28 juin 2016

Dany Cless - peintre - Haute Loire

Dany Cless 8

Ancien professeur à la retraite Dany Cless est peintre altiligérienne, entre autres multiples activités. Elle s'expose actuellement à la mairie du Puy en Vélay. Elle a d'abord peint un tramway pour un ami qui désirait donner nouvelle vie à une photographie, le plaisir ressenti l'a entraînée vers les tramways du monde, et toujours d'après photos de proches, elle a peint ceux de Calcutta, Istambul, Lisbonne, Porto etc ...Dany Cless 6

et ceux du Puy en Vélay. Voyage singulier où elle nous invite à nous raconter des histoires. Admirative d'Edward Hopper, elle a travaillé, lors d'un cours d'art, à peindre un tableau qui l'avait marquée en le transposant à notre époque actuelle, couleurs modifiées.Dany Cless

elle s'est inspirée de Nighthawks de Hopper, elle s'est prise au jeu et s'est imprégnée des ambiances particulières des bars du Puy en Vélay qui réunissent des solitudes, elle en a fait 18 de ces bistrots ponots, un téléphone constitue le fil directeur de ces tableaux avec pour message de' poser un autre regard sur le monde qui nous entoure'.Dany Cless 10

Déjà rencontrée cette artiste lors d'une exposition au musée Crozatier il y a quelques années, dans un livre consacré à la découverte du crâne de mammouth à Nolhac ou elle illustrait les propos du paléontologue Frédéric LacombatDany Cless

Posté par maison43 à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 mai 2016

Château de Vissac-Auteyrac

Vissac 6

Après Siaugues St Romain, sur la route qui mène à Langeac, une ruine entrevue au détour d'un virage excite ma curiosité, bifurcation à droite dès le premier croisement et découverte enthousiaste de ce château ruiné qui occupe la pointe d'un éperon barré qui surplombe des gorges.Vissac 2

La famille de Vissac est à l'origine du premier château de Vissac dont on ne sait rien si ce n'est qu'il devait occuper le même emplacement. Cette famille s'éteignit en 1497 lors du mariage de Jeanne de Vissac dernière à porter le nom avec un de Tournon. Par alliance il passe aux Gibertès qui s'éteindront à la fin du 18è. Nouveaux acquéreurs les Motier de Lafayette. Après la révolution, il se délabre lentement. Les Puzy Lafayette sont les actuels propriétaires de ce château ruiné. A l'angle est du château, côté village une tour circulaire plongeait sur plusieurs mètres en contrebas Vissac 3

elle s'est effondrée vers 1988. Ne subsiste maintenant que le mur du logis qui pourrait dater de la deuxième moitié du XIVè. Pas d'accès libre à ce château. Vissac 7

Je remercie un charmant habitant du village qui m'a autorisée à photographier ses cartes postales. 

Sources : Châteaux de Haute Loire Editions Watel

Posté par maison43 à 19:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2016

Achille Proy 1864-1944 Architecte

Achille Proy 5

Cet architecte de la ville du Puy en Vélay est né en 1864 à Walincourt d'un père tourneur sur bois et d'une mère épicière. Vers 16 ans il entre à l'école des Arts Industriels de Roubaix. On le retrouve vers 1889 à l'école des Beaux Arts de Paris section Architecture. Diplômé en 1894, il arrive au Puy en Vélay en 1895 où il restera à la fonction d'architecte de la ville jusqu'en 1934.Achille ProyIl se marie en 1896 avec la fille d'un juge, il aura deux filles. A la mort de son épouse en 1906, il se remariera. Il meurt au Puy en 1944. Il participera à la construction de la Halle Bibliothèque qui sera inaugurée en 1897, il construira plusieurs établissements scolaires dont l'école Jeanne d'Arc, en 1921, l'hôpital Emile Roux.hôpital Emile Roux Achille Proy Il se liera à la bourgeoisie locale et construira aussi pour les privés, entre autres la Vervaine du Vélay ou l'hôtel Régina

Achille Proy 6

Achille Proy 7

la Distillerie Bonnet à Chadrac (détruite en 1978), le buffet de la gare (détruit). Ses immeubles seront de facture classique comme ceux de la rue Panessac, celui de la place du BreuilAchille Proy 2

et de la rue des MourguesAchille Proy 4, Ses villas nombreuses seront plus pittoresques dont une à Vals qui est en restauration.Achille Proy 1

une autre, rue des Capucins  qui se la joue château (la Bourzade) au style néo gothique et qui mérite le détour. En fait, c'est elle qui a attiré mon attention.

