donna sûrement à son fils le goût de sculpter le bois; petit berger, il fit ses armes en sculptant des petits sujets. Aimé Giron 1836-1907, romancier natif du Puy le rencontra alors qu'il avait 12 ans, et le fit entrer chez un sculpteur ponot; il aurait été également un temps élève d'un sculpteur J A Cubizolle  1811-1877 où il travailla le marbre et la pierre; En 1873 il gagne le prix Crozatier, ce qui lui vaut une pension annuelle. A 22 ans il passe le concours des Beaux Arts, mais choisit aussi la voie religieuse, il entre chez les jésuites où il poursuivra sa carrière artistique en se rendant à Gand, Paris, Rome, en 1891 il s'installe à Toulouse où Il créera en 1895 St Ignace de Loyola pour la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, Saint Louis pour la cathédrale du Puy.St Louis A Besqueut

A Besqueut Le Puy

St Joseph 2

Il travaille sur la maquette de St Joseph qui sera érigée en béton armé en 1909, en 1908 il obtient pour sa statue Le prêtre une médaille d'or au salon des artistes français.Le Prêtre André Besqueut

En 1912 au salon de Paris il présente Jeanne d'Arc celle de la cathédrale du Puy qui sera reproduite en de nombreux exemplaires. En 1921 il sculpte celle de St Privat d'Allier pour le monument aux morts. Il meurt au Puy en 1942. Le musée Crozatier encore fermé au public conserve une bonne partie de ses oeuvres.  

Posté par maison43 à 19:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2014

Château de Mercoeur commune de St Privat d'Allier 43

Château de Mercoeur St P d'Allier

A 1000 m d'altitude, au nord de Saint Privat d'Allier, un château fort qui appartenait à une branche de la puissante famille des Mercoeur, lignage qui apparaît comme les Bourbon à la même époque, lignage plus riche que les dits Bourbon mais qui sera moins prestigieux dans son devenir. La famille de Mercoeur originelle s'éteindra en 1321 avec la mort du dernier héritier sans descendance Beraud X. Les biens des Mercoeur passeront au petit fils d'Alixent de Mercoeur sa tante et de son troisième époux Robert III de Clermont. Cette Alixent même, Dame de St Privat d'Allier  qui se fera construire le château de Mercoeur par son père Béraud VII de Mercoeur sur les ruines d'un château construit au XI siècle.Château de Mercoeur

L'héritier prendra le nom de Beraud Ier dauphin d'Auvergne, Comte de Clermont, sire de Mercoeur. Le nom de Mercoeur apparaît pour la première fois en 911 dans une donation faite au chapitre de Brioude émanant d'Ithier II de Mercoeur, nom que l'on peut rapprocher d'un Itier (sans h) installé par Charlemagne en Auvergne en 778, mais aucun document ne le confirme. Bon je reconnais que cela donne un peu mal à la tête, ces histoires de famille; selon les auteurs, il peut y avoir des différences. Le fils d'Ithier II,  Béraud I dit Le Grand (939-980, mais les dates divergent) eut ribambelle d'enfants dont Saint Odilon abbé de Cluny né vers 962 à Saint Cirgues en Haute Loire; on retrouve en ce lieu un premier château à un Mercoeur situé à 14 km de Brioude en Haute Loire, ainsi qu'un second château construit dans le puy de Dôme en Ardes à 30 km de Brioude, démoli sous le règne de Louis XIII dont il ne reste qu'un pan de mur nommé le doigt de Mercoeur. Les terres des Mercoeur étaient alors entre Brivadois et Cantal.Mercoeur 3

Revenons au château du Mercoeur près de Saint Privat d'Allier, qui était alors possession comme les châteaux de Saint Didier d'Allier et de Rochegude d'une branche de la famille de Mercoeur : Alixent de Mercoeur 1245-1286 qui épousa en premières noces Pons de Montlaur en 1257 fit construire cette forteresse, qui permettait d'avoir vue sur Saint Privat et sur St Didier. Lorsque la branche Mercoeur s'éteignit en 1321, les Montlaur en devinrent les seigneurs puis cédèrent en 1390  le château de Mercoeur aux Du Saunier qui conservèrent le château jusqu'en 1764 où par alliance, le propriétaire fut Jean Martin de Matussières. Le château brûla lors de la guerre de Cent Ans, fut fortifié en 1439, puis en 1764, un petit corps de logis de style Louis XVI fut construit, arrêté par la révolution. En 1846 une descendante épousa le comte de Miramon Fargues.

Mercoeur

Depuis 1914, le château n'est plus habité, le logement ancien s'effondre, restent les tours en ruine et le bâtiment du XVIII.

Sources : Châteaux de Haute-Loire - Edition Watel, Histoire de l'Auvergne des origines à nos jours - Pierre Charbonnier, Internet.

