16 mai 2012

Musée Stéphane Mallarmé

Le musée de Vulaines sur Seine, ancienne maison occupée  par Mallarmé offre jusqu'en Juin 2012 une exposition autour des femmes, des amis, des relations de ce dernier. J'y ai retrouvé avec un certain plaisir des noms déjà cités dans ce blog, et petit à petit le puzzle de l'élite intellectuelle du milieu du 19ème jusqu'au début 20 ème se reconstitue, milieu finalement assez restreint où peintres, littéraires, musiciens que je n'évoque pas souvent, par méconnaissance, se mêlent. 

Orphelin, j'errais en noir et l'oeil vacant de famille (Réminiscence). Stéphane Mallarmé est né en 1842, sa soeur Marie en 1844. Leur mère meurt 3 ans plus tard. Leur père se remarie rapidement. Et Mallarmé a la douleur de perdre Marie âgée de 12 ans. Depuis que Marie m'a quitté pour aller dans une autre étoile .... j'ai toujours chéri la solitude. (Plainte d'automne). Mallarmé professeur d'anglais épouse en 1863Maria et Stéphane Mallarmé Maria fragile jeune femme qui ne se remettra pas de la mort, encore une, de leur fils Anatole à l'âge de 8 ans. Leur fille Geneviève veillera sur elle et sera proche de son pèrePaul Nadar 1856-1939

Mallarmé, il faut reconnaître que pour te lire, on a besoin d'un décodeur. Tu es carrément hermétique, parfois, souvent; certes tu estimes, à tort je trouve, que la poésie est réservée à une élite initiée, tu écris dans L'artiste  ' Toute chose sacrée et qui veut demeurer sacrée s'enveloppe de mystère ... l'art a les siens ... Les premiers venus entrent de plain-pied dans un chef- d'oeuvre, et, depuis qu'il y a des poètes, il n'a pas été inventé, pour l'écartement des importuns, une langue immaculée, des formules hiératiques dont l'étude aride aveugle le profane ...  et de fait, Mallarmé, tu t'y tiendras à cette idée fixe de vouloir écarter le profane, le non initié, le courant, presque tout le monde quoi !!! de quoi enorgueillir les intellectuels qui se pencheront sur toi et tu as raison, il y en aura de rares ... il faut reconnaître Mallarmé que pour compenser, ou pour donner le change ou par pur plaisir, tu fus un être sociable, tu aimas les femmes, tu adoras briller en salon avec l'élite artiste et intellectuelle de l'époque.  

 Mallarmé poursuit sa carrière littéraire en même temps qu'un professorat d'anglais avec beaucoup de doutes  et de découragement. Il se lie d'amitié avec les félibres (Mistral), avec Leconte de Lisle, Cazalis, Coppée, Mendès, Manet, qui lui fera rencontrer Berthe Morisot, Degas, Renoir,Frontispice pour Pages de Mallarmé Monet, RedonSirène 1898, les Natanson et bien d'autres encore, ce serait fastidieux de les énumérer tous. Mallarmé devait avoir un sens particulier de l'amitié qui lui a attaché de sincères relations avec l'élite intellectuelle toute confondue de l'époque. L'exposition nous montre des dessins, des pastels, des peintures, des gravures aux signatures prestigieuses aujourd'hui comme Manet, Morisot, Redon, Bonnard, Redon, Blanche etc .... Petit topo sur la vie de Mallarmé, les dates principales de sa vie, quelques écrits, correspondances, Monsieur Mallarmé avait un certain charme, un esprit brillant en société, une poésie pas aisée à aimer. Mallarmé portait en lui un tourment, inné, acquis ??? il avait une insatisfaction permanente en lui, que rien n'a vraiment comblé, même pas son art. Sur ce, il a bien vécu cet homme là,Questionnaire dans l'illusion, sans illusion !  Il publie 8 numéros d'un périodique assez étonnant 'La Dernière Mode', Périodiqueprétexte littéraire où s'affine son style dixit ses partisans, ou bien frivolité mystérieuse mais séductrice et nécessaire pour accepter, le reste, l'indicible, l'inaccessible réussite : Hérodiade restera un immense projet qui ne se finalisera pas, conçue pour être une tragédie théâtrale, Mallarmé en fera un poème ... inachevé. Hérodiade c'est en fait Salomé, la fille d'Hérodiade que Mallarmé célèbre, celle qui danse, celle qui demanda inconséquemment la tête de Jean Baptiste pour la donner à sa mère Hérodiade ( car Jean Baptiste ne reconnaissait pas son second mariage).  Salomé qui représente la femmeJeanne Jacquemin 1863-1938 , femme fatale et perverse connaîtra un succès fou avec ce 19ème siècle fort misogyne.     

Jeanne JacqueminJeanne Jacquemin (1863-1938) relation amicale, se représenta en Salomé ( Saint Augustin la fait mourir décapitée par les glaces d'un lac gelé). 

