27 mars 2017

Les Affolantes de Bois Le Roi en Seine et Marne

20161118_100453Avec les débuts du chemin de fer ligne Paris Lyon devenue aussi en 1857 Méditerranée dont la construction pour Bois le Roi date de 1849, la haute bourgeoisie parisienne et plus rarement des artistes renommés se sont fait construire des propriétés d'architecture baroque donc remarquable en bord de Seine, de Seine Port à St Mammès en Seine et Marne.Le clos Barbeau Bois le Roi

A Bois le Roi, Louis Périn 1871-1940 architecte et peintre construira de splendides folies, un peu plus exubérant d'ailleurs dans son architecture qu'un Achille Proy architecte contemporain du Puy en Vélay. Ces villas doivent leur nom d'affolantes à un historien  André Châtelain 1942-2011. Elles ont fait l'objet d'un livre de Marie-Françoise Laborde paru en 2015. Le clos Barbeau transformé en appartements appartenait à Louis Perrin, tandis que ses beaux parents habitaient la villa ChantemerleChantemerle Bois Le Roi

 devenue une maison médicale. La Ruelle, construite à partir d'un prieuré du XVIIè, occupé par des moines qui détenaient le droit de passage par un bac sur la Seine jusqu'en 1789 fut occupée par un directeur de théâtres parisiens Emile RochardLa Ruelle

qui amena du beau monde. De nombreux chemins de randonnées aux alentours permettent de belles balades. Et la Seine, la Seine, la Seine ...La Seine à Bois le Roi

 

Posté par maison43 à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 octobre 2016

Les sculptures de la Dhuys à Chessy en Seine et Marne

Pont de la Dhuys

Restes d'un ancien pont-aqueduc bombardé lors de la seconde guerre mondiale, les pierres calcaires du pont connaissent une seconde vie grâce à un sculpteur de la région Jacques Servières. L'aqueduc est un ouvrage souterrain construit de 1863 à 1865 qui capte entre autres les eaux de la Dhuis ou Dhuys et alimente maintenant en eau potable le parc Disneyland et une petite partie de Paris. Il suit jusqu'à Chessy le cours de la Marne.

Détruits en 1939, les restes du pont ruiné attendirent jusqu'en 1987 la venue d'un sculpteur qui fit de ce lieu son atelier à ciel ouvert. On peut retrouver plusieurs influences et voyager ainsi fort modestement, un Moïa féminin vous accueilleJacques Servières 1

un éléphant échappé du temple d'Angkor s'est un peu trop gavéJacques Servières 5

et puis des couples qui dansent, un enfant collé aux basques

Jacques Servières 7

des Eve longilignes qui rappellent Bourdelle, des fesses charnues chères à Maillol

Jacques Servières 9

et des tas de petits personnages agglutinés

Jacques Servières 11

détail 3 J-Servières

détail 2 J-Servières

des petits temples que n'aurait pas renier le facteur Cheval.

Jacques Servières 2

De l'humour et un certain érotisme.Jacques Servières 3 

détail J-Servières

 Le terrain est entretenu par la mairie, les arbres exultent, les statues veillent sur les champs;  la balade peut se poursuivre le long de la Marne par le GR 14.

Se rendre à Chessy, vieux bourg, emprunter la rue de la Dhuis, puis celle de la Marne et descendre jusqu'à la rivière.

Posté par maison43 à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 septembre 2016

Musée de Nemours - Au Féminin

Château-musée de Nemours

Le charmant musée de Nemours en Seine et Marne expose du 21 Mai 2016 au 19 Février 2017 ses collections autour du modèle féminin, toiles datant de 1850 à 1914. Oublions la femme multiple chantée des années 1980, à cette époque la femme des années 1850-1914 est étiquetée définitivement selon son rang social et sa place dans la société. Entre la femme du monde mariée

Portrait de Mme Desfini - Marie-Alexandre Alophe

et la demi mondaine

détail de l'indolente nue

entre la femme exotique

Négresse du Hedjar - Gérome

 et la prostituée

La Dèche Félicien Rops apres

entre la campagnarde et l'ouvrière

Jacques Brissaud 1911

 il y a fort rarement des passerelles. Mais le peintre du 19è commence à s'intéresser à toutes ces catégories de femmes en accentuant le trait marquant de leur spécificité, élégantes en représentation, femmes de mauvaise vie en perdition, femmes de bonne famille, travailleuses. Le nu les réconcilie toutes et mêle la vierge pureEmmanuel Benner

à l'apprentie sorcière perverse.La leçon avant le sabbat 1880 L-M Boutet de Mouvel

Ce très intime musée est riche d'oeuvres d'artistes talentueux moins célèbres que les grands mais apportant justement ainsi un regard neuf sur la peinture de cette époque.