Achille Proy 9

Achille Proy 8

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2016

Château de Bains

Burel

Jean Burel tanneur du Puy en Vélay né vers 1540 et  mort en 1603 fut un des chroniqueurs de son époque, il réalisa un croquis à la plume en 1580 du château de Bains en Haute Loire avant sa destruction (sources Bibliothèque municipale du Puy en Vélay Mémoires de Jean Burel). Ce château est connu dès 1227 avec Pons de Bains qui reconnaît la suzeraineté de l'évèque du Puy. Pons de Bains est alors précepteur du Temple de Saint Barthélémy du Puy. il appartient à une famille de chevaliers dont une branche est établie à Bains, les De Saunier. Hector du lac de la Tour d'Aurec cite dans son Histoire du département de la Haute Loire un Pierre de Chambefort  futur seigneur de Bains qui loge en sa maison du Puy le roi Saint Louis en 1254. En 1258 vente par Héracle de Montlaur le jeune de la seigneurie de bains à Pierre Chambefort du Puy. En 1413 les De la Tour Choisinet ajoutent Bains à leurs possessions. Cette famille de la Tour est alliée aux de la Tour Saint Vidal, aux Talode et aux Du Saunier, toujours par le lien des mariages. En 1548 Louis I de la Tour rend hommage à Jean de Vesc seigneur de Grimaud et Florie de Montlaur pour sa tour et maison forte de Bains. En 1580 Louis, Antoine et Pons de la Tour de Bains  et le seigneur de Talode se vengent fort bassement du juge Bertrand en violant son épouse, manifestant ainsi assez perversement leur désaccord envers l'emprisonnement du seigneur de Truchet (un de leurs parents) décidé par le dit juge. La dame en mourut quelques temps après, le juge lui se remaria mais le château de Bains dessiné par Burel fut arasé. Il est extrêmement difficile comme d'habitude de suivre précisément là encore l'historique familial de ces châteaux. Seuls quelques actes notariés ou faits marquants sont répertoriés. 

IMG_6443

Reconstruit sous une forme plus simple il passa ensuite à la famille de Monteyremard en 1648, Gaspard de Monteyrémard est cité seigneur de Bains et 4ème consul du Puy,  il possède également un hôtel au Puy. En 1692 vente du château à Antoine de Bellidentis de Landes, famille qui gardera le château jusqu'à la révolution. Il passe ensuite aux Matussières puis aux Miramon-Pesteils qui le vendent en 1920.

Bains

Sources Châteaux de Haute-Loire édition watel

Histoire du Vélay jusqu'à la fin du règne de Louis XV de J-A-M Arnaud 1816

Le Devès Gilbert Castanet

 

Posté par maison43 à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 novembre 2015

Les narses de Chaudeyrolles

Mezenc

Un jour de ciel bleu et de soleil éclatant, partez entre Mézenc et Meygal à 37 km du Puy en Vélay, vous bénéficierez ainsi d'une vue splendide sur l'horizon infini ou presque ! Une balade douce à faire autour de l'ancien cratère, une cascade, un petit village Chaudeyrolles Narses de Chaudeyrolles

situé à 1300 mètres, au pied du mont Signon (une promenade pour s'y rendre est également possible à partir du village), une vaste plaine où tout est paisible. Et pourtant ce cratère éteint depuis 12 000 ans fut le siège d'une explosion phréatomagmatique (magma qui rencontre une nappe d'eau). Ce cratère fut l'un des plus vastes du VélayNarses de Chaudeyrolles

on estime que sa cheminée atteignait les 400 mètres de profondeur; de l'orifice géant se sont écoulées de gigantesques colonnes de vapeurs d'eau, et l'orifice s'est ainsi agrandi par de violentes et récurrentes explosions. Des nuages de débris s'élevaient à plus de 10 km de haut. C'est un maar qui a laissé place à un lac qui avec le temps est devenu une tourbière. Un sondage a montré que 50 m de sédiments tapissaient le fond de cette cuvette naturelle.Narses de Chaudeyrolles