Et l'on retrouve cette coquine de Méry Laurent née Anne Rose Louviot, modèle et amante de Manet, Gervex, Blanche, Nadar et d'autres encore ... muse et amante de Coppée, Mallarmé et d'autres encore. Méry était volage et fidèle à la fois, l'amour chez elle devint toujours amitié, on l'aima pour cela, pour son humour, sa culture, sa Charles Reutlinger 1816-1880générosité, sa tendre amitié. Elle compta beaucoup pour Mallarmé et réciproquement.

Tu es une compagne unique ...Tu es plus neuve, et je crois que c'est cela rester jeune, non pas seulement de ta grande personne très belle; mais en idée.  Lettre de Mallarmé à Méry Août 1891.

Mallarmé cultiva l'amitié féminine, avec Berthe Morisot qui en fit le tuteur de sa fille. Avec Renoir il s'occupera donc de Julie Manet et de ses 2 cousines orphelines, elles viendront chez Mallarmé passer des vacances. Edouard Vuillard 1868-1940Marie Cassatt illustrera un de ses poèmes. Nina de Callias la dame aux éventails de Manet  est une amie de jeunesse, Mallarmé fréquentera son salon. Augusta Holmès pianiste amie de Litz composera elle même un opéra. Misia Natanson muse des Nabis excellente pianiste s'installera avec son premier mari Thadée Natanson à Vulaines à côté de Mallarmé, MisiaMisia agrandira le cercle des relations de Mallarmé, avec Bonnard, Denis, Vuillard, Toulouse-Lautrec ....

Un jardin, une promenade le long de la Seine agrémentent cette visite et pour les gourmets un restaurant dont les menus sont sympathiques, où il faut sans doute réserver, comptez quand même 30 à 60 euros par personne.

Posté par maison43 à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 août 2011

Jardin Musée de Bourdelle

Petite balade en pleine Brie, à côté d'Egreville en Seine et Marne à faire d'abord au soleil, un jardin de statues que l'on peut photographier sous tous les angles, et que l'on peut toucher à volonté.  C'est au gendre de Bourdelle, Michel Dufet (architecte-décorateur) qui épousa Rhodia Bourdelle, que l'on doit ce musée en plein air, soit 56 statues. Il ne s'agit pas à vrai dire ici d'aimer ou pas la sculpture, je trouve, il s'agit de de se plonger dans une accumulation de sculptures, d'arbres fruitiers, et de massifs de fleurs , accumulation un peu décalée, luxuriante, abondante. Et cette abondance même est réjouissante. Et cette accumulation donne une autre dimension aux sculptures, aux arbres, aux fleurs et forme un tout qui vous enchante, durant un instant que l'on peut nommer bonheur.

Baigneuse accroupie au rocherBeethoven, grand accoudé  

 

 

 

 

 

 

 

 

L'auroreMonument à Rodin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand guerrier couché au glaiveGrand guerrier dit de Montauban

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CognassierLe centaure mourant

 

 

 

 

 

 

 

La France étudeLe Général Alvear et La Liberté 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pin

Natif de Montauban, fils d'un ébéniste, Bourdelle est né en 1861, il apprend le dessin et le modelage à l'école municipale de dessin. Après les Beaux Arts de Toulouse de 1876 à 1884, il ira aux Beaux Arts de Paris où il entre dans l'atelier d'Alexandre Falguière 1831-1900. Il quitte 2 ans plus tard cet enseignement et travaille à ses oeuvres. En 88, il commence ses Beethoven.  En 1893 à l'âge de 32 ans il entre chez Rodin (1840-1917) comme patricien, il y restera 16 ans. Sa première exposition officielle a lieu en 1905, il a alors 44 ans. Il meurt en 1929. Ce sera tout pour aujourd'hui, mais j'y reviendrai à ce sculpteur là, au gré de mes balades.

Ne pas oublier d'y retourner un jour de pluie. 

Posté par maison43 à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2010

Le Cyclop à Milly La Forêt

P1050447

Quelques notions avant d'aborder le Cyclop

Art Cinétique :

Fondé sur le mouvement, cet art peut utiliser la peinture, la lumière artificielle ou pas, des surfaces réfléchissantes ou des objets pour mettre en scène le mouvement.

Jean Tinguely

Né à Fribourg,en 1925, cet artiste réalise ses premières créations : des mécanismes sonores construits avec des roues en bois et des boîtes de conserve, lors de son enfance. Il est tenté par la peinture abstraite mais n'arrivant pas à considérer qu'une oeuvre peinte puisse être terminée, il dira que le mouvement s'est imposé alors à lui, mouvement qui lui permettra d'échapper, même si il sait que c'est illusoire, à cette pétrification qu'est un tableau achevé. Ses oeuvres sollicitent plusieurs sens, la vue, l'ouïe, le toucher, parfois l'odorat. Ses sculptures composées des rebuts de la société industrielle sont une critique de la société de consommation. Il meurt à l'âge de 66 ans.

A droite, le Cyclop de face, son oeil éclairé par un faux diamant épie de droite à gauche la forêt.