 

Posté par maison43 à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 décembre 2013

Cascade du Rouchoux

Cascade du Rouchoux

As tu froid ?

Je suis Cascade

Tu me racontes ?

Je suis Zéphir

Tu me manques

Je suis Pensée

On te manque ?

Je suis Amour

Il y a 3 ans tu te souviens de ce jour ?

Je suis Eternité.

 

 

Posté par maison43 à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


03 juillet 2012

Casse-gueule

Saint Privat d'Allier

Posté par maison43 à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2012

Pour elle

Sainte Geneviève

 

En 1953, Joseph offrit ce vitrail

en souvenir de son épouse.

Du côté cascade et Rocher Grand

elle veille sur nos morts.

Posté par maison43 à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 avril 2012

Maison mère 1898

Villa Rose

Posté par maison43 à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2011

Le canyon du Rouchoux

Vous avez remarqué, on a tous une vision différente des choses que nous vivons, ce socascade_rudent souvent les mêmes faits, les mêmes acteurs, mais nous les vivons différemment, en fonction de nos sentiments, nos réactions, nos vécus qui nous sont personnels et que l'on ne peut partager ..

Le Rouchoux nous évoque Patrick et si on regardait autrement ?

Voici une autre façon d'appréhender le Rouchoux : sensations garanties

Bon c'est décidé, nous irons avec Nel descendre ce petit canyon en rappel ou sur les fesses, comme on pourra !!

Revenue sur les lieux début juillet, j'ai interviewé un moniteur ' sportif, madame, si cela vous dit de descendre en rappel une cascade qui fait 17 m, à vous de voir'. Vu, Christian le fera et me narrera ... c'est bien aussi !

Il y a plusieurs toboggans qui se succèdent, je m'en réjouis à l'avance et la cascade finale en douche revigorante doit être ... vivifiante.

Allez regarder les autres photos en cliquant sur le lien ...

http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon/2337/Rouchoux.html

Ouiiii, un peu peur, peut être ..

Bon, bien sûr, aujourd'hui, la cascade du Rouchoux nous évoque, aussi, Marie Françoise.

Y en a encore beaucoup qui vont y retourner au Rouchoux chez les L ?

N'en restent plus que trois.   

 

Posté par maison43 à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 avril 2010

Devès ou Margeride

C'est du pareil au même ou presque, bon pas pour les puristes, les rigoureux dont je ne suis pas. De toutes façons, c'est encore une autre réponse ' Gorges du haut Allier'. Des contestations ? allez y, j'adore ça et ma mauvaise foi ne m'étouffe jamais, sachez le.

Le cours de l'Allier a été plusieurs fois envahi par des coulées de lave provenant des volcans du Vélay et plus particulièrement dans notre région du Haut Allier, des volcans de la chaîne volcanique du Devès. Ils prennent le nom de gardes. On compte plus de 150 cônes ou gardes sur le plateau du Devès. L'Allier a entaillé la carapace volcanique et constitué des falaises comme celle de Thor à Saint-Haon, ou bien encore les falaises de la Miramande à St Jean Lachalm. Elles sont constituées de prismes réguliers dits orgues volcaniques et ont été souvent exploitées en carrières par l'homme. Le site de St Didier correspond en partie à cette accumulation de lave venue du plateau.st_didier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'un côté à l'est de l'Allier, le Devès donc avec ses gardes et son plateau de près de 700km2 qui constitue le plus grand plateau volcanique de France entre l'Allier et la Loire et dont l'altitude moyenne est de 1000 m, de l'autre côté à l'ouest de l'Allier, la Margeride où dominent les roches granitiques. Le territoire de la communauté de communes du pays de Cayres-Pradelles couvre la moitié du plateau du Devès. St Didier se trouve sur ce territoire. St Privat, à 5 km, se trouve sur la communauté d'agglomération du Puy en Velay. mono

 Voici la première page du livre de l'abbé Jammes qui décrit l'arrivée sur Saint Privat d'Allier, sans doute, par le chemin de St Jacques si prisé aujourd'hui, la route n'existant pas encore. Du Chier, vous voyez St Didier. Jammes qualifie les gorges de belles horreurs, tant il est vrai que ces magnifiques paysages qui reposent les citadins fatigués que nous sommes devaient être pour leurs habitants, sauvages, difficilement explorables et praticables. La route qui part de Saint Privat en passant par St Didier et qui aboutit à Alleyras vous offre quelques belles vues sur les gorges. Des rochers de la Miramande, à St Jean Lachalm c'est encore mieux. Vous avez un beau panorama. Et pour les plus sportifs, une petite via ferrata .. on en reparlera de cette via.

 

Posté par maison43 à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,