On les appelle aussi narses, du latin nartia qui signifie marécage. Les paysans ont longtemps utilisé cette tourbe pour se chauffer, découpées en briquettes puis séchées elles servaient de combustible, on dit qu'une seule briquette maintenait le foyer toute une nuit.Briques de tourbeDepuis 1998, les narces sont protégées pour préserver leur richesse biologique, quelques hectares de tourbière ont été ainsi sauvés où les droséras petites plantes carnivores et les oeillets superbes subsistent, au loin, interdites d'accès.  Dans les prés paissent des fins gras du Mezenc.IMG_6767

Au départ du circuit, un petit cirque qui abrite une petite cascade sans doute plus somptueuse en saison de pluies la cascade des ou du Salin,

Cascade des Salins 2

le Salin étant le cours d'eau.

Cascade du Salin 2

Il existe un second palier à cette cascade que nous n'avons pas franchi ce jour là faute de le savoir, et le panorama est alors nettement plus grandiose. Y retourner une autre fois et outre la Cascade à refaire en entier, monter au Mont Signon.

Cascade des Salins

      

Posté par maison43 à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 septembre 2015

La tour fantôme de St Didier d'Allier

Certains Anciens citent une tour sur un pic rocheux auprès de St Didier d'Allier pas loin du château actuel à vol d'oiseau, il resterait parait il un vestige, à contrôler de visu un de ces jours.St Didier 2

Un auteur Maxime Rioufol en aurait laissé une preuve écrite, mais nulle trace aux Archives du Puy, à fouiller un de ces jours prochains en bibliothèque.

St Didier 4

  Bien sûr cette supposée tour daterait d'avant l'an mil, il ne s'agissait sans doute que d'une simple tour de garde qui avec MirmandeSt Didier 3Douchanez

St Didier 5

RochegudeSt Didier 6

et la Garde ( qui est un rocher situé à 500 m au nord de Vabrettes à l'altitude de 1169, rocher qui abrite une habitation troglodytique supposée aussi être de guet) assurait la surveillance de cette région du Haut Allier assez mouvementée en assauts divers et variés.

Si d'aventure, lectrice ou lecteur avertis, vous en savez plus que moi, merci de me l'indiquer.

Posté par maison43 à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2015

Maisons fortes de Beyssac

Maison forte

Sur la route qui mène de Saint Privat d'Allier à Fix St Geneys, soit la D25 puis la D40, l'on trouve à Beyssac deux maisons fortes, cette petite seigneurie fut connue dès le moyen âge, mais la première mention d'une maison forte date de 1579. Nous devons la tour existante à Gabriel Armette seigneur de Bergoujas. Beyssac resta dans sa descendance féminine et passa aux Bernard de Tallode, aux Marcland pour arriver à une famille plus connue, les Molette de Morangiès qui conservèrent ce lieu jusqu'à la révolution. Quant à la seconde maison, ses anciens habitants n'ont pas été identifiés.

IMG_5634

Sources : Châteaux de Haute-Loire - Editions Watel

Posté par maison43 à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 avril 2015

Château d'Agrain en Haute-Loire

Agrain 8

Les premiers possesseurs du château d'Agrain, petit village alors avec sa chapelle étaient les Barons de Cayres (vassaux des seigneurs de Montlaur bien sûr) dont un Godefroy de Cayres (il y en a un à chaque génération depuis le 11e siècle). Famille puissante qui détenait aussi les maisons fortes de Prunet et de Séjallières qui avec le château d'Agrain constituaient une défense sur le plateau dominant l'Allier via Vabres Alleyras. Les d'Agrain, branche cadette issue des puissants Agrain sont eux même des vassaux de la famille de Cayres fixée à Ouïdes à quelques 3 ou 4 kms d'Agrain ( d'Ouïdes suivre la petite route où indiquée Alleyras, route vite impraticable en voiture). A la fin du 15e Guillaume Maurel qui a épousé Louise de Cayres est qualifié par alliance donc de Seigneur d'Agrain. En 1510 il vend la baronnie d'Agrain qui comprenait aussi Ribains, Le Villard, Le Moulard et Ouïdes à un bourgeois du Puy Pierre Farnier. Son fils Gautier la cédera par acte d'échange en 1533 à Antoine Orvy, autre bourgeois du Puy son beau frère. Mais les Orvy préfèrent résider au Puy, le château est fort isolé