Sa langue toboggan ruisselle d'eau. Niki de Saint Phalle a fait recouvrir la face de milliers de petits miroirs par Philippe Bouveret. 

 Le Cyclop est réalisé en collaboration avec de nombreux artistes essentiellement des sculpteurs Niki de Saint Phalle, Bernard Luginbühl Seppi Imhof, et Rico Weber. Cette sculpture de 22 mètres de haut abrite à l'intérieur des créations d'Eva Aeppi, Arman, Philippe Bouveret, César, Giovanni Podesta et d'autres encore ...

Voici l'oreille du Cyclop qui écoute la forêt, oeuvre de Bernard Luginbühl qui a aussi sculpté les lourdes portes d'entrée.P1050443

 

P1050438

Le Cyclop est une sculpture promenade  de 22 m de hauteur où vous rencontrez des oeuvres d'art multiples, très contemporaines, amoureux de l'art académique abstenez vous !

Ci contre la tour éphémère que Tinguely aurait aimé voir se désagrèger au fil du temps perdant peu à peu les ferrailles diverses qui la composent, mais la commission de sécurité en a décidé autrement !   

 

 

 

   Plusieurs oeuvres de Niki St Phalle qui fut l'une des épouses de Jean Tinguely, la colonne faite de béton où des fragments de céramiques polychromes récupérés du Jardin des Tarots sont insérés.

Le jardin des Tarots est situé à Capalbio dans la province de Grossetto à l’extrême sud de la Toscane. Il s'agit d'une représentation des cartes du tarot sous forme de sculptures monumentales, à noter l'influence de de l’architecte Gaudi (parc à Barcelone). Un autre artiste inspira fortement Niki : le facteur Cheval et son palais idéal situé dans la drôme à Hauterives.P1050401

Niki de Saint Phalle fut inspirée également par le Mexique : le lien particulier avec la mort qu'ont les mexicains qui se manifeste dans une représentation artisanale souvent colorée de squelettes, têtes de morts. Pour protéger le cyclop de ce qu'il nommait les pénétrateurs, Tingueley eut l'idée de mettre des fausses portes, des pièges, comme une énorme bouche d'aération récupérée à Beaubourg tournée vers le bas et qui surplombe le vide. A l'intérieur une oeuvre de Niki  ' Incitation au suicide'  

P1050406

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté sonore, vous serez sollicité par plusieurs oeuvres, Le Pénétrable sonore constitué de 792 tubes en aluminium que le spectateur est invité à traverser déclenchant un concert de sonoritésP1050414

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis le cerveau du Cyclop oeuvre de Jean Tinguely constituée de roues en métal et de fers à coffrage où circulent des boules en inox qui représentent les idées qui s'animent sous l'effet de la pensée. Cette oeuvre se nomme la Méta-Harmonie'. Quand elle fonctionne,une variété de sons dissonants vous agressent un brin ! 

P1050405 

Au sommet, un bassin rempli d'eau reflète le ciel. Il faut un ciel bleu sans nuages, la lumière si particulière d'un soleil faiblissant, pour que le bassin devienne bleu Klein, un hommage à Yves Klein, nous il était noir ! P1050424

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour accéder au théâtre où de drôles de chaises sont animées par la Méta harmonie, vous empruntez un escalier avec un piccolo muséo, des petites vitrines où s'exhibent des oeuvres de Giovannii Podesta, de type art brut.

Art brut : regroupe des productions réalisées par des non professionnels de l'art, indemnes de culture artistique oeuvrant en dehors des normes esthétiques convenues.

Sur scène un marteau, amoureux d'une bonbonne qui se lève , tant il l'aime jusqu'à ce que son amour s'explose et s'abatte sur la petite bonbonne, Tinguely aurait aimé que cette bonbonne remplie d'eau se brise et éclabousse les spectateurs, mais  une bonbonne cassée toutes les 2 minutes, le temps du spectacle, ce n'était pas possible, alors elle s'éclipse dans le sol avant de réapparaître.

Un spectateur et son chien de Niki 

P1050417 Une lucarne s'ouvre sur une chambre renversée de  Daniel Spoerri

P1050418

En redescendant, la tête dans les nuages, le coeur léger, au passage dans un wagon suspendu, une oeuvre d'Eva Aeppili, la première épouse de Tinguely : si vous vous approchez de la fenêtre du wagon de la mort, des créatures spectrales en tissus arrêtent vos rires, déjà le wagon y contribue un max, mais les marionnettes en chiffon qui savent dans quel enfer elles sont vous glacent et vous ramènent à notre condition de périssables !P1050427 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour se remonter le moral, regardez les gisants de Rico Weber, ce sont des moulages en plâtre du corps de Rico qui se décomposent au contact de l'humidité, ils disent que rien ne dure.P1050437P1050436 

   

Bon, tout a une fin, il y plein d'autres petites surprises à découvrir.   

Allez y, enfants de - de 8 ans s'abstenir, question de sécurité, c'est à Milly la Forêt.