Tête de femme 1908 Victor Prouvé

Deux jeunes filles au bord de la mer - Numa Gillet

Albert Ernest Miserey - Japonaise

 Quelques noms-stars cependant comme Gérôme, Felicien Rops. Jamais décevant ce musée Trois artistes féminines sont mises à l'honneur, Rosa Bonheur très connue mais assez rare à croiser, Fernande Sadler 1869-1949 élève de l'Académie Julian tout comme Emma Chadwick installées toutes les deux à Grezt sur Loing.

Posté par maison43 à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 janvier 2016

Moya à Melun

Moya 5

Melun en Seine et Marne a exposé Patrick Moya à l'Espace St Jean. Déjà rencontré à Cannes en 2011. Né en 1955 il a fait ses études à la villa Arson à Nice. Depuis n'a plus quitté cette ville, on peut le comprendre. Un peu allumé, Moya, un peu narcissiqueMoya 3

toujours un peu mystérieux pour moi. Il est d'abord modèle durant 10 ans, il observe, il regarde ceux qui créent son image. On peut imaginer qu'il se les approprie ces images et que petit à petit il les rassemble d'abord toutes en un seul modèle qui le représente caricaturé en 1996. Il s'amuse aussi avec les lettres de son nom, il le revendique avec acharnement ce nom

facile à se souvenir Moya 6Moya. En 1998 il crée la brebis Dolly, mascotte des Dolly Party des soirées techno du sud.

Moya 1

Il utilise tous les procédés, Moya, sculptures, céramiques, masques, photographies, toiles, produits dérivés et depuis 2007, il s'est créé un monde virtuel Second Life en 3D, un Moya Land de plusieurs îles virtuelles où il existe sous le nom de Janus qui reçoit les visiteurs, sorte de supermoya, élancé, pourvu d'ailes, masqué, il nous emmène sur les lieux de ses expositions où parfois le réel se mêle au virtuel.Moya 7

Son avatar ou lui même quand il est sur place parle aux visiteurs de l'exposition, c'est très ludique et pratique si l'on ne peut effectuer les déplacements comme en Corée ou au Portugal, lieux de ses dernières expositions. Bien sûr, vous reconnaissez Friedrich et son voyageur contemplant les nuages en 1818.Moya 8

Friedrich 1818

Allez sur son site et vous aurez une vidéo-démonstration sur son monde. C'est effectivement, novateur, surprenant, cela ne peut se substituer aux musées, mais cela peut être une autre façon de les découvrir. Peut être qu'un jour, Moya introduira un ou 2 musées dans son monde, qui sait ? Il aime aussi peindre en direct devant un public de grandes fresques avec ses personnages favoris.

Moya 10

Moya 12

Mes petites filles ont adoré. Ce monde là leur parle de toute évidence, et moi, cela ne me déplait pas. Il y a indéniablement là de riches possibilités. Mais pourquoi a t'il ainsi limité sa panoplie picturale ? 

Allez sur son site, si cela vous plaît, visionnez sa vidéo,  cela vous parlera mieux que mon message. 

http://www.moyapatrick.com/

Posté par maison43 à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 décembre 2015

Charles Edme Saint Marcel 1819-1890

autoportrait 1850 Saint Marcel

Une exposition due à un collectionneur passionné fait sortir de l'oubli dans le joli cadre médiéval du Château de Nemours en Seine et Marne, ce peintre né la même année que Courbet soit en 1819. Charles Edme Saint Marcel naît à Paris, d'un père médecin qui meurt 3 ans après sa naissance, sa soeur décède lorsqu'il a 14 ans, deux morts qui le marquent fortement et contribuent à le rendre hypocondriaque. Il a pour maîtres, très tôt un ami de la famille Marie-Nicolas Ponce-Camus 1778-1839, puis Charles de Steuben 1788-1856. Agé de 20 ans il fréquente l'atelier de Théodore Caruelle d'Aligny  1798-1871 à Bourron-Marlotte, il y rencontre les peintres de l'école de Barbizon. Il retourne à Paris dans l'atelier de Léon Cogniet 1794-1880 où il rencontrera Eugène Delacroix 1798-1863 qui le recrute comme paysagiste, leur relation restant à ce jour encore assez mystérieuse, élève et/ou collaborateur pour ses fresques ? Charles Saint Marcel ne semble pas avoir fait beaucoup de confidences sur sa vie. Dessinateur animalier, paysagisteSaint MarcelSaint Marcel 11Saint Marcel 3

Saint Marcel 2

Saint Marcel 8

il effectue aussi plus rarement des des portraits de personnes non identifiées, des personnages rencontrés au cours de ses longues promenades, il croque d'après nature, en forêt, au sein des ménageries 

Saint Marcel 10Saint Marcel 9

Saint Marcel 4 Il utilise crayon, plume et encre, aquarelle, huile, fusain, eau-forte.