Agrain 12

 dans une belle nature volontiers hostile , surtout quand les guerres civiles s'en mêlent. En 1588 le seigneur du Bouchet Antoine de la Garde dit le cadet de Chambonas s'en empare pour les protestants et le sénéchal du Puy Chaste doit payer rançon pour le récupérer après l'avoir vainement assiégé. En 1594 Durand Ranquet commandant des Ligueurs l'occupe et c'est seulement sous Henri IV (règne de 1589 à 1610) que les Orvy récupèrent leur bien. Mais ce château fut au final peu occupé par cette famille qui préféra sa demeure plus confortable du Puy. Une alliance le passe aux mains de Claude de Laguiolle, des querelles familiales le font mettre sous séquestre puis aux enchères. En 1643 il est adjugé à Hugues Pradier conseiller de la sénéchaussée du Puy. Mais ce n'est déjà plus qu'une ferme, qu'un fermier occupe.AGRAIN

Le dernier fermier, un habitant du Moulard l'occupe jusqu'en 1945.Agrain 2

 

Au XVIIe siècle, un corps de logis doté de pièces à cheminées sur 2 niveaux, une tour, une chapelle, des communs avec étable, fournil, colombier, jardin.

Agrain 5

 

Ce château est un peu isolé, mais des chemins fort accessibles permettent toujours d'aller soit à Alleyras, soit au Moulard dont l'accès est le plus rapide et le plus aisé, soit de rejoindre le village d'Ouïdes et d'accéder ainsi par un autre chemin aux maisons fortes de Prunet et un peu plus loin à celle de Séjallières. De bonnes chaussures ne nuisent pas.

Site sur la famille d'Agrain :

Agrain cheminée

Agrain 6Agrain jardin

http://fr.calameo.com/books/000357550927ba85179ce

Sources : Châteaux de haute-loire Edition Watel

En bibliothèque du Puy consultation possible des deux tomes de Gaston Jourda de Vaux consacré aux châteaux de la Haute-Loire 1911

Agrain4

Agrain 11

Posté par maison43 à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 décembre 2014

L'ordre de Malte

C'est avant la première croisade (1096), aux environs de 1048, que des marchands du royaume de Naples obtinrent du calife d'Egypte Romensor de Moustesaph la permission de construire à Jérusalem un monastère desservi par des religieux de l'ordre de St Benoit venus d'Italie pour recevoir les pèlerins, puis les croisés. Ils créèrent un hôpital Le mystérieux Frère Gérard

Gérard de Martigues dit aussi Tenque ou Tunc nommé aussi Frère Gérard d'origine contreversée (amalfienne, provencale ou autre) en fut le premier chef. Après la prise de Jérusalem en 1099, Godefroy de Bouillon leur donna ainsi que d'autres seigneurs des terres en France. Gérard avec ses frères se sépara du monastère et créa une congrégation particulière sous la protection de St Jean Baptiste, ses membres prirent le nom d'Hospitaliers ou Frères de l'hôpital de St Jean Baptiste de Jérusalem. Son successeur Raymond du Puy Raymond du Puyfut le premier à prendre le titre de Grand Maître de l'Ordre à qui il donna une règle inspirée de celle de St Augustin. (pauvreté, chasteté, obéissance). Il proposa au roi de Jérusalem de s'unir à lui pour combattre les infidèles avec ses Hospitaliers. Ordre composé de 3 classes : Les nobles qui firent profession d'armes, les prêtres et chapelains qui s'occupèrent du service divin, et enfin les frères servants non nobles chargés de soigner et de combattre. Cet ordre reçut l'approbation du pape Innocent II en 1113. Du fait de l'avancée des Turcs en méditerranée, ils se retireront progressivement à Chypres, à Rhodes, enfin à Malte, ils ouvriront des établissements dans l'Europe entière. En 1834 l'Ordre de Malte s'installe à Rome toujours sous l'autorité du St Siège, ordre militaire et hospitalier, il prendra alors le nom d' Ordre souverain de St Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte. Sa vocation militaire se termine en 1798. A la base de la hiérarchie se trouvaient les commanderies rattachées aux grands prieurés qui eux relevaient des 8 langues (représentant les différentes nations qui composaient l'Ordre), langues définies en 1327 au chapître de Montpellier.

Croix_de_Malte

Le royaume de France se composait de 3 langues :  

La langue de Provence, la plus ancienne dans le prieuré de St Gilles le premier constitué en Occident dés le début du XII siècle (port d'embarquement des croisés pour la terre sainte), elle regroupe le prieuré de St Gilles, Toulouse, la Provence, le Comté de Nice, le bas Dauphiné, le Languedoc, le Roussillon, le Comté de Foix, la Gascogne, le Haut Béarn. 

La langue d'Auvergne recouvrait l'Auvergne, le Limousin, Les Marches, le Bourbonnais, le Lyonnais, la Basse Bourgogne, la Franche-Comté, la Savoie, le Haut Dauphiné, le Haut Languedoc dont le Vélay. Elle comprenait 56 commanderies.

La langue de France avec 3 grands prieurés, Paris, Poitiers, Voulaines à la tête de la Bretagne, Anjou, Saumurois, Poitou, Saintonge, Bas Berry, Tourraine, Maine, Normandie, Orléanais, Ile de France, Artois, Picardie, Flandre, Champagne, Sedan, Lorraine, Haute Bourgogne et Nivernais.

 En Vélay une première mention de l'Ordre Hospitalier est faite en 1153 où ils s'installèrent à l'Hôpital St Jean du Puy. Pour rappel, l'ordre des Templiers s'installa lui en 1170 à la maison templière St Barthélémy. Je dois avouer une certaine confusion dans mon esprit entre les localisations de la maison templière Saint Barthélémy et celles de la maison St Jean de la Chevalerie appartenant aux Hospitaliers, certes les biens des Templiers passèrent aux Hospitaliers en 1312, et l'église St Barthélemy devint possession des hospitaliers, mais je ne trouve aucune trace de l'Hôpital St Jean, à re-vérifier donc à la bibliothèque du Puy.

Sources Auguste Chassaing 1882

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 décembre 2014

Le procès des Templiers

miniature du Maître de Virgile

Dans la nuit du 12 au 13 Octobre 1307, des hommes d'armes déboulèrent dans toutes les commanderies de France, pour arrêter sans résistance les Templiers surpris, beaucoup furent soumis à la torture et avouèrent tout ce que l'on voulut d'eux. A Paris, 25 chevaliers moururent lors des interrogations. 54 d'entre eux furent brûlés en Mai 1310 à Paris, 9 à Senlis. Le roi Philippe Le Bel obtint du pape Clément V qui résidait en Avignon la dissolution de l'ordre qui fut décidée au concile de Vienne en 1311. Le 18 Mars 1314, le grand maître des Templiers Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay maître de Normandie montaient sur le bûcher.

Les Templiers du Puy en Vélay plus chanceux réussirent à s'enfuir, on ne sait pas trop où. On pense que certains se réfugièrent dans des grottes, comme celles du Mont Jonas. Lieu qu'il me faudra découvrir.

Site_de_Jonas

Seuls 5 frères servants furent arrêtés, ils furent internés à Nîmes. 2 frères du Vélay furent emprisonnés à Aigues-Mortes, Bertand de la Seauve et Bernard de Siaugues (commandeur à St Gilles). Tous furent interrogés par Oudard de Maubuisson commissaire du Roi. Des 7, 5 eurent la vie sauve, et restèrent emprisonnés 5 ans. Bertrand de la Seauve et Marc Bonneteau seraient morts en captivité. Les trésors du prieuré du Puy furent confisqués, les bâtiments donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean. 

 

Posté par maison43 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,