 

 En 1849, après une épidémie de choléra dans Paris, Saint Marcel s'installe à Fontainebleau, amoureux de la nature, une tendance neurasthénique lui fait apprécier la solitude, en 1857 il rencontre le peintre Emile Normand (1840-1914) qui associera à son nom celui de son professeur devenu père spirituel et signera alors ses tableaux Emile Normand Saint Marcel. Ils resteront très liés jusqu'à la mort de Saint Marcel, certains dessins de ce dernier sont restés dans la famille des descendants d'Emile Normand Saint Marcel.

La Gorge aux loups forêt de Fontainebleau hiver 1857 Saint Marcel

 Deux tableaux dans cette exposition, dont l'un est marquant : La Gorge aux Loups, forêt de Fontainebleau, hiver. Il lui vaudra son unique récompense qui lui sera décernée à Melun en 1864. Ce manque de reconnaissance finira par lui peser. Aquafortiste, il confiera certaines oeuvres à un couple de graveurs Alfred et Fanny Prunaire, entre 1878 et 1889, il correspondra avec ce couple ami à qui il signalera ses problèmes de santé dont sa vue fortement amoindrie. Il choisira de mourir dit-on un 15 Février 1890.   

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 décembre 2015

Armand Charnay 1844-1915

La messe de Saint Hubert- Charnay détail

Bourron Marlotte en Seine et Marne est un véritable petit creuset de peintres du XIX siècle attirés par la forêt de Fontainebleau entre Loing et forêt, de grands noms comme Corot, Sisley, Diaz de la Peña, Renoir (y vécut quelques années), Bazille, Monet, Cezanne, Pissaro se retrouvèrent parfois dans les deux auberges du village;Charnay

 D'autres peintres moins célèbres comme Jules Lecoeur, Charles Olivier de Penne, Auguste Allongé, Armand Charnay, Charles Moreau Vauthier, Eugène Cicéri, Charles Delort, Jules Rigolot, Armand Point, Arthur Heseltine vinrent s'y s'installer. Quelques oeuvres de ces artistes sont conservées à la Mairie-Musée de Bourron Marlotte.Charnay6

 A l'occasion du centenaire de la mort d'Armand Charnay, Bourron Marlotte consacre une exposition (gratuite) sur ce peintre qui vécut dans ce village de 1871 à sa mort.Charnay13

Né en 1844 à Charlieu, issu de la bourgeoisie, Armand Charnay se révéle fort jeune doué pour le dessin, titulaire du baccalauréat, il se rend à Paris où il a pour maîtres Isidore Pils et Augustin Feyen-Perrin. Les fusains, les aquarelles, les huiles de ce peintre plaisent rapidement, et les commandes ne manquent pas.Charnay 12

Paysages, scènes de genres où petits personnages se mêlent aux animaux se révèlent au final petites peintures d'histoires où le peintre s'intéresse aux petites gens par humanité et curiosité.   Charnay voyage un peu, en Normandie, en AuvergneCharnay 2 il y croque la vie des humbles par petites touches de couleurs plus ou moins précises qui donnent à ces tableaux une modernité certaine.Charnay 3

Petits tableaux en général fort ornementaux; Charnay est un bon coloriste; la forêt demeure toujours présente chez cet amoureux de la natureCharnay 7

un peu sauvage, un peu bourru, amateur de jolies femmes, de châteaux et d'animauxCharnay 11

 il épouse sur le tard un de ses jolis modèles devenu sa compagne. Il a peint beaucoup, Charnier, l'exposition  montre un échantillon de sa collection et donne envie d'aller au Musée Hospitalier de sa ville natale Charlieu.Charnay8

 

Posté par maison43 à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juin 2015

Héloïse et Abélard façon Michel Lévy

Enterrés ensembleHéloïse et Abélard dans l'abbaye du Paraclet dans l'Aube. En 1780 Marie-Charlotte de Roucy dernière abbesse du Paraclet fait réunir les ossements dans un cercueil de plomb, en 1792 le cercueil est transféré à l'église Saint Laurent de Nogent sur Seine, puis en 1800 les restes sont transportés au couvent des Petits Augustins à Paris, en 1817 ils intègrent un mausolée au cimetière du Père Lachaise. Aux dernières nouvelles, ils y sont encore.   

Héloïse et Abélard veillent sur l'Astrolabe de Melun. Leur fils se nommait ainsi.

Un message sur ce site est consacré à l'artiste Michel Lévy. 

Posté par maison43 à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 avril 2015

Château de Rentilly en Seine et Marne

Ce château fut construit  au XVI siècle pour un avocat du parlement Jean Boudereul, puis il connut Jean de Ligny secrétaire d'Henri IV. Fin XVIIIè  la princesse de Furstenberg petite fille de Jean de Ligny en hérite. Il appartient ensuite au marquis de Thomé. En 1820 le nouveau propriétaire Isaac Thuret consul des Pays Bas l'occupe. Vendu en viager à Ernest André en 1851 qui lui ajoute des ailes et des clochetons.Château de RentillyEn 1863 Edouard son fils en hérite, celui marié à Nelie Jacquemard (musée André Jaquemard à Paris). En 1890 Gaston Menier chocolatier l'achète. Occupé pendant la seconde guerre mondiale par des gardes mobiles qui entreront dans la résistance, il sera brûlé en représailles par les allemands en Août 1944. En 1954 le fils Jacques Menier le fait reconstruire dans un style directoire.Château de Rentilly 2

 En 1987 il est racheté par l'EPAMarne avec un projet qui échoua, passa alors en 2003 à la Communauté d’agglomération de Marne-et-Gondoire qui en fit un parc culturel, partenariat avec le frac.Travaux Rentilly

Le château  qui inoccupé fut pillé et délabré, attendit 2014 pour être inauguré sous sa nouvelle forme en inox poli miroir.

Château de Rentilly 5

 Le projet de Xavier Veilhan a été retenu en collaboration avec les architectes Bona-Lemercier et le scénographe Alexis Bertrand. L'intérieur du château est composé de deux grands espaces d'exposition avec des cimaises blanches mobiles.Château de Rentilly 4

Une exposition Explore qui se termine bientôt permet le temps que vous voulez de franchir l'espace du réel et d'accéder à un monde quasi parallèle filmé, en boucle, un peu obscur ce qui constitue une pause dans le temps, un arrêt sur image de votre propre vie, une sorte d'absence de vous même. Intérieur Rentilly explore

Pour vous réveiller doucement un bel espace bibliothèque sur l'art contemporain et moderne dans l'ancienne orangerie. D'autres petits trésors comme les Bains turcs fermés ce jour restent à découvrir, et pour les amateurs d'arbres, quelques belles espèces dans un parc à l'anglaise. 

 

Posté par maison43 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 novembre 2014

Milthon sculpteur

Milthon 1

Né en 1963, en Colombie à Bogota, Milthon  aurait travaillé avec Nijole Sivickas 1933 sculptrice d'origine lituanienne vivant à Bogata depuis 1950.Milthon 3

En 1985, il arrive en France où il perfectionne ses connaissances. Lauréat du prix USM de Monaco an 1994, il est sollicité par plusieurs villes pour ses sculptures monumentales, Il travaille moults matériaux comme la céramique

Milthon 2 le bronze, le plâtre, l'argile, la résine. Sculpture faite en résine en prêt à l'espace Artevie à Lorrez le Bocage en Seine et Marne. 

Milthon 5

Les femmes sont sur la terre
Pour tout idéaliser ;
L'univers est un mystère
Que commente leur baiser.

Milthon 4

Victor Hugo

Posté par maison43 à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mars 2014

Le Gardien - Gloria Friedmann

La Forêt de Rougeau en Seine et MarneG Friedmann

 abrite un Géant de terre, d'acier et de résine, tête au long cou où les bois des cerfs se mêlent aux chênes.G-Friedmann

Oeuvre de Gloria Friedmann, photographe, plasticienne, sculptrice née en Allemagne en 1950. Installée en France depuis 1977, elle utilise des matériaux naturels comme le bois, la terre, les feuilles, la fourrure, les pierres, les os.

Gloria Friedmann

   

Cette sculpture se situe au tout début de l'Allée Royale qui débute au Pavillon Royal construit en 1751 pour Etienne-Michel Bouret 1709-1777 financier qui fit bâtir ce petit Marly pour les chasses de Louis XV qui ne s'y rendit qu'une seule fois, snobant l'Allée Royale, lui préférant la Seine.

Posté par maison43 